marchés à terme : quelles perspectives ? arnaud diemer université blaise pascal, clermont ferrand...

of 63 /63
Marchés à terme : Quelles perspectives ? Arnaud Diemer Université Blaise Pascal, Clermont Ferrand IHEDREA, Paris

Author: maximilien-revel

Post on 03-Apr-2015

110 views

Category:

Documents


2 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Page 1
  • Marchs terme : Quelles perspectives ? Arnaud Diemer Universit Blaise Pascal, Clermont Ferrand IHEDREA, Paris
  • Page 2
  • PLAN INTRODUCTION I. CARACTERISTIQUES DES MARCHES A TERME A. Objectifs dun march terme B. Fonctions dun march terme C. Conditions dexistence dun terme D. Organisation dun march terme II. LE PRINCIPE DE LA BASE A. La base B. Les relations entre cours au comptant et cours terme III. TYPES DINTERVENTION A. Opration de couverture dun exploitant agricole B. Opration darbitrage C. Opration dun organisme stockeur D. Options Call et Put CONCLUSION : Quelles conditions pour aller sur un march terme ?
  • Page 3
  • Introduction Contexte agricole - Ce sont les zones de surplus ou de dficit qui font les prix. LAustralie, le Canada, lArgentine et le Brsil reprsentent seulement 15% de la production mondiale des principales cultures marchandes (bl, colza, soja, tournesol, ) mais 35 40% des exportations mondiales. Campagne 2008-2009 pour le bl : Rcolte mdiocre en Argentine (9.5 Mt contre 16.3 Mt); Retour la normale en Australie mais problmes qualitatifs (13 20 Mt), Exportations dynamiques de lUnion Europenne; Stocks importants en France; Augmentation de la production chinoise (152 166 000 t). - Depuis trois ans, la consommation mondiale est suprieure loffre mondiale. La Chine et lInde (38% de la population mondiale, 15% des importations mondiales), la fois producteur et consommateur (notamment lorsque leurs cultures sont dtruites par les alas climatiques) seraient lorigine de certains mouvements erratiques de prix.
  • Page 4
  • Thse du dveloppement conomique : tout pays ayant une croissance forte, doit oprer un dcollage par lintermdiaire de sa classe moyenne, ceci se traduit concrtement par le passage dune alimentation base de crales une alimentation dorigine animale. Cest ainsi que lInde qui a une croissance de 8- 9% par an, a vu son production de volailles augmenter de 12% par an depuis 5 ans. La Chine avec une croissance comprise entre 11.5% (2007) et 10.4% (2008) a vu sa consommation de viande par tte progresser de 4.5% par an depuis 2001. Or le monde animal est nourri partir de crales et de tourteaux (soja, colza, tournesol). Cette modification des marchs serait lorigine de la hausse des prix. Le rgime carn ncessite 5 fois plus de terres que le rgime vgtarien, pour produire un kilo de viande, il faut entre 3 et 10 kg de crales. - LInde et la Chine ont un poids rel sur les exportations de crales et dolagineux, toutefois elles sont devenues toutes deux, depuis 2007, producteurs et non plus consommateurs. A lexception du soja (30 millions de tonnes importes en 2007), la Chine a export 5 millions de tonnes de mas, 3 millions de tonnes de bl et 1 million de tonnes de riz. De son ct, lInde na pas import de bl en 2008 et a continu exporter du riz, de la viande et des produits laitiers. Enfin la consommation de volailles en Inde (2 kg de poulet par an et par tte) est trop faible pour peser sur les cours. - Les grands exportateurs ont cherch rduire leurs stocks afin de diminuer leurs cots de gestion et fonctionner en flux tendus. Cette situation sest gnralise toutes les crales et les olagineux : dstockage du bl dur au Canada (50% des parts de march), dstockage de 65 millions de tonnes de bl en Chine de 2000 2006 ; dstockage de bl tendre en Europe (150 120 millions de tonnes de 2004 2007). Dans le cas de lEurope, ce dstockage a pes sur les cours car les stocks europens sont considrs comme stabilisateurs des prix mondiaux.
  • Page 5
  • Utilisation mondiale de bl En Mt, Source : CIC 650 614 641
  • Page 6
  • (source CIC en Mt) Stocks mondiaux de bl
  • Page 7
  • - La pression des agro-carburants : la concurrence entre terres agricoles ddies aux cultures alimentaires et terres agricoles ddies aux cultures nergtiques. En 2007-2008, les agriculteurs amricains ont consacr 79 millions de tonnes de mas au biothanol. Prs de 24% de la production totale de mas a ainsi servi alimenter en carburant les automobilistes amricains. Selon le FMI, ce phnomne serait lorigine de 70% de la hausse du prix mondial du mas. LEurope en prvoyant dutiliser 10% dagrocarburants pour les transports dici 2010, aurait une certaine responsabilit dans la hausse des cours de 2008 (la production de biothanol est passe de 4.9 10.2 millions de tonnes de 2006 2007; celle de biodiesel de 578 000 1.77 millions de tonnes sur la mme priode). On risque dassister un resserrement des liens entre nergie et agriculture, donc plus de volatilit des cours (lien entre le prix du ptrole et le cours des produits agricoles). - Le cot du fret devient dterminant dans la comptitivit prix. Entre 2007 et 2008, on a assist une vritable concurrence entre matires premires et ressources nergtiques. Leffet Jeux Olympiques et les besoins en nergies fossiles de la Chine ont gnr dnormes tensions sur le transport maritime en 2007 et 2008. Toutes les barges utilises pour les produits agricoles ont t loues aux chinois pour alimenter leur croissance conomique.
  • Page 8
  • Au 12 janvier 2009 872 Fret : Baltic Dry Index
  • Page 9
  • Les conditions climatiques ont toujours t lorigine des baisses ou des hausses de la production, crant ainsi des zones de dficit ou de surplus (on rappelle que trois annes conscutives de bonne production amricaine suffirait faire plonger les cours des crales), cependant ce qui a chang, cest la volatilit des prix accentue par les changement climatiques. Durant la campagne 2006-2007, les svres geles survenues en Russie et en Ukraine ont fait augmenter les prix. Lt 2007 a engendr une hausse des prix en Europe. De mme la scheresse en Australie a quelque peu affect le march en 2008. Le taux de change (et plus particulirement la parit dollar / Euro) joue sur la monnaie de facturation des produits agricoles. Gnralement pays en dollars, les produits agricoles subissent les fluctuations du change. Les prix mondiaux libells en dollars ont augment de 56% en 2008.
  • Page 10
  • Au 12 janvier 09 1,3394 Taux de change Euro / $
  • Page 11
  • Les marchs agricoles sont en train de devenir des marchs financiers. Les oprations de spculation gnrent une certaine drive du capitalisme financier et modifient les comportements sur les marchs agricoles. Les marchs terme, lieux de couverture, deviennent progressivement des lieux darbitrage et spculation. La crise financire des subprime (crise immobilire et crise des actifs financiers) a amen les oprateurs du march se replier sur les marchs agricoles. La financiarisation des marchs agricoles contribue rendre plus instables les cours des matires premires. Les effets de substitution entre produits agricoles modifient loffre mondiale et dstabilisent par la mme occasion, les marchs agricoles. Cette tension est particulirement vive sur les marchs du soja et du mas.
  • Page 12
  • Surfaces semes en mas et en soja aux Etats-Unis (Source USDA en Mha) Source : USDA
  • Page 13
  • Tous ces lments devraient gnrer plus de volatilit des prix dans lavenir et lapparition dune superposition de deux cycles. - Une tendance la fois baissire ( la suite de la rcolte) et haussire des cours (au fur et mesure que lon se rapproche de la nouvelle rcolte). - Des fluctuations brutales de cours ( la hausse comme la baisse) durant des priodes trs courtes. Ceci devrait accrotre le besoin de se couvrir sur les marchs terme. Ceci va galement encourager une certaine spculation sur les matires premires.
  • Page 14
  • Page 15
  • Page 16
  • Page 17
  • Page 18
  • Page 19
  • I. CARACTERISTIQUES DES MARCHES A TERME Le march terme dfinit un prix d'change pour un produit donn et pour une date future. Ce prix form par la libre confrontation de l'offre et la demande, sert de signal pour de nombreuses dcisions conomiques telles que la mise en production, le stockage ou la transformation. A. Objectifs dun march terme La mise en place dun march terme rpond gnralement deux objectifs : 1 Rassembler en un seul lieu les acheteurs et les vendeurs afin dorganiser la confrontation de loffre et la demande (unicit des prix un instant donn, standardisation des contrats) ; 2 Etablir et faire respecter les rgles qui assurent que la ngociation prend place dans un environnement ouvert et comptitif. Tout agent est capable de prendre une position sur le march, qu'il soit acheteur ou vendeur. La ngociation porte sur des changes futurs de produits dont le prix fluctue sur le temps.
  • Page 20
  • B. Fonctions dun march terme Le march terme a principalement trois fonctions (scurit, transparence, anticipation ) : - Le transfert de risque : le march terme permet la couverture des risques de prix existant sur le march au comptant. La couverture consiste prendre une position inverse et quivalente celle du march au comptant. La justification conomique de ce transfert de risque apparat dans lvolution des cours au comptant et des cours terme (principe de la base). - La dcouverte du prix unique : le march terme est un march centralis permettant la confrontation gnrale de loffre et de la demande (prix unique un instant donn). Ce prix synthtise lensemble des intrts des oprateurs (acheteurs et vendeurs), il reflte un consensus des oprateurs sur la valeur future du produit => Prix de rfrence. Le march terme donne accs des cotations sur une gamme dchances (8 pour le bl, 6 pour le colza) qui couvrent 18 mois, soit deux campagnes de production. - Cest un march de dernier recours tant pour les acheteurs que pour les vendeurs. Ainsi un acheteur de produits physiques ne trouvant pas de produits pour satisfaire ses besoins, peut acheter un contrat terme pour en prendre livraison lchance. La rciproque est vraie pour un vendeur de produits physiques.
  • Page 21
  • C. Conditions dexistence dun march terme Lexistence dun march terme est gnralement conditionn par 5 facteurs : - la volatilit des prix ; - la taille du march ; - le besoin de couverture par tous les oprateurs dune filire (producteur jusquau ngociant) ; - la runion dune communaut de courtiers mme dexcuter les ordres de clients finaux ; - la maturit du march (seul moyen de lancer de nouveaux contrats).
  • Page 22
  • D. Organisation dun march terme L'organisation et le fonctionnement du march terme peuvent tre dcrits partir des quatre lments suivants : la place de transaction, l'objet de la transaction (contrat), les oprateurs et le systme d'change. 1. La place de transaction est une Bourse, constitue dun nombre limit de membres qui ont achet leur droit faire des transactions. Cest aujourdhui Euronext qui fournit les installations et dfinit les rgles de fonctionnement des marchs terme. 2. Le contrat terme est un document rdig par un comit technique qui dcrit les conditions standardises de lchange de produit. Les spcifications essentielles dun tel contrat concernent : la nature du produit et sa qualit, la quantit, les mois de cotation, les modalits de livraison et de paiement, enfin les procdures lgales en cas de litige. Des contrats terme et option existent pour 7 types de produits : bl meunier, bl fourrager, mas, colza, huile de colza, suce blanc, sucre roux.
  • Page 23
  • Illustration : le contrat terme bl meunier n2 Le contrat terme bl de meunerie n 2 repose sur des spcifications prcises : poids spcifique (76 kg/hl); humidit (15 %); grains briss (4 %); grains germs (2 %) et impurets (2 %). Il sagit dun contrat de 50 tonnes, ct Euronext. - Bourse Euronext : pr-ouverture (10 h 30 10 h 45), ouverture (10 h 45 18 h 30) - Huit chances : juillet, septembre, novembre, janvier, mars, mai - Clture dune chance : le 10 du mois dchance. - Cotation : chelon minimum de cotation : 0.25 par tonne mtrique - Ouverture dun compte : http://www.matif.fr http://www.liffe-commodities.com
  • Page 24
  • Le contrat terme est un engagement entre un acheteur et un vendeur. En passant un contrat terme, le vendeur sengage livrer un produit sur une chance donne, et inversement, lacheteur sengage en prendre livraison et le payer au prix ngoci. En fait, peu de contrats se dnouent par livraison physique du produit ngoci. Deux raisons peuvent tre voques : les conditions pratiques dchange ne conviennent pas rellement aux professionnels ; les spculateurs nont pas dintrt recevoir des produits physiques ou en livrer. La mthode la plus utilise pour dnouer sa position de vendeur ou dacheteur sur le march terme consiste prendre une position inverse en nombre de contrats sur une mme chance. La standardisation du contrat terme et la mthode de ngociation sur un march ouvert tous permet une forte liquidit des transactions (cest dire lopportunit chaque instant dentrer ou de sortir du march avec de faibles cots de transaction). La possibilit de dnouer une position sur le march terme par une prise de position inverse, et surtout la facilit de ces oprations dentre et de sortie du march, constitue lintrt spcifique du march terme
  • Page 25
  • 3. Le systme de transaction : pour un prix ct de march, certaines personnes souhaitent acheter le produit et dautres le vendre. Les ordres dachat et de vente sont confronts lectroniquement et publiquement par les oprateurs. Le prix volue en fonction des ordres transmis. Si les ordres dachat sont plus nombreux que les ordres de vente, le prix monte. Cette hausse de prix stimule les vendeurs et dcourage les acheteurs, le prix reprend ainsi une position dquilibre. La Chambre de Compensation, associe la Bourse, ralise la balance des transactions entre les vendeurs et les acheteurs courts. - Quand deux oprateurs ralisent une transaction, ils notent sur une fiche dinformation : position dachat ou de vente, prix, chance du contrat et bien sr nom de la contrepartie. - Cette fiche est transmise en fin de sance la Chambre de Compensation. Celle-ci reoit donc deux avis pour un mme contrat, lun du vendeur, lautre de lacheteur. - La Chambre sinterpose entre les deux oprateurs en prenant une position oppose tous les avis qui lui sont rapports : elle porte vendeur face aux acheteurs et acheteur face aux vendeurs. Comme le nombre de positions vendeur est gal au nombre de positions acheteur , la position nette de la Chambre de Compensation est toujours nulle. Le but de ce systme est de permettre lannulation dune position vendeur ou acheteur nimporte quel moment sans avoir besoin de rechercher loprateur initial de la transaction.
  • Page 26
  • Echance 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 A livre VENTES A K C D E F G H I J B L M N O P Q R S T CHAMBRE DE COMPENSATION B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U ACHATS U reoit
  • Page 27
  • Pour chaque contrat engag, loprateur, vendeur ou acheteur, doit dposer une marge initiale sur son compte. Son montant est variable suivant les bourses mais il reste voisin de 10% de la valeur du contrat. Cet argent est bloqu sur le compte mais, dans certaines circonstances, il peut tre plac dans des titres financiers court terme. Aprs avoir dpos la marge initiale, loprateur est tenu de conserver une somme minimale sur son compte, appele marge minimale. Cette marge correspond peu prs trois quarts de la marge initiale. Si les variations de prix sont dfavorables, la Chambre de Compensation va puiser la somme perdue sur le compte de loprateur. Le niveau de compte diminue alors et peut passer en dessous de la valeur de la marge initiale.
  • Page 28
  • II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des oprateurs (position longue ou courte) prend gnralement en compte lvolution du cours au comptant et celle du cours terme. Bien quils nvoluent pas exactement de la mme faon, ces deux cours ont tendance bouger de concert. Le cours terme dpend en effet troitement du cours au comptant, puisquun contrat terme peut toujours faire lobjet dune livraison lchance. Le cours terme thorique quivaut au cours au comptant augment ou diminu du prix du temps, appel cot de portage
  • Page 29
  • Echance Cours Cours terme Cours au comptant Livraison BASE
  • Page 30
  • Le cot de portage reprsente le cot du financement de lachat de lactif et de son stockage jusqu lchance, date laquelle le bien est livr dans le cadre du contrat terme. Plus lchance du contrat terme se rapproche, plus le cot de portage est faible. Au fur et mesure que se rapproche le mois de livraison, les anticipations refltes dans le cours du terme deviennent les mmes que celles du march au comptant. Par consquent, le cours du contrat terme approchant de lchance, converge vers le cours de lactif sous-jacent sur le march comptant. Une diffrence anormale entre les deux cours inciterait les utilisateurs des marchs terme dtenant des positions ouvertes livrer ou prendre livraison suivant le sens de lcart. Elle inciterait ceux qui interviennent sur les deux marchs acheter bas prix et vendre sur celui sur lequel le cours est lev, condition que lcart soit suffisamment grand pour compenser le cot de la livraison sur le march terme. Ces arbitrages induiront une hausse du cours du march bas prix et une baisse du cours du march prix lev, ce qui ramnera les cours une situation initiale.
  • Page 31
  • A. La base Le terme de base est utilis pour dsigner la diffrence entre le cours terme et le cours au comptant sur le mme actif. La base est gnralement dfinie comme le cours du contrat terme sur lchance la plus proche moins le cours au comptant du produit de la qualit spcifie dans le contrat terme, la qualit de base. Toutefois, la base est parfois dfinie comme tant le cours au comptant moins le cours terme.
  • Page 32
  • 1. Les composantes de la base Pour les actifs physiques, la base comprend trois composantes : - le temps intgre les anticipations des oprateurs quant lvolution des cours. Il comporte notamment le cot de portage (cot dachat du bien au comptant et de sa revente terme), qui est essentiellement compos du cot de stockage, de la prime dassurance et du cot du financement. - la distance : tout moment, le cours au comptant dune marchandise en un point donn est diffrent de celui qui prvaut lendroit de la livraison sur le march terme. Cette diffrence reflte le cot de transport dun produit de son lieu de production sa zone de consommation, et les quilibres entre offre et demande aux deux endroits. - la qualit : des qualits de bien diffrentes de la qualit de rfrence peuvent le plus souvent tre livres, suivant un systme de primes et de dcote, et ce afin dlargir le march.
  • Page 33
  • Prix au comptant Prix terme Base Date de livraison Echance Temps Espace Qualit Zone de livraison agre Qualit standard Lieu de livraison Qualit
  • Page 34
  • Ainsi la base reflte ce que vaut le produit sur le march local en relation avec le march terme. La valeur de la base est fonction : - de la valeur du stockage sur le march local (en relation avec celui du march terme) ; - de la valeur du transport entre le march de consommation et les zones de surplus, et entre ce march et les points de livraison dfinit dans le contrat terme ; - de la valeur de la qualit du produit offert (en relation avec celle dfinie dans le contrat standard) ; - des conditions doffre et de demande sur le march local (en relation avec celles qui prvalent sur le MAT, influence des produits substituables).
  • Page 35
  • 2. Evolution de la base La valeur de la base volue avec le temps pour plusieurs raisons : - Le comptant et le terme forment deux marchs spars. Les possibilits quoffre le march comptant de traduire les besoins long terme des oprateurs en transactions immdiates sont limites, surtout en regard de celles du march terme. Le cercle des participants au march terme est plus large que celui du comptant, car les objectifs des intervenants ne sont pas les mmes sur les deux marchs. Comme les marchs au comptant et terme ne rpondent pas aux mmes attentes, leurs variations ne sont pas identiques et la diffrence entre les deux cours la base subit des changements dans le temps. - Le cot de portage varie. Le cot de portage, reflt dans le cours terme, est sensible aux fluctuations du taux dintrt. Il dpend aussi du cours au comptant du produit, de la capacit de stockage disponible, et de la dure restant courir jusqu lchance. - La composante distance de la base intervient galement. Les prix des services de transport ne sont pas constants et peuvent tre ngocis. Les moyens de transport disponibles, les conditions mtorologiques et les conflits sociaux peuvent influencer le cot de transport. Les conditions doffre et de demande de chaque march local sont sujettes variation. Ainsi, un dsquilibre entre loffre et la demande peut se produire dans une zone et ne pas affecter lendroit o se font les livraisons sur le march terme, provoquant un changement de la base locale.
  • Page 36
  • B. Les relations entre cours au comptant et cours terme En thorie, le cours terme doit tre gal au comptant augment du cot de portage. La diffrence entre les diffrents cours terme doit aussi tre gale au cot de portage dune chance sur lautre. En ralit, lcart entre les chances varie considrablement et dpend de la situation de loffre et de la relation comptant/terme. Cest pourquoi les cots de portage calculs partir des diffrences entre les contrats ne fournissent quune indication sur une situation qui prvaut sur le march un instant donn et sont fonction des anticipations des oprateurs pour les mois venir.
  • Page 37
  • Cours Echance Comptant Dec Mars Mai Juillet Sept 1. March en report et march en dport Lorsque loffre est suffisante pour couvrir la demande sur un produit, les cours terme sur les chances lointaines sont plus leves que ceux sur les chances proches. Cette situation est celle dun march normal ou report (un march est en report si le cours au comptant est infrieur au cours terme).
  • Page 38
  • Lorsque loffre est insuffisante pour couvrir la demande de livraison immdiate, le cours au comptant peut tre suprieur au terme le plus proche, et si on anticipe une poursuite de la pnurie, le cours terme proche peut dpasser le cours terme loign. Cette situation est celle dun march invers ou en dport. Cours Echance Comptant Dec Mars Mai Juil Sept
  • Page 39
  • 2. Le risque de base La couverture classique nlimine pas le risque de faon aussi radicale quon pourrait le penser, elle ne fait que le rduire. Le bnfice majeur dune couverture terme est de remplacer le risque de fluctuation des cours par un risque beaucoup plus faible de changement de la relation entre le cours terme et le cours au comptant, appel risque de base. Un oprateur qui fait une couverture courte fera un profit si la base diminue entre le dbut et la fin de la couverture. Dans le cas contraire, il subira une perte. A linverse, celui qui fait une couverture longue fera un gain si la base augmente, et une perte si elle diminue.
  • Page 40
  • III. TYPES DINTERVENTION SUR LE MARCHE A TERME Il existe trois types dinterventions sur un march terme : - Larbitrage est une opration sans risque et en principe sans investissement initial visant tirer profit de dcalages anormaux de cours entre diffrents instruments. Larbitragiste cherchera profiter dune inefficience du march entre des produits symtriques ou relevant de marchs diffrents ou encore entre le march terme et le march au comptant. - La spculation peut se concevoir la hausse ou la baisse. La spculation la hausse consiste acheter un bien dont la valeur doit sapprcier dans le temps. Loprateur espre raliser un profit en revendant le bien un prix suprieur au prix dachat. La spculation la baisse consiste, linverse, vendre un bien sil doit se dprcier. Loprateur espre alors raliser un profit en rachetant le bien un prix infrieur son prix de vente. - La couverture : cest la principale opration ralise sur le march terme. Loprateur cherche rduire son exposition au risque de variation de prix. Lapproche lmentaire prsente le Hedge (couverture sur le march terme) comme une prise de position gale et oppose la position sur le march physique. Egale signifie de mme taille et oppose correspond la prise de position inverse, long en physique et court terme par exemple.
  • Page 41
  • Un oprateur est long lorsquil dtient un produit physique ou des contrats dachat prix dtermin. Etre long correspond un risque spculatif de baisse des prix. Un agriculteur qui sme du bl est long sur le march du bl. Mme sil ne dispose pas encore physiquement de son bl, sa production est en cours, il craint une baisse des prix et par voie de consquence une diminution de ses revenus. Un oprateur est court lorsquil dveloppe un risque spculatif de hausse des prix. Cest le cas dun acheteur de sucre pour une industrie de confiserie. Cet oprateur connat ses besoins mensuels de sucre, il craint une hausse des prix qui viendrait augmenter la valeur de ses achats. Sur le march terme, loprateur qui achte un contrat est long. Il est gagnant si le prix monte mais il est perdant si le prix baisse. La situation de loprateur court est symtrique.
  • Page 42
  • Oprateur Date de dbut de prise de risque Conditions particulires crant le risque Type de risques Date de fin de prise de risque sans marchs terme Couverture de risque sur le march terme Agriculteur cralier Dcision demblave ment (position longue) Les charges fixes et variables doivent tre couvertes et une rmunration du travail doit exister Prix obtenu lors de la rcolte < au prix anticip lors de la dcision demblaver Vente de crales (ou connaissance du prix offert par lorganisme de stockage ou la cooprative) Vente de contrats Eleveur engraisseur Dcision de se lancer dans lengraisse ment en lots danimaux Le prix de vente des animaux doit couvrir les cots de production Baisse du prix des animaux finis Vente totale du lot danimaux finis Vente de contrats
  • Page 43
  • Oprateur Date de dbut de prise de risque Conditions particulires crant le risque Type de risques Date de fin de prise de risque sans marchs terme Couverture de risque sur le march terme Cooprative de collecte Apports des adhrents et paiement au prix moyen (position longue) Pas de risques immdiats. Mais les adhrents peuvent se dtourner de la cooprative lavenir Diminution dans lavenir des apports la cooprative si le prix de vente est trop faible Vente de crales collectes Vente de contrats
  • Page 44
  • Oprateur Date de dbut de prise de risque Conditions particulires crant le risque Type de risques Date de fin de prise de risque sans marchs terme Couverture de risque sur le march terme Ngociant Vente de produits agricoles livrables et payables en diffr (position courte) Le prix dachat des produits agricoles doit tre infrieur au prix de vente ngoci Le prix dachat suprieur au cot dachat diminu des cots de gestion Achats de produits agricoles livrer Achats de contrats Utilisateur industriel Position courte Concurrence vive sur le march aval. Substitution possible avec dautres produits Cots dachats en matires trop levs par rapport au produit fini Achat de matires premires et ou modification du prix sur le march aval Achats de contrats
  • Page 45
  • Dune faon gnrale, les longs gagnent la hausse tandis que les courts gagnent la baisse. Largent gagn par les uns est perdu par les autres. Hors cots de transactions, le march terme est un jeu somme nulle avec transfert quotidien des perdants vers les gagnants. Lorganisation du transfert dargent est une des principales fonctions de la Chambre de Compensation.
  • Page 46
  • 1. Opration de couverture dun exploitant agricole Un exploitant agricole sme du colza sur 100 hectares en septembre 2008. Son rendement prvisionnel est de 40 q/ha, par consquent, il peut penser rcolter 4 000 q en juillet 2009. Il est cependant confront un risque de variation des prix jusqu la vente physique. Il souhaite ainsi se couvrir en fixant de manire prcoce son prix objectif. Premire tape : Lexploitant agricole prend connaissance de son march (principaux producteurs, acheteurs, exportateurs, zone de dficit ou de surplus au niveau international, national et local, volution du cot de lnergie, du cot du fret, de la parit $/, alas climatiques..). Deuxime tape : Lexploitant agricole prend connaissance de ses cots de production et les confronte au march. Il peut ainsi apprcier son niveau de comptitivit et juger lattractivit dun prix. Troisime tape : Lexploitant agricole dduit de son cot de production et du prix de march, un prix objectif, cest--dire un prix qui lui assure un revenu lhectare dtermin. Imaginons quil se fixe le prix de 275/t.
  • Page 47
  • chanceHeureDernierVolVol Jour AchatVenteJ-1%Comp Mars 09 Mai 09 Nov 09 Jan 10 Mars 10 Mai 10 12.14 12.19 12.18 12.05 11.17 147.75 148 156.75 158.50 159 160.5 10 4 10 61 559 371 615 23 1 147.75 148 156.75 156.50 149.75 155 148 148.75 157 168 164.75 171 1.03 0.68 0.48 0.63 0.00 0.31 146.25 147 156 157.5 159 160
  • Page 48
  • A cette mme date, il consulte les cotations du march terme afin de savoir quelle chance pourrait correspondre son prix objectif. Le prix terme sur lchance aot 2009, est de 290/t (Fob Moselle). En tenant compte du cot de transport (3.17 /t), et la marge de lOrganisme stockeur dautre part (11.83 /t), lagriculteur peut calculer un prix Dpart ferme qui sera son prix objectif (290 3.17 11.83 = 275). Ds lors, deux possibilits soffrent au producteur : - Soit le producteur estime que ce prix actuel se situe un niveau lev, par consquent, son risque est de voir baisser les cours, auquel cas, il va se couvrir sur le march terme. - Soit il estime que le prix ne peut que monter ou rester ce niveau, auquel cas, son risque est nul. Il adopte alors un comportement spculatif et nintervient pas sur le march terme. Afin de bnficier du niveau de prix actuel pour aot 2009, le producteur vend terme un nombre de contrats quivalent la quantit quil pense rcolter. En Juillet 2009, le producteur rcoltera son colza et le livrera son organisme stockeur. Au mme moment, il achtera sur lchance Aot 2009, le mme nombre de contrats quil a vendus prcdemment afin de le librer de son engagement (on dit quil dboucle sa position).
  • Page 49
  • BILAN DES OPERATIONS - Dans le cas dune baisse des cours (bonne anticipation du producteur) : - 25 March physiqueMarch terme Septembre 2008 Juillet 2009 Aot 2009 Semi de colza Prix objectif : 275 /t Rcolte du colza Vente lOS local de 400 t 250 /t Vente de 8 contrats 290 /t Achats de 8 contrats : 265 /t Bilan400 t x 250 = 100 000 400 t x (290 265) = 10 000 soit 100 000 + 10 000 = 110 000 : 400 t = 275 /t Cest dire le prix objectif
  • Page 50
  • - Dans le cas dune hausse des cours (mauvaise anticipation du producteur) : + 25 March physiqueMarch terme Septembre 2008 Juillet 2009 Aot 2009 Semi colza Prix objectif : 275 /t Rcolte Vente de 400 t lOS local au prix de 300 /t Vente de 8 contrats 290 /t Achats de 8 contrats 315 /t Solde des oprations400 t x 300 = 120 000400 x (290 315) = 10 000 Soit 120 000 10 000 = 110 000 : 400 t = 275 soit le prix objectif
  • Page 51
  • Conclusion : - Une opration de couverture nassure pas le prix le plus rmunrateur. Elle ne fait quapporter une certaine scurit lexploitant agricole. Il peut en effet calculer ds les semis, son prix objectif partir des diffrentes chances du march terme. Le march terme joue le rle dassurance. - Lexploitant agricole ne va jamais jusquau terme de son engagement sur le march terme. Il dboucle sa position : il se porte acheteur , lchance lorsquil stait port vendeur au moment des semis. On peut cependant imaginer le cas o lorganisme stockeur local refuserait dacqurir la marchandise lors de la rcolte (crise conomique, faillite de lOS). Ds lors, lexploitant agricole ne dnoue pas sa position et vend sa marchandise terme. Ceci lobligera prendre en charge le transport et le stockage jusquau moment de la livraison. Toutefois, il avait anticip cette possibilit lors de son calcul du prix objectif.
  • Page 52
  • A lchance, tout contrat rest en position donne lieu la livraison par le donneur dordres vendeur et la rception par le donneur dordres acheteur. La 1re journe de ngociation aprs la clture de lchance, ladhrent compensateur vendeur remet la chambre de compensation un avis de notification par lequel il fait connatre son intention de livrer, le silo o aura lieu la livraison, le nombre de contrats concerns et les numros des certificats dentreprosage La seconde journe, la chambre de compensation assigne les avis de notification de livraison aux adhrents compensateurs acheteurs et procde aux rapprochements des adhrents acheteurs vendeurs. La 3me journe, ladhrent vendeur transmet une notification de livraison ladhrent acheteur qui la remet la chambre de compensation complte et signe par les contreparties. Le transfert de proprit entre donneurs dordres est ralis par le transfert en silo le 7me jour de la ngociation (il sagit de lordre donn du vendeur lorganisme stockeur de transfrer la marchandise lacheteur) Le transfert de la marchandise se fait dans lun des silos agres dfinis par la Chambre de compensation (le transport et la qualit sont rattachs au contrat Incograin n23 et laddendum n2 du syndicat de Paris du Commerce et des Industries de Grains).
  • Page 53
  • 2. Opration darbitrage entre march physique et march terme dun ngociant Soit un ngociant qui sest engag, le 15 janvier de lanne 2009, acheter prix ferme 50 tonnes de bl au prix de 152 /t. Ce ngociant est en position longue : il ignore en effet ce que sera le prix quil obtiendra lorsquil vendra une marchandises dont il na pas personnellement lusage. Le mme jour, ce ngociant prend position sur le march terme, il vend un contrat de 50 tonnes de bl chance mars. Lchance mars cte alors 150 /t. Le 05 fvrier, soit quelques semaines plus tard, il trouve une contrepartie vendeur, cest--dire un client intress pour les 50 tonnes de bl que le ngociant dtient. La vente est ngocie 147 /t. Le mme jour, le ngociant rachte sa position sur le march terme 140 /t.
  • Page 54
  • chanceHeureDernierVolVol Jour AchatVenteJ-1%Comp Mars 09 Mai 09 Nov 09 Jan 10 Mars 10 Mai 10 12.14 12.19 12.18 12.05 11.17 147.75 148 156.75 158.50 159 160.5 10 4 10 61 559 371 615 23 1 147.75 148 156.75 156.50 149.75 155 148 148.75 157 168 164.75 171 1.03 0.68 0.48 0.63 0.00 0.31 146.25 147 156 157.5 159 160 Vol - nombre de contrats sur lesquels porte la dernire transaction enregistre. Volume jour - Volume quotidien total. Cest le nombre de contrats ngocis cumuls dans la journe de bourse. Il est mis jour tout au long de la journe de bourse. J-1% - Variation en % du dernier trait par rapport au cours de compensation de la veille. Comp - le cours de compensation du jour prcdent. PO - Position Ouverte. Les positions ouvertes sont les positions ouvertes longues et courtes du jour de bourse prcdent, mises jour Quotidiennement le matin. Bl meunier, cours au 4 fvrier 2009
  • Page 55
  • DateMarch physiqueMarch terme 15 janvier 2009Achat prix ferme de 50 t de bl 152 /t (soit 7600 ) Vente dun contrat de 50 t de bl chance mars 150 /t (soit 7500 ) 05 fvrier 2009Vente des 50 tonnes de bl 147 /t (soit 7350 ) Achat dun contrat de 50 t de bl chance mars 140 /t (soit 7000 ) Bilan des oprationsPerte sur le physique de 250 Gain sur le terme de 500 Soit un gain de 250 Sans couverture, ce ngociant aurait perdu 5 /t, soit 250 /t. Grce la couverture, le gain sur le march terme (10 /t, soit 500 ) a fait plus que compenser cette perte et le rsultat net est un gain de 5 /t duquel il faut dduire les frais daccs du march terme (commissions, financement du dpt). Ces 250 de gain net couvrent aussi les frais de stockage entre le 15 janvier et le 05 fvrier.
  • Page 56
  • 3. Opration dun organisme stockeur sur les marchs terme - Le 12 mai 2009, un groupement de producteurs vous (OS) appelle afin de vous vendre 730 tonnes de bl, livraison fin juillet. Lchance septembre cote 153 EUR/t. Quel prix proposez-vous au groupement ? Que faites-vous sur le march terme ? - Le 4 juin, un autre producteur vous demande un prix ds aujourdhui pour 140 tonnes bl quil pourrait vous livrer le 15 aot. Lchance septembre cote 152,25 EUR/t. Quel prix proposez-vous au producteur ? Que faites-vous sur le march terme ? - Le 29 juin, vous vendez 870 tonnes de bl un fabricant daliments de btail, livraison la fin du mois daot. Lchance septembre cote 155,5 EUR /t. Etablissez le bilan de votre opration de couverture. Hypothses de travail La parit de transport entre votre zone gographique et la zone de livraison agre par la chambre de compensation est nulle La valeur de stockage est gale 1 EUR/tonne et par mois La valeur de service est gale 15 EUR/tonne Vous anticipez une hausse du prix du bl Le bl est achet au producteur au prix ferme et tous les paiements sont comptants
  • Page 57
  • DATEMARCHE PHYSIQUEMARCHE A TERME 12/5 4/6 29/6 Achat de 730 t 136.5 /t Achat de 140 t 136,25 /t Vente de 870 t 155 /t 99 645 19 075 134 850 Vente de 15 contrats Sept 153 Vente de 2 contrats Sept 152,25 Achat de 17 contrats Sept 155,5 15 X 50 X 153 = 114 750 2 x 50 x 152.25 = 15 225 17 x 50 x 155.5 = 132 175 BILAN+ 16 130 - 2200 Rsultat final : 16130 2200 = 13 930 au lieu de 13 050 prvus. Sur couverture de 20 tonnes le 12 mai, sous couverture de 40 tonnes le 4 juin Notons que si le prix avait t de 152 et que lOS ne stait pas couvert sur les marchs, il aurait perdu de largent, soit 13520 13930 = 410 13 930 au lieu de 13 050 prvus. Diffrence : 880 (sur couverture 20 tonnes du 12/5 au 4/6 : 12 ; sous couverture 20 tonnes du 4/6 au 29/6 : 65 - diffrence de base sur 730 tonnes : 730 - diffrence de base sur 140 tonnes : 70)
  • Page 58
  • 4. Les options Call et Put - Un agriculteur a vendu sur le march physique sa production de bl (le prix est fix et il na plus sa production). Pourtant, il souhaiterait profiter de lamlioration des marchs si cette dernire intervenait. Il est possible de le faire en optimisant son prix de vente parce que lon appelle un call. Application : Si son analyse du march lui fait esprer une hausse des cours, il achtera une ou plusieurs options dachat. Il acquiert par cet intermdiaire le droit dacheter un ou plusieurs lots dans des conditions spcifiques (chance, prix) et peut ainsi profiter dune hausse des cours en contrepartie du paiement dune prime. La prime (quelques /t) viendra minorer le prix final de vente tout en laissant la possibilit dun gain si le march est haussier. Le prix objectif est ainsi constitu du prix physique cot de la prime. Si la hausse espre survient, lagriculteur pourra exercer son option et optimiser son prix de vente par le gain dgag sur la revente du lot.
  • Page 59
  • - Un agriculteur souhaite conserver sa production afin de profiter de la hausse des prix si elle survient. Il craint cependant la chute des prix avant de raliser sa vente. Il souhaite donc une garantie contre la baisse des prix, cest lobjet de loption de vente, appele Put . Si le prix sur le march physique est proche de son prix objectif, lagriculteur achte une ou plusieurs options de vente. Il acquiert ainsi le droit de vendre un ou plusieurs lots dans les conditions spcifies (chance, prix). Il se garantit ainsi contre une baisse des prix en contrepartie du paiement dune prime. Le montant de la prime se soustraira au prix de vente final tout en assurant un prix objectif lexploitant. Si la baisse des prix intervient, lagriculteur exercera son option. Il dgagera un gain qui viendra sajouter au prix physique de la vente (prix de vente au physique + gain financier ralis grce loption cot de la prime) et annulera les effets de la baisse des prix. Si le march est haussier, lagriculteur nexercera pas son option et cherchera profiter de la hausse des cours par sa vente au physique. Le gros avantage de cette option est de permettre au propritaire de conserver sa marchandise, de profiter de la hausse des cours tout en garantissant un niveau de prix minimum.
  • Page 60
  • Contrat d'option ngociable d'achat et de vente sur le contrat terme ferme Bl de Meunerie n2 Loption est de type amricain, cest dire exerable tout moment jusqu' sa date d'expiration. Lheure limite dexercice ou dabandon est fixe 30 minutes aprs la clture du march chaque jour douverture de la compensation y compris le jour de clture de lchance. Lexercice dune option donne lieu la cration dune position ouverte sur le contrat sous-jacent au prix de lexercice. La cotation de l'option porte sur sa prime, exprime en euro par tonne mtrique, avec une dcimale. L'chelon minimum de cotation est fix 0,1 euro par tonne mtrique, soit 5 euros par contrat. Les transactions s'effectuent sur le cycle dchances du contrat terme ferme sous-jacent ouvertes la ngociation. Huit chances successives sont cotes en permanence parmi septembre, novembre, janvier, mars, mai et juillet. La clture d'une chance intervient la date fixe par l'entreprise de march, soit en principe le 15 du mois prcdant le mois de clture de l'chance, la clture de la journe de ngociation.
  • Page 61
  • A lexpiration de lchance, aprs fixation par EURONEXT PARIS SA dun cours de rfrence, les options font lobjet dune procdure dexercice automatique, sauf demande contraire de lacheteur. Le cours qui sert de rfrence pour dterminer une option dans la monnaie correspond au cours de compensation du contrat terme ferme Bl de Meunerie fix le jour de clture de loption. Le cours de compensation fix par EURONEXT PARIS SA tient compte des derniers. Pour une option dachat, le premier prix dexercice automatiquement exerc a au minimum un tick dcart au-dessous du cours de rfrence, soit 0,25 euros. Pour une option de vente, le premier prix dexercice automatiquement exerc a au minimum un tick dcart au-dessus du cours de rfrence, soit 0,25 euros. La clture se droule selon la procdure suivante : 18H30 : clture des ngociations 18H45 : publication du cours de compensation de lchance concerne du contrat terme ferme bl de meunerie, 19H00 : clture des demandes dexercices et dabandons 19H15 : publication de la liste des exercices et des abandons illogiques sur LIFFE 20H00 : fin des dpouillements.
  • Page 62
  • La clture se droule selon la procdure suivante : 18H30 : clture des ngociations 18H45 : publication du cours de compensation de lchance concerne du contrat terme ferme bl de meunerie, 19H00 : clture des demandes dexercices et dabandons 19H15 : publication de la liste des exercices et des abandons illogiques sur LIFFE CONNECT 20H00 : fin des dpouillements.
  • Page 63
  • DATEMARCHE PHYSIQUEMARCHE A TERME Base 09/08Pv : 175 (nov 08) Call : 192 (mai 09) Prime : 10/t Prix objectif : 165 190 (nov 08) 192 (mai 09) 15 04/09155 Option (call) : baisse de prix et hausse des prix Rsultat : 165 (soit 175 10 ) DATEMARCHE PHYSIQUEMARCHE A TERME Base 09/08Pv : 175 (nov 08) Call : 192 (mai 09) Prime : 10/t Prix objectif : 165 190 (nov 08) 192 (mai 09) 15 04/09210 Rsultat : 175 10 + (210 192) = 183