convention de site aix-‐marseille entre aix-‐marseille

69
CONVENTION DE SITE AIXMARSEILLE entre AIXMARSEILLE UNIVERSITE et le CNRS 20122017

Upload: doannhan

Post on 05-Jan-2017

242 views

Category:

Documents


6 download

TRANSCRIPT

Page 1: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

   

             

 

 

 

CONVENTION  DE  SITE  AIX-­‐MARSEILLE  

 

entre    

 

AIX-­‐MARSEILLE  UNIVERSITE  et  le  CNRS  

 

2012-­‐2017    

 

 

 

   

Page 2: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  2    

Aix-­‐Marseille  Université,  Etablissement  Public  de  coopération  scientifique,  au  sens  de  l’article  L.344-­‐

4  du  code  de   la   recherche,  dont   le   siège  est   Jardin  du  Pharo  58,  bd  Charles   Livon  13284  Marseille  

Cedex  07,  

représentée  par  son  Président,  Monsieur  Yvon  BERLAND,  

Ci-­‐après  dénommée  «  AMU  »  ;  

 

Et  

 

Le   Centre   National   de   la   Recherche   Scientifique   (CNRS),   Etablissement   Public   à   Caractère  

Scientifique  et  Technologique,  au  sens  de  l’article  L.  321-­‐1  du  code  de  la  recherche,    

dont  le  siège  est  3,  rue  Michel-­‐Ange  75794  Paris  Cedex  16,  

représenté  par  son  Président,  Monsieur  Alain  FUCHS,  

Ci-­‐après  dénommée  «  CNRS  »  ;  

 

AMU  et  le  CNRS  étant  ci-­‐après  dénommés  collectivement  les  Parties  et  individuellement  la  Partie.  

 

Vu  les  codes  de  la  recherche  et  de  l’éducation  ;  

 

Vu  le  code  de  la  propriété  intellectuelle  ;  

 

Vu  la  loi  de  programme  n°  2006-­‐450  du  18  avril  2006  pour  la  recherche  ;  

 

Vu   la   loi   n°   2007-­‐1199   du   10   août   2007   relative   aux   libertés   et   responsabilités   des  

universités  ;  

 

Vu  la  loi  n°  2013-­‐660  du  22  juillet  2013  relative  à  l’enseignement  supérieur  et  à  la  recherche  ;  

 

Vu   le   décret   n°   82-­‐993   du   24   novembre   1982   modifié   portant   organisation   et  

fonctionnement  du  Centre  national  de  la  recherche  scientifique  ;  

 

Vu  le  décret  2011-­‐1010  du  24  août  2011  portant  création  de  l'université  d'Aix-­‐Marseille;  

 

Les   Parties   ont   souhaité   approfondir   et   rénover   leur   partenariat.   A   cet   effet,   elles   concluent   la  

présente  convention  de  site  2012-­‐2017.    

 

Page 3: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE
Page 4: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  4    

PREAMBULE    

 

Aix-­‐Marseille   Université   et   le   CNRS   souhaitent,   dans   la   présente   convention,   formaliser   leur  

partenariat  dans  le  développement  de  programmes  de  recherche  ambitieux  relevant  d’une  politique  

scientifique  partagée.  

 

Fournissant  un  cadre  général  aux  unités  qui  participent  à  la  vie  scientifique  du  site,  cette  convention  

s’inscrit  dans   la  dynamique   induite  par   les  opérations  structurantes  et   les  projets   innovants   (CPER,  

contrats  d’objectifs  partagés,  programmes   investissements  d’avenir  etc.)  élaborés  par  Aix-­‐Marseille  

Université  avec   l’appui  du  CNRS.  L’objectif  commun  est  de  renforcer   la  visibilité  et   le  rayonnement  

international   de   la   recherche   menée   sur   le   site   en   consolidant   leurs   secteurs   d’excellence   et   en  

créant   les   conditions   favorables   à   l’émergence  de  nouvelles   thématiques   à   l’interface  de  plusieurs  

champs  spécifiques  au  site.  

 

 

1. POLITIQUE  SCIENTIFIQUE  PARTAGEE  

 

Le  partenariat  particulièrement  riche    entre  le  CNRS  et  les  établissements  du  site  Aix-­‐Marseille  peut  

être  décrit  à  partir  de  cinq  grands  domaines  qui  font  écho  aux  cinq  points  forts  mis  en  avant  dans  le  

dossier  IDEX.  

 

Ces   cinq   «  domaines   identifiés   comme   incontournables  »   en   recherche   et   en   formation  dans  

A*MIDEX  sont  :   l’énergie,   les  sciences  de   l’environnement  et  de   l’univers   (environnement,  planète,  

particules,   univers),   les   sciences   de   la   vie   et   de   la   santé,   les   sciences   et   technologies   avancées   et,  

enfin,   les   sciences   humaines   et   sociales   (sociétés   et   échanges   culturels)   pour   lesquelles   une  

articulation  forte  avec  les  quatre  autres  domaines  avait  été  souhaitée.  Ils  s’articulent,  en  outre,  avec  

la  plupart  des  défis  sociétaux  majeurs  du  XXIème  siècle.  

 

Le  partenariat  scientifique  entre  AMU,  ses  partenaires  et  le  CNRS  recouvre  une  très  grande  partie  des  

problématiques  scientifiques  et  des  projets  de  recherches  qui  étayent  ces  cinq  domaines,  même  si  ce  

recouvrement  n’est  pas  total  et  que  certains  secteurs,  eux  aussi  de  grande  qualité,  sont  abordés  par  

l’université,  seule  ou  en  partenariat  avec  d’autres  organismes  nationaux.    

 

Page 5: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  5    

Le  caractère  pluridisciplinaire  et   le   large  périmètre  des  activités  de  recherche  des  deux  partenaires  

principaux  que  sont  AMU  et   le  CNRS  permettent  à  ces  derniers  de  partager  un  schéma  stratégique  

sur  la  totalité  de  ces  cinq  champs,  en  totale  cohérence  avec  les  domaines  prioritaires  affichés  pour  

l’IDEX.  

 

 

1.1  Dynamiques  sociales  et  interculturelles  

 

1.1.1  Aires  méditerranéennes    

 

Aix-­‐Marseille   Université   et   le   CNRS   ont   choisi   la   Méditerranée   comme   l’axe   central   de   leur  

collaboration  scientifique  en  sciences  humaines  et  sociales.  Cette  collaboration  s’exprime  d’abord  à  

travers  un  ensemble  de  dix  unités,   inscrites  au  sein  de  la  Maison  Méditerranéenne  des  Sciences  de  

l’Homme   (MMSH).   Elle   se   développe   également   grâce   à   un   ensemble   de   grands   programmes  

transversaux,   en   particulier   le   programme  Mistrals   (Mediterranean   Integrated   Studies   at   Regional  

And   Local   Scales),   piloté   par   le   CNRS   et   l’IRD,   le   programme   RAMSES²   (Réseau   d’excellence   des  

centres  de  recherche  en  sciences  humaines  sur  la  Méditerranée,  développé  dans  le  cadre  du  FP6),  et,  

enfin,   le   LabexMed   (Les   sciences   humaines   et   sociales   au   cœur   de   l'interdisciplinarité   pour   la  

Méditerranée).  

 

La  Méditerranée  est  ici  prise  à  la  fois  comme  un  terrain  d’enquête,  comme  le  lieu  de  construction  de  

collaborations  académiques  renforcées,  et,  enfin,  comme  un  objet  d’études  scientifiques  mobilisant  

l’ensemble   des   sciences   humaines   et   sociales   dans   une   perspective   pluridisciplinaire.   En   tant   que  

terrain   d’études,   la   Méditerranée   est   abordée   à   toutes   les   échelles  :   le   local   (avec   une   attention  

particulière  à   la   région  PACA)  ;   les  différents  espaces   sous-­‐régionaux  ;   le  bassin  Méditerranéen    et,  

enfin,  le  global  à  l’articulation  de  l’espace  méditerranéen  avec  les  grands  ensembles  mondiaux.  En  ce  

qui  concerne  les  collaborations  académiques,  l’action  d’AMU  et  du  CNRS  convergent  pour  intensifier  

les  liens  des  unités  avec  les  principales  universités  du  bassin  Méditerranéen,  ainsi  qu’avec  le  dense  

tissu  des  UMIFRE,  USR  ou  UMI  installées  en  Méditerranée  et  en  Afrique  de  l’Ouest1.  Les  interactions  

entre  Aix-­‐Marseille  Université   et   ces   unités   à   l’étranger   sont   très   étroites   et   sont   un   des  moteurs  

principaux  de  la  qualité  reconnue  internationalement  des  recherches  françaises  sur  les  espaces  et  les  

                                                                                                                     1   UMIFRE   (Unités   Mixtes   des   Instituts   Français   à   l'Etranger),   en   co-­‐tutelle   avec   le   Ministère   des   Affaires   Etrangères  :   Centre   Jacques  Berque  ;   Institut  de  recherche  sur   le  Maghreb  contemporain  ;   Institut   français  du  Proche-­‐Orient  ;    Centre  d'Études  et  de  Documentation  Économiques,  Juridiques  et  Sociales  ;  le  Centre  de  Recherche  français  de  Jérusalem,  Institut  Français  d’Etudes  Anatoliennes.  USR  :  Centre  Jean  Bérard  ;  Centre  d'Etudes  Alexandrines,  Centre   franco-­‐égyptien  d'étude  des  Temples  de  Karnak  ;  UMI   (Unité  Mixte   Internationale)  :  Environnement   Santé,   Sociétés.   Les   liens   des   UMR   de   la  MMSH   avec   l’Ecole   française   d’Athènes   et   l’Ecole   française   de   Rome   doivent  également  être  soulignés.  

Page 6: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  6    

sociétés  méditerranéennes.   Ces   unités   à   l’étranger   et   les   unités   de   recherche   SHS   d’Aix-­‐Marseille  

université  forment  un  des  réseaux  de  recherche  aux  relations   les  plus  suivies  et   les  plus  denses  de  

l’aire  méditerranéenne.  

 

Les   dix   unités   de   la  MMSH,   associées   dans   le   LabexMed2,   couvrent   pratiquement   l’ensemble   des  

disciplines   et   des   thématiques   des   sciences   humaines   et   sociales.   Elles   collaborent,   par   ailleurs,  

étroitement  avec  les  autres  unités  SHS  d’AMU  qui,  sans  toujours  avoir   la  Méditerranée  comme  lieu  

principal  d’enquête,  développent  des  thématiques  convergentes  ou  complémentaires  avec  elles,  en  

particulier  l’unité  de  droit  Droits  international,  comparé  et  européen-­‐DICE  et  le  Centre  Norbert  Elias-­‐

CNE.  La  Méditerranée  est  considérée  comme  un  espace  «  laboratoire  »  dans  lequel  sont  posées  des  

questions  scientifiques  de  portée  générale.  L’analyse  des  grandes  mutations  contemporaines  est  au  

cœur   des   projets   du   Laboratoire  méditerranéen   de   sociologie-­‐LAMES   et   de   l’Institut   d’ethnologie  

méditerranéenne,   européenne   et   comparative-­‐IDEMEC.   L’Institut   de   recherche   et   d’études   sur   le  

monde   arabe   et   musulman-­‐IREMAM   et   l’Institut   des   Mondes   Africains-­‐IMAf   partagent   ces  

préoccupations,   tout   en   inscrivant   les   sociétés   du   sud   de   la   Méditerranée   dans   leur   profondeur  

historique.   L’unité   Temps,   Espaces,   Langages,   Europe   méridionale,   Méditerranée-­‐TELEMME   est  

tournée   vers   l’histoire   de   la   rive   nord   de   la   Méditerranée   et   le   Centre   Paul-­‐Albert   Février-­‐CPAF  

constitue   un   pôle   de   sciences   de   l’érudition.   Enfin,   la   MMSH   abrite   un   ensemble   exceptionnel  

d’unités  d’archéologie  (Centre  Camille  Jullian-­‐CCJ  ;  Laboratoire  d’archéologie  médiévale  et  moderne  

en  Méditerranée-­‐LA3M  ;  Laboratoire  méditerranéen  de  préhistoire  Europe  Afrique-­‐LAMPEA  ;  Institut  

de  recherche  sur  l'architecture  antique-­‐IRAA)  qui  couvrent  une  grande  amplitude  chronologique  (de  

la  préhistoire  aux  temps  modernes)  et  thématiques  tout  en  présentant  la  spécificité  d’être  les  seules  

en  France  à  s’investir  dans  certains  domaines  tels  que    l’archéologie  navale  (CCJ),  l’archéologie  de  la  

période   moderne   (LA3M)   ou   encore   la   biogéochimie   isotopique   appliquée   aux   restes   humains  

(LAMPEA).  

 

Les   programmes   de   recherche   des   différentes   unités   s’articulent   souvent   autour   de   questions  

transversales,   en   particulier   les   migrations   humaines  et   leur   impact   sur   le   peuplement   du   bassin  

méditerranéen  (programme  Mimed   -­‐   Lieux   et   territoires   des   migrations   en  Méditerranée,   XIXème-­‐

XXIème   siècles)   ;   les   effets   des   mondialisations   et   des   colonisations  ;   les   reconfigurations   des  

territoires  et  l’usage  des  ressources  ;   les  circuits  de  l’échange  en  Méditerranée  ;   la  production  et  la  

circulation  des  idées,  des  techniques  et  des  savoirs  ;  les  phénomènes  religieux,  de  la  préhistoire  à  nos  

                                                                                                                     2   Le   Labex  associe  également   les  UMR:  Epistémologie  et  ergonomie   comparatives  ;   Laboratoire  d’économie  et  de   sociologie  du   travail  ;  Droits  international,  comparé  et  européen;  et  Centre  Norbert  Elias.    

Page 7: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  7    

jours  ;   l’action   publique,   les   pouvoirs  politiques   et   leurs   expressions   culturelles   ou   artistiques.   Il  

convient  aussi  de  souligner   les  compétences  du  site  en  matière  de  démographie  méditerranéenne.  

Avec  le  soutien  conjoint  de  la  MMSH,  de  l’Institut  des  Sciences  Humaines  et  Sociales  du  CNRS  (via  le  

grand  programme  MISTRALS)  et  de  l’INED,  les  laboratoires  LAMES  et  ESPACE-­‐  Etude  des  Structures,  

des  Processus  d'adaptation  et  des  Changement  de   l'Espace  pilotent   l’Observatoire  Démographique  

de  la  Méditerranée,  DemoMed.  

 

Les  unités  mixtes  de  la  MMSH  se  situent  également  aux  interfaces  disciplinaires,  par  exemple  dans  le  

domaine  de   l’anthropologie  biologique,  ou  dans  celui   de   l’étude  de   l’anthropisation,  en  particulier  

par  la  transformation  des  paysages  et  des  terroirs.  C’est  aussi  le  cas  dans  le  domaine  de  la  recherche  

en  architecture.  L’unité  multi-­‐site  MAP-­‐Modèles  et  simulations  pour  l'architecture,  l'urbanisme  et  le  

paysage,  en  partenariat  avec  l’École  Nationale  Supérieure  d’Architecture  de  Marseille  (Ministère  de  

la  Culture  et  de  la  Communication),  conduit  des  travaux  sur  le  développement  et  la  mise  en  œuvre  

de  méthodes  et  d’outils  dédiés  à  la  mise  en  valeur  de  l’architecture  et  du  patrimoine.  

 

Enfin,   la   MMSH   assure,   sur   ce   champ   des   études   méditerranéennes   en   particulier,   à   la   fois   des  

missions   de   mutualisation   de   services,   de   relais   de   dispositifs   nationaux   (TGIR,   CVT   SHS,   BSN),  

d’incubation   interdisciplinaire   et   d’animation   de   la   recherche.   Ceci   permet   de   doter   ce   champ  

scientifique  d’un  environnement  aux  meilleurs  standards  internationaux.  

 

1.1.2  Pacifique,  Asie  

 

Le   partenariat   entre   AMU   et   le   CNRS   se   décline   également   autour   d'un   pôle   de   recherche,   de  

formation  et  de  documentation  pluridisciplinaire  qui  joue  un  rôle  phare  dans  les  études  océaniennes,  

à  un  niveau  national  et  international,  et  plus  largement  dans  le  dispositif  de  recherche  sur  les  aires  

culturelles   autour   du   Pacifique   et   de   l'Asie.   Ce   pôle   s’inscrit   résolument   dans   les   nouvelles  

technologies,  avec  la  création  de  plusieurs  plateformes  de  mise  en  valeur  des  archives  numériques,  

dont  ODSAS,  plateforme  d’annotation  et  de  collaboration  numérique  et  ADAP  (Archives  digitales  Asie  

Pacifique).    

 

Spécialisée   sur   les   sociétés   du   Pacifique   sud,   l’unité   pluridisciplinaire   Centre   de   Recherche   et   de  

Documentation   sur   l’Océanie-­‐CREDO,   associant   également   l’EHESS,   a   créé   un   centre   de  

documentation  et  d’archives  unique  en  Europe.  En  plus  des  programmes  phares  qui  y  sont  menés  -­‐  

Copas  :  European  Consortium  for  Pacific  Studies/Consortium  sur  le  réchauffement  climatique  dans  le  

Pacifique   financé  par   l'Union  Européenne,   le  Labex  «  Récifs  coralliens   face  au  changement  global  »  

Page 8: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  8    

(CORAIL)  et  e-­‐TOILE  Pacifique,  réseau  pluridisciplinaire  francophone  sur  les  recherches  en  SHS  dans  le  

Pacifique  -­‐  l’unité  conduit  également  le  programme  CORPUS.    

 

La   Maison   Asie-­‐Pacifique-­‐MAP,   qui   abrite   le   CREDO   ainsi   que   l’Institut   de   Recherches   asiatiques-­‐  

IRASIA,  unité  mixte  de  recherche  pluridisciplinaire  consacrée  à  l'Asie  orientale,  jouent  un  rôle  central  

dans  ce  dispositif  de  recherche,  gérant  entre  autres  deux  fonds  spécialisés  exceptionnels,  dédiés  aux  

recherches  sur  l’Asie  et  le  Pacifique  et  offrant  des  services  audiovisuels.    

 

L’ensemble  constitue  un  dispositif  unique  sur   le  Pacifique  et   l’Asie  orientale,   rassemblant  plusieurs  

disciplines  autour  de  thématiques  communes  qui  vont  des  constructions  politiques  et  identitaires  et  

des   dynamiques   religieuses   aux   interactions   avec   l’environnement,   au   patrimoine,   aux  

recompositions  urbaines  ou  encore  à  la  linguistique  et  aux  littératures  d’Asie.  Au  plan  international,  

ces  recherches  sont  connectées  aux  travaux  menés  en  Asie  du  Sud-­‐Est  par  l’UMIFRE  IRASEC.  

 

1.1.3  Langages,  épistémologie,  cognition  

 

Au   sein   d’Aix-­‐Marseille   Université,   les   sciences   du   langage   impliquent   des   phonéticiens,   des  

linguistes,   des   informaticiens,   des   psychologues,   des   neuroscientifiques,   des   physiciens   et   des  

médecins   (Laboratoire   Parole   et   Langage-­‐LPL).   Elles   sont   internationalement   reconnues   pour   les  

études   sur   les   mécanismes   impliqués   dans   la   production,   la   perception   et   la   compréhension   du  

langage   oral   et   du   langage   écrit   dans   leurs   contextes   naturels.   Le   LPL   dispose   d’une   plateforme  

technique  mutualisée  au  sein  du  Centre  d’Expérimentation  sur   la  parole-­‐CEP.  Le   laboratoire  assure  

également   la   responsabilité   scientifique   et   technique   de   la   banque   de   données   parole   et   langage  

SLDR  (mutualisation  et  archivage  de  données  orales  garantissant  un  accès  pérenne).  Dans  le  cadre  de  

l'Equipex  ORTOLANG,  le  SLDR  pour  les  données  orales  et  le  CNRTL  pour  les  données  écrites  sont  les  

centres   de   ressources   à   partir   desquels   un   sous-­‐réseau   de   CLARIN   est   en   construction   en   France.  

ORTOLANG  propose  une   infrastructure  en  réseau  offrant  un  réservoir  de  données  et  d’outils  sur   la  

langue  qui  permet  la  modélisation  et  le  traitement  automatique,  la  valorisation  et  les  échanges  avec  

les  partenaires  industriels.  

 

Le  LPL  est  aussi   l'un  des  acteurs  principaux  du  LABEX  BLRI   (Brain  and  Language  Research   Institute)  

impliquant   six   laboratoires   de   la   région   PACA.  Des   compétences   interdisciplinaires   en   linguistique,  

informatique,   psychologie,   neurosciences   et   médecine   s’articulent   autour   d’un   ensemble   de  

plateformes  expérimentales  (CREX)  afin  d’étudier  le  traitement  du  langage  et  de  ses  bases  cérébrales  

par  le  biais  de  simulations  numériques  (voir  1.4.3).  

Page 9: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  9    

La  cognition  est  aussi  l’objet  de  recherches  épistémologiques  comparées  conduites  au  sein  de  l’unité  

Centre   d'épistémologie   et   d'ergologie   comparatives-­‐CEPERC,   avec   l’étude   comparative   des   objets,  

des   concepts   et   des   méthodes   propres   aux   différentes   disciplines   scientifiques.   Le   CEPERC,   avec  

plusieurs   unités   et   fédérations   de   mathématique   et   physique   d’AMU,   se   consacre   aujourd’hui   à  

l’épistémologie   des   sciences   mathématiques,   physiques   et   économiques,   tout   en   maintenant   un  

ancrage  spécifique  en  logique,  métaphysique  et  philosophie.    Le  CEPERC  a  également  développé  des  

recherches  en  philosophie  de  l’action  et  en  éthique  et  occupe  une  place  stratégique  au  sein  d’AMU  

par  ses  relations  avec  les  économistes  (GREQAM)  et  les  mathématiciens  (IMéRA).  

 

1.1.4  Economie  et  sociologie  

 

Le  GREQAM-­‐Groupement  de  Recherche  en  Economie  Quantitative  d’Aix-­‐Marseille  est   l’un  des  meilleurs  

centres  de  recherche  en  économie  de  France.  Ses  activités  de  recherche  et  d’enseignement  s’organisent  

autour   du   thème   des   méthodes   quantitatives   appliquées   aux   sciences   économiques   et   sociales  

(économétrie,  microéconomie,  macroéconomie).  L’unité  a  aussi  développé  des  thématiques  spécifiques  :  

interactions   et   réseaux,   philosophie   économique,   choix   social,   finance,   croissance   et   fluctuations,  

économie   de   l’environnement,   économie   géographique,   économie   internationale,   économie   de   la  

connaissance,  économie  du  travail,  fiscalité  et  redistribution,  économie  de  la  santé.  Le  GREQAM  porte  le  

LABEX  de  l’Aix-­‐Marseille  School  of  Economics  (AMSE)  dont  l’ambition  est  de  créer  une  école  d’économie  

sur  le  site  d’Aix-­‐Marseille.  Dans  cette  perspective,  le  temps  du  Labex,  le  GREQAM  est  destiné  à  devenir  la  

structure  recherche  de  l’AMSE  par  le  biais  de  l’enseignement  et  de  la  supervision  de  thèse  du  programme  

de  master  et  de  doctorat  AMSE.  

 

La  dimension   inter  et  pluridisciplinaire  est  aussi  présente  dans   les  travaux  conduits  au  LEST-­‐Laboratoire  

d'Economie  et  de   sociologie  du   travail,   focalisés   au   cours  des  dernières   années   sur   les   risques  psycho-­‐

sociaux   au   travail.   Cette   unité   est   particulièrement   ouverte   à   des   partenariats   avec   les   collectivités  

territoriales  et  les  entreprises  de  la  région  PACA.  

 

1.1.5.  Humanités  numériques  

 

Depuis  la  fin  des  années  1990,  Aix-­‐Marseille  Université  et  le  CNRS  jouent,  en  partenariat  avec  l’EHESS  et  

l’Université  d’Avignon,  un  rôle  leader  dans  le  développement  des  humanités  numériques  en  France  avec  

le  Centre  pour  l’édition  électronique  ouverte-­‐CLEO.    

 

Page 10: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  10    

Les   activités   du   CLEO   sont   articulées   autour   de   quatre   grands   services   offerts   à   l’ensemble   des  

communautés   des   sciences   humaines   et   sociales  :   Calenda,   outil   d’annonce   des   manifestations  

scientifiques  ;  Revues.org,  service  de  publication  de  revues  scientifiques  en  ligne  ;  Hypothèses.org,  plate-­‐

forme  de  mise  en  ligne  de  carnets  de  recherche  ;  enfin,  OpenEdition  Books,  plate-­‐forme  de  publications  

de   livres   électroniques   mise   en   œuvre   en   lien   avec   des   éditeurs   scientifiques   français   et   étrangers.  

L’ensemble  de  ces  activités   s’inscrit  dans   le   cadre  de   l’Equipex  Digital   Library   for  Open  Humanities,  par  

lequel  le  CLEO,  en  lien  avec  plusieurs  autres  institutions,  doit  construire  une  bibliothèque  internationale  

pour   l’édition   en   libre   accès.   Le   CNRS   et   AMU   s’associent   pour   permettre   au   CLEO   de   mener   un  

programme  ambitieux  d’innovations  techniques,  pour  créer  un  modèle  économique  destiné  à  assurer  la  

soutenabilité   de   ses   activités   et   pour   promouvoir   ses   outils   dans   l’espace   européen   des   humanités  

numériques.   Le   CLEO   et   la   Très   Grande   Infrastructure   de   Recherche   Huma-­‐Num   sur   les   Humanités  

Numériques  coopèrent  dans  le  cadre  du  développement  de  la  grille  de  service  Isidore.    

 

Le   pôle   «  Image,   son,   pratiques   du   numérique  »   de   la   MMSH   est   une   référence   nationale   en   ce   qui  

concerne   les   archives   de   la   recherche   scientifique,   les   réflexions   autour   de   l’écriture   numérique   et   la  

transmission  du  savoir  en  SHS.      

 

 

1.2  Energies  (sources,  usages,  territoires,  politiques    énergétiques)  

 

1.2.1  Fusion  nucléaire  

 

Sept  unités  de  recherche  sur  le  site  d'Aix-­‐Marseille  (PIIM,  M2P2,  CPT,  IUSTI,  CP2M,  LP3,  LATP,  I2M)  

sont  impliquées  dans  la  Fédération  nationale  de  Recherche  «  Fusion  par  Confinement  Magnétique  »  

dans   le   cadre  du  projet   ITER  et  du  programme  Euratom.   Les   recherches  portent   sur   la   turbulence  

dans   les   plasmas   (modélisation   de   la   dynamique   non   linéaire),   sur   l'étude   des   instabilités  

(confinement   magnétique   et   inertiel),   sur   le   diagnostic   des   plasmas   magnétisés   et   l'étude   des  

propriétés  de  barrières  de  transport  dans  ces  plasmas,  sur  l’interaction  plasmas-­‐parois.  

 

1.2.2  Energies  alternatives,  développement  durable  et  transition  énergétique    

 

En   dehors   du   nucléaire,   les   activités   de   recherche   dans   le   domaine   de   l'énergie   sur   le   site   de  

Marseille  couvrent  d'assez  nombreux  secteurs,   les  plus  visibles  portent  sur  les  énergies  alternatives  

et  le  stockage  :  

 

Page 11: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  11    

-­‐ Les  matériaux  et  la  chimie  des  matériaux  pour  l'énergie  :  les  champs  d’application  en  chimie  

des  matériaux  concernent  la  capture  et  le  stockage  de  gaz  et  de  l’énergie,  la  bio-­‐séparation  

ainsi  que  les  batteries  lithium  (Labex  Storex)  et  les  piles  à  combustible  par  l'électrochimie  des  

nanomatériaux.   La  chimie   radicalaire  possède  un  potentiel   d’applications  dans  ce  domaine  

de   l’énergie.   Le   domaine   du   solaire   photovoltaïque   est   également   très   concerné   (PV  

inorganique   :  silicium  (caractérisation)  et  couches  minces   (traitements  par   laser),  durabilité  

des  matériaux   (Equipex  Durasol).   Les   laboratoires   concernés   par   les   activités   sur   la   chimie  

des  matériaux  sont  regroupés  au  sein  de  la  Fédération  des  Sciences  Chimiques  de  Marseille.  

Des  recherches  originales  menées  dans  un  contexte  international  (UMI    Multi-­‐Scale  Materials  

Science  for  Energy  and  Environment-­‐MSE,  CNRS  et  AMU  avec  MIT)  concernent  également  les  

matériaux  en  relation  avec  le  sous-­‐sol  :   les  applications  concernent  le  stockage  de  l'énergie  

ou  les  gaz  de  schiste  (EU).  

 

-­‐ Les   Bioénergies,   avec   des   activités   reconnues   sur   la   production   d'hydrogène   (étude   des  

hydrogénases  et  du  métabolisme  de  l’hydrogène,  biopiles  à  combustibles…)  de  biogaz  et  de  

lipides   pour   la   fabrication   de   biocarburants,   en   particulier   les   biocarburants   de   3ème  

génération  à  partir  de   la   croissance  de  microalgues.  Complémentairement  aux   interactions  

plantes-­‐bactéries  et  aux  mécanismes  de  production  de  molécules  à  forte  teneur  énergétique  

(hydrogène,  lipides,  biomasse,  etc.)  sont  étudiés  les  mécanismes  de  sensibilité,  de  résistance  

et   d’adaptation   des   plantes   et   des  microorganismes   aux   stress   abiotiques   (radionucléides,  

métaux   lourds,  rayonnements   ionisants,  stress  hydrique,  carence  nutritionnelle,  etc.).  Cette  

thématique  implique  deux  unités  majeures  Bioénergétique  et  ingénierie  des  protéines-­‐BIP  et  

Biologie  végétale  et  microbiologie  environnementales-­‐BVME.  

 

-­‐ L'efficacité  énergétique  avec  des  activités  importantes  sur  l'intensification  des  transferts,  et  

plus   généralement   en   mécanique   des   fluides   et   combustion.   Plusieurs   des   laboratoires  

concernés   (Institut   de   Recherche   sur   les   Phénomènes   Hors   Équilibre-­‐IRPHE,   Institut  

universitaire   des   systèmes   thermiques   industriels-­‐IUSTI,   Laboratoire   de   mécanique   et  

d'acoustique-­‐LMA,  Laboratoire  de  mécanique,  modélisation  et  procédés  propres-­‐M2P2)  sont  

regroupés   au   sein   de   la   fédération   de   recherche   Fabri   de   Peiresc   et   du   Labex   MEC  

(Mécanique  Et  Complexité)  

 

Un  autre  domaine  en  émergence  est  celui  de  la  recherche  en  sociologie  de  l'énergie,  et  en  particulier  

dans  le  cadre  de  la  transition  énergétique  (MMSH  :  projet  TOTEM  «  Travaux  en  sciences  sociales  pour  

l’observation   de   la   transition   énergétique   en   Méditerranée  »   avec   le   Labex   MED).   L’unité   DICE  

Page 12: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  12    

apporte   également   ses   compétences   juridiques   dans   le   domaine   du   droit   de   l’énergie   et   son  

interaction  avec  les  problèmes  environnementaux.  

 

Enfin,   l’institut   Carnot   STAR  traite   des   problématiques   de   valorisation   et   transfert   de   technologies  

vers   le  monde   socio-­‐économique   dans   le   cadre   de   partenariats   avec   le  monde   industriel,   et   plus  

particulièrement  les  PME  et  les  ETI.  

 

1.2.3  Risques,  contrôle  et  sécurité  des  systèmes  énergétiques  complexes  

 

Les  domaines  concernés  sont  :  combustion  et  risques,  dynamique  des  feux  et  incendies  ;  énergie  et  

risques  environnementaux…  à  partir  d’approches  théoriques,  numériques  et  expérimentales.  

 

Des   recherches   originales   sont   conduites   par   plusieurs   unités   du   site   dans   ces   domaines   très  

particuliers,  portant  notamment  sur  :  

-­‐ les   risques   dans   le   domaine   de   la   physique   des   feux   et   la   dynamique   de   propagation   des  

incendies   ou   encore   sur   l'étude   du   comportement   de  matériaux   au   feu.   Une   équipe   sans  

murs   (ETIC)   a   également   été   créée   associant   l'IUSTI   et   l'IRSN   pour   s'intéresser   à   la  

problématique  des  feux  en  milieu  confiné  et  ventilé.  

-­‐ La  sécurité  des  réacteurs  à  fusion  de  type  tokamak  (poussières  et  détritiation).  

-­‐ Le  stockage  de  H2  sous  pression  (jets  à  masse  volumique  variable).  

-­‐ La  valorisation  du  CO2.  

 

 

1.3  Univers,  Terre  et  Environnements  physiques  et  humains  

 

1.3.1  Physique  du  modèle  standard-­‐  Etude  de  l’Univers  

 

Ce  champ  de  recherches,  qui    inclut  également  des  travaux  de  physique  théorique  sur  les  interactions  

fondamentales   (Centre  de  Physique  Théorique-­‐CPT),  notamment   la  gravité  quantique,   s’appuie   sur  

de   Très   Grandes   Infrastructures   de   Recherche   (TGIR)   comportant   de   fortes   collaborations  

internationales  avec  les  grandes  agences  internationales  traitant  d’expériences  au  sol  (accélérateurs,  

laboratoires  souterrains  ou  sous-­‐marins)  et  dans  l’espace.  Les  équipes  locales  de  l’IN2P3  et  de  l’INSU  

continuent   de   développer   un   savoir-­‐faire   technologique   de   pointe   et   assurent   le  management   de  

grands   projets.   Le   LABEX   OCEVU   (Origines,   Constituants   et   Evolution   de   l’Univers)   est   un   lieu  

d’échange  et  de  structuration  de  cette  activité.    

Page 13: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  13    

1. Physique  des  particules  :  cette   thématique  de  recherche  recouvre  un  ensemble  de  mesures  de  

précision   dans   le   cadre   du   Modèle   Standard   (MS)   de   la   physique   des   particules   et   des  

interactions   élémentaires.   Elle   adresse   certaines   des   plus   grandes   énigmes   de   la   physique  

comme  l’unification  des  forces,  de  l’origine  de  la  masse  des  particules,  de  l’origine  de  l’asymétrie  

matière-­‐antimatière  dans  l’univers.    Les  axes  de  recherche  sont  les  suivants  :  

-­‐ Etudes  des  propriétés  du  boson  de  Higgs  auprès  du  LHC  au  CERN  (ATLAS).  

-­‐ Recherches   directes   et   indirectes   de   nouvelles   particules   auprès   du   LHC   au   CERN  

(ATLAS/LHCb),  avec  notamment  la  recherche  de  la  super-­‐symétrie.  

-­‐ Physique  de  précision  des  quarks  b  et  top  (ATLAS)  et  étude  des  désintégrations  rares  des  

mésons  beaux  (LHCb).  Elle  concerne  l’étude  de  l’asymétrie  matière-­‐antimatière.    

-­‐ Etudes  de  la  nature  des  neutrinos  au  Laboratoire  Souterrain  de  Modane  (SuperNEMO).  

2. Astroparticules  :   il  s’agit   ici  d’un  domaine  d’étude  des  sources  et  mécanismes  d’accélération  de  

rayons   cosmiques   de   haute   énergie,   et   de   l’astronomie   multi-­‐messagers.   On   peut   citer   les  

programmes  suivants  :  

-­‐ Recherche  de  neutrinos  de  haute  énergie  émis  par  des  sources  astrophysiques  avec  

le   télescope   sous-­‐marin   ANTARES.   Les   projets   futurs   en   préparation   (MEUST   et  

ORCA)  mettront  en  œuvre  un  télescope  sous-­‐marin  de  deuxième  génération.    

-­‐ Astronomie   gamma   de   haute   énergie   étudiée   avec   le   réseau   de   cinq   télescopes   à  

effet  Cherenkov  HESS  situé  en  Namibie.    

3. Astrophysique   et   cosmologie  :   les   expériences   visent   la   détermination   d’un   ensemble   de  

paramètres  cosmologiques  clefs  en  utilisant  des  approches  multisondes.  Parmi  elles  :    

-­‐ Analyse   de   supernovæ   lointaines   avec   le   sondage   SNLS   du   CFHT   et   de   supernovae  

proches  dans  le  cadre  de  la  collaboration  SNFactory.    

-­‐ Analyse   des   oscillations   acoustiques   avec   l’expérience   SDSS   III/BOSS   (participation   au  

projet  américain  de  télescope  LSST  qui  sera  installé  au  Chili)  

-­‐ Physique   des   galaxies,   leur   dynamique,   la   formation   et   l’évolution,   au   travers   de  

nombreuses  missions  spatiales  (mission  ESA  EUCLID  et  programme  E-­‐ELT  de  l’ESO)  

-­‐ Etude  du  milieu  interstellaire,  milieu  interstellaire  galactique  diffus,  la  formation  stellaire,  

la  structure  de  notre  galaxie,  notamment  via  la  mission  spatiale  Herschel.  

-­‐ Physique   des   planètes   extrasolaires   et   des   étoiles,   (notamment   à   travers   les   projets  

CoRoT,  CHEOPS,  PLATO,  SPHERE,  SPIRou)  

-­‐ Exploration  du  système  solaire  et  formation  des  planètes.  

 

 

Page 14: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  14    

1.3.2  Instrumentation  pour  l’observation  

 

Des   compétences  et  un   leadership   technologique   sont   acquis  par  un  ensemble  de   laboratoires  du  

site,  parfois  lors  de  recherches  aux  interfaces.  Cela  peut  conduire  à  des  applications  sociétales,  des  

valorisations   ou   encore   permettre   de   faire   sauter   des   verrous   technologiques.   Cette   activité   se  

développe  vers  :  

-­‐ l’instrumentation   spatiale   pour   l’exploration   du   système   solaire   et   pour   les   satellites  

scientifiques,  

-­‐ l’optique  extrême  d’un  point  de  vue  théorique  et  instrumentale,  l’optique  adaptative,  la  

coronographie,    

-­‐ la  micro-­‐électronique  planaire  et  3D,  résistante  aux  radiations,  

-­‐ la  caractérisation  de  détecteurs  infra-­‐rouge  pour  le  spatial,  

-­‐ l'infrastructure  sous-­‐marine,  

-­‐ la  mécanique  des  systèmes  de  détection,  

-­‐ l'acquisition,  les  transferts  et  le  traitement  de  données  à  haut  débit,  

-­‐ la  grille  de  calcul  distribué.  

 

1.3.3  Système  Terre,  Climat,  environnement,  écologie  terrestre  et  marine  

 

Les   unités   du   site,   structurées   par   l’Observatoire   des   Sciences   de     l’Univers   PYTHEAS   (regroupant  

quatre  unités  INSU  et  INEE),  travaillent  en  forte  synergie  interdisciplinaire,  en  lien  avec  la  fédération  

de   recherche  ECCOREV   (regroupant  38  unités  de   recherche  dont  quinze  en  co-­‐tutelle  CNRS/AMU),  

sur   l’analyse  des   impacts  des  changements  climatiques  et  anthropiques,  sur   le  fonctionnement  des  

systèmes  écologiques   continentaux  et  marins,   sur   la  qualité  des  milieux   (écotoxicologie)   et   sur   les  

services  écosystémiques.  Sont  privilégiés  :   l’étude  des  pollutions  sur   la  qualité  des  ressources  et  du  

milieu  et  notamment  les  nouveaux  polluants  (nano  objets)  ;  la  relation  homme-­‐milieu  dans  les  zones  

littorales  et  côtières  (y  compris  le  milieu  urbain,  en  faisant  la  connexion  entre  les  bassins  versants  et  

les  écosystèmes  marins)  ;  les  liens  entre  l'évolution  moléculaire  et  celle  des  organismes  (en  étudiant  :  

la  phylogéographie,   la  diversité  génétique  et   les  disparités  biologiques  et  écologiques,   le   rôle  de   la  

modification   d'expression   des   gènes   dans   l'adaptabilité,   la   diversification   et   la   reproduction   des  

organismes.)  

 

Ces  volets  s’appuient  sur  trois  axes  :    

-­‐ Sciences  du  climat  et  environnement  :  autour  du  CEREGE-­‐Centre  européen  de  recherche  et  

d'enseignement   de   Géosciences   de   l'Environnement   dont   les   priorités   portent   sur   la  

Page 15: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  15    

géodynamique   de   la   Terre   et   des   planètes,   la   dynamique   et   les   cycles   climatiques,   la  

caractérisation   des   systèmes   sédimentaires,   la   dynamique   des   hydro-­‐systèmes,   la   mesure   de  

contaminants   (nanoparticules,  gaz  radioactifs   ...).  Ses   travaux  s’appuient  sur   le  Labex  OT-­‐Med,  

les  Equipex  Aster-­‐Cerege,  nano-­‐ID,  une  participation  aux  Equipex  Critex  et  Resif-­‐core.  

 

-­‐ Sciences   marines  :   l’Institut   méditerranéen   d’océanographie   couvre   les   recherches   sur   la  

dynamique   océanique,   les   écosystèmes   marins   (de   la   bactérie   aux   poissons),   les  

fonctionnements   biologiques   dans   les   environnements   extrêmes,   la   pollution   des   océans.   Ces  

travaux   s’appuient   sur   le  déploiement  de   campagnes  en  mer  et  d’instruments  et   laboratoires  

spécialisés  pour  les  sciences  de  la  mer  (notamment  la  plateforme  régionale  de  Cytométrie  pour  

la  Microbiologie)  et  sur  le  Labex  Corail.  Ils  utilisent  également  l’infrastructure  ANTARES  (dédié  à  

la  détection  des  neutrinos,  voir  Astroparticules).  

 

-­‐ Ecologie  :   une   approche   intégrative   et   interdisciplinaire   (i.e.   écologie   globale)   sur   le  

continuum   Mer-­‐Continent-­‐Société   est   développée.   Plus   précisément,   il   s’agit   d’examiner   les  

conséquences  des  effets  :  

de   l’anthropisation   (notamment   l’urbanisation)  qui  modifie   l’équilibre  délicat  des  zones  

littorales  et  côtières  (y  compris  les  îles)  et  des  bassins  versants,  

de  la  pollution  (eaux  usées,  embruns,  ETM  du  sol  …),    

des  changements  climatiques  sur  ces  écosystèmes  fragilisés.  

 

En  complément  des  actions  et  des  outils  de  mutualisation  ont  été  mis  en  place  comme  le  Dipee  Aix-­‐

Marseille  ;   des   observatoires   et   sites   expérimentaux   (OHM,   O3HP)   ainsi   que   des   Labex   en   réseau  

Serenade  et  DRIIMH.  

 

-­‐ Chimie  de  l’environnement  :   les  activités  scientifiques  développées  couvrent  des  thèmes  de  

recherche   à   caractère   fondamental   et   appliqué   dans   les   trois   compartiments   de  

l'environnement,   atmosphère,   eau   et   sol,   et   répondent   à   des   attentes   sociétales   comme   les  

problèmes  de  la  qualité  chimique  de  l'environnement  et  de  gestion  des  écosystèmes  naturels  et  

anthropisés.  Elles  s'appuient  sur  un  parc  analytique  important  et  sur  la  plate-­‐forme  mutualisée  

MASSALYA  (analyse  en   ligne  de   l'atmosphère)  dont   la  maintenance  et   la  gestion  sont  assurées  

par  le  Laboratoire  de  Chimie  de  l’Environnement-­‐LCE.  Elles  s’appuient  également  sur  de  grands  

instruments  nationaux  du  CNRS  (accélérateur  ASTER  installé  au  CEREGE,  lignes  synchrotrons).  

L’ensemble  de  ces  thèmes  est  tout  particulièrement  coordonné  par  la  fédération  ECCOREV.    

Page 16: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  16    

1.3.4  Sociétés  et  territoires  méditerranéens  

 

Le  dispositif  des  Ateliers  Thématiques  de  Recherche  Interdisciplinaires  (ATRI)  a  été  mis  en  œuvre  afin  

de  promouvoir  le  dialogue  entre  les  acteurs  des  différentes  disciplines  représentées  dans  LabexMed  

(archéologie,   histoire,   anthropologie,   sociologie,   géographie,   sciences   politiques,   économie,   droit,  

philosophie,   épistémologie,   etc.)   et   la   pratique   de   la   recherche   interdisciplinaire.   La   collaboration  

avec  les  sciences  de  la  Terre,  de  la  Vie  et  de  l’Environnement  est  également  encouragée.  

 

 

1.4  Vie  et  Santé  (études  biologiques  et  biomédicales,  enjeux  sanitaires  et  sociaux)  

 

Il   s’agit   d’un   domaine   particulièrement   important   avec   17   unités   en   co-­‐tutelle   CNRS-­‐AMU,   2  

fédérations   de   recherche   et   3   unités   de   service   (animaleries).   De   grands   chantiers   visent   à  

rationaliser   et   mettre   en   cohérence   l’implantation   des   unités.   Plusieurs   grands   secteurs  

d’excellence  caractérisent   le   site   :   biologie   structurale  et  microbiologie  ;   virologie,   immunologie,   et  

cancérologie  ;  neurosciences  ;  biologie  cellulaire  et  biologie  du  développement  ;  technologies  pour  la  

santé.  

 

1.4.1  Biologie  structurale  et  microbiologie  

 

Les  axes  principaux  de  recherche  de  ce  volet  sont  les  suivants  :  microbiologie,  biologie  structurale  et  

ingénierie   des   systèmes   macromoléculaires.   Les   unités   concernées   (Laboratoire   d'enzymologie  

interfaciale   et   de   physiologie   de   la   lipolyse-­‐EIPL,   Laboratoire   d'Ingénierie   des   Systèmes  

Macromoléculaires-­‐LISM,   Bioénergétique   et   ingénierie   des   protéines-­‐BIP,   Laboratoire   de   Chimie  

Bactérienne-­‐LCB,   Architecture   et   fonction   des   Macromolécules   Biologiques-­‐AFMB,   Information  

Génomique   et   Structurale-­‐IGS)   sont   implantées   sur   deux   sites   (Joseph   Aiguier   et   Luminy)   et  

s’appuient  sur  la  FR  Institut  de  Microbiologie  de  la  Méditerranée  (IMM).  Elles  participent  à  plusieurs  

PIA   en   Bioinformatique   (Ancestrome,   Bip-­‐Bip),   en   Bioressources   (Oceanomics),   et   à   une  

Infrastructure  nationale  (FRISBI).  

 

L’interface   de   la   chimie   moléculaire   avec   la   biologie   se   développe   notamment   dans   le   domaine  

biosciences   sur   les   relations   structure/fonction   enzymatique   et   sur   la   biocatalyse.   En   chimie  

radicalaire,  la  thématique  stress  oxydant  repose  sur  de  grandes  compétences  interdisciplinaires  pour  

aborder  les  processus  chimiques  du  vivant  dans  des  pathologies  impliquant  le  stress  oxydant.      

Page 17: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  17    

1.4.2  Virologie,  Immunologie  et  Cancérologie  

 

Il  s’agit  d’un  secteur  structuré  par  plusieurs  grands  instituts  sous  la  triple  tutelle  d’AMU,  du  CNRS    et  

de   l’Inserm.  Des  recherches  allant  du   fondamental   jusqu'à   la  clinique  caractérisent  ce  secteur.  Des  

recherches  sont  développées  sur   les  maladies   infectieuses  et  tropicales  émergentes  (URMITE  Unité  

de   Recherche   sur   les   Maladies   Infectieuses   et   Tropicales   Emergentes)   et   s’appuient   sur   l’IHU  

Méditerranée   Infection.   Une   recherche   de   haut   niveau   en   immunologie   est   effectuée   au   Centre  

d'Immunologie   de   Marseille-­‐Luminy-­‐CIML   (s’appuyant   sur  le   Labex   DCBiol   et   Inform  ;   le   projet  

Infrastructure   Phenomin  ;   le   projet   Démonstrateur   préindustriel   MyMabs  ;   CIPHE-­‐Centre  

d’immunophénomique).  Un  domaine  fort  en  cancérologie  (CRCM)  est  développé  avec  l’Institut  Paoli  

Calmettes.  

 

1.4.3  Neurosciences  

 

Les   unités   (Centre   de   Recherche   en   Neurobiologie   et   Neurophysiologie   de   Marseille-­‐CRN2M,  

Neurobiologie   des   Interactions   Cellulaires   et   Neurophysiopathologie-­‐NICN,   Institut   des  

Neurosciences   de   la   Timone-­‐INT,   Laboratoire   de   Psychologie   Cognitive-­‐LPC,   Laboratoire   de  

Neurosciences  cognitives-­‐LNC,  Neurosciences  intégratives  et  adaptives-­‐NIA,  Institut  des  Sciences  du  

Mouvement  Etienne-­‐Jules  Marey  ISM)  constituent  un  secteur  majeur  du  domaine  des  neurosciences  

sur   le   plan   national.   Elles   sont   actuellement   localisées   sur   plusieurs   sites   (Médecine   Nord,   Saint-­‐

Charles,   Timone,   Luminy).   Les   recherches   vont   du   fondamental   (neurobiologie   cellulaire   et  

moléculaire,   neurophysiologie   intégrative,   sciences   du   mouvement)   jusqu’aux   neurosciences  

cognitives.   Ce   secteur   implique   des   aspects   complémentaires   interdisciplinaires  :   aspect   médical,  

aspect  cognition,  avec  des  fortes  interfaces  avec  l’informatique,  la  linguistique,  la  psychologie  (Labex  

BLRI)  ;  interface  avec  l’ingénierie  (sciences  du  mouvement).    

 

1.4.4  Biologie  Cellulaire  et  Biologie  du  Développement  

 

Un   grand   centre   de   biologie   cellulaire   et  moléculaire   et   de   biologie   du   développement   (IBDM)   de  

visibilité   nationale   et   internationale   est   implanté   à   Luminy.   Il   s’appuie   sur   le   Labex   Inform   et  

l’Infrastructure   nationale   FBI   (France   BioImaging)   et   a   établi   des   connexions   scientifiques   avec   le  

secteur  des  neurosciences  et  de  l’immunologie.  

 

 

Page 18: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  18    

1.4.5  Technologies  pour  la  Santé    

 

Le  Centre  de  Résonance  Magnétique  Biologique  et  Médicale-­‐CRMBM  est  un  des  centres  nationaux  

d’excellence  en  imagerie  médicale  et  recherche  translationelle  (Infrastructure  nationale  FLI  -­‐  France  

Life  Imaging).  Il  développe  des  programmes  de  recherche  en  imagerie  du  petit  animal,  et  jouent  un  

rôle  majeur   pour   le   suivi   de   pathologies   humaines   et   leur   traitement   ou   leur   diagnostic   précoce  

(cerveau,   cœur,  muscle).   Il  dispose  d’équipements  de  RMN  très   sophistiqués   (Equipex  7T-­‐AMI)  qui  

constituent  un  atout  majeur  dans  le  domaine.  

 

Au   Centre   de   Physique   des   Particules   de   Marseille-­‐CPPM,   plusieurs   applications   découlent   de  

réalisations  expérimentales  en  physique  des  particules  :  tomographie  spectrale  à  rayons  X  basée  sur  

le  transfert  de  la  technologie  des  détecteurs  à  pixels  hybrides  de  l'expérience  ATLAS  ou  encore  suivi  

de  dose  en  hadronthérapie  avec  un  système  d'acquisition  xTCA  développé  pour  l'expérience  LHCb.  

 

L’interface   entre   la   biologie   (IBDM  ;   Infrastructure   France   Bioimaging)   et   l’optique/photonique  

(biophotonique)   constitue   un   thème   phare   de   l’Institut   Fresnel.   Il   s’agit   de   mettre   en   œuvre   de  

nouvelles   techniques   d’imagerie   optique   et   de   développer   des   concepts   originaux   de  

nanophotonique  pour  l’étude  optique  de  cellules  ou  tissus.  

 

Ces  développements  technologiques  sont  maintenant  transposés  dans  le  domaine  clinique  au  travers  

du  CEMEREM  et  plus  récemment  de  la  plateforme  CERIMED.  

 

 

1.5  Ingénierie,  Sciences  de  la  Matière,  Sciences  mathématiques  et  de  l’Information  

 

1.5.1  Sciences  pour  l’ingénieur  

 

Les  sciences  pour  l’ingénieur,  dans  les  domaines  de  la  mécanique,  de  l’énergétique  et  des  procédés  

sont   très  bien   représentées   avec  plusieurs   laboratoires   importants  :   LMA,   Institut  universitaire  des  

systèmes   thermiques   industriels-­‐IUSTI,   Institut   de   recherche   sur   les   phénomènes   hors   équilibre-­‐

IRPHE,  Laboratoire  de  Mécanique,  Modélisation  et  Procédés  Propres-­‐M2P2.  Les  activités  combinent  

une  forte  reconnaissance  internationale  et  un  vaste  champ  d’applications  (énergie,  environnement,  

aéronautique,  génie  nucléaire,   transports   terrestres,  génie  civil,   santé)  avec  un   fort   investissement  

dans   l’institut   Carnot   STAR   -­‐   Science   et   Technologie   pour   les   Applications   de   la   Recherche   -­‐   et  

plusieurs  pôles  de  compétitivité.  Ces  unités  sont  réunies  au  sein  de  la  fédération  Fabri  de  Peiresc  et  

Page 19: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  19    

constituent   la   base   du   Labex   MEC.   Ces   deux   outils   permettent   d’amplifier   les   synergies   entre  

équipes.  

 

Dans  le  domaine  de  la  mécanique  des  fluides  et  de  l’énergétique,  en  plus  des  activités  déjà  citées  au  

paragraphe  I.2,  on  trouve  de  fortes  compétences  en  :    

 

-­‐ Rhéologie  des  fluides  complexes  et  granulaires  ;  transferts  de  masse  et  de  chaleur  dans   les  

milieux   hétérogènes   ainsi   qu’aux   interfaces   et   diagnostics   associés  ;   modélisation   et  

simulation   des   écoulements   hétérogènes   et   problèmes   des   interfaces,   écoulements  

turbulents   supersoniques   et   ondes   de   choc   (soufflerie,   tube   à   choc)  ;   applications  

biomédicales.  

-­‐ Aérodynamique;  auto-­‐organisation  dans  les  systèmes  hors  équilibre;  écoulements  tournants  

industriels   et   écoulements   géo/astrophysiques  ;   mécanique   des   milieux   déformables  ;  

turbulence   ;   biomécanique   et   biophysique  ;   hydrodynamique   avec   un   accès   à   la   grande  

soufflerie  air-­‐eau  de  Luminy.    

-­‐ Méthodes  numériques  de  haute  précision  pour   le   calcul   intensif   en  mécanique  des   fluides  

(turbulence,  fluides  complexes,  milieux  hétérogènes  et  réactifs,  plasmas  de  bord).  Procédés  

membranaires  appliqués  au  traitement  des  eaux,  fluides  supercritiques.  

 

En   mécanique   des   solides   et   en   acoustique,   les   compétences   sont   reconnues   sur   le   plan  

international,   tant   sur   le   plan   fondamental   que   dans   les   applications   sociétales.   Les   domaines  

majeurs  concernent  le  développement  de  modélisation  multi-­‐échelles  pour  matériaux  et  structures,  

mais  aussi  la  modélisation  physique,  mathématique  et  numérique  des  ondes  sonores  et  ultrasonores.  

On   notera   la   participation   forte   dans   les   Labex   MEC   (mécanique   et   complexité)   et   Equipex  

Mesocentre,  ainsi  qu’un  partenariat  avec  les  pôles    de  compétitivité  PEGASE,  Pôle  Mer  Méditerranée,  

Capénergie  tout  comme  les  plateformes  technologiques  INOVSYS  et  CERIMED.  Ces  recherches  voient  

des  applications  majeures  en  ingénierie  dans  les  domaines  aéronautiques,  énergie,  environnement,  

génie  nucléaire,  transports  terrestres,  génie  civil  et  santé,  qui  se  mutualisent  au  sein  de  la  fédération  

de  recherche  Fabri  de  Peiresc  et  de  l’institut  Carnot  STAR.  

 

1.5.2  Chimie  et  Matériaux  

 

La   chimie   représente   un   ensemble   couvrant   un   champ   assez   large   avec   des   forces   de   niveau  

international   en   chimie   moléculaire,   en   chimie   radicalaire,   en   chimie   des   matériaux   en  

instrumentation  et  simulation.  Elle  possède  une  excellente  capacité  pour  nourrir  des  projets  à  partir  

Page 20: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  20    

de   travaux   amont   et   développer   des   interfaces   fructueuses   dans   les   domaines   scientifiques   de   la  

biologie  et  des  nanosciences.  Sa  notoriété  nationale  et  internationale  est  incontestable.    

 

La  chimie  moléculaire  se  positionne  sur  un  cœur  fondamental  (méthodologie,  synthèse  totale),  avec  

une  volonté  fortement  affichée  d’agir  à  l’interface  avec  la  biologie  d’une  part,  et  la  physique  d’autre  

part.  La  catalyse  énantio-­‐sélective  ainsi  que  les  méthodologies  de  la  reconnaissance  chirale  et  de  la  

séparation  d’énantiomères  constituent  une  expertise  unique.  Les  activités  centrées  sur  les  relations  

structure/fonction  enzymatique  et  la  biocatalyse  relèvent  d’une  vraie  interdisciplinarité.  

 

L’activité  en  chimie  radicalaire  organique  et  polymères  de  spécialité  (radicaux  stables,  polymérisation  

radicalaire)   lui   donne   une   position   de   leader   mondial   avec   un   fort   soutien   industriel.   Les  

développements  méthodologiques  aux   interfaces  (matériaux,  bioconversion,  chimie  thérapeutique)  

et   les   applications   en   énergie   (batteries   dans   le   cadre   du   réseau  RS2E)   (Cf.   I.2.2),   environnement,  

biomatériaux,  microélectronique  des  architectures  macromoléculaires  complexes  sont  prometteurs.  

La  caractérisation  physicochimique  et   l’étude  d’espèces  radicalaires  de   la   famille  des  nitroxydes,   le  

développement   de   nouveaux   agents   pour   la   Polarisation   Dynamique   Nucléaire   (PDN)   et   la  

thématique  stress  oxydant  ont  un  fort  impact.  

 

La  chimie  des  matériaux  se  positionne  comme  leader  en  calorimétrie  d’adsorption,  par  son  expertise  

indiscutable   de   la   thermodynamique   associée,   ses  moyens   de   synthèse   de  matériaux   poreux   très  

différents  les  uns  des  autres,  et  sa  maîtrise  de  leurs  applications  et  de  leur  modélisation.  Les  points  

forts  sont  l'étude  et  la  simulation  de  l’adsorption  des  gaz,  la  thermodynamique  et  le  transport  dans  

les   phénomènes   d'adsorption   de  mouillage,   ainsi   que   du   transport   de   charges   dans   les   systèmes  

multiphasiques.  Les  champs  d’application  concernent  la  capture  et  le  stockage  de  gaz  et  de  l’énergie,  

la  bio-­‐séparation.  La  chimie  des  matériaux  contribue  à   l’Institut  Carnot  STAR  et  au  Labex  STORE-­‐EX  

sur  le  stockage  électrochimique  de  l'énergie  (cf.  I.2.2)  

 

La   chimie   de   l’environnement   se   positionne   en   instrumentation   et   réactivité   atmosphérique,   avec  

des  développements  métrologiques  dans  différents  milieux  et  sur   la  métrologie  des  micropolluants  

organiques  (cf.  I.3.4).  

 

La   Fédération   des   Sciences   Chimiques   de   Marseille-­‐FSCM   regroupe   les   unités   de   chimie.  

Interlocuteur  unique  des  collectivités   locales  en  termes  d’acquisition  d’équipements  mi-­‐lourds,  elle  

organise  la  concertation  au  sein  de  la  communauté  universitaire  et  gère  les  plateformes  communes.  

Page 21: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  21    

Elle  offre  aux  unités  qui  la  composent  une  plateforme  scientifique  et  technique  de  tout  premier  plan  

et  assure  une  excellente  animation  scientifique.  

 

1.5.3  Physique  théorique,  sciences  de  la  matière,  nanosciences  

 

La  physique  fondamentale  et  la  physique  de  la  matière  sont  des  thématiques  d’excellence  du  site  qui  

trouvent  des  domaines  d’application  dans   la  science  des  matériaux,   les  technologies   innovantes,   la  

micro-­‐   et   nano-­‐   électronique   et   les   nanosciences.   Une   des   caractéristiques   remarquables   est   de  

mener  des  travaux  allant  du  fondamental  à  l’appliqué  et  de  développer  parallèlement  des  approches    

pluri-­‐  et  interdisciplinaires  en  lien  avec  les  mathématiques,   la  physique  des  particules,  ainsi  que  les  

sciences  de  l’environnement  et  du  vivant.    

 

-­‐ Physique   théorique  :   la   physique   théorique,   principalement   développée   au   Centre   de  

Physique  Théorique-­‐CPT,  disposant  du  plus  grand  effectif  en  France,  est  caractérisée  par  

une   forte   activité   sur   un   très   large   spectre  :   des   interactions   fondamentales,   à   la  

physique   statistique   et   mésoscopique   (systèmes   complexes,   dynamique   non-­‐linéaire,  

nano-­‐physique),  aux  systèmes  dynamiques  et  quantiques.  Certaines  voies  de  recherche  

sont   très  exploratoires,  abordant  des  problèmes  aux   frontières  de   la  connaissance.  Elle  

présente   de   nombreuses   interfaces   dans   les   domaines   de   l’énergie,   ou   des  

mathématiques,   de   la   biophysique   et   des   sciences   sociales.   Plusieurs   sont   formalisées  

avec  la  Fédération  de  Recherche  des  Unités  de  Mathématique  de  Marseille-­‐FRUMAM  et  

le  LABEX  ARCHIMEDE,  la  Fédération  Nationale  de  Fusion  par  Confinement  Magnétique  –  

ITER,  ou  le  LABEX  Origines,  Constituants  et  Evolution  de  l’Univers  (OCEVU).  

 

-­‐ Sciences  de   la  matière,  micro-­‐électronique  et  nanosciences  :   la  combinaison  des  savoir-­‐

faire  des  physiciens  et  des  chimistes  dans  le  domaine  de  la  croissance,  de  l’étude  et  de  la  

modélisation  des  matériaux,  s’est  également  concrétisée  dans  celui  des  nanosciences,  et  

plus   spécifiquement   des   nanomatériaux.   Les   travaux   vont   de   l’élaboration   de   nano-­‐

objets   originaux,   à   l’étude   de   leurs   propriétés   (par   microscopies   électroniques,  

spectroscopie  de   champ  proche  et   lointain,   études  de   surfaces…).  Ces   travaux  et   leurs  

applications   se   placent   dans   un   cadre   interdisciplinaire   au-­‐delà   de   l’interface   physico-­‐

chimique,   allant   de   la   nano-­‐médecine,   à   l’énergie,   à   la   catalyse   hétérogène   et   aux  

problèmes  d’environnement.  Ceci  s’est  notamment  traduit  par  de  nouvelles  thématiques  

à   l’interface   physique-­‐biologie   en   pleine   expansion.   Le   Centre   Interdisciplinaire   de  

Page 22: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  22    

Nanosciences  de  Marseille-­‐CINaM  est  un  moteur  dans  l’animation,  la  mise  en  cohésion  et  

la  coordination  des  nanosciences  dans  la  région  PACA  via  les  actions  du  C’Nano.  

 Un  des  points   forts  en  micro-­‐  et  nano-­‐  électroniques  est  de  développer  une  démarche  

complète  allant  des  aspects  fondamentaux  jusqu’aux  dispositifs  finaux.  Elle  se  traduit  par  

des   relations   très   importantes   avec   le   milieu   industriel   et   la   participation   active   au  

développement  économique  régional  et  national  dans  ces  domaines.  En  particulier,  une  

dynamique   importante   sur   la   e-­‐santé,   impliquant   largement   d’autres   secteurs  

disciplinaires  académiques  et  industriels,  ainsi  que  les  hôpitaux,  est  fortement  portée  par  

l’Institut  Matériaux  Microélectronique  et  Nanosciences  de  Provence-­‐IM2NP.  

 

L’ensemble  de  ces  activités  se  traduit  également  par  une  forte  implantation  dans  le  tissu  

régional  et  national  des  plateformes  technologiques,   largement  ouvertes  aussi  bien  aux  

laboratoires   de   recherche   académiques   qu’industriels   (en   particulier,   microscopie   et  

sonde   atomique   tomographique   de   l’IM2NP   intégrée   au   réseau   national   METSA,  

centrales  de  nanotechnologie  du  CINaM  et  de   l’IM2NP  formant,  avec  celle  du  CRHEA  à  

Nice,  la  centrale  de  proximité  CT-­‐PACA).  

 

-­‐ Optique   et   photonique,   électromagnétisme   (incluant   l’aspect     lasers)  :   les   recherches  

menées  dans  ce  domaine  couvrent  un  large  spectre  de  thématiques  liées  à  la  photonique  

et  à  l’électromagnétisme,  en  allant  du  fondamental  à  l’appliqué.  Outre  la  biophotonique  

(voir   1.4.1),   les   secteurs   d’excellence   reconnus   internationalement   concernent   ainsi   la  

théorie   de   l’électromagnétisme,   la   modélisation,   les   métamatériaux   et   cristaux  

photoniques,  la  conception  et  la  fabrication  de  couches  minces  optiques    et  la  physique  

des  interactions  lasers  impulsionnels-­‐matière  afin  de  développer  de  nouveaux  procédés  

photoniques.  

 

-­‐ Métrologie   et   physique   moléculaire  :   les   compétences   en   physique     atomique   et  

moléculaire   présentes   au   PIIM   permettent   de   développer   à   la   fois   des   études  

fondamentales  de  métrologie  à  partir  de  confinement  d'ions  et  de  manipulation  lasers  et  

des  études  avec  une  approche  très   interdisciplinaire  à   l'interface  avec   la  chimie  dans   le  

domaine   de   la   réactivité   moléculaire   et   de   la   simulation   en   laboratoire   du   milieu  

interstellaire.  

   

Page 23: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  23    

1.5.4  Sciences  mathématiques  et  de  l’Information  

 

Les  mathématiques  et  les  sciences  de  l'information  sont  au  cœur  de  la  science  contemporaine  et  des  

technologies   les   plus   novatrices   de   nos   sociétés.   Le   monde   numérique   dans   lequel   nous   vivons  

aujourd'hui   repose   sur   une   multitude   de   concepts,   de   méthodes   théoriques   ou   calculatoires,  

d'architectures   et   d'algorithmes   qui   sont   nés   dans   des   laboratoires   de   recherche   de   ces   deux  

disciplines.  De   nombreuses   avancées   conceptuelles   et   pratiques   ont   été   rendues   possibles   grâce   à  

une   couverture   de   l'ensemble   du   spectre   thématique,   depuis   les   aspects   les   plus   fondamentaux  

jusqu'aux   applications.   Les   sciences   mathématiques   et   les   sciences   de   l'information   sont  

interdépendantes   et   s’enrichissent   mutuellement;   de   nombreuses   problématiques   liées   à   la  

modélisation,   l'optimisation   et   l'apprentissage   traversent   les   deux   disciplines.   Il   est   donc  

indispensable   que   tous   les   laboratoires   des   deux   disciplines   soient   regroupés   dans   le  même   pôle  

thématique  de  l'AMU  et  que  leur  visibilité  soit  garantie  par  une  structuration  adéquate.  Ce  souci  de  

cohérence  et  de  visibilité  disciplinaire  n'empêche  pas  une  interaction  forte  avec  d'autres  disciplines  

du  site,  comme  par  exemple  les  sciences  de  l'ingénieur  et  l’épistémologie.  

 

Dans   le   domaine   de   l’information,   sont   également   développées   à   Fresnel   des   recherches   sur   le  

traitement  informatique  des  images  en  lien  avec  les  développements  instrumentaux.  

 

Les   laboratoires   I2M  et  CPT   regroupent   l’essentiel   de   la   recherche  en  mathématique   sur   le   site  et  

sont  présents  sur  trois  campus  :  CMI  Château  Gombert,  Luminy,  Saint-­‐Charles.  Ces  deux  laboratoires  

font   partie   de   la   fédération   de   recherche   FRUMAM   qui   coordonne   la   politique   scientifique   sur  

Marseille  et  sa  région  en  associant  Imath  à  Toulon  et  le  LMA  à  Avignon.  Par  ailleurs,  une  spécificité  

du   site   de  Marseille   vient   de   la   présence   du   Centre   international   de   rencontres  mathématiques-­‐

CIRM,   unité   de   service   entre   le   CNRS,   Aix-­‐Marseille   Université   et   la   SMF.   Avec   l’IHP,   l’IHÉS   et   le  

CIMPA,  le  CIRM  est  membre  du  labex  CARMIN  qui  regroupe  des  instituts  français  de  mathématiques  

à   vocation   nationale   ou   internationale.   Ce   centre   international   de   rencontres   génère   un   flux  

permanent  de  mathématiciens  nationaux  et  internationaux  de  haut  niveau  sur  la  région.    

 

La  recherche  en  mathématiques  couvre  un  large  spectre,  depuis  l’analyse,  la  géométrie,  la  topologie,  

la  dynamique,   l’arithmétique,   la  combinatoire,   les  EDP,   les  probabilités  et   les  statistiques   jusqu’aux  

applications  industrielles  ou  vers  d’autres  sciences  telles  que  la  biologie  ou  la  physique.  Sa  qualité  est  

reconnue   internationalement.   Cette   qualité   a   permis   la   réussite   du   labex  Archimède  qui   regroupe  

I2M,   CPT,   LIF,   LSIS   et   le   CIRM.   Ce   labex   permet   de   renforcer   les   collaborations   pluridisciplinaires,  

entre  les  mathématiques,  la  physique  et  l’informatique.  

Page 24: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  24    

 

Au  niveau  d’un  possible  mésocentre  de  calcul,  l’implication  du  CPPM  se  basera  sur  ses  programmes  

de   développement   de   grille  mondiale   (NGI)   pour   le   calcul   intensif   distribué   et   du   progiciel   DIRAC,  

initialement  conçu  au  CPPM.  

   

Page 25: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  25  

2. MISE  EN  OEUVRE  DE  LA  POLITIQUE  SCIENTIFIQUE  PARTAGEE

Les  Parties   conviennent  de   consacrer  prioritairement   leurs   ressources  dédiées   à   la   recherche,   à   la  

Politique  scientifique  partagée  telle  que  décrite  au  Titre  1  et  à  la  promotion  de  projets  de  recherche  

interdisciplinaires.  

2.1.  Orientations  générales  

Les   partenaires   attribueront   leurs   ressources   humaines   et   financières   au   terme   d’un   processus  

décisionnel    concerté  qui  vise  à  soutenir  prioritairement  et  conjointement  la  stratégie  scientifique  du  

site.    

Dans  cet  objectif,   les  Parties  conviennent  d’assurer  un  suivi  de  l’évolution  des  ressources  humaines  

et   financières  attribuées  à   leurs  unités  partagées.  Le  Comité   institutionnel  d’orientation  et  de  suivi  

(Cf  6.1),  partant  de  l’état  de  ces  ressources  établi  à  la  signature  de  la  Convention  à  l’échelle  du  site,  

examinera   son   évolution   au  moins   deux   fois   au   cours   de   la   durée   de   la   présente   Convention,   en  

regard   des   priorités   scientifiques   énoncées   au   Titre  1.   Cet   état   des   lieux   périodique   agrégeant   les  

priorités  et  les  nécessités  du  site  pourra  notamment  constituer  une  référence  pour  les  orientations  

préalables  aux  recrutements  telles  que  définies  par  les  Parties.    

Au  1er  janvier  2012,  les  ressources  affectées  sur  subvention  d’état  aux  Unités  sont  résumées  dans  le  

tableau  ci-­‐dessous  :    

EC  ou  Ch*   BIATSS  ou  ITA   Masse  salariale  2012  (K€)  

Dotation  2012  (K€)  

AMU   1  588   298   7  225  

CNRS   816   918   129  593   13  430  **  

*  Pour  AMU,  les  effectifs  sont  décomptés  en  EC.  Pour  le  CNRS,  les  effectifs  sont  décomptés  en  ETP.

**  Ce  montant  inclut  les  frais  d’infrastructure  liés  aux  unités  

Les  effectifs   des  personnels  permanents   affectés   au  1er   janvier  2012  par   chacune  des  Parties  dans  

chaque  unité  sont  communiqués  en  Annexe  3  à  la  Convention.  

imac
Page 26: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  26    

A  l’ensemble  de  ces  ressources  s’ajoutent  les  services  d’appui  à  la  recherche  d’AMU,  et  pour  le  CNRS,  

les   services   de   la   délégation   régionale,   l’accès   aux   grands   instruments,   et,   le   cas   échéant,   les  

ressources  de  ses  bureaux  à  l’étranger.  

 

Les   Parties   conviennent   de   déployer,   dans   la   mesure   du   possible,   une   démarche   de   Contrats   de  

Service   auprès   des   Unités   du   site.   Ce   contrat   sera   à   terme   co-­‐signé   par   les   Parties   tutelles   et   le  

directeur  de  l’unité  avec  des  engagements  partagés  de  qualité  de  service  incluant,  le  cas  échéant,  des  

possibilités   d’Emplois   clés   et   pouvant   s’appuyer   sur   une   démarche   GPEC   commune   au   niveau   de  

chaque  unité.  

 

2.2. Processus  concerté  d’affectation  des  ressources  

 

En   termes  opérationnels,   les  Parties   s’engagent  à  harmoniser   leurs  modalités  d’allocation  annuelle  

des  ressources  afin  d’évoluer  vers  un  processus  budgétaire  partagé  qui  prend  appui  sur  les  éléments  

suivants  :  

 

- l’adoption  d’un  calendrier  budgétaire  commun  

- le  partage  d’informations  sur   les   ressources  des  unités  mixtes  du  site  aux  différents  stades  du  

processus  (demande,  attribution,  consommation)  

- la   tenue   de   réunions   entre   les   Parties   et   les   directeurs   de   structure   de   recherche,   visant   à  

examiner   leurs   projets   et   leurs   demandes   de   ressources,   l’objectif   étant   de   déterminer   en  

commun  les  apports  de  chacun  compte  tenu  des  objectifs  scientifiques.  

 

Afin  de  favoriser  le  dialogue  et  les  échanges  d’information,  des  outils  communs  seront  utilisés  par  les  

partenaires,  dont  :  

- un  référentiel  budgétaire  partagé  :  basé  sur  la  nomenclature  d’achat  commune  EPST  et  EPSCP.  Il  

présentera  de   façon  agrégée  et  synthétique   les  postes  de  dépenses   (prévision  puis  exécution)  

par  regroupement  fonctionnel  ;  

- une   application,   dénommée   DIALOG,   permettant   la   saisie   et   la   restitution   des   demandes   de  

ressources   (humaines   et   financières)   des   structures   de   recherche   formulées   auprès   de  

l’ensemble   de   leurs   Tutelles   et   accessible   à   l’ensemble   des  Parties   prenantes  de   l’élaboration  

budgétaire.  

 

La  mise  en  œuvre  du  processus  budgétaire  partagé  pourra  s’inscrire  dans  une  démarche  progressive  

par   les   différents   établissements.   Chaque   Partie   signataire   de   la   Convention   aura   la   latitude   de  

Page 27: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  27    

définir   les  modalités  qui  prévalent  au  niveau  de  son  établissement  tout  en  veillant  à  s’inscrire  dans  

une  démarche  harmonisée,  en  cohérence  avec  les  priorités  scientifiques  partagées.  

 

2.3. Simplification  de  l’administration  de  la  recherche  

 

Dans   l’objectif   commun   de   simplifier   au   maximum,   au   profit   des   structures   opérationnelles   de  

recherche,  l’administration  de  la  recherche,  les  Parties  étudieront  la  faisabilité  et,  le  cas  échéant,  la  

mise  en  œuvre,  d’un  système  d’information  (SI)  financier  et  d’un  système  d’information  des  activités  

des   laboratoires   qui   soient   communs   entre   les   Parties.   Ces   deux   SI   pourront   s’appuyer   sur   les  

accords-­‐cadres  CPU-­‐AMUE-­‐CNRS  concernant  respectivement  les  outils  GESLAB  et  CAPLAB.  

 

2.4. Soutien  à  l’activité  de  recherche  et  à  la  mobilité  des  personnels  

 

Afin  de  soutenir  la  stratégie  scientifique  de  site,  les  Parties  conviennent  d’utiliser  dans  une  démarche  

concertée  les  procédures  permettant  aux  enseignants-­‐chercheurs  de  se  consacrer  plus  intensément  

à   leur   activité   de   recherche   sur   des   périodes   déterminées.   Pour   le   CNRS,   l’accueil   d’enseignants-­‐

chercheurs  en  délégation  aura  pour  objectif  principal  de  s’inscrire  dans  cette  démarche  stratégique,  

sur   la   base   de   propositions   validées   par   les   établissements.   De   façon   symétrique,   une   partie   des  

congés   de   recherche   pour   conversion   thématique   (CRCT)   dont   disposent   les   établissements   sera  

utilisée  en  cohérence  et  complémentarité,  avec  le  même  objectif.  Un  bilan  pluriannuel  des  accueils  

en   délégation   au   sein   des   laboratoires   et   de   l’attribution   des   CRCT   sera   présenté   en   Comité  

institutionnel  d’orientation  et  de  suivi  de  la  Convention  (Cf.  article  6.1).  

 

Les   Parties   pourront   mettre   en   place   des   dispositifs   permettant   d’accueillir   temporairement   des  

enseignants-­‐chercheurs,  français  ou  étrangers,  selon  un  processus  adapté  et  élaboré  conjointement  

par  le  CNRS  et  les  Etablissements  du  site.    

 

L’implication   des   personnels   CNRS   dans   l’offre   de   formation   des   Etablissements  du   site   d’Aix-­‐

Marseille   sera   poursuivie,   en   encourageant   les   directeurs   de   laboratoire   à   l’amplifier   au   sein   des  

équipes  où  elle  ne  serait  pas  encore  suffisamment  développée.  Les  chercheurs  CNRS,  sur  la  base  du  

volontariat,   peuvent   s’engager   sur   une   base   contractuelle   dans   des   activités   d’enseignement,  

(notamment  celles  régies  par  les  clauses  spécifiques  du  décret  2001-­‐935  du  11  octobre  2001  (PMP)  

et  du  décret  2009-­‐851  du  8  juillet  2009  (PES).  

 

imac
imac
Page 28: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  28    

2.5.  Accueil  de  doctorants  

 

Les   Parties   conviennent   d’œuvrer   en   synergie   en   matière   de   formation   à   et   par   la   recherche,  

notamment  dans  le  cadre  des  écoles  doctorales,  auxquelles  le  CNRS,  organisme  public  de  recherche,  

participe   avec   la   qualité   d’établissement   associé   au   sens   de   l’article   9   de   l’arrêté   du   7août   2006  

relatif  à  la  formation  doctorale.    

 

L’accueil  de  doctorants  au  sein  des  Unités  sur  le  site,  l’intégration  de  leur  activité  à  celle  des  Unités  

ou  équipes  de  recherche  constitue   le  socle  de  cet  engagement  commun,  qui  comprend  également  

une  implication  significative  des  Parties  dans  toutes  les  actions  visant  à  la  formation  des  docteurs  et  

à  l’aide  à  leur  insertion  professionnelle.    

 

Les   Parties   s’informent   de   leurs   interventions   réciproques   en   matière   de   contrats   doctoraux  

bénéficiant  aux  Unités.  

 

2.6.  Clauses  spécifiques  relatives  à  la  communication  

 

Les  Parties  s’engagent  à  définir  en  commun  une  politique  de  communication  du  site  qui  sera  mise  au  

service   de   la   stratégie   scientifique.   Cette   politique   visera   à   donner   une   visibilité   nationale   et  

internationale  au  site,  dans  le  respect  des  marques  des  différentes  Parties.  Elle  sera  mise  en  œuvre  

et  coordonnée  par  un  comité  de  pilotage  ad  hoc  représentant  les  différentes  Parties.  

 

2.7.      Signature  des  publications    

 

Pour  toute  publication  relative  à  des  travaux  effectués  dans  une  unité  mixte  de  recherche,  la  forme  

de  signature  à  adopter  est  la  suivante  :  

Titre  de  l’article  

Nom  Prénom  de  l’auteur  11,  Nom  Prénom  de  l’auteur  21  1Aix-­‐Marseille   Université,   CNRS,   le   cas   échéant,   autre   tutelle   de   l’UMR,   intitulé   développé   unité,  

(éventuellement  acronyme  UMR,  label  UMR),  Code  Postal,  Ville,  France  

 

 

 

 

Page 29: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  29    

3. POLITIQUE  EUROPEENNE  ET  INTERNATIONALE  

 

Les  Parties  concourent  à  élaborer  et  mettre  en  œuvre  des  coopérations  internationales  structurées  

et   formalisées.   Elles   chercheront   à   homogénéiser   et   renforcer   leur   stratégie   de   collaboration  

internationale   à   travers   une   démarche   s’inscrivant   dans   les   thématiques  majeures   et   les   priorités  

géographiques  du  site.  Les  coopérations  internationales  les  plus  fructueuses  entrant  dans  le  cadre  de  

priorités   scientifiques   fortes   pourront   évoluer   vers   des   unités   mixtes   internationales,   si   possible  

adossées   à   des   UMI   «  miroirs   »,   implantées   sur   le   sol   français,   favorisant   l’accueil   de   chercheurs  

étrangers.  

 

Les  Parties  conviennent  de  :  

- s’engager  à  harmoniser   les  outils  et   les  procédures  qu'elles  mettent  en  œuvre  pour  structurer  

leurs  actions  à  l’international  ;    

- s'informer   mutuellement   dès   la   décision   de   structuration   d’une   action   de   coopération  

internationale  par  l’une  des  Parties,  et  impliquant  plusieurs  partenaires  du  site  ;  

- favoriser   l’articulation   entre   formation   et   recherche,   et   notamment   à   travers   l’accueil  

d’étudiants   (masters   et   doctorants)   et   de   chercheurs   étrangers   et   faciliter   les   échanges   de  

chercheurs,   d’enseignants-­‐chercheurs,   de   personnels   d’appui   à   la   recherche,   ingénieurs   et  

techniciens  ;  

- s’engager  à  apporter  leur  soutien  au  montage  des  projets  en  réponse  aux  appels  d’offres  de  la  

Commission  Européenne  en  coordonnant  leurs  actions  de  formation  (exemple  :  préparation  des  

candidats   ERC),   et   celles   de   leurs   ressources   humaines   de   support   au   montage   de   projets  

européens  (exemple  :  IPE,  SPV).  

 

 

4. CLAUSES  SPECIFIQUES  RELATIVES  A  LA  PROPRIETE  INTELLECTUELLE  

 

Les  Parties  conviennent  des  dispositions  ci-­‐dessous  en  matière  de  protection  des  résultats  obtenus  

au  sein  des  Unités,  de  leur  valorisation  et  de  la  répartition  des  revenus  générés  en  cas  d’exploitation  

industrielle   et   commerciale   et   dans   le   respect   des   dispositions   du   Décret   n°   2014-­‐1518   du   16  

décembre  2014  relatif  au  mode  de  désignation  et  aux  missions  du  mandataire  prévu  à  l'article  L.  533-­‐

1  du  code  de  la  recherche.    

 

Les   Parties   conviennent   d’harmoniser   leurs   pratiques   et   procédures   en   matière   de   propriété  

intellectuelle.  

Page 30: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  30    

4.1. Protection  de  la  propriété  intellectuelle  

 

Tous  les  résultats,  brevetables  ou  non,  issus  des  recherches  menées  par  les  Parties  et  obtenus  au  sein  

des  Unités  y   compris  dans   le   cadre  de   collaborations   avec  des   tiers,  appartiennent  en  copropriété  

aux  Parties  co-­‐Tutelles  desdites  Unités  (ci-­‐après  Parties  copropriétaires).  

 

La   part   de   chacune   des   Parties   copropriétaires   est   fixée   à   parts   égales,   sauf   si   une   des   Parties  

copropriétaires  prouve  qu’elle  a  apporté  une  contribution  majeure  à  la  genèse  du  résultat,  en  termes  

de  moyens  humains,  financiers,  matériels.  

 

Tout  résultat  logiciel  ou  brevet  donnera  lieu  à  la  conclusion  d’un  accord  de  copropriété  qui  détaillera  

les  droits  et  obligations  des  Parties  copropriétaires.  

 

En  application  des  dispositions  du  décret  n°  2014-­‐1518  du  16  décembre  2014  précité,  une  des  Parties  

copropriétaires   est   désignée   comme   établissement   valorisateur   des   résultats   protégeables   par   un  

titre  de  propriété  intellectuelle  (ci-­‐après  Etablissement  valorisateur).  Les  Parties  conviennent  que  la  

Partie   qui   assure   la   gestion   du   Contrat   est   également   désignée   Etablissement   valorisateur.  

Conformément   au   décret   précité,   la   désignation   de   l’Etablissement   valorisateur   sera   confirmée  

rapidement   par   écrit   par   les   Parties   à   l’ouverture   de   chaque   nouvelle   déclaration   de   résultats  

communs.    

 

Dans  l’hypothèse  où  l’Etablissement  valorisateur  renoncerait  au  dépôt  d’une  demande  de  brevet,  ou  

souhaiterait   céder  sa  part  de  copropriété,   les  autres  Parties   copropriétaires  peuvent  en  disposer  à  

leurs  seuls  nom  et  bénéfice.  

 

4.2. Valorisation  

 

Les  missions  de   l’Etablissement  valorisateur   sont   celles  définies  dans   le  décret  n°2014-­‐1518  du  16  

décembre  2014    précité.    

 

Conformément  à  l’article  4  du  décret  précité,  et    au  regard  des  statuts  constitutifs  de  la  SATT  Sud  Est  

et   des   conventions   signées   entre   la   SATT   Sud   Est   et   les   Parties,   les   Parties   proposeront  

prioritairement  à  la  SATT  Sud  Est  de  se  voir  confier  les  missions  dévolues  au  mandataire  unique.  Si  la  

SATT   Sud   Est   ne   souhaite  pas   exercer   ces  missions   l’Etablissement   valorisateur   choisira   la   voie   de  

valorisation  qu’il  souhaite  adopter.  

Page 31: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  31    

Les  Parties  conviennent  de  mettre  en  œuvre  une  stratégie  coordonnée  de  valorisation  prenant  appui  

sur  des  portefeuilles  de  brevets.   Cette   stratégie   coordonnée  pourra   se   traduire  notamment  par   la  

constitution  de  grappes  de  brevets  et  par   l’octroi  de  mandats  croisés  de  valorisation  en  cohérence  

avec  les  axes  stratégiques  des  deux  Parties.  

 

4.3. Prise  en  charge  des  frais  et  répartition  des  revenus  

 

Par  frais  directs,  on  entend  :  

- les  frais  de  dépôt,  d’obtention,  de  maintien  et  de  défense  des  résultats,  ainsi  que  ceux  associés  

aux  demandes  de  titres  de  propriété  industrielle  devant  les  instances  compétentes;  

- les frais de dépôt et de conservation des matériels attachés aux résultats notamment des

matériels biologiques.

 

Dans   l’hypothèse   où   l’Etablissement   valorisateur   assure   lui-­‐même   les  missions   visées   à   l’article  

4.2  :   l’Établissement   valorisateur   assure   l’avance   des   frais   directs   de   protection   des   résultats.   Ces  

frais  directs  sont  remboursés  sur  les  revenus  d’exploitation.  

 

L’Etablissement   valorisateur   intéresse   l’ensemble   des   inventeurs   selon   les  modalités   de   l’article   R  

611-­‐14-­‐1   du   code   de   la   propriété   intellectuelle   et   du   décret   n°96-­‐858   du  2  octobre  1996  modifié,  

après  déduction  des   frais  directs  supportés  par   l’Etablissement  valorisateur  et  remboursement  des  

aides  et/ou  avances  remboursables.  

 

Une  fois  déduits  les  frais  directs  et  l’intéressement  versé  aux  inventeurs,  l’Etablissement  valorisateur  

affecte  ensuite  50%  du  solde  des  revenus  d’exploitation  à  l’Unité  concernée  par  le  résultat  exploité,  

cette  part  étant  plafonnée  à  25%  du  total  des  redevances  nettes  de  frais  directs.  

L’Etablissement   valorisateur   peut   prélever   20%   du   solde   des   revenus   d’exploitation   des   résultats  

après  déduction  des  frais  directs    au  titre  des  frais  indirects  qui  ont  été  engagés.    

 

Le  solde  final  est  reversé  par  l’Etablissement  valorisateur  à  chaque  Partie  copropriétaire  en  fonction  

de  sa  quote-­‐part  de  copropriété  telle  qu’établie,  le  cas  échéant,  dans  l’accord  de  copropriété.    

 

Dans   l’hypothèse   où   l’Etablissement   valorisateur   confie   à   la   SATT   Sud-­‐Est   la   protection   de   la  

propriété   intellectuelle  et  sa  valorisation,  celle-­‐ci  prélève   la  part  de  revenus  d’exploitation  prévue  

dans  la  convention  signée  entre  l’Etablissement  valorisateur  et  la  SATT  ainsi  que  par  le  plan  d’affaire  

de   la   SATT   et   reverse   le   solde   à   l’Etablissement   valorisateur   selon   les   termes   de   ces   mêmes  

Page 32: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  32    

documents.   L’Etablissement   valorisateur   intéresse   alors   l’ensemble   des   inventeurs   selon   les  

modalités  de   l’article  R611-­‐14-­‐1  du  code  de   la  propriété   intellectuelle  et  du  décret  n°  96-­‐858  du  2  

octobre  1996  modifié.  

 

Une   fois   l’intéressement   versé  aux   inventeurs,   l’Etablissement   valorisateur   affecte  ensuite  50%  du  

solde   à   l’Unité   concernée   par   le   résultat   exploité,   cette   part   étant   plafonnée   à   25%   du   total   des  

redevances  nettes  de  frais  directs.  

 

Le   solde   est   ensuite   reversé   par   l’Etablissement   valorisateur   à   chaque   Partie   copropriétaire   en  

fonction  de  sa  quote-­‐part  de  copropriété  telle  qu’établie  dans  l’accord  de  copropriété.    

 

 

5. CLAUSES  SPECIFIQUES  RELATIVES  A  L’ACTIVITE  CONTRACTUELLE  

 

Les  clauses  ci-­‐dessous  concernent  tous  les  domaines  qui  touchent  aux  partenariats  avec  les  milieux  

socioéconomiques  et  à  la  valorisation  de  la  recherche,  ainsi  qu’à  la  recherche  sur  projets.  

 

Elles   s’appliquent  à   l’ensemble  des  unités   relevant  de   la  présente  Convention,  ainsi  qu’à  celles  qui  

seraient  associées  en  cours  de  la  période  sexennale.  

 

Les   Parties   conviennent   d’harmoniser   leurs   pratiques   et   procédures   en   matière   d’activité  

contractuelle,  en  renforçant  la  qualité  du  service  rendu  et  la  relation  de  proximité  avec  les  Unités,  de  

manière  à  parfaire  les  services  et  moyens  mis  à  disposition  des  Unités  à  l’échelle  du  site.  

 

Elles  s’informent,  dans  la  mesure  du  possible,  à  l’engagement  de  la  Convention,  des  actions  qu'elles  

ont  déjà  entreprises  ou  souhaitent  entreprendre  concernant  les  accords-­‐cadres  industriels,  et  feront  

leurs  meilleurs  efforts  pour  faire  bénéficier  les  Unités  de  l'encadrement  contractuel  contenu  dans  les  

accords  qu'elles  ont  préalablement  négociés  avec  leurs  partenaires  industriels.  

 

Les  parties  s’engagent  à  coordonner  leur  action,  à  échanger  régulièrement  leurs  informations  dans  le  

cadre  des  travaux  du  comité  d’orientation  et  de  suivi  de  la  Convention  et  à  se  transmettre  un  bilan  

annuel  consolidé.  

 

 

Page 33: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  33    

5.1. Co  signature  et  gestion  des  contrats    

 

Les  parties   feront   tous   les  efforts  possibles  pour  parvenir  avant   la   fin  de   la  présente  Convention  à  

une  signature  unique  des  contrats.  D’ici  là,  conformément  à  l’article  4,  la  signature  d’un  Contrat  par  

les   Parties   ou   par   une   Partie   (en   cas   de   DGGF   ou   de   mandat   de   signature),   entraine   a   priori   la  

copropriété   des   Parties   co-­‐tutelles   de   l’Unité   concernée   sur   les   résultats   issus   des   recherches   de  

cette  Unité.  

 

Les   Parties   veilleront   ainsi   à   ce   que   les   contrats   de   collaboration   de   recherche   comportent   des  

clauses  de  propriété   intellectuelle  qui   fassent  valoir  avec  un  même  soin   leurs   intérêts.  Elles   feront  

valoir   avec   tout   tiers   signataire   la   copropriété   des   résultats   générés   dans   le   cadre   de   contrats   de  

collaboration  de  recherche,  voire  la  pleine  propriété  des  résultats.  Les  droits  à  retour  financiers  des  

Parties  en  cas  d’exploitation  directe  ou  indirecte  par  ce  tiers  devront  être  expressément  préservés.  

Le  renoncement  à  la  copropriété  des  titres  au  bénéfice  de  tiers  et  au  principe  de  retour  financier  ne  

pourra  être  acté  qu‘avec  l’accord  explicite  des  Parties.  

 

- En  cas  de  délégation  globale  de  gestion  :  

Lorsqu’une   des   Parties   dispose   d’une   délégation   globale   de   gestion   d’une   Unité,   elle   assure   la  

négociation,  la  signature  et  la  gestion  des  Contrats  de  cette  Unité.  

 

- En  l’absence  de  délégation  globale  de  gestion  :  

Les  Parties  conviennent  d’harmoniser,  de  simplifier  et  de  mutualiser  les  procédures  liées  aux  activités  

contractuelles,   de  manière   à   renforcer   la   qualité   du   service   rendu   aux  Unités.  Une   plateforme   de  

services  partagés  pourrait,  le  cas  échéant,  être  envisagée  par  les  Parties  pour  optimiser  la  gestion  des  

ressources  financières.  

 

La  gestion  des  Contrats  des  unités  mixtes  de  recherche  est  confiée  à  l’une  (ou  plusieurs)  des  Parties  

co-­‐tutelles   selon  une   répartition  prédéfinie  présentée  dans   l’Annexe  2.  Une  dérogation  ponctuelle  

pourra  néanmoins  être  accordée  sur  demande  du  directeur  de  l’unité,  au  vu  du  contexte  particulier,  

d’un  commun  accord  entre  les  Parties.  Dans  le  cas  d’une  unité  où  la  gestion  contractuelle  est  confiée  

à  plusieurs  Parties,  le  choix  de  la  Partie  gestionnaire  est  laissé  à  l’appréciation  du  directeur  de  l’unité,  

au   cas   par   cas,   avec   le   souci   de   maintenir   globalement   un   équilibre   sur   la   période   du  

conventionnement  entre  AMU  et  le  CNRS.  

 

Page 34: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  34    

Par  ailleurs,   les  Contrats  (hors  subventions  et  contrats  européens),  dont  le  contenu  a  été  approuvé  

par  les  Parties  concernées,  sont  signés  conjointement  par  les  Parties  co-­‐Tutelles  de  l’Unité  concernée  

dans   les   plus   brefs   délais   après   accord   du   directeur   de   l’Unité.   Pour   les   Contrats   d’un   montant  

inférieur  ou  égal  à  50  000  €  ou  les  contrats  portés  par  les  UMI,  un  mandat  de  signature  est  donné  à  la  

Partie  gestionnaire  du  Contrat.   La  Partie  gestionnaire   transmet,  aux  autres  Parties   co-­‐Tutelles,  une  

copie  du  Contrat  dès  signature  de  celui-­‐ci.  Au-­‐delà  de  cette  somme,  les  Contrats  (hors  subventions  et  

contrats   européens)   doivent   être   signés   conjointement   dans   les   plus   brefs   délais   après   accord   du  

directeur  de  l’unité.  

 

Enfin,  les  conventions  de  maturation  avec  la  SATT  Sud  Est  sont  signées  par  la  SATT  et  l'Etablissement  

valorisateur.    

 

5.2. Prélèvements  sur  contrats  

 

Quelle  que  soit  la  partie  gestionnaire,  un  prélèvement  au  taux  de  12  %  est  appliqué  sur  les  montants  

des   Contrats   (excepté   dans   le   cas   évoqué   aux   articles   5.3   et   5.4   et   pour   les   subventions   de  

recherche),  prélèvement  réparti  en  7  %  affectés  par  la  partie  gestionnaire  au  soutien  à  la  recherche,  

et   5  %  destinés   au   surcoût   des   dépenses  occasionnées   par   l’exécution   du   contrat   et   affectés   (par  

reversement  annuel)  à  l’établissement  qui  héberge  l’Unité.  

 

Concernant   les   projets   européens   gérés   par   la   filiale   de   l’université   d’Aix-­‐Marseille,   Protisvalor,   le  

taux  de  prélèvement  est  de  15%  compte  tenu  du  service  d’assistance  apporté  spécifiquement  pour  

les  projets  H2020.  

 

Un  bilan  annuel  sur  les  montants  ainsi  prélevés  et  sur  l’utilisation  des  fonds  affectés  à  des  actions  de  

soutien  à  la  recherche  sera  réalisé  par  chaque  Partie  et  communiqué  aux  autres  Parties  dans  le  cadre  

des  travaux  du  Comité  d’orientation  et  de  suivi  de  la  Convention.    

 

5.3. Clauses  spécifiques  concernant  les  «  conventions  attributives  »  ANR  

 

Les   clauses   de   ce   paragraphe   s’appliquent   aux   projets   ANR   classiques,   ainsi   qu’aux   projets   du  

programme   «   Investissements   d’avenir   »   pour   lequel   l’ANR   a   été   désignée   comme   principal  

opérateur.  

Page 35: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  35    

La   Partie   gestionnaire   des   moyens   accordés   par   l’ANR   a   en   charge   la   constitution   du   dossier  

(engagement  du  bénéficiaire),  la  mise  en  œuvre  du  projet,  ainsi  que  la  négociation  et  la  signature  de  

l’accord  de  consortium.  Il  lui  revient  d’informer  au  plus  vite  ses  partenaires  de  l’accord  de  consortium  

et  des  montants  engagés,  ainsi  que  de  fournir  toutes  les  justifications  aux  différents  contrôles  quant  

à  la  réalisation  effective  des  actions  prévues  au  contrat.  Il  rend  compte  aux  autres  parties  du  projet  

ANR  concernées  des  opérations  engagées.  

 

La  partie  gestionnaire  perçoit  les  frais  de  gestion  tels  que  fixés  par  l’ANR.    

Les  prélèvements  prévus  à  l’article  5.2  ne  s’appliquent  pas  aux  contrats  ANR.  

 

5.4. Clauses  spécifiques  concernant  les  conventions  de  subventions  européennes  

 

Dans  le  cadre  des  Contrats  conclus  avec  l’Union  européenne,  notamment  ceux  relevant  des  PCRD  et  

de   leurs   successeurs   (H2020),   chaque   Partie   peut   signer   et   gérer   les   projets   des   Unités   dont   elle  

assure   la  gestion   tel  que  défini  dans   l’Annexe  2.   Les  Parties   s’engagent  à   s’informer   régulièrement  

des  Contrats  ainsi  suivis.  

 

Si   des   parties   participent   conjointement   à   un   projet   (par   leurs   personnels   notamment),   et   en  

l’absence   de   délégation   globale   de   gestion,   les   Parties   peuvent   choisir   d’être   conjointement  

Bénéficiaires  de  la  subvention,  chacune  pour  sa  participation  ou  bien  de  désigner  une  Partie  comme  

bénéficiaire  et  d’inclure   l(es)   autre(s)   Partie(s)   comme  tierce(s)   partie(s)   liée(s)   au  bénéficiaire.   Les  

modalités  pratiques  de  mise  en  œuvre  de  ces  deux  options  sont  présentées  en  Annexe  1  paragraphe  

III.4.2.  

 

Pour  les  projets  relevant  des  programmes  du  Conseil  européen  de  la  recherche  (European  Research  

Council),  l’institut  d’accueil  (ou  «  Host  Institution  »)  est  la  partie  employeur  du  porteur  de  projet.  En  

cas   de   délégation   globale   de   gestion,   la   Host   Institution   sera   nécessairement   la   Tutelle   de   l’Unité  

disposant  de  la  délégation  globale  de  gestion.  

 

Il  est  entendu  entre  les  Parties  que  le  prélèvement  au  titre  du  soutien  à  la  recherche  et  des  surcoûts  

de  dépense  (dont  les  taux  sont  fixés  à  l’article  5.2)  est  limité  à  la  part  de  financement  correspondant  

aux   coûts   indirects   du   projet   et   ne   doit   pas   compromettre   l’équilibre   financier   du   projet.   En  

conséquence,  aucun  prélèvement  ne  s’applique  aux  contrats  lorsque  les  coûts  indirects  remboursés  

Page 36: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  36    

par   la   Commission   européenne   sont   inférieurs   au   prélèvement,   comme  par   exemple,   pour   le  7ème  

PCRD,  les  actions  Marie  Curie  et  les  actions  de  coordination  et  de  soutien.  

 

5.5. Existence  de  filiale  ou  de  structures  dédiées  particulières    

 

La  Partie  gestionnaire  d’un  Contrat  peut,  sous  réserve  d’en  informer  les  autres  Parties,  faire  appel  à  

une  filiale  dont  elle  est  actionnaire  majoritaire  ou  à  une  autre  structure  de  droit  privé  dont  la  SATT  

Sud-­‐Est  et  PROTISVALOR,  pour  exécuter  en  son  nom  et  dans  le  cadre  de  son  mandat  de  gestion  (au  

sens  de  l’article  1984  et  suivants  du  Code  Civil)  les  tâches  uniquement  liées  :  

 

1    d'une  part,  au  montage,  à  la  négociation  et  à  la  gestion  des  Contrats,    

2   -­‐ou   bien,   d'autre   part,   à   la   valorisation   d'inventions   (protection   de   la   propriété   intellectuelle,  

maturation,  commercialisation)  issues  des  unités  du  site.    

 

Dans   ce   cas,   le   recrutement   de   personnel   et   la   gestion   administrative   et   financière   n'est   possible  

qu'aux  seules  fins  de  valorisation,  et  à  l’exclusion  de  toute  autre  mission.  

 

Dans   ces   conditions,   la   partie   gestionnaire   demeure   le   seul   interlocuteur   des   autres   Parties.   Les  

Parties   concernées   restent  «  co-­‐signataires  »  et  «  co-­‐propriétaires  »,   sauf  exception  visée  à   l’article  

5.1,  dernier  paragraphe.  

 

 

6. DUREE  ET  SUIVI  DE  LA  CONVENTION  

 

6.1. Création  d’un  comité  d’orientation  et  de  suivi  de  la  Convention  

 

Afin  d’assurer  le  suivi  de  leur  partenariat,  les  Parties  conviennent  de  confier  à  un  Comité  ad  hoc  le  

suivi  de  la  bonne  exécution  de  la  présente  Convention.  

 

Il  est  composé  de  :  

 

- pour   le   CNRS,   du   Délégué   régional,   du   Directeur   Scientifique   Référent   (DSR)   et/ou   de   son  

adjoint,   d’un   représentant   de   la   DASTR   et,   le   cas   échéant,   des   représentants   des   Instituts  

concernés,  ainsi  que  des  responsables  des  services  les  plus  impliqués  de  la  délégation  régionale  ;  

Page 37: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  37    

- pour  AMU,  du  Président,  du  Vice-­‐  Président  Recherche,  du  Vice-­‐  Président  Valorisation,    du  (de  

la)  Directeur(trice)  général(e)  des  Services,  du  (de  la)    Directeur  (trice)  de  la  Recherche  et  de  la  

Valorisation,  ainsi  que  des  responsables  des  services  d’AMU  les  plus  impliqués.  

 

Il  se  réunit  au  moins  une  fois  par  an  sur  la  durée  de  la  Convention,  de  préférence  au  cours  du  premier  

semestre,  à  l’initiative  du  Délégué  régional  du  CNRS  et/ou  du  Président  d’AMU.  

 

6.2. Durée  de  la  Convention  

 

La  Convention  est  signée  pour  6  ans  et  entre  en  vigueur  à  compter  du  01/01/2012.  

 

6.3. Différends  

 

En  cas  d’inexécution  par  l’une  des  Parties  de  ses  obligations  contractuelles,  les  Parties  se  

concerteront  afin  de  trouver  une  solution  amiable.  En  cas  de  difficultés  persistantes,  elles  seront  

fondées  à  reconsidérer  leurs  engagements  réciproques.  

Page 38: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  38    

DEFINITIONS  

 

Convention  :  désigne  la  présente  convention  de  site  2012-­‐2017  et  ses  annexes.  

Politique  scientifique  partagée  :  désigne  la  politique  scientifique  partagée  par  les  Etablissements  du  

site  d’Aix-­‐Marseille  et  le  CNRS,  décrite  au  titre  1.  

Tutelle  :  désigne  les  Etablissements  apportant  des  moyens  significatifs  à  l’Unité  et  participant  à  son  

pilotage  scientifique.  

Partenaire   :  désigne   les  Etablissements  contribuant  au   fonctionnement  de   l’Unité  sans  participer  à  

son  pilotage  scientifique.  

Unité  :  désigne  toute  structure  opérationnelle  de  recherche  ou  de  service  (UMR,  UMS,  FRE,  FR,  etc.)  

hébergée   sur   le   site,   ayant   comme  Tutelles   au  moins   les   deux  Parties   et   listée   en  Annexe  2.   Sont  

listées  également  en  Annexe  2    les  structures  propres  de  recherche  du  CNRS  conventionnées  avec  les  

établissements  du  site.  

Contrat   de   Service   :   au   CNRS,   il   désigne   les   engagements   pris   par   une   unité   et   sa   délégation  

régionale  dans  plusieurs  domaines,  et  notamment  pour  la  gestion.  Il  fait  référence  au  contrat-­‐cadre  

qui   engage   l’ensemble   de   l’établissement   à   contribuer   à   la   mise   en   place   d’une   gestion   plus  

performante  de  l’administration,  et  à  améliorer  la  qualité  des  services  d’appui  à  la  recherche  auprès  

des  laboratoires.  Les  contrats  de  service  sont  mis  en  œuvre  dans  chaque  délégation  régionale,  unité  

par  unité,  et  sont  signés  par  le  Délégué  régional  et  le  Directeur  d’unité.  

Emploi   Clé   :   désigne   l’un   des   engagements   pris   par   l’établissement   dans   le   cadre   d’un   contrat   de  

service,  qui  consiste  à  remplacer  en  moins  de  trois  mois  toute  personne  qui  laisserait  vacant  un  poste  

clé,  c’est-­‐à-­‐dire  indispensable  à  la  bonne  marche  de  l’unité,  et  identifié  comme  tel  dans  le  contrat  de  

service.  

Contrat  :  désigne  tout  contrat,  convention  de  recherche  et  subvention  de  recherche   (y  compris   les  

conventions  de  subvention  européenne  et  de  subvention  de  l’ANR)  susceptible  d’être  conclu  par  les  

Parties   dans   le   cadre   d’une   Unité   relevant   de   la   Convention.   Cet   ensemble   inclut   notamment   les  

contrats  de  prestation  technique  ou  de  prestation  de  service  ainsi  que  les  contrats  de  collaboration  

de  recherche  et  de  financement  de  projets  scientifiques  sur  appels  à  propositions  ou  appels  d’offres,  

conclus  avec  des  organismes  financeurs  français  et  européens,  ou  autres.  

   

Page 39: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017   Page  39    

Liste  des  Annexes  

Annexe  1  :  Dispositions  générales  applicables  aux  Unités  

Annexe  2  :  Unités  en  co-­‐tutelle  entre  l’AMU  et  le  CNRS  

Annexe  3  :  Annexes  spécifiques  UMR  

 

 

Page 40: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

ANNEXE  n°1  à  la  CONVENTION  DE  SITE    

DISPOSITIONS  GENERALES  APPLICABLES  AUX  UNITES    

   Article  I.  Organisation  et  pilotage  interne  de  l’Unité  ..............................................................................  4  

I.1  Direction  et  instances  de  l’Unité  ...................................................................................................  4  

I.1.1  Mission  du  directeur  de  l’Unité  ...............................................................................................  4  

I.1.2  Organisation  scientifique  de  l’Unité  ........................................................................................  6  

I.2  Règlement  intérieur  de  l’Unité  .....................................................................................................  6  

I.3  Evaluation  de  l’Unité  .....................................................................................................................  7  

Article  II.  Ressources  humaines  de  l’Unité  ..............................................................................................  7  

II.1  Affectation  des  personnels  ..........................................................................................................  7  

II.2  Evaluation  et  appréciation  des  personnels  .................................................................................  8  

II.3  Participation  aux  instances  ..........................................................................................................  8  

II.4  Formation  permanente  ................................................................................................................  8  

II.5  Restauration  sociale  .....................................................................................................................  9  

II.6  Insertion  professionnelle  des  personnels  handicapés  ................................................................  9  

II.7  Activités  sociales  et  culturelles  ....................................................................................................  9  

Article  III.  Ressources  financières  et  gestion  des  Contrats  ...................................................................  10  

III.1  Principes  généraux  ....................................................................................................................  10  

III.2  Acquisition  de  matériels  et  inventaires  ....................................................................................  10  

III.3  Moyens  immobiliers  et  d’infrastructure  ...................................................................................  10  

III.4  Convention  de  coopérations  internationales  et  européennes  ................................................  11  

III.4.1  Coopérations  internationales  ..............................................................................................  11  

III.4.2  Gestion  des  subventions  européennes  ...............................................................................  11  

Article  IV.  Prévention,  santé  et  sécurité  au  travail  ................................................................................  12  

IV.1  Organisation  ..............................................................................................................................  12  

IV.2  Rôle  du  chef  d’établissement  ...................................................................................................  12  

IV.3  Rôle  du  directeur  de  l’Unité  ......................................................................................................  13  

IV.4  Assistant  prévention  (AP)  .........................................................................................................  13  

IV.5  Maîtrise  des  risques  ..................................................................................................................  13  

IV.6  Le  groupe  de  travail  Hygiène  et  Sécurité  de  l’Unité.................................................................  14  

IV.7  Communication  information  ....................................................................................................  14  

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  1  

Page 41: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

IV.8  Contrôles....................................................................................................................................  14  

IV.9  Plans  d’action  ............................................................................................................................  15  

IV.10  Formation  ................................................................................................................................  15  

IV.11  Santé  et  surveillance  médicale  ...............................................................................................  16  

IV.12  Intégration  de  la  sécurité,  mise  en  conformité  et  financement  ............................................  17  

IV.13  Respect  de  l’environnement  ...................................................................................................  17  

IV.14  Accidents  .................................................................................................................................  18  

IV.15  Situations  d’urgence  ...............................................................................................................  18  

Article  V.  Protection  du  potentiel  scientifique  et  technique  (PPST)  :  mise  en  place,  suivi  et  évaluation  ...............................................................................................................................................................  18  

V.2  Rôle  du  chef  d’établissement  dans  la  PPST  ...............................................................................  19  

V.3  Rôle  du  directeur  de  l’Unité  pour  la  PPST  .................................................................................  19  

V.3.1  En  tant  que  responsable  d’une  «  unité  protégée  »  .............................................................  20  

V.3.2  En  tant  que  chef  de  la  Zone  à  Régime  Restrictif    .................................................................  21  

Article  VI.  Sécurité  des  systèmes  d’information  (SSI)  ...........................................................................  21  

Article  VII.  Ressources  informatiques  ...................................................................................................  21  

VII.1  Labintel  et  autres  bases  de  données  .......................................................................................  21  

VII.2  Informatique  de  gestion  ..........................................................................................................  22  

VII.3  Accès  aux  ressources  informatiques  .......................................................................................  22  

VII.4  Correspondant  informatique  et  libertés  (CIL)  .........................................................................  22  

Article  VIII.  Diffusion  des  publications,  communication  et  médiation  scientifique  ..............................  23  

VIII.1  Archives  ouvertes  ....................................................................................................................  23  

VIII.2  Abonnements  électroniques  ..................................................................................................  23  

VIII.3  Communication  et  médiation  scientifique  .............................................................................  23  

Article  IX.  Respect  des  processus  et  audit  .............................................................................................  24  

IX.1  Cahiers  de  laboratoire  ...............................................................................................................  24  

IX.2  Audit  des  Unités  ........................................................................................................................  24  

IX.3  Archivage  ...................................................................................................................................  25  

     

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  2  

Page 42: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Les  définitions  reproduites  ci-­‐après  sont  celles  citées  dans  la  convention  de  site.  

 

Convention  :  désigne  la  présente  convention  de  site  2012-­‐2017  et  ses  annexes.  

 

Tutelle  :  désigne  les  Etablissements  apportant  des  moyens  significatifs  à  l’Unité  et  participant  à  son  pilotage  scientifique.    

 

Unité  :  désigne  toute  structure  opérationnelle  de  recherche  ou  de  service     (UMR,  UMS,  FRE,  FR,…)   hébergée   sur   le   site,   ayant   comme   Tutelles   au   moins   deux   des   Parties   et   listée   en  annexe.    

 

Contrat  :  désigne  tout  contrat,  convention  de  recherche  et  subvention  de  recherche  (y  compris  les   conventions   de   subvention   européenne   et   de   l’ANR)   susceptible   d’être   conclu   par   les  Parties  dans  le  cadre  d’une  Unité  relevant  de  la  Convention.  Cet  ensemble  inclut  notamment  les   contrats   de   prestation   technique   ou   de   prestation   de   service   ainsi   que   les   contrats   de  collaboration   de   recherche   et   de   financement   de   projets   scientifiques   sur   appels   à  propositions  ou  appels  d’offres,  conclus  avec  des  organismes  financeurs  français  et  européens,  ou  autres.  

 

 

   

Convention  de  site  d’Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  3  

Page 43: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Les   Unités   ont   vocation   à   mettre   en   œuvre   la   politique   scientifique   partagée   définie   dans   la  Convention.  

Dans  la  continuité  de  la  volonté  des  Parties  de  mettre  en  commun  des  ressources  au  service  d’un  co-­‐pilotage  des  travaux  de  recherche  qui  y  sont  conduits,  les  Unités  sont  fondées  sur  un  principe  de  co-­‐responsabilité.  

La  présente  annexe  a  pour  objet  de  définir  les  dispositions  générales  applicables  aux  Unités  relatives  à  leur  organisation  et  leur  pilotage  ainsi  qu’à  leurs  ressources.  

 

Article  I.  Organisation  et  pilotage  interne  de  l’Unité  

  I.1  Direction  et  instances  de  l’Unité  

L’équipe  de  direction  de   l’Unité  est   constituée  d’un  directeur  et,   le   cas  échéant,  d’un  ou  plusieurs  directeurs  adjoints  reconnus  dans  le  domaine  de  la  recherche  scientifique  et  technologique.  Elle  peut  également   inclure  un  responsable  administratif  pour   les  Unités  dont   la  taille  ou   l’activité   le   justifie.  L’équipe   de   direction   peut   être   assistée   d’un   comité   de   direction   rassemblant   l’ensemble   des  responsables  des  différentes  structures  internes  de  l’Unité.  

L’Unité  est  dotée  d'un  conseil  de  laboratoire,  institué  conformément  notamment  au  décret  n°82-­‐993  du  24  novembre  1982.  S’il  existe  au  sein  de  l’Unité  une  instance  dont  les  règles  d’organisation  et  de  fonctionnement   sont   conformes   à   celles   qui   régissent   au   CNRS   le   conseil   de   laboratoire,   cette  instance   tient   lieu   de   conseil   de   laboratoire.   L’Unité   est   dotée,   le   cas   échéant,   d’une   instance   de  conseil  d’orientation  ou  de  prospective.  

 

I.1.1  Mission  du  directeur  de  l’Unité  

Nommé  conjointement  par  les  Tutelles  conformément  à  la  réglementation  qui  leur  est  applicable,  le  directeur  assure  la  direction  scientifique,  administrative  et  financière  de  l’Unité.  

En   cohérence   avec   la   politique   scientifique   partagée   et   au   titre   de   ses   missions   de   direction,   le  directeur  de  l’Unité  est  responsable  devant  les  Tutelles  des  orientations  scientifiques  et  de  la  bonne  marche  de  l’Unité.  

A  ce  titre,  il  est  :  

responsable   devant   les   Tutelles   des   orientations   scientifiques   de   l’Unité.   Il   se   prononce  notamment   sur   toutes   les   demandes   de   financement,   y   compris   de   thèse,   d’accueil   en  détachement  ou  en  délégation.  Il  est  également  consulté  sur  les  demandes  de  congés  pour  conversion   thématique   au   bénéfice   des   enseignants-­‐chercheurs,   les   propositions   de  chercheurs-­‐enseignants,  les  demandes  de  contrats  à  durée  déterminée  post-­‐doctoraux  ;  

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  4  

Page 44: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

chargé   d’identifier   et   de   recenser,   à   l’attention   des   Tutelles,   les   besoins   en   ressources  humaines  et  financières  jugées  nécessaires  pour  la  mise  en  œuvre  des  objectifs  scientifiques  fixés  à  l’Unité.  Il  est    consulté  sur  l’affectation  des  personnels  au  sein  de  l’Unité  ;    

responsable   du   personnel   de   l’Unité,   qui   est   placé   sous   son   autorité.   A   ce   titre,   il   veille  notamment  à  ce  que  les  personnels  accueillis  dans  l’Unité,  y  compris  les  doctorants,  les  post  doctorants,   les   contractuels   et   les   stagiaires  bénéficient  d’une  position   statutaire   régulière  ou,  lorsqu’ils  ne  sont  pas  fonctionnaires,  d’un  contrat  de  travail  et  d’une  assurance,  et,  pour  l’accueil   des   étudiants   de   l’enseignement   supérieur,   d’une   convention   de   stage.   Les  bénéficiaires  des  allocations  versées  au  titre  de  la  formation  par  la  recherche  sont  titulaires  d’un  contrat  à  durée  déterminée  (cf.  article  L  412-­‐2  du  code  de  la  recherche)  ;    

responsable  de  la  santé  et  de  la  sécurité  des  personnes  au  sein  de  l’Unité  placées  sous  son  autorité  ou  accueillies  ;  

chargé   de   la   mise   en   œuvre   du   dispositif   de   protection   du   patrimoine   scientifique   et  technique  (PPST)  de  l’Unité  ;  

responsable  de   la   gestion  de   l’ensemble  des   ressources  dont  dispose   l’Unité,   à   l’exception  des  ressources  contractuelles,  dans  le  strict  respect  des  règles  qui  s’appliquent  aux  Tutelles  ;  à   ce   titre   notamment,   il   donne   son   accord   écrit   à   tout   projet   de   contrat,   quel   que   soit  l’établissement  gestionnaire,  impliquant  ou  non  l’utilisation  des  ressources  de  l’Unité.  

Le  directeur  de  l’Unité  est  également  :    

responsable  de  l’organisation  de  l’Unité  par  la  mise  en  place  d’un  organigramme,  d’éventuels  services   internes   (départements,   équipes,  groupes)   et   l’affectation   en   lien   avec   les  responsables  des  personnels  de  l’Unité  dans  ces  structures  ;  

responsable  de  la  mise  en  place  des  instances  réglementaires  de  l’Unité  (dont  le  conseil  de  laboratoire   ou   équivalent,   groupe   de   travail   Hygiène   et   sécurité)   et   de   leur   bon  fonctionnement  ;  

 chargé  de  s’assurer  que  tous   les  personnels  de   l’Unité  ont  pris  connaissance  du  règlement  intérieur   de   l’Unité.   responsable   des   relations,   institutionnelles   ou   conventionnelles   que  l’Unité   entretient   avec   des   tiers.   Elles   peuvent   notamment   impliquer   la   production   ou   la  réception   de   prestations,   de   produits,   d’informations   de   toute   nature   ou   de   résultats  scientifiques  ;  

responsable  des  traitements  de  données  personnelles  mis  en  œuvre  au  sein  de  l’Unité  dans  le  respect  de  la  loi  n°78-­‐17  du  6  janvier  1978  dite  «  loi  CNIL  »  ;  

responsable   de   la   production   du   rapport   d’activité   de   l’Unité   communiqué   aux   instances  d’évaluation.  

Les  Tutelles  s’engagent  à  consentir  au  directeur  de  l’Unité  les  délégations  de  compétence  (pouvoir,  signature)  qui  sont  nécessaires  à  l’exécution  de  ses  missions.  

Convention  de  site  d’Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  5  

imac
Page 45: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Les  Tutelles   s’engagent  également  à  mettre  en  œuvre   tous   les  moyens  nécessaires  pour   renforcer  l’attractivité   des   fonctions   de   directeur   d’Unité   auprès   des   chercheurs   et   des   enseignants-­‐chercheurs,  notamment  en  termes  de  rémunération.  Ainsi,  s’il  s’agit  d’un  agent  du  CNRS,  le  directeur  de  l’Unité  perçoit  du  CNRS  une  indemnité  spécifique  pour  fonction  d’intérêt  collectif.  S’il  appartient  au   corps   des   enseignants-­‐chercheurs   il   bénéficie   d’une   prime   de   charge   administrative   (PCA)   qu’il  peut    transformer  à  sa  demande  en  aménagement  de  ses  obligations  de  services.  

En   cas  de  défaillance  du  directeur  de   l’Unité  dans   l’exercice  de   ses   fonctions,   les   Tutelles  peuvent  prendre   toute   mesure   conservatoire   qu’elles   jugent   utiles   au   bon   fonctionnement   de   l’Unité,  notamment  par  la  nomination  d’un  directeur  de  l’Unité  par  intérim.  

Lorsque   l’intérêt  du   service   l’exige,   il  peut  être  mis   fin  aux   fonctions  du  directeur  de   l’Unité  avant  l’expiration   de   son   mandat.   Il   en   est   avisé   préalablement   et   dispose   du   temps   nécessaire   pour  consulter  son  dossier.    

 

I.1.2  Organisation  scientifique  de  l’Unité  

 

L’Unité   peut   être   constituée   d’équipes   ou   de   groupes   de   recherche   avec,   le   cas   échéant,   une  structuration  en  départements.  

Les   équipes   de   recherche   sont   clairement   identifiées   thématiquement   et   sont   menées   par   un  responsable  scientifique.  

 

  I.2  Règlement  intérieur  de  l’Unité  

 

Les  modalités  particulières  d’organisation  et  de  fonctionnement  de  l’Unité  doivent  faire  l’objet  d’un  règlement  intérieur  établi  par  le  directeur,  avec  l’appui,  si  nécessaire  du  Délégué  régional  du  CNRS.  Il  est  signé  par   les  Tutelles  après  consultation  du  conseil  du   laboratoire  ou  de   l’instance  qui  en  tient  lieu.  

Ce  règlement   intérieur  précise  en  particulier   l’organisation  générale  de   l’Unité,   les   règles  adoptées    en   matière   d’horaires   de   travail,   de   santé   et   de   sécurité,   de   suivi   des   congés,   d’accès   aux  laboratoires,   d’accueil   des   nouveaux   entrants,   d’utilisation   des   ressources   communes   notamment  informatiques.   Ces   règles   doivent   être   conformes   aux   dispositions   arrêtées   en   la   matière   par   les  Tutelles,  chacune  pour  ce  qui  la  concerne.  

Le  règlement  intérieur  est  porté  à  la  connaissance  des  agents  par  voie  d’affichage  dans  les  locaux  de  l’Unité  ou  par  tout  autre  moyen.  

 

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  6  

Page 46: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

  I.3  Evaluation  de  l’Unité    

 

L'Unité   est   évaluée   conformément   à   la   réglementation   en   vigueur,   notamment   dans   le   cadre   des  articles  L  114-­‐3-­‐1  et  suivants  du  code  de  la  recherche  relatifs  à  l'organisation  et  au  fonctionnement      du  Haut  Conseil  de  l’évaluation  de  la  recherche  et  de  l’enseignement  supérieur  et  également,  le  cas  échéant,   par   les   instances   compétentes   des   Tutelles   selon   les   règles   et   procédures   qui   leur   sont  propres.  

 

Article  II.  Ressources  humaines  de  l’Unité  

 

Les   Tutelles   conviennent  de  mettre   en  œuvre   une  politique   cohérente   de   l’emploi   scientifique   en  opérant  notamment  une  gestion  rationnelle  du  potentiel  humain  de  la  recherche  conformément  aux  prescriptions  de  l’article  L.  411-­‐2  du  code  de  la  recherche.  

Les  actions  concertées  dans  le  domaine  des  ressources  humaines  seront  conduites  en  accord  avec  les  recommandations   de   la   charte   européenne   du   chercheur   et   du   code   de   bonne   conduite   pour   le  recrutement  des  chercheurs.  

Les  Tutelles  s’attacheront  à  promouvoir  la  parité,  en  particulier  en  recherchant  une  participation  et  une   représentation   aussi   équilibrées   que   possible   des   femmes   et   des   hommes   en   matière   de  recrutements,  d’évolution  de  carrière  et  d’accès  aux  fonctions  d’encadrement.  Elles  s’attacheront  en  outre  à  encourager  des  actions  positives  concrètes  en  faveur  des  personnels  handicapés  et  visant  à  favoriser  l’égalité  de  traitement  entre  eux  et  par  rapport  aux  autres  agents.  

 

  II.1  Affectation  des  personnels  

 

Les  Tutelles  affectent  à  l’Unité  des  personnels  chercheurs,  enseignants-­‐chercheurs,  IT  et  BIATSS.  

L’accueil   à   temps   plein   par   le   CNRS   d’un   enseignant-­‐chercheur   en   délégation   engage   une  contrepartie   financière  du  CNRS  correspondant  à  192  h  de  vacations  un  accueil  à  mi-­‐temps   faisant  l’objet  d’une  contrepartie  financière  proportionnelle.  

Les  Tutelles  de  l’Unité  s’informent  si  possible  chaque  semestre  et  au  minimum  une  fois  par  an  lors  du  Comité   d’orientation   et   de   suivi,   sous   forme   de   données   informatiques,   des   mouvements   de  personnels  effectués  dans  l’Unité.  

Une   concertation   préalable   sera   conduite   chaque   année   entre   les   Tutelles   sur   les   affectations   et  mouvements  de  personnels,  en  lien  avec  le  directeur  de  l’Unité,  afin  notamment  d’effectuer  un  bilan  et   d’arrêter   les   priorités   de   recrutements.   Elles   organisent   des   rencontres   afin   de   traiter,   en  particulier,  des  problèmes  de  mobilité,  de  façon  régulière  ou  à  la  demande  de  l’une  d’entre  elles.  

Convention  de  site  d’Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  7  

imac
imac
Page 47: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Chaque  Partie  conserve  vis-­‐à-­‐vis  de  son  personnel   toutes   les  charges  et  obligations  afférentes  à  sa  qualité  d’employeur.  

Les   personnels   affectés   à   l’Unité   sont   placés   sous   l’autorité   du   directeur   et   soumis   au   règlement  intérieur  en  vigueur  dans   l’Unité,   sans  que  ceci  ne  puisse  modifier  en   rien   les  droits  et  obligations  qu’ils  tiennent  de  leurs  statuts  respectifs.    

 

  II.2  Evaluation  et  appréciation  des  personnels  

 

Les   personnels   chercheurs   et   enseignants-­‐chercheurs   de   l’Unité   sont   soumis   aux   instances  d'évaluation  de  leur  établissement  d'origine  selon  les  règles  et  les  procédures  qui  leur  sont  propres.  

L'activité  des  personnels   IT  et  BIATSS   fait   l'objet  d'une  évaluation  annuelle.  A   l’issue  de   l’entretien  mené  par  le  responsable  hiérarchique  de  l’agent,  une  appréciation  est  rédigée  et  soumise  pour  avis  à  l’agent  concerné,  puis  validée  par  le  directeur  de  l’Unité  selon  les  règles  en  vigueur  dans  chacun  des  établissements  dont  il  relève.  Cette  appréciation  est  communiquée  individuellement  à  chaque  agent  et  à  la  Tutelle  dont  il  relève.  

 

  II.3  Participation  aux  instances  

 

Chaque  Tutelle  garantit  aux  agents  relevant  de  l'autre  la  participation  à  ses  instances  consultatives  et  délibératives  dans  le  respect  de  la  réglementation  en  vigueur.  

 

  II.4  Formation  permanente  

 

Le   directeur   de   l’Unité   veille   au   développement   professionnel   des   agents   placés   sous   sa  responsabilité   et   à   leur   évolution   de   carrière   notamment   en   favorisant   l’accès   à   la   formation  permanente  pour  les  personnels  permanents  comme  pour  les  non-­‐permanents  ainsi  qu’à  la  mise  en  place  des  formations  aux  risques  notamment  pour  l’accueil  des  nouveaux  personnels  et  étudiants.  

Il   est   responsable   de   la   formalisation   de   la   stratégie   de   formation   via   l’élaboration   du   Plan   de  formation   de   l’Unité   (PFU),   construit   sur   la   base   des   objectifs   scientifiques   de   l’Unité   et   du  recensement  des  besoins  en   formation,  évolution  professionnelle,  mobilité.   Il   transmet   le  PFU  à   la  Délégation  régionale  du  CNRS  et  au  service  formation  de  chacune  des  Tutelles  de  l’Unité.  

Les  personnels  de  chaque  Tutelle  bénéficient  des  actions  de  formation  permanente  mises  en  œuvre  par  leur  établissement  d'origine  et  ont  accès  à  celles  dispensées  par  l’autre  ou  les  autres  Tutelles.  

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  8  

imac
Page 48: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Les  Tutelles  s’efforcent  d’harmoniser   leur  politique  de  formation  permanente,  de  mettre  en  œuvre  des   actions   conjointes,   et   de   proposer   des   formations   mutualisées   ou   à   coûts   partagés.   Elles  précisent  notamment  les  modalités  d’accès  des  personnels  aux  actions  de  formation  organisées  par  l’une  ou  l’autre  d’entre  elles.  

Exception   faite   des   formations   dont   les   coûts   sont   partagés   entre   les   Tutelles   de   l’Unité,   chacune  d’elle  prend  en  charge  le  coût  de  formation  de  ses  agents  dans  la  limite  des  ressources  affectées  à  cette  action.  

 

  II.5  Restauration  sociale    

 

Sous  réserve  des  capacités  d'accueil,   les  personnels  relevant  de  chacune  des  Tutelles  de  l’Unité  ont  accès  sans  limitation  aux  structures  de  restauration  mises  en  place  par  l'autre.  Une  convention  fixe  les  conditions  d’accès  à  la  structure  de  restauration  et  la  prise  en  charge  des  coûts  correspondants  par  la  Tutelle  dont  relèvent  les  agents  concernés.  

En   l'absence   de   restauration   collective   universitaire   de   proximité,   une   convention   détermine   les  modalités   d'accès   des   doctorants   et   des   personnels   temporaires   de   l’Unité   à   une   structure   de  restauration  collective.  

 

II.6  Insertion  professionnelle  des  personnels  handicapés  

 

Le  directeur  d’unité  promeut   le  principe  de  conditions  d’accueil  et  d’accompagnement  homogènes  entre  tous  les  agents,  quel  que  soit  le  partenaire.    

Il   veille   à   la   qualité   d’insertion   des   agents   handicapés   placés   sous   sa   responsabilité,   nouvellement  recrutés  ou  déjà  en  place,  en  favorisant  l’accès  aux  actions  mises  en  œuvre  chez  chaque  partenaire.  

Ces  derniers  s’efforcent  d’uniformiser  la  prise  en  compte  des  spécificités  du  handicap  dans  la  gestion  RH  au  sein  de  l’unité,  notamment  en  mutualisant  leurs  pratiques.    

 

  II.7  Activités  sociales  et  culturelles  

 

Chaque   Tutelle   s'efforce   d'ouvrir   aux   personnels   relevant   de   l'autre   l'accès   sans   limitation   à   ses  équipements  sociaux,  culturels,  sportifs  et  de  loisirs.  La  répartition  des  coûts  induits  fait  l'objet  d'une  concertation,   formalisée,   si   les   Tutelles   la   jugent   nécessaire,   par   une   convention   d'usage   des  équipements   sociaux,   culturels,   sportifs   et   de   loisirs.   Cette   convention   d'usage   est   conclue   par   les  structures  ou  services  responsables  de  la  gestion  des  équipements.  

Convention  de  site  d’Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  9  

Page 49: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Article  III.  Ressources  financières  et  gestion  des  Contrats    

 

  III.1  Principes  généraux  

 

Conformément  à  l’article  L.  321-­‐3  du  code  de  la  recherche,  les  Unités  gèrent  les  dotations  globales  de  fonctionnement  et  d’équipement  qui  leur  sont  allouées  par  les  Tutelles  et  les  Partenaires.  

Les  Tutelles    s’efforcent,  pour  la  durée  de  l’Unité,  de  maintenir  ces  moyens  à  un  niveau  réel  au  moins  équivalent,   sous   réserve   des   moyens   votés   en   loi   de   finances.   Si   une   diminution   des   moyens  apparaissait  néanmoins  nécessaire,  elle  serait  obligatoirement  motivée  et  portée  à   la  connaissance  de  la  ou  des  autres  Tutelle(s).  

 Pour   les   contrats  de   recherche  comportant  des  dépenses  de  personnel,  un  prélèvement   (PPE)  est  opéré  pour  couvrir  les  charges  induites  par  le  financement  des  allocations  d’aide  au  retour  à  l’emploi  supporté   par   le   CNRS.   L’assiette   de   ce   prélèvement   est   constituée   par   la   rémunération   brute  imposable  des  agents  et  son  taux  est  fixé  annuellement  par  la  Direction  du  CNRS.  

 

  III.2  Acquisition  de  matériels  et  inventaires  

 

Les  matériels   acquis   par   l’Unité   sont   inscrits   à   l’inventaire   de   l’une   ou   l’autre   des   Tutelles   ou   de  plusieurs  d’entre  elles,  en  fonction  des  règles  de  copropriété  déterminées  par  elles  au  cas  par  cas.    

L’acquisition  de  matériels  présentant  des  risques  est  portée  à  la  connaissance  des  Tutelles.  

 

  III.3  Moyens  immobiliers  et  d’infrastructure    

 

Les  Tutelles  sont  propriétaires  ou  affectataires  d’un  parc  immobilier  hébergeant  notamment  l’Unité  et  veillent  à   leur  entretien,  notamment  en  matière  de  respect  des  règles  de  sécurité  et  de  mise  en  conformité    

Les  Tutelles  propriétaires  supportent,  comme  elles  y  sont  légalement  tenues,  les  frais  à  la  charge  du  propriétaire   (clos   et   couvert).   Pour   les   frais   d’infrastructure   relevant   du   locataire   (chauffage,  électricité,   fluides…),   il  est  convenu  qu’elles  assument   les  charges  correspondant  aux  surfaces  dont  elles  sont  propriétaires  ou  affectataires.    

Chaque  Tutelle  accepte  d’assumer  les  dommages  causés  notamment  par  l’incendie,  le  vol,  les  dégâts  des  eaux  et  autres  dégradations  dans  les  locaux  dont  elle  est  propriétaire.  

 

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  10  

Page 50: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

  III.4  Convention  de  coopérations  internationales  et  européennes    

 

Conformément  à  l’article  D  123-­‐19  du  code  de  l’éducation  nationale  et  à  la  réglementation  relative  à  la  PPST,  toute  coopération  internationale  doit  être  autorisée,  trois  mois  avant  leur  signature,  par  le  ou  les  ministères  de  tutelles.  

Le  Fonctionnaire  sécurité  défense  (FSD)  de  la  Tutelle  mandatée,  ou  à  défaut  celui  du  CNRS,  est  chargé  de  solliciter  cet  accord.  Il  tient  informé  le  ou  les  FSD  concernés  du  déroulement  de  la  procédure  et  leur  transmet  une  copie  de  l’autorisation  ministérielle.    

 

  III.4.1  Coopérations  internationales  

 

Les   conventions   impliquant   l‘Unité   et   portant   création   d’outils   de   coopération   européens   et  internationaux,  de  type  groupement  de  recherche  international  (GDRI),  ou  laboratoire  international  associé  (LIA)  sont  préparées conjointement  par  le  CNRS  et  l’Université  d’Aix-­‐Marseille,  dès  la  phase  initiale  d’instruction  du  projet.  D’un  commun  accord,  l’une  des  tutelles  est  mandatée  par  les  parties  pour   coordonner   la   convention.   La   tutelle   ainsi   mandatée   négociera,   signera   et   gèrera   cette  convention.  

Elle   informe   les   autres   tutelles   impliquées   dans   le   projet   et   leur   soumet,   pour   avis,   les   projets   de  convention  avant  de  les  signer.  Ces  dernières  disposent  alors  d’un  délai  de  deux  semaines  pour  faire  connaître   leur   avis   ;   passé   ce   délai,   l’absence   de   réponse   vaut   avis   favorable   sous   réserve   qu’une  information   préalable   leur   aura   été   faite   en   phase   de  montage   de   la   coopération.   Une   copie   des  conventions  signées  est  transmise  aux  Tutelles.  

 

  III.4.2  Gestion  des  subventions  européennes  

 

Si   les   Tutelles   participent   conjointement   à   un   projet   (par   leurs   personnels   notamment)   et   en  l’absence   de   délégation   globale   de   gestion,   les   Tutelles   peuvent   choisir   d’être   conjointement  bénéficiaires  de  la  subvention,  chacune  pour  sa  participation  (Cas  1),  ou  bien  de  désigner  une  Tutelle  comme  Bénéficiaire  et  d’inclure  l(es)  autre(s)  comme  tierce(s)  partie(s)  liée(s)  au  Bénéficiaire  (Cas  2).  

Dans  le  Cas  1,  chacun  gère  la  partie  qui  le  concerne.  

Dans  le  Cas  2,  la  Tutelle  désignée  comme  Bénéficiaire  a  en  charge  la  réponse  à  l’appel  à  propositions,  la  signature  du  contrat  avec   la  Commission  européenne,   la  négociation,   la  signature  de   l’accord  de  consortium  ainsi  que  sa  mise  en  œuvre.    

Elle  demandera  l'insertion  d’une  clause  spéciale  à  la  convention,  garantissant  le  statut  de(s)  autre(s)  Tutelle   (s)   impliquée(s)   mais   non   signataire(s)   (e.g.   pour   le   programme   Horizon   2020,   la   clause  

Convention  de  site  d’Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  11  

Page 51: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

spéciale   14   relative   aux   «Third   Party   linked   to   a   beneficiary   »).   Les   Tutelles   désignées   comme  tierce(s)   partie(s)   liée(s)   à   un   Bénéficiaire   s'engagent   à   fournir   les   éléments   nécessaires   à  l'établissement   des   rapports   périodiques   et   à   respecter   les   termes   de   la   clause   insérée   à   la  convention  de  subvention.  

La   Tutelle   Bénéficiaire   ainsi   mandatée   soumet,   pour   avis,   l’accord   de   consortium   à   l’autre   Partie  avant  de   le   signer.   Elle  dispose  d’un  délai   de  quinze   jours  pour   faire   connaître   son  avis   ;   passé   ce  délai,   l’absence   de   réponse   vaut   avis   favorable.   Une   copie   de   l’accord   de   consortium   signé   est  transmise  à  l’autre  Tutelle.  

L’autre  Tutelle  est  nécessairement  mentionnée  dans  l’annexe  de  l’accord  de  consortium  au  titre  de  «  Third  Party  Linked  to  a  Beneficiary  »  (dans  la  mesure  où  l’autre  Tutelle  a  effectivement  des  coûts  à  déclarer  sur  le  contrat,  personnel  compris),  ce  qui  lui  accorde  certains  droits  et  obligations  listés  par  la   même   annexe   qu’elle   s’engage   à   respecter   (propriété   intellectuelle,   responsabilité   des  participants,  confidentialité,  loi  applicable,  tribunaux  compétents  en  cas  de  litige…).  

La  Partie  Bénéficiaire  s’engage  à  négocier  l’accord  de  consortium  dans  l’intérêt  des  Tutelles.  

 

Article  IV.  Prévention,  santé  et  sécurité  au  travail    

  IV.1  Organisation    

 

L’organisation   de   la   santé   et   de   la   sécurité   de   l’Unité   s’inscrit   dans   le   cadre   de   l’instruction   CNRS  n°122942DAJ  du  1er  décembre  2012  relative  à  la  santé  et  à  la  sécurité  au  travail.    

 

  IV.2  Rôle  du  chef  d’établissement  

 

Le  chef  de  l’établissement  Tutelle  propriétaire  ou  affectataire  des  locaux  accueillant  l’Unité  assure  la  sécurité   générale   liée   à   son   hébergement.   Il   s’agit   notamment   de   la   mise   en   conformité   et   de  l’entretien  des  infrastructures  ainsi  que  des  parties  communes  (installations  électriques,  installation  de  protection  contre  l’incendie…).  

Il  garantit  également  la  conformité  des  locaux  à  la  nature  des  activités  qui  y  sont  menées.  

 

 

 

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  12  

Page 52: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

  IV.3  Rôle  du  directeur  de  l’Unité  

 

Le  directeur  de   l’Unité  est  responsable  de   la  sécurité  et  de   la  protection  de   la  santé  des  agents  de  l’Unité,   de   la   sauvegarde   des   biens   et   de   la   préservation   de   l’environnement   en   veillant   à  l’application  des  prescriptions  réglementaires  en  vigueur.  

A  cet  effet,  il  détient  une  délégation  de  pouvoir  du  Président  du  CNRS  et    du  Président  de  l’Université  d’Aix-­‐Marseille.  

 

  IV.4  Assistant  prévention  (AP)  

 

Le  directeur  de  l’Unité  doit  nommer,  après  avis  du  conseil  de  laboratoire,  au  moins  un  assistant  de  prévention   (AP)   chargé  de   la  mise  en  œuvre  des   règles  de   santé  et  de   sécurité.   Ses  missions   sont  définies  par   l’instruction   jointe  précitée.   Préalablement   à   cette  nomination  une   formation,  validée  par  les  Tutelles,  doit  lui  être  dispensée.  La  formation  de  base  ainsi  que  la  coordination  des  assistants  de  prévention  des  Unités  sont  assurées  en  collaboration  par  les  deux  tutelles.  

La  décision  de  nomination  est  visée  par   le  Délégué  régional  du  CNRS  et  par   le  Président  de  ou  des  Etablissement(s)  Tutelle.  

Ceux-­‐ci   veillent   lors   de   la   nomination   des   AP   à  maintenir   un   équilibre   dans   la   représentation   des  Tutelles.  

Les  AP    sont  nommés  pour  la  durée  du  mandat  du  directeur  d’Unité.  Ils  font  partie  du  réseau  des  AP  de  chacune  des  Tutelles,  quelle  que  soit  la  Tutelle  hébergeant  l’Unité.  

  IV.5  Maîtrise  des  risques  

 

Le   directeur   de   l’Unité   procède,   avec   le   concours   de   l’AP   et   des   personnes   spécialisées   (ingénieur  d’hygiène   et   de   sécurité,   médecin   de   prévention…)   et   en   associant   l’ensemble   des   agents,   à  l’évaluation  des  risques  de  l’Unité  et  à  la  programmation  des  actions  de  prévention.  

Il   transcrit  et  met  à   jour  au  moins  annuellement,  dans  un  document  unique,   les   résultats  de  cette  évaluation.  Ce  document  est  communiqué  aux  Tutelles  de  l’Unité.  

 

 

 

Convention  de  site  d’Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  13  

Page 53: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

  IV.6  Le  groupe  de  travail  Hygiène  et  sécurité    de  l’Unité    

 

L’opportunité  de  la  mise  en  place,  auprès  de  l’Unité,  de  comités  spéciaux  d’hygiène  et  de  sécurité  ou  de  sections  du  comité  d’hygiène  et  de  sécurité  d’établissement  est  examinée  au  cas  par  cas  par  les  Tutelles.  

Le  CHSCT  compétent  pour  suivre  les  registres  d’hygiène  et  de  sécurité  et  procéder  à  l’enquête  suite  à  un  accident  ou  à  une  déclaration  de  maladie  professionnelle  sont  les  CHSCT  des  tutelles,  ils  veilleront  à  exercer  conjointement  ou  d’un  commun  accord  cette  mission.  

Les  CHSCT  des  Tutelles  sont  informés  de  l’activité  du  groupe  de  travail  Hygiène  et  Sécurité  de  l’Unité  par  la  transmission  des  comptes  rendus  de  réunions.    

L’ingénieur  d’hygiène  et  de   sécurité  de   la  ou  des  Tutelles   est   invité  par   le  CHSCT  de   la  délégation  régionale  du  CNRS.  L’ingénieur  régional  de  prévention  et  de  sécurité  du  CNRS  est  invité  par  le  CHSCT  de  la  ou  des  Tutelles.  

Les  médecins  de  prévention  sont  invités  aux  CHSCT  de  chaque  Tutelle.  

 

  IV.7  Communication  information  

Toute   information   concernant   la   sécurité   (note   technique,   formation   organisée…)   est  systématiquement  échangée  au  niveau  des  services  de  prévention  des  risques  des  Tutelles.  

Le  directeur  de  l’Unité  veille  à  la  diffusion  de  toute  information  pertinente  relative  à  la  sécurité  et  à  la  santé  des  personnes  au  travail.    

 

  IV.8  Contrôles  

 

Chacune   des   Tutelles   de   l’Unité   peut   intervenir   pour   s’assurer   des   conditions   de   sécurité   dans  lesquelles   travaillent   ses   agents.   Pour   ce   faire,   elles   garantissent   aux   ingénieurs   d’hygiène   et   de  sécurité  de   la  ou  des  autres  Tutelles  un   libre  accès  aux   locaux  et   installations  de   l’Unité.  Les  visites  sont  effectuées  après   information  du  directeur  de   l’Unité,  ainsi  que  des  représentants  des  Tutelles  (Délégué  régional  du  CNRS  et  le  Président  de  ou  des  Etablissement(s).  

Ces   visites   à   l’initiative   de   l’une   des   Tutelles   sont   réalisées   conjointement,   dans   la   mesure   du  possible,   avec   un   représentant   de   la   ou   des   autres   Tutelles   (Ingénieur   d’hygiène   et   de   sécurité,  ingénieurs  régional  de  prévention  et  de  sécurité).  Un  compte  rendu  de  visite  est  adressé  au  directeur  d’Unité,  au  Délégué  régional  du  CNRS  et  au  Président  de  l’Etablissement.  

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  14  

Page 54: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

A  l’issue  de  ces  visites,  chaque  Tutelle,  après  information  des  autres  Tutelles,  se  réserve  la  possibilité  de  retirer  ses  agents  de  situations  de  travail  qui  pourraient  présenter  des  dangers  graves  pour  leur  santé  ou  leur  sécurité.    

Chacune   Tutelle   de   l’Unité   permet   aux   services   d’inspection   compétents   pour   chacune  des   autres  Tutelles   un   libre   accès   aux   locaux  et   installations   de   l’Unité.   Chaque   Tutelle   tient   à   disposition   de  l’autre  les  rapports  de  ces  services.  

Lors  de   l’évaluation  de   l’Unité  ou  du  projet  d’Unité,   le  directeur  de   l’Unité  ou   le  porteur  du  projet  établit  un  rapport  sur  la  situation  de  la  sécurité  de  l’Unité  (bilan  et  perspectives).  

Ce  rapport  est  transmis,  avec  l’avis  des  ingénieurs  d’hygiène  et  de  sécurité  des  Tutelles,  pour  visa  au  Délégué  régional  du  CNRS  et  au  Président  du  ou  des  Etablissement(s).  

 

  IV.9  Plans  d’action  

 

Chaque   Tutelle   de   l’Unité   communique   aux   autres   Tutelles   le   rapport   sur   l’évolution   des   risques  professionnels  et  le  programme  annuel  de  prévention  des  risques  professionnels.  

Les   représentants   des   Etablissements   Tutelles   et   le   Délégué   régional   du   CNRS   procèdent   à   une  concertation  en   tant  que   de  besoin  et   au  moins  une   fois  par   an,   sur   les  questions  de   santé  et  de  sécurité.  

 

  IV.10  Formation  

 

En  complément  des  informations  générales  relatives  à  la  santé  et  à  la  sécurité  fournies  par  la  Tutelle  hébergeant  l’Unité  lors  de  l’accueil  des  nouveaux  personnels,  une  formation  particulière  est  délivrée  dans  l’Unité  et  sous  la  responsabilité  du  directeur  à  toutes  les  personnes  qui  y  travaillent.  

Cette   formation   est   délivrée   préalablement   à   la   prise   de   fonction   (nouveaux   entrants).   Elle   est  renouvelée  périodiquement.  

Assurée  avec   le   concours  de   l'AP  et   celui  de  personnes  compétentes  en   réglementation  spécifique  (spécialistes  en  hygiène  et  sécurité,  en  radioprotection,  en  animalerie   ...)  elle  comprend,  au  moins,  d’une  part  une   information  générale   sur   les   risques  et   leur  prévention  au   sein  de   l’Unité,  avec   les  consignes   à   tenir   en   cas  d’accident  ou  d’incendie,   ainsi   qu’une  visite  des   locaux  en  présentant   les  éléments   de   sécurité.   Et   d’autre   part,   une   formation   aux   conditions   d’exécution   du   travail   par   le  responsable  hiérarchique  direct.  

Le  directeur  de  l’Unité  inscrit  au  plan  de  formation  de  l’Unité  (PFU)  les  formations  réglementaires  et  celles  issues  du  programme  annuel  de  prévention  des  risques.  

Le  plan  de  formation  de  chaque  Tutelle  de  l’Unité  est  communiqué  à  l’autre  Tutelle.  

Convention  de  site  d’Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  15  

Page 55: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Les  modalités  d’organisation  et  de  financement  de  ces  formations  sont  définies  en  commun  par  ces  Tutelles.  Elles  s’efforceront  d’organiser  en   la  matière  des   formations  à  coûts  partagés.  A  défaut,   la  Tutelle  hébergeant  est  organisatrice  et  le  financement  sera  réparti  au  prorata  des  participants.  

Chaque  Tutelle  organise  les  exercices  réglementaires  concernant  la  prévention  incendie  pour  l’Unité  hébergée   dans   les   locaux   dont   elle   est   propriétaire   ou   affectataire   (évacuation,   manipulation  d'extincteurs).  

Le   directeur   de   l’Unité   bénéficie,   en   tant   que   de   besoin   et   dans   tous   les   cas,   lors   de   sa   prise   de  fonction   d’une   formation   destinée   à   rappeler   l’intégration   de   la   sécurité   dans   les   Unités   et   la  coordination  prévue  entre  les  Tutelles  par  la  présente  annexe.  

 

  IV.11  Santé  et  surveillance  médicale    

 

Conformément   au   décret   n°82-­‐453   du   28  mai   1982  modifié   relatif   à   l'hygiène   et   à   la   sécurité   du  travail   ainsi   qu'à   la   prévention   médicale   dans   la   fonction   publique,   les   Tutelles   s'emploient   à  harmoniser  leur  politique  de  suivi  médical.  

Elles   veillent   en   particulier   à   faire   en   sorte   que   le   directeur   de   l’Unité   assisté   de   l’AP   et  éventuellement  du  CHSCT  compétent  recense  les  postes  à  risques  dans  l’Unité,  à  définir  le  temps  de  présence  médicale  minimal  global  en  fonction  des  effectifs  et  à  permettre  le  libre  accès  des  médecins  de  prévention  aux  locaux  et  aux  informations  utiles  à  leurs  missions.  

La   surveillance  médicale   est   assurée   par   chacune   des   Tutelles   pour   ses   propres   agents   selon   des  modalités  définies  en  commun.  

Toutefois,  elle  peut  être  confiée  à  l’une  ou  l’autre  des  Tutelles,  à  charge  pour  l’autre  de  rembourser  le   coût   afférent   à   ses   propres   agents.   Dans   ce   cas,   une   convention   spécifique   devra   définir   les  obligations  des  Parties  conformément  à  la  réglementation  en  vigueur.  

Les  médecins   de   prévention   de   chaque   Tutelle     étudient   conjointement   les   postes   de   travail   dans  l’Unité  en  liaison  avec  les  ingénieurs  hygiène  et  sécurité    

Un  compte  rendu  de  visite  est  adressé  au  directeur  d’Unité,  au  Délégué  régional  du  CNRS,  au  chef  d’établissement  de  la  ou  des  Tutelles,  ainsi  qu’aux  médecins  de  prévention  et  ingénieurs  hygiène  et  sécurité  de  chacune  des  Tutelles.    

Une   concertation   entre   les   médecins   est   encouragée   et   soutenue   pour   définir   les   protocoles   de  surveillance  médicale.  

 

 

 

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  16  

Page 56: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

  IV.12  Intégration  de  la  sécurité,  mise  en  conformité  et  financement  

 

Les   besoins   financiers   relatifs   à   la   sécurité   dans   les   activités   de   recherche   sont   à   prévoir   sur   les  crédits  dont  dispose  l'Unité.  Lorsque  ceux-­‐ci  n'ont  pas  été  prévus,  le  directeur  de  l’Unité  peut  en  faire  la   demande   au   directeur   de   l’institut   du   CNRS,   en   accord   avec   le   Délégué   régional   ainsi   qu’au  Président  de  ou  des  Etablissement(s)  Tutelle.    

Le   directeur   de   l’Unité   doit   en   particulier   prévoir   le   financement   et   veiller   à   la   réalisation   des  contrôles   périodiques   réglementaires   des   équipements   nécessaires   au   fonctionnement   de   l’Unité  (appareils  de  levage,  appareils  sous  pression,  générateurs  de  rayonnements  ionisants,  dispositifs  de  confinement  ...).  

Le   directeur   de   l’Unité   doit   tenir   informé   le   Président   de   ou   des   Etablissement(s)   Tutelle     et   le  Délégué   régional   du   CNRS   de   toute   nouvelle   activité   de   recherche   ou   du   remplacement,  déplacement   ou   achat   d’équipement   nécessitant   des   mesures   de   sécurité   particulières   et   se  conformer  aux  prescriptions  réglementaires  en  vigueur.  

En  cas  de  carence  de  sa  part  en  la  matière,  les  Tutelles  pourront  d’un  commun  accord  faire  procéder  à  cette  opération  sur  les  crédits  de  l’Unité.  

Le  directeur  de  l’Unité  ne  peut  engager  des  travaux  sur  l’immobilier,  sur  les  installations  techniques  ou  des  travaux  modifiant  l’accessibilité  des  locaux  ou  bâtiments  mis  à  sa  disposition  qu’après  accord  de  la  Tutelle  hébergeant  et  après  avis,  si  nécessaire  de  la  sous-­‐commission  de  sécurité.  

 

  IV.13  Respect  de  l’environnement  

 

La   Tutelle  hébergeant   l’Unité   communique  à   la  ou   les   autres   Tutelles   la  procédure  de  gestion  des  déchets  et  effluents.  

Lorsqu’une   ou   plusieurs   Unités   entrent   dans   le   champ   de   la   réglementation   sur   les   installations  classées   pour   la   protection   de   l’environnement,   la   Tutelle   hébergeant   est   considérée   comme  l’exploitant.   Il  en  est  de  même  pour   les  autres  activités  soumises  à   l’autorisation  d’une  autorité  de  contrôle  (OGM,  rayonnement  ionisant,  animalerie,  etc.).  A  ce  titre,  c’est  le  chef  d’établissement  de  la  partie   hébergeant   qui   est   habilité   à   signer   les   demandes   d’autorisations   réglementaires   et   les  documents  déclaratifs.  

La   ou   les   autres   Tutelles   sont   tenues   informées   des   autorisations   délivrées   qui   concernent   les  activités  de  l’Unité.  

 

 

Convention  de  site  d’Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  17  

Page 57: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

  IV.14  Accidents  

 

Tout   accident   ou   maladie   professionnelle   survenant   dans   une   Unité   est   porté   sans   délai   à   la  connaissance  des  Tutelles.  

 

  IV.15  Situations  d’urgence  

 

Chaque   Tutelle   communique   à   la   ou   les   autres   Tutelles   ses   procédures   de   gestion   de   situations  d’urgence.  

 

Article   V.   Protection   du   potentiel   scientifique   et   technique   (PPST)  :   mise   en   place,   suivi   et  évaluation    

 

L’organisation   de   la   PPST   de   l’Unité   s’inscrit   dans   le   cadre   fixée   par   le   décret   n°2011-­‐1425   du   2  novembre  2011  portant  application  de  l’article  413-­‐7  du  code  pénal.  

La   protection   des   savoirs   et   des   savoir-­‐faire   repose   sur   la   notion   de   secteurs   scientifiques   et  techniques  protégés  ainsi  que  sur  la  création  par  arrêté  des  zones  à  régime  restrictif  (ZRR).    

Une   unité   de   recherche   relève   d’un   secteur   scientifique   et   technique   protégé   si   sa   discipline  scientifique   principale   ou   l’une   de   ses   disciplines   secondaires   fait   partie   de   la   liste   fixées   par   le  Premier  ministre  (annexe  de  l’arrêté  du  3  juillet  2012).  

Lorsque   la  cotation  de   l’un  des  risques  d’une  unité  de  recherche  relevant  d’un  secteur  protégé  est  supérieure   à   zéro,   cette   unité   alors   dite   «  unité   protégée  »   bénéficie   d’un   niveau   de   protection  renforcé.  

Lorsque  l’ensemble  des  critères  évalués  révèle  un  risque  conséquent  l’unité  de  recherche  est  éligible  à  la  création  d’une  ZRR.  La  création  d’une  ZRR  s’impose  en  cas  d’existence  de  spécialités  sensibles.    

Ainsi,   selon   son   statut  :   unité   relevant   d’un   secteur   protégé,   unité   protégée   ou   ZRR   (avec  éventuellement  local  sensible),  les  formalités  régissant  l’accès  à  l’unité  sont  adaptées.  Cet  accès  est  précisé  par  le  règlement  intérieur  de  l’Unité.  

 

 

 

 

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  18  

imac
imac
imac
imac
Page 58: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

  V.1  Rôles  des  Tutelles    

 

Le   directeur   de   l’établissement   hébergeur   est   responsable   de   la  mise   en  œuvre   de   la   PPST   dans  l’unité.  A  défaut,  les  Tutelles  déterminent  celle  d’entre  elles  qui  assurera  le  pilotage  de  la  PPST  dans  l’Unité.  

Elles  élaborent  conjointement   la   feuille  de  route  du  directeur  d’Unité  et  se   tiennent  mutuellement  informées  des  décisions  et  des  actions  menées.  

Chaque  Tutelle  de  l’Unité  communique  aux  autres  Tutelles  sa  politique  de  maitrise  de  risques  dans  le  cadre  de  la  PPST  et  le  programme  trisannuel  des  actions  prévues  pour  les    ZRR  qu’elle  abrite,  sur  le  même  site,  afin  de  coordonner  les  actions  au  niveau  du  site.    

Elles  se  concertent  au  moins  une  fois  par  an  sur  ces  questions.  

En  cas  d’atteinte  grave  au  patrimoine  scientifique  et  technique  de  l’Unité,  les  Tutelles  s’accorderont  sur  l’intérêt  et  les  modalités  notamment  d’un  dépôt  de  plainte.  

Chaque   Tutelle   conserve   le   droit   de   réaliser   tous   les   contrôles   nécessaires   à   la   vérification   de   la  bonne  mise  en  œuvre  de   la   feuille  de   route  PPST,   sous   réserve  de  prévenir   la   Tutelle  pilote  de   sa  visite,  et  de  lui  communiquer  une  en  copie,  le  cas  échéant,  du  rapport  qu’elle  en  adressé  au  HFDS.  

Si   l’Unité   relève   d’un   niveau   de   protection   spécifique   lié   à   la   PPST   notamment   de   type   ZRR,   le  couplage  du  pilotage  PPST  et  SSI  devra  être  garanti.  

 

  V.2  Rôle  du  chef  d’établissement  dans  la  PPST  

 

Le   chef   d’établissement   (président   du   CNRS  ou   de   l’université,   directeur   d’établissement)   abritant  une  activité  relevant  d’un  secteur  scientifique  et  technique  protégé  ou  comprenant  une  ou  plusieurs  ZRR  est  responsable  de  la  PPST.  

Il  est  assisté  par  un  coordinateur  et  d’un  fonctionnaire  de  sécurité  de  défense.    

Pour  le  CNRS  et  l’Université  d’Aix-­‐Marseille  ces  deux  fonctions  sont  assurées  par  le  FSD.  

 

  V.3  Rôle  du  directeur  de  l’Unité  pour  la  PPST  

 

Si   l’Unité   relève   d’un   secteur   scientifique   protégé,   le   directeur   d’Unité   est   responsable   de   l’unité  protégée.    

Si  l’unité  est  reconnue  ZRR,  le  directeur  d’Unité  est  chef  de  ZRR,  et  détient  une  délégation  de  pouvoir  du  président  du  CNRS  et  du  Président  de  l’Université  d’Aix-­‐Marseille.  

Convention  de  site  d’Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  19  

Page 59: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Dans  ce  cadre,  le  directeur  d’Unité  met  en  œuvre  le  dispositif  de  protection  décidé  par  les  chefs  des  établissements   Tutelles.   Il   peut   être   assisté   dans   cette   mission   par   un   correspondant   pour   la  protection  du  potentiel  scientifique  et  technique  (CPPST).  

Le  directeur  de  l’Unité  procède  annuellement  à  l’évaluation  des  mesures  mises  en  place  dans  l’Unité  et   à   la   programmation   des   actions   futures,   avec   le   concours   des   FSD   ou   leur   représentant  (coordinateur  régional  PPST  pour  le  CNRS)  et  des  personnes  spécialisées  (CPPST,  RSSI,…)  de  toutes  les  Tutelles   de   l’Unité.   Il   transcrit   et   actualise,   dans   un   document   unique,   les   résultats   de   cette  évaluation.   Ce   document   est   communiqué   aux   Tutelles   de   l’Unité.   Il   transmet   également   aux   FSD  concernés  tous  les  ans  le  compte  rendu  relatif  à  la  PPST.  

Il   bénéficie   d’une   délégation   lui   permettant   de   signer   au   nom   du   chef   d’établissement,   les  autorisations  d’accès  à  l’Unité,  à  l’exclusion  des  autorisations  d’accès  des  personnels  permanents  aux  ZRR.  

En  tant  que  de  besoin,  il  est  habilité  au  titre  de  la  protection  du  secret  de  la  défense  nationale.    

Dans  toutes  les  Unités  et  en  cas  d’urgence,  le  directeur  d’unité  est  habilité  à  faire  appel  aux  forces  de  police  pour  assurer  la  sécurité  de  son  personnel  et  pour  protéger  les  savoirs  et  savoir-­‐faire  de  l’Unité.  Il  rend  compte  immédiatement  de  son  action  au  chef  d’établissement  hébergeur  et  autres  Tutelles.    

 

V.3.1  En  tant  que  responsable  d’une  «  unité  protégée  »    

 

Le  directeur  d’Unité,  responsable  d’une  unité  protégée,  applique  les  mesures  de  protection  selon  la  feuille  de  route  des  établissements  Tutelles.  

Il  doit  :  

- tenir   un   registre   des   visites   que   l’autorité   de   tutelle   ministérielle   pourra   demander   à  consulter  ;  

- s’assurer   qu’un   personnel   scientifique   temporaire   (stagiaire,   doctorant,   etc.)   ne   puisse  pas   être   présent   dans   l’entité   en   dehors   de   la   présence   d’un   personnel   scientifique  permanent  de  l’Unité  ;  

- informer   le   haut   fonctionnaire   de   défense   et   de   sécurité,   via   le   FSD   responsable,   des  inscriptions   aux   formations   relevant   d’un   secteur   scientifique   et   technique   protégé  dispensées  dans  l’Unité  ;  

- sensibiliser   ses   collaborateurs   sur   la   nécessité   de   ne   pas   diffuser   des   informations  sensibles  ;  

- définir  le  circuit  de  notoriété  pour  l’accueil  des  visiteurs.  

 

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  20  

imac
Page 60: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

V.3.2  En  tant  que  chef  de  la  Zone  à  Régime  Restrictif  1  

Le   chef  de   la   ZRR  est   le  directeur  de   l’Unité2.  Au   sein  de   cette   zone,   il  met  en  œuvre   le  dispositif  adapté  de  protection  du  potentiel  scientifique  et  technique  tel  que  défini  par  la  feuille  de  route.  

Il  désigne  un  correspondant  pour   la  protection  du  potentiel   scientifique  et   technique   (CPPST)  pour  l’assister  dans  la  mise  en  œuvre  du  dispositif  de  protection  de  la  ZRR.  

 

Article  VI.  Sécurité  des  systèmes  d’information  (SSI)  

 

Les  Tutelles  désignent  conjointement  le  pilote  de  la  SSI  de  l’Unité.  

Elles   se   concertent   sur   le   contenu   des   documents   de   cadrage   SSI   de   la   Tutelle   pilote   et   évaluent  ensemble  leur  cohérence  avec  le  dispositif  de  PPST  et  celui  de  leur  propre  politique  SSI.  

La  politique  SSI  opérationnelle  de  l’Unité  devra  respecter  la  politique  SSI  du  pilote,  ainsi  que  celle  de  l’autre  Tutelle  si  elle  comporte  des  dispositions  plus  restrictives.  

Le   directeur   de   l’Unité   doit   nommer   un   chargé   de   la   SSI   (CSSI)   qui   sera   intégré   à   l’ensemble   des  chaînes  fonctionnelles  SSI  des  Tutelles.  Tout  incident  SSI  doit  être  signalé  sans  délai  à  l’ensemble  des  chaînes  fonctionnelles  SSI  des  Tutelles.    

Les  Tutelles  se  tiendront  informées  des  actions  conduites  et  des  éventuelles  difficultés  rencontrées.  

[Clause  de  subsidiarité,  applicable  uniquement  en  cas  de  souhait  des  Tutelles].  

Si   les  Tutelles  n’en  ont  pas  convenu  autrement,   le  Responsable  Sécurité  des  Systèmes  d’Information  du  CNRS  (RSSIC)  ou  de  l’autre  Tutelle  assure  le  pilotage  de  la  SSI  de  l’Unité.  

Article  VII.  Ressources  informatiques  

 

  VII.1  Labintel  et  autres  bases  de  données  

 

La  base  Labintel  mise  en  œuvre  par  le  CNRS  est  renseignée  et  mise  à  jour  sous  la  responsabilité  du  directeur  de  l’Unité.    

1  Dans  le  cas  où  la  ZRR  couvre  une  activité  d’importance  vitale,  le  chef  de  la  zone  à  régime  restrictif  peut  être  le  délégué  de  la  défense  et  à  la  sécurité  du  point  d’importance  vitale  (PIV)  au  sens  de  l’article  R.  1143-­‐8  du  code  de  la  défense.  2  Si  ce  n’est  pas  le  cas,  il  est  co-­‐désigné  par  les  Etablissements  Tutelle.

Convention  de  site  d’Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  21  

Page 61: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Les   Tutelles   ont   accès   aux   informations   en   consultation.   Elles   conviennent   également   d’échanger  sous  forme  électronique  et  à  partir  de  leurs  systèmes  d’information  respectifs,  des  données  relatives  aux  finances  et  aux  personnels  affectés  dans  l’Unité.  

Les  Tutelles  s’engagent  à   faciliter  autant  que   faire  se  peut   l’interopérabilité  de   leurs  SI,  de   façon  à  apporter  la  consolidation  des  données  par  le  directeur  d’Unité  et  à  limiter  les  saisies  multiples.  Une  convention  sera  établie  en  collaboration  entre  les  services  SI  des  Tutelles  qui  précisera  la  nature  de  ces   données   dans   le   cadre   des   conventions   de   gestion,   chaque   organisme   utilisant   son   logiciel  propre.    

 

  VII.2  Informatique  de  gestion  

 

En   l’absence  de  convention  de  gestion  entre   les  Tutelles,  celles-­‐ci  s’engagent  à  favoriser   la  mise  en  œuvre  des  échanges  de  données  afin  de  permettre  au  directeur  de  l’Unité  de  disposer  d’une  vision  globale  de  leurs  données  notamment  budgétaires  et  financières  et  d’éviter  les  saisies  multiples.    

  VII.3  Accès  aux  ressources  informatiques  

 

Chacune   des   Tutelles   s’engage   à   harmoniser   l’accès   à   ses   ressources   informatiques   (ENT,   services  réseau,   distribution   de   logiciels,   impression   de   posters…)   aux   personnels   de   l’Unité   relevant   de  chaque  établissement.  Des   transferts  d’informations   indispensables  pour  ces   services  peuvent  être  organisés  lorsque  cela  s’avère  nécessaire.  

  VII.4  Correspondant  informatique  et  libertés  (CIL)  

 

Les   Tutelles   désigneront   conjointement   le   CIL   compétent   pour   les   traitements   de   l’Unité   en  privilégiant  prioritairement  le  CIL  de  l’employeur  du  directeur  d’Unité.    

 

Toutefois,  si  une  convention  de  délégation  globale  de  gestion  concerne  l’Unité  et  que  le  délégataire  désigné  est  doté  d’un  CIL,  ce  dernier  est  compétent  pour   les   traitements  de  données  personnelles  mis  en  œuvre  au  sein  de  l’Unité  conformément  à  la  loi  n°78-­‐17  du  6  janvier  1978  dite  «  loi  CNIL  ».    Si  le  délégataire  n’a  pas  désigné  de  CIL,  celui  du  CNRS  est  compétent.  

 

 

 

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  22  

Page 62: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Article  VIII.  Diffusion  des  publications,  communication  et  médiation  scientifique    

 

VIII.1  Archives  ouvertes    

 

Les  Tutelles  s’inscrivent  dans  la  perspective  de  l’utilisation  du  dispositif  d’archives  ouvertes  HAL  que  les  accords  nationaux  conclus  en  particulier  entre  le  CNRS  et  la  CPU  engagent.    

Les  Tutelles  expérimenteront  dans  le  cadre  de  la  Convention  le  dépôt  de  leurs  publications  sous  une  forme   électronique   dans   le   dispositif   d’archives   ouvertes   HAL.   Dans   la   mesure   du   possible,   les  publications  feront  l’objet  d’une  licence  de  type  creative  commons.  

Les  Tutelles    s’engagent  à  promouvoir  ce  mode  de  dépôt  de  publications  par  des  mesures  incitatives  adaptées.  

Les  Tutelles  s’engagent  à  assurer  la  préservation  des  données  de  recherche  produites  dans  le  cadre  des  activités  des  unités  afin  de  les  rendre  accessibles  et  de  permettre  leur  réutilisation.  

Les   parties   veilleront   à     demander   à   leurs   personnels   de   respecter   les   règles     relatives   aux  modalités  d’affiliation  de  leurs  publications    établies  dans  la  convention.  

 

  VIII.2  Abonnements  électroniques  

 

Dans   un   esprit   de   bonne   utilisation   des   crédits   publics,   les   Tutelles     rechercheront   la   meilleure  synergie  afin  de  réduire  autant  que  possible  les  dépenses  documentaires,  notamment  en  souscrivant  des  abonnements  communs  auprès  des  fournisseurs  ad  hoc.  

 

  VIII.3  Communication  et  médiation  scientifique    

 

Les   Tutelles   s'engagent   à   travailler   en   concertation   pour   toute   action   de   communication   les  concernant  directement  ou  concernant  l’Unité.  Elles  s’efforceront  de  respecter  les  principes  suivants:    

De  manière  générale,  les  établissements  Tutelles  doivent  figurer  à  visibilité  égale  sur  tout  support  de  communication  concernant  l’Unité.    

Les  communiqués  de  presse  portant  sur  les  activités  de  l’Unité  doivent  faire  l'objet  d'une  validation  des  Tutelles  et  sont  co-­‐signés  par  elles,  notamment  pour  tout  communiqué   lié  aux   investissements  d'avenir,  à  des  publications  scientifiques  d'envergure  et  à  des  actions  de  médiation  scientifique  vers  le  grand  public.    

Convention  de  site  d’Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  23  

Page 63: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

Les  logos  des  Tutelles  doivent  figurer  sur  le  communiqué.    

Les  Tutelles  doivent  être  clairement   indiquées  sur   les  sites  Web  de   l’Unité  et  distingués  des  autres  partenaires  de  l’Unité,  quelle  que  soit  la  charte  graphique  adoptée.  

 

Article  IX.  Respect  des  processus  et  audit    

 

Chacune  des  Tutelles  s’engagent  à  informer  l’autre  des  actions  qu’elle  a  déjà  entreprises  ou  souhaite  entreprendre  en  matière  de  la  qualité  des  processus  de  recherche  et  leur  amélioration  continue  ainsi  que  celle  des  processus  de  gestion  associée.    

 

  IX.1  Cahiers  de  laboratoire  

 

L’utilisation  de  cahiers  de  laboratoire  est  rendue  obligatoire  dans  l’Unité  lorsque  leur  usage  n’est  pas  incompatible  avec  la  nature  des  recherches  qui  y  sont  conduites.    

Le  cahier  de  laboratoire  appartient  en  copropriété  aux  Tutelles.  

Le   directeur   de   l’Unité   est   responsable   des   règles   d’utilisation   de   ces   cahiers.   A   ce   titre   il   doit  s’assurer  notamment  que  les  cahiers  sont  archivés.  

La   copie   pour   usage   personnel   des   rédacteurs   du   cahier   peut   être   autorisée   par   le   directeur   de  l’Unité.  

 

  IX.2  Audit  des  Unités    

 

Les  Directions  de  l’audit  interne  du  CNRS  et  de  l’université  d’Aix-­‐Marseille  pourront  effectuer  au  sein  de   l’Unité   tout   audit   de   ressources   allouées   respectivement   par   le   CNRS   et   l’université   d’Aix-­‐Marseille.    

Cet  audit  permettra  de  s’assurer  de  la  bonne  gestion  des  ressources  allouées  aux  activités  de  l’Unité,  de   la   gestion   adéquate   et   rationnelle   de   ses   ressources   humaines,   de   l’efficacité   et   de   la   bonne  utilisation  de  ses  ressources  matérielles,  de  la  gestion  de  ses  actifs,    des  obligations  et  engagements  contractuels  du  CNRS,  des  meilleures  pratiques  en  matière  d’administration  ainsi  que  de  la  fiabilité  et  de  l’intégrité  des  rapports.  

La   Direction   de   l’audit   interne   du   CNRS   ou   de   l’université   d’Aix-­‐Marseille   notifiera   à   l’avance   au  directeur  de  l’Unité  les  dates  et  les  modalités  de  son  intervention.  Elle  doit  avoir  un  accès  à  toutes  personnes,  tous  documents  et  tous  locaux  lui  permettant  de  réaliser  sa  mission.  

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  24  

Page 64: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

 

  IX.3  Archivage  

 

Les  documents  produits  ou  reçus  par  l’Unité  sont  des  archives  publiques  régies  comme  telles  par  le  Code  du  patrimoine.  

Le  directeur  de  l’Unité  est  responsable  de  ces  archives.  Leur  conservation  sera  assurée  par  le  CNRS  ou  la  ou  les  Tutelles  qui  hébergent  l’Unité,  sous  le  contrôle  du  service  public  d’archives  compétent  en  application  de  la  règlementation  en  vigueur.  

Convention  de  site  d’Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  25  

Page 65: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

ANNEXE  n°2  à  la  CONVENTION  DE  SITE  UNITES  EN  CO-­‐TUTELLE  ENTRE  LE  CNRS  ET  AMU  

 

 

Code  unité Sigle Intitulé DirecteurInstitut  principal

Institut/ssecondaire/s

Tutelle/s PartenairesPartie  gestionnaire  

des  contratsProjets  structurant  la  

dynamique  scientifique

UMR7346 CPPMCentre  de  Physique  des  Particules  

de  Marseille          Eric  KAJFASZ IN2P3 INSB

CNRSAMU

DGG  CNRSLabex  OCEVU  

FRE3416LCE

Laboratoire  de  Chimie  de  l'environnement  

Henri  WORTHAM INC INEECNRSAMU

AMU Labex  SERENADE  

FR1739 FSCMFédération  des  Sciences  Chimiques  de  Marseille    

Jean-­‐Luc  PARRAIN INCINPINSB

CNRSAMU

CENTRALE  MARSEILLE

UMR7313 IsM2Institut  des  Sciences  Moléculaires  

de  Marseille    Jean-­‐Antoine  RODRIGUEZ

INC INSB

CNRSAMU

CENTRALE  MARSEILLE

CNRS

UMR7246 MADIRELMatériaux  Divisés,  Interfaces,  Réactivité,  Electrochimie    

Renaud  DENOYEL INCCNRSAMU

CNRS Labex  STORE-­‐EX  

UMR7273 ICR Institut  de  Chimie  Radicalaire         Didier  GIGMES INCCNRSAMU

AMU

UMR7265 BVMEBiologie  Végétale  et  

Microbiologie  Environnementales  Michel  HAVAUX

INEE INSBCNRSAMUCEA

CNRSCEA

UMR7263 IMBEInstitut  Méditerranéen  de  

Biodiversité  &  d'Écologie  marine  et  continentale  

Thierry  TATONI INEEINSBINSHSINSU

CNRS  AMU

AVIGNONIRD

CNRSAMU

AVIGNONIRD

Labex  OT-­‐MED    Labex  SERENADE    

UMR7268 ADESAnthropologie  bio-­‐culturelle,  

Droit,  Éthique  &  Santé    Michel  SIGNOLI

INEE INSHSCNRSAMUEFS

MCC AMU

UMR7269 LAMPEALaboratoire  méditerranéen  de  préhistoire  Europe-­‐Afrique    

Jean-­‐Pierre  BRACCOINEE INSHS

CNRSAMUMCC

INRAP CNRS LabexMED  

FR3098 ECCOREVEcosystèmes  continentaux  et  risques  environnementaux  

Joel  GUIOTINEE

INSHSINSISINSU

CNRS  AMUUNIV  AVIGNON  UNIV  TOULON  CEA  INRA  INERIS  IRD    IRSTEA  IRSN  

Labex  DRIIHM/IRDHEI  Labex  OT-­‐MED  

UMR7325 CINAMCentre  Interdisciplinaire  de  Nanoscience  de  Marseille    

Claude  HENRYFrédéric  FAGES  à/c  du  01/01/2015

INP INCCNRSAMU

CNRS Labex  ICOME2  

UMR7334 IM2NPInstitut  Matériaux  

Microélectronique  et  Nanosciences  de  Provence  

Rachid  BOUCHAKOUR

INPINCINSIS

CNRSAMU

UNIV  TOULONISEN

CNRSAMU

UNIV  TOULON

Equipex  PLANEX    CPER:  regroupement  L2MP  

TECSEN

UMR7333 LAILaboratoire  Adhésion  &  

Inflammation  Pierre  BONGRAND INP INSB

CNRSAMU

INSERMCHR  MARSEILLE  

AMUINSERM

Equipex  DURASOL  

UMR7332 CPT Centre  de  Physique  Théorique     Thierry  MARTIN INP INSMICNRSAMU

UNIV  TOULONCNRS

Labex  ARCHIMEDE  Labex  OCEVU  

UMR7279 LIFLaboratoire  d'Informatique  Fondamentale  de  Marseille

Jean-­‐Marc  TALBOT INS2I INSHSCNRSAMU

CENTRALE  MARSEILLE  

AMULabex  ARCHIMEDE  

Labex  BLRI  

UMR7296 LSISLaboratoire  des  Sciences  de  l'Information  et  des  Systèmes  

Mustapha  OULADSINE INS2I INSHS

CNRSAMU

UNIV  TOULONENSAM AMU

Labex  ARCHIMEDE  Equipex  DILOH  

FR3513 FRIIAMFédération  de  Recherche  en  

Informatique  et  Interactions  d’Aix-­‐Marseille    

Jean-­‐Claude  HENNET

INS2ICNRSAMU

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  2   Page  1    

Page 66: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

   

Code  unité Sigle Intitulé DirecteurInstitut  principal

Institut/ssecondaire/s

Tutelle/s PartenairesPartie  gestionnaire  

des  contratsProjets  structurant  la  

dynamique  scientifique

UMR7255 LISMLaboratoire  d'Ingéniérie  des  Systèmes  Macromoléculaires    

James  STURGISINSB INC

CNRSAMU

CNRS

UMR7282 EIPLLaboratoire  d'enzymologie  

interfaciale  et  de  physiologie  de  la  lipolyse    

Frederic  CARRIERE INSB INCCNRSAMU

GERME CNRS

UMR7257 AFMBArchitecture  et  fonction  des  Macromolécules  Biologiques    

Yves  BOURNEINSB

INCINEE

CNRSAMU

AMU Projet  Bioinfo  BIP:BIP  

UMR7281 BIPBioénergétique  et  ingénierie  des  

protéines    Marie-­‐Therese  

GIUDICI-­‐ORTICONIINSB

INCINEE

CNRSAMU

CNRS

UMR7256 IGSInformation  Génomique  et  

Structurale      Jean-­‐Michel  CLAVERIE

INSB INEECNRSAMU

CNRS

FR3479 IMMInstitut  de  Microbiologie  de  la  

MéditérranéeJean-­‐Michel  CLAVERIE

INSBINEEINC

CNRSAMU

UMR7288 IBDMInstitut  de  Biologie  du  

Développement  de  Marseille  Luminy    

Andre  LE  BIVIC INSB INPCNRSAMU

CNRS INFRA  France  Bio-­‐Imaging  

UMR7290 LPCLaboratoire  de  Psychologie  

Cognitive    Johannes  ZIEGLER INSB INSHS

CNRSAMU

CNRS Labex  BLRI  

FR3512Fédération  

3C

Fédération  de  Recherche  Comportement-­‐Cerveau-­‐

CognitionPascal  HUGUET INSB

INSHSINSIS

CNRSAMU

UMR7291 LNCLaboratoire  de  Neurosciences  

cognitives    Bruno  POUCET

INSBINSHSINSIS

CNRSAMU

CNRS Labex  BLRI  

UMR7287 ISMInstitut  des  Sciences  du  

Mouvement,  Etienne-­‐Jules  Marey    Eric  BERTON INSB

INSISINSHS

CNRSAMU

AMU Equipex  ROBOTEX  

UMR7258 CRCMCentre  de  Recherche  en  Cancérologie  de  Marseille  

Jean-­‐Paul  BORG INSBCNRSAMU

INSERM

INSTITUT  PAOLI  ET  CALMETTES  

CNRSINSERMIPC

UMR7259 NICNNeurobiologie  des  Interactions  

Cellulaires  et  Neurophysiopathologie      

Michel  KHRESTCHATISKY INSB

CNRSAMU

VECTHORUS AMU

UMR7260 NIANeurosciences  Intégratives  et  

Adaptative    Christian  XERRI INSB

CNRSAMU

CNRS

UMR7278 URMITEUnité  de  Recherche  sur  les  Maladies  Infectieuses  et  Tropicales  Emergentes    

Didier  RAOULT INSB

CNRSAMUIRD

INSERM

AMU CPER:  projet  Infectiopôle

UMR7280 CIMLCentre  d'Immunologie  de  

Marseille  -­‐  Luminy  Eric  VIVIER INSB

CNRSAMU

INSERMCNRS

Projet  Démonstrateur  CIMTECH    

Labex  DCBIOL  Labex  INFORM    

Projet  Infra  PHENOMIN    CPER  :  projet  Infectiopôle

UMR7283 LCBLaboratoire  de  Chimie  

Bactérienne    Frédéric  BARRAS INSB

CNRSAMU

CNRS BioInfra  ANCESTROME  

UMR7286 CRN2MCentre  de  Recherche  en  

Neurobiologie  et  Neurophysiologie  de  Marseille    

Alain  ENJALBERT INSBCNRSAMU

DGG  AMU

UMR7289 INT  Institut  des  Neurosciences  de  la  

Timone    Guillaume  MASSON INSB

CNRSAMU

AMU

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  2   Page  2  

Page 67: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

         

Code  unité Sigle Intitulé DirecteurInstitut  principal

Institut/ssecondaire/s

Tutelle/s PartenairesPartie  gestionnaire  

des  contratsProjets  structurant  la  

dynamique  scientifique

UMS3367 CIPHE Centre  d'Immunophénomique   Bernard  MALISSEN INSBCNRSAMU

INSERM

UMS3537créée  à/c  du  01/01/2013

CE2F-­‐PRIM Centre  d'Exploration  Fonctionnelle  et  de  Formation  

Guillaume  MASSON   INSBCNRSAMU

UMR7309  LPL Laboratoire  Parole  et  Langage     Noël  NGUYEN INSHSINS2IINSB

CNRSAMU

AMU

Labex  BLRICPER:  création  d'un  Centre  d'Expérimentation  sur  la  

Parole

FR3076   Droits,  Pouvoirs  et  sociétés    

Gilbert  ORSONI  Philippe  BONFILS  à/c  du  01/02/2013

INSHSCNRSAMU

IEP  AIX-­‐MARSEILLE  

UMR7297TDMAM/CPAF

Textes  et  documents  de  la  Méditerranée  antique  et  

médiévale  (Centre  Paul-­‐Albert  Février)    

Emmanuele  CAIRE INSHSCNRSAMU

AMU LabexMED

UMR7298 LA3M    Laboratoire  d'Archéologie  Médiévale  et  Moderne  en  

Méditerranée    Henri  AMOURIC   INSHS

CNRSAMU

CNRS LabexMED  

UMR7299 CCJ

Centre  Camille  Jullian  -­‐  Histoire  et  archéologie  de  la  Méditerranée,  de  la  Protohistoire  à  la  fin  de  

l’Antiquité    

Dominique  GARCIAMarie-­‐Brigitte  

CARREà/c  du  01/01/2012

INSHSCNRSAMU

MCC AMU LabexMED  

UMR7303 TELEMMETemps,  Espaces,  Langages,  Europe  

Méridionale-­‐Méditerranée    

Jean-­‐Marie  GUILLONMarilyne  CRIVELLO  à/c  du  01/02/2012  

INSHSCNRSAMU

AMU

LabexMED  CPER:  Création  d'un  espace  de  recherche  spécialisé  sur  

la  Méditerranée    

UMR7304  CEPERC    Centre  d'épistémologie  et  d'ergologie  comparatives      

Gabriella  CROCCO INSHSCNRSAMU

CNRS LabexMED  

UMR7305 LAMESLaboratoire  méditerranéen  de  

sociologie    

Jean-­‐Samuel  BORDREUIL    

Sylvie  MAZZELLA  à/c    du  01/01/2013

INSHSCNRSAMU

CNRS LabexMED  

UMR7306IrAsia

 Institut  de  recherches  asiatiques Noël  DUTRAIT INSHSCNRSAMU

AMU

UMR7307 IDEMECInstitut  d'ethnologie  

méditerranéenne,  européenne  et  comparative        

Dionigi  ALBERA INSHSCNRSAMU

CNRS LabexMED  

UMR7308 CREDOCentre  de  Recherche  et  de  

Documentation  sur  l'Océanie      Laurent  DOUSSET INSHS

CNRSAMUEHESS

CNRS

UMR7310  IREMAMInstitut  de  recherches  et  d'études  sur  le  monde  arabe  et  musulman    

Ghislaine  ALLEAUMEINSHS

CNRSAMU

IEP  AIX-­‐MARSEILLE   CNRS LabexMED  

UMR7316 GREQAM    Groupement  de  recherche  en  économie  quantitative  d'Aix-­‐

Marseille    Nicolas  GRAVEL INSHS

CNRSAMUEHESS

CENTRALE  MARSEILLE

AMULabex  OT-­‐MED  Labex  AMSE  

UMR7317 LEST    Laboratoire  d'economie  et  de  

sociologie  du  travail    Ariel  MENDEZ INSHS

CNRSAMU

CEREQ  MARSEILLE   CNRS LabexMED  

UMR7318 DICEDroits  International,  comparé  et  

européen      Rostane  MEHDI INSHS

CNRSAMU

UNIV  PAUUNIV  TOULON

AMU Labex  OT-­‐MED  

UMS1885 MAP Maison  Asie-­‐Pacifique  

Pascale  BONNEMEREMonika  STERN  

à/c  du  01/07/2014

INSHSCNRSAMU

Convention  de  site  d’Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  3  

Page 68: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

       

Code  unité Sigle Intitulé DirecteurInstitut  principal

Institut/ssecondaire/s

Tutelle/s PartenairesPartie  gestionnaire  

des  contratsProjets  structurant  la  

dynamique  scientifique

UMS3287créée  à/c  du  01/01/2013

CLEOCentre  pour  l'édition  électronique  

ouverte      Marin  DACOS INSHS

CNRSAMUEHESS

UNIV  AVIGNON

USR3125 MMSHMaison  méditerraneenne  des  

sciences  de  l'homme      Brigitte  MARIN INSHS

CNRSAMU

LabexMED  CPER:    Institut  

Méditerranéen  de  Recherches  Avancées  

(IMéRA)  

USR3155 IRAAInstitut  de  Recherche  sur  

l'Architecture  Antique  (IRAA)      

Renaud  ROBERTXavier  LAFON    

à/c  du  01/01/2013François  QUANTIN  à/c  du  03/06/2014

INSHSCNRSAMU

UNIV  LYON  2UNIV    PAU  

LabexMED  Labex  IMU  

UMR7341 LP3Laboratoire  Lasers  Plasmas  et  

Procédés  photoniques    Philippe  DELAPORTE INSIS INP

CNRSAMU

CNRS

UMR7345 P2IMPhysique  des  Interactions  Ioniques  et  Moléculaires    

Jean-­‐Marc  LAYET INSISINPINC

CNRSAMU

AMU REFIMEVE+  

UMR7249 Institut  Fresnel     Stefan  ENOCH INSISINPINS2I

CNRSAMU

CENTRALE  MARSEILLE

CNRSAMU

CENTRALE  MARSEILLE

UMR7342 IRPHEInstitut  de  Recherche  sur  les  Phénomènes  Hors  Équilibre      

Uwe  EHRENSTEIN INSISINPINSU

CNRSAMU

CENTRALE  MARSEILLE

CNRS Labex  MEC

UMR7339 CRMBMCentre  de  Résonance  Magnétique  

Biologique  et  Médicale      Monique  BERNARD INSIS INSB

CNRSAMU

CHR  MARSEILLE  

AMUCNRS  (plateformes  

IRM)Equipex  7TAMI    

INFRA  FLI    

FR3515Fédération  de  recherche  Fabri  de  

Peiresc

Alain  POCHEAU    Jean  DUPLESSIS  KERGOMAR  à/c  du  

06/04/2012POULIQUEN  Olivierà/c  01/01/2014

INSIS

CNRSAMU

CENTRALE  MARSEILLE  

UMR7340 M2P2Laboratoire  de  mécanique,  

modélisation  et  procédés  propres    Patrick  BONTOUX INSIS

CNRSAMU

CENTRALE  MARSEILLE

AMU Labex  MEC  

UMR7343 IUSTIInstitut  universitaire  des  

systèmes  thermiques  industriels      Lounes  TADRIST INSIS

CNRSAMU

AMU Labex  MEC    

UPR7051 LMALaboratoire  de  mécanique  et  

d'acoustique      Frédéric  LEBON   INSIS

CNRS

 AMU  (conv)CENTRALE  

MARSEILLE  (conv)ISEN  

CNRSCPER:  transfert  LMA  sur  le  technopôle  de  Château  

GOMBERT

FRE3529fermeture  au  31/12/2013

IMLInstitut  de  Mathématiques  de  

Luminy    François  RODIER   INSMI

INSBINS2I

CNRS AMU CNRS Labex  ARCHIMEDE    

UMR7353fermeture  31/12/2013

LATPLaboratoire  d'analyse,  topologie,  

probabilités    Bruno  TORRESANI INSMI

INSISINSB

CNRSAMU

CENTRALE  MARSEILLE

AMU Labex  ARCHIMEDE    

UMR7373création  

01/01/2014I2M

Institut  de  Mathématiques  de  Marseille  

Bruno  TORRESANI INSMI INSBINS2I

CNRSAMU

CENTRALE  MARSEILLE

CNRSAMU

Labex  ARCHIMEDE    

FR2291 FRUMAMFédération  de  Recherche  des  Unités  de  Mathématiques  de  

Marseille    Pascal  HUBERT INSMI

CNRSAMU

UNIV  TOULONUNIV  AVIGNON

CENTRALE  MARSEILLE

UMS822 CIRMCentre  international  de  

rencontres  mathématiques  (CIRM)    

Patrick  FOULON   INSMICNRSAMU SMF

Convention  de  site  Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  2   Page  4  

Page 69: CONVENTION DE SITE AIX-‐MARSEILLE entre AIX-‐MARSEILLE

   

 Autres  unités  en  co-­‐tutelle  entre  le  CNRS  et  l’AMU      

       

Code  unité Sigle Intitulé DirecteurInstitut  principal

Institut/ssecondaire/s

Tutelle/s PartenairesPartie  gestionnaire  

des  contratsProjets  structurant  la  

dynamique  scientifique

UMS3470 Unité  mixte  de  service  Pythéas    Bruno  HAMELIN  

INSU INEECNRSAMU IRD

UMR7294 M  I  OInstitut  Méditerranéen  

d'Océanographie      Richard  SEMPERE INSU

INEEINSIS

CNRSAMU

UNIV  TOULONIRD

AMULabex  OT-­‐MED    Labex  SERENADE    

UMR7330 CEREGECentre  européen  de  recherche  et  d'enseignement  de  Géosciences  

de  l'Environnement    

Nicolas  THOUVENYINSU

INSHSINEE

CNRSAMU

Collège  de  FranceIRD

CNRSAMU

Collège  de  FranceIRD

Labex  OT-­‐MED  Labex  SERENADE  

Equipex  ASTER  CEREGE    Equipex  MIGA  

UMR7326 LAMLaboratoire  d'Astrophysique  de  

Marseille      Jean  Gabriel  CUBY

INSU INSISCNRSAMU

CNRSAMU

Labex  OCEVU    CPER:  relocalisation  dans  un  nouveau  bâtiment  à  Luminy  (opération  

achevée)

Code  unité Sigle Intitulé   DirecteurInstitut  principal

Institut/s  secondaire/s

Tutelle/s Partenaires  

UMR7300 ESPACEEtude  des  Structures,  des  Processus  d'adaptation  et  

des  Changement  de  l'Espace    

Christine  VOIRON

INSHS INS2ICNRS  UNIV  NICE  

AMU  UNIV  AVIGNON

UMR8562CNE Centre  Norbert  Elias    

 Suzanne  DE  CHEVEIGNE

INSHSCNRS  EHESS  AMU  UNIV  AVIGNON

UMR8171IMAf

Institut  des  Mondes  Africains    

Pierre  BOILLEY INSHS INEECNRS  UNIV  PARIS  1  EHESS  EPHE  AMU  IRD

UMS3598créée  à/c  du  01/03/2013

 HUMA-­‐NUM

La  TGIR  pour  les  humanités  numériques

Marc  RENEVILLE INSHSCNRS  AMU  EPCS  

Condorcet

FR3029 FCM/ITERFédération  de  recherche  fusion  par  confinement  

magnétique    

Pascale  HENNEQUIN

INSISINCINP

INSMI

CNRS  AMU    INRIA  POLYTECHNIQUE  Université  de  Lorraine  Université  Nice  Université  Toulouse  3

UPMC  Université  Paris  SudUniversité  Paris  13

FR3459 RS2ERéseau  sur  le  Stockage  Electrochimique  de  

l'Energie    

Jean-­‐Marie  TARASCON

INC

CNRS  AMU  Université  PicardieUniversité  Montpellier  1  Université  Montpellier  2

Université  de  Pau  Université  Toulouse  3Université  de  Nantes  UPMC

Collège  de  France  Chimie  ParistechUniversité  Haute  Alsace  INP  Toulouse

ENSC  Montpellier

FR3507 METSAMicroscopie  électronique  et  

sonde  atomique    Thierry  EPICIER INP INC

CNRS  AMU  CEA  Université  de  Rouen  INSA  RouenENSI  Caen  INSA  Lyon

 Comue  Université  de  Lyon  Université  de  Strasbourg

Université  Paris  Sud

FR3344Fédération  de  recherche  sur  

l'énergie  solaire    OLALDE  Gabriel INC

INSHSINEE

 CNRSUniversité  de  Perpignan,  ENGEES,  Université  de  BordeauX  1,  INPB,  ARTS  METIERS  PARISTECH  

Université  de  PauUniversité  Grenoble  1

 Institut  Français  de  Mécanique  Avancée  ENSC  Clermont  Ferrand  Ec  Ponts  Paristech  UVSQ  

Chimie  Paristech  Supelec    Polytechnique  Télécom  Paristech  

Université  Paris  Diderot  Ecole  des  Mines  d'Albi  Université  Toulouse  3  INP  Toulouse  

Université  Lille  1  AMU  Université  de  ToulonUniversité  Sherbrooke  Mines  Paristech  Université  de  Strasbourg  INSA  Strasbourg  

Convention  de  site  d’Aix-­‐Marseille  2012-­‐2017  Annexe  1   Page  5