wahl - les philosophies pluralistes

329
8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 1/329 LES PHILOSOPHES PLURALISTES D'ANGLETERRE ET D'AMÉRIQUE JEAN WAHL Agrégé de Philosophie Docteur es lettres Ancien élève de l'École Normale Supérieure Ancien pensionnaire de la Fondation Th Professeur au Lycée du Mans PARIS LIBRAIRIE FÉLIX AL (. A> 108. BOl'LEVARD SAINT-GERMAIN, (VI e ) 1920

Upload: quatenus2

Post on 06-Jul-2018

216 views

Category:

Documents


0 download

TRANSCRIPT

Page 1: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 1/329

LES

PHILOSOPHES PLURALISTES

D'ANGLETERRE ET D'AMÉRIQUE

JEAN WAHLAgrégé de Philosophie

Docteur es lettres

Ancien élève de l'École Normale Supérieure

Ancien pensionnaire de la Fondation ThProfesseur au Lycée du Mans

PARISLIBRAIRIE FÉLIX A L (. A >

108. BOl'LEVARD SAINT-GERMAIN, (VIe

)

1920

Page 2: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 2/329

MONSIEUR EMILE BOUTROUX

Page 3: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 3/329

LIVRE PREMIER

LE MONISME EN ANGLETERREET EN AMÉRIQUE

C'est surtout après 1870 que l'enseignement philosophiquedans les Universités anglaises s'inspira du monisme idéaliste

de la philosophie allemande. Néanmoins, T'influence de la phi-

losophie allemande sur la pensée anglaise s'était fait déjà sentir

dès les premières années du siècle. Goleridge s'était inspiré de

Schelling; il avait chanté le « tout miraculeux», l'esprit « omni-

fique », l'unité saisie par la raison et l'imagination,l'âme

humaine annihilée en Dieu(l). De Quincey avait étudié Kant et

Herder. Plus tard Carlyle conseillait aux jeunes Anglaisd' « ouvrir leur Goethe » et proposait à l'admiration silencieuse

l'indivisible Nature de la philosophie allemande.De plus en plus les idées allemandes d'abord adoptées par des

poètes et des écrivains se répandirent dans les milieux philoso-

phiques. Gaird se mettait à l'école de Carlyle (2). Stirling célé-

brait Hegel en deux volumes d'un style obscur et tumultueux;l'hégélianisme seul pouvait selon lui servir à vaincre le mou-vement de réaction violente contre les tendances transcendan-talistes que préparaient Buckle et ses amis (3). La raison con-crète seule pouvait ramener les Anglais au Christianisme. Il

croyait en une nécessité unique, un devoir-être éternel. Il écri-

vait résumant sa croyance :

Une seule proportion absolue est le toutL'Un est multiple et le multiple est UnLà est la paix divine, et la Grande VieQui est le tout (4).

L'influence de Stirling fut réelle. Green recommandait le

Secret de Hegel comme une exposition fidèle et complète du

(1) Biligious Musings, Works p. 13 et 14.(2) YVatson, Philos. Revicw 1909 p. 147.

(3) Lettre citée dans Life of Stirling p. 249.

(4) Lifo of Stirling p 271

Page 4: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 4/329

2 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

développement de la philosophie allemande (1). Et en AmériqueHarris saluait en Stirling un écrivain « qui sait éveiller la foi

philosophique » (2).

L'helléniste Jowett inspirait à quelques âmes, l'idée d'unephilosophie qui pourrait victorieusement lutter contre l'empi-risme de Mill, et surtout contre le « monisme spencérien ».

En 1874 et 1875, Hill Green et ses amis opposaient au monismematérialiste un monisme idéaliste. Green est préoccupé avanttout de montrer dans la moindre perception l'unité du sujetpen-sant, et dans le moindre être vivant l'unité de la conscienceuniverselle ; étant donné un fait, il ne peut l'envisager que parrapport au tout dont il fait partie. Il a, très vifs, le besoin et le

sens de la totalité (3). Il ne peut concevoir l'existence de rela-

tions entre les choses sans admettre l'existence d'un sujet

unique, lien spirituel de ces relations. Il envisage toute idéeen fonction du tout.

Les livres des philosophes, les journaux, les revues, môme la

revue créée par Maudsley (Journal of Mental Science), sontenvahis par les idées hégéliennes (4). On comptait à l'aide desidées allemandes pouvoir triompher de l'agnosticisme en méta-physique, de l'associationnisme en psychologie, de l'utilitarismeen morale. « De plus en plus, disait Eucken en 1897, parlant del'Angleterre, de plus en plus le système hégélien est le point deralliement de tous ceux qui sentent le besoin d'un schème com-préhensif destiné à combattre le scepticisme, le dualisme etl'utilitarisme » (5).

Les besoins métaphysiques, les besoins moraux, les besoinsreligieux semblaient concorder : la philosophie néo-kantienneet néo-hégélienne apportait le salut.

Mais bientôt le monisme qui s'était développé sous l'influencedes besoins religieux, apparaissait finalement à un certainnombre de philosophes comme la négation de la religion. Lareligion n'est-elle pas conçue par Bradley, disaient-ils, commeun stade de la pensée qui doit être dépassé ? Bosanquet n'af-

firme-t-il pas que l'univers ne doit pas être considéré commegouverné par une personne morale toute puissante ? Ne critique-t-il pas l'idée d'expiation ? Ne critique-t-il pas l'idée d'un purga-toire ?

Ainsi le monisme semblait s'être transformé; sous sa première

(1) Life of Stirling p. 169.

(2) Life of Stirling p. 187.

(3) Proleg. p. 72.(4) Hegeligms, Mind 1882, p. 186.

(5) Monist 1896-97, p. 321.

Page 5: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 5/329

LE MONISME EN ANGLETERRE 3

forme, —avec Green, ses amis et ses disciples, (1) —il se refu-sait à réduire la philosophie à une sorte de mouvement de la

pensée absolue. Jowett voulait entre l'homme et la divinité« une harmonieuse proportion ». Pour Jones, pour Baillie, pourHaldane, l'absolu se présentait comme une individualité oucomme un ensemble d'individualités et leur philosophie serapprochait plus parfois de celle de Lotze que de celle de Hegel;ils restaient dans l'ensemble fidèles à la pensée de Coleridge;l'Absolu des penseurs et le Dieu des croyants s'identifiaient

d'après eux, leur absolutisme était l'adversaire du scepticisme

et sans doute aussi du spinozisme, était un absolutisme de ten-dances théistes. Mais quelques années après, une doctrine, la

doctrine pragmatiste, la doctrine pluraliste s'élevait au nom dela pensée religieuse, de la pensée religieuse des âmes naturelle-

ment et simplement croyantes, contre les idées absolutistes.

Les pragmatistes montraient en elles l'union d'uu dogmatismedesséchant et d'un scepticisme plus desséchant encore, d'unoptimisme amollissant et d'un pessimisme incurable et en

somme la négation même de la religion et de la foi.

C'est que Bradley sembLait avoir donné au monisme idéaliste

une forme nouvelle. Il avait d'abord présenté des idées qui pou-vaient paraître purement hégéliennes, mais dès sa Logique de1883 et surtout dans Appearance and Realily il expose un mo-nisme, un absolutisme qui au premier abord du moins se distin-

guent très nettement des aspects antérieurs de la doctrine.

L'idée de la réalité absolue, vers laquelle tend la métaphy-sique de Bradley, l'idée de l'expérience dont elle part, l'idée dela méthode qu'elle emploie, peuvent se trouver dans YEthique,dans le Traité de la Nature Humaine, dans la Logique, et dansl'antique pensée des sophistes ; il n'en est pas m->ins vrai quetoutes les doctrines sont transformées, transmuées, comme il

dit, dans son système à la fois compréhensif. précis et pleind'inconnu; tantôt on se sent près delà pensée de James et tantôtde celle de Hegel. Foi et expérience, totalité et diversité, prag-

matisme et anti-pragmatisme, transcendance et immanencesemblent s'unir en elle; cette union d'un absolutisme intransi-geant, d'un scepticisme ironique, du souci de l'expérience et dufait particulier, enfin peut-être d'un certain sensualisme, suivantune remarque de Sturt, font la difficulté et l'originalité de cettephilosophie dont nul ne saurait nier la profondeur.

Il ne faudrait pas sous l'influence de cette idée de la diversité

(1) Pourtant Netlleship écrivait « I think tlial I shall end my days assomething like a Spinozist » {Phiiosophical Lectures, p. XLVIIi.

Page 6: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 6/329

4 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

des tendances qui se rencontrent chez Bradley, perdre le fil

conducteur de la doctrine, et laisser dans l'ombre ses concep-

tions fondamentales. Nous devons les exposer brièvement pourcomprendre les critiques qu'ont dirigées contre elles les plura-listes et l'effort qui est nécessaire pour tâcher delà comprendrevraiment. Nous nous servirons surtout pour en donner uneidée de Appearance and Reality, complétant pourtant cet ouvragesur certains points par les Essays on Truth and Reality.

Dans une première partie de Appearance and Reality, Bradleymontre comment les concepts dont nous nous servons ordinai-

rement pour nous rendre compte de l'expérience, comment lesdistinctions que nous faisons, comment les touts que nous for-

mons sont finalement non-satisfaisants pour la raison, sontcontradictoires, ne peuvent être par conséquent que des appa-rences. Les distinctions entre les qualités premières et les qua-lités secondes, entre les substantifs et les adjectifs, les notionsde relations et de qualités, d'espace et de temps, de causalité etd'activité, -de chose et de moi, de corps et d'âmes sont cri-

tiquées.Partout nous voyons les choses, les termes se briser, se mor-celer en relations qui ne peuvent trouver leurs termes.

C'est que l'illusion qui consiste à distinguer les choses enrelations et en qualités est la source de toutes les autres illu-

sions ; c'est elle qui nous rend la réalité inintelligible ; car d'unepart les qualités ne sont rien sans les relations, puisqu'il n'y aqualités que s'il y a distinctions et rapports: et d'autre part

elles ne peuvent être comprises si on admet précisément l'idéede relation. Bien plus, la qualité apparaît à la fois comme unecondition et comme un résultat des relations et cette doubleaffirmation est contradictoire.

Tue pensée « relationnelle » ne peut que nous donner l'appa-

rence, ne peut pas nous donner la vérité. Elle constitue sim-plement un compromis en vue de la pratique. Elle sépare cequi ne doit pas être séparé. « Ce que je répudie, dit Bradley, c'est

la séparation du sentiment et de son objet ou du désir et de sonobjet, ou de la pensée et de son objet, ou la séparation, pour-rais-je ajouter, de n'importe quoi et de n'importe quoi d'autre.»

Toutes ces critiques s'appuient donc sur l'idée de l'intériorité

des relations par rapport à leurs termes. Une relation qui exis-

terait en dehors de ses termes est une illusion ; « une relation

entre A et B implique réellement un fondement substantiel à

l'intérieur de ces termes- » Par conséquent partout il doit y

avoir une totalité qui contient ce qui est en relation. Il n'y apas de simple « à côté », de simple « ensemble ».

L'idée de l'extériorité des relations n'est ainsi qu'un point de vue

Page 7: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 7/329

LE MONISME EN ANGLETERRE i)

relatif nécessaire à notre action. Il n'y a pas de différence absolueentre une « relation intérieure » et une « relation extérieure ».

Affirmer la pure extériorité c'est ériger notre simple ignoranceen une réalité. Dira-t-on que la position dans l'espace, la com-paraison, nous présentent des relations qui ne changent rien

à leurs termes? C'est ce qu'étudie longuement Bradley dans unappendice à Appearance and Reality. Si la comparaison entredeux termes n'a rien à faire avec les termes, ne transformepas les termes, avec quoi a-t-elle à faire ? Si elle est exté-

rieure aux termes, comment peut-on dire qu'elle s'applique àeux ? Si nous sommes réellement les créateurs du jugement, le

jugement n'est-il pas alors purement arbitraire ? Qu'est-ce aufond qu'une vérité qui est extérieure aux choses, qui est seule-

ment « à propos » des choses ? Une relation externe ne peut être

vraie. Il n'y a pas, dit Bradley, d'identité ni de ressemblance,sauf à l'intérieur d'une totalité ; par conséquent si la totalité

devient différente, si une synthèse nouvelle est créée, les termespar là même qu'ils entrent dans cette totalité nouvelle doiventdevenir différents.

Nous pouvons dire de même pour l'espace : admettrons-nousqu'il n'y a aucune raison pour que les termes changent les rela-

tions qui existent entre eux ? Nous admettrons alors un pro-cessus purement irrationnel. Se figurer les points de l'espace

comme pouvant être arrangés autrement qu'ils ne sont, c'est

les prendre tels qu'ils ne sont pas. Bradley arrive, pour les

mêmes raisons que Leibniz, à la même conclusion que Leibniz

sur l'espace,l'espace est une abstraction il n'y a rien de pure-

ment spatial ; et l'apparence d'extériorité est le signe précisé-

ment que nous n'avons ici qu'apparence. « Il doit y avoir uneraison quelque part pour laquelle A et B apparaissent en mêmetemps ». Et il arrive également à la même affirmation générale'qu'il n'y a pas de hasard, que tout est déterminé.

Bradley peut rejeter dès lors deux théories, la théorie desphénomènes en soi d'une part et la théorie des substances en

soi de l'autre,le

phénoménisme etle

substantialisme.Si nous avons critiqué les apparences, c'est que nous noussommes servis d'un certain critérium positif, c'est que nousavons voulu satisfaire à certaines exigences qui étaient en nous.Si nous avons jugé que nos différents concepts n'étaient passatisfaisants parce qu'ils étaient contradictoires, c'est donc quenous pensions que la réalité ultime est telle qu'elle ne se con-tredit pas elle-même. Par conséquent nous pouvons dire que

partout dès maintenant, l'évidence dela

Réalité Absolue estmanifeste.

Nous avons beau essayer de nier ce critérium, essayer de le

Page 8: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 8/329

6 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

mettre en doute ; par nos affirmations et par nos doutes mêmenous ne faisons qu'affirmer sa valeur. Le réel est cohérent. Etcette cohérence se marquera à la fois par son harmonie et sacempréhension; harmonie et compréhension sont d'ailleurs desidées qui s'impliquent réciproquement; tout ce qui n'est pasabsolument compréhensif doit par là même se contredire inté-

rieurement ; être défini de l'extérieur, c'est être intérieurementcontradictoire.

Le réel est cohérent, individuel, unique et total ; puisque touterelation implique un fond d'unité, puisque les relations exté-

rieures sont essentiellement contradictoires.Si l'unité n'était pas présente dès le début, elle ne serait

jamais atteinte et l'expérience et la connaissance seraient im-possibles. Du moment que nous connaissons les choses, il n'y a

qu'une réalité. « Supposer que l'univers est plural » c'est secontredire, et au fond c'est supposer qu'il est un. La formuledont plusieurs hégéliens aimaient à se servir « the many in one »

est bannie.

Leréel est expérience, il est

unfait

donné« a given fact » et

ce faifdonné est sentir, {sentience, —sentient expérience) , contactsenti. Il est expérience sentie et sentante. De plus il doit conte-nir un surplus de plaisir : en effet d'une part il ne peut y avoirdans l'absolu de désir non satisfait (1) et d'autre part il doitsatisfaire l'ensemble de notre nature. « Un résultat qui ne réussitpas à satisfaire l'ensemble de notre être n'est pas parfait. Nosprincipaux besoins doivent tous trouver leurs satisfactions » (2).

Ainsi,pragmatiste d'abord en ce sens que nos principaux

concepts ne sont que des compromis pratiques, M. Bradley est

pragmatiste en ce second sens, que les idées que nous nousfaisons de l'absolu doivent satisfaire l'ensemble de notre

nature.Il faudrait cependant faire des réserves ; il ne faudrait pas

croire que notre satisfaction puisse être complète : « Il n'y a pas

de raison pour que nous ayons tout ce que nous désirons et

juste dela

façondont nous le désirons » (3).

Mais dans quels rapports, s'il est légitime de parler mainte-

nant de rapports, seront avec l'absolu les idées que nous avonstout d'abord critiquées ? Peu à peu au cours du premier cha-pitre de son livre II, se révèle sur ce point la pensée de Bradley.

Les apparences ont une incontestable valeur humaine, et nonseulement cela, mais l'apparence existe, elle « appartient » à la

(1) Appearanco and Reality [>. L56.

(2) Ibid. p. 148. 158, 159.

(3) Ibid. Appendice p. 561.

Page 9: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 9/329

LE MONISME EN ANGLETERRE 7

réalité- Il y a une union de l'apparence et de la réalité (1). Dansnotre apparence nous pouvons découvrir la nature essentiellede la réalité. Et d'autre part, il n'y a pas de réalité en dehorsde l'apparence. Sans les apparences le réel serait indéterminé,et où seraient les apparences si elles n'étaient à l'intérieurmême du réel ? Ainsi il y a une réalité de l'apparence, d'abordparce que l'apparence existe en quelque façon, et d'autre partaussi parce que l'absolu doit être aussi riche en quelque façon(sornehow) que le relatif. Le monde de la réalité comme le diraBosanquet est le monde même des apparences.

Sans doute la réalité de l'apparence ne peut être obtenue quepar une transmutation de l'apparence, car si on la pensait telle

qu'elle est, elle enfermerait des contradictions. Rien n'est réelpar soi-même, mais d'autre part rien n'est perdu dans l'absolu,tout s'y transmue et par cette transmutation se revêt d'unesignification nouvelle. Aucune unité particulière, aucune diffé-

rence ne disparait: ces différences, ces discordances font la

richesse, l'exubérance de l'Absolu.C'est dans l'expérience immédiate elle-même que le centre

fini, par les apparences est attire' 1 au-delà des apparences etdans ces apparences même sent la présence de l'Absolu. Nousallons pouvoir dès lors préciser le point de départ, la méthode,la direction de la pensée humaine en partant de la théorie du« centre fini ».

M. Bradley, dans son étude de l'expérience immédiate, semontre un anti-intellectualiste aussi radical que James ou que

M.Bergson.

Cequi est primitif

pourlui c'est le

sentiment, uneexpérience sans distinction, où l'être et le connaître sont un etqui contient pourtant une diversité infinie ; c'est ce fond sentiqui fait l'unité de notre vie. Il y a derrière le moi et le monde,derrière les termes et derrière les relations une masse indéfiniede choses senties qu'on ne peut appeler du nom d'objet. Bien'plus, entre l'objet et le sujet, il n'y a finalement pas de relations ;

la présence du sujet devant l'objet est un fait, un fait indescrip-

tible et inexplicable. C'est un fait que l'Absolu apparaît dans etpour les centres finis, et les unit dans une expérience unique.Ce que Bradley entend par centre fini, ce n'est d'ailleurs ni le

moi ni l'âme, car le moi et l'âme supposent l'un un non-moi•opposé au moi, l'autre, un avant et un après, et des phénomènesdistincts de la substance. Mon moi et mon âme dépendent de ce-qui ne peut aucunement devenir un objet, du centre fini qui estaine expérience unie à sa réalité, une expérience de soi et en

(1) Ibid. p. 130.

Page 10: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 10/329

8 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

même temps de l'univers. Le centre fini est pour lui-même le

monde entier. Il n'est pas dans le temps, il est une présence, il

ne s'oppose pas à d'autres objets, il est tout.

Dans cette expérience immédiate, il y a semble-t-il au premierabord, implication réciproque, unité complète de l'existence et

du contenu ou du caractère, de ce que nous pouvons appeler le

that et le ichat. Mais les faits de l'expérience immédiate dit

Bradley dans les Essayson Truth and Reality ne peuvent pourtantpas être acceptés, car ce sont des apparences eux aussi, c'est-à-

dire que si on les observe, on voit que leur caractère dépasseleur existence, qu'il y a en eux une inadaptation entre leur

caractère et leur existence. Les choses vont idéalement au-delàd'elles-mêmes. Les; choses sont idéales en ce sens qu'elles chan-gent et que le changement consiste à assumer successivementdifférents caractères.

La pensée consiste essentiellement à distinguer ce that et cewhat qui semblaient d'abord s'impliquer l'un l'autre dans l'expé-

rience immédiate, elle est idéale, elle continue ce mouvementd'idéalité immanent en un certain sens aux choses, puisquetout mouvement est par lui-même idéalité, c'est-à-dire encoreséparation de l'existence et du caractère, assomption parle that

d'un what nouveau.L'effort incessant de la pensée vers la vérité consiste à vouloir

rendre équivalents le sujet et le prédicat, le that et le what, àunir les choses avec elles-mêmes, à chercher le fondementinterne de la connexion des termes ; elle veut reconstituer la

totalité, l'union du fait et de la qualité. Et c'est seulementgrâceaux destructions, aux dissociations opérées par les idées, quenous pouvons nous approcher de cette connaissance concrète.Telle sera l'œuvre de la Philosophie. Et nous comprenons dèslors la place de la pensée relationnelle entre la synthèse immé-diate et la synthèse absolue.

Ainsi l'expérience immédiate est transcendée, elle est trans-cendée dès l'abord puisqu'elle se transcende elle-même, puis-qu'elle contient en elle un monde qui va au-delà d'elle. Mais enun autre sens, elle n'est jamais transcendée, car elle contientles développements qui la transcendent, et elle les juge. C'estce fond inanalysable qui rend l'analyse possible et qui finale-

ment est le juge de l'analyse. Le ressort de la dialectique chezBradley c'était sans doute surtout dans Appearance and Reality

le principe de non-contradiction, l'idée de totalité, mais dans les

Essays. c'est l'expérience primitive elle-même à la fois harmo-nieuse et compréhensive, multiple et une et qui évoque ennous ou nous inspire cette idée de totalité. C'est là que noustrouvons cette union du multiple et de l'un qu'aucune pensée

Page 11: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 11/329

LE MOXISME EX ANGLETERRE 9

rationnelle ne peut reconstituer, et dont aucune pensée ration-nelle ne peut se passer.

Bradley tout en disant que l'Absolu ou ï)ieu est « aussimon état » peut se défendre d'être idéaliste, d'être panpsy-chiste : le « that » est extérieur à la pensée, la pensée n'enfermepas tout le réel ; chaque fois que nous trouvons la pensée, il ya autre chose que la pensée (thought alwatjs is found withanother) et l'existence de ce terme extérieur à la pensée, estrévélée par l'effort du sujet vers un tout infini et par le carac-tère immédiat de la perception, par l'absence dans cette per-ception de toute division entre le that et le what. Par consé-quent la pensée ne peut complètement absorber l'objet, elle atoujours en face d'elle quelque chose d'autre qu'elle.

La réalité est donc autre chose que la pensée et pourtant enun sens elle est pensée ;. c'est que la pensée tend essentielle-ment à se dépasser elle-même et l'idéalité est le moteur dumonde ; la réalité se sert de la pensée pour se réaliser. Ainsipeuvent se concilier selon Bradley idéalisme et réalisme. Lejugement cherche une forme plus haute d' « immédiateté » qu'il

ne peut atteindre, et cet effort de la pensée ne peut aboutirpuisque s'il aboutissait nous sortirions de la pensée ; nousaurions atteint plus que la vérité, nous aurions atteint la réalitéelle-même. Jamais les idées ne seront cohérentes ; toujourselles se nieront elles-mêmes. Gomment un prédicat s'applique àun sujet, comment le monde est à la fois un et divers, ce sontdes problèmes que nous n'arriverons pas à résoudre.

Ainsi tant que le sujet et le prédicat ne sont pas identifiés, la

pensée n'est pas parvenue à son but, mais si elle y parvenait'les termes et les relations auraient cessé d'être. Le sujet et le

prédicat doivent être et ne peuvent être identifiés l'un à l'autre.

C'est que le monde des relations reste une traduction inadé-quate et même essentiellement fausse, de la réalité primitive.Nous pouvons replacer maintenant dans le mouvement d'en-semble de la pensée les relations que nous avons critiquées ;

elles sont un compromis àl'aide

duquella

pensée voudraitconcilier, voudrait harmoniser le caractère de pluralité et le

caractère d'unité des choses, mais un compromis qui ne peutaboutir.

La réalité primitive est infra-relationnelle, la réalité ultime estsupra-relationnelle: les relations sont la traduction nécessairemais contradictoire de l'unité non-relationnelle. Si on les pensecomme extérieures, on nie l'unité immédiate de notre expérience

et on ne peut les penser complètement comme intérieures.Séparant et unissant son sujet et son attribut et les séparanttous deux du reste de l'univers, les posantcomme inconditionnés

Page 12: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 12/329

10 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

et impliquant une multitude de conditions, le jugement ne peutnous satisfaire. La forme d'union qui satisfera à la fois notresentiment, notre sensation et notre intelligence, doit se trouverde l'autre côté du jugement et de l'intelligence.

Aussi arrivons-nous de nouveau à l'idée d'un Absolu et d'unAbsolu où la Pensée trouve son « Autre » sans qu'il y ait contra-diction, où chaque élément jouit de lui-même {Self-fruition) enmême temps qu'il se fond avec les autres éléments.

Nous ne pouvons sans doute réaliser pleinement l'existence

de l'Absolu mais nous pouvons du moins le connaître en nousaidant des sentiments, des relations elles-mêmes maintenantqu'elles ont été critiquées, de nos idées du bien et du beau,degrés de la réalité qui nous permettent d'aller vers la Réalité.

Les différences ne disparaissent pas, mais elles sont toutescontenues dans le tout après avoir été transmuées ; chaqueélément nous dit Bradley, peut conserver son caractère spécial.

A l'intérieur de l'expérience qui absorbe le particulier, celui-ci

pourra conserver sa conscience individuelle.

Nous sommes toujours ramenés à l'Absolu. Mais certainsproblèmes ne peuvent pas ne pas se poser à nous : d'abord com-ment dans l'Absolu l'erreur et le mal peuvent-ils être contenus,et ensuite comment ces déterminations particulières, « l'ici » et« le mien », la nature, le corps et l'âme peuvent-elles lui appar-tenir'.'* D'une façon générale, nous ne pouvons montrer com-ment ni pourquoi l'univers possède ces caractères de l'existencefinie. Nous ne pouvons comprendre comment la forme relation-nelle est comprise dans l'Absolu. Mais ce que nous pouvonsfaire et ce qu'il suffira de faire, c'est de montrer que ces déter-minations particulières ne sont pas incompatibles avec lui,

qu'elles accroissent sa richesse ; or ce qui est possible, et ce àquoi nous sommes forcés par un principe général d'accorder le

devoir être, existe de toute nécessité. La possibilité suffit ici àprouver la réalité.

Bradley affirme que l'erreur n'est qu'une vérité partielle,

•qu'elle est compatible avec l'absolue perfection. Et ces véritéspartielles ne sont-elles pas nécessaires dans l'intérêt des diffé-

rents individus ?

Quant au problème du mal, Bradley distingue pour le résoudrela souffrance, l'échec et le mal moral. Pour la souffrance, nouspouvons observer que les petites souffrances sont souvent absor-bées dans un plaisir plus vaste. Or dès que nous pouvons con-cevoir qu'il y a dans l'univers un surplus déplaisir, nous devonsle concevoir. En admettant même, ce qui est très discutable,que dans le monde, tel que nous l'avons devant nos yeux, leplaisir ne l'emporte pas sur la souffrance, ce monde n'est qu'une

Page 13: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 13/329

LE MONISME EN ANGLETERRE H

petite partie de l'univers entier, or nous sommes en-possessiond'un principe qui nous force à admettre que pour l'ensemble del'univers ce qui peut être et en même temps doit être, est réelle-

ment. Quant au mal comme échec, les résultats auxquels il

nous t'ait parvenir, si nous le considérons à l'intérieur d'un toutplus vaste, cessent alors de pouvoir être regardés comme deséchecs. Nous plaçons-nous devant le problème du mal moral?Il faut observer d'abord qu'il ne faut pas attribuer la moralité entant que telle à l'Absolu ; le mal moral existe seulement à l'inté-

rieur de l'expérience morale, et cette expérience est essentielle-ment pleine d'incohérences. La fin supérieure est au-dessus dela morale. Et le mal joue son rôle à l'intérieur du bien plusvaste.

Si nous abordons après le problème du négatif (en entendantpar là le problème de l'erreur et du mal), le problème du parti-

culier, nous nous trouvons d'abord en face des apparences spa-tiales et temporelles. Nous pouvons nous rendre compte que le

temps suppose en un certain sens quelque chose de perma-nent, que la science s'efforce de faire delà réalité quelque chose

•d'intemporel, que l'association et la mémoire sontdes négationsdu temps; nous sommes amenés à voir que le temps s'efforce

de se dépasser lui-même et tend vers l'éternel. Nous pouvonsen dire de même de l'espace, qui s'efforce de se perdre en uneperception plus haute. Prenons garde en deuxième lieu quenous n'avons aucune raison de concevoir le temps comme unesuccession unique. Les séries temporelles peuvent ne pas avoirentre elles de relations temporelles. Nous construisons untemps unique que nous appelons temps réel, en prenant notrepoint de départ dans l'identité de notre propre existence et enlaissant de côté d'abord les créations de notre imagination et

ensuite toutes les séries de phénomènes que nous ne connais-sons pas. La direction du temps, la distinction du passé et dufutur dépendent de notre expérience particulière. Pour autantque nous puissions ici affirmer quelque chose, il peut y avoirdans l'Absolu une multitude de séries temporelles sans lien

temporel les unes avec les autres. Leur lien peut être tout diffé-

rent d'un lien temporel. Bradley fera des observations sembla-bles sur la nature de l'espace, il peut y avoir un nombre aussigrand que l'on voudra de mondes matériels qui ne seront pasreliés dans l'espace, et la nature es.t seulement le monde étenduen tant qu'il est en rapport avec mon corps.

Nous sommes donc amenés à examiner les apparences du« ceci » et du « mien » puisque le temps et l'espace dépendentd'elles. Elles ont un aspect positif et un aspect négatif. Leuraspect positif c'est-à-dire le ceci et le mien comme simples sen-

Page 14: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 14/329

12 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

timents, est compatible avec l'absolu. Sans doute nous ne pou-vons expliquer que l'expérience doive prendre place à l'intérieur

decentres finis ; du moins ce dont nous pouvons être sûrs, c'est

que toutes les divisions, toutes les différences que nous trou-

vons à l'intérieur de l'univers, ne peuvent que contribuer à le

rendre plus riche. Mais le ceci et le mien apparaissent aussi

comme des négations, or les négations ne peuvent être que desillusions, nous dit Bradley, car toute négation est déterminationpar rapport à quelque chose d'autre, or toute détermination parrapport à quelque chose d'autre, toute relation extérieure est

contradictoire en soi, nous l'avons vu. Le caractère exclusif

même de ces relations du mien et de l'ici, implique l'idée d'une

unité qui les enferme, c'est-à-dire que par elles le mien et l'ici

sont en relation avec quelque chose d'autre qu'eux-mêmes, avec,

quelque chose qui est au-delà d'eux-mêmes. Leur caractère

exclusif est donc une preuve de leur absorption nécessaire à l'in-

térieur de l'absolu inclusif. Le « ceci » se transcende essentiel-

ment lui-même. Rien par soi même n'est « opposé », rien ne serefuse à s'unir, dit Bradley dans l'Appendice à Appearance andReality. Le « ceci » et le « mien » semblent avoir une forme et

une matière; mais leur forme, ce sens brûlant de personnalité

qui les caractérise, vient de « leur union avec le feu central »;

quant à leur matière, elle est simplement ce qui n'arrive pas à

être intégré dans les autres contextes, elle vient de l'échec denos tentatives d'intégration, elle est essentiellement hasard. Sefonder sur ce caractère négatif pour critiquer l'idée de l'Absolu,

c'esttransformer en une objection positive, le simple fait de

notre ignorance. En réalité tout ce qui semble appartenir aumien et au ceci, est capable de devenir un élément d'un tout plus

vaste, et toute notre vie mentale consiste précisément en efforts

de ce genre pour transcender le simple particulier, pour déga-

ger par l'association, par la généralisation ces caractères avec *

lesquels tel ou tel donné apparaît, mais qui ne sont pas pleine-

ment possédés par lui seul.

Ilne

reste rien d'individuel que l'Absolu seul. L'Absolu est

une surabondance ; contenant toutes les distinctions, il existe

pourtant au-dessus d'elles. Est-il personnel ? Sans doute ; con-

tenant tout, il contient l'individuel, mais il est autre chose, il est

bien d'autres choses encore que l'individuel. « L'appeler per-

sonnel serait aussi absurde que de demander s'il est moral ».

L'Absolu est au-dessus du temps et au-dessus de l'individuel.

Il ne faudrait pas cependant voir d'un côté l'erreur et de l'au-

tre lavérité, il n'y a ni erreur ni vérité absolue. Et Bradley arrive

à ce qu'il appelle sa doctrine des degrés de vérité ou de réalité.

De deux apparences données, celle qui sera la plus compréhen-

Page 15: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 15/329

Page 16: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 16/329

14 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

l'effort de la pensée philosophique, effort qui consiste à tenir à

la fois des idées qui semblent contradictoires. Un homme peutcroire à la fois qu'il y a une bonté parfaite et que rien n'est plusintensément réel que l'action en vue du bien et que ces deuxcroyances sont liées. Ma volonté doit compter et d'autre partdéjà le Bien est réalisé. Il faut croire à la fois à la lutte dans le

monde et à la paix de Dieu et tâcher de ne faire disparaître ni

l'une ni l'autre de ces deux idées. Il faudra que Dieu soit ennous et au-delà de nous. Bradley accuse le pragmatisme de tropchercher la cohérence ; l'absolutisme, doctrine difficile, doctrinedure (hard doctrine) s'efforce de nous apprendre à nous enpasser quelquefois. La philosophie telle qu'il la veut, est unephilosophie héroïque.

Une telle doctrine, nous dit Bradley, nous donne une connais-sance suffisante pour satisfaire aux intérêts principaux de notrenature, mais d'autre part elle se refuse à dépasser les limites dece que nous pouvons savoir. Elle ne nous fait pas croire, malgréce que lui reprochent ses critiques, que nous sommes au milieud'un monde d'illusions, elle nous affirme, grâce à la doctrinedes degrés de réalité, que ce que nous croyons le plus vrai, le

plus beau et le meilleur, est réellement le plus vrai, le plusbeau et le meilleur. Elle réfute à la fois cette sorte detranscendantalisme qui voit la réalité partout, et cet agnosti-

cisme qui ne la voit nulle part; c'est la réalité même, qui, à desdegrés différents, apparaît dans ses apparences.

Il reste, comme on le voit, des différences entre le monismeallemand et le monisme anglais. Le monisme anglais, mêmecelui de Bradley, est plus soucieux de l'expérience. On a défini

la doctrine de Bradley « un absolutisme expérimental, untranscendantalisme humiste » (1).

Il y a chez Bradley, un culte du fait particulier, précis. L'ex-périence ne peut se produire d'après lui que dans les « centresfinis ». Toujours avide du concret, il veut faire disparaître les

catégories et « leur immatériel ballet ». Il ne croit pas quel'intelligible et le réel soient identiques ; une telle propositionferait du monde une apparence froide et fantomatique, tout

comme le monde du matérialiste. Il se pose à propos de l'ab-

solu la question que James se pose à propos de chacun desdétails finis de l'expérience. « Pouvons-nous dire quelque chosede la nature concrète du système? » (3). Et cette sobriété, cette

réserve dans l'induction et la déduction dont se louent les

(l)Mackenzie P,ev. de Met. 1908, p. 590.(2) Appearance préf. p. XII.

(3) Ibid. p. 145.

Page 17: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 17/329

LE MONISME EN ANGLETERRE 15

pragmatistes souvent, ne la trouvons-nous pas chez Bradley ;

affirmant l'absolu et affirmant de lui certaines choses, il serefuse cependant à dire qu'on puisse le comprendre vraiment?

D'autre part, il accorde au pragmatisme que « toute idéenécessaire pour satisfaire un besoin humain est vraie, » que les

idées qu'adopte notre sens de la valeur, même si elles se con-tredisent entre elles, même si elles semblent contradictoires enelles-mêmes, ont une vérité. Pour les besoins pratiques, dit-il,

il y a quelque chose de plus haut que la cohérence théorique. Sathéorie du critérium de la vérité, de même que ses chapitres surla Nature et sur le Monde Réel, est toute proche du pragma-tisme.

Et Bradley veut conserver à la vie toute sa valeur tragique.Nous disions qu'il y a chez Bradley un culte du fait particu-

lier ; nous pourrions même dire que son univers en un sens est

plein de diversités ; de même que l'absolutisme mène au relati-

visme, de même on pourrait dire que son monisme lui permetcertaines affirmations pluralistes ; il se plaît, comme si le toutpouvait seul avoir la prérogative de l'unité et de l'harmonie, à

distinguer, à dissoudre toutes choses, à briser les êtres et les

qualités. On a vu des pragmatistes défendre l'expérience contrece qu'ils appelaient les attaques «pluralisantes » de Bradley. Ona entendu James déclarer que « l'intelligence de M- Bradley fait

preuve d'une facilité extraordinaire à saisir les diversités, et dela plus extraordinaire impuissance à comprendre les conjonc-tions »(1).

Sous le regard de Bradley, tout se dissocie, et se délie. Sonabsolutisme même lui permet ces dissociations. Son absolu nerègne que sur une poussière infinie de faits. Pourquoi y aurait-il

un temps unique ? Les choses s'unissent dans l'absolu, endehors du temps (2). Pourquoi n'y aurait-il pas, dans le mondedes apparences, des pluralités de directions, puisque dansl'absolu, aucune direction n'existe (3). Si nombreuses, si pro-

fondes que puissent être les diversités, elles se réunissent dansl'Absolu. Les liens même entre causes et effets peuvent se

défaire; l'unité de l'absolu est au-dessus des causes et des

effets (4).

Que les mondes se multiplient (5). « La nature ne peut être à

proprement parler, appelée un monde unique. » Comme James,

il) James Journal 19 Janvier 1905. p. 39.

(2) Appezranrr' p. 211.

(3; Ibid. p. 217.(4) lbid. p. 218.

(5) Ibid. p. 210, 211, 286, 323.

Page 18: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 18/329

16 LE PLUBALISMK ANGLO-SAXON

Bradley conçoit « des systèmes physiques en aussi grand nom-bre qu'on le voudra, sans relations spatiales les uns avec les

autres », des « mondes incohérents » (1), des mondes variés

d'expériences qui n'entrent pas les uns dans les autres.Rien ne prouve dira-t-il dans les Essays on Truth, que le monde

des rêves ne soit pas réel, bien que notre monde, notre monderestreint doive être accepté pour les besoins de la pratique.

. La qualité, les qualités, reparaissent comme les temps et les

espaces. Dans certains passages, s'il faut en croire James,Bradley admet la thèse pluraliste sur ce point (2).

Il arrive à se demander pourquoi le monde resterait le même,

pourquoi il n'y aurait pas « d'indéfinies variations dans la plura-lité des mondes », et il n'admet qu'une certaine moyenned'identité.

Sans doute la nature ainsi définie est pour lui ce qu'il y a deplus opposé à l'autonomie et à l'unité de l'absolu; il n'en est pasmoins vrai qu'elle existe. Et nous pouvons ainsi, parcourant ensens inverse la marche de sa pensée, mettant comme l'avait fait

Parménide, son antique prédécesseur, la théorie de l'apparence

après la théorie de la réalité, découvrir ce qu'il a laissé subsisterderrière son Absolu, de distinctions et de diversités. Se plaçantdans son Absolu immuable et unique, il voit toutes choses trans-formées et unifiées ; mais si nous nous plaçons au sein desapparences, nous nous heurtons partout à du partiel et à dufragmentaire. Bradley le dit bien : l'homme qui veut agir dansle monde doit croire à la personnalité finie, à la succession deschoses dans le temps ; s'il échoue il doit croire qu'avec lui le

monde entier subit une défaite, s'il est victorieux, il se sentcause d'un triomphe de l'univers (3).

On comprend bien pourtant ce qui irrite les pluralistes dansla philosophie de Bradley : d'abord cet hédonisme intellectuelqui ne semble tenir compte que des exigences de la pensée,puis cette négation de l'idée de relations, ensuite cet agnosti-cisme auquel il aboutit et qui semble nous condamner à ne riensavoir de l'absolu, cette idée que toutes les expériences seront

transmuées dans l'absolu, enfin cette sorte de quiétisme opti-miste qu'ils croient y trouver, et cette négation du temps et dela finalité, de la téléologie individuelle, de la liberté humaine.Us ont vu surtout par une interprétation d'ailleurs très discu-table, ce qu'ils ont appelé le dogmatisme et le scepticisme de la

doctrine et quand ils ont noté certains passages où Bradley

(1) ibid. 288, 216, 218.

{2) Journal 19 Janv. 1905, note 13.

(ity Appearance p. 500, 501.

Page 19: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 19/329

LE MONISME EN ANGLETERRE 17

insisté sur la diversité, sur la richesse des choses, ils ont vu là

bien souvent une simple contradiction. Il y aura lieu de faire

des différences entre la réalité de la philosophie de Bradley, et

ce qui fut son apparence aux yeux de plusieurs de ses disciples-et de beaucoup de ses adversaires.

Parmi les philosophes qui se rapprochent de Bradley, le plusimportant est sans contredit Bosanquet.

Malgré l'identité des conceptions fondamentales, il faut notercertaines nuances qui distinguent la pensée de Bosanquet etcelle de Bradley. La part du scepticisme est moins grande chez.

Bosanquet. Bosanquet met en lumière, en s'appuyant d'ailleurs

sur la théorie des degrés de la réalité telle qu'on la trouve chezBradley, ce qu'il y a de positif dans la nature, dans les créationsde l'imagination, de la raison. Le caractère contradictoire del'apparence ne fait pas de l'apparence une illusion, et la carac-térise sans la détruire (1).

L'apparence devient une révélation : le temps, dit Bosan-quet (2) est une apparence inséparable du fait que le fini estpartie de l'infini, et par conséquent du fait qu'une réalité, qui en

tant que totalité est intemporelle, se révèle elle-même.De là vient qu'il lui est possible de fournir des indications quisemblent plus concrètes que celles de Bradley, sur la nature duréel; les expériences humaines et particulièrement, les plushautes sont des pressentiments et des manifestations de l'Ab-solu, et peuvent donc servir d'exemples pour nous faire com-prendre sa nature, qui est celle d'un « monde ».

Bradley avait insisté surtout, c'est du moins la première

impression que l'on a devant sa doctrine, sur l'œuvre de disso-ciation opérée par l'intelligence ; Bosanquet met en lumièrel'activité unificatrice de la raison, « forme active de la tota-

lité »(3), activité par laquelle loin de nous éloigner du concretla pensée vivifie les choses et les rend plus riches de significa-

tions. Dans une phrase qui semble exprimer une idée toute dif-

férente de celles de Bradley, il nous dit que « en nous éloignant,

de l'expérience primitive, nous ne faisons pas évanouir le carac-

tère direct et significatif qu'elle possède » (4).

Dans les œuvres d'art, nous découvrons des mondes qui peu-vent nous servir d'exemples pour faire comprendre ce qu'estl'universel concret. « Ici la pensée se trouve à l'aise dans la

réalité et prend l'attitude d'une intelligence intuitive » (5). Il y a.

{i} Principle oï Individuality and Value p. 241.

(2) Destiny of the lndhidual p. 296.

(3)Principlo

p.56.

(4)Ibid. p. 57.

<5) Ibid. p. 58.

Page 20: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 20/329

18 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

pour lui des modes concrets de pensée grâce auxquels nousretournons à la plénitude de l'expérience (1).

Une autre différence, qui se rattache an même besoin du con-cret, peut se trouver dans la conception que

Bosanquet sefait

de l'extériorité nécessaire pour le développement de l'âme, sortede concentration de l'extériorité, et dans la conception qu'il sefait du rôle du corps, dans son idée de l'opposition et de la

réconciliation magnifiques du corps et de l'âme. Il insiste surl'incorporation et la tradition, sur le corps et l'histoire, sur la

continuité avec la matière et avec les autres âmes.Pendant que Bosanquet et des disciples plus jeunes, Joachim,

Taylor, développaient les conséquences logiques et ontologi-ques de cette philosophie, d'autres avaient recours à la formuledu « plusieurs dans l'un » ou « de l'un dans le plusieurs » queBradley avait voulu bannir. Le pluralisme de Schiller dans sesEnigmes du Sphinx, dès 1893, apparut comme faisant partied'une réaction générale doidespread) contre le monisme radi-cal (2). Ritchie, partant de cette idée qu'il n'y a de personnesqu'en société, arrivait à une conception de « l'un dans le plu-

sieurs».

Mackenzie tenait pour le«

plusieurs dans l'un » (3).Tous deux insistaient sur l'idée des différences qualitatives deschoses.

Il y eut un groupe de penseurs qui tout en restant monistesfurent classés sous le titre de : « critiques du Ilégélianisme » (4).

On peut prendre comme représentants de ce mouvement lesdeux frères Seth. Andrew Seth, dans une série de conférences,voulut opposer à l'hégélianisme importé de l'étranger la philo-

sophie écossaise, la philosophie nationale. James a pu mettre« le Hégélianisme et la Personnalité » à côté des Enigmes duSphinx de Schiller comme représentant « la révolte contre lestendances à réduire la réalité à la pensée » (5). Sons doute Sethconserve plusieurs des croyances néo-hégéliennes; il croit à unsystème du monde, et se défend de tout pluralisme. « J'avaispensé, écrit-il que je m'étais suffisamment gardé contre toutsoupçon, si mince fût-il, de pluralisme ontologique (6). « Il existe

pour lui une expérience ou un être qui embrasse toute chose (7),qui soutient, et qui explique en la complétant notre expérience

(1) Ibid. p. 59.

(2) Ritchie, Philos. Iiaview, 1893 p. 193.

(3) Eléments of imlapliysicsp. 50, Lectures on métaphysica p. 228-231.(4) David Irons, Philos. P,cv. 1898 p. 439.(5) Phil. Rev. 1893 p. 590.

(6) Phil. Rev. 1894 p. 568.(7) Phil. Rev. 1894 p. 569. Ilegehanism p. 231 note, p. 224.

Page 21: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 21/329

LE MONISME EN ANGLETERRE 19

fragmentaire et contradictoire. Il partage avec Bradley la pen-sée que la vérité est réservée à Dieu seul. Il a déclaré qu'il n'y

a entre ses nouvelles vues et son ancienne conception, aucunheurt, aucune contradiction (1). Néanmoins la vue des consé-quences morales possibles du monisme et l'étude des deux doc-trines qui contribuèrent tant au développement du pluralisme,celle de Lotze et celle de Renouvier (2), amenèrent Andrew et

James Seth à faire d'importantes réserves.Pragmatiste jusqu'à un certain point, Andrew Seth, voit dans

la doctrine hégélienne, une conception « paralysante » de l'exis-

tence; elle « contredit nos étalons les mieux fondés»; c'est

une philosophie déraisonnable et qui détruit en dernière analysela réalité du sujet divin comme celle du sujet humain. Il repro-che à Hegel de ne connaître -qu'un sujet de développement et desupprimer la réalité concrète des individus (3>. Il affirme que« le processus du monde est un réel processus dans le temps ».

« A chaque moment il n'y a qu'une étape qui soit réelle » (4).

Dieu lui-même est dans le temps car seules les abstractionssont hors du temps (5). Ainsi Andrew Seth se rapproche despluralistes puisqu'il croit à la réalité profonde de la durée et del'individu. Chaque moi, dit-il, est une existence impénétrable et

l'impénétrabilité matérielle n'est qu'une faible image de celle del'esprit. L'individu est individu jusqu'à la fibre la plus profondede son être (6). Et cet individu est le réel lui-même. « Le réel etl'individuel sont identiques » (7).

James Seth accepte d'une façon plus délibérée peut-êtreencore la personnalité comme un concept métaphysique ultime.Si l'on veut approuver dans leur intégralité toutes les demandesde la conscience, il faut, déclare-t-il, que l'on renonce à faire de

(1) 2* édit. 231. 234, 235, p. 21 note.(2) Upton, Martineau 156, James Seth Ethical questions 352,361.

(3) Hegelianism p. 192, 239, 233. Sur Bradlev v. Contemporary Reviewn 347 p. 694-716 et 348, 862-882.

(4) Hegelianism and Personality p. 177, 179, 183, 190.

(5) Ibid. p. 225.(6) Ibid. p. 227, 231. 235. Il fera cependant dans son dernier ouvrage

quelques réserves sur cette idée de V « imperméabilité » de l'individu.

(7) Au moment où le livre de Seth parut, cette affirmation fut prisecomme une déclaration de pluralisme ; dans la deuxième édition de sonouvrage, Seth nous dit que ce qu'il voulait signifier, c'est seulement quel'univers est un tout réel et individuel ; il revient à l'idée ordinaire duNéo-Hégélianisme. Et peut-être finalement Seth a-t-il abandonné cette

dernière position, et en est-il venu à un agnosticisme absolutiste semblableà celui de Bradley ; de l'absolu, dit-il, on ne peut rien dire, sauf qu'il n'est

pas fini. (Hegelianism and Personality p. 231 dans la 2* édition. Lectureson theisrn 14 sqq. Contemp. Review N* 348 p. 863-882).

Page 22: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 22/329

20 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

la métaphysique un tout complet. La réalité de la vie moraleimplique l'indépendance de l'homme par rapport à Dieu et nousimpose plutôt une vue pluraliste qu'une vue moniste de l'uni-

vers (1).

Ainsi il se produisait une réaction contre le monisme et les

pages des revues philosophiques anglaises et américaines n'ontjamais été plus pleines de controverses sur le pluralisme qu'elles

ne l'étaient à cette époque de discussions sur l'un et le multiple« Le mouvement pluraliste, a dit Ritchie, ne fera qu'expliciter

des théories qui sont à l'état implicite dans les argumentsanti-hégéliens du professeur Seth » (2).

A cette époque également les disciples de James Martineaudéveloppaient son personnalisme éthique fondé sur les idées deDieu, de liberté et d'immortalité.

Même chez les Hégéliens les plus fidèles, le sentiment de l'in-

dividualité apparaît plus nettement- Taylor, un des disciples

les plus intransigeants de Bradley sur certains points, montre,en partie peut-être sous l'influence de la philosophie améri-

caine et surtout de Royce, comment l'expérience est à la foisune et multiple. « Le système entier forme une expérience et

ses facteurs constitutifs sont à leur tour des expériences uni-

ques ». Sa philosophie n'est donc ni un monisme ni un plura-

lisme complet (3). Il rétablit dans l'Absolu des préoccupationshumaines ; l'Absolu n'est pas indifférent (4). Il se déclare enprofonde sympathie avec les tendances de Sturt à insister surla réalité de la liberté humaine, sur l'importance que doivent

prendre pour une interprétation finale de l'univers les catégo-ries téléologiques de la vie personnelle (5), il insiste sur la plu-

ralité des termes en logique et sur notre expérience psycholo-gique qui nous fait saisir le moi, c'est-à-dire une substance. Cephilosophe contre lequel Schiller a dirigé plus d'une fois sestraits, nous apparait comme au fond assez proche des philoso-phes pluralistes.

Cependant pour Taylor comme pour les monistes la catégorie

fondamentale reste celle de l'inclusion. Il n'en n'est plus de mêmeavec Mac Taggart qui procède plutôt par juxtaposition. Néan-moins il prétend rester fidèle à l'esprit du hégélianisme ; exégèteet interprète de la pensée de Hegel, il veut pour rétablir l'idée

(1) Philosophical Rericw 1894 p. 73. Ethic.nl Studios p. 349, 350, 440,441.(2) Philosophical Roview 1893 p. 193.13) Eléments of Metaphysics p. 95, 97, 98,100.(4) International Journal of Ethics XIII p. 55-86.(5) Miné 1906, p. 4?î0 voir Ari&lotelian Society 1908-9 p. 205. sqq. 224.

Page 23: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 23/329

LE MONISME EN ANGLETERRE 21

de pluralité dans l'absolu, non pas corriger Hegel comme Seth,mais l'approfondir.

Du Hégélianisme orthodoxe il retient l'idée de l'absolu imper-

sonnel (1), l'idée de l'imperfection de tout ce qui est temporel (2).

Mais pour lui l'unité du monde n'a pas une réalité plus profondeque sa diversité (3). Il est conduit à s'éloigner de l'orthodoxienéo-hégélienne par un sens vif de l'individualité (4) et par undésir profond d'immortalité; pour lui tout est dominé par cettequestion de l'immortalité à laquelle James s'intéresse en sommeassez peu. Suivant la réponse donnée à ce problème, nousserons la fin suprême de la réalité où nous serons réduits à l'état

passif d'instrument. C'est donc cette idée d'immortalité qui lemène à l'individualisme métaphysique (5). L'influence de plura-listes tel que Lowes Dickinson accentuera ces tendances (6).

Mac Taggart soutient que « l'élément de différenciation et demultiplicité occupe une beaucoup plus large place dans le sys-tème de Hegel qu'on ne le croit généralement ». Il veut mon-trer que dans ce système le monde est une société d'âmes, uneassemblée d'esprits et que la divinité n'est qu'un de ces esprits

parmi tous les autres. Toutes les individualités sont éternelles.Il existe une société d'esprits et la société des esprits ne vit quedans les individus et par les individus. Il ne peut exister que despersonnes, des êtres conscients qui ont connaissance, volontéet sentiment (7). « Chacune des parties du tout est parfaitementindividuelle » et c'est pour cela d'après lui comme d'après Royceque le tout est une unité parfaite (8). Les individus ont uneréalité absolue (9). Sans doute Mac Taggart semble souventconcevoir les individus comme réglés de telle sorte que de la

connaissance de l'un on puisse arrivera la connaissance de tous.La nature de chaque esprit ne serait plus que l'expression deses relations avec l'absolu ; chaque moi n'existe que par sesrelations avec d'autres moi (10). Il n'en est pas moins vrai quel'univers Hégélien est morcelé.

Dans ses Dogmas of Religion, Mac Taggart discute longue-ment l'idée d'un Dieu omnipotent et créateur et il arrive à dire

(1) Hegelian Cosmology p. 2 et 3.

(2) Ibid. p. 35, cf. chapitre de Hegelian Dialectics sur les rapports de la

dialectique et du temps.(3) Intovnational Journal of Ethies 1908 p. 433.

(4) Ibid.

(5) Hegelian Cosmol. p. 7.

(6) Ibid. préface.(7) Hegelian Cosmology n 41-83. Dogmas of Religion n 252-253.

(8) Ibid. n 18, 197.(9) Ibid. n 41, 30, 64.

(10) Ibid. n 268, p. 256, n* 30 p. 14. n* 267.

Page 24: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 24/329

Page 25: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 25/329

LE MONISME EN AMÉRIQUE 23

Chez Laurie. ce n'est plus seulement un pluralisme statiqueque nous apercevons comme chez certains des philosophes

d'Oxford; c'est le sentiment de l'imperfection, du caractère in-complet du monde et des possibilités humaines infinies, parlesquelles le monde peut se racheter. Ce sont deux des senti-

ments les plus profonds de la métaphysique pluraliste quedevaient développer James et Schiller.

De l'autre coté de l'Atlantique, les idées philosophiques ve-

nues d'Allemagne revêtirent d'abord une forme particulière, laforme transcendantale et unitarienne. Mais les philosophies deGhanning, de Henry James, d'Emerson, ne furent pas non plusdes monismes purs et nous aurons à rechercher en elles enmôme temps que des affirmations du monisme des germes depluralisme.

Tandis que pour William James toutes les importations phi-losophiques allemandes sont suspectes, son père paraît au pre-

mier abord comme on l'a dit : « un esprit anglo-allemand » (1). Samétaphysique est « mi-swedenborgienne, mi-hégélienne ». Sonfils aura un respect religieux du particulier ; la religion de HenryJames est celle de l'Universel. L'Universel peut être atteint parla raison. Il reproche à Emerson son mépris de l'intelligence ;

pour lui il n'y a rien dans la vie qui n'ait été d'abord dans l'in-

telligence, il n'y a rien dans la vie qui ne puisse être saisi parl'intelligence (2). Grâce à l'intelligence unie aux sentiments,

grâce à la communion des êtres à la fois par la raison et par le

cœur, nous pouvons saisir l'Universel.

Dans la doctrine de Henry James, le moi, qui s'oppose à la

communion de l'âme avec l'âme, avec Dieu, ne'peut être que nui-

sible. Il ne peut y avoir aucune relation privée entre Dieu et

l'individu. « La renonciation à toi », telle est la leçon qu'il en-seigne. La vraie nature de l'individu est ce qui l'universalise.

E pluribus unum, c'est la devise de la Nature comme c'est celle

des Etats-Unis (3).

Toutes les choses perdent leur indépendance, elles n'existent

que par rapport à d'autres choses ; leur semblant d'existence ensoi n'est qu'une grossière illusion (4).

Et les choses matérielles ne sont que les symboles d'êtres

que le sien: en elle le monde entier est en travail. Lodge Hibbevt JournalAvril 1908 p. 382, Mind and the Universc 1903, p. 231.

(1) Bargy, Religion aux Etats-Unis, p. 144.(2) Henry James, Notes of a Son, p. 170.

(3) Bargy, Op. <:it. p. 146, 151, 155, 157, 162.«•) Bargy, Op. cit. p. 156.

Page 26: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 26/329

24 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

spirituels. La philosophie ne s'occupe du fini qu'en tant qu'il

recouvre l'infini (1).

La liberté peut-elle exister dans le monde conçu de cette façon?Henry James croit à une liberté sans libre arbitre, à une énergiesans tension, « à une volonté faite de mouvements non volon-taires» (2). «La vie où j'aspire, écrit-il, est une vie de bonté libre,

spontanée, sans contrainte ». Pour lui, le mieux naît du moinsbon par un développement lent et tranquille (3). Selon le roman-cier Henry James, l'optimisme de son père s'expliquait par la

faculté qu'il avait de voir les possibilités cachées par lesquellesles choses peuvent devenir d'un moment à l'autre entièrementdifférentes et aussi belles qu'elles étaient un instant auparavantdécourageantes et tristes. Ainsi, chez Henry James comme chezWilliam James domine ce qu'on pourrait nommer le sens despossibilités infinies et des changements incessants, mais tandisqu'il donnera naissance chez William James à une sorte dethéorie pessimiste, où l'acte libre est conçu dans l'effort et dansle tremblement, il se trouve à l'origine de l'optimisme de sonpère Pour Henry James l'idée que la liberté signifie le pouvoird'être à son gré bon ou méchant, est une idée dangereuse et

comme infernale (5). Mais c'est dans cet enfer que voudra vivreson fils ; plutôt ce monde dangereux, pensera-t-il, qu'un paradisoù tout effort est un contre-sens.

Henry James tient une grande place dans l'évolution de la

religion américaine. S'il est vrai que l'Amérique est moins incli-

née qu'aux temps difficiles des premiers établissements, « à con-cevoir un ciel à porte étroite et le salut limité à un petit nom-bre » (6) selon les expressions d'un de ses historiens, HenryJames a ouvert plus largement la porte céleste que JonathanEdwards refermait sur quelques élus ; il a contribué à cet élar-

gissement, à cet allégement du dogme, dont parle le même his-

torien ; au lieu de la fatalité règne une liberté douce et le pessi-misme est remplacé par un optimisme confiant. Il faudraattendre la venue du fils de Henry James pour que soient réen-tendus les accents sévères, pour que semble retentir à nouveaula grande voix de Jonathan Edwards (8).

(1) Henry James, Op. cit. p. 267.

12) Bargy, Op. cit. p. 147, 102.

(3) Henry James, Op. cit. p. 216.

(4) Ibid. p. 209.

(5) Bargy, Op. cit. p. 101, 103.

(6) Boutmy, Psychologie du peuple américain, p. 305, 306.

(7) Boutmy page 305, 306.(8) Voir sur Jonathan Edwards et Carlyle une lettre de Henry James à

Emerson, citée dans Henry James Notes of a Son p. 172.

Page 27: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 27/329

LE MONISME EN AMÉRIQUE 25

Emerson occupe une place plus importante encore que HenryJames dans l'évolution de la pensée américaine. Les amis et lesdisciples d'Emerson découvraient dans les splendeurs du jouret dans celles de la nuit, dans les minutes de joie et dans lesminutes de douleur, derrière le bruit et surtout derrière le

silence, l'inexprimable unité de l'àme supérieure, de Dieu, nousrévélant les vérités divines à travers les symboles et les para-boles de tous les phénomènes de la nature. Ils ont sinon créé,du moins popularisé un sentiment particulier, celui de la pro-fondeur infinie et mystérieuse des phénomènes, le sens dumiracle permanent qui par éclairs, se révèle. Chaque choseparticulière cache au vulgaire et révèle aux initiés l'unique âmesupérieure. Le transcendantalisme est essentiellement unephilosophie unitaire. La ressemblance entre les créatures estplus grande que les différences, nous dit Emerson (1). Derrièrela dernière enveloppe de la Nature, dans les profondeurs del'être, réside l'unité (2). Chaque vérité n'apparaît plus dès lorsque comme l'être absolu vu sous un seul aspect (3). « A l'inté-

rieur de l'homme est l'àme du tout, le sage silence, la beautéuniverselle à laquelle doivent être rapportées également chaquepartie et chaque particule, l'Un éternel » (4). Edgar Poe don-nant une recette ironique pour l'imitation des œuvres transcen-dentalistes écrit : « Insistez sur l'unité supérieure, n'admettezpas une syllabe qui ait rapport à l'infernale dualité » (5).

A Emerson, le philosophe de la démocratie succède le poètede la démocratie, Walt Whitman, le poète qui entonne commeil le dit « le chant de l'Universel », le chant de l'Un formé detout; en chaque homme il voit l'humanité entière, le mondeentier. James l'appelle « notre poète ontologique national» (6). Onvoit d'après ses vers quelle était l'ontologie américaine au débutde la seconde moitié du dix-neuvième siècle et combien étaitardente la croyance en l'unité cosmique (7).

Mais si nous avons insisté sur les tendances monistesde tousces écrivains, il nous faut maintenant dégager l'aspiration quiest en eux vers une philosophie de l'action, de la diversité. Eten effet malgré les apparences, leur doctrine présente plus d'un

(1) Emerson Works, Xature p. 320.

(2) Ibid. Over-Soul p. 68.

(3) Ibid. Nature p. 320.

(4) Ibid. Ovcr-Soul p. 68.

(5) Edgar Poe Works tome 2 p. 466.

(6) Critique philosophique 1879(2) p. 134 ; (mot non reproduit dans The Willto beiieve).

(7) Voir un passage des Spécimen Days sur Hegel « the truest cosmicaldevotee or religioso and the profoundest philosopher ».

Page 28: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 28/329

26 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

trait de ressemblance avec les doctrines des pragmatistes. LesChanning, les James, les Emerson fondent leurs philosophies

sur les besoins de l'action et de la morale. Leur méthode estconcrète, presque expérimentale. Enfin leur tendance à voir le

monde comme une grande association de personnes n'est pas_sans analogie avec les tendances des pluralistes.

Channing se défend de se livrer à des spéculations abstrai-tes (1). Il faut juger les choses du point de vue de l'homme d'ac-tion, et il est ainsi amené à accepter des vérités qui semblent secontredire, à unir l'optimisme et le pessimisme d'une façon

assez analogue à celle que nous trouverons chez James (2). Demémo il unit l'idée de solidarité et l'idée d'individualité ; la viereligieuse est pour lui une vie de solidarité, de mutualité, maisil croit en même temps que « ce qu'il y a de plus grand dans la

cité, c'est l'homme même » et que le salut collectif se fait parles efforts personnels de chacun (3).

Henry James, tout pénétré qu'il ait été de philosophie hégé-lienne, possédait un sens très vif du concret. Et ce devait être

dans son âme un perpétuel conflit. « Il avait autant d'horreurpour ses abstractions que le plus positiviste de ses lecteurs. Il

détestait chacune de ses formules dès qu'il l'avait exprimée » (4).

La dialectique hégélienne ne lui semble plus bientôt être vala-ble que dans la sphère de l'abstraction. Il écrit que « l'esprit

affirmatif» admet du premier coup la vérité et recherche les

cas particuliers de cette vérité qui seuls sont féconds (5). N'est-ce pas déjà une formule de ce qui sera le principe de Peirce?

N'est-ce pas de Henry James que son fils a pu apprendre que levrai est vrai seulement, pour autant qu'il est au service du bien (6),

que le vrai doit servir? Henry James reprochait à Emerson le

caractère vague de ses préceptes; la vérité ne doit pas être sépa-rée de la vie ; elle est individuelle comme la vie (7). « C'est unfait qu'une vérité vitale ne peut jamais être purement et simple-ment transférée d'un esprit à un autre esprit, car la vie seule•est juge du prix des vérités » . La vie ne fait pas que juger les

vérités ; elle les révèle, elle les produit (8).

Tout « universaliste » qu'il fût, n'a-t-il pas contribué au déve-loppement, de l'individualisme de son fils en lui enseignant que

(1) Channing, Sa vie, ses œuvres p. 38.(2) Barçy, La Religion aux Etats-Unis p. 120.(3) Ibid. p. 124, 126.

(4) Bargy p. 145, Lettres citées par Henry James, l\roles ot a Son p. 268.

(5) Bargy p. 101.

(6) Ibid. p, 146.

(7) Henry James, Xotcs p. 173.

(8) Ibid. p. 187.

Page 29: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 29/329

LE MONISME EX AMÉRIQUE 27

l'homme opère son salut par ses propres œuvres et n'est que cequ'il fait ? (1) L'individu doit se suffire à lui-même. Et la libertélui apparaît alors comme tout autre chose que cette aisance dansl'action par laquelle il la définissait d'abord ; il appelle de sesvœux le temps où la liberté de chaque homme «sera jusque danssa fibre la plus fragile, respectée comme l'étoile lumineuse dela Divinité », où « il sera permis à tout homme d'être l'espritvivant de Dieu », où les relations des uns avec les autres serontconstituées par l'indépendance des uns vis-à-vis des autres (2).

Partout il y a vie, partout changement. « Les univers, dit-il,

sont destinés à une vie faite dechangements

sisurprenants quela suite de leurs événements est un constant désavœu de leur

naissance et que leur complète maturation consiste à renier leurorigine » (3). Ainsi l'idée de la vie et la conception hégéliennede la contradiction s'unissent chez Henry James ; on trouveraquelque chose de semblable dans A pluralistic Universe. Pourarriver à comprendre ce mouvement incessant, cette vie, il nes'agit pas d'apprendre mais bien plutôt de désapprendre ; il y a

une architecture spirituelle dont la splendide perfection ne pour-rait nullement s'atteindre par une construction naturelle, maisseulement par une démolition naturelle (4).

Dans ce monde de changements et d'efforts, les individus doi-vent s'aider les uns les autres ; Henry James insiste « sur la< amaraderie humaine » (5); bien plus, le monde est pour lui le

résultat d'une coopération entre l'homme et Dieu; il ne véné-rerait pas un Dieu qui se suffirait à lui-même; Dieu doit se con-

duire « comme un honnête ouvrier », travaillant à l'œuvre com-mune (6).

Comme Margaret Fuller s'inspira des préceptes d'EmersonMary Temple resta fidèle à l'idéal de Henry James- Elle rêve deperdre son moi en un moi plus vaste, mais elle croit à la valeurabsolue de l'individu (7) ; elle croit à la valeur de l'effort, de l'ef-

fort solitaire de l'individu. « La possibilité éloignée de la chosela meilleure vaut mieux que l'absolue certitude d'une chose qui

vaut un peu moins » (8). Et elle veut que dans notre effort derecherche, nous nous confions à toute notre nature, que l'homme

(1) Bargy p. 146. Henry James, Notes p. 221.

(2) Henry James, Notes p. 195, 215. 223 (citations de lettres de 1860 et1862).

(3) Ibid. p. 218.

(4) Ibid. p. 218.

(5) Ibid. p. 256.

(6) Bargy p. 158, 159.

(7) Henry James, Notes p. 458, 459, 472.

(8) Ibid. p. 248.

Page 30: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 30/329

28 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

dans ses espérances et dans ses raisonnements fasse entrer toutl'homme (1). Tous nos besoins, toutes nos aspirations se conci-lieront en Dieu, et si grandes que puissent nous apparaître lesincohérences et si compliqué que soit le labyrinthe que nousavons à traverser, nous ne devons jamais nous permettre d'aban-donner un des éléments du problème dans l'espoir d'arriver àle résoudre commodément en ce monde (2). William James a ditquel souvenir fidèle et reconnaissant il a pendant toute sa vieconservé de Mary Temple.

Les théories de Ghanning, de Henry James se retrouventapprofondies chez Emerson et d'autres s'y ajoutent dont lesrésonnances sont plus profondes. Précisément parce qu'ilsrecouvrent l'Un éternel, les individus et les moments sontinfinis. Le culte du moment, impérissable comme l'Eternité etrecouvrant comme elle des abîmes, tel est un des enseigne-ments de la philosophie d'Emerson. « C'est entièrement unephilosophie de l'ici-bas » dit un de ses admirateurs (3), une philo-sophie du «présent enveloppant» comme dit William James « Atravers le fait individuel brillait toujours pour lui, nous dit-il

encore, le rayonnement de la raison universelle ». Le grandintellect cosmique a pour termes et pour résidence les êtresmortels et les heures fugitives (4).

Si l'individuel est ainsi l'absolu lui-même, s'ouvre ainsi surl'infini, il faut que chacun se donne sa règle et se fasse savie. Une telle conviction non conformiste liée à la croyancedans le caractère sacré de la vie, voilà ce qui pour James est le

caractéristique d'Emerson (5). Ce qu'il nous enseigne, c'est quele monde est encore neuf et non expérimenté ; c'est que noustrouverons la vérité si nous le regardons avec -des yeux neufset non pas si nous écoutons les autres nous- raconter leursvisions ou si nous nous efforçons de raccorder nos idées pré-sentes avec nos idées antérieures. L'idée qu'il porte toujours enlui est l'idée de l'homme présent. Comme Longfellow il nousexhorte à agir « in the living présent ». On comprend l'in-

fluence que la lecture d'Emerson a exercée sur James ;«

ces pa~.ges sublimes, dit-il, encouragèrent et soutinrent notre jeunesse ».

Emerson lui apprit que la réalité est dans le moment présent,que l'heure présente est l'heure décisive, que chaque jour est le

(1) Ibid. p. 469.

(2) Ibid. p. 470.

(3) Guernsey p. 96.(4) \V. James Will to belleve passini, Memories p. 24.

(5) Memories p. 25.

Page 31: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 31/329

LE M0NI8ME EN AMÉRIQUE 20

jour du jugement (1). Il lui apprit aussi que pour les grandesâmes « la cohérence n'importe pas ».

Chacun de ces moments est d'ailleurs différent et bien que

comme nous l'avons vu, il recouvre une âme identique, il estnéanmoins séparé de tous les autres par des différences infi-

nies (2).

Dans le monde tel que se le représente Emerson, commedans le monde de Carlyle, le bien n'existe pas seul ; il y a dumal et il faut lutter contre ce mal. Notre vie doit être une lutte

« Ne prêtez point attention à la défaite, crie-t-il ; debout, deboutencore » (3). Il faut croire à l'effort désespéré, à l'effort quand

même. Pour Emerson comme pour James, ces efforts de l'hom-me sont les efforts même du monde : « construisez votre propremonde... une révolution correspondante se produira dans les

choses, dociles à l'influence de l'esprit » (4).

- Les hommes doivent s'unir pour cette lutte. Le monde peutêtre comparé à Hopedale, colonie des Universalistes, « associa-tion universelle de réformes sociales », plus encore à BrookFarm, cette société par actions complétée par une coopérative

de production et de consommation que les trancendantalistesavaient fondée. La loi économique est pour Emerson un sym-bole de la loi morale et le monde est mutualité (5).

Et derrière le monisme de Whitman nous découvrirons aussiun pluralisme. Le « poète ontologique national » que pendantlongtemps les Américains semblent d'ailleurs avoir bien dé-laissé, est lui aussi un pluraliste. Il chante l'individu : « Jechante le moi, une personne simple et séparée » (6). Il chantele moi des autres « Moi, habitant des Alleghanis, traitant delui comme il est en lui-même, dans ses propres droits » (7).

« Pressant le pouls de la vie qui rarement s'est révélée ».

Et s'il est le chantre de la personnalité (8), c'est qu'il a unemétaphysique de la personnalité : Rien ne dure que les qualitésindividuelles (9). Le moi est créateur, créateur de lois et devaleurs (10). Le moi est Dieu, car il n'y a pas un seul Dieu, maisune multitude de Dieux (11).

(i) William James Memories p. 31.

(2) Ibid.

(3) Emerson, Works, Expérience, conclusion.(4) Emerson, Works, Nature, conclusion.(5) Bargy p. 132-135.

{6) Leaves of Grass p. 3. One's self I sing.

{ ) Ibid. p. 56. To a historian.

(8) Ibid. p. 73. Broad-Axe.(9) Song of Myself strophe 41 et Redwood Troc.(10) Leaves of Grass p. 80. Gods et By Blue Ontario'* siion

(11) Leaves of Grass p. 113. Song of Myself strophe 3.

Page 32: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 32/329

;>0 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

Puissance de l'individu et changement incessant du monde,telles sont ses deux conceptions fondamentales. Toujours la

poussée procréatrice du monde (1). Le temps est la réalité

profonde.«

J'acceptele

temps absolument. Lui seul est sansiêlure; lui seul achève et complète tout; ce miracle mystique etéblouissant complète tout » (2).

« La victoire cependant sera différée et hésitante, mais, mesemble-t-il, elle est certaine, ou tout comme certaine, à la fin » (3).

En attendant, de n'importe quel succès acquis « sortira quelquechose qui nécessitera une lutte plus grande » (4). « Mon appelest l'appel de la bataille, dit Whitman, ce que je nourris estune rébellion active».

L'horizon du monde s'élargit.« Oh chante-t-il quelque chose de pernicieux et de redoutable

quelque chose qui soit très loin d'une vie oisive et dévote

Quelque chose de non abordé jusqu'ici

Quelque chose d'échappé au mouillage, et allant de l'avant (5).

« Oh, lutter contre de grands obstacles, rencontrer desennemis indomptés

« Etre entièrement seul avec eux, trouver combien on peutsupporter

« Regarder le combat, la torture, la prison, la haine populaireen face » (6).

Ce qu'il dira encore, ce sont les vaisseaux dans la tempêtedont on coupe les mâts, c'est le voyage où se hasardent hommes,biens et familles, la beauté des personnes aventureuses, la

beauté de l'indépendance, du départ, le mépris américain desstatuts et des cérémonies, l'impatience immense (7), l'homme

tempétueux aumilieu

desjours véhéments, et qui sait se

maintenir en des heures terribles sur mer et sur terre (8),

l'homme « d'aplomb au milieu des choses irrationnelles » (9),

l'homme plein de foi (10). « Nous devons marcher, mes enfants,nous devons supporter l'élan du danger», crie-t-il aux pionniers.

« Nous débouchons sur un monde plus nouveau, plus puis-sant, monde varié.

(1) Cf. Song of Myself strophe 23.

\2\ Leaves of Grass p. 3.

(3) Ibid. p. 56.

(4) Ibid. p. 7: J>.

(5) Ibid. |». 77.

(6) Ibid. p. 80.

(7) Ibid. p. 113.

(8) Ibid. p. 110.

(9) Inscriptions. Me Imperturbe.(10) lu cabined Sbipal .Sea.

Page 33: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 33/329

LE MONISME EN AMÉRIQUE 31

« Frais et forts, nous saisissons Je monde, monde du labeuret de la marche ;

« Pionniers, ô pionniers

« Nous, lançant des détachements solides,« Le long des flancs, au travers des passes, sur les pentes des

monts escarpés,« Conquérant, tenant, hasardant, aventurant, tandis que nous

marchons sur des voies inconnues,« Pionniers, ô pionniers 1 » (1).

Ce qu'il chante encore, c'est la nouvelle camaraderie née descombats, l'amitié des compagnons de guerre.

Partout, à sa voix, naît une àpreté nouvelle, une nouvellejoie (2).

Camaraderie et individualité ne se contredisent pas :

« Je chante le moi, reprend-t-il, une personne simple, sépa-rée. Et pourtant je prononce le mot Démocratique, le mot EnMasse ».

Ainsi nous avons pu trouver chez les Channmg, les HenryJames, les Emerson, des suggestions de doctrines, qui naturel-lement s'inséreront plus tard dans le pluralisme. Une secondefois les théories germaniques envahirent l'Amérique ; elles fu-

rent étudiées cette fois plus directement, non pas dans les adap-tations de Coleridge, de Carlyle, de Cousin, mais dans le texte,

non plus par des écrivains, mais par des professeurs d'Univer-sités. Ce fut sans doute Henry Brockmeyer, émigré prussien,qui importa l'absolutisme en Amérique ; du groupe des hégéliensqu'il réunit autour de lui, sortit William T. Harris qui lit deSaint-Louis le centre des idées hégéliennes en Amérique etfonda le Journal of spéculative philosophy Cl 867). Les Universitésaméricaines entretinrent avec les Universités allemandes desrelations suivies (3). Puis l'influence allemande s'exerça indirec-tement en passant par les livres de Green, des Caird, de Bosan-quet, de Bradley. L'Amérique, nous dit James, est avec l'Ecossele pays où l'absolutisme s'est développé le plus vite (4), et en 1904il constatait que « ce sont les cours en transcendantalisme quiexcitent l'enthousiasme des plus ardents parmi les étudiants,

(1) Leaves of Grasé p. 93.

(2) Ibid. j). 47. Starting frem Paumanoek. CL Edward Carpenter, qui seréclame à plusieurs reprises de Whitman, sur le « risque à courir » The Artof Création London, Georg Allen p. 256.

(3) Wenley, Psychological Rcview 1901 p. 297.(4) W. James, Religious Expérience p. 132.

Page 34: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 34/329

32 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

tandis que les cours de philosophie anglaise sont relégués ausecond plan » (1).

Mais l'absolutisme des philosophes américains n'est pas aussi

intransigeant (2) que celui de certains absolutistes anglais ; il

s'achève dans le monisme tolérant de Royce, dans sa philoso-phie nationale de la loyauté, dans sa philosophie chrétienne del'interprétation.

Royce a subi profondément l'influence de Fichte, de Schel-ling, de Hegel. Le Moi créateur de Fichte et le moi de Hegel, le

Moi spectateur de lui-même, suivant les expressions de Roycevivant du spectacle de sa naissance et de sa mort, nous les

retrouvons tous deux dans sa philosophie (3). Mais à côté del'influence allemande nous trouvons chez lui l'influence des« brillants essais cosmologiques de Peirce » et des œuvres deJames (4), en même temps que de la lecture des ppèmes deBrowning.

Le point de départ de sa philosophie est semble-t-il dans sonépistémologie (5). S'il est moniste, c'est d'abord parce qu'il n'ya de connaissances que si la diversité se détache sur un fond

d'unité (6). Mais son monisme sera uni à un volontarisme et mêmeà un individualisme car une idée ne prend de valeur que si elle

est individualisée, que si elle a un contenu qui ne peut êtreremplacé par aucun autre contenu empirique. « La simple géné-ralité est toujours signe d'un défaut pratique » (7). Il affirmeradonc que ce qui est réel c'est l'incorporation complète d'une idéedans une réalité finie.

Les démarches de sa pensée sont présentées d'une façon un

peu différente en apparence dans l'ouvrage qu'il a intitulé :

The Spirit of Modem Philosophy. «Si le monde est connaissablë ;dit-il, il doit être mental » (8). Le monde extérieur est une pos-sibilité d'expérience, or il n'y a de possibilité d'expérience quepour un esprit (9). De cette affirmation idéaliste, nous allonspouvoir passer au monisme. Si nous pensons à une chose, il

ne suffit pas que nous ayons en nous une image qui ressembleà cette chose; il faut que nous voulions signifier la chose; or

(i) Journal of philosophy, 8 décembre 1904 n' 25.

(2) Mac Gilvary Hibhert Journal 18 avril 1908. p. 632, 633. V. aussi JamesPluralisme Unîrerae p. 212.

(3) Royce Spirit of modem philosophy p. 169.(4) World and individual préiace p. II, IX, XIII du tome I.

(5) Perry Muni s t 1902 p. 446.

(6) Royce Immortalily p. 68.

(7) Worid and individual tome 1, p. 337-339.

(8) Spirit of modem Philos, p. 361.

(9) Ibid. p. 367.

Page 35: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 35/329

LE MONISME EN AMÉRIQUE 33

comment le pouvons-nous ? Comment pouvons-nous avoir pré-sent à l'esprit ce qui n'est pas nous? Cela ne se peut pas. «Vousne signifiez un objet, vous ne faites une assertion sur lui, —bien plus, vous ne doutez ou ne vous étonnez à propos de lui,que si votre moi plus large, votre personnalité plus profonde,possède déjà cet objet ». C'est ainsi que lorsqu'on recherche unnom, on le possédait déjà. C'était le moi momentané seul qui

l'ignorait. En allant à la chasse du nom ou de l'idée perdus,c'est donc mon propre moi que je poursuis. Il faut donc que la

pensée et son objet fassent partie d'une plus large pensée. Et le

moi le plus profond, ce sera celui qui connaîtra, qui connaît

toute la vérité, c'est ce moi qui est celui dont l'existence est laplus certaine (1). L'idée de vérité ne peut se comprendre que parl'idée d'un moi plus vaste qui englobe à la fois ma pensée et

l'objet (2). Et il ne peut y avoir qu'un seul moi de cette sorte.

Car s'il y en avait plusieurs, leur multiplicité et leurs relations

devraient encore être des objets pour un moi (3). Dans cette

argumentation comme dans la précédente, nous trouvons la

même idée, union dans la signification, du sujet et de l'objet, de

l'individuel et de l'universel.Par des inclusions sans nombre de touts dans des touts de

plus en plus grands, de plus en plus riches, de signification dansdes significations de plus en plus élevées, peu à peu nous allons

vers le Moi cosmique, vers l'individualité immuable (4). Mais les

individualités finies ne sont pas anéanties dans le Moi infini,

car le Moi de l'absolu est un Moi conscient et dès lors sa vie

consiste à connaître des individualités autres que la sienne (5).

Cette idée du « connaisseur universel » est, dit James le plusrécent progrès du monisme, sa forme la plus raffinée (6). Et eneffet de cette façon l'unité est la diversité semblent pouvoir seconcilier. Dieu est conscience et par là même unité, ensemble.D'autre part l'être absolu est connaissance des faits particuliers,

signification plus profonde des faits particuliers; s'il est l'ensem-ble formé par eux, il ne nie pas, mais au contraire il comprendles individus. L'individu suprême peut se réaliser en un indi-

vidu particulier comme nous pouvons individualiser nos idéesen portant notre attention sur elles (7). « De même qu'une cathé-

(1) lJbid. p. 368-374.

(2) Lbid. p. 376.

(3) lbid. p. 380.

(4) Royce World and individual tome II p. 305 Philosophical Beview 1893,

p. 442.

(5> Royce World and individual t. I, p. 399, 400.

(6) James Pragmatism p. 145, 146.

(7) Royce Supplementary essay to the conception of God p. 200, 201.

3

Page 36: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 36/329

34 LE PLURALISME AXGLO-SAXOX

drale peut se présenter comme unique, n'avoir pas sa pareille

dans le monde entier de l'être et que cependant toutes les pier-

res et toutes les arches et toutes les sculptures de cette cathé-

drale sont uniques, de même précisément, dans l'univers, si le

tout est l'expression de la volonté unique et absolue, chaquefragment dévie a sa place unique au milieu de la vie divine» (1).

La vie de Dieu est un système de vies contrastées, car la

meilleure façon dont l'unité de signification puisse se réaliser,

c'est la variété (2). De là l'insistance de Royce sur la diversité.

« Par cette signification propre de mon plan de vie, par cette

intention toujours présente de rester un autre que mes compa-gnons, c'est par cela et non grâce à la possession de je ne saisquelle âme substantielle que je suis défini et créé en tant queMoi » (3). Ainsi l'individualité n'est plus même définie commeune variété, mais comme un contraste. Chaque partie del'absolu doit être aussi différente que possible des autres et

l'absolu s'enrichit de ces différences même (4).

Et ces vies ne sont pas des vies inertes ; leur essence est leur

volonté, leur signification, leur dessein (purpose). Le monde deRoyce est un monde où il y a des buts à atteindre et des défaites

à réparer (5).

Donc la signification unique de la vie individuelle, des diffé-

rences entre les individus, est préservée dans cette philosophiede Royce, l'absolu enferme le fini sans le détruire. La vie uni-verselle est réelle par nous et par nos actions et chacun denous, chaque pulsation de volonté dans le monde a une « rela-

tion unique avec cette vie » (6). L'univers entier est lié à la

signification de notre individualité personnelle. « Lève-toi donc,conclut-il, homme libre, tiens-toi droit et avance dans le monde.C'est le monde de Dieu, c'est aussi le tien » (7).

Cette affirmation de la puissance de l'individu se complèted'ailleurs, nous l'avons vu, par l'affirmation de l'union des indi-

vidus. Le monde est une société. Royce conçoit une sorte desociologie universelle qui serait la vraie métaphysique (8).

On comprend que Royce se soit nettement opposé à Bradley,au moins en ce qui concerne la partie positive et constructrice

(1) Royce lmmortalityp. 67.

(2) Royce Conception of God, p. 98, 99. World and Individual, II p. 276.(3) Ibid.

(4) World and Individual, tome II p. 289. Voir H. M. Kallen Journal otPhilosophy, tome VII p. 593.

(5) Royce Immortality, p. 49, World and Individual, tome II, p. 302.

(6) World and Individual, II 452, II 292, II 302.(7) Ibid., 1 399, 465, 470, II 417.

(8) Ibid., I 416. Philosophical Review, 1895 p. 471, 585, 586, 588.

Page 37: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 37/329

LE MONISME EN AMÉRIQUE 35

de sa métaphysique. Et l'on comprend aussi que parfois il seprésente comme un disciple de William James et aussi queJames parle de lui avec respect comme d'un maître ; il est

d'après James celui de tous les philosophes contemporains quia su traiter de l'Absolu avec le plus de richesse et de densité (1) ;

il le compare à Fechner, il nous dit que Royce a rempli la vie

de signification (significance, meaning). de succès et de défaites,

d'espoirs et d'efforts, de valeur interne. L'absolu est ici repré-

senté comme ayant lui-même un objet pluraliste (2). «L'indivi-

dualité de l'Absolu, écrit Mac Gilvary, est si élastique dans la

conception de Royce qu'elle peut prendre une extension suffi-

sante pour envelopper toutes les individualités finies sansextraire d'elles une goutte de leur essence individuelle. Contreun tel absolu, si généreux, si volontariste, le pragmatiste nepouvait rien avoir à dire » (3).

Et cependant nous trouvons chez Royce certaines affirmations

qui nous font sentir que malgré tout sa façon de penser n'est

nullement, au fond, une façon de penser pragmatiste et plura-

liste. C'est ainsi qu'il parlera de « nos pauvres idées flottantes»,

qu'il dira de l'absolu : « Lui seul est » (4). Le temps ne semblepas avoir pour lui de valeur, n'est qu'une diminution de la réa-

lité éternelle ; aucun fait temporel ne réussit à nous satisfaire

pleinement. Sans doute il déclare que son Absolu n'est completà aucun moment du temps, [mais il nous dit aussi qu'il ne peutaccepter un monde dont un des caractères est de n'être pas fini (5).

Peut-être par l'idée de l'infini tel qu'il se le jreprésente, commeun redoublement perpétuel du fini, essaie-t-il de concilier cesdeux affirmations. Mais elles se concilient alors dans l'idée

d'un perpétuel présent, et par là encore Royce reste un abso-lutiste. Et cette idée même de transmutation qu'il critique n'est

peut être pas absente de sa doctrine.

(1) Philosophical Review, 1894 p, 217. James Hibbert Journal, avril 1908,

p. 633. Psychological Review, 1905 p. 16.

(2) Hibbert Journal, VI 725 ireproduit dans Pluralisme L'niverse).

(3) Mac Gilvary Hibbert Journal, tome VI, p. 633.

(4) Royce World and Individual, tome I p. 359, t. II p. 435.

(5) lbid. p. 359, 381, 427, 473 et tome II lecture III. Philosopbical Review1893 p. 142, lmmortality p. 67 ; voir sur l'absolu et le temps chez RoyceMac Gilvary Hibbert Journal tome VI p. 633. On pourrait encore parler ici

des ouvrages de Mùnsterberg qui conçoit l'univers comme une société demoi. Voir sur les tendances de l'absolutisme Lovejoy Journal of Philoso-pha; VII p. 684.

Page 38: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 38/329

Page 39: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 39/329

LIVRE II

LA FORMATION DU PLURALISME

CHAPITRE PREMIER

LES INFLUENCES ALLEMANDES

Après l'époque qui vit se développer les systèmes de Fichte,de Schelling, de Hegel, des doctrines variées naquirent en Alle-magne, dont les auteurs insistaient de préférence sur la diver-sité des choses, la personnalité des hommes et de Dieu. Cesphilosophies s'opposent nettement en général à la philosophiehégélienne ; elles n'ont pas été sans influence sur le développe-

ment du pluralisme (1).

Fechner est sans doute le plus original de ces anti-hégéliens.Il est amené à des recherches très précises de physique et depsycho-physique par des idées très vastes, et pourrait-on diretrès vagues ; et d'autre part, il transforme en suivant une mé-thode où l'empirisme se mêle au romantisme, ses recherchesprécises de physicien et de psycho-physicien en spéculationsaventureuses ; c'est l'union de ces deux tendances, empirismeet romantisme qui séduisit James: il reconnaît en Fechner unesprit parent du sien.

Il est le parangon de l'empiriste, écrit James. Et, son empi-risme est essentiellement méfiance de l'abstraction. Les abstrac-tions n'ont pas d'existence, sa méthode ne sera donc pas fondéesur des idées simples et ne procédera pas par déduction ; elle

sera une méthode d'analogie à l'aide de laquelle des choses très

concrètes se sont unies entre elles par des liens lâches ; il faut

fl) Schiller, Mind 1906, p. 114.

Page 40: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 40/329

38 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

que nous nous servions du type de raisonnement le plus ordi-

naire pour nous construire notre conception du monde. L'ana-

logie nous permettra à la fois de saisir |les ressemblances et de

préserver les différences ; elle ne lie pas l'identique à l'identiquemais le différent au différent (1). Le monde est toujours autre,

et le nouveau ne peut se déduire de l'ancien. Tandis que l'abs-

traction immobilise les choses, la méthode de l'analogie per-

mettra de les saisir dans leur mouvement; tandis que le philo-

sophe ordinaire en leur appliquant ses concepts tue les chosesvivantes, le philosophe empiriste doit comme le créateur véri-

table, comme Pygmalion, faire vivre les choses (2) ; tandis quele philosophe déductif ne se 'servant que des raisonnementsabstraits ne trouve plus devant lui qu'impossibilités et que con-tradictions, le philosophe qui part du concret reste toujours dansle réel et le possible.

Cet empirisme se conciliait ainsi naturellement avec les ten-

dances romantiques : Fechner est bien, comme l'a dit Wundt« celui qui a renouvelé et complété la Naturphilosophie roman-tique » (3). Il se rattache à cette métaphysique romantique de

Oken, à Schelling, le maître de Oken ; Oken, Schubert et Swe-denborg, trois des auteurs qu'il préfère, n'étaient-ils pas commelui des savants à l'imagination romanesque et hardie?

Sa philosophie naquit d'une révélation soudaine qu'il eut pen-dant une longue maladie et qui transforma sa vie; elle se déve-loppa pendant toute cette dernière période de son existence où,privé de livres, il laissait grandir en lui la vision d'un mondenouveau, d'un monde rempli d'âmes (4).

Malgré son panthéisme mystique et son déterminisme desavant (5), il sait voir le monde de façon mouvementée et touf-

fue (6). La vie pullule, l'air et l'éther sont agités de mouvementsen forme de vagues, sont tissés d'oscillations. Sa langue peutà peine rendre cette fermentation de la vie. Et comme Fechneravait morcelé l'esprit en centres de forces (7), comme chaqueêtre depuis les plantes jusqu'aux hommes et depuis les hommesjusqu'aux astres, s'entoure d'un cercle, d'une couronne de

(1) James, Hibbert Journal, tome Vil 278, 281, 284, reproduit dans Plura-lisme Universe sect. 4, Fechner Zend-Avesta I, XVI p. 191.

(2) Idem, tome II p. 30, 213, Tagesansicht p. 108. Riemann avait insistépresque dans les mômes termes que James sur cette logique de l'analogieMonist 1899-1900, p. 205.

(3) Wundt, Fechner p. 59.

(4) Wundt, Fechner p. 60.

(5) FechnerTagesansicht

p. 164 à 186 Zend-Avesta tomeII

p.26.

(6) Tagesansicht p. 107.

(7) Ibid. p. 251 voir Lotze Métaphysique, traduction p. 379.

Page 41: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 41/329

LES INFLUENCES ALLEMANDES 39

conscience dont chacune projette sa lueur dans l'infini, ces cer-

cles se croisent et se coupent; ces différents domaines spirituels

empiètent les uns sur les autres ; le monde devient dans la doc-

trine synéchologique « un système qui se détermine tour à tourpar des oscillations etdegrands mouvements d'ondulations »(1),

un jeu d'activités (2). Les vagues courent les unes sur les autres,

tourbillonnent, oscillent, s'avancent ou se réfléchissent, ou seperdent (3).

Entre le cercle de conscience infinie et les cercles plus petits,

on trouve tous les degrés de conscience possibles. ;De grandesconsciences, comme la conscience du royaume végétal, commela conscience collective de l'humanité, en renferment des mil-liers d'autres ; ces consciences réunies forment la grande âmede la terre « roulant dans les espaces comme une boule bril-

lante et divine » (4). Cette conscience à son tour fait, partie dusystème solaire. Enfin par tous ces degrés nous arrivons à Dieu.

Le Dieu de Fechner laisse à côté de lui, au-dessous de lui,

vivre les consciences individuelles (5). Le cercle le plus vasteenferme tous les autres cercles et pourtant chaque cercle est

pour ainsi dire enfermé en lui-même (6). L'esprit fini resteimmanent en Dieu et pourtant il est une individualité; et mêmequand il apparaît comme absorbé par l'individualité suprême,il conserve sa personnalité. Une sensation visuelle cesse-t-elle

d'être elle-même parce qu'elle entre en même temps qued'autres sensations dans notre plus grande conscience ?

Non seulement nous vivons d'une vie individuelle, non seule-

ment nous agissons, mais nos actions agissent sur la Divinité

elle-même ; chaque homme qui nait est une pensée nouvelledans l'absolu ; et en effet l'absolu vit, il a une histoire, il sedéveloppe réellement (7).

L'individualité est préservée dans le système de Fechner, et

non seulement celle des hommes, mais celle des Dieux infé-

rieurs. « Le ciel apparaît comme de nouveau habité par desêtres célestes, qu'on les nomme des Dieux ou des anges » (8). Et

(1) Tagesansicht p. 30, 42, 251, Zend-Avesta tome II p. 26, Wundt Fechnerp. 63.

(2) Zend-Avesta tome II p. 171.

(3j Tagesansicht p. 109, 221.

(4) James, Hibberl Journal, tome VII p. 283 sqq. reproduit dans Pluralis-

tic Universe.(5) Fechner Tagesansicht, p. 14. Voir les réserves de James sur ce

point, Pluralistic Universe, p. 293 sqq.

(6) Zend-Avesta, IV 120, VII163.

(7) Zend-Avesta, VIII 182 ; 240.

(8) Tagesansicht, p. 31.

Page 42: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 42/329

40 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

nous pouvons adresser nos prières à ces Dieux. La distanceentre Dieu et nous est grande, mais les Dieux ou les angesforment des degrés intermédiaires et la prière de l'hommes'adresse plus facilement à eux qu à la divinité suprême; l'âmede la terre est là dans le système de Fechner pour recevoir, la

première, nos prières (1).

Nous nous sentons sans cesse, obscurément, en communica-tion avec des consciences plus vastes, nous nous sentons dèsici-bas entourés d'un monde d'esprits d'au-delà. Les vagues del'en-deça et de l'au-delà se coupent (2). Fechner se défiait duspiritisme (3). Il n'en a pas moins subi profondément soninfluence. L'univers devient une cité d'âmes (4).

Ce n'était pas une antipathie sans cause que Fechner éprou-vait pour la philosophie hégélienne, comme le remarque Wundt.Son panthéisme se distingue de tous les autres. Wundt essaiede le définir en disant que c'est le panthéisme d'un savant quiadmet l'existence d'un Dieu personnel et d'individus dans le

monde, et en second lieu un panthéisme immanent et phéno-ménal, et non pas transcendant et nouménal.Mais bien d'autrescaractères le distinguent encore du panthéisme sous sa formeclassique, et l'on comprend que James ait aimé cette philoso-phie fondée sur un empirisme si large et si romantique, unephilosophie si vivante, encombrée d'individualités qui secroisent et se heurtent, qui en même temps s'échelonnentharmonieusement, ce panthéisme qui finit ne une sorte de poly-théisme, ce transcendantalisme qui nous fait sentir, aux portesde notre vie spirituelle, les pas des anges et des Dieux (5).

Fechner, philosophe d'exception, n'eut guère d'influence dans-les pays anglo-saxons, sauf sur James ; dans son pays d'origineiil trouva peu de disciples. Lasswitz seul continua sa philoso-phie, maintint la tradition de l'atomisme, défendit un certainindividualisme (assez différent de celui de son maître) : « Lapersonnalité n'a pas de commencement et pas de mort et pasde place dans l'espace » (6).

En revanche, il n'y eut peut-être pas d'oeuvre, à part cellesde Kant et de Hegel, qui eut plus de retentissement en Angle-

(1) Tafjfsansicht, p. 31, 185.

(2) Idem, 45, 255.

(3) Idem, 255. Wundt, Fechner, 87.

(4) Tagesansicht, p. 98.

(5) V. la lettre de James, citée Flournoy, p. 179 : « I hâve just read thelirst half of

Fechners ZewJ-Avesla, a wonderful book by a wonderlulgenius », 3 janv. 1908.

(6) Monist, 1895-6, p. 431. James le cite Hibbert Joui-ual VII 280.

Page 43: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 43/329

LES INFLUENCES ALLEMANDES 41

terre et en Amérique que celle de Lotze. Bradley et Bosanquetse firent les traducteurs de Lotze ; mais les idéalistes monistesne furent pas seuls à recevoir son influence ; presque tous les

écrivains de l'école adverse, l'école de l'idéalisme personnel, lelisent et l'admirent (1). F. G. S. Schiller sait la dette immensecontractée par lui envers ce philosophe ; nul. dit-il, n'a vumieux que Lotze les conséquences désastreuses des systèmestrop rigides, n'a plus constamment tenu ses yeux fixés surl'expérience ; il est un « ennemi formidable » pour le monismenéo-hégélien (2). On a eu raison de dire que malgré tous ses

efforts pour arriver à une philosophie moniste, Lotze a contri-

bué pour une importante part au développement de la philo-

sophie pluraliste (3), que son insistance sur le caractère uniquede l'individualité a rendu plus vivace la tendance au plura-

lisme (4). En Amérique, on le traduit dès 1877. Dewey l'a lu et

s'inspire souvent de lui. James le cite à plusieurs reprises commeun précurseur de l'idéalisme personnel et du pragmatisme (5).

La pensée de Lotze se rattache d'abord à celle de Herbart;Herbart décompose le réel en réels dont chacun n'acquiert demouvement et de force que par son rapport avec les autres. Lemonde est un va-et-vient dans l'espace (Kommen und Gehenira Raume). Un atomisme qualitatif, tel est le nom que Lotzedonne à la philosophie de Herbart; et s'il se refuse à être nomméson disciple, il conserve toujours pour lui un e grande admira-tion (6). Gomme de la philosophie de Herbart, on peut dire decelle de Lotze qu'elle est un retour à Kant, à la phénoménolo-gie kantienne : « remplir l'espace » n'était-ce ipas pour Kant« résister à tout ce qui aurait une tendance à pénétrer dans cetespace » ?

D'autre part Lotze subit l'influence de l'école hégélienne et

surtout de la droite hégélienne. Weisse qui fut le professeur deLotze, Fichte qui fut un de ses amis, cherchaient avant lui à

rétablir le Dieu personnel et l'âme libre. Une conciliation entre

(1) Mackenzie Revue de Métaphysique 1908, p. 594.

(2) Schiller Philosophieal Rcview, 1895 p. 435, 1897 p. frl ; Humanisai,p. 62, 75, 84.

(3) Inge Personal Idéalisai, p. ^4.

(4) Galloway Philosophy of Religion, p. 15-16.

(5) Jarnes Mind 1903, p. 94 ; Psychological Review, 1905. p. 6 et Pvugma-tism, p. 256. Schoën p. 13.

(6) Métaphysique, p. 386. (Nous citons sans les dater la Metaphysik et satraduction. Pour la distinguer de la Metaphysik de 1872, nous mentionnonsla date de la Metaphysik de 1841). Streitsschriften I p. 5 et 8, Kleine Schrif-ten II p. 178, Microcosmus I 203, Medicinische Psychologie, paragr. 138.Schoën Lotze, p. 34.

Page 44: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 44/329

42 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

la philosophie de Hegel et la philosophie deHerbart, ainsi pour-rait être caractérisée au premier abord sa philosophie.

Dans sa tentative. Lotze fut aidé par les suggestions de deuxphilosophes contemporains. Trendelenburg lui apprit l'impor-tance du mouvement, constructeur à la fois des choses et descatégories (1). il lui montra ce qu'avait de critiquable la logiquehégélienne. A Fechner il est peut-être redevable de son ato-

misme, de son idée de centres de forces en contact partout dansl'univers (2).

Lotze est guidé par un souci constant du fait concret et parti-culier (3) . « Aucune parcelle de vérité, dit-il, ne doit être sacrifiée

à des déductions ». Il n'examine pas la chose en soi, mais la

chose dans ses rapports avec nous (4), dans sa valeur; notreintelligence n'est pas selon lui un instrument à décalquer les

choses, mais un instrument à transformer les choses; il neveutpas d'une réalité froide et indifférente à nos efforts (5). Le méta-physicien devra donc faire appel aux jugements de valeur, auxdésirs humains, aux anticipations du sentiment, aux pressenti-ments du sens esthétique. « Le commencement de la métaphy-sique n'est pas en elle-même, mais dans l'éthique »(6). Il ne fau-dra donc pas laisser opérer seule notre intelligence logique;elle sera limitée par nos différents besoins. Et même quand elle

raisonnera, elle ne le fera que pour obéir au choix primitif, àl'option de notre liberté.

Le problème que Lotze aborde d'abord, le problème qui sepose le premier (7), c'est celui de l'unité. Sous les efforts de sacritique (8), d'une critique dont se souviendra Schiller, l'idée desubstance, la première, se dissout. « On s'est servi du mot desubstance, dit-il pour signifier un noyau dur et réel qui par lui-

même a le caractère solide de la réalité » ; du noyau s'échappe-rait comme une matière solidifiante et agglutinante grâce à

laquelle les phénomènes prendraient consistance ; la substancea pour l'imagination commune «un effet épaississant «.Mais cen'est pas par cette bizarre alchimie, par « cet étonnant phéno-mène de cristallisation » que l'on peut arriver à expliquer l'unité

du monde (9).

(1) Logische Untersuchungen I, p. 489-496, 142.

(2) Metaphysik, p. 366, Schoën Lotze, p. 120, 56.

(3) Metaphysik, p. 79, 44.

(4) Schoën, p. 86.

(5) Microcoswus I 3, 5, p. 439 de la 3° édition, Grundzùge der Religionsphilosophie n* 59, 2 e édition. Microcosmus III, 232, Logique de 1874, 478.

(6) Metaphysik de 1841 p. 329.

(7) Metaphysik, p. 135.(M) Metaphysik de 1841, p. 16.

(9) Schiller, Humanism p. 224. Metaphysik p. 84, traduction p. 85.

Page 45: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 45/329

LES INFLUENCES ALLEMANDES 43

D'autre part le réel Herbartien, le simple être est inconcevableet le métaphysicien est toujours forcé de diversifier la substanceà l'aide d'attributs.

Tel est, dit Lotze, le supplice de l'esprit philosophique « con-damné à chercher dans les choses en soi les conditions quidéterminent la diversité des apparitions phénoménales et à re-

fuser à ces mêmes choses toutes les déterminations de multi-

tude et de variété » (1).

Délivrons-nous de cette passion de l'unité logique et nouspourrons alors aboutir à autre chose qu'à. des « mythologies in-

substantielles » (2).

Avec la substance, avec l'être en soi s'évanouissent cesmondes idéaux que les métaphysiques plus ou moins platoni-

ciennes avaient superposés au monde réel. Point n'est besoind'échafaudages pour soutenir le monde des sensations ; les

sensations se soutiennent par elles-mêmes (3). Le réel seul

existe et c'est lui qui produit cette apparence d'une nécessitéqui semble lui être intérieure « comme le corps vivant bâtit le

squelette autour duquel il semble avoir grandi » (4). L'erreur desmétaphysiciens, c'est d'avoir présupposé un ensemble de prin-cipes abstraits et de les avoir doués d'une sorte de force légis-

latrice, c'est d'avoir séparé l'être d'une chose et son contenu,le temps et le devenir concret (5). La réalité est plus riche quela pensée ; il y a, dit Lotze en un langage hégélien, une unionde l'être et du non-être que nous ne pouvons construire par desconcepts et qu'à plus forte raison nous n'aurions su deviner (6).

La construction réelle des choses transcende toute pensée. Lefond du réel nous apparaît comme une contradiction. La réalité

est un entrelacement de relations, un jeu subtil de rapports quenous ne pouvons saisir, réel mouvant qui se composant et sedécomposant donne l'apparence de la substance et de l'unité (7).

Une vision du mouvement continu, jamais achevé, telle fut la

vision première de Lotze ; il essaie de faire comprendre la

mobilité intérieure des choses (8) ; il écoute « cette mélodie dudevenir qui sans cesse se poursuit ». Jusque dans l'intérieur del'être le changement doit pénétrer ; il faut délier tout être en

(1) Schoën Lotze, p. 116. Lotze Metaphysik 1841 p. 85 et 86, Revue Philo-sophique 1880 tome IX p. 484.

(2) Metaphysik 1841 p. 85, 86.

(3) Ibid p. 329 Metaphysik p. 83.

(4) Metaphysik p. 172.

(5) Metaphysik p. 92, 93, 156, 148.

(6) Metaphysik p. 98 et 99, 147.(7) Metaphysik de 1841 p. 87, 88.

(8) Voir Chide, le Mobilisme p. 253 note une citation de M. Hannequin.

Page 46: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 46/329

44 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

devenir, saisir sa consistance, quand elle apparaît, seulementcomme une forme particulière du devenir, comme une nais-sance et une disparition sans cesse renouvelée du semblable,non comme une persistance de l'identique (1).

L'être n'est pas une identité en repos, mais un mouvementéternel qui se soutient lui-même (2) ; les relations entrelacéesse tissent et se détissent sans cesse ; il n'y a qu'actions et réac-tions changeantes, courant continu d'activité intérieure qui sedéveloppe de phase en phase, nombreuse polyphonie de voix quimontent et qui descendent en une mélodie sans fin. Souventmême de cette mélodie nous ne pouvons saisir le rythme, et le

devenir échappe aux règles de notre entendement (3).

La substance n'est plus dès lors qu'une masse plus dure, untourbillon plus dense emporté dans le flux du réel, ou bien en-core une sorte d'ombre, une phosphorescence née de la multi-tude des choses, et qui apparaît à de certains moments, on nesait trop pourquoi. Il n'existe pas à proprement parler une sub-stance qui serait séparée des phénomènes, mais une qualité desphénomènes qui est leur substantialité, la faculté qu'ils ont dese réfléchir, quand ils se présentent dans un certain ordre har-monieux ; leur reflet alors, cette loi idéale qu'ils projettent horsd'eux, c'est leur substance. On pourrait dire que la substanceselon Lotze est une image virtuelle vers laquelle convergent les

rayons de points réels, comme par un besoin esthétique imma-nent à la nature (4).

Telle était la théorie de la substantialité dans la premièreMétaphysique de Lotze et telle aussi se présente, condensée enmême temps que généralisée, dans la Métaphysique de 1879 cette

analyse qui fait de la substance l'apparence de l'apparence, et

de l'apparence la substance de la substance. Ce n'est pas grâceà une substance qui serait en elles que les choses existent, maiselles existent quand elles peuvent nous persuader qu'il existe

en elles une apparence de substance. » Sans doute la substancen'est plus dans cette seconde Métaphysique une phosphores-cence momentanée, mais un reflet permanent des choses; elle

n'en reste pas moins une sorte de qualité ou an reflet de ces.

choses (5).

(1) Metaphysik de 1841 p. 88. Metaphysik p. 81 (traduction p. 83), p. 89-

(traduction p. 90) p. 417 (traduction p. 4:33).

(2) Metaphysik n' 161.

(3) lbid. p. 160, 76, 77.

(4) Metaphysik de 1841, p. 86 à 89, 92, 119, 135.(5) Metaphysik p. 84 (traduction 85) p. S5 (traduction p. 86) p. 119, 120>

(traduction p. 122).

Page 47: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 47/329

LES INFLUENCES ALLEMANDES 45

Ainsi est substitué au néo-mégarisme de Herbart un néo-héraclitéisme.

Et cette concepti oh ne détruit pas la possibilité de l'action;

bien au contraire- « Admettre que dans le devenir réel il arrivequelque chose de nouveau qui précédemment n'existait pas,telle est pour notre esprit la profonde et indestructible exigencesous l'empire de la quelle dans la vie nous réglons toutes nosactions (1). » C'est qu'il ne faut pas séparer action et mouvement;le devenir n'est pas un déroulement mécanique mais le résultatde forces et d'actions; l'essence n'est pas un point mort derrièrel'action ; elle est l'action même. L'être est un échange d'actions

et de réactions (2). S'il y a dans le monde une pluralité d'êtres,il pourra y avoir création de nouveaux points d'application pourles forces en présence. « Nous admettons la valeur universelledes lois; mais avec la secrète espérance que malgré tout il pourrase produire encore un changement des points d'application.» (3)

La question se pose donc de savoir s'il y a réellement dans le

monde une pluralité d'êtres ; le pluralisme rendrait possiblepour Lotze la liberté, la création de nouvelles directions dansl'univers ; nous allons voir de quelle façon il affirme la plu-ralité.

Le monde est d'abord un système de relations, une mise enrelations générale. La philosophie de Lotze est une philosophiedes actions et réactions réciproques. Les touts se décomposenten parties multiples et hétérogènes qui réciproquement s'in-

fluencent. Une vaste multiplicité de corps différents, une multi-plicité d'essences simples, de choses en lutte, telle est la vision

que nous offre la perception pure, telle est la conception la pluscommode pour le savant, à qui l'idée d'une matière unique estinutile ; tandis que l'unité des choses reste insaisissable, leurdiversité est sans cesse accessible à la science et n'est jamaisépuisée (4). Ainsi la continuité se brise en discontinuités; il nereste plus que des points de départ discrets, des foyers d'ac-tions (Ausgangpunkte der Wirkungen) (5).

Cette vision du monde se rapproche de celle de Herbart, maisLotze ajoute aux idées de Herbart l'idée du mouvement et dudevenir ; il introduit, en l'adaptant à sa philosophie, l'idée fech-nérienne des croisements (Durchkreuzungen) dès sa Métaphy-

(1) Metaphysik p. 129 (traduction p. 132).

(2) lbid. p. 83 (traduction p. 84).

(3) lbid. p. 129 (traduction p. 132).

(4) Grundziïge dev Metaphysik 2* édition p. 17 n° 14. Metaphysik p. 364-

365 (traduction p. 377) p. 366 (traduction p. 379) voir aussi Metaphysik de1841 p. 8, 9, 26.

(5) Metaphysik p. 365 et 366 (traduction p. 378, 379).

Page 48: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 48/329

46 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

sique de 1841 (1). Et il veut restituer aux choses « toutes les déterminaiions de multitude, de variété, de relation, qui leur seraientnécessaires pour conditionner le cours si varié des faits d'expé-

rience ». Le semblable prend la place de l'identique ; le dissem-blable agit sur le dissemblable (2).

Que sera, en définitive, l'essence de ces centres de force?Définissons-les, dit Lotze, comme des consciences dans unecertaine mesure analogues aux nôtres ; c'est là ce que Lotzeconserve de l'idée qu'il se faisait au début de ses travaux méta-physiques et peut-être sous l'influence de Fechner, de l'univer-

selle « animation » (Beseelung). Les choses, dit-il, pour être vrai-

ment, doivent être plus que des choses ; elles ne peuvent êtredistinctes de leur environnement que si elles se séparent de lui

par elles-mêmes, si elles sont conscientes de cette distinction (3).

Le monde est un système de choses en rapport ; bien plus c'est

un système de consciences en opposition. Dès lors, la vie peutavoir un sens- Ce que nous avons pu prendre un moment pourun jeu de relations, c'est une lutte d'âmes se déroulant dans le

temps. Et le devoir de toute âme individuelle est donc de s'ef-

forcer, de peiner; l'homme individuel doit mériter son salut(4).Le moralisme, le sérieux moral apparaît comme la conséquencede l'idée d'un monde mouvant et divers, incomplet et multiple.

Et pourtant Lotze ne s'arrête pas à ces conceptions plura-

listes ; par cette idée d'un monde composé d'âmes il s'achemine,de même que Fechner, vers le monisme. Gomme Fechner,Lotze, s'il est un précurseur du pluralisme reste malgré tout unmoniste ardent. De l'idée de substance, il avait voulu faire une

ombre de la réalité ; l'ombre maintenant devient la réalité. Leréel est au fond un accident de cette apparente substance (5). Il

veut, selon son expression, apporter l'unité dans le monde (6).

Dans la Métaphysique de 1841, il ne semble pas sans douteespérer atteindre une unité autre que subjective ; l'unité dumonde sera dans notre façon de le voir comme un (.7). Maisdéjà se forment les traits de ce monisme qui s'affirmera dans la

Métaphysique de 1879. Les relations des choses ne s'expliquent,

dira-t-il alors, que par une unité absolue. « Le pluralisme denotre conception du début doit céder la place à un monisme

il) Metaphysik de 1SM p. 248.

(2) Revue philosophique 1880 p. 484. Metaphysik p. 120, 121 (traductionp. 122, 123). Metaphysik 1844 p. 9.

(3) Metaphysik p. 186.

(4) Metaphysik de 1841 p. 9. Schoën Lotze p. 37, 217.

(5)Metaphysik dé 1841

p.92.

(6) Ibid. p. 9.

(7) lbid. p. 16.

Page 49: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 49/329

LES INFLUENCES ALLEMANDES 47

grâce auquel la causalité transitive, toujours incompréhensible,devient causalité immanente (1). »

Il ne faudrait cependant pas croire que du pluralisme primitif

rien ne reste et que la substance universelle ait fait disparaître

l'idée des faits particuliers. L'être universel est une idéevivante, qualitative, qui « se vêt d'un tissu varié. » Les parties

de cette unité peuvent être comparées aux formules qui harmo-nieusement se combinent pour résumer une théorie. « Ces for-

mules ne signifieraient rien si elles n'étaient composées de motsdont les contenus sont différents. » Ainsi une multiplicité d'êtres

variés subsistent- Ce que Lotze refuse d'admettre ce n'est pas,

dit-il, le pluralisme, mais « un pluralisme qui ne connaîtrait pasde bornes », un pluralisme qui « regarderait l'ordre du mondecomme pouvant naître d'une multitude d'éléments unis aprèscoup par des lois et complètement indifférents les uns pour les

autres (2). »

Et dans la philosophie de la religion, Lotze transforme cettesubstance unique à laquelle il était arrivé et qui apparaissaitcomme impersonnelle en un Dieu personnel. Dans la personna-lité de Dieu le pluralisme et le caractère temporel du monde réelretrouvent dans une certaine mesure une raison d'être et unejustification.

On ne saurait énumérer tous les philosophes qui se rattachentà la même tendance personnaliste. Preyer en qui William Jamesvoit un disciple de P'echner(3>, construit une théorie de l'expé-

rience pure. Sigwart qui semble avoir eu une assez grande

influence sur James (4), part sans doute dans sa philosophie del'idée d'unité, d'une unité du vouloir ; mais il saisit avec finesseles différences individuelles ; il voit le développement d'unmonde toujours incomplet, le flux des apparences ; il sait quece flux entraine des scories, que le mal existe ; armons-noustous contre le mal, pendant que Dieu, un Dieu personnel, veille

sur nos efforts. La société des libres individus triomphera (5).

Teichmûller qu'on a rangé parmi les disciples de Lotze (6)

insiste sur la nécessité de l'expérience, de « l'empirie indivi-duelle » « Le moi unique, dit-il, n'est pas une apparence flottanteet sans valeur, mais un membre immortel de la totalité du

(1) Motaphysik p. 137 (traduction p. 141).

(2) Metaphysik p. 380-382 (traduction p. 395-396) p. 137-140 (traductionp. 141-144), par. 245.

(3) James Hibbert Journal tome VII p. 280.

(4) James Mind 1903 p. 94.

(5) Sigwart Logik tome II 594, 596, 602.

(6) Siebert p. 439.

Page 50: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 50/329

48 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

monde réel(l'). » Selon lui le Moi ne meurt jamais et reste enDieu, comme nos pensées en nous conservent leur individualité.

Wundt exerça une influence plus prolongée sur la pensée

philosophique, et James le met presque au même rang queFechner et que Lotze parmi les précurseurs du pluralisme (2).

Comme Lotze, il s'est attaché aux problèmes posés par la phi-losophie de Herbart. « Après Kant, dit-il, c'est Herbart qui eutle plus d'influence sur mon développement philosophique $). >>

Les théories de Wundt dérivent pour la plus grande part decelles de Fechner et de Lotze, surtout de Lotze, bien que Jamesfasse de lui un disciple de Fechner (4). Tout en admirant l'auteur

de la Tagesansicht, il déclare que son système est un rêve fan-tastique (5). Quant à lui, il veut édifier une philosophie scien-tifique (6).

C'est la science qui lui a appris à considérer les choses dansleur mouvement, dans leur flux ; comme Lotze, il reproche àtoute monadologie d'être une philosophie statique ; substanceet activité, substance et volonté, substance et devenir sonttermes identiques ; et comme Lotze, il déclare que les activités

réelles sont celles qui savent nous persuader de l'existenced'une substance, alors que cette substance n'est qu'une sorte dephosphorescence projetées par elles. Il n'y a plus de substance,il n'y a plus que des relations, sans support (7).

Ces relations, ce sont les manifestations des unités volon-taires (Willenseinheiten) individuelles ; ou encore, selon l'expres-

sion de Eisler, d' « unités de volonté disposées en degrés »;

toutes ces unités comme dans le système de Fechner s'or-

donnent, se superposent, s'englobent harmonieusement. Ainsideviennent possibles les actions et les réactions réciproques,le développement sans cesse continué du monde- Plus fidèle aupluralisme que Lotze, Wundt ne lui surajoute pas un monisme ;

il ne veut pas aller au-delà d'unités relatives (8). Il construit,

comme le dit Eisler, une métaphysique pluraliste (9).

Wundt conçoit les éléments du monde comme des unités devolonté ; c'est l'alliance scellée entre le volontarisme et le plu-

(1) Teichmûller Neue Grundleguog p. 170, 348.

(2) James Miad 1903 p. 97.

(3) Wundt Grundzùge der Psychologie préface p. 7.

(4> James Hibbert Journal tome VII p. 280.

(5) Eisler Wundt p. 159.(0) Ibid. p. 7.

(7) Wundt System der Philosophie p. 419-442, p. 483.

(8) Wundt System der Philosophie p. 403, 407, 413, 417, 444. Philoso-

pbisehe Studien t. XH, p. 61 sqq., Eisler, Wundt p. 143.(9) Eisler, Wandt p. 26.

Page 51: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 51/329

LES INFLUENCES ALLEMANDES 49

ralisme. On ne trouverait point ce même pluralisme volonta-riste chez Paulsen, que James met pourtant plus haut queWundt dans la hiérarchie des prophètes du pluralisme (1).

Sans doute, il affirme que tout est volontaire et, plus stricte-

ment moraliste que Wundt, voit surtout dans cette affirmationl'affirmation de la vie intérieure universelle ; pour lui, l'ordre

naturel est au fond un ordre moral (2), mais il s'efforce bienvite comme Lotze de se débarrasser du pluralisme, de revenirau monisme.

Pour retrouver cette synthèse du pluralisme et du volonta-risme, il faut aller à l'extrême gauche de la philosophie alle-

mande, vers les disciples de Feuerbach pour qui le monde est

un état sans I>ieu, une république (2), vers Bahnsen qui mor-celle la volonté schopenhauerienne en multiples volontés enlutte, vers Nietzsche que Hartmann met avec Bahnsen aunombre des partisans de « l'individualisme pluraliste et athée ».

(1) James Hibbert Journal tome VII p. 280. Mind 1903 p. 97, Mcmoriesp. 79. Problems of Philosophy p. 223.

(2) Keller Leben I 362 sqq.

Page 52: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 52/329

CHAPITRE II

L INFLUENCE DES PHILOSOPHES POLONAIS

Gomme Nietzsche dans quelques passages, Wartenberg etLutoslawski se glorifient d'être les représentants de la penséepolonaise, d'être les philosophes de la nation fondée sur le

choix, de la nation du Liberum Veto. Pour Wartenberg, le

monde est un ensemble de relations dynamiques entre dessubstances en nombre fini ; ces substances sont des volon-tés (1). Si le pluralisme de Wartenberg dérive de Lotze, qu'il

suit d'ailleurs dans son évolution vers le monisme, celui de

Lutoslawski dérive plutôt de celui de Teichmuller dont il

exposa le système sous le titre « Personnalisme ». Lutoslawskinous occupera plus longtemps ; c'est en effet un correspondant,un ami de James. D'après lui ce n'est pas Teichmuller, ni

Struve, ni Fechner qu'il connut sans doute mais ne cite pas,ni Herbart, ni Lotze, ni James dont il cite la Volonté de croire

qui lui inspirèrent son pluralisme (2). C'est la pensée du LiberumVeto, c'est celle des confédérations de seigneurs qui est au

centre de sa philosophie. C'est au nom de « notre confraternitépolonaise » qu'il parle (3). Il aime à rappeler les poètes ou les

philosophes polonais qui poussèrent l'individualisme jusqu'àses limites extrêmes : Liebelt, Mickiewicz qui chante devantDieu : « Je sens l'immortalité ; je crée l'immortalité ; qu'as-tu pufaire de plus grand ? Mes ailes atteignent jusqu'à toi » et qui

jette en terminant ce cri : « Ma force m'est venue d'où t'est

venue la tienne et je n'ai pas peur de la perdre. »

La méthode de Lutoslawski, qui est une sorte de déductionpassionnée, n'a pas grande ressemblance avec celle des prag-matistes ; par moments, cependant, il déclare qu'il ne faut passe fier aux formules générales, qu'elles ne peuvent nous dire si

à un instant donné l'unité ou la diversité domine dans le

monde. Puis, l'aspect volontariste de sa méthode peut îservir

(1) Wartenberg Problem des Wirkens p. 129, 132, 133, 137.(2) Lutoslawski Grund p. 27, 29.

(3) Idem Monist 1895-1896 p. 352.

Page 53: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 53/329

l'influence des philosophes polonais 51

encore à le rapprocher des pragmatistes. Le pluralisme est

aussi incapable de preuves ou de réfutations que le monisme-Il suffit de le vouloir (1).

Parti du personnalisme deTeichmûller (2), Lutoslawski arriveà« cette forme d'individualisme nommée pluralisme» (3), commeil dit, à cette nouvelle « vue du monde » qui est « sa plus proprepropriété » s'il faut l'en croire (4). Pour lui, comme pour James,le problème de l'unité et de la diversité est le problème fonda-mental et celui d'après lequel les philosophes doivent être

classés (5).

Volontariste, il déclare que sa philosophie est une exaltation

du vouloir (6).

Spiritualiste, il voit dans le monde un ensemble d'àmes im-

mortelles. Son spiritualisme n'est qu'une forme de son indivi-

dualisme : il se sent àme, àme incréée, immortelle, ne reconnais-

sant au-dessus d'elle aucun souverain. Mais il ajoute, et l'on nesait comment concilier cette affirmation avec ce que nous ve-

nons de dire, que les âmes s'ordonnent et se hiérarchisent;comme Fechner il conçoit des degrés dans cet ensemble des

âmes (7). Et c'est ici que le spiritualisme devient spiritisme : il

y a des communications mystérieuses entre les âmes ; ce quenous appelons l'inconscient c'est l'action mystérieuse d'autres

âmes sur la nôtre (8).

Il doit y avoir dans le monde un être supérieur ; mais le Dieude l'individualiste ne peut être un créateur tout puissant. Dieune fera donc que guider le monde, sans le gouverner d'unefaçon absolue ; sinon comment pourrait-on expliquer l'existence

du mal ? De plus, l'idée de l'éternité des âmes nous interdit decroire que Dieu est tout puissant. « Je ne peux pas avoir été

créé ». Par instant Lutoslawski affirme même qu'il ne reconnaîtaucun Dieu, car il ne peut rien exister qui soit au-dessus del'individu ; d'autres fois il affirme l'existence de Dieu, mais c'est

en quelque façon pour le défier comme le faisait Mickievicz :

« Que les universalistes attendent la venue de ce Dieu... Il peut•agir sur des millions d'êtres serviles... Je le mets au défi dedevenir mon maître. » Quelquefois aussi il se représente ce Dieu

il) Lutoslawski Grund p. 6, 76.

(2) Personalismo, Madrid 1887.

(3) Grund p. 15.

(4) lbid. p. 7.

(5) lbid. p. 3.

(6) lbid. p. 6.

(7) lbid. p. 24, 25, 38 à 40, 49, 75. Monist 1895-1896 p. 353, 354.

(8) Grund p. 26, 49, 38 à 40.

Page 54: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 54/329

52 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

comme un ami puissant : « Nous avons presque le même but etpar conséquent de nombreux ennemis communs » (1).

Jusqu'ici nous avons étudié cette conception de Lutoslawskisans faire intervenir l'idée du devenir, de l'effort universel quivient animer et mouvoir le monde tel qu'il se le représente. Lesentiment de ma liberté, de ma faculté de choix libérera le

monde. Grâce à la conscience que j'ai de ma liberté je puisaffirmer le développement réel du monde. « Pour l'universalistele plan du monde est fait d'avance. L'individualiste au contrairecroit que toutes les âmes librement avancent ou reculent » (2).

Ainsi l'idée même du caractère incomplet du monde est liée chezLutoslawski comme chez James à la croyance dans le libre arbi-tre. Une deuxième raison qui nous fera affirmer cette croissancede l'univers, ce sera l'hypothèse d'interférences entre notreunivers et ces autres univers dont Lutoslawski nous parle (3).

Dès que nous croyons le monde composé d'âmes enfin, nous nepouvons plus croire à la régularité des lois de la nature. Plura-lisme, indéterminisme et spiritualisme sont liés (4),

Par là même que le monde lui apparaît comme incomplet, lui

apparaît comme un mélange de mal et de bien, le pluraliste seraamené à croire que l'idéal ne se réalisera que par nos efforts,

que notre choix même entre des doctrines morales et métaphy-siques opposées a une signification, une importance cosmique.L'âme individuelle « collabore librement aux fins du monde ».

Le pluraliste saura courir un risque, comme dira James, sauramettre en jeu sa vie terrestre, comme dit Lutoslawski, « quandil s'agit de fins élevées et que ces fins le demandent» (5).

De cette éthique individualiste, Lutoslawski va à une concep-tion sociale du monde. Par suite même de son individualisme, le

pluraliste sera tolérant ; il connaît les droits de la minorité. Toutindividu peut dire aux forces assemblées de l'univers : LiberumVeto; mais aussi la minorité doit savoir sacrifier ses droits paramour de la majorité. L'amour devient le mobile principal desactions :« J'aime l'humanité, la vérité, la beauté, parce quec'est mon plaisir, mon propre plaisir libre » (6).

Ainsi l'individu conçoit que les fins auxquelles il se dévouedeviendront les fins communes à tous les êtres ; il croit à une

(1) Grund p. 48, 49. Montât 1895-1896 p. 352-354.

(2) Grund p. 56. Monist 1895-1896 p. 353 sqq.(3) Grund p. 56.

(4) Ibid. p. 24, 71.

(5) Ibid. p. 37, 43, 49, 54, 56, 79.

(6) Ibid. p. 7, 48, 47 Muuist 1895-1896 p. 354.

Page 55: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 55/329

l'influence des philosophes polonais 53

évolution cosmique à laquelle les âmes individuelles collaborentlibrement (1).

Ce « collectivisme métaphysique » que nous avons trouvéchez la plupart des prédécesseurs du pluralisme, que nous trou-verons presque toujours chez les pluralistes, ne nous apparaîtpas comme une négation, mais comme un complément du plu-ralisme ; dans cette vie collective les individus restent indivi-dus. Mais il faut nettement distinguer de cette idée d'une libreassociation universelle des êtres certaines professions de foi

monistes qui sont en réalité en contradiction avec l'essence du

pluralisme. Lutoslawski ne nous dit-il pas, par moments, queles âmes sont quelque chose de figé et que les choses restentidentiques? Le mouvement réel, le temps disparaissent alors del'univers tel qu'il se le représente ;

« le temps et l'espace sont àl'intérieur de moi.» Nous ne comprenons plus dès lors commentla diversité peut se produire. Pouvons-nous du moins la conce-voir comme une fin ? Les individus deviennent-ils de plus enplus différents ? Vivent-ils d'une vie de plus en plus contrastée?

Bien au contraire, nous dit alors Lutoslawski. Au milieu deschoses, qui ont toutes à un certain degré des ressemblances, sedétachent certaines choses plus semblables, plus parentes entreelles- Celles-là se groupent et rendent « la totalité du monde deplus en plus une. » « Le monde des âmes aspire à l'unité... Ontravaille sans repos à l'unité du monde. » Sans doute il sembleque tout à coup les tendances pluralistes reprennent le dessuset Lutoslawski déclare : « L'unité complète reste pour l'indivi-

dualisme un idéal-irréalisable. » Il n'en est pas moins vrai qu'ilvoit cet idéal non plus dans la diversité, mais dans l'unité (2^.

Ainsi chez la plupart de ces philosophes, chez Lutoslawskicomme chez Lotze ou Fechner, il semble que le pluralisme nepuisse subsister, ne puisse constituer à lui seul leur vision deschoses. Après avoir tenté de substituer au monde unique desphilosophies adverses, un monde multiple et mouvant, il semblequ'ils soient contraints, comme par une nécessité de la penséede réintroduire l'idée de l'unité dans ce monde, et la réintrodui-sant de transformer d'une façon profonde leur conception. Chezchacun d'eux finalement nous assistons à la résurrection decette pensée de l'unité que nous pouvions croire d'abordvaincue.

(1) Grund p. 54.

(2) Grund p 23, 25, 32, 33, M, 73, 7G. Moniat 1895-1896 p. 353.

Page 56: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 56/329

CHAPITRE III

LES INFLUENCES FRANÇAISES

James s'est plu à reconnaître toute la dette qu'il a contractéeenvers Renouvier et la Critique Philosophique. En 1884, il écrit:

« C'est pour moi un devoir dédire que mes raisonnements sontpresque en entier ceux de Renouvier. » Il appelle la Classifica-

tion des systèmes philosophiques, un livre étonnant, un livre ma-gistral (1). Il dédie sa grande psychologie à Renouvier, à Pillon,

à la Critique Philosophique.

Avant d'étudier les théories de Renouvier et l'action qu'elles

purent avoir sur le pluralisme, signalons l'influence qu'eurentsur son esprit les théories de Fourier, de Proudhon, surtout deMénard (2).

Fourier apprit à Renouvier à concevoir des hiérarchies d'âmescomme Fechner l'apprendra à James- Il n'y a pas un univers,mais « des univers » ; et il se représente l'action dans ces uni-

vers comme produite par une « coopération sociétaire» entreDieu et les hommes ; Dieu « laisse des chances » à l'homme; il

veut jouer avecla raison humaine « une partie égalisée »,

l'homme a « plénitude d'option ». Et cet homme en possessionde son libre arbitre, Dieu le prend comme associé ; il établit un« code social » dans le monde, et l'homme partage avec lui « la

régie du mouvement (3). » Nous retrouvons ces « conceptionssociales divines », dans les œuvres de plusieurs républicains,de plusieurs socialistes de cette époque.

Proudhon (4), comme Fourier se représentait le gouvernement

du monde comme une républiqueégalitaire ; il

veut cette«

har-monie universelle » dont il est loisible à chacun de nous « de serendre par son libre arbitre, coopérateur et participant ». Pour

(1) Critique philos. 1884 p. 273 note 2 Philosophical Ueview 1893 p. 212.

(2| Renouvier. Classification I 164.

(3) Théorie de l'unité universelle, I p. 29, 31, 34-36. II p. 243-244, 343.Renouvier. ClassiCication I 164-169. Philos. Analytique de l'histoire, 111 130,IV 162-176.

(4) Justice dans l'Église et la Rév. I 191, 461. III 510, 512, 527. 532, III 26.On trouverait des passages semblables dans le Système des contradictionséconomiques (voir surtout le chapitre sur la propriété).

Page 57: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 57/329

LES INFLUENCES FRANÇAISES 55

lui, le leibnizianisme, avec sa monadologie, est la façon la plusrationnelle de concevoir l'univers ; il n'y a plus de« suzerain »,

mais une libre démocratie de libertés créatrices, où la justice,

dont il donne une définition assez semblable à celle de Renou-vier, règne seule. Mais ce n'est encore là qu'un idéal ; aujour-d'hui le monde n'est qu'un « ensemble de forces en lutte », oùl'on ne peut entendre « cette mélodie du Grand Tout dont par-lait Pythagore. » « Antagonisme entre les êtres, indépendancedes substances, des causes, des volontés, des jugements » tel

est l'univers. Mais cet antagonisme deviendra finalementlibre harmonie. Avant Renouvier, Proudhon critiquait en démo-

crate et en républicain, les doctrines théologiques et philoso-phiques qui faisaient de l'absolu le roi du monde.

Ces citations nous aident à comprendre comment du milieudes luttes républicaines et socialistes de France sont sortis les

systèmes de Renouvier et de Ménard. De cette origine le plura-lisme conservera jusqu'à nos jours certains traits; c'est endémocrate, c'est en républicain que James expose sa philoso-phie: et la pensée française n'est pas sans y avoir contribué.

Ménard est par nature un pluraliste; son pluralisme est celuid'un Latin, d'un Hellène. Il aime dans la Grèce le pays de la

Sainte Lumière, où l'homme est inondé de jour, où les « clairs »

regards des citoyens sont tournés vers « les hauteurs inacces-sibles et lumineuses » (1).

Il aime ce qui est net et défini : les formes qui semblent« taillées dans le marbre ». Sous le ciel grec, il n'y a que « lignesnettes », « purs horizons » (2).

Gomment le Grec pourrait-il concevoir des êtres vagues?Partout la forme dessinée sous le soleil; partout la variété. Carla forme « limite », « précise », « sépare ». «< La forme unit la

matière à l'esprit; elle est la parole qui donne un corps à la

pensée, le médiateur entre le fini et l'infini ». Rien d'étonnantdit Ménard, à ce que pour les Grecs, le fini soit le parfait. Gom-ment enfermer l'indéfini dans une forme? Toute la théologie desGrecs, toute la théologie de Ménard naît de leur amour pour ce

qui est défini et lumineux. Chaque Dieu, chaque héros a des« traits distinctifs », « une forme spéciale », « une physionomieindividuelle » « parfaitement définie ». Ménard est pris de colèredevant les religions des mystères qui confondent « les attributsspéciaux des dieux ». « Dès qu'il est question de Dionysos,écrit- il avec une tristesse mêlée d'indignation, toute la mytho-logie devient obscure et indécise... Le Dieu qui frappe ses enne-

(1) Morale p. 9, 19, 31, 21, 211.

(2) Polythéisme p. 20, 371. Morale p. 20.

Page 58: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 58/329

56 LE PLURALISME ANGL.OSAX0N

mis de vertige, semble avoir traité de même ses adorateurs;l'orphisme est le délire de l'ivresse et de l'extase ; la pensée

humaine est entraînée, comme la nature entière, dans la grandeorgie ». Sous des formes sans cesse nouvelles, il ne se lasse

pas d'exposer cette idée : « A mesure que les ombres du soir

s'étendaient dans le ciel du vieux monde, la vue des chosesdivines devenait de moins en moins distincte ». Il poursuit « le

panthéisme vague », le « panthéisme confus » jusque dans l'en-

ceinte des mystères d'Eleusis, et dans l'antre malodorant deTrophonios. Que l'archer divin nous délivre de l'ombre et de la

pénombre 1 (1)

L'univers, par là même que ses éléments sont nettement défi-

nis, est multiple. On pourrait appliquer à Ménard ce qu'il dit

des Grecs : il « perçoit surtout les différences » ; il sait que les

êtres n'existent que « par les qualités qui permettent de les dis-

tinguer». Les formes ne sont-elles pas essentiellement multi-

ples ? La lumière ne fait-elle pas apparaître les contours , dansleurs « variétés infinies ? » Aussi Ménard aimera-t-il à parler de

la multiplicité des cités grecques, de la cité grecque, à voir « lemultiple univers », à mettre des principes multiples à la basedes phénomènes différents, à distinguer dans ces principes eux-mêmes, « de multiples énergies » (2).

Mais ce ne sera pas une multiplicité de principes abstraitsqu'il admettra ; les principes ne peuvent être que concrets, nésde l'imagination humaine, et ce sont des Dieux. « Il n'y a riend'abstrait dans l'univers ». « L'abstrait est toujours faux », et il

est toujours pauvre. Aussi n'est-ce pas sans raison que lesGrecs ont cru à des divinités vivantes et visibles, et peuplé le

monde de libres citoyens, qui sont les hommes et les Dieux, —les Dieux qui ne sont pas très différents des hommes. Sousquelle forme peut-on se les représenter, si ce n'est sous la formehumaine qui est « le type divin de la beauté », et d'après la con-science humaine, qui conçoit «l'idéal divin de la justice ? » 11 n'y

a pas selon Ménard, de religion sans anthropomorphisme (3).

Il adopte le polythéisme, nécessaire aux peuples jeunes ethardis ; il tient compte des conséquences pratiques des théolo-gies ; à sa façon, Ménard est un pragmatiste.

(1) Polythéisme p. 28, L58, 190, 273, 300, 307, 377, 379, 391. Murale p. 20,24, 109. Poèmes, préface p. XX.

(2) Polytb. p.8, 372, 391. 232. Morale 19, 25,26, 27,75,117,118. Poèmes,prélace p. XXI.

($ Polyth. p. XXIII, p. 12, 343, -548, 350, 355, 367, 372, 390, 391. Moralep. 20, 61.

Page 59: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 59/329

LES INFLUENCES FRANÇAISES 57

Rien d'étonnant à ce qu'il ait lutté contre toutes les idéologiesdestructrices des mythologies, contre toutes les théories quedessèche une lumière trop crue, comme contre tous les mysti-cismes obscurs. Il a lutté contre les idées générales de Platon,nées de « tendances théocratiques et panthéistes », contre lesabstractions réalisées des religions finissantes, trop parfaites,trop impassibles, trop invisibles pour être priées, trop surhu-maines pour être sculptées par les mains des artistes (1); sur-tout il a lutté contre le panthéisme dont l'unité reste «abstraite»et « vague », et qui « enveloppe toutes les différence s dans unegaîne uniforme ». Dans la pénombre où le panthéisme se com-plaît, « la loi se confond avec la force, le droit avec le fait,

l'idéal avec le réel ». La liberté humaine n'est plus. La moralitédisparaît, et Ménard consacre un livre entier de son Polythéismehellénique, à montrer comment s'unissent ici « l'influence del'Orient et celle de la philosophie ». Telle est la dernière raison,pour laquelle Ménard s'éloigne du panthéisme : il tue l'idéal, la

morale, l'activité, sa morale est la morale des castes (2).

De même quele panthéisme est la philosophie des castes,

demême le monothéisme est un dogme anti-républicain, un dogme« monarchique ». Il se développe aux époques de décadence.« Quand presque toutes les nations furent noyées dans le gouf-fre de l'empire romain, le repos devint l'unique besoin des âmesvieillies... Dans le ciel, comme sur la terre, on admit l'unité dupouvoir ». Toujours les formes religieuses correspondent auxformes sociales; et le ciel au Moyen-Age est le « donjon » d'un

Dieu féodal (3).Il oppose à la conception monarchique « la conception répu-

blicaine du monde », de la grande « fédération des êtres », danslaquelle les Dieux sont à la fois les lois et les magistrats, mem-bres du conseil central du monde. Le monde devient « un grandchœur de danse, une éternelle symphonie », « une harmonie delois vivantes », et cette harmonie est une « œuvre sociale » (4).

Ménard se crée un ciel, où « tout s'enchaîne sans hiérarchie».

Il se raille du « caractère hiérarchique qui plaît tant aux philo-sophes ». L'autorité de Zeus, est l'autorité d'un égal sur seségaux, il est primus inter pares. De là cette fierté, que l'on sent,quand Ménard écrit : « Aucun vote ne peut être supprimé, carla loi sociale est la somme des droits de chacun, et l'homme est

(1) Morale p. 113. Polyth. p. 11, p. 353 p. 12.

(2) Polyth. p. 349. Morale, p. 11, 102, 120. Poèmes, préface p. XVIII.(3) Polyth. p. XXI p. 100, 205, 214. Poèmes p. 26.

(4) Polyth. p. XXVI, p. 123, 195, 205, 262. Morale p. 22, 23,89.

Page 60: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 60/329

58 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

aussi nécessaire que Zeus ; il est un des citoyens de la républi-que des Dieux ». Il n'y a ni maîtres ni esclaves dans la grandefamille de l'univers, avait-il dit dans la Morale avant les Philoso-

phes, « rien que des maîtres, inégaux sans doute, mais indépen-dants ». Tous les êtres sont autonomes ». Donc tous les êtressont immortels. Pour qu'aucun vote ne soit supprimé, pourqu'aucune note ne soit assourdie, il nous faut l'immortalité (1).

On voit que le républicanisme et l'égalitarisme de Ménard serattachent à son individualisme profond. Son individualisme vasuivant son expression jusqu'à l'anarchie ; une « anarchie orga-nisée » sans doute, selon la définition des cités grecques queMénard donnait à de Heredia. Il aime « l'Olympe anarchique,désordonné». Ce désordre, dit-il, ne choquait pas du tout les

Grecs (2).

Derrière la religion polythéiste de Ménard, ne se cache-t-il

pas quelque chose de plus profond ? Une métaphysique plura-liste? Si les Dieux de Ménard sont vivants et actifs, si sonOlympe est si varié, c'est qu'il sait que la nature « anarchiqueet multiforme » se rit de nos systèmes. « lits de Procuste de la

vérité », que la nature ne se laisse pas circonscrire, et partouta son centre. S'il imagine les Dieux multiples c'est que la diver-sité des effets le conduit logiquement à la pluralité des causes.« Pluralité des causes, indépendance des forces, harmonie deslois, » tels sont d'après lui les trois principes de la théologiegrecque. Les Grecs, nous dit-il, au lieu de s'arrêter à l'unité dela substance éternelle, distinguent les qualités premières, créa-trices des formes. Car les choses n'existent que par les diffé-

rences qui permettent de les reconnaître et de les nommer. Lemonde se définit comme un ensemble de relations entre les

forces. « Cette double série d'actions et de réactions nous fait

concevoir le monde dont nous faisons partie, comme un ensemblede forces agissant les unes sur les autres. C'est l'idée qui naît

spontanément de la première impression de la nature sur l'es-

prit humain, le dogme fondamental de la révélation primitive. »

« Ces forces inconnues, ajoute-t-il, sont en même temps des lois...

... Les Dieux sont les poseurs de lois » (3).

Ces lois, ce sont des lois vivantes, et qui vivent de 'leurs

contrastes mutuels- « Zeus, gardien de l'équilibre du monde,contemple avec joie la lutte des Dieux parce que c'est de l'oppo-

(1) Polyth. p. 205, 344, 385, 386. Morale p. 22, 47, 160. Poèmes p. XVIII.(2) Morale p. 6, 22. Poèmes p. XVII et XXVII. Tombeau de Ménard, p. 27,

58.

(3) Polyth. p. XVI11, 8, 10, 30, 374. Morale p. 27, 29. Poèmes p. XVII.

Page 61: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 61/329

LES INFLUENCES FRANÇAISES 59

sition des contraires que naît la lutte universelle ». et finale

ment l'harmonie. Ainsi le monde entier devient une grandeTroade, où les principes sont en lutte (1). Si Ménard avait plus

insisté sur cette naissance incessante, sur l'idée de la « géné-ration perpétuelle des .choses (2) » dans la religion grecque, il

aurait animé et vivifié son polythéisme, qui, parfois, comme unpoème de Leconte de Lisle, donne l'impression d'une immuabletranquillité. Son « peuple de Dieux » est trop un peuple de sta-

tues. Et le pluralisme tel que nous l'étudierons, s'allie souventà un sentiment plus réel du flux, du développement toujoursincomplet des choses. L'amour même de Ménard pour ce qui est

complet, ce qui est fini, devait l'éloigner de ce pluralisme-là.C'est cependant un pluralisme véritable que derrière le poly-

théisme nous apercevons maintenant. Ménard s'est demandélui-même si le polythéisme ne pourrait pas prendre des formesnouvelles. « La physique, déclare-t-il à la fin du Poli/théismehellénique, substituerait l'indépendance des forces à l'inertie dela matière; elle remplacerait ses systèmes mécanistes par desconceptions biologiques (3). » Les dieux réincarnés en des for-

mes plus modernes, viendront peut-être de nouveau vers les

hommes leur apporter la hardiesse et l'activité.

Le polythéisme en effet mène à des conceptions morales défi-

nies ; il nous fait goûter « l'énergie de l'action, » la « résistanceau monde extérieur ». L'homme a une tâche à remplir; et nepas rester immobile est le premier de ses devoirs. La moralegrecque est la « morale active de la lutte et du travail. » Ellefait voir en effet partout, dans le monde, « des volontés libres

et conscientes d'elles-mêmes, » capables de choisir entre les

possibles, et pour lesquelles l'option entre le bien et le mal estune réalité profonde. Ce n'est pas une mêlée dans les ténèbresque la vie de l'homme, c'est un combat au grand jour, entre despersonnes. Mais est-ce bien d'un combat qu'il faut parler? Cettelutte est une harmonie. « L'homme joue son rôle dans le dramemultiple de la vie, il donne sa note dans cet immense et magni-fique concert. » La morale greeque, morale de vie et d'action,s'oppose à cette philosophie « austère et indifférente » qui« verse dans les âmes l'universel dégoût des choses de la terre, »

à toutes ces morales passives, à ces cultes de la mort créés parl'âme orientale ou l'esprit philosophique, et qui pullulent aucrépuscule du monde antique. « Le vieux monde, avec cette

(1) Polyth. p. 30, 33.

(2) Morale p. 27.

(3) Polyth. p. 393.

Page 62: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 62/329

60 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

intuition prophétique des mourants, sentait l'approche d'im-menses ténèbres, et dans les angoisses de l'agonie prochaine,

il n'invoquait plus que le Dieu des morts. » Triste catabase del'homme vers la terre d'Egypte, mère des cultes de la tombe.« Et revenant pour mourir dans cette vieille Egypte qui avaitété son berceau, et qui allait être sa nécropole, il se coucha ensilence dans le tombeau du passé, et sa dernière adoration fut

pour Sérapis Dieu de la mort ». Le païen survivant se lamentesur la lumière hellénique éteinte : « La tempête a balayé tout cequi faisait aimer la vie, l'inévitable nuit et le grand hiver vont

envelopper la nature et l'histoire, et le monde vieilli n'a plusqu'à suivre au tombeau son dernier Dieu » (\).

Dans la grande lutte de la vie comment faire pour disposerharmonieusement les forces en présence ? L'ordre doit sortir de« l'autonomie des forces et de l'équilibre des lois », de cette au-tonomie née, selon Ménard, comme selon Renouvier, « d'uneconvention volontaire qui contient à la fois le droit et le devoir,la loi et la liberté, une règle pour les forces individuelles, et

une garantie pour l'ordre public ». Dès lors constituées en so-ciétés libres, les cités peuvent hardiment s'élancer au milieu dela lutte. « Les sociétés humaines entrent comme des corpsfrancs, comme des bandes de volontaires libres, dont la disci-

pline intérieure est réglée par un mutuel accord », l'hommeapporte son concours à « l'œuvre sociale de l'harmonie deschoses » (2).

Les Dieux aussi s'avancent dans l'arène comme aux jours de

Troie. M. Bargy a pu rapprocher'de la conception grecque laconception américaine qui fait de Dieu, presque le serviteur del'homme. Ménard ne va pas si loin, et salue les Dieux des titres

de « protecteurs bienveillants », d' » amis », de « frères aines ».

Jamais ils ne donnent d'ordre ; toujours ils donnent des conseils.

Et si l'homme consulte des oracles, c'est seulement pour « cori-

former son action à l'action collective ». Les Dieux laissenttoute liberté à l'homme, ils lui indiquent seulement «la direction

de la route à suivre ». Ainsi tout se groupe et se ligue pour legrand combat. « L'action collective », « l'œuvre sociale de l'har-

monie des choses», toutes ces expressions font apparaître chezMénard, le complément ordinaire de l'individualisme métaphy-sique : une métaphysique collectiviste (3) au sens où nous avonspris ce mot.

(1) Polyth. p. XXVI, 125, 213, 262, 263, 303, 306, 307, 330, 371. Morale,p. 12, 61, 71, 105.

(2) Polyth. p. 262. 394. Morale p. 104, 120.

(3) Morale p. 36, 84. Polyth. p. 251-281.

Page 63: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 63/329

LES INFLUENCES FRANÇAISES 61

Le polythéisme est essentiellement tolérant. Son dogme estsouple et divers ; tandis que le monothéisme est « intolérantsous peine d'abdication », « l'essence du polythéisme est la

diversité qui implique la tolérance religieuse ». Des symbolespeuvent être différents, et tous également vrais. Ainsi est réali-

sée, non pas une sèche unité, mais une union, une harmonie.L'enseignement thêologique des poètes, dit Ménard qui prendplaisir à toute cette diversité, n'avait pas plus d'unité que la na-tion elle-même. De la « grande hospitalité de l'Olympe », aucunDieu n'est exclu, comme aucun être n'est exclu de la « granderépublique du monde ». Il n'est pas nécessaire de concevoir uneseule montagne sacrée : le Sinaï. l'Himalaya sont aussi les

* demeures des Dieux. « Pourquoi la foi n'aurait-elle pas plusieurstypes divers régnant sans ombrage dans des lieux différents ? »

Les révélations ne doivent-elles pas être « multiples comme la

nature et comme l'esprit humain % » (1)

De cette façon peut-être pourrions-nous retrouver le cheminqui conduit à la beauté. Ménard semble se souvenir des plaintesde Musset, « le monde écrit-il, n'est plus le siège d'une vie

divine », il regrette le temps où « les astres d'or, le grand cielbleu, la mer profonde et toutes les splendeurs qui remplissentl'immense univers, étaient la forme visible des lois éternelles,les corps vivants des Dieux ». Le monothéisme sémitique pros-crit et nie l'art ; les Turcs établissent sur le monde une domi-nation iconoclaste. C'est que la plastique «suppose la pluralité

des types divins », des formes divines (2).

Ainsi se termine par un acte de foi en une morale de vie,

d'action, de tolérance, en un art de lumière, le polythéisme quela lumière a fait naître.

On a eu tort en voulant voir derrière ce polythéisme, un sim-ple dualisme entre la matière et l'esprit, ou même, en s'autori-

sant du Commentaire d'un Républicain sur l'oraison dominicale,une adoration du Dieu unique (3). On pourrait dire avec plus dejustesse que Ménard n'a pas complètement échappé à ce pan-théisme, dont les formes diverses furent chères à Leconte deLisle. Ne parle-t-il pas de • l'activité intime et divine de la na-ture » d'une façon qui pourrait être plus encore panthéiste quepolythéiste (4) ? Enfin on pourrait remarquer que s'il eut beau-coup plus que Leconte de Lisle le sens de ce qu'il y avait de

(1) Polyth. p. 54. 214, 229, 230, 249, 312. Poèmes, p. XVIII. XX.(2) Polyth. 214, 222, 349. Murale p.- 109.

(3) Tombeau, p. 94.

(4) Morale, p. 13.

Page 64: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 64/329

62 LE PLURALISME ANGLO-SAXON9

mouvant et de vivant dans la théologie des Grecs, cependant il

nous dit que la supériorité des Dieux sur les hommes, c'est

qu'ils sont ; l'homme au contraire devient. « Les principes élé-

mentaires des choses, —c'est sa traduction du mot : Dieux —sont inaltérables et incorruptibles ; ils se prêtent sans se donneret entretiennent toute vie sans vivre eux-mêmes ». Il imagine« une sphère des idées pures », une « sphère immobile ». Il aimela lumière de l'été parce qu'elle est immobile (1). Il lui manquepour être un pluraliste le sentiment du temps.

Ménard eut des disciples ; des républicains dans le journalCandide, se faisaient les défenseurs du polythéisme (2). Maissurtout s'il fut influencé par Renouvier, —sa conception de la

liberté, de la convention à la base de la morale, son respect ab-solu pour le principe de contradiction (3) dérivent du néo-criti~

cisme, —à son tour, il exerça sur Renouvier une profonde in-

fluence.

Renouvier écrivaitau

débutde

ses Essais de Logique : «

J'avouenettement que je continue Kant » (4). Mais il se dit en mêmetemps disciple de Berkeley et de Hume. C'est à eux surtoutqu'il emprunte la critique des notions de substance et de cause,par laquelle on doit selon lui procéder à la destruction de toutpréjugé nécessitaire, au « déliement universel » des phéno-mènes indispensable à la constitution d'une vraie philosophie.« Le néo-criticisme gardait de Hume le phénoménisme» déclare-t-il, c'est

surle

fond d'un phénoménisme idéaliste que se déta-cheront les êtres, les êtres c'est-à-dire des phénomènes qui sontpensées, et des pensées qui sont phénomènes. « Je pose desreprésentations, rien que des représentations, je ne les pose pasdans le moi, car ce serait déjà poser autre chose ». Nous retrou-vons chez James cette théorie, incluse dans son empirisme radi-cal, et James n'a-t-il pas dit : « Je dois toutes mes doctrines surce sujet à Renouvier ; Renouvier comme je l'entends est, ou du

moins était, un franc phénoménaliste, un négateur de forces ausens le plus fort » ? (5)

Renouvier accepte du positivisme « une formule fondamen-tale », la réduction de la connaissance aux lois des phénomènes,

(1) Polyth. p. 332, 371, 378, 394.

(2) Philippe Berthelot, Ménard, p. 28 ; Tchernoff. Opinion 18 Juillet 1908.(3) Morale, p. 64, 120.

\fk) Logique, I p. XV.(5) Problèmes, 439, 443, 460. Classification, ï, 84. James Psychological

Beview 190. ) p. 15 note.

Page 65: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 65/329

LES INFLUENCES FRANÇAISES 63

et du Kantisme l'idée des catégories, des formes ; sans les for-

mes, sans les lois, sans les relations, les phénomènes n'existentpas ; il n'y a, dit-il en termes qui ressemblent de fort près à ceuxde Lotze, « il n'y a partout que des influences réciproques, et

nulle part de substances séparées ; ces lois, ces formes, ces rela-

tions, seules compréhensibles dans le monde, sont irréductibles

aux phénomènes, elles sont seulement engagées en eux ». LaRelation est « la forme commune où les catégories ont leur

unité abstraite ». On trouve là une des idées essentielles de cequi sera l'empirisme radical. « Les phénomènes paraissent dansla représentation en rapport les uns avec les autres ; diverse-

ment groupés, définis, sans qu'il soit possible, de faire abstrac-tion de leurs relations pour les définir. Les êtres ne se présen-tent plus que comme des groupes et des fonctions de phéno-mènes. On ne reconnaît plus pour objet de la connaissance queles phénomènes et les lois qui les lient, lesquelles ne sont elles-

mêmes que des sortes de phénomènes généraux ». Et cette

phrase est peut-être plus significative encore : « Cet idéalismen'était pas celui qui délie et dissout les idées, et ne veut con-naître les éléments de composition qu'à l'état de phénomènesdont il se déclare incapable de faire la synthèse. Il n'était pasdavantage celui qui prend pour idées fondamentales les termesgénéraux abstraits. C'était un idéalisme qui ne sépare point les

phénomènes des lois par lesquelles s'opère la synthèse » (1).

Sans qu'il s'en soit nettement aperçu, c'est à l'aide d'idées indi-

rectement venues de Kant, que James approfondira l'empi-risme.

« Ecrivain aux idées éminemment claires », c'est ainsi quele qualifie James, Renouvier est épris de clarté dans les idéescomme Ménard était épris de la lumière sur les choses. Il estencore d'après James, celui des auteurs vivants qui a insisté le

plus sur ce principe : « que l'unité dans l'explication des chosesne doit pas submerger la clarté ». Une certaine réserve mentalel'empêche de céder au désir qui pousse la pensée du métaphysi-cien

versl'unité (2).

Aussi Renouvier voit-il avant tout les différences entre les

phénomènes. « L'homme ordinaire, dit-il, et le philosophe, lui

aussi, quand il ne consulte que ses impressions, est vivementfrappé par les différences de toutes sortes qui éclatent dans la

nature ». Il admet « des faits irréductibles de différences ».

(1) Logique I p, IX, XVI, Psvclwl. 111 p. ;354. Lettre à Sccrétau 21/2/69.Classific. I 84 II 384. Problèmes p. 440, 455.

(2) James, Sentiment de rationalité. Critique Philosophique 1879 (2) p. 80.

Page 66: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 66/329

64 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

L'histoire du monde, c'est un ensemble de petites lignes briséesorientées dans toutes les directions. La théorie néo-criticistedes catégories n'est d'un certain point de vue, qu'une constata-tion de la pluralité et de la discontinuité. Et la doctrine de ladiscontinuité du temps découpe, morcelle encore plus sonmonde multiple (1).

Renouvier s'est le plus souvent attaché à rester concret.Maître sur ce point encore de James, il parle de « cette régionimaginaire des abstractions où le degré d'approche de la réalité

se mesure à celui de la disparition des caractères de réalité dansles conceptions » (2).

C'est cette imagination concrète qui l'a entraîné à créer deshypothèses sur les débuts de l'évolution cosmique, sur l'état

idéal. James qui sait aimer chez les autres cette union de l'ob-

servation stricte et d'une imagination concrète a goûté l'essai

ajouté par Renouvier à la fin des Principes de la Nature. Lenéo-criticisme en effet était favorable à ces hardies inventionsdont Renouvier avait trouvé l'exemple chez Fourier, et Renou-vier a toujours apprécié les savants à l'esprit téméraire, quandcet esprit n'est pas à la recherche d'une vague unité, mais d'unepluralité de faits concrets. Les Prémontval, les Robinet, plusprès de nous les Fourier, sont pour Renouvier ce que Fechnersera pour James.

James aime à insister sur le rapport entre les doctrines phi-losophiques et le tempérament des philosophes. On trouve unetendance semblable chez Renouvier. Les dilemmes philosophi-ques, ceux-là même, ceux-là surtout qui portent sur la métaphy-sique pure, sont d'autant plus tragiques, qu'ils nous contrai-gnent à choisir entre deux sortes d'âmes. « Le gouvernementdu monde par l'unité divine, dit-il est le choix des âmes portéesà l'inaction et désireuses de voir tout se faire sans elles, pen-dant qu'elles co ntemplent et qu'elles adorent. Il faut y joindrele chœur nombreux des désabusés, des désenchantés », et ceuxqui se déchargent sur d'autres de leurs responsabilités. Ce n'estpas sans raison que James parle de la virilité (manliness) de Re-nouvier. Renouvier éprouve pour les théories hégéliennes, pourles doctrines de l'unité de l'être, la répulsion du rationaliste,hostile à tout, mysticisme, et aussi et surtout celle de l'hommed'action, du « pragmatiste », qui tient compte des nécessités vi-

tales et veut pouvoir agir (3).

(1) Clàssific, 1 201 II 193. James, Critique Philos. 1879 (2) p. 80 cf. Chide,Idée tir rythme p. 50, 52, 125.

(2)Chis&iRc. II 2iiT.

(3) Paychol. III 266. Ibid. III 254. Lettre à Secrétan, 13/4/69. Classiûc, 11,

131, 207, 370 cf. Philosophical Review 1893 p. 213. Will to belif\r p. 74.

Page 67: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 67/329

LES INFLUENCES FRANÇAISES 65

Lequier lui faisait sentir l'importance du«problèine de laliberté. « Prodige effroyable, l'homme délibère, Dieu attend ».

Notre univers-fait tache dans l'absolu, et cette tache, disait Le-quier porte son

ombre jusquesur

Dieu;elle détruit

l'absolu (1).L'âme religieuse de Lequier s'arrêtait devant le mystère. Re-nouvier ne pouvait le faire. Il semble avoir vu dans les théoriesde Ménard une solution.

Dans les conversations et dans les œuvres du mythologuedont il fut pendant quarante ans l'ami (2) il trouva des motifssans cesse nouveaux pour adopter une morale et une métaphy-sique de l'individualisme. M. Philippe Berthelot affirme que

Renouvier«

avait été si frappé»

des idées de Ménard,«

qu'ilfut pendant un temps polythéiste » (3). On a douté de cetteinfluence. Laissons de côté le polythéisme de Renouvier, dansce qu'il a de général ; ses idées philosophiques et politiquesauraient pu conduire Renouvier vers cette doctrine sans l'aide»

de Ménard. Mais quand Renouvier déclare : « les êtres sont deslois » ; quand il poursuit : « on ne connaît Dieu que par l'exis-

tence de cette loi unique entre toutes, qui harmonise les fins

successives des êtres » ; quand il assemble, en des phrases quipourraient être de Ménard, « les lois générales de la conscienceet celles de la cité », et qu'il voit dans les Grecs « les hommesde l'antiquité qui eurent la claire conscience de l'idée de loi» (4),

ces idées semblent se présenter sous la forme même que Ménardleur donnait. Gomme Ménard, Renouvier s'applique à faire cor-respondre les formes théologiques et les formes sociales, il

combat l'absolu « roi du monde », il flétrit également « l'ascé-

tisme monacal, le dualisme gnostique ». Renouvier représentele monde divin des Grecs comme « un conflit de puissancesrivales qui ont leur siège en des personnes, et ne sauraient êtreamenées à l'harmonie que grâce à un accord entre les volontéslibres, ou par la victoire des êtres ordonnés et rationnels ». Il

dira plus tard qu'il adopta un moment « l'idée hellénique de l'uni-

vers, l'idée de la lutte et de la balance des forces ». Au-dessousdu monde divin en effet, les forces luttent et s'équilibrent encore

pour lui dans le monde humain, libre aussi (5). Et Renouvierveut que l'on juge les théologies par les principes politiques quien découlent. Il fait remonter à l'hellénisme « comme l'a fait L.Ménard », déclore-t-il, « l'origine des notions morales pures ».

(1) Recherche, p. 91, 96.

(2) Tombeau de Ménard (1902) p. 16.

(3) Berthelot, Ménard p. 26 et note.(4) Logique III 231, 254. Psychol. III 100, 267.

(5) Logique III 253. Formulaire de psychologie p. LXXV1II. Classific. I 357.Philos. Ahal, IV 457.

Page 68: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 68/329

66 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

Enfin sur des points plus particuliers, comme l'importance don-née aux saints du christianisme, intercesseurs divins, commel'idée que les religions passent naturellement du monothéismeà une sorte de polythéisme, et par certains mots même, commele mot : « vivant » (les dieux vivants), la pensée et parfois le style

de Renouvier se rapprochent de ceux de Ménard (1). Bien plus,on pourrait déterminer à quelle époque l'influence de Ménardagit le plus fortement sur Renouvier : c'est l'époque de l'Essai

de Psychologie

.

Ces influences diverses, plus encore la méditation sur cer-tains problèmes philosophiques (problème de l'infini, problèmede la liberté), amenèrent Renouvier à abandonner résolumentl'hégélianisme dont il était parti. « Ma pensée a été complète-ment bouleversée... écrit-il à Secrétan. J'ai cherché ardemmenttoute ma vie ». Après beaucoup d'efforts, il est parvenu à sedébarrasser des trois idoles monstrueuses de la métaphysique,« l'infini actuel, la substance des phénomènes, et la solidaritéabsolue des choses successives » (2).

Une fois cette triple illusion de l'infinité, de la substance et

de la nécessité disparue, le panthéisme, adoration de la sub-stance infinie et nécessaire n'est plus possible. L'absolu philo-sophique est une idée vague, qui recouvre d'un semblant delogique, les aspirations mystiques de l'infinitisme, les désirsd'hommes avides d'éclat et de poésie, les rêves cosmogoniquesde l'Orient, et qui nous mène au milieu des flots des contradic-tions, vers « l'inaccessibilité du sujet universel, » où l'on ren-contre l'être pur et l'essence pure, c

(est-à-dire « le vide parfait

de l'être et de l'essence (3). »

Aucun panthéisme ne résiste à l'idée du temps, et à l'idée dela liberté, fille du temps ; le monisme a pour « invariable com-pagnon », le déterminisme (4). C'est la liberté qui crée l'idée, et

les doctrines de l'idée seront toujours opposées aux doctrinesde la chose, qu'elles aient nom : panthéisme ou matérialisme (5).

C'est la liberté qui crée la personne, seul élément de l'universqui soit véritablement résistant. La négation de toute « indivi-dualité essentielle » conduit le monisme tout droit à la pireforme de ce phénoménisme qui tient tout phénomène pour

(1) Psychologie III 223, 257, 261. Formulaire de psycholoyic p. LXXVII1.Classific. I 323. 357. Lettre à Secrétan, 26/8/69. Philos Analytique I 298.

(2) Lettre à Secrétan, 10/1/69. Psychol. III 304. Classilic. IÏ 180, 390. ProbLp. 454.

(3) Logique I p. XIV. Psychol. III 128, 187, 256. Classilic. U p. 392, I 370.Problèmes, 437. 456.

(4) Critique philos. 1884 p. 129. ClassiSc. II 202, 229, 241.

(5) Classilic. II 241.

Page 69: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 69/329

LES INFLUENCES FRANÇAISES 67

illusoire. Toutes les réalités vont « s'engouffrer dans l'ab-

solu (1). »

Aussi cette philosophie de l'absolu doit-elle plaire, Renouvierle pense avec Ménard, aux absolutistes politiques, et c'est unchoix entre deux formes politiques que Renouvier nous offre,

quand il nous demande de choisir entre le monisme et la théoriede la liberté. Voulons-nous soumettre « tous les êtres du mondeà une autorité royale ? », reconnaître une « autocratie céleste »,

aune construction théocraiique ?(2) »

Après avoir lutté contre « l'absolu philosophique », Renouvierlutte contre « l'absolu religieux. » Il parle des races monothéis-

tes, « dont les bannières portent les devises de proscription :

Je suis celui qui suis ; il n'y a de Dieu que Dieu. » Gomme le

monisme, le monothéisme aboutit à « une absorption de l'être,»

comme lui, il repose sur des contradictions (3).

Non seulementl'idée de substance, catégorie élevée à l'absolu,

et le panthéisme s'écroulent, mais l'idée même d'unité est battueen brèche. Cette idée est stérile, elle ne rend compte d'aucunedes choses existantes, « ni du nombre, ni des fonctions, ni des

. rapports des forces en présence. » Toute synthèse totale estimpossible, et quant à la cause, et quant à la conscience, carune conscience unique anéantirait toute distinction entre le soi

et le non-soi, et de plus le sujet d'une synthèse unique deschoses ne correspond à aucune conception possible, et aussiquant à la fin, tous les individus étant fatalement « absorbés, »

dès que l'on admet une lin absolue (4).

« Ma conscience préfère cet individu misérable, dit Renouvier,à toute la fantasmagorie des monismes. » Rendons à l'individuses droits, « distribuons, » répartissons entre tous les êtres les

notions considérées comme l'apanage de certains d'entre eux.Chacun aura sa part de causalité, chacun sa part de finalité (5).

Les individualités, même si l'on admet qu'elles soient crééespar un être unique, sont « séparées ». Elles existent, une fois

créées, en tant qu'unités. Seuls les individus sont pour eux-mêmes.

L'individu est dans le temps, et Dieu aussi, l'individu su-prême ; partout « l'ordre des lois devient et se développe. » Il ya un Devenir du Tout-Être (6). Renoiivier pense en effet que

(1) Critique philos. 1884, p. 130-136.

(2) Logique III 242, 181 sqq. 211, 252, 193. Formulaire de logique 287.

Psychol. III 192,255, 256, 258, 259, 264, 267.

(3) Psychol. III 253, 255, 263, 354.

(4) Cf. la noie 5 de la page précédente.(5) Psychol. III 128. Formulaire de Logique, 290.

(6; Psychol. II 147.

Page 70: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 70/329

68 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

croyance à l'individu et croyance au temps sont étroitementunies (1). Gomme James le note, il s'est refusé à aller chercherune réalité plus profonde derrière le temps. Et par l'affirmation

de la réalité profonde du temps, des phénomènes indéterminésdeviennent possibles (2). Bien plus, le temps est essentiellementdiscontinu. Comme James à la fin de sa vie, Renouvier, dans le

Troisième Essai particulièrement, se représente des pulsations detemps, des poussées discontinues dans la durée (3).

A l'aide d'analyses psychologiques, à l'aide aussi des argu-ments logiques formulés d'abord par Lequier, le néo-criticismeétablit la liberté ; en réalité elle est impliquée dans l'idée d'indi-

vidu et dans l'idée de temps. Les commencements absolus peu-vent se produire. Le commencement absolu, dit Renouvier, estla marque propre de la différence (4) ; non seulement les êtressont divers, mais des êtres divers peuvent être sans cesse nou-veaux. De là un autre caractère commun à la philosophie deJames et celle de Renouvier. « Parler de liberté dans la Critiquephilosophique, dit James, c'est porter de l'or en Californie. » Il

cite Renouvier comme son vrai prédécesseur., comme sonmaître en indéterminisme. Renouvier lui a montré l'importancecosmique du principe d'activité (5).

Il n'y a pas un accord purement théorique entre James et

Renouvier. Le ton presque protestant de Renouvier, le ton pu-ritain, presque, deJames, ont des résonnances communes.

La liberté est un effort, et non pas seulement un effort indi-

viduel ; pour Renouvier. comme pour James, dans l'individuqui s'efforce, le monde s'efforce. Les commencements absolussont des « points d'attache » cosmiques ; James dira : des tour-nants du monde (6). Et comme James, en même temps qu'il ale sentiment très fort de la liberté créatrice, il sent la pression

'immense des faits extérieurs, tout autour de nous ; le mondeest un étau qui par moment seulement se desserre pour laisser

passer l'acte libre. « Rien n'est plus borné et entouré de toutesparts, que ce pouvoir, absolu en un point, et dont l'exercice estune question de vie ou de mort pour la personne. » Il parleencore de « cette sphère immense de déterminisme qui de touscôtés enveloppe et contient les désirs, les décisions, » et « mar-que, « au-dessus des fins qu'on veut poursuivre « d'autres

(1) Psychol. III 129, 262. Classitic. II 203.

(2) Psvchol. III 262, 354. Classitic. II 202, 204, 349. James PhilosophicalRev. 1893, 629.

(3) V. Lovejoy, Philosophical Review 1912 p. 43.

(4) Classitic. Il 194. Probl. 461.(5) Critique philos. 1877 (2) p. 412. Psychol, Review 1905 p. 15 et note.(6) Classitic. II 192.

Page 71: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 71/329

h

LES INFLUENCES FRANÇAISES 69

grandes fins inévitables (1). » Cette conception de la liberté, si

faible au milieu des forces de l'univers et dont pourtant on doitfaire usage, sous peine de mort, cette métaphysique austère

aboutit à une vision tragique de la vie, semblable à celle deJames.

L'angoisse qui étreint le philosophe est d'autant plus grandeque de cette liberté dépend le triomphe définitif du bien : enface de Dieu, est Satan ; Renouvier est d'accord avec le mani-chéisme de Hugo, plus encore avec celui de Proudhon, et l'op-

timisme de Leibniz est « répugnant. » Le mal existe, « mal pourl'agent, mal pour autrui, mal accidentel d'abord, ensuite enra-

ciné par sa reproduction et par la solidarité naturelle du sanget des rapports sociaux. » Il croit au mal radical avec Kant, à la

culpabilité de notre espèce avec Proudhon ; la chute est, d'aprèslui, une hypothèse nécessaire du criticisme, le quatrième pos-tulat de la raison pratique. Le monde est « réellement moral »

comme dit James, interprétant Renouvier, « c'est un mondedans lequel il y a quelque chose qui est réellement mau-

ais (2). »

Renouvier n'est donc pas un optimiste,- il aurait pu se servirdu mot dont se servira James ; il est en réalité mélioriste. Lenéo-criticisme est hostile à toutes les métaphysiques du pro-grès nécessaire (3). Il poursuit, il pourchasse jusqu'en cette

dernière conséquence, la philosophie hégélienne, le culte du fait

et le culte de la force qui ne sont qu'un seul grand culte abais-

sant. D'autre part il est hostile à tout pessimisme absolu.

Renouvier se libère, comme le dit James, du pessimisme par le

pluralisme, « par sa croyance que c'est en dernier ressort l'af-

faire des parties individuelles du monde, et que dans le salut dela personne réside la seule solution du problème (4). »

Nous n'avons pas encore abordé la question de l'existence et

de la conception de Dieu dans le néo-criticisme. Y a-t-il un Dieuou plusieurs dieux ? On pourrait dire que Lequier et Ménardpersonnifient ici deux aspects de la pensée de Renouvier, l'un

avec son amour de la diversité et du polythéisme, l'autre « auxyeux de qui l'existence des êtres libres dans l'univers risquait,

dit Renouvier, de constituer une espèce de satanisme ou règnediabolique, si la liberté n'était pas le don du Créateur (5). »_

(1) Classific. I 230 II 197. Probl. 465.

(2) Psychol. III 177. Problèmes 463, 464. James\Philosophical Review 1893

214, 629.

(3) Problèmes 438.(4) Philosopbical Review 1893, 629.

(5 Classific. II 398.

Page 72: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 72/329

70 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

Dans le Premier Essai, Renouvier pose déjà la question. Il

semble et veut sembler hésiter ; cette attitude sceptique, aumeilleur sens du terme, étant la caractéristique du criticismedevant certaines questions transcendantes ; il n'affirme pas, il

ne nie pas, il ne se résigne pas à douter, il cherche, il regardeles principes et les conséquences des doctrines. Renouvier re-

marque que la pluralité n'entraîne pas contradiction, puisqu'enfait « la synthèse actuelle comporte une pluralité de cons-ciences, » que de plus, cette hypothèse de la pluralité a l'avan-tage d'être claire, enfin, qu'elle est conforme aux lois de la

logique et aux données de l'expérience, suffisante pour justifier

les conditions de notre expérience (1). On voit qu'il s'acheminevers une doctrine métaphysique de la pluralité.

Y a-t-il une pluralité de consciences divines? Renouvier con-çoit volontiers ici « l'hypothèse d'une pluralité primitive deconsciences distinctes dans le monde. » Cette hypothèse est la

seule rationnelle et semble impliquée dans l'existence de cons-ciences actuelles diverses. Déjà sous l'influence de Ménard, il

montre le lien entre le républicanisme et le polythéisme, et secrée une conception sociale de l'univers où l'on retrouve,comme dans celle de Ménard, l'influence des théories socialistes

d'un Fourier(2).Mais l'argument le mène plus loin que Fourier resté unitaire,

plus loin que Ménard resté polythéiste, vers une sorte de poly-théisme athée, comme il le nomme lui-même, où l'on sent l'in-

fluence des idées proudhoniennes- N'est-ce pas de Proudhonqu'il tient cette méthode « athéiste » qu'il veut appliquer ? Prou-dhon n'avait-il pas montré avant lui, cette lutte entre la souve-raineté divine, et « la morale qui de siècle en siècle et de criseen crise va se dégageant ? » C'est la voix révolutionnaire deProudhon que l'on entend quand Renouvier nous dit: « On voitdes hommes se donner des rois au temps de leur ignorance et

de leur barbarie initiales, apprendre ensuite à se guider plussûrement par leur conscience, par leurs idées nécessaires, parles phénomènes qui les environnent. » Et encore, et surtout« Cet acte de la pensée par lequel un homme libre renverse toutà la fois l'idole matérialiste ou panthée, et détrône l'Absolu, roidu ciel, dernier appui des rois de la terre, l'athéisme serait la

vraie méthode, la seule posée en raison, la seule positive. » EtRenouvier continuant à s'inspirer de Proudhon déclare que « le

véritable athéisme n'exclut point le véritable théisme. »

(1) Logique III 25, 181,182, 183, 188. 240, 241, 243. Problèmes 453.(2) Formulaire de Logique p. 289.

Page 73: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 73/329

LES INFLUENCES FRANÇAISES 71

Il ne reste plus à ce moment pour Renouvier qu* « une sociéténaturelle, indéfinie d'êtres », que des phénomènes délivrés, unemultitude de dieux, un Olympe terrestre (1).

Il est à ce point l'ennemi des affirmations absolues en cesquestions transcendantes qu'il va jusqu'à reconnaître, dans le

fait qu'elle laisse les portes ouvertes à d'autres solutions, le

grand avantage de l'idée de pluralité. Mais toujours il est tour-menté par la pensée que sa doctrine de la pluralité ne résoutpas les problèmes, qu'elle n'explique ni l'unité ni l'harmonie dumonde (2).

Dans YEssai de Psychologie, l'influence de Proudhon est beau-

coup moins sensible qu'auparavant, l'influence de Ménarddomine. Mais l'essence de la pensée reste identique ; la doctrinede la pluralité est la conséquence des idées républicaines. Il

croit en des Dieux analogues « aux êtres personnels que nousconnaissons », en « des séries distinctes de Dieux », en « dessociétés indépendantes». C'est une «république d'êtres» quele monde ; et Renouvier lui applique la constitution qu'il a rêvéd'appliquer à la France : le gouvernement direct. Il parle du-« gouvernement des êtres par eux-mêmes ».

Qui sont ces personnes divines ? Sont-ce des hommes quiont gravi, selon l'expression de Ménard, l'échelle des apo-théoses ? Il le semble bien. La doctrine de la pluralité est, pourRenouvier, « la conséquence logique de l'immortalité des per-sonnes ». Il parle avec Ménard de « l'apothéose des âmes ». Il

écrit, dans un style oU l'on retrouve le souvenir de celui deMénard : « Le progrès de la vie et de la vertu peuple l'univers

de personnes divines, et nous serons fidèles à un sentiment dereligion ancien et spontané, quand nous appellerons des Dieuxcelles d'entre elles dont nous croirons pouvoir honorer la natureet bénir les œuvres ». Il conçoit avec Ménard « des lois dumonde qui permettent aux êtres de s'élever à la justice par la

liberté, à la sainteté par la justice, à la divinité par la sainteté ».

Mais il comprend aussi, dit-il, qu'on ne veuille peupler le ciel

que de dieux par droit de naissance. Il garde devant le pro-

blème la réserve du néo-criticiste. Il se réserve aussi sur la

question de l'existence d'une hiérarchie dans ces sociétés deDieux. Il hésite entre l'Olympe sans hiérarchie de Ménard et

« la sainte autorité d'une personne unique ». La question doit

être résolue, pense-t-il, par un acte de liberté. La réponse« dépend de nous » (3).

(1) Logique III 252-256.

(2) Logique III 240, 256.(3) Psvchol. Formulaire p. LXXVTII. Psvchol. III p. 254, 256, 259-262,

264, 265 , 267.

Page 74: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 74/329

72 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

De toutes façons, le polythéisme est une école de tolérance ;

il nous apprend à laisser se développer librement la raison et

l'imagination, maissurtout

c'est unedoctrine d'action.

LaNature humaine « délivrée de toute souveraineté absolue », la

personnalité exaltée, ce sont là des conséquences du poly-

théisme et au loin, comme idéal, la république universelle de« tous les habitants du monde » (1).

Mais Renouvier ne fut jamais un polythéiste aussi convaincuque Ménard. Il resta, sur les questions de philosophie première,un agnosticiste, du moins pendant la période de sa philosophie

que nous étudions. D'abord,il dira

que« la doctrine de la plu-

ralité est volontiers agnostique », en tant qu'elle ne nous dit

presque rien du nombre et des relations des êtres. Mais elle-

même est-elle bien certaine ? Renouvier voit dans la doctrine dela pluralité et dans la doctrine de l'unité deux directions del'esprit, possibles, légitimes. Il retourne à l'agnosticisme dontil était parti (2).

Il était convaincu, en somme, et James le sera comme lui, que

la façon de résoudre cette question dépenddes

tempéramentset des croyances religieuses. « Les motifs de se déterminerdans cet ordre de questions n'ont plus la même généralité ». Il

n'a voulu établir que la « probabilité morale d'une foi philoso-phique ». Et cette probabilité dépend plutôt encore de l'histoire

et de la critique de la religion que de la philosophie (3).

Quand il retrace dans la Classification les phases de sa pen-sée, il semble se rappeler à peine que, dans certains passages

de ses œuvres,il

fut à cette époque nettement polythéiste ; ilse conçoit comme ayant été simplement agnostique. « Je nevoyais pas que le choix entre l'unité et la pluralité primitive dece principe fût forcé par la méthode criticiste ». Il semblecroire que les questions posées à la fin du Premier et du Deu-xième Essai avaient été laissées en suspens. Toujours il asso-ciera l'agnosticisme au polythéisme (4).

Le polythéisme ne devait pas être la dernière philosophie de

Renouvier. Déjà l'on pourrait trouver dans les deux premiersessais les germes d'un nouvel unitarisme. Pour lui, la doctrinede l'unité et la doctrine de la pluralité ne s'excluaient pas, sur-

tout si l'on donnait lcdroit de peupler, par les apothéoses, le

ciel, demeure du Dieu suprême qui resterait le roi de. l'Uni-

vers (5).

(1) Ibid. III p. 253, 264, 265, 266, 267.

(2) Ibid. III p. 262, 263, 355 et LXXVIII du Formulaire de Psychol.(3) Psychol. III 256, 257, 268. Classific. II 205 note.

(4) Psychol. III 181. 182, 183. Classific. II 205 et note, :B0, 351, 398, 399.

(5) Formulaire de Psychologie LXXVIII. Psychol. III 254, 255, 267. 355..

Page 75: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 75/329

LES INFLUENCES FRANÇAISES 73

Les limites que l'agnosticisme traçait à la connaissanceallaient s'élargir. Renouvier allait concevoir, après beaucoupd'hésitations, dit-il, la valeur, du point de vue criticiste

même,de l'idée d'unité. La « considération idéaliste de l'unité des loisde l'esprit», unité identique à celle des lois du monde et impli-quant l'unité d'un esprit suprême au-dessus des deux ordres dephénomènes, la thèse, aussi, du premier commencement néces-saire de l'univers, l'idée morale, enfin, le mènent à une croyanceunitaire (1).

Il voulut d'abord concilier unité et pluralité dans une nou-

velle monadologie, conçue dans un esprit relativiste. La dispa-rition de l'idée de cause substantielle, la définition de la monadeen fonction de ses qualités, des êtres en fonction des phéno-mènes, le mènent à l'idée d'une harmonie préétablie entre desmonades qui restent dans leur essence contingentes (2).

Renouvier n'adopta pas alors ce monadisme. Secrétan dit de lui

qu'il se rattache volens nolens au monothéisme ; en effet, déjà,

dans les Essais, Renouvier, unissant la croyance en un seul

Dieu à la supposition d'un ordre moral, veut fonder une sorte dereligion naturelle (3). C'est surtout dans la Classification queRenouvier cherche dans une « représentation générale », dans« une conscience première unique », la cause des représenta-tions particulières, la justification de l'harmonie du monde et la

garantie de l'idéal. Il déclare ainsi faire un pas décisif vers la

religion et, « cette fois ». vers le Christianisme (4). Dieu est une« personne moralement parfaite et très puissante », distincte du

monde comme un sujet de son objet, fini comme ses créatures,existant à l'intérieur de l'espace et à l'intérieur du temps (5).

D'une façon plus précise, son Dieu sera conçu à la ressem-blance de l'homme. Il a dit, dès son Premier Essai, que l'anthro-

pomorphisme n'a rien d'extravagant et, dans VEssai de Psycho-logie, il se déclare au nom de la pratique partisan d'un « anthro-pomorphisme avoué ». Par cette « digne foi anthropomor-phique », il est d'accord avec les chrétiens, avec les véritables« hommes de religion » (6).

(1) Classific. II 203, 398-399. Problèmes ; 453.

(2) Problèmes p. 443, 461, 463.

(3) Lettre du 29 Août 1869. Logique III 256.

(4) Classific. II 205 note, 352, 348, 351.

(5) Formulaire de Logique 290. Classific. II 203, 349. Lettre à Secrétan

24/1/69.

(6) Logique III 256. Formulaire de psychologie LXXVIII. Psychol. III 157,

355. Lettre à Secrétan 24/1/69. Classific. II 352. Problèmes p. 442.

Page 76: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 76/329

74 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

Renouvier reconnaît maintenant que l'idée de création n'est

pas contraire au criticisme (1).

Mais même quand il admet un Dieu créateur, providence del'univers, il le conçoit comme « libre créateur d'êtres libres »

dont il inspire seulement « certaines » pensées. Au-dessous deDieu d'autres personnes existent et, si ce ne sont pas desDieux, ce sont du moins des hommes (2).

Les écrivains anglais ont raison de voir en Renouvier, avecSchiller, « le penseur qui donna un puissant élan au volonta-risme et au personnalisme d'aujourd'hui», ou, selon les paroles

de Ritchie, lé philosophe qui sut « corriger la doctrine kantienneen la pénétrant du pluralisme et du phénoménisme de Hume ».

Sa doctrine fut un pluralisme radical {thoroughgoing), dit encoreRitchie. La Nouvelle Monadologie apparaissait à Schiller commeun effort, encore trop leibnizien sans doute, vers la véritablemétaphysique pluraliste (3). Mais ce fut surtout « l'ingénieux et

profond philosophe » dont Renouvier parlait toujours avecéloges, dans les écrits duquel il retrouvait parfois ses propres

conceptions (4), ce fut William James qui sut le mieux compren-dre la nécessité de répondre aux dilemmes formulés par le cri-

ticisme, et d'y répondre comme Renouvier. « De même, dit-il

que Bonaparte déclarait que l'Europe de l'avenir aurait à être ourépublicaine, ou cosaque, de même, en allant à la limite de la

simplification, je me sens porté à dire que la philosophie del'avenir devra être ou celle de Renouvier, ou celle de Hegel ».

Et qu'est pour James la philosophie de Renouvier ? C'est avant

tout le phénoménisme, l'affirmation de nouveautés absolues,« l'acceptation d'un irréductible pluralisme, dans les donnéesreliées par des lois définies », c'est la théorie de la discontinuitédu temps, c'est une sorte d'empirisme (5). Entre la théorie hégé-lienne d'un côté, et de l'autre la doctrine, qui s'attache toujoursaux principes d'identité, de contradiction et de tiers-exclu etarrive à l'affirmation de la discontinuité et d'un pluralisme irré-ductible, le dilemme est posé, c'est sur l'une d'elles que le pari

doit se faire (6;. James optera pour Renouvier, et il ne voudraque continuer d'une façon plus radicalement empiriste la tradi-

(1) Formulaire de Logique p. 287-288. ClassjTic. I 22G II 203 et note 2.Problèmes p. 454.

(2) Lettre à Secrétan 24/1/69. Classific. II 348. Problèmes 442.

(3) Schiller Mind 1905 p. 125. Ritchie Philos Bcvicw 1906. 75, 76, 77.

(4) Classific. II 257. Critique Philos. 1879 (2) p. 136.

(5) Problems p. 186 : Better accept as Renouvier says the opaquely givendata of perception than concepts inwardlv absurd.

(6) James A//ndl903 p. 94. Will to beîievc 143. Schiller Mind 1905 p. 125.Cf. Philosophical Beview 1912 p. 17.

Page 77: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 77/329

LES INFLUENCES FRANÇAISES 75

tion du néo-criticisme(l) en même temps que celle des Lotze etdes Sigwart. Nous verrons comment il la renouvellera.

La lecture de Renouvier aura été pour lui une révélationdont une lettre de son père nous apporte l'écho : Henry Jamesavait trouvé ce jour-là, le jeune professeur de physiologie plusjoyeux, plus confiant que d'ordinaire. « Je lui demandai quelleétait à son avis la cause de ce changement » et ce que Jamesmentionna tout d'abord, ce fut la lecture de Renouvier, « parti-culièrement sa défense de la liberté » (2).

Un philosophe américain, M/Lovejoy, peut écrire que Jamesappartient à la fois à la tradition philosophique française et à la

tradition américaine. « Si on le considère en tant que métaphy-sicien il appartient à la succession apostolique du temporalismefrançais » (3).

Un approfondissement et une rénovation de ses idées, unevéritable révélation, telle fut son impression devant l'œuvre deRenouvier comme plus tard devant l'œuvre de M. Bergson.

(1) Philosophical Beview 1893, 213, Problems p. 153, 165, 186.(2) Henry James Notes ofa Son p. 246.

(3) Lovejoy, Philosophical Reviow 1912, p. 17.

Page 78: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 78/329

CHAPITRE IV

LES INFLUENCES ANGLAISES ET AMERICAINES

« Retournons à Berkeley », « retournons à Hume », tour-nons le dos à Kant, disent les pragmatistes. « La vraie directiondu progrès philosophique, écrit James, n'est pas tant selon moide passer par Kant, que de contourner Kant. La philosophiepeut fort bien le tourner (outflank) » et « suivre tout droit, les

anciennes directions de la philosophie anglaise ». Hume ne nous

satisfait pas complètement aujourd'hui, mais si nous le corri-geons, corrigeons-le en restant ses disciples, et non en recou-rant aux « détours » et aux artifices de Kant » (1).

On a nommé le pragmatisme un néo-berkeleyanisme,un néo-humisme (2). De leurs prédécesseurs du xvm e siècle, les prag-matistes conservent d'abord une certaine tendance à un «, réa-

lisme idéaliste», c'est ce que Renouvier entend par «l'idéalisme

de l'école empirique anglaise » (3). Surtout, comme Hume et

Berkeley, le plus grand nombre de pragmatistes anglais et amé-ricains d'aujourd'hui sont des nominalistes (4). —Pour Berkeley,la matière, la cause, les unités et les liens vagues ayant disparu,

il ne restait plus qu'un monde vivant de réalités particulières

où son imagination se sent, comme il dit « in particularibus et

in concretis, hoc est, in ipsis rébus » (5). Hume ne fit que tirer les

conséquences de la doctrine anglaise, quand, se servant d'unesubtile dialectique, à la fois empirique et cartésienne, il propo-

sait devoir en tout phénomène une substance (6). La doctrinede Hume et la doctrine de Schiller, répondent de la même façon

à ce problème : y a-t-il des choses générales, des choses abs-

(1) Adresse de Berkeley (1898) Journal of Philosophy, 8 Dec. 1904 (p. 687).

Cf. Winslow, Defence of Realism. PhiJosophical Reviow 1899, p. 247 à 260.

(2) Ritchie, Philos Review 1893, p. 202. Nichols, Journal of Phi). 1907,

p. 123. Ludwig Stein, Philosophisehc Strœmungen, p. 61.

(3) Problèmes, p. 457. Cf. Lovejoy, Journal of Phil., 1907, p. 555.

(4) Cf. sur le nominalisme anglais Renouvier. Classification I p. 79.

(5) DeMotu n* 4.

(6) Treatise, p. 298. 311.

Page 79: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 79/329

LES INFLUENCES ANGLAISES ET AMÉRICAINES 77

traites ? Ritchie n'a pas eu tort de parler du pluralisme deHume (1).

Stuart Mill est le véritable continuateur des Hume et des Ber-keley. Par la lutte menée contre Hegel (2), contre la philosophieplus ou moins germanisée de Hamilton, il commence cetteguerre contre les doctrines allemandes que Schiller, et surtoutJames continueront. Ce besoin de clarté que James aime enlui (3) et qui lui fait désirer découvrir autant de lois dans la naturequ'il y a de qualités, de sensations distinctes (4), qui le force ànier la présence d'un élément général dans les choses (5), cetessai de logique pluraliste, qui voit seulement des ressemblan-ces et des différences dans le monde, et n'aperçoit pas d'iden-tité, tout cela, pour les pluralistes, fait de Mill un précurseur.

Mais ce sont surtout ses Essais sur la Religion qui préparentet annoncent le pragmatisme de James et de Schiller. D'abordsa méthode reste, même en théologie, toute empirique. « Toutce qui a rapport à Dieu, disait-il déjà dans sa Philosophie deHamilton, est pour moi matière à inférences » (6). Ces infôrencessont en réalité des analogies. Mill fut avec Fechner le grandmaître de James en analogies. Il pèse les probabilités et ne vapas plus loin que les inférences ne le lui permettent (7).

Pour fonder la croyance sur de simples probabilités, pour sefier plus aux raisons d'espérer qu'aux motifs de désespoir, il

faut « tirer tout le parti possible des probabilités » et cela,n'est-ce pas en même temps qu'être assez empirique pour savoirqu'il y a seulement des probabilités, être assez hardi pour vivresur elles ? (8) Ce courage intellectuel, c'est la foi.

Il faudra se donner cette foi surtout quand les probabilitéssont propres à « animer l'homme à l'effort », quand elles font dela vie et de la nature humaines des « objets d'un bien plus hautprix pour le cœur ». Et Stuart Mill ajoute ainsi à son empiris-me, un pragmatisme (9).,

Cette méthode le conduit à une théologie personnaliste ; c'est

(1) Philosophical Review 1906, p. 75. Cf. contre l'identification de l'huma-nisme et du humisme Schiller, Aristoteiian Society 1907.

(2) Logic, chapitre intitulé : On fallacies of simple [inspection, passagesur le « mysticisme » hégélien.

(3) Critique philos. 1879 (2) p. 77.

(4) Logic II p. 4-7.

(5) Logic II p. 355-357.

(6) Philosophy of Hamilton, p. 33.

(7) Rejigion, p. 168. 180, 193, 227, 228, 241.

(8) Relig. 230, 231.(9) Ibid. 37, 234. Voir sur l'influence de Mill Mackenzie, Revue de Met.

1908, p. 594.

Page 80: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 80/329

78 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

dans l'œuvre de Mill que Schiller trouvera des motifs pour sedécider à concevoir un Dieu personnel et fini.

Pour StuartMill,le

malexiste. «

Non, même avecla théorie

la plus forcée et la plus étroite qu'ait jamais forgée le fanatismereligieux ou philosophique, il ne nous est possible de voir dansle gouvernement de la nature, rien qui ressemble à l'œuvred'un être à la fois bon et tout puissant » (1). La puissance deDieu est non seulement finie, mais extrêmement limitée. Mill

nous donne la formule de l'empirisme religieux, dans sa foi qui

volontairement se limite, comme elle limite la puissance et la

nécessité même de sonDieu : « Voilà donc les résultats nets,

dit-il, de la théologie naturelle sur la question des attributs

divins : un être d'un pouvoir grand, mais restreint, sans quenous puissions même soupçonner comment et par quoi il est

restreint, d'une intelligence grande, peut-être illimitée, maispeut-être aussi resserrée dans des limites plus étroites que sapuissance, qui désire le bonheur de ses créatures et fait quel-

que chose pour l'assurer* mais qui semble avoir encore d'autresmotifs d'action auxquels il tient davantage » (2).

La morale de Stuart Mill, telle qu'elle est exposée dans lesEssais sur la Religion a exercé aussi, sans doute, une grande in-

fluence sur James. Teufelsdrdckh a enseigné à Mill à voir le

monde dans tous ses flux et reflux de choses bonnes, de chosesmauvaises, à voir les défaites et les victoires successives, et les

efforts constants des principes en lutte. Il existe un principe dumal (3). Contre lui, il faut que l'homme lutte sans cesse, cons-cient de la liberté qui est en lui, sachant d'ailleurs qu'il n'aurapas la victoire du premier coup, ni d'une façon continue (4).

Pour Mill, comme plus tard pour James, la lutte entre les puis-sances du bien et les puissances du mal, est une lutte sansrelâche, « lutte où la plus humble créature est capable de jouerun rôle » (5).

La religion de l'avenir, ce sera la croyance en l'efficacité detout effort individuel, si petit qu'il soit, pour l'amélioration dumonde.

« Dans cette doctrine, dit Mill, un homme vertueux prend le

caractère d'un collaborateur du Très-Haut, d'un auxiliaire deDieu dans le grand combat ». Dieu nous offre son concours,

(1) Helig. 34, 36, 38, 109, 110.

(2) Relig. 181.

(3) Ibid. p. 109.(4) Ibid. p. 36.

(5) Ibid. p. 240, 241.

Page 81: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 81/329

LES INFLUENCES ANGLAISES ET AMÉRICAINES 79

mais en même temps, il a besoin de nous, nous aidons Dieu (1).

Renouvier aimait à citer ces Essais sur la Religion (2); il y sen-tait une horreur du fanatisme religieux et philosophique, c'est-

à-dire du panthéisme et du monothéisme absolu, un culte duDieu personnel, une ardeur morale, qui faisaient de l'empiristeson allié. Par cet ouvrage, Mill prend place aux yeux de Jameset de Schiller, avec Renouvier, avec Lotze. parmi les défenseursde l'immortalité et de l'action. « A la mémoire de John StuartMill en qui mon imagination se plait à voir notre chef, s'il étaiten vie aujourd'hui » : par ces mots placés en tète du Pragmatism,James a voulu montrer toute sa reconnaissance envers l'auteur

delà Logique, de YExamen de la Philosophie de Hamilton et desEssais sur la Religion.

Bain qui ne trouvait rien de choquant à ce que les élémentsde l'expérience soient en dernier ressort deux au lieu d'êtreun (S), Shadworth Hodgson, dont l'analyse de l'expériencen'aboutissait pas à concevoir le monde « en son entier », conti-nuèrent la tradition empirique anglaise. « L'univers en tant qu'en-semble du monde matériel et du monde spirituel, dit ShadworthHodgson, ne peut se concevoir » (4) ; l'univers selon lui n'estpas réductible à un seul terme, comme le pense un moniste. Il

ne peut nous être connu que par parties. Par le kantisme, il

revient à l'empirisme.

Alors que la pensée philosophique anglaise, malgré les Mill,

les Bain, les Hodgson, semble se mettre à l'école de l'Allema-gne, et admet un absolu, ou bien tend vers un matérialisme mo-niste, la théologie anglaise, même quand elle s'inspire des idéesallemandes, maintient l'idée d'une religion du Dieu personnel,fondée sur des faits concrets. Martineau fut le type de ces .théo-

logiens personnalistes; un de ses disciples le représente commele Lotze anglais. Son personnalisme a ceci de particulier qu'il

est fondé sur un réel pluralisme; le monde est, dit-il, « unagrégat de causes métaphysiques qui se limitent et se résis-

tent », comme des âmes en contact (5). Aussi vit-il avec joie la

(1) Relig. 36, 109, 240.

(2) Par exemple Classifir. II 262.

(3) Fortnightlv Review tome IV p. 394 cité par James Critique philos.1879 (2) p. 77.

(4) Philos, of reùeetion II 286. Philos of expérience IV p. 3(33, 364. Surl'influence d'Hodgson sur James, voir Will to helieve p. 74 (ou CritiquePhilos. 79 (2) p. 134.

(5) Upton, Martineau p. 172, 179.

Page 82: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 82/329

Page 83: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 83/329

LES INFLUENCES ANGLAISES ET AMÉRICAINES 81

Mais surtout, du point de vue religieux et métaphysique,l'homme se sentira en continuité avec d'autres âmes, comme la

matière tient à la matière ; et cet environnement spirituel « est

bien plus réel, bien plus profond que l'environnement maté-riel ». L'homme se sentira chez lui et à l'aise (at home) dansl'univers infini (1). James parle, dans YEssai sur l'Immortalité,

de la continuité psychologique telle que se la représenteMyers (2) ; son pluralisme ne lui fera jamais oublier cette idée

de la continuité spirituelle. Il cherche dans les profondeurs dela conscience les éléments qui la transcendent. L'idée dutranscendantal qu'il garde d'Emerson et l'idée du subliminalqu'il accepte de Myers s'unissent dans son esprit d'elles-mêmes.

Faut-il se représenter cette continuité telle que la conçoitMyers, à la façon d'une surface plane ? Pour Myers commepour Fechner, la surface n'est pas égale, il y a une hiérarchieentre les esprits. James reproche aux absolutistes de ne pasménager les transitions entre nous et l'absolu ; chez Myers il ya une infinité d'âmes entre nous et lui, une infinité d'âmesvivant dans une infinité de milieux. Myers inclinera volontiersvers une sorte de polythéisme. « Il est plus sûr, dit-il, d'avoir

recours à la conception d'intelligences non-infinies, cependantdouées de facultés de prévision bien supérieures aux nôtres ».

Il y a, dans les espaces et en dehors des espaces, des réalités

immatérielles et individuelles qui se meuvent (3).

C'est de ce monde spirituel que nous sommes vraiment les

citoyens (4) ; c'est, là que nous trouvons des amis pour nous

soutenir. Comme Jamesle

fera, Myers déclare que«

notre«tombât est le combat de l'univers lui-même, qu'il n'y a pas jus-

qu'à la Divinité dont les desseins ne soient accomplis par les

efforts de nos âmes vers les hauteurs ». Peut-être, dit-il encore,dans ce complexus d'esprits qui s'entrepénètrent, « notre propreeffort n'est pas chose individuelle, n'est pas chose transitoire.

-Ce qui gît à la racine de chacun de nous, gît à la racine deTUnivers aussi », « Nos esprits sont des éléments qui coopèrent

à l'évolution cosmique, qui sont partie intégrante de l'ultimepouvoir de vie » (5).

Pour cette œuvre de coopération, les Dieux accourent. Lesesprits désincarnés et les esprits incarnés luttent tous pour le

(1) Ibid. II 2, 215, 274, 381.

(2) James Immortality p. 120.

(3) Human Pers. 1 32,'216. II 205 et App. p. 295.(4) Ibid. II 286.

(5) Ibid. I 219. II 277.

Page 84: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 84/329

82 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

triomphe du bien en un enthousiasme universel de « coopéra-tion adorante » (1).

En Amérique, le mysticisme se présente souvent sous la.

forme de la New Thought, de la Christian Science, du Yogi,du Metaphysical Healing. Par leur « santé mentale », par les

énergies qu'elles font naître, ces philosophies semblent beau-coup attirer William James (2).

Le panpsychisme de Morton Prince, de Strong, peut appa-raître comme un aspect —bien différent il est vrai —du mêmemouvement. Peut-être ces deux philosophes ont-ils contribué àformer ce qu'on peut appeler le panpsychisme de James (3).

Un autre philosophe exerça sur James une profonde influence ;

ce fut pour lui comme un compagnon plus âgé. James déclarelui devoir plus qu'il ne saurait dire (4). Logicien, Peirce montrela nécessité d'expériences particulières et concrètes où puissentse vérifier les idées ; il insiste sur la diversité des « universd'expérience », l'un région des idées, l'autre des faits, le troi-

sième des signes, des symboles qui relient les faits aux idées (5).

Métaphysicien, tout absolutiste qu'il soit et bien qu'il croie à

l'unique réalité de l'Un, il s'accorde sur certains points avecRenouvier et Delbœuf. Il croit au hasard, aussi absolu quel'absolu lui-même. Il y a pour lui, dans l'univers, un élémentd'indétermination, de spontanéité, de sentiment, car le hasardn'est que la face extérieure du sentiment (6).

Par le hasard seulement s'expliquent la croissance, la

complexité qui se développe, l'infinie diversité de l'univers et

en même temps que la diversité, que l'irrégularité, le calcul desprobabilités nous apprend que le hasard explique la régularité

elle-même (7).

Tel est le tychisme, c'est le nom que Peirce donne à sa phi-

losophie ; et le tychisme mène à la croyance en un Dieu per-

sonnel avec lequel nous sommes en relation, et au collectivisme

métaphysique, à l'agapisme, comme dit Peirce, à l'idée d'un

monde où tous coopèrent (8).

(1) Ibid II p. 276. 285. App. p. 30i.

(2) Philos. Revjew. 1907, p. 46-17.

(3) Psychol. Reriew 1905 p. 17. Voir Journal oï Philos. 111 657.

(4) Dédicace du Will to Believe. Mind 1903 p. 97. Article sur SpencerScribner's Magazine, 1903. Plur, Universe, Appendice.

(5) Popular Science Monthly Janvier 1878, Hihbert Journal 1908 p. 91.

(6)Monist 1891, p. 165, 174; 1892-93 p. 329, 533-535, 555, 557, et aussi p. 1-3.

(7) Ibid. 1891 p. 165, 174; 1892-93 p. 332, 334, 336, 337. 533, 551, 557.

(8) Ibid. 1892-93 p. 555, 557-559. On trouverait, semble-t-il, une théorie

Page 85: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 85/329

Page 86: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 86/329

CHAPITRE V

L ESPRIT AxVGLAÏS —L ESPRIT AMERICAIN

Aux yeux de la plupart des pluralistes, leur doctrine est unephilosophie nationale- James veut revenu à la a grande manièreclassique anglaise de scruter les concepts » (1). Le pragmatismepour lui est une façon anglaise de penser. La critique nomina.liste d'un Berkeley, d'un Hume, d'un Mill doit toujours servir

de modèle aux philosophes anglo-saxons.Le souci de l'expérience particulière et concrète est le premiercaractère par lequel nous pouvons reconnaître dans le plura-lisme une philosophie anglaise et américaine. On pourraitd'ailleurs noter que, même chez les Anglais qui empruntèrentà la philosophie allemande des éléments de leur doctrine abso-lutiste, les idées se présentent avec un caractère « expérimen-tal », sont mises en contact autant que possible avec l'expé-

rience particulière (2).Partant de l'expérience dans sa particularité, la philosophie

anglaise est par là même amenée à être une philosophie del'individuel. On a dit (3) que l'intelligence de l'Anglais est dési-

reuse de clarté plutôt dans les détails que dans l'ensemble,qu'il veut comprendre chaque chose et non pas toutes choses,qu'il est incapable de sacrifier un fait à l'harmonie d'une théoriegénérale, et qu'il aimera mieux une contradiction dans l'en-

semble de la théorie que la méconnaissance d'un caractère dufait particulier.

Cet individualisme spéculatif est comme la traduction méta-physique d'un individualisme pratique, du besoin de liberté dansl'action ; et la croyance en la voleur métaphysique du Moi naît

(1) James, Journal of philosophy 1904 p. 673 sqq. Pluralisme Universe,p. 18 sqq.

(2) Mackenzie, Revue de métaphysique 1908 p. 5H4.(3) Castelain, Ben Johnson, p. 186, 187. Voir Journal of Philosophy. V. 79:

a En bon anglais, il combat l'absolutisme *••

Page 87: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 87/329

Page 88: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 88/329

86 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

Comme on l'a fait remarquer le caractère pratique des Améri-cains s'unit chez beaucoup d'entre eux à une conception idéa-

liste, à l'idée de possibilités infinies et de liberté indétermi-née (1). Plutôt qu'un utilitaire, l'Américain est un idéaliste pra-tique. Le monde doit être une matière à effort. Et en effet, si

d'une part il contient des possibilités infinies de bien, d'autre

part il enferme des éléments mauvais dont il faut triompher.L'Américain calviniste croit à l'existence du péché, du mal.Mais il croit en même temps que l'effort humain peut triompherdu péché et du mal. « Le besoin de faire effort dans la vie estindestructible chez nous » écrit James. Et ces possibilités dumonde doivent être dégagées par la volonté libre. « Notre na-tion a été fondée sur ce que nous pouvons appeler notre religionaméricaine, a été baptisée et élevée dans la foi qu'un hommen'a pas besoin d'un maître qui prenne soin de lui, et que les

hommes ordinaires peuvent fort bien par leurs efforts aboutirà leur salut tous ensemble » (2). Le pluralisme, ce sera l'idée

d'un self-government du monde, ce sera l'expression métaphy-sique de cette volonté d'une all-pervading democracy (3).

Ces efforts ne sont pourtant pas tous strictement coordonnés.L'Américain conçoit que l'on aille vers le bien par des cheminsdifférents. De là le grand nombre des sectes, de là la toléranceaméricaine (4). Ainsi du désir d'indépendance vient, en mêmetemps que l'amour de la liberté pratique, cet accueil fait auxsystèmes les plus différents, cette catholicité démocratique,selon le mot de Royce (5). Ménard parlait déjà du polythéisme

desEtats-Unis (6). Lutoslawski met les Américains du Nord à

côté des Polonais parmi les peuples naturellement pluralistes (7).

« La réalité est mélange de systèmes, mais jamais système enelle-même » dit Kallen (8).

Si les individus sont libres (9), ils ne sont pas sans liens et si

leurs efforts sont incoordonnés ils vont néanmoins dans le mêmesens. L'Américain insiste volontiers sur l'idée de la camarade-

(1) Voir Caldwell, Idcalism and Pragmatism, chapitre VII et le mot sou-vent cité de Henry Van Dyke : to leave the future free. V. aussi BourdeauPragmatisme, p. 82, p. 211.

(2) Critique philosophique 1879, tome 11 p. 139, voir Santayana, Un. ofCalifornia chronicle 1901, p. 359, 360. James, Mcmories p. 43.

(3) New-York Tribune, 9 janv. 1919.

(4) Caldecott, p. 25.

(5) Royce, William James, p. 23.

(6) Ménard, Poèmes p. XXVIII.

(7) Grund, p. 7.(8) Philos. Review 1913, p. 156.

(9) Voir Warner Fite Individualisai.

Page 89: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 89/329

l'esprit anglais —l'esprit américain 87

Tie (fellowship) (1), de la mutualité. Déjà le transcendantalisrnefaisait une grande place à ces idées et Whitman n'est-il pas le

chantre de la camaraderie ?

Non seulement il y a collaboration, mutualité entre les hom-mes, mais entre les hommes et Dieu. « Pouvoir marcher dumême pas que Dieu, faire ce que Dieu peut faire », voilà ce quel'Américain conçoit comme l'idéal (2). Pour lui plus encore quepour l'Anglais il doit y avoir comme un échange de servicespersonnels entre chaque individu et la Divinité. Un philosophequi vivait aux Etats-Unis, Tausch, a été frappé de cette concep-tion anglo-saxonne ; tandis que Dieu est un monarque pour lespeuples continentaux, dit-il, il est pour les Américains « le roiélu des premières sociétés germaniques ou le représentant offi-

ciel d'une démocratie moderne » (3). Dieu est pour les Améri-cains une personne très puissante ; « Dieu était pour mon ami,dit un psychologue de la pensée religieuse américaine, un trèspuissant élément dans la suite des événements » (4). Ce Dieuest pour l'homme une aide et parfois même il apparaît comme

unesorte de serviteur (5).

En même temps que son esprit est tourné vers l'action, enmême temps qu'il conçoit un idéal qu'il veut réaliser dans la

pratique par une libre camaraderie et qu'il joint ainsi l'idéalismeet le besoin de réalisation, l'Américain sent qu'il y a des puis-sances supérieures et plus vastes au contact desquelles la viede l'âme devient plus intense et il cherche, souvent par desexpériences neuves et hardies, à prendre contact avec ces réa-

lités. Emerson, Whitman, les Christian Scientists recherchentde façons différentes à éprouver l'absolu (6).

L'esprit américain était au moment où se formait le pluralismeà la recherche d'une nouvelle foi (7), d'une philosophie où seconcilieraient, où s'amalgameraient selon l'expression de Gald-well (8) une conception idéaliste et la volonté de l'action prati-

que, le souci de l'effort individuel et le sentiment de réalitésplus vastes où les âmes individuelles sont comme contenues. Le

pluralisme de James, après le transcendantalisrne d'Emerson,après le démocratisme cosmique de Whitman est une réponse

(1) New-York Sun, 23 Mars 1901, cité dans Bargy, p. 225.

(2) David Star Jordan, Hibbert Journal 1908, p. 854.

(3) Monist 1909, p. 20.

(4) David Star Jordan, Hibbert Journal 1908, p. 855.

(5) Bargy, p. XI, voir Robert Barr, the Victors Metbuen 1902 p. 112.

(6) Royce. William James, p. 19 et 22, voir aussi Santayana Universityof California Chronicle 1911, p. 373.

(7) Royce, William James, p. 19.

(8) Caldwell, p. 177.

Page 90: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 90/329

«© LE PLURALISME ANGLO-SAXON

à ce besoin. Dans l'esprit de James nous trouvons à la fois la

volonté d'un monde où l'action est possible et l'idée de ces réa-lités supérieures auxquelles son éducation presque swedenbor-gienne l'avait habitué. Nous trouvons en même temps l'affirma-

tion calviniste de l'existence du mal et la croyance transcendan-taliste dans la victoire du bien. Nous trouvons le souci de l'acte

individuel et en même temps l'idée d'une sorte de camaraderieuniverselle. Un de ses admirateurs nous dit qu'il est un ami,une aide, un réconfort pour « tous les êtres qui cherchent àtâtons, nerveux, à moitié éduqués, pour tous les affamés d'émo-tions dont l'Amérique est pleine » (1). Mais ce n'est pas seulementà ceux-là qu'il s'adresse, c'est aussi à l'homme d'action, c'est

aussi à celui qui veut se former une vision du monde en har-monie avec les idées démocratiques.

Les romans de M. Winston Churchill apportent sur ces pointsdes témoignages intéressants. «La philosophie n'est plus contrela religion ; elle est pour elle, dit un de ses personnages, et si

vous me demandiez de vous nommer les plus grands maîtres dela pensée religieuse d'aujourd'hui je vous répondrais : WilliamJames. Et il y a Royce... Nos principaux philosophes sontd'accord avec l'esprit social vivifiant de notre époque, et cetesprit est un esprit religieux, un esprit chrétien ».

Et il insiste sur cet amour de l'action et de l'aventure quepeuvent nous inspirer les philosophes. « La vie elle-même estune aventure, il n'y a pas de sécurité absolue ». N'était-ce pasaussi le sens de cet article de Roosevelt écrit en Janvier 1919et intitulé : « la Grande Aventure ». « La vie et la mort font tou-

tes deux partie de la même Grande Aventure » (2).

N'est-ce pas encore ce même amour de l'aventure qui fait enpartie l'intérêt que nous prenons aux héros de Jack London, le

charme étrange de certains poèmes de Robert Service, de mêmeque sous une forme moins rugueuse, plus classique, plus fran-

(1)Santayana, Univevsity of CaHfornia Chroniele 1911, p. 373.

(2) Cf. Winston Churchill, The Inside of the cup : « Religion, he beganto perceive, was an undertaking ». Il parle du « sensé of adventure, thepalpitating fear and daring ». Winston Churchill. A far couatry p. 449:« That too is an adventure, the greatest adventure of ail » et p. 448:« Democracy is an adventure, the great adventure of mankind. No adven-ture is safe, life itself is an adventure and neither is that safe. Ifs a hazardas you and I hâve found out. The moment we try to make life safe we loseail there is in it worth while. We hâve to leave what seem the safe things;we hâve to wander and suffer in orderto realize that |the only true safety

lies in development.We

hâve to risk our lives and our soûls ». 11 serait

curieux de comparer de tels passages avec la formule : the world safe for

democracj

.

<

Page 91: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 91/329

l'esprit anglais —l'esprit américain 89

çaise et mêlée à des sentiments tout différents, nous le sentonsdans quelques-uns des beaux poèmes et des lettres émouvantesd'Alan Seeger ? Le désir de l'aventure est si fort chez les deux

poètes que, malgréleur «

monisme»,

malgré leur amor fati, ilapparaît et transfigure tout.

Page 92: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 92/329

CHAPITRE VI

PRAGMATISME ET PLURALISME

Gomme le positivisme, le pragmatisme interdit à l'esprit des'occuper de ce qui n'a pas de conséquences concrètes dans la

pratique, de ce qui est savoir inutile ; mais il en diffère profon-dément parce qu'il n'est pas un agnosticisme ; suivant Schiller,

il n'y a pas d'inconnaissable ; l'esprit doit s'aventurer avecconfiance à la recherche de l'absolu, et le Sphinx n'aura plusd'énigmes

;pour James, le monde semble quelquefois comme

transparent et diaphane.Et d'ailleurs, même s'il y a un inconnaissable, nous pouvons

avoir en quelque sorte raison de lui ; nous pouvous créer parla foi la vérité de notre croyance. Nous pouvons connaîtregrâce à l'action ce qui serait inconnaissable pour la seule intel-

ligence.Il y a eu toute une floraison de métaphysiques dont beaucoup,

d'après leurs adeptes, prétendent avoir leurs racines dans le

pragmatisme ; il y a une gauche, il y a une droite pragmatistes.« Les systèmes de philosophie fleuriront comme auparavant,déclare Schiller, et seront plus variés que jamais ; mais ils

auront sans doute une coloration plus brillante et une formeplus attrayante » (1). James (2) note avec espoir cette curieuseinstabilité (unrest) de l'atmosphère philosophique actuelle, cetintérêt que l'on prend à toutes les suggestions neuves, si vaguesqu'elles soient.

Entre toutes ces métaphysiques qui s'offrent à lui, quelle estcelle que le pragmatiste va choisir de préférence? Le pragma-tisme n'appelle-t-il pas certaines idées métaphysiques plutôtque certaines autres? Ne s'harmonise-t-il pas avec elles ? Nese fixe-t-il pas dans leur direction ? Quelles vont être les rela-

(1) Schiller, Studios in huinunism p. X et 19. James, Journal uf philoso-

phy 1905, p. 114.(2) James, Journal of philosophy, 29 septembre 1904, p. 533, Iiadical Em-

piricism, p. 40. Voir également Baldwin, Psychological Heview 1904, p. 37.

Page 93: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 93/329

PRAGMATISME ET PLURALISME 91

lions entre le pragmatisme et le pluralisme ? Quelles sont lesraisons pour lesquelles plusieurs des principaux pragmatistesont été en même temps des pluralistes? ,

Il faut tout d'abord noter que le pragmatiste insiste souventsur cette idée qu'il n'y a pas là un lien nécessaire, que les deuxconceptions sont relativement indépendantes l'une de l'autre (1).

Le pragmatisme, dit James, est essentiellement une méthode, il

n'est pas une cosmologie ; il peut servir de point de départ auxmétaphysiques les plus différentes ; et l'empirisme radical,(c'est un des noms quil donne à un des aspects de sa métaphy-sique pluraliste) est, déclare-t-il dans la préface du Pragmatism,

indépendant de la méthode pragmatiste (2). Schiller dit égale-ment : « Cette question du pluralisme n'a rien à faire avec le

pragmatisme », et il déclarera même, que pragmatisme et mo-nisme sont d'une certaine façon liés (3), puisque la vérité estpour le pragmatisme au fond unité et adaptation. Nous allonsvoir qu'il y a pourtant des relations précises entre le pragma-tisme et le pluralisme et d'après ces philosophes eux-mêmes (4).

Le pragmatisme est individualiste ; et Dewey voit dans les

tendances individualistes de la vie moderne une de ses origi-nes (5). Schiller insiste sur ce caractère individualiste de sa phi-losophie (6). Les adversaires du pragmatisme lui reprochent satendance à voir parfois dans la vérité une création de l'indi-

vidu (7). Pour James les tempéraments individuels sont lescréateurs en partie au moins de leurs propres vérités (8). Aulieu de considérer une intelligence qui aurait créé les chosesune fois pour toutes, écrit Dewey, il s'agit d'examiner les intel-

ligences particulières (9).

Mais les individus forment une société, le vrai c'est ce qui estsocialement utile, dit Schiller. Cette théorie sociale de la vérité

(1) James Pragmatism, p. 166. Journal of philosophy, 13 octobre 1904,p. 570, Essaysin Radical Empiricism p. 90. Schiller, Studics in humanism,p. il. Armst'rong, Journal of phil. 1908, p. 649. Bradley Mind 1908 p. 227.

(2) James Pragmatism p. IX, Psychological Bulletin 1904, 15 janvier. Mind1905 p. Î95. Philosophical Review 1908 p. 17.

(3) Schiller Proceedings ofthe Aristotelian Society 1908-1909, p. 194. V. aussiMuirhead, ibid., 1908-1909 p. 186 sqq. Boodin Philosophical Review, 1910p. 404.

(4) Schiller le montre Arislo telian Society 1908-1909 p. 194.

(5) Dewey Journal of philosophy 1908 p. 380. 381.

(G) Schiller Studies in Humanism p. 13.

(7) Journal of philosophy 4 août 1904 p. 426. Cf. Walker Mind 1908 p. 306.Royce Communication à Heidelherg p. 3.

(8) Voir cependant les réserves que James fait sur ce point PhilosophicalReview 1908 p. 2 sqq.

(9) Darwinism and philosophy p. 15.

Page 94: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 94/329

92 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

se traduira en métaphysique par l'idée d'une communauté devies personnelles assemblées, d'une harmonie de personnes, parce qu'on peut appeler le collectivisme métaphysique (1), de

même que l'affirmation précédente se traduit par l'affirmationd'un individualisme métaphysique. Et nous verrons commentces deux idées peuvent se compléter et s'appeler l'une l'autre.

Le pragmatisme, le pluralisme veulent être tous deux desphilosophies démocratiques. Tous deux parlent au nom de ces-

éléments de la nature humaine auxquels jusqu'ici la philosophien'a pas donné satisfaction, au nom de ce « résidu qui n'a pas étéconverti en pensée» (2). C'est le besoin de réconcilier philoso-

phie et données du sens commun qui pousse d'abord le philo-sophe vers le pragmatisme, puis vers le réalisme et le plura-lisme.

Comme le dit Ward, le pointde vue du pluralisme est celui del'étude sociale et historique de l'homme. L'idée de conduite,dit-il encore, essentielle au pragmatisme ne peut s'appliquerqu'à ce qui est individuel et unique. Ainsi le pluralisme et le

pragmatisme considèrent le monde d'un même point de vue*celui de la « conduite ». Le pluralisme, pourrait-on dire, affirmeque le monde entier s'explique en termes pragmatistes, et le

pragmatisme affirme que le monde entier s'explique en termespluralistes. Là est la différence fondamentale comme le dit en-core Ward, entre le pluralisme et l'atomisme. L'individu, pourle pluraliste, se définit avant tout par son activité précise, sesefforts de transformation, d'adaptation, son «pragmatisme».

Non seulement le pragmatisme affirme que la vérité est indi-

viduelle en ce sens qu'elle a son origine dans l'esprit de l'indi-

vidu, mais il soutient aussi, et c'est cela qui constitue l'essencemême du pragmatisme, que son objet est individuel; il n'y a deconnaissance que de l'individu et le pragmatisme est un nomi-nalisme. Au lieu d'admettre comme l'absolutisme une véritétotale, pour lui il n'y a que des vérités particulières ; il monnaiela vérité (3) Ce sera un des caractères de cette philosophie quede vouloir des principes assez nombreux pour expliquer les faits

dans leur diversité (4). Le philosophe pragmatiste ne cherchepas à l'aide d'abstractions à rassembler le plus grand nombre

(1) Schiller S ludies in Humanisai p. 316 à 320. Perry Tendencies p. 268.

Sur les relations du pragmatisme et du solipsisme, voir Pratt Journal ofphilosoph y 1908 p. 125 sqq, James Philosophical Review 1908 p. 17, SchillerMind avril 1909.

(2) Bakewell Philosophical Review 1911 p. 116.

(3) Dewey Darwinism and philosuphy p. 15.

(4) Boodin Journal of philosoph y 1908 p. 397.

Page 95: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 95/329

Page 96: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 96/329

94 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

1er (1909) (1). Il y a en effet le réalisme naïf, naturel, le réalismepour lequel la conscience n'est qu'une relation entre des chosesdonnées, le réalisme pour lequel la conscience est un milieudiaphane; il y a le réalisme fonctionnel de l'école de Chicago;il y a celui qui insiste sur la nécessité de distinguer les choseset notre perception des choses, comme il y a celui qui ne lesdistingue pas et affirme l'unité absolue du sujet et de l'objet ; il

y a un réalisme idéaliste (2). Ainsi le réalisme se sépara en demultiples philosophies diverses et s'allia au pragmatisme jus-qu'au jour où, sous l'influence des logiciens comme Russell.il se sépara de lui et le combattit.

Réalisme et pragmatisme semblent liés en effet puisque si la

vérité est adaptation aux choses, il faut donc qu'il y ait deschoses distinctes de l'esprit (3). Le réalisme et le pluralismes'unissent d'autre part naturellement l'un à l'autre et les adver-saires de l'un ont été d'ordinaire en même temps les adversairesde l'autre. « Un pluraliste conséquent a le devoir d'être réaliste »,

dit Taylor (4). Royce combat à la fois le réalisme et le pluralismequi constituent pour lui une « seule et même doctrine ». Et eneffet le monde que conçurent d'abord les réalistes américains,c'est un monde où il y a des relations spatiales, des relationstemporelles, un monde stéréo métrique comme on l'a dit (5) et

mouvant. « Il n'y a réalité que s'il y a diversité ». Etre réaliste

c'est nier l'unité absolue, c'est affirmer l'extériorité de certaineschoses par rapport à certaines autres.

H y a encore d'autres liens entre le pluralisme et le pragma-tisme. Car si le pragmatisme est culte du concret et méfiancede l'abstraction, il est conduit naturellement à concevoir la viecomme confuse et surabondante, comme détruisant par elle-

même les idéologies absolutistes (6).

(1) Mind, 1909 p. 173.

(2) Diekinson Miller Essaya in Honor ef W. James, p. 233, 261. MontagueIbid. p. 107. Strong, Ibid. p. 176, 178. Calkins Journal of philosophy, 1907

p. 677. Mac Gilvary,Ibid, 1907

p. 452. A. W. MooreIbid 1907

p.572.

Psychological bulletin, III 324-325. Dewey Essaya in Honor of W. James,p. 75-78. Ewer Journal of philosophy, 1907 p. 632. Sellars Journal of philo-sophy 1908 p. 238. Voir sur la multiplicité de ces doctrines A. W. MooreJournal of philosophy, 1907 p. 571. Mac Gilvary Ibid, 685-687. Perry Ten-dencies remarque qu'il peut y avoir deux interprétations, réaliste etidéaliste, du pragmatisme, p. 213, 215.

(3) Dewey Journal of philos. 1905 p. 324.

(4) Taylor Eléments oi metaphysies, p. 86. Royce World and Individu»} 1,

Lecture III. Voir Monist 1902 p. 452 des réserves de Perry sur ce point.

(5)Sellars Journal of philos,

1908, p.238.

(6) James Journal of philosophy, 1904 p. 533. Essays in radical pmpiri-cism, p. 39.

Page 97: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 97/329

PRAGMATISME ET PLURALISME 95

Puis, le souci du pragmatiste pour la morale, pour l'action

demande des centres d'indétermination dans le monde, fait delui un pluraliste (1). Le monde du pragmatisme est un mondepratique, dit l'un d'eux, un monde d'actions et de réactions et cemonde est « plural » (2). Ce n'est pas seulement un monde mul-tiple qu'exige le pragmatiste, c'est un monde incomplet. « Lepragmatiste est forcé de croire à l'absolue mutabilité de l'uni-

vers », écrit Bradley (3). Connue l'a vu Lovejoy, il y a une cer-

taine doctrine métaphysique qui bien qu'elle n'ait pas été tou-

jours explicitement exprimée semble avoir une place des plusimportantes parmi les modes de pensée caractéristiques du

pragmatisme ; c'est la doctrine de la futurité réelle, ou de l'ave-nir ouvert (Openness ofthe future) et de 1' « efficacité de chaquemoment présent pour déterminer et créer le jugement, le choixet l'action » (4). Il compare cette théorie avec celle du devenirréel de M. Bergson et la nomme temporalisme métaphysique.L'avenir pour le pragmatiste est réellement quelque chose denon-existant, précisément parce qu'il existe en tant qu'avenir (5).

Les disciples de Dewey (6) ont insisté sur cette importance del'idée de changement dans le pragmatisme. Et en effet si l'on ditque l'idée est un plan d'action, ce plan d'action ne doit-il pasêtre conçu dans l'intérêt de l'avenir? L'avenir doit donc ne pasêtre tout fait. Inversement si l'on croit à la pleine réalité dutemps, si l'on place tous les faits dans le temps, dès lors la vé-rité doit quitter le monde intemporel des idées pures; elle doit

être comme toute chose une force, une tendance, une action.

D'après A. W. Moore, le pragmatisme conduit plus directement,

plus immédiatement à cette affirmation de la réalité du tempsqu'à l'affirmation de la pluralité des choses : « Le pragmatismen'est pas directement et dès l'abord intéressé dans le problèmede l'unité et de la pluralité... Il est intéressé seulement dans le

problème du changement et du développement» (7). Le dilemmeposé entre pragmatisme et anti-pragmatisme est avant tout le

dilemme qui se pose, comme il le dit, entre le complétionnismeet l'évolutionnisme. Si le pragmatisme est amené au pluralisme,

c'est d'après lui uniquement parce qu'il trouve dans le plura-

(1) Kallen Journal of philosophy, 1908 p. 298.

(2) Tawney Journal of philosophy , 1904 p. 339.

(3) Bradley Minci, 1908 p. 225.

(4) Lovejoy Journal of philosophy, 1908 p. 31. Home Philosophi>al Asso-ciation, Ithaca, 1907. Kallen J. of ph., 1911, 622, 623.

(5) A. W. Moore Ibid, 1910, p. 622.

(6) A. W. Moore J. of ph., 1907 p. 568. Psychological bulletin, I p. 416,Philosophical Bcview, 1907 p. 175.

(7) A. W. Moore, Psychol. bulletin, I 416.

Page 98: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 98/329

96 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

lisme une conception qui rend le mouvement possible. De mêmepour Wood bridge le pragmatisme se rattache à cette idée géné-rale que l'expérience ne doit pas être définie en termes d'espace,mais en termes de durée, qu'elle est essentiellement temporelle,essentiellement dirigée vers l'avenir (1).

En réalité, les deux idées du caractère incomplet et temporeldu monde, et de son caractère multiple semblent à la plupartdes pragmatistes impliquées l'une dans l'autre. Pour James la

question de savoir laquelle de jces affirmations précède l'autre,

ne doit pas être posée car elles sont solidaires l'une de l'autre.

Quand il parle de pluralisme il entend parler d'une métaphysi-que qui s'oppose à la fois à la pensée de l'unité et à la penséede l'intemporalité. Le monde du pluralisme est à la fois unmonde divers et un monde mouvant, double mais indissolubleaffirmation (2).

Ainsi le pragmatisme s'allie volontiers à une métaphysiquepluraliste (3). « J'interprète le pragmatisme de façon pluraliste»,dit William James (4). Et alors qu'il pouvait sembler dans uncertain nombre de passages faire des deux théories des concep-tions indépendantes, il en est d'autres où il les rapproche et lesconfond. Le même tempérament qui fait d'un homme un prag-matiste fait de lui le plus souvent un pluraliste. Parfois il pren-dra ces deux mots comme synonymes l'un de l'autre. « Le prag-matisme ou pluralisme que je défends », écrit-iW5j. Le plura-lisme est la théorie métaphysique la plus conforme au pragma-tisme, parce qu'elle nous suggère le plus grand nombre de dé-tails possibles (6). Le pluralisme est fondé sur une théorie prag-matiste de la connaissance, découvert grâce à une méthodepragmatiste, vécu pourrait-on dire grâce â un tempéramentpragmatiste. Et d'autre part le pragmatisme pourra n'être consi-déré que comme une conséquence d'une vaste métaphysiquepluraliste ; c'est parce que le monde est constitué par des êtresmultiples qui se développent dans le temps, que la vérité estconçue comme partielle, temporelle, agissante.

Les adversaires du pragmatisme ont bien vu qu'il implique

(1) Cf. Woodbridge J. of ph., 1910 p. 415. Voir aussi Kallen J. ofph.,1909 623. Perry insiste, de môme que l'a fait d'autre part M. R. Berthelot,sur l'importance de l'idée de vie dans le pragmatisme. Tendencios p. 268.

(2) Voir une discussion de ces affirmations dans Mac Taggurt Mind, 1908p. 109.

(3) James Pragmatism p. 106. Cf. Perry Tendencies p. 242 et -249 : Prag-matism implies Pluialism.

(4) James J. of ph., 1905 p. 114. Essavs in Radical Emph'ieism, p. 194.(5) James J. of ph., 1907 p. 548.

(6) Pragmatism, p. 278.

Page 99: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 99/329

PRAGMATISME ET PLURALISME 97

une telle métaphysique (1). Et un grand nombre de pragmatistesreconnaissent qu'il en est bien ainsi (2).

On voit l'importance du problème de l'unité et de la diversité

pourles

pragmatistes. D'aprèsSchiller « savoir si le inonde est

en dernier ressort un ou multiple, c'est la question fondamen-tale de la métaphysique » (3). « A force de méditer sur ce pro-

blème, dit James, j'en suis venu à le considérer comme le pluscentral de tous les problèmes philosophiques».... « Sachez si

un homme est un moniste ou un pluraliste, et vous savez parlamême peut-être plus de choses sur le reste de ses opinions quesi vous lui donniez n'importe quel autre nom en « iste,» (4).

Avant eux, disent-ils, on ne s'était pas aperçu ducaractère

essentiel de ce problème ; on n'avait même pas vu qu'il y avait

là un problème. James écrit : « On a traité jusqu'ici à la légère

l'hypothèse pluraliste » (5). De même Schiller raille le respectdes philosophes pour l'unité ; l'unité des choses semble pluséclatante, plus illustre que leur variété (6). James décrit la joie

du jeune philosophe quand il s'aperçoit pour la première fois

que le monde entier forme un seul grand fait et qu'il jette des

regards méprisants sur. ceux qui ne sont pas arrivés à cettesublime conception. « Il y a un certain monisme abstrait, unecertaine réaction émotionnelle devant l'unité qui est si puissanteque nous pourrions la nommer une partie du sens communphilosophique. Naturellement, disons-nous, le monde est un et

comment donc autrement pourrait-il être un monde? » (7) C'est

une formule si « enthousiasmante » que celle de l'unité deschoses (8). Sans doute c'est la première fois, dit James à ses au-

diteurs, que vous entendez soulever ce problème : « Il ne vousa jamais à coup sûr empêché de dormir et je ne serais pas

(1) Bradley Mind 1908 p. 227. Voir Colvin Monist 1906 p. 549, CarusMonist, 19 p. 84 sqq.

(2) Bakewell Poilosophical Review, 1907 p. 624. Le pluraliste, dit-il,

préfère « un multivers embrouillé à un univers bien lié ». Kallen J. ot

pb., 1908 p. 294, « Les pragmatistes sont des pluralistes décidés ». V. aussi

Jack Hibbert Journal, 190» p. 407. Voir au contraire Colvin Monist, 190T.

p. 549 : « Le pragmatiste le nie avec une vigueur plus ou moins grande ».

* (3) Schiller Riddles, p. 350.

(4) James Pragmatism, p. 293, 129. Problems of philosophy, p. 114. Enfait, des philosophes qui ne sont pas pragmatistes insistent de même surl'importance du problème. Voir Ritchie Philosophical Remains, p. 192.

On pourrait voir également Ward Realm ot' Ends, p. 22. « This (the

problem of the One and the Many) will be the philosophical problem of

the twentieth century. »

(5) James Religious Expérience, p. 526.

(6) Schiller Riddles, p. 350.

(7) James Pragmatism, \>. 129, 130, 131, 159.

(8) Ibid, p. 281.

Page 100: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 100/329

98 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

étonné si quelques-uns d'entre vous venaient me dire qu'il neles avait jamais tourmentés du tout » (1). A plus forte raisonpassera -t- on ordinairement sous silence l'hypothèse poly-

théiste (2). La pauvre conception pluraliste est toujours dé-daignée, toujours oubliée (3). Au fond on la dédaigne parcequ'elle fait peur : « Un univers avec des gens comme nouspour créer sa vérité, un monde livré à nos opportunismes, à nosjugements particuliers... on accepterait plutôt le Home-Rulepour l'Irlande que le gouvernement de l'univers par lui-même.Un tel monde ne serait pas respectable philosophiquement (4). »

Et mêm'e quand certains philosophes se sont hasardés à soute-

nir le pluralisme, ils l'ont fait maladroitement (5). Ainsi les phi-losophes anglais, et surtout les philosophes américains préten-dent donner au monde une philosophie toute neuve (6). Le plu-ralisme n'apparaît pas comme un acte de désespoir, une sortede suicide philosophique ; c'est la revanche des instincts mo-raux et religieux contre une immobile unité.

On peut cependant se demander s'il n'y a pas là quelques exa-gérations puisque James lui-même reconnaît que depuis bien

longtemps la question de l'un et du multiple a été débattue,qu'elle est un exemple parfait des rébus de la métaphysique (7).

Sans doute le pragmatisme a posé le problème en fonctiond'idées nouvelles ; mais le problème était posé bien avant la

formation du pragmatisme.Les pluralistes ont semblé poser de façon nouvelle cet éternel

problème, ils lui ont apporté une solution hardie, ils ont for-

mulé ce qu'ils appellent « une nouvelle théorie de la réalité» (s .

De là le succès qu'a eu le pluralisme. Le pragmatisme et le plu-ralisme séduisaient, comme le dit Bakewell, par leur empirisme,par leur mépris de toute construction a priori, par une certaineallure scientifique, par leur air démocratique, populaire, en mêmetemps que par leur individualisme, par leur esprit de révoltecontre « les vieux monismes absolutistes », par l'attrait du risqueet de l'inconnu ; ne nous offrent-ils pas « un nouveau mondeavec une frontière élargie,et au-delà les plaines inexplorées?» (9)*

Les pluralistes sont devenus de plus en plus nombreuN si bien

(1) Ibid, p. 129 sqq.(2) James Religioua Expérience, p. 525.

(3) Ibid, p. 133.('i) James Pragmatiam, p. 261. 122.

(5) Schiller Jiiddlos, p. 354. Voir aussi Lulosluwski Grand, p. 6.

(6) Voir Haldane Pathway to Reality, I p. 145.

(7) James J. oiph., 8 décembre 1904, p. 683.

(8) Howison Limits of Evolution, p. XXV].(9) Bakewell Philosnphicol Review, 1907 p. 625.

Page 101: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 101/329

PRAGMATISME EL PLURALISME 99

que l'on a entendu parler du « pluralisme d'aujourd'hui » (1), du« nouvel évangile qui n'a pas encore décidé si on sera mono-théiste ou polythéiste», (2) de la « popularité persistante du plu-

ralisme dans des cercles nombreux » Ci). « Le pluralisme estdans l'air (4). Il gagne avec rapidité (5). » Et pendant que les

pragmatistes se jouaient au milieu des idées pluralistes, « s'en

donnaient à cœur joie » (6), que James se réjouissait du « grandmouvement empirique vers une vue pluraliste et panpsychistede l'univers à laquelle notre génération a été amenée » (7),

qu' « un grand nombre d'étudiants se sentaient en sympathieavec les nouvelles doctrines et voulaient plus de liberté de jeu

pour l'individu, (8)» les monistes constataient le mécontentementcroissant, de plus en plus général devant les philosophies idéa-

listes (9) ; ils se plaignaient du manque d'esprit de conciliation

chez les pluralistes (40) ; ils voyaient le mal pluraliste se propa-ger chez les jeunes philosophes ; «un des premiers symptômes,dit l'un d'eux, est une éruption d'intelligence aiguisée et d'es-

prit épigrammatique » (11). Même, certains penseurs qui ne sontpas à proprement parler des monistes, parlent avec horreur de

<es métaphysiciens qui adoptent « le pluralisme le plus ou-tré » (12).

Le fait est que depuis 1902 à peu près la question du plura-lisme apparaissait dans les universités américaines et anglaisescelle qui devait départager les philosophes. Le pluralisme est

matière de cours et matière de chansons ; matière de cours :

le programme du département de philosophie de l'Universitéde Harvard annonce en 1904-1905 que « l'un des professeurs de

philosophie développerait une théorie du pluralisme fondée sur

(1) Boyce Gibson Aristotelian Society, 1902-1903, p. 182.

(2) Bradley Mind, 1904, p. 16.

(3) Taylor Eléments of Metaphysics, p. 90. A. H. LJoyd, J. of Ph., 1004,24 novembre. Lovejoy Philos. Reriew, 1905, p. 75. Tausch Monist, 1909p. 42.

(4) Gardiner Psychological Review, 1903 p. 321; mênie expression dansRogers PhîlosopbJcal Review, 1903

p.577;

mêmeidée dans Colvin Monist

1906 p. 547.

(5) Galkins Persistent Problems, p. 411.(6) Bawden Psychological Bulletin, I 108. Bakéweli Philosophical Review,

1907, p. 624 (to Jally, to revel).

(7) James Hibbert Journal, 1908, p. 726. Pluralistic Universe, p. 313.

(8) Bakewell Philosophical Review, 1907 p. 624. M. Chide écrit de même :

« Les défenseurs du multiple et de la logiiication pluralitaiie prennentl'offensive après avoir été contenus si longtemps » (Mobilisme, p. 3, 10).

(9) Ritchie Philosophical Remains, p. 207.

(10)Ibid,

p. 218.(11) Mûnsterberg, Science and Idealism, p. 29.

(12) Baldwin Psychological Review, 1904 p. 38.

Page 102: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 102/329

100 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

l'expérience et dans le trimestre suivant son collègue dévelop-perait une théorie spéculative de l'absolu » (1). Matière de chan-

sons aussi : dans une revue jouée par les étudiants d'OxfordLotze, faisant un jeu de mots sur son nom chante : « je suis untas (lots) de choses »

; (2) et dans une chanson publiée par TheMay Century on nous montre « celui qui monise » et « celui quipragmatise » :

Le pluraliste regarda l'horloge :

L'horloge sonna un seul coup :

Et il se mit à fuir

Hickorydickory dock

(3).

(1) Voir Hœflding, ./. of Ph., 1903, 16 février.

(2) The Old Man of Kœnigsbcrg, 1907.(3) Molter Goose, Ph. D's Contribution to tho May Century, by Mary

Jessy Gidley. cité dans J. of Ph., 20 juin 1907.Sur la rénovation, le rajeunissement des choses et des problèmes opéré

par le pluralisme, le changement des perspectives philosophiques, voirHœffding Philos. Contemp,, p. 192, et Journal, 1905 85-92, James Miud.1907, p. 364, Journal, 1905 2 mars, Perry Journal, 1907 I e * août. BradlevMinci 1904 p. 309, Bakewell Philos. Bcv., 1907 p. 625.

Voir également A. Seth Pringle Pattison, 1912-13, Giffqrà Lectures*The Idea of God in the light of récent Philosophy, éditées en 1917, p. 387 :

« Pluralism in various forms is so current, I had alniost said sofashionable at the présent moment ».

Ward : the Realm of Ends, 1912: Pluralism now in the ascendant. MaySinclair, A Defence of ldealism, 1917, p. VII : They mean that nineteenthcentury monism is a philosophy of the Past and that twentieth centurypluralism is the living philosophy of the Future.

Ainsi le problème est posé encore de la même façon par de nombreuxphilosophes.

Voir aussi le Symposium de YAristotelian Society, Proceedings, 1917-18.p. 479 et Joad Monism in the light of récent development of philosophy, Ibid1916-17 p. 95. et aussi Arislotelian Society. Suppleméntary volume II,

papers read al the joint session, Jnly 1019, p. 100-158.Dans des ouvrages et articles récents, le mot Pluralistic est employé

dans un sens extrêmement large : « conception pluralistique ou démocra-tique de I Etat », Lelghton, The ûeld of philosophy, Columbus, 1919 p. 159.The Pluralistic State, article de Laski, Philos. Review 1919, p. 563-375. —Pluralisme Bchaviour article de Giddings. (Ici pluralistic devient syno-nyme de « social ») dans The American Journal of Sociology 192u,

p. 385-404. The Metaphysical Monist as soeiologieal Pluralist, communica-tion de M. \\\ Calkins, résumée Philosophical Review, 1920 p. 167 [ici

pluralistic devient synonyme d'individualiste).

Page 103: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 103/329

LIVRE III

WILLIAM JAMES

SA VISION DE L UNIVERS

William James est sans contredit le plus important des « prag-matistes pluralistes ». Au début on ne trouve dans ses œuvres,sur le problème de l'unité et de la diversité, que des idées « émisesen passant » selon les expressions de M. Dickinson Miller. Maisdéjà, avant 1900, celui-ci pouvait déclarer que les vues de Jamesconvergeaient, aux yeux de qui sait observer, vers une «visiondu monde» aussi cohérente, aussi radicale, et aussi individuelleque n'importe laquelle des philosophies produites par le

xix e sièclo (1). Cette métaphysique prit de plus en plus d'im-portance >au\ yeux des contemporains (2), et aux yeux de Jameslui-même (3).

Comment James fut-il amené vers cette théorie .'Pour lui unephilosophie est une sorte de traduction de la façon de voir les

choses, de la façon de raisonner, de la façon de sentir et finale-

ment du tempérament. Une analyse de la façon concrète, parti-

culière, dont James aime à voir les choses et les voit, nous fera

déjà comprendre en partie son individualité philosophique.James est naturellement un empiriste. Son maître Agassiz

avait développé d'ailleurs en lui, quand il étudiait les sciencesnaturelles, cette tendance à ne connaître que les faits : « Allez,

Dickinson Miller Philosophical Review, 1899 p. 166.

: Albert Lefèvre Philosophical Review, 1900 p. 109.

3 Lettre à M. Floarnoy, 30 avril 1903 : « \Yliai I want to gèt al and let

no interruption interfère is at last in\ System of tychistic and pluralisticPhilosophy of pure expérience», cité Flournoy, p. 47.

Page 104: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 104/329

102 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

allez vers la nature, disait Agassiz ; prenez les faits entre vosmains ». Il était l'ennemi de tous les « abstractionnistes». EtJames se rappelle qu'il citait bien souvent les vers où Goetheoppose à la théorie l'arbre vert et doré de la vie. Et la vie con-sistait pour Agassiz à voir des faits (1). Chauncey Wright « le

grand empiriste de Harvard »(2), enseignait de même à James qu'il

faut s'attacher avec amour aux faits tels qu'ils sont, qu'il faut

voir la nature comme une suite de faits tout simples, « une cons-truction et une destruction sans fin (3)». Dans le mysticismed'Emerson, comme dans les leçons d' Agassiz et dans l'empiri-

risme de Chauncey Wright, James retrouvait ce culte du fait :

«Il faut marquer d'une pierre blanche, disait Emerson, le jouroù nous avons le plus de perceptions (4) ». Et toutes ces idées,

tous ces conseils ne faisaient que fortifier des tendances natu-relles ; il n'y avait pas de fait, dit de lui son frère Henry James,qui ne lui apportât en tant que tel un certain plaisir.

Le pragmatiste a le culte du particulier. D'après le principede Peirce même, ne faut-il pas éprouver les idées au contact deréalités particulières (5)? James a été attiré vers les idées prag-matistes, peut-être avant tout par le caractère nominaliste dela doctrine (6;; «l'important, dit-il dans son discours de Berkeleyest que l'expérience soit particulière, plutotencorequ'active(7)»;il faut que l'idée vienne s'insérer dans la suite de l'expérienceimmédiate en un point particulier, au moment précis où unepetite vague définie passe, de façon à confluer avec elle (8).

L'attachement au particulier, aux percepts par opposition auxconcepts, voilà la marque du philosophe moderne (9). Lemonde est un monde de particuliers (10).

Que les absolutistes aillent célébrer le culte pervers de l'abs-

traction ; James se tournera vers ces pauvres faits particuliers

(1) James Memories, p. 12-14.

(2) James Pragmatism, p. 263.

(3) Monist, 19, p. 156, Is Life worth living, p. 20, reproduit Will to

believe, p. 52.(4) Memories, p. 21, note.

(5) Peirce Bévue Philosophique, 1878 p. 46, 53.

(6) Pragmatism, p. 53. Voir aussi l'article sur Papini Journal of philoso-phy, 21 juin 1906, p. 338.

(7) Journal of philosophy, 8 décembre 1904, p. 674, Revue de philosophie,1906, p. 467.

(8) Journal, 1905 p. 32.

(9) Pour l'idée du particulier voir Beligious Expérience, p. 217. Pragma-tism, p. 69, 71-73, 77, 80, 92, 123, Pluralisme Universe, p. 330, 331. Lang

Journal, 1907 p. 710.(10) Journal, 1905, p. 40. Radical Empiricism, p. 120. Cf. Pragmatism,

p. 113, 205, 230, 263, 280.

Page 105: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 105/329

WILLIAM JAMES 103

traités de confus, de miséreux, de malsains par l'absolutiste,

« La connaissance qui mérite le plus d'être adorée, écrit-il oumilieu de sa Psychologie, devrait être celle des choses les plus

adorables; et les choses de valeur sont toutes concrètes et par-ticulières (1) ». Sans doute, pense James, les esprits abstraitsont leur place comme les esprits concrets dans le dessein uni-versel, mais s'il s'agit de savoir lequel des deux types d'esprits

se trouve Le plus proche du type divin, la réponse ne fait aucundoute (2).

James s'approche des choses, il les regarde de près ; le

moniste est celui qui. se plaçant loin au-dessus des choses, lesvoit se confondre les unes avec les autres ; pour le pluraliste,chacune a une existence distincte (3).

James aime à se sentir vivre au milieu des vies humainesfinies, plongé dans un courant fini de sentiment, devant unmonde d'expériences finies (4). Le pragmatisme conçu commela considération des conséquences précises n'est que l'abou-tissement logique de ce dont le pluralisme est l'aboutissementmétaphysique (5). On comprend quel prix eut aux yeux deJames l'enseignement de Renouvier.

Le souci du détail, la vision des choses « au pluriel » sont desexpressions des mêmes tendances qui se réalisent à la fois

dans le pragmatisme et dans le pluralisme. Le pragmatismepour James est la lutte contre « l'idée de Vérité avec une majus-cule, et au singulier ». Ce qu'il veut, ce sont les choses prisesdans leur pluralité (6).

Gomme le dit James dans son Pragmatisme, il y a un tempé-rament proprement empirique, épris des faits plutôt que desprincipes, des parties plutôt que de l'ensemble et qui veut voirles faits non nettoyés, selon son expression, les faits bruts (7).

Dans les Problems of philosophy, cette idée de la particularité

est encore plus visible que dans les ouvrages précédents.James établit une identité entre l'idée de particulier et l'idée de

(1) Psychologv. tome I p. 479, Brie fer Course, p. 242, 243.

.(2) Memories, p. 15.

(3) Voir Dickinson Miller Journal. 1910 p. 659.

(4) Pragmatism, p. 20. Journal, 19 janvier 1905, p. 32.

(b) Journal, 19 Janvier 1905, p. 40. Radical Empiricism, p. 120. Voir surl'idée du défini dans le pragmatisme Pragm., p. 50, Journal, 1908 p. 179,Philosophical Review* 1908, p. 6, 16, 18.

(6) Sur l'idée du détail dans le pragmatisme, voir Mind, 1905 p. 192,Journal, 1908 p. 180, Pragmatism, p. 241. Pour l'idée du pluriel dans le

pragmatisme, voir Pragmatism, p. 67, 218, 232, 240, Mind, 1905 p. 192.

Philosophical Review, 1908 p. 6, 14.

(7) Pragmatism, p. 70, 80, Problems, p. 35.

Page 106: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 106/329

104 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

parties ; l'empirisme est pour lui essentiellement une philo-

sophie du fragmentaire, du parsemé, de la mosaïque (1).

Et la vision de chacune des parties de l'univers ne peut pasêtre évoquée par des mots ou des images empruntées aux autresparties ; elle est ce qu'elle est, uniquement. On ne peut pasdéfinir par des mots généraux les qualités de nos sensations

comme l'épaisseur ou la spatiàlité ni les qualités de notre esprit

comme la spontanéité. Le sens du particulier est le sens duspécifique (2).

Le monde peuplé de choses particulières, concrètes, définies,

vues dans leur détail, en toutes leurs différences, sera commeun fourré touffu, un monde surabondant. Il faut insister sur le

fait que l'amour du détail est toujours accompagné chez Jamesd'un respect de la totalité concrète. Le concret n'est pas seu-

lement le fait considéré dans sa particularité, il est aussi le fait

considéré dans sa totalité. Le fait est irréductible à la l'ois

parce qu'il est une totalité et une particularité, et finalement

les deux caractères s'impliquent l'un l'autre. Les empiristes,

tels que Hume d'un côté, les intellectualistes de l'autre isolent

un de ces caractères ; dans sa vision concrète James les unit

au contraire profondément. Il y a pour lui des blocs de durées,

des épaisseurs spatiales, des sensations irréductibles. « Cemonde-là, dit un de ses amis, ne peut pas être arrangé et lié enun système aussi clair qu'il le pourrait s'il était fait d'unités

plus petites » (3). Le sentiment des totalités concrètes est la

négation de l'idée d'un tout abstrait

Pour James les sensations sont quelque chose d'étendu dansl'espace; et l'àme humaine est d'une certaine façon corporelle

elle-même ; James psychologue n'a pas seulement le sens del'àme ; il a le sens du corps (4). Et non seulement les sensations

mais toutes les choses ont une épaisseur. L'absolutisme se con-

tente d'idées minces. Pour l'empirisme classique, pour celui de

Hume, de Berkeley, pourtant déjà si concret, les faits n'ont

qu'un côté; on ne peut en faire le tour, c'est une philosophie

plane;ici nous avons au contraire une philosophie dans l'es-

pace; les faits sont des solides. James s'attache naturellement,

instinctivement à préserver, suivant l'une de ses expressions,

l'intégrité de la perception (o). Un véritable instinct, a-t-on dit, le

(1) Pragmatistn, p. 198, Problème, p. 170, Dewey Journal, 1910, p. 506.

(2) Diekinson Miller Journal, 1910 p. 655-657.

(3) Diekinson Miller Journal, 1910 p. 659.

(4) Ibid, p. 651.

(5) Will to believe, p. 60.

Page 107: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 107/329

WILLIAM JAMES 1>05

pousse vers le concret (1). « Avoir les yeux fixés sur le courantdes concrets », « se cramponner au caractère concret deschoses », c'est un de ses soucis essentiels (2). Il est sans cesse

à la recherche d'expressions qui rendent de mieux en mieuxcette avidité du concret; il cherche la plénitude, la densité (3).

Et comme le pragmatisme est le développement épistémolo-gique de cette façon de voir concrète, le pluralisme en est le

développement métaphysique (4).

William James, en même temps qu'il a l'imagination précisedu savant, a l'imagination colorée du peintre. N'avait-il paspensé à être peintre avant d'être physiologiste (5) ? Du peintre

comme du physiologiste il a le sens du réel (6). Mais avant toutil possède ce qu'on pourrait appeler l'imagination du psycho-logue. M. Dickinson Miller a insisté à juste titre sur ce fait : la

philosophie de James, c'est, selon lui, l'œuvre de quelqu'un quia, avant tout, « le sens de notre façon réelle de sentir ; il ne peutpas tolérer que la philosophie ne tienne pas compte de la sen-sation même que nous avons de la vie ». Que la conscience estce qu'elle nous parait, voilà ce que James maintient avant tout.

De là vient la différence essentielle entre la psychologie et lesautres sciences (7). La vérité dans la conscience est apparenceet l'apparence vérité. Pour savoir ce que sont les choses ou les

idées, le plus sûr moyen n'est pas de les dépouiller de toutesleurs qualités et de chercher ce qu'elles sont en elles-mêmes ;

il faut bien plutôt regarder l'aspect sous lequel elles nous appa-raissent ; ce que les choses sont pour nous, en tant que connuespar nous, voilà ce qui est important. Il faut prendre les chosespour ce qu'elles nous apparaissent dans la connaissance quenous en avons, avec leur caractère fini, avec leur caractèreactif, et nous serons ainsi amenés à la fois au pragmatisme et

au pluralisme- La réhabilitation de l'apparence c'est ainsi quenous nommerions de ce point de vue le pragmatisme et le

pluralisme. En fait les mots .comme « to seem ». « the appea-rance » ne veulent pas du tout dire pour James, la plupart dutemps : illusion, mais : réalité véritable. « Ces desseins partiels

(1) Voir Harvard Magazine, 1907, Dewey Journal, 1908, p. 99.

(2) Pvagmatism, p. 68. Voir Pragmatism, p. 51, 71-73, 80, Miné, 1905 p. 191,192* 197, Journal, 1908 p. 179, 180. Voir Pratt Journal, 1908 p. 125, 127.

(3) Hibbert Journal, 1908 p. 724, 726, 727, 1909 p. 294, Monist, 19, p. 156,

Problcmsp. 109, 110, Journal, 1908 181,PbilosophicalReview, 1908, p. 1. sqq.

(4) Voir James Pragmatism, p. 236.

(5) Dickinson Miller Journal, 1910, p. 654.

(6) Dewey Journal, 1910, p. 506. H. James, A Small //«,< . p. 217 : he sitsdrawing and drawing.

CI) Dickinson Miller Journal, 1910 p. 646-654.

Page 108: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 108/329

106 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

semblent se dérouler à la suite et à côté les uns des autres »,

« l'apparence des choses est pluralistique » (1), pour lui cela

signifie qu'il en est ainsi en réalité. Et la critique qu'il fera desidées, par exemple de l'idée d'unité, sera une critique avanttout psychologique. C'est en étudiant ce que l'idée d'unité

signifie pour nous, que nous arrivons à y découvrir plusieursidées différentes (2).

M. Bergson nous dit que les idées de tout vrai philosophe serattachent toutes à une vision très simple, rayonnent à partir

d'un point unique. Cette vision simple, chez James, est sansdoute primitivement de nature psychologique : « D'un côtél'environnement, une présence qui ne tolère que ce qui se con-forme à elle, et ne cède que peu à peu et malgré elle, à l'effort

moral, de l'autre côté l'homme, qui, une fois qu'il a trouvé le

moyen de vivre en bons termes avec cet environnement, s'aper-

çoit qu'il est une mine inépuisable de possibilités...» Par descoups répétés, par des choix successifs, lentement « il a fait

surgir de cet environnement, comme un sculpteur, le mondedans lequel il vit (3) ».

James s'attache donc à la façon dont les choses nous appa-raissent, à la façon dont nous les sentons. De là son soucide leur garder leur atmosphère propre (4). De là encore cettevolonté qu'à nos idées correspondent des réalités ; ce sens onto-logique pourrait-on dire. Pour James, toute théorie du mondeextérieur qui annihile l'idée d'extériorité, sera nécessairementinadéquate. Une idée primitive est plus qu'une idée, elle est uneidée et en même temps une existence.

De là aussi ce sentiment qu'il a de la valeur infinie de chaquehomme. De même qu'Emerson, de même que Whitman, il a le

sentiment de la profondeur infinie de l'individualité; il veutparler non pas à la raison abstraite qui est en l'homme, mais àl'homme lui-même, au compagnon, ou comme disait Whitman,au camarade; il s'approche de lui et ce n'est pas un philosophequi parle à l'intelligence, mais un camarade qui parle à uncamarade (5).

Et dans ce monde, il n'y a pas de hiérarchie immuable ; chaqueêtre a une égale importance ; chaque chose est sur le mêmerang. On a dit en ce sens qu'il y avait un certain manque deperspective dans la vision de James. La philosophie du particu-

(1) James Problems, p. 131.

(2) Problems, p. 132.

(3) Perry Tcndencies, p. 373.(4) Dickinson Miller Journal, 1910 p. 646.

(5) Ibid., p. 662.

Page 109: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 109/329

WILLIAM JAMES 107

lier est une philosophie démocratique (1). Et n'est-ce pas la voixdu « sens commun démocratique » que James veut écouter et neveut-il pas voir le monde comme il se voit à première vue (2)?

L'esprit empirique comme le sens commun sera caractérisépar une certaine réserve dans la déduction des conséquencesd'une théorie acceptée, par une certaine faculté de se retenir,

de ne pas se laisser aller, de s'opposer à l'envahissement duchamp de conscience par une théorie (3). L'ernpiriste sait être

sceptique et douter de ses conclusions (4) ; il sait aussi s'empê-cher de croire aux idées qui l'attirent. Au début, James était

séduit par l'idée d'unité et de simplicité, comme son père l'avait

été. Mais il résiste à cette idée, il sait l'affirmer d'une façon et

la nier d'une autre (5). Le sens commun tempérant (6) ne nousdonne-t-il pas des leçons de réserve ? Ne voit-il pas les chosespartiellement jointes et partiellement disjointes (7), partielle-

ment sauvées et partiellement perdues (8) :'

Et d'autre part, il ne faut pas être trop strict dans sa philo-

sophie, il faut que parfois les liens entre les idées soient plusou moins lâches ; de ce point de vue, le pragmatisme de Jamesest une sorte d'anarchisme intellectuel (9), une philosophienon-critique, comme l'a dit Carus, une manière lâche de philo-

sopher (10).

De même le philosophe pourra se permettre de rêver, à côté,

au dessus des réalités présentes, un autre monde, d'autres

mondes, pourvu qu'ils soient les plus concrets, les plus définis

possible (11). Et cette idée prend une place de plus en plusimportante dans la philosophie dé James.

Grâce à cette vision des choses, chaque moment nous appa-raîtra comme un univers nouveau ; il y aura quelque chosed'original, de jeune dans la nature : nous serons revenus à la

contemplation ingénue des choses, à la première apparence dumonde.

Mais si nous nous contentions de noter ces caractères de la

(1) H. M. Kallen Journal, 1911, p. 623.(2) Heligious Expérience, p. 122. Willto bélier e, p. VIII. Mind, 18S2, p. 90.

(3) Pragmatism, p. 149.

(4) Problems, p. 36.

(5) Ex. Critique philosophique, 1879 (2) p. 86. 73; 1882 (2) p. 137. Voircertains passages du Sentiment of Bationality (apud Will to believe), oùJames insiste sur le rôle de la cohérence et de la familiarité.

(6) Journal, 1904, 8 décembre, 683-685.

(7) Pragmatism, p. 161.

(8) Religious Expérience, p. 526.

(9) Mind, 1905 p. 117. Cf. Pragmatism, p. 259.(10) Carus Monist, 1908 p. 359.

(11) Mind, 1884 p. 285.

Page 110: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 110/329

108 LE PLURALISME ANGLO SAXON

pensée de James nous ne venions pas encore toutes les raisonsprofondes qui l'ont poussé vers le pluralisme. Il faut voir cequi pour James constitue le fond même du tempérament plura-

liste. Il a dit que ce qui divise les philosophes en « partisans et

en adversaires de la possibilité » ce sont des croyances diffé-

rentes, ce qu'il appelle des postulats de la rationalité. « Ce qui

fait de nous des monistes ou des pluralistes, des déterministesou des indéterministes, c'est toujours au fond quelque réactionsentimentale » (1). Dès 1882, il voit que deux « dispositionsmentales » s'opposent en philosophie. D'un côté ceux qui secontentent d'une conception passive des choses, qui sont commeil nous dit « bons seulement ponr le beau temps ». Et de l'autre

les tempéraments forts (2). Il s'est attaché à noter en termes deplus en plus nets les oppositions de ces deux tempéraments.Il oppose l'homme tendu et énergique et l'homme nonchalant (.3).

Ou bien encore dans les Variétés de VExpérience religieuse, les

croyances philosophiques saines et les croyances philoso-

phiques malsaines (4). Cette idée de la santé mentale reparaît

encore par instants dans le Pragmatisme (£). Mais ici c'est

surtout entre l'homme à l'esprit dur et l'homme à l'esprit tendreque le dilemme se pose. James se plait comme on l'a dit auxcontrastes violents ; de Renouvier peut-être, il a appris à poser

ces dilemmes-, C'est, dit-il, entre l'homme à l'esprit dur, empi-riste, irréligieux, matérialiste, pessimiste, fataliste, pluraliste

et sceptique d'un côté et de l'autre l'homme à l'esprit tendre quele combat est engagé (6).

James n'adopte pas sans doute toutes les croyances de l'àme

dure ; il semble souvent vouloir concilier les volontés des deuxcamps. Mais dans la plupart de ses ouvrages, sauf peut-être

dans certains passages du Pluralistic Universe, il se sent attiré

sinon par toutes les idées de l'âme dure, du moins, par la façon

dont elle sait les accepter. Sans doute aussi les termes dudilemme posés par James sont trop simplifiés ; cet insurmon-table désir d'échapper à la personnalité qui caractérise l'hommeà l'àme dur, ce désir d'être submergé, de se perdre dans le

flux des choses (7), ne nous fait-il pas voir en lui certaines

(1) Critique philosophique, 1884, tome II p. 278. Will to believe, p. 152.

(2) Critique philosophique, 1882 t. II p. 140, p. 153.

(3) Will to believe, p. 211.

(4) Religious Expérience, p. 132.

(5) Pragmatism, p. 291.

(6) Pragmatism, p.12. Cf.

H. James ASmall Boy,

p.271 : « I play will»

boys who curse and swear ».

(7) Critique philosophique, 1882, tome II p. 140. Will lu believe, p. 90.

Page 111: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 111/329

WILLIAM JAMES 109

aspirations qui pourraient aussi bien caractériser ce que Jamesappelle l'âme tendre, un besoin mystique du martyre ?

Quoiqu'il en soit, James sent en lui « une ancienne dureté

de cœur » qui, dit-il, est un caractère ultime. C'est elle quiexplique qu'il écrive une psychologie de tendances matéria-listes, qu'il ait eu pour le mot même d'âme une répugnance pro-

fonde (1), qu'il soit toujours et avant tout un empiriste.Les hommes à l'esprit dur se placent devant les faits (2). L'em-

pirisme est avant tout une croyance sévère et difficile (3). « Laphilosophie de Hume fait cliqueter les faits les uns contre les

autres aussi sèchement que des dés dans un cornet (4). » Aucunfait n'aura de place privilégiée. L'esprit dur aime ce qui égalise, (

ce qui démocratise ; il est l'ennemi de toutes les aristocraties (5). (

Ainsi, d'une part, méthode ardue et difficile qui ne veut pass'élever au-dessus des faits, qui veut seulement les prendre unà un, et les prendre tels qu'ils sont, et d'autre part, conceptiond'un monde constitué uniquement par des séries de faits, voilà

ce qu'est l'empirisme de l'âme dure. Et il y a des moments oùWilliam James a vu dans cette conception pour laquelle l'exis-

tence est un fait brut dont il ne faut chercher aucune raison, la

philosophie dernière (6).

Mais surtout il doit à cette dureté de l'àme ce qui fait propre-ment de lui un pluraliste, la joie devant, les forces en lutte,

l'amour de l'effort et de l'aventure, une certaine conception deDieu, une certaine vision sombre et sévère du monde. C'est

sans doute sous l'influence du calvinisme et du puritanisme (7),

peut-être dans la tradition de Jonathan Edwards, qu'il apprit à con-cevoir une divinité transcendante agissant de façon arbitraire

sur un monde radicalement mauvais dans quelques-unes de sesparties ; peut-être CottonMather lui apprit-il à croire à ce « sur-

naturalisme grossier » dont il fit une partie intégrante de saphilosophie (8).

Carlyle descendant d'une race puritaine, continua eu le renou-velant, cet enseignement calviniste. James apprit à voir « cet

étrange échafaudage, le monde sur la plate-forme duquel desarlequins dansent tous à la fois, où des hommes sont décapités,

(1) Psychologieal Review, 1895 p. 119.

(2) Pragmatism, p. 266. Monist, 1909 p. 156.

(3) Dewey Journal^ VII, p. 506.

{4) Problems, p. 198.

(5) Critique philosophique, 1882 tome II p. 140. Immorlalily, p. 83.

(6) Critique philosophique, 1879 tome II p. 135.

(7) Voir Will to believe, p. 213 et 45, Pragmatism, p. 297. WoodbridgeRiley Journal, 13 mai 1909, p. 263.

(8) Woodbridge Riley, p. 38, 41, 126.

Page 112: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 112/329

110 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

mis en quartier. Spectacle bigarré, non sans son élément de ter-

reur ». Mais, ajoutait Garlyle, et James le dira après lui, « nousle regardions en jeunes hommes courageux » (1). Avec Garlyle,

James admire la vie apparaissant << en traits rouges d'inexpri-mable grandeur et aussi dans le noir des ténèbres (2). Il le suit

dans le grand « labyrinthe sombre où l'on trébuche au petit

bonheur » (3). Partout autour de nous la nécessité (4), partoutle fracas des collisions (5), partout la lutte tumultueuse, du bienet du mal (6). Telle est l'existence et sa pompe «avec ses lamen-tations et ses jubilations, ses cloches d'église et ses cordes depotence, sa tragédie-farce, sa divinité-animalité, le Bedlam dela création (7). Tel est le train de l'artillerie céleste, tout flam-boyant, tout tonnant, le train de la mystérieuse humanité quipasse en tonnerre et en flammes, toute une procession de gran-deur allant à pas précipités, à travers l'abîme inconnu » (8).

En même temps qu'il faisait voir à James ce monde bariolé,

ce monde d'aventure et de danger, Garlyle lui apprenait à sentirla profonde réalité de la durée, fondement sans cesse mouvantde ce monde déjà éblouissant et hallucinant par lui-même.« Tout notre être terrestre est fondé sur le Temps et bâti deTemps ; le Temps est son auteur » et les choses sont dans unflux continuel et sans repos (9). Le vêtement de l'Eternité setisse sans cesse.

Si nous travaillons, peut-être avec l'aide du Temps pourrons-nous supprimer quelques-uns des carreaux noirs qui couvrentau moins la moitié de l'habit de l'arlequin cosmique ; combat-tons. « La victoire n'est possible que parla bataille » (10;. Ayonssinon la victoire, au moins le sentiment du combat et la volontéde combattre jusqu'à la mort. Faisons effort (llj, délivrons-nous,« Teufelsdrockh, trop lourdement chargé. Et cependant voilàque ses liens se relâchent ; un jour il lancera son fardeau loin

de lui et se ruera libre en une seconde jeunesse » (12). La vie esttoute entourée de nécessité et cependant sa signification n'est

(1) Carlyle Sartor Besartus, p. 81.

(2) Ibid., p. 88.

(3) Ibid., p. 127.

(4) Ibid., p. 163.

(5) Ibid., p. 167.

(6) Ibid., p. 167.

(7) Ibid., p. 167.

(8) Ibid., p. 184.

(9) Ibid., p. 89.

(10) Ibid., p. 88.

(11) Ibid., p. 127.

(12) Ibid., p. 126.

Page 113: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 113/329

WILLIAM JAMES 111

pas autre que liberté, force volontaire (1). Foulons Tophet sousnos pieds tandis qu'elle nous consume (2).

Garlyle insiste sur la large liberté qu'il y a dans le monde,

sur la possibilité de choix, sur ce qu'il appelle le droit de votede tous les éléments du monde (3).

On comprend que James se souvenant des leçons de SartorResartus, conscient de ce qu'il devait à Garlyle, se soit présentéd'abord presque comme un de ses disciples (4). De lui, commebeaucoup des jeunes gens de sa génération, il avait appris quel'action, la conduite, le travail, et non pas la seule connaissancesont les buts essentiels de la vie.

Browning enseignait aussi la lutte qui s'engendre sans cesseà nouveau pour que l'homme travaille, combatte et s*élève; et

la valeur infinie du danger.Les Américains surent tirer profit de ces doctrines d'efforts,

nous l'avons vu. Emerson après Garlyle, mais de façon plusmystique et plus douce, exhorte au courage. Surtout J ainestrouvait dans Whitman une vision de la lutte universelle, de la

guerre plus longue et plus grande que toute guerre.

Enfin il découvrit dans un auteur à peu près inconnu, Blood,une union, une fusion entre le mysticisme et le pluralisme sem-blable à celle dont il rêvait. D'abord Hégélien, le tourbillon depensée qui, comme le dit James, était dans l'àme de Blood, le

chasse du hégélianisme. Il est avant tout un irrationaliste; tan-dis que la raison est une équation « la nature, dit-il, est unexcès ». « La nature est contingente, excessive et mystiqueessentiellement... Les choses sont étranges. Elles ont les formesdes cactus... L'univers est sauvage, un gibier qui a l'odeur del'aile du faucon. Le même ne revient que pour apporter du dif-

férent- Le cercle lent du tour du graveur ne gagne que del'épaisseur d'un cheveu. Mais la différence se distribue sur la

courbe tout entière, jamais exactement adéquate». Ces formulesnous montrent en Blood à la fois un réaliste et un mystique.Un réaliste puisqu'il n'y a pas pour lui de causes ou de raisonsen dehors de « l'état présent et du fait donné ». Un mystique,carie fait est comme il le dit, un fait surnaturellement donné,« la nature entière n'est que prodige». Blood croit en la volontéet en la raison, mais seulement en tant que réalisées mystique-ment, en tant que vécues dans l'expérience.

(1) Ibid., p. 126.

(2) Ibid., p. 116.

(3) Latter-Day Pamphlets, p. 44.

(4) WÙl to beîieve, p.- 173.

Page 114: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 114/329

112 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

Et enfin cette, philosophie est donc un volontarisme « De la

poitrine de l'homme à sa langue et à son cerveau monte unelibre et forte détermination. Et il crie de lui-même, et en dépitde toute sa nature et de tout son milieu : je veux. Ceci est le

Fiat de Jupiter, la cause pure; ceci est la raison, ceci seulpourra expliquer le monde à l'homme, si le monde peut lui êtreexpliqué ».

Les choses ne doivent donc plus être pensées comme partiesd'un système, mais comme faits, comme faits qui se détermi-nent eux-mêmes. Et ces faits sont disséminés dans l'espace etdans le temps. L'univers est un grand processus contingent.

D'où une sorte de scepticisme, mais de scepticisme coura-geux :« Le fait est que nous ne savons pas, mais quand nousdisons que nous ne savons pas, nous ne devons pas le dire dou-cement et faiblement ; nous devons le dire avec confiance etsatisfaction... la connaissance est et doit être toujours secon-daire » (1).

Cette âpreté nouvelle dont parlait Whitman, et à laquellepensait Blood, James la connait; ce qu'il demande peut-êtreavant tout à la réalité, c'est « cet élément que tout homme fort

accueille sans répugnance parce qu'il sent là un appel adressé àdes puissances qui sont en lui : l'âpre et le dur, le ballottement dela vague, le souffle du nord(2). » Dans ses articles de 1882, Jamesjouissait déjà de cette universelle tempête, de ce poème del'océan, selon l'expression de Whitman (3). Mais il semble quec'était alors presque une attitude contemplative et esthétique.La vie lui apparaissait bien comme un drame, mais le philo-sophe se voyait plutôt au parterre que sur la scène ; il était

« intéressé » par la pièce. « Plutôt baisser le rideau avant le

dernier acte, afin de sauver d'un dénouement si étonnammentplat une histoire dont le commencement a été d'un si grandintérêt (4). » Pourtant déjà nous remarquons l'idée de puissancesauxquelles nous devons résister, l'idée d'une lutte à laquellenous devons prendre part ; il parle du « fait brut et grossiercontre lequel il faut que nous réagissions ». Un nouveau sen-timent va naître en lui, différent de ce sentiment matérialisteet mystique à la fois, par lequel l'individu voulait s'absorber ausein de forces qui ne sont pas individuelles, différent aussidu sentiment pluraliste et esthétique dont nous venons de

(1) Ces citations sont empruntées à James, Mcmories, p. 371.411 (ouHibbert Journal 1910 p. 739 sqq). Cf. Will to believe, p. VIII.

(2j Critique philosophique 188?, tome II, p. 140.(3) Whitman Leavea ofGrass, p. 4.

(4) Critique philosophique 1882, tome II, p. 140, 311.

Page 115: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 115/329

WILLIAM JAMES 113

parler. Il faut que l'individu se dresse contre le fait lui-même;il faut que l'âme ne dise plus au flot qui l'entoure : « Monte,.lusses-tu nous submerger » mais : « Monte, tu ne nous submer-

geras pas ». James nous dit qu'il ne renoncerait pas facilementà cet élément qui donne au monde extérieur « son style moral,son caractère expressif, pittoresque, l'élément de force et devigueur, d'intensité, l'élément abrupt, l'élément dangereux (1).»

« Le monde, avait dit Blood, a la sauvage senteur d'une aile

de faucon (2) ; » « William James apprécie ce fumet qui donne àla vie tout son prix:. Il se complait dans cette « bataille inces-cessante des puissances de lumière avec les puissances de

ténèbres » ; « l'héroïsme ici est réduit à sa chance, il ne doitcompter que sur lui » ; et cependant par ci par là « il arrachela victoire à la mâchoire de la mort ». « De la sueur, de l'effort,

la nature humaine tendue de toutes ses forces —sur la roue —et

cependant échappant vivante, la nature humaine in extremis » (3)

voilà ce qui met en joie l'homme à l'âme dure. Il aime « les

vieilles hauteurs et les profondeurs et les clairs obscurs » (4)#

Les paysages trop calmes ne lui apportent que le dégoût ; il a

devant eux le sentiment d'une nature apprivoisée, sans sponta-néité, le sentiment « d'une innocuité atroce des choses ».

« Laissez-moi prendre mes chances à nouveau dans la sauva-gerie du monde extérieur, avec tous ses péchés, avec toutesses souffrances C'est là, c'est là qu'il y a les hauteurs, là les

profondeurs, les précipices, les idéaux à pic, les visions bril-

lantes du terrible et de l'infini » (5).

Au fond de l'àme du pluraliste il y a un désir en quelquesorte contradictoire, désir d'une part de se sentir enserré, àdemi écrasé par les forces contre lesquelles il lutte, forces quinivellent, forces qui démocratisent (6) ; il veut avoir le sens deslimites qu'il ne peut dépasser (7). Mais en même temps que cedésir d'être à l'étroit en quelque sorte dans l'univers, le plura-liste a horreur de ce qui est arrangé, ordonné et régulier. Il

veut respirer librement, « avoir sa chance ; » il ne veut pas se

(1) Talks to teaehers p. 271.

(2) Will to Believe p. IX.(3) Talks to teaehers p. 272. Voir Henry James A Small Boy p. 271 une

parole de James enfant : « Je ne joue qu'avec des enfants qui savent ceque c'est que jouer. *

(4) Talks to teaehers p. 273, Will to Believe p. 211. Pluralistic universe.p. 45, voir Garus Monist 1909, p. 145.

(5) Talks to teaehers, p. 270.(fi)

Critique philosophique, 1882 (2) p. 140.(7) Mind. 1882 p. 192. Will to believe, p. 271.

(8) Critique philosophique, 1882 t. Il p. 166.

Page 116: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 116/329

114 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

sentir vivre terre à terre, mais au milieu de perspectivesaériennes (1). Sa philosophie laisse les fenêtres et les portesgrand'ouvertes (2). Un pragmatiste radical, dit James, est uneespèce d'anarchiste, un être qui vit sans règle, « à la va commeje te pousse » (3)- Puisque les essences des choses sont dissé-minées dans le temps et dans l'espace, c'est dans leur dissémi-nation et leurs vicissitudes qu'il faudra que l'homme avide de la

plénitude même de la vie les saisisse (4).

Le paradis de James, sera le monde avec ses précipices ; cequ'il veut, c'est vivre une vie intense et « extraire du jeu de la

vie ses plus grandes possibilités d'excitation » (5). « Fils de

l'homme, dit-il, en disciple de Garlyle, ne sois pas effrayé de la

vie; tiens-toi sur tes pieds » (6). Accepte l'offre de la nature (7),

risque quelque chose dans le combat de la vie, risque quelquechose, ajoute-t-il, avec son maître Renouvier, dans la recherchede la vérité. « On peut observer chez les hommes d'une naturevaillante le désir de jouir d'une certaine somme d'incertitudedans leurs croyances philosophiques, exactement comme le risque-sert d'aiguillon dans l'ordre matériel » (8).

Et le monde qu'il désire sera sans cesse changeant; il s'impa-ti.ente'devant un spectacle immobile. De là son amour des chosesdans leur devenir et leur flux, delà sa vision de l'univers subspecie temporis, dans sa nouveauté incessante (9).

Il y aura donc une opposition absolue entre les tendances decet esprit et celles d'un rationaliste. « L'esprit rationaliste est dutype doctrinaire et autoritaire » ; « le « doit-être » est constam-ment sur ses lèvres » ; « la sangle de son univers doit être ser-

rée » ; & dans le tonneau de Diogène, il voudrait que les cerceauxne soient pas lâches et que les douves ne laissent pas percer le

soleil » (10). Il est à la recherche d'un inconcussum aliquid, d'unecertitude au sein de laquelle il puisse se reposer (11), à la

recherche de la terre ferme ; il aime les architectures noblessous un ciel calme (12). Il pense que le monde se conforme à ses

(1)Article sur Spencer,

p102. Will lo believe,

p.326.

(2) Problems, p. 100. •

(3) Pragmatism, p. 2Ô9.

(4) Critique philosophique, 1879 t. II p. 117. Will lo believe, p. 69.

(5) Will to believe p. 213.

(6) Critique philosophique 1882, tome II, p. 139. Will to believe, p. 88.Psychological Review 1897), p. 294.

(7) Pragmatism p. 290, 291.

(8) Critique philosophique 1882, tome II, p. 145.

(9) Voir Monist 19, p. 156.

(10) Pragmatism p.259, 260, Pluralisme universe

p.143.

(11) Critique philosophique 1882, tome II, p. 14r>.

(12) Problems p. 36. Journal, 1907, p. 547.

Page 117: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 117/329

WILLIAM JAMES 115

volontés : « ce qui- doit exister existe sûrement ». 11 est inutile

de transformer les choses ; elles sont bonnes certainement aufond. Paresseux et finalement amoral, il donne procuration à

l'absolu ; sans doute l'absolu ne fait rien ; mais il sanctionnetout.

Devant le monde mouvant du pluraliste, incessamment agitéde vagues qui se croisent, le moniste éprouve une sorte de malde mer ; ou encore : « Un ami me disait un jour que la penséede mon univers le rendait malade comme la vue d'une massede vers horriblement grouillante dans leur lit de charogne (IL »

Mettez en présence, dit James dans le Pragmatism, cette idée

de l'univers «lâche» et les idéalistes typiques; ils auront devantelle à peu près le même sentiment qu'un fonctionnaire vieilli

dans les bureaux de la censure russe aurait devant un régimede liberté de la presse, ou qu'une vieille maîtresse d'écoledevant l'orthographe simplifiée; cette idée apparait aussi pri-

vée pour ainsi dire de colonne vertébrale, aussi vide de principesque l'opportunisme à un légitimiste français de l'anciennemanière ou à un fanatique du droitdivin du peuple (2).

Toutefois malgré sa sympathie profonde pour tous ceux quisavent respecter les faits, pour ceux qui savent goûter l'amer-tume pessimiste, pour ceux qui savent douter, pour ceux mêmequi savent blasphémer; pour tous ceux qui se ceignent ducilicedu fatalisme, comme pour tous ceux qui vivent libres dans unmonde qui se prête à leur activité créatrice, pour tous les

esprits assez durs pour supporter d'être accablés, commepour tous les esprits durs jusqu'à l'anarchie, James ne peut

les suivre jusqu'au bout. D'abord, pragmatisme et « démo-crate », il reconnaît que l'idée de l'absolu peut être utile,

peut être nécessaire aux âmes faibles ; plus conséquent semble-t-il

que Schiller, il admet qu'il faut à des tempéraments différents

des philosophies différentes (3). Bien plus, dans d'asseznombreux passages, il présente sa philosophie comme une ten-

tative de conciliation, comme un essai de médiation entre les

deux races d'esprits. Et l'on a insisté sur cette sorte d'éclectisme

sentimental dans la philosophie de James (4). Sur ce point, il ya une certaine contradiction entre le pragmatisme et le plura-lisme, du moins le pluralisme de l'âme dure. Et enfin il y a chezlui certaines tendances qui ne semblent pas être celles de l'âmedure. Ne s'est-il pas attaché à critiquer sur bien des points, cequ'il appelle la doctrine sensationnaliste ? N'y a-t-ilpas chez lui

(1) Critique philosophique 1884, tome II, p. 357. Will to beliove p. 177.

(2) Pragmatism p. 123, 260.(3) Critique philosophique 1882, tome II, p. 139. Journal 1907, p. 547.

(4) Pragmatism p. 267, 301. Voir Wood bridge Riley Auteriean phSïosophy,

Page 118: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 118/329

116 LE PLDRALI8ME ANGLO-SAXON

une certaine religion, un certain spiritualisme, un certain opti-misme qui, s'il ne sont pas ceux des âmes faibles et tendres, nesont pas néanmoins des croyances des hommes à lame dure? Et

même, dans toutes ses œuvres, depuis le Willto believe jusqu'auPluralistic universe,ne sentons-nous pas le besoin qu'a son âmede savoir qu'il y a au fond de l'univers des consciences quisympathisent avec sa conscience (1). Ne retrouve-t-on pas ici lacroyance qu'il avait eue d'abord qu'aux besoins de notre âmerépondent des réalités dans l'univers ? Déjà autrefois sansdoute, durant les conversations qu'il avait eues avec son père,les rêveries de Swedenborg l'avaient attiré (2).

Le désir de l'homme est un moyen de découverte, nous dit-il

dans le Pluralistic universe : la nature répond à l'appel de notresensibilité. « C'est à ceux qui ont le désir le plus passionné queles choses se révèlent le plus vite. A une intelligence qui secontente de peu H est possible que ce qu'il y a de richesse dansl'univers reste toujours inconnu » (3).

James nous apparaît ici comme une âme sentimentale et mys-tique. Sans doute toujours ont persisté à l'arrière plan de sonesprit les idées transcendantalistes et finalement swedenbor-giennes de son père. Nous croyons cependant que ce mysticismequi dans certains passages peut paraître aller dans un sens con-traire à celui du pluralisme, ordinairement s'unit dans l'espritde James d'une façon profonde au pluralisme. Et d'abord l'idéemystique prend souvent chez lui la forme du sentiment si intensechez les Goleridge, les Carlyle, les Emerson, de l'infinie pro-fondeur des choses ; chaque moment a une signification pro-pre (4), chaque chose a une signification sans limite (5). Et mal-gré tous les efforts du langage et de l'intelligence les « sensa-tions privées » restent incommensurables. Ce sentiment trans-cendantaliste de Tineffabilité des choses n'est-il pas en mêmetemps un sentiment pluraliste ? Chaque chose apparaît commeune sorte d'infinité, et toutes choses sont égales en cette infinité.

James saura jouir du « sens de vie que tout moment apporte »,

de la plénitude même de la vie (6). Ce sens, ce culte du momentlui faisaient sentir l'inanité de toutes les doctrines qui préten-dent réduire le monde à l'unité et connaître son secret (7). Nousretrouvons ici, traduits en termes de sentiment et de mysticisme

(1) Voir aussi Mind, 188:2, p. 193. Will to believe, p. 280. Mind, 1884,p. 285 et une citation d'une lettre à M. Abauzit, Flournoy, p. 149.

(2) Aotes of a son, p. 150.

(3) Pluralistic Universe, p. 176.

(4) Talks to teachers, p. 247, 254, 2(33.

(5) Ibid., p. 243, sqq., p. V.(6) Critique philosophique, 1879, tome II, p. 117.

(7) Monist, 1909, p. 156.

Page 119: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 119/329

WILLIAM JAMES 117

l'amour du concret, du particulier que nous avions noté ; sousl'influence du transcendantalisme les théories nominalistes, si

abstraites encore chez Mill, par exemple, prennent corps et vie.

L'empirisme de James nous apparaît alors comme uni à un cer-

tain mysticisme. L'influence de Thomas Davidson et de sa doc-trine « apeirothéiste » devait aussi aller dans le même sens.

D'une autre façon encore ce sentiment faisait de James unpluraliste. S'il est des souffrances infinies et si nous devonsréaliser en nous les souffrances des autres (1), alors nous sen-tons que dans l'univers, le bien ne règne pas seul ; une âmeréellement compatissante ne peut croire au monisme optimiste;les suicides que rapporte le livre de Morrison I. Swift devraientsuffire à détourner l'homme moral de l'absolutisme (2).

Gomme pour Emerson et pour Whitman, tout homme estpour James son prochain dans la souffrance et son camaradedans la lutte ; de même qu'il a le sens de l'épaisseur matérielledes choses, il a le sens de cette sorte de densité spirituelle

qu'est une personnalité.Et,

sansdoute, a-t-il hérité

de son père, cette idée dela

« camaraderie humaine », l'expression dit le romancier H. Jamesen parlant de son père qui revenait le plus souvent dans sabouche et sous sa plume (3). Th. Davidson, d'autre part, lui

avait enseigné le culte de la personnalité, de l'âme.Le pluralisme serait peut-être une variété de « l'expérience

philosophique » ; et même, quoiqu'il se défende d'être arrivéà ses principes philosophiques en partant d'expériences mys-

tiques (4), James semble bien à certains moments parlerd'heures mystiques qu'il a vécues où dans le silence de la

théorie il a senti battre la pulsation de l'être, où il a sentinaître de nouvelles époques de sa pensée (5). C'est peut-êtredans de tels moments que la conception pluraliste est apparueet s'est développée dans son esprit. La psychologie même deJames est imprégnée pourrait-on dire de mysticisme, il n'est pasjusqu'à la certitude qui ne soit pour lui comme un sentiment,

un sentiment de l'idée en contact avec la réalité, chaude deréalité. Empirisme et mysticisme s'unissent car cet appro-

(1) Cf. Monist. 1909, p. 156.

(2) James Pragmatism, p. 28 sqq.(3) Notes of a Son, p. 156.

(4) Voir Monist, 1909 p. 19. Talks tu touchers, p. 242, Critique philoso-phique, 1884 (2i p. 11, Will to believ»', p. 141.

(5) Memories, p. 149. Voir sur certaines expériences mystiques deJames Journal, 1910 p. 85, et sur sa position par rapport au mysticismeune lettre citée par Pratt, Hibbert Journal, vol. X p. 225-234, et Flournoy,p. 149 note.

Page 120: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 120/329

Page 121: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 121/329

WILLIAM JAMES 119

tique avec tout autre phénomène ». Il voulait éprouver l'exis-

tence d'une sorte d'homogénéité fondamentale de l'univers »;

il cherchait une sorte d'opium philosophique, une méthodesentimentale et mystique universelle, par laquelle nous pour-rions satisfaire nos besoins intellectuels et moraux et toutel'attente de notre âme. Il ne pensait pas alors qu'un jour vien-drait où il s'efforcerait précisément de résister aux besoins del'esprit, où il tendrait à accepter une philosophie inacceptable àpremière vue, où il comprendrait que l'essence de la vie moralece n'est pas de « se sentir en conformité avec ce que le grandTout demande » (1). Il n'était pas insensible â l'influence hégé-lienne qui au fond se fit toujours plus ou moins sentir dans sonesprit.

Mais déjà il voit qu'il peut se produire une hypertrophie mala-dive du sens de l'unité; il sait contenir son aspiration versl'unité dans de justes limites en laissant hors d'elle « les sensa-tions incommensurables » et les principes, monades ou atomesqu'il concevait à ce moment comme nécessaires à la déductiondu monde concret {2).

Ce n'est que peu à peu que toute doctrine moniste lui appa-rut comme dangereuse et condamnable. Dans le Dilemme duDéterminisme publié en 1884, James montre les incompatibilitésqui existent entre l'action et l'idée d'unité ; dans le discours deBerkeley, il fait l'application de sa méthode logique au pro-blème de l'unité. Dans la plupart de ses ouvrages on trouve dis-

séminées des critiques adressées aux théories monistes.Il n'a pas eu pour l'absolutisme, le mépris qu'a montré

Schiller; il sait qu'il fut une réaction salutaire contre le secathéisme de certains représentants de l'école associationniste,qu'il fut soucieux d'envelopper les faits dans des harmonies pluslarges (3). Mais il voit en lui de plus en plus une philosophietrop simpliste : « une conception simple, dit-il, n'est l'équi-

valent du monde qu'au degré seulement où le monde estsimple » (4); et la vie, la nature est surabondante, naturellement

gaspillée.Le pluralisme est pbur James l'exemple le plus remarquable,l'exemple de choix sur lequel on peut voir le mieux la nature decette méthode qui prend l'idée d'unité telle qu'elle apparaîtdans notre conscience et qui cherche quels résultats définis

elle peut avoir dans notre expérience ; dans le Discours de

(1) Critique philosophique, 1879 tome II p. 73, 81, 86, 134, 1882 lome II,

p. 133-138. Will to believe, p. 64 sqq. •'

(2) Critique philosophique, 1879 tome II p. 115. Will to believe, p. 68.(3) Ibid., 1881 tome II p. 406, Will to believe, p. 128.

(4) Ibid., 1879 tome II p. 117.

Page 122: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 122/329

120 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

Berkeley et dans le Pragmatisme, James reprend à peu prèsdans les mêmes termes, la critique de l'idée d'unité et présentecette critique comme l'exemple le plus clair de la façon dont il

faut déterminer pragmatiquement les concepts-La méthode que James emploie pour dissocier l'idée d'unité —

et la dissociation de cette idée est sa destruction —est uneméthode positive, psychologique, particulière, pratique. Nousdevons étudier les apparences d'unités, les apparences de diver-

sités qui sont dans le monde tel qu'il se présente à notre esprit.

Le monde aura juste autant d'unités, juste autant de diversitésque nous en constaterons. La méthode sera donc avant toutune méthode d'expérience et de réserve (1).

C'est ainsi seulement que nous pourrons rendre nos idéesclaires, et c'est là le but essentiel que se propose, comme le

disait Peirce, la méthode pragmatique ; il ne faudra pas secontenter de répéter le nombre un ou le nombre deux ou tel autrenombre, il faudra voir les différentes façons d'agir de cesnombres dans un milieu concret (2). On se demandera quelleest la théorie qui suggère le plus de détails, qui met en œuvrele plus d'activités définies. On voudra savoir, non seulement si

le monde est composé d'un ou de plusieurs éléments, mais oùse trouvent ces éléments, de quel point de vue précis la diver-sité apparait, de quel point de vue l'unité. Ce n'est pas unequestion d'origine que l'on se posera, on essaiera seulement dedéterminer des relations (3).

Par cette méthode, les définitions des idées elles-mêmesseront transformées ; par exemple, on définira l'unité d'unobjet en termes pratiques par la possibilité de passer d'unefaçon continue d'un point à un autre point de cet objet (4).

On sera donc amené à voir non l'unité dans son unité, maissi l'on peut dire dans sa diversité, à réaliser intellectuellementd'une façon particulière chaque unité particulière.

Le pragmatisme apparait ici comme une façon « purementintellectuelle » de traiter le problème de l'un et du multiple.James dénonce la sentimentalité du moniste qui cherche à toutprix l'unité; sans doute, le mot d'unité a une valeur émotion-nelle et c'est là une valeur importante du point de vue dupragmatisme; mais James veut en déterminer d'abord ici la

il) Pragmatism, p. 130-148. 160, 161.

(2) Journal, 1904 p. 684, 685.Mind, 1882 p. 197. Will to believe, p. 283. Journal, 1904 p. 684, 685,.

190 . p. 36. Philosophiez] Review, 1908 p. 15, Essàys in Radical Empiri-cism, p. 110, 111.

(4) Journal, 1904 p. 684, 685.

Page 123: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 123/329

WILLIAM JAMES 121

valeur purement intellectuelle, il veut voir de quelle façon l'onpeut se représenter clairement l'unité. Ici nous nous trouvoosdonc en présence non pas d'un James mystique, ni même d'un

James qui aurait une conception éthique du pragmatisme, maisd'un James presque intellectualiste (1).

Cependant, les conséquences morales de l'idée doivent avoirun rôle et alors le pragmatisme nous apparaît avec tous ses carac-tères. C'est qu'il ne faut pas avoir les yeux constamment levésvers les principes, mais abaissés vers leurs conséquences oudirigés vers leur action. La philosophie doit être, selon uneexpression souvent employée par Dewey et ses disciples, essen-tiellement « prospective ». Les problèmes tournent alors surleurs gonds, comme dit James (2). Il s'appuie donc sur des pos-tulats moraux, et l'on a pu parler en ce sens du caractère moralde sa méthode (3;. Il faut avant tout que le monde de la volonté,le monde des réalités morales, le monde de l'individu, ne soit

pas un monde illusoire (4).

C'est ainsi seulement d'ailleurs, en tenant compte des réalitésde la nature et des réalités de la morale que l'on retrouvera les

données du sens commun (5). Le sens commun cherche lessolutions les plus économiques en même temps que celles quilaissent le plus de place à l'action libre (6).

Chaque fois qu'il s'agira de résoudre un problème, Jamestâchera d'observer les faits, de distinguer, de diviser les termes,de voir les conséquences dans un milieu concret, de tenir comptedes besoins concrets de la volonté humaine. Sa méthode est àla fois celle d'un psychologue pour qui la réalité et l'apparences'unissent dans l'esprit, celle d'un esprit pratique qui veut cher-cher les conséquences des idées dans les faits, celle d'un pen-seur qui veut critiquer les idées telles quelles sont en elles-

mêmes. Empiriste, intellectualiste et pragmatiste, psychologi-que et scientifique, à l'aide des études convergentes de l'expé-

rience psychologique, des idées claires, des plans d'action pra-tiques, des faits précis, des besoins profonds, elle veut rejoindreles données primitives du sens commun.

Il n'y a rien derrière ou dessous l'expérience que l'expérience

(1) Sur cet intellectualisme pragmatiste, voir Peligious Expérience,p. 525. Journal, 1904, p. 684, 685. Pragmatism, p. 150-156, 159. PluralisteUniverse, p. 52.

(2) Pragmatism, p. 122.

(3) James Seth, p. 350.

(4) Dickinson Miller Philosophical Pteview 1899, p. 169.

(5) Sur les rapports du sens commun et du pragmatisme, Will tu beliere,

p. VIII. Critique philosophique, 1884 (2) p. 277. Heligious Expérience, p. 526.Pragmatism, p. 161.

(6) Journal 1905, p. 116 sqq., Essays in Radical Empiricism, p. 199 sqq.

Page 124: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 124/329

122 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

elle-même ; l'expérience se détache sur elle-même, se fonde surelle-même, se contient elle-même et ne s'appuie sur rien. C'esten partant de cette conception que l'on peut comprendre la cri-

tique de l'unité telle que James la formule. Il nous faut doncétudier ce qu'est l'empirisme radical, ce qu'est cette philosophiequ'il définit comme « une philosophie de l'identité sous une formepluralistique ».

Regardons simplement le réel, ce flux originel qui n'a pas en-core été conceptualisé par notre réflexion. Ce monde réel, le

monde des choses solides est en même temps le monde de notreesprit ; un réalisme extrême est finalement identique à l'extrêmeidéalisme, et on a nommé avec raison le réalisme de James unidéalisme empirique (1). Et ce ne sont pas seulement les criti-

ques de James qui ont employé à propos de cette conception oùla pensée et l'être se confondent dans l'expérience pure le motde : monisme (2), c'est James lui-même : « ce sera un monismesi vous voulez, mais un monisme tout-à-fait rudimentaire » (3j

Cette unité recouvre une multiplicité et l'empirisme radicalqui apparaît d'abord comme l'affirmation de l'identité entre lapensée et l'être apparaît aussi comme l'affirmation d'une multi-plicité essentielle. Le monde est si divers que l'on ne peut mêmepas dire qu'il soit entièrement divers, qu'il soit uniquementmultiple, discontinu, hétérogène, il s'y trouve ça et là des cou-rants continus, des blocs homogènes, des unités.

C'est là une philosophie empiriste, d'après James, parce queles parties pour elle sont plus importantes que le tout, que le

tout n'est que la somme des parties, que c'est «une philosophiede la mosaïque, une philosophie des faits au pluriel », des faits

sans supports, sans substance autre qu'eux-mêmes; tandis quele rationalisme tend à expliquer les parties par le tout, l'empi-risme tend à expliquer le tout par les parties ; il voit l'universdistributivement et non pas collectivement. Mais James ajouteque c'est un empirisme radical parce qu'il prête attention, nonpas seulement aux faits, mais aussi aux relations entre lesfaits (4). Cet empirisme ne pose pas le dilemme entre une unitéabsolue et une diversité absolue. Pour lui il y a une certaine

(i) Boodin Journal. 1907 p. 533. Calkins Journal, 1907 p. G77. Pitkin Ibid.,

p. 44. Thilly Bévue de métaphysique, 1908 p. 626. Voir James PsvchologicalReview, 1905 p. 106.

(2) Colvm Monist, 1906 p. 554.

(3) Communication au Congrès du Psychologie, p. 2, 8, 9 (archives depsychologie 1905, p. 9), Essays in Radical Empiriciam, p. 226.

(4) On trouve une interprétation différente du mot empirisme radical

dans Will to believe, préface : « Je l'appelle radical parce qu'il traite ladoctrine monistique elle-même comme une hypothèse ».

Page 125: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 125/329

WILLIAM JAMES 123

unité et une certaine diversité qui ne sont pas incompatibles,bien plus, qui sont complémentaires. Ainsi par son idée de l'exis-

tence des relations (1) cet empirisme se distingue de celui de

Hume par exemple. Les diverses expériences ne s'appuient surrien, mais elles s'appuient les unes sur les autres et c'est là la

raison pour laquelle la philosophie pluraliste conçoit la possi-bilité d'un compromis entre l'unité et la multiplicité. Ceux queJames appelle les royalistes de la philosophie confondent tousleurs adversaires sous le titre général d'anarchistes. Mais pourle pluralisme, le monde n'est pas un amas d'incohérences com-me l'est le monde des apparences pour certains disciples deBradley. C'est en se faisant « varié », aussi flexible, aussi richeen ressources, « aussi malléable que la mère nature », en accep-tant tout le réel, —démocratiquement —que l'empirisme peut

-être vraiment radical. Il ne faut donc pas croire que pour êtrepluraliste, il faille affirmer Aine multiplicité sans aucune unité.D'ailleurs, la moindre vibration d'indépendance, la moindre sépa-ration entre les choses suffit pour ruiner l'édifice moniste. Lepluralisme de James s'éloigne autant du pluralisme absolu que dumonisme absolu, mais en même temps James sait que le plura-lisme est en un sens absolu par lui-même. Aussi peut-il insistersans danger sur la continuité, l'homogénéité de certains blocsd'expériences, aussi peut-il prendre l'unité des choses et leurvariété telles qu'elles se présentent (2). Et il échappe ainsi à lanécessité de recourir à des abstractions et à des substances etd'une façon générale il échappe aux critiques qu'adressaient àl'empirisme Green et son école. Les relations entre les expé-riences sont aussi des expériences. Ce ne sont pas seulement lescritiques de ces monistes qui perdent leur valeur, c'est leur théo-rie elle-même dans ce qu'elle a de positif; car elle était fondéesur l'affirmation que les relations ont une existence supérieureà celle des termes qu'elles relient, que les relations sont des uni-versaux ; dans l'empirisme radical, les relations ne sont pasmoins temporaires, ne sont pas moins contingentes, ne sont pasmoins particulières que les faits.

Ces relations sont elles-mêmes essentiellement diverses, elles

vont de la simple simultanéité, du simple « avec », jusqu'à la

ressemblance, jusqu'aux relations d'activité, enfin jusqu'auxrelations entre états de conscience continus, jusqu'à l'absoluecontinuité du courant de conscience.

Ces relations sont si bien indépendantes les unes des autresque l'on peut imaginer un monde où il n'y aurait que des

(1) Plur. Universe, p. 280, et Essays in Radical Empiricism.(2) Journal of philos., 1904 p. 534,336.

Page 126: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 126/329

Page 127: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 127/329

WILLIAM JAMES 125

temps de heurté. Nous voyons partout se rompre les barragesqui feraient du fleuve un courant continu et, selon la métaphoreiechnérienne se former des vagues qui se croisent en tumulte.

Et pourtant toujours, au milieu de cette multiplicité, unecertaine unité se fait sentir, une unité à vrai dire qui, finale-

ment n'apparaîtra pas comme une moindre confusion que cettemultiplicité même, car elle consiste en ce fait que nous nepouvons tenter d'isoler un phénomène sans que celui-ci résisteet montre qu'il est lié au reste de l'univers. Nous le voyonsfacilement en étudiant notre moi, mais il en est de même par-tout ; chaque partie est unie à ses voisines par une sorte

d' «interfusion inextricable». Nous disions que tout fragmentde l'univers s'affirme comme indépendant de tous les autres ;

en même temps, chacun s'affirme comme lié aux autres inextri-

cablement.Que sont ces relations elles-mêmes et quelle est la nature

du lien qu'elles établissent entre les termes ? On n'a pas fait

assez attention, pense James, à une certaine sorte de relationstrès communes dans notre expérience, celles précisément qui

unissent les ornements du crâne du Dyak avec le crâne ; cesornements forment un tout parce qu'ils se réfèrent tous, serapportent tous au crâne. Il y a ainsi dans le monde une mul-titude de relations de « conterminosité », de confluence. Quandnous voyons des esprits qui connaissent une même chose, ouencore des choses qui ont une même chose entre elles, noussommes en présence d'expériences de confluence. Dès lors,

on peut comprendre comment notre conscience s'insère dansle monde extérieur de temps à autre, à des moments discon-tinus, comment il n'y a d'interactions entre elle et les autresconsciences qu'à de certains moments discontinus aussi. Il

peut y avoir toutes sortes de relations flottantes, variées, libres,

entre les choses —contiguïté, ressemblance, simultanéité, pro-ximité, superposition, intention, conconutance, pure addition ;

et par là même nous nous rendons compte qu'il y a une grande

1Î3-U9, 17G-182, 235-238, 281-287, tome m 29-41. Voir aussi 1907 p. 397,398. (Les quatre articles cités en italique sont les plus importants). Repro-duits dans Essaya in Radical Empiricism.

Voir également Critique philosophique, 1879 tome II p. 78, 115, 1881tome n p. 390. Is Lifo worth living, p. 24. Mind, 1882 p. 186-190, 192, 193,

196, 205. Psychology, tome I p. 226. Psychology Briefer Course, p. 153.

Human Immortality, p. 55, 79, 119. Mind, 1903 p. 94, 1904 p. 364, Commu-nication au Congrès de Psychologie (Arcliives de psychologie), p. 6.

Psychological Review, 1905, p. 16. Psychological Bulletin, tomeI

p.2.

Pragmatism, p. 21, 22, 137, 156, 160, 'l66, 244, 260. Meaning of Truth,

p. XII sqq., Will to belicre, préface. Pluralisme Universe, p. 280, 286, 325.

Page 128: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 128/329

126 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

quantité, un grand taux de disconnexion dans le monde r

comment son unité est souvent une sorte de concaténation,souvent une relation entre des variables indépendantes, dansles deux cas, une confluence partielle des choses.

Si Ton croit à cette indépendance, à cette fluidité des relationson est par là même en possession d'un nouvel argument contreles théories de Bradley : pourquoi donc croire qu'une chose enrelation avec une autre soit éternellement en relation avecelle ? Il peut y avoir des déterminations extérieures qui se fontet se défont, des relations momentanées- James arrive donc àune doctrine qui se rapprocherait de celle de G. E. Moore et deRussell. Il faut noter seulement que l'idée des relations exté-rieures implique pour lui d'une façon essentielle l'idée de l'exis-

tence du temps et le changement des relations est conçu parlui moins comme un déplacement mécanique d'universaux dansun domaine tout intellectuel à la façon des logiciens de Cam-bridge, que comme un va-et-vient dans la durée fluide (1).

Puisque les relations sont extérieures aux termes, ceux-cipeuvent avoir en même temps de multiples relations ; « ce

pupitre que je frappe avec ma main frappe à son tour vos yeux»;une chose donnée est entourée de multiples relations ; partout,

le même est au milieu du différent (2). Si l'empirisme radicaltend au pluralisme, c'est précisément parce que ces relationssuperficielles, momentanées, extrinsèques sont si nombreusesdans le monde.

Le monde pluraliste est un monde où certains phénomènespeuvent disparaître sans que d'autres, nous dit James dans les

Problems. soient aucunement affectés par cette disparition ;

c'est un monde où l'idée d'absence correspond à une réalité ;

« le principe monistique, au contraire, implique que rien de cequi est ne peut en aucune façon être absent de n'importe quoid'autre qui existe » (3). Que certaines choses n'ont aucunerelation avec certaines autres, tel est le principe qu'on pourraitnommer principe de l'absence. C'est ce principe qui rend, peut-on dire, la possibilité possible (4). Là où il y a totalité, dirait

volontiers James, il ne peut y avoir possibilité.

On voit que la théorie des relations extérieures n'est autrechose au fond que l'affirmation même du réalisme et du plura-lisme, identiques dans leur principe. « Le pluralisme considéré

(1) Sur l'idée des relations extérieures, voir Journal, tome I p. 561-570,

535 sqq., tome II p. 36-38. Mind, 1884 p. 281. Pragmatism, p. 87. pluralistic

Universe. p. 80. Essaya in Radical Empiricism, p. 39-92, 92-123, 266.

(2) Pluralistic Uni verse, p. 269, 270.(3) Problems, p. 144.

(4) Pluralistic Universe, p. 268, Problems p. 139.

Page 129: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 129/329

WILLIAM -JAMES 127

pragmatiquement, est, dit William James, l'idée que les diffé-

rentes parties de la réalité peuvent avoir entre elles desrelations purement extérieures». Et enfin, si vaste que soit

l'être considéré, il a toujours un « en dehors ». Il n'y a pasd'être qui contienne tous les autres, il y a toujours quelquechose qui échappe, qui ne veut-pas rentrer dans le système (1).

Pluralisme, réalisme, théorie pragmatiste de la connaissance,théorie de la possibilité, théorie du temps, les différentes con-ceptions de William James se trouvent liées à l'affirmation del'extériorité des relations et c'est cette affirmation même quipermettra de transformer le réalisme statique qui se contente

de dire que les relations sont extérieures eu un réalisme dumonde mouvant et changeant.La science va-t-elle arriver à unifier ce monde qui nous parait

si multiple? Mais dans le domaine même de la science, par les

théories atomiques et cinétiques, reparaît la discontinuitéprimitive. D'ailleurs aucune théorie scientifique ne pourradans le monde concret, nous faire passer d'une qualité, entant que telle, à une autre qualité (2).

Passons de l'observation de la réalité et de l'observation dela science aux idées philosophiques. Ne partons plus des faits

pour aller aux idées. Il va falloir employer pour analyser le

contenu des idées et leur direction, la méthode à la fois prag-matiste et intellectualiste que nous avons définie. Nous abor-dons maintenant la critique proprement dite de l'idée d'unité :

sous quels rapports, de quels points de vue dira-t on que le

monde est un ?

Veut-on entendre par là que le monde est un puisqu'on luidonne le nom de monde, veut-on entendre par là une « unité dediscours »? Alors, le monde est un ; mais un chaos une fois

qu'il a été nommé a tout autant de cette unité verbale qu'uncosmos. On arrête le pluraliste dès qu'il se met à parler: «l'uni-

vers, murmure-t-on ; il a dit : l'univers ». Sans doute, mais cen'est là qu'une pure question de mot. Et cette unité s'appli-

que-t-elle même, à proprement parler, au monde? Non pas, maisà l'idée du monde; précisons encore, à l'idée du monde en tantqu'opposée dans un esprit à l'idée d'autres mondes possibles.

Veut-on parler de façon déjà plus substantielle de ce qu'onpourrait appeler une unité de continuité ? Et sans doute, il y a

des continuités; et on peut même dire qu'il n'existequ'unegrandecontinuité; même les choses que l'on choisit séparées par delongues distances sont finalement unies grâce à de multiples

(t) Pluralistic Unireree, p. 321.

(2) Critique philosophique, 1879 t. H p. 113, lie

Page 130: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 130/329

128 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

influences. Mais si physiquement, il parait qu'il y a continuitéentre les parties de l'univers, il n'en est pas de même psycholo-giquement; pour aller d'un esprit au monde extérieur ou àd'autres esprits, il faut, d'après l'empiriste radical, s'y reprendreà plusieurs fois ; il y a discontinuité ; les esprits sont des mondesséparés, les durées senties par chacun d'eux sont essentielle-ment différentes; et le pragmatisme ne comble pas tout à faitl'hiatus qui est entre le sujet et l'objet.

Parlera-t-on d'unité d'influence ? On pourra suivre beaucoupde ces lignes d'influence dans le monde de l'empirisme radical ;

les choses s'y déversent les unes dans les autres ; et ces con-fluences sont des influences; James, malgré l'idée de l'extérioritédes relations et le principe de l'absence, soutient ici qu'il y acomme une « participation » universelle des choses les unesaux autres.

Parmi ces lignes de confluence, James range « le fait deprendre connaissance des objets ». L'acte de connaissance estune sorte de rendez-vous entre le connaisseur et le connu-La connaissance est une participation, mais où l'idée est auniveau du sujet.

De même qu'il y a des systèmes de connaissance, il y a dessystèmes de sentiment.

De même encore il y a des systèmes instrumentaux forméspar l'agent et ce avec quoi il agit. Nous unifions le monde decent façons, «par les systèmes coloniaux, postaux, les consulats,le commerce » . En choisissant bien les points intermédiaires,on peut aller d'un point à un autre du monde de façon continue.Mais pour peu que nous nous trompions de chemin, nous voilàarrêtés et l'immense taux de discontinuité qui est dans le mondeapparaît

Parlera-t-on, après l'unité d'influence, de l'unité causale ?

Espérera-t-on trouver en un fiât unique l'origine à partir delaquelle divergent, comme les branches multicolores d'un éven-tail, les multiples apparences ? Mais pourquoi au commence-ment du monde ne concevrait-on pas une irréductible diversité?

Est-ce l'unité générique, Tunité d'homogénéité dont on veutnous entretenir ? Ce serait peut-être là l'unité la plus grossede conséquences, la plus intéressante pour un pragmatiste,car on serait autorisé, pense James, à employer une mêmeméthode pour toutes les parties de l'univers et on obtiendraitles mêmes résultats toujours. Mais on ne peut unifier le mondede cette façon ; on peut former certains groupes de phénomènessemblables; mais les groupes restent différents entre eux. Etsi on rappelle à l'empiriste radical ce monisme élémentaire, ceréalisme-idéalisme dont il est parti, il répond que cette unité-là

Page 131: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 131/329

WILLIAM JAMES 129

n'est qu'une unité de confluence, de participation, ou peut-êtreseulement, bien que James ne le dise pas expressément,l'unité du fond par rapport à la multiplicité des personnages

d'un tableau.Si le philosophe porte ses regards non plus sur le passé,

mais sur l'avenir et le sens du monde, il peut concevoir uneunité de dessein. Mais les actes exécutés consciemment etvolontairement sont rares dans notre expérience, improbablesdans l'univers. De plus, nous assistons toujours à une lutte

de volontés et de desseins contradictoires. Puis l'apparencemême du mal dans l'univers nous fait repousser l'hypothèse

d'une providence qui le guiderait d'une façon sûre et déter-minée.

Enfin si, ne suivant plus la chaîne des événements dans le

passé, ne la continuant plus vers l'avenir, nous voulons em-brasser le monde d'un seul coup d'oeil, nous pouvons concevoirdeux sortes d'unités : l'une esthétique, l'autre logique.

Le désir d'une unité « esthétique » ne trouve pas pleine satis-

faction ; les choses ne racontent pas une histoire, mais plusieurs

histoires qui se suivent ou se mêlent.Quant au désir d'une unité logique, noétique, d'une unité du

monde au sein de la conscience qui le connaît, dernier désir et

le plus subtil de la métaphysique moniste qui demande seu-lement pour unifier le monde le regard de ce « connaisseurunique », il n'aboutit qu'à des contradictions et nous ne pouvonsarriver à une unité noétique complète ; nous ne connaissonsque des « connaisseurs » partiels d'une part et des objets

particuliers d'autre part, dont les détails concrets s'évapo-reraient s'ils étaient saisis dans une conscience universelle.

Cette analyse critique qui détruit le monisme en fragmentantl'idée d'unité, en Jmettant les fragments de lïdée en contactavec les expériences contre lesquelles maintenant ce qui rested'elle se brise, on la retrouve plusieurs fois clans les œuvres deJames ; il n'avait pas conçu tout d'abord les sortes d'unités lesplus spirituelles, les plus raffinées (unité de dessein, unitéesthétique), et l'unité noétique s'était présentée sous une formebeaucoup moins large dans le Discours de Berkeley que dans lePragmatism. Dans les Problems la discussion prend un aspectun peu différent et repose d'abord sur une distinction entre les

diverses sortes de monisme (1). Mais dans leur ensemble, ces

(1) Cette discussion de l'idée d'unité se trouve surtout Pragmatism,

p. 133-148. Voir aussi Journal, 1904 p. 533. Mind, 1882 p. 204 et 205. Essaysin Radical Empiricism, p. 39 sqq., 190 sqq. Problems, chapitre VIII.Pluraliatic Universe, p. 287.

Page 132: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 132/329

130 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

analyses critiques présentent les mêmes caractères, elles se-

rattachent à la même tendance empiriste qui subsiste égalementdans les Problems sous un changement plus profond : tandis

qu'auparavant James combattait le monisme presque en intellec-

tualiste, ici comme dans le Pluralistic Universe il se sert desarmes que lui donne l'anti-intellectualisme et il semble mêmequ'il s'oppose au monisme non pas tant parce qu'il est une doc-trine de l'unité que parce qu'il lui semble alors une doctrine del'intelligence.

James critique l'idée de totalité comme il critique l'idée

d'unité. L'idée de tout peut être prise soit dans un sensmatériel, soit dans un sens spirituel. Si elle est prise dans unsens matériel, elle ne répond en réalité à rien, car dans le

monde physique il n'y a pas de totalité ; il n'y a que des éléments,ce sont nos sens, c'est notre esprit seul qui constituent destouts- Et d'autre part, si on prend l'idée de totalité dans un sensspirituel, alors le tout apparaît comme différent, des parties,

comme produit par la réaction d'un témoin plus élevé sur deséléments. Ainsi d'un côté nous sommes en présence de l'em-

pirisme ; de l'autre du théisme, mais nulle part une conceptionpanthéiste et absolutiste ne s'impose (1).

Admettons un instant l'idée des absolutistes. Dira-t-on que nosvérités, nos erreurs, le mal et le bien existent et se concilient,

transposés, dans l'absolu ? Mais il n'en est pas moins vrai qu'il

existe un point de vue, notre point de vue particulier, d'où l'er-

reur s'oppose à la vérité, d'où le mal s'oppose au bien. Par con-séquent, il faudrait dire que chaque erreur, chaque mauvaiseaction d'une part est dans l'absolu et apparaît comme un certaindegré de bien ou de vérité ; et que d'autre part, chacune est ennous et apparaît ici comme mal et comme erreur. Mais alorssi c'est l'absolu qui me considère, j'apparais avec tout le restede l'univers dans le champ de sa connaissance parfaite ; si c'est

moi qui me considère j'apparais séparé, j'apparais- avec tous mesbesoins et tous mes défauts dans le champ de mon ignorancerelative. Et cette ignorance, et cette connaissance ne sont passans conséquences'dans la pratique, car, pour moi l'ignoranceproduit la faute, la curiosité, le malheur, la douleur. Il y a doncdes choses qui sont vraies du monde considéré sous ses aspectsfinis et qui ne sont plus vraies du monde considéré dans sa capaci-té infinie. Il y a donc pour l'absolutisme une sorte de dissymétriefondamentale dans le monde (2). Et ceci s'applique particulière-ment à une philosophie comme celle de Royce où l'absolu estconsidéré comme une sorte de spectateur passif. Il y a par con-

(1) Pluralistic Universe, p. 194-196.

(2) Pluralistic Universe, p. 38-40.

Page 133: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 133/329

WILLIAM JAMES 131

séquent une sorte de contradiction dans l'idéalisme puisqued'une part il tend à admettre que l'être et le paraître sont un et

que d'autre part, il admet entre eux une distinction essen-

tielle (1).

La philosophie de Royce ne peut pas échapper au pluralisme.Elle admet une sorte de hiérarchie de points de vue sur les phé-nomènes, mais ces différents points de vue, ces différents té-

moins ne peuvent être que des personnes et le pluralisme est

donc introduit (2). Que des personnes existent, cela n'est pas,poursuit James, un défaut dans l'univers, car il y a une sorted'excès de nous sur l'absolu. « Nos ignorances apportent des

curiosités, notre impuissance amène avec elle des peines, notreimperfection des péchés, ce sont là des choses positives » (3).

Et ce sont là des phénomènes qui existent en nous et pournous. Ce ne sont pas des idées flottantes dans l'infini, elles serapportent à nous, elles font partie d'individus (4).

Cet absolu auquel on a recours n'est finalement que la trans-

position, n'est nullement la solution des problèmes posés parl'expérience immédiate. On retrouve dans l'absolu les contra-

dictions même qui caractérisaient le fini (5), et on les retrouveaggravées, car le monisme a brisé l'expérience immédiate enfragments discontinus dans la certitude où il était que, grâce àl'absolu, il pourrait retrouver l'unité. La réalité s'est donc frag-

mentée, puis s'est évaporée. Les précieuses parcelles d'expé-riences que nous possédons se sont dissoutes (6).

C'est dans son intellectualisme que nous trouvons le viceessentiel du monisme. Le moniste croit qu'en appelant le mondeune unité, il pourra par là même rendre les choses compréhen-sibles ; il croit qu'un changement de nom change l'essence deschoses.

Il croit que nommer une chose, c'est par là même exclure dela chose même ce que le mot par lequel elle est nommée necontient pas. Et il croit en outre qu'il n'y a pas d'intermédiaireentre l'unité complète et la séparation absolue ;

que dès qu'onadmet une séparation, si petite soit-elle, entre les choses on ne

peut plus comprendre leur union (7).

Comment prouver le monisme ? Le prouvera-t-on à l'aide d'uneexpérience mystique ? Mais ce n'est pas là, dit James dans les

(1) Pluraliste Univérse, p. 192-193, 498-200.

(2) Ibid., p. 200 sqq.(3) Ibid., p. 192-193.

(4) Ibid., p. 193.

(5) Ibid., p.296-298.

(6) Ibid., p. 129.

(7) Ibid., p. 58-60, 61-65. Pi-agmatism, p. 100.

Page 134: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 134/329

132 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

Problems, une preuve philosophique. Ou bien partira-t-on pour le

prouver d'une définition de l'idée de substance ? Mais la criti-

que pragmatiste des Berkeley, des Hume, a montré qu'il n'y a

rien de positif dans l'interprétation métaphysique de l'idée desubstance (1).

La philosophie absolutiste nous donne finalement le senti-ment d'un universel mirage; et les critiques de James sonten somme identiques sur ce point à celles que Schiller formu-lait, dès les Enigmes du Sphinx (2).

L'absolu est le grand « dé-réalisateur »; il donne à la nature

une apparence d'étrangeté lointaine. Non seulement il enlève à

notre monde sa réalité, mais il ne nous dit rien sur le mondequ'il nous promet (3).

D'ailleurs, si l'absolu existe, pourquoi notre univers plutôt quetout autre univers possible? De l'absolu on ne peut redescendrevers le concret. De là le grand nombre de problèmes que soulè-ve l'absolutisme (4).

Et ces problèmes ne naissent que parce que l'absolutiste veutjouir de la contemplation d'une unité mystique, veut concen-

trer son esprit dans une sorte de monoïdéisme moniste (5).

Le monde du hégélien nous apparaît comme un monde sanspossibilité, privé, selon l'expression de James, de l'oxygène dela possibilité (6). Le résultat d'une telle doctrine de l'unité, c'est

un repos semblable à celui du mystique qui s'absorbe dans la

vision divine ou du déterministe qui se plaît à la vue des phé-nomènes qui se suivent, ou du pessimiste, le pessimisme étantlié pour James au déterminisme comme le déterminisme est lié

à un certain monisme ; c'est en un mot le quiétisme, l'indiffé-rentisme sous toutes ses formes (7). Voilà où aboutit la violencesacrilège de Hegel, « ce Philippe II, ce Bonaparte de la philo-sophie » qui ne respecte ni le temps ni l'espace, ces divinsgarde-frontières et qui n'arrive qu'à prouver « sa propre diffor-

mité mentale » (8).

James s'oppose ici à tous les systèmes qui cherchent avanttout l'unité, non seulement au monisme de Bradley, mais au

(1) Problems, p. 118, 121-124.

(2) Pragmatism, p. 451. Mind, 1882 p. 205. Will to belicre, p. 293.

(3) Pluralisme Universe, p. 49.

(4) Pragmatism, p. 19.

(5) Religious Expérience, p. 525. Pra<[matismt p. 130 sqq. Will to believe t

p. 274.

(6) Will to believe, p. 292, 294. Mind, 1882 p. 204, 208.(7) Critique philosophique, 1884 p. 306, 307. Will to believe, p. 171.

Journal, 1907 p. 547.

(8) Mind, 1882 p. 203. Will (n believe, p. 272. Voir aussi pour la critiquedu monisme Problems, chapitres VII et VIII.

Page 135: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 135/329

WILLIAM JAMES 133

transcendantalisme d'Emerson, pourtant si concret par ins-tants, mais à la métaphysique de Royce qui, tout en laissantune part à l'individu dans la divinité elle-même, est encore hési-tante et pâle (1), et d'un autre côté il s'attaque au monisme de la

matière et de la force, aux idées des Lewes, des Spencer, desGrant Allen, des Glifford (2).

Sans doute, le monothéisme conserve la personnalité divineniée par le monisme. Mais son Dieu habite souvent des hau-teurs aussi inaccessibles pour le croyant véritable que l'absolu.Dieu apparaît alors comme le monarque du monde, «le Louis XIV

du ciel»

(3).Après avoir chassé de la philosophie métaphysique, de la phi-

losophie religieuse cette unité absolue, James voudrait qu'elle fût

chassée également de la philosophie scientifique. Pourquoidonc croire que la nature n'est pas prodigue de son temps et deses efforts, qu'elle va à sa fin toujours par le plus court cheminet les voies les plus économiques ? Ayons une imagina-tion moins parcimonieuse. Puis, une formule physique ne

saurait tout expliquer ; elle laisse en dehors d'elle les qualitésdes phénomènes physiques, les qualités des sensations (4).

Ce que James nie de toutes ses forces, ce sont tous les pseudo-principes philosophiques qui «donnent la nausée» à qui a l'appé-

tit philosophique sain et entier (5).

Si l'on accepte le résultat de ces analyses et de ces critiques,

on voit disparaître, selon James, les problèmes qui se posentd'une façon nécessaire dans tout monisme, problème du mal,

problème de la liberté par exemple ; l'agnosticisme disparaitavec eux ; et l'idée d'absolu semble inutile maintenant queles expériences s'unissent, s'agglutinent elles-mêmes. La cons-cience finie, la perception dans toute sa richesse, la liberté, la

possibilité pourront exister (6).

Le monde n'est pas un « multivers», mais il n'est pas non plustout-à-fait un univers ; et il n'est pas non plus un univers et un« multivers » en même temps, comme le disent les Hégéliens,mais simplement un grand fait, dans lequel du multiple et de

(1) Psychological Review, 1905, p. il.

(2) Critique philosophique, 1882 p. 151.

(3) Revue de philosophie, 1906 p. 479. Pragmatism, p. 17 sqq. Cf. Reli-fjious Expérience, p. 525, 526, sur le monothéisme.

(4) Critique philosophique, 1881 tome II p. 390, 391, 408 sqq., 1879 tome II

p. 113, 115, 117.

(5)Critique Philosophique, 1881 tome II p. 408 sqq., 1879 tome II p. 78,

115. Will lo believe, p. 65, 132, 273. Mind, 1905 p. 198. Essays in RadicalEmpiricism, p. 265.

(6) Prohlems, p. 138, 139.

Page 136: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 136/329

134 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

l'un se juxtaposent et se succèdent l'un à l'autre (1). Le mondene peut être formulé en une seule proposition.

Lepluralisme prendra d'ailleurs des formes diverses suivant

qu'il s'opposera à telle ou telle forme du monisme- C'est ainsi

qu'il y aura un pluralisme noétique, un pluralisme finaliste.

Dira-t-on que la vision d'un monde multiple vient surtout dece besoin que nous avons de constituer des touts séparés pourpouvoir agir plus librement sur eux et qu'elle a avant tout un inté-

rêt pratique ? Mais, répond James, est-il sûr que nous ne soyonspas plus intéressés à établir des continuités que des disconti-

nuités ? (2) Tandis que pour M. Bergson les besoins pratiques

nous ont amenés à concevoir des discontinuités, certains besoins

pratiques, selon James, nous font découvrir ou créer une unité

de plus en plus grande. Et ces deux philosophes, dans leur mé-taphysique, réagissent, au moins en partie, contre un certain

pragmatisme, un certain utilitarisme, en nous montrant : l'un

une continuité profonde, l'autre des discontinuités dans l'uni-

vers.

L'empirismeradical apparaît donc nettement orienté dans la

direction du pluralisme (3). C'est une philosophie des expériences.

Le pluralisme pourra même ne nous apparaître que commeun nom nouveau donné à l'empirisme, puisque l'empirisme est

avant tout une philosophie des parties par opposition à une phi-

losophie du tout,

Cet empirisme radical va avoir sur différents points du sys-

tème philosophique de James certaines conséquences définies.

D'abord,si

danssa Psychologie la continuité des phénomènes

psychiques prend à ses yeux une si grande valeur, c'est par le

fait même qu'elle apparaît dans un monde pluraliste (4). Mais,

même dans sa Psychologie, James insiste sur l'existence de cer-

taines discontinuités, de certaines « interruptions », de certains« trous de temps » qui semblent se produire dans le cours d'uneconscience. Il y a des ruptures dans la qualité, dans le contenude la pensée, ou du moins elles semblent exister (5). James ten-

dra sans doutede plus en plus à découvrir sous cette apparence

une réalité.

De plus, à mesure que James développait ses théories méta-

(1) Pragmatism, p. 148.

(2) Critique philosophique, 1881 tome II p. 391. Pragmatism, p. 137.

(3) Sur les relations entre l'empirisme radical et le pluralisme, Cf. Reli-

gious Expérience, p. 132. Mind, 1905 p. 195. Pragmaïism, p. 131.

(4) A. W. Moore Journal, tome V p. 430, 433, Schiller Philosophical

Beview, 1896 p. 94, soutiennent que le pluralisme métaphysique appellesouvent une théorie de la continuité en psychologie.

(5) Psychology, tome I p. 237 sqq. Briefer Course, p. 158, 159.

Page 137: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 137/329

WILLIAM JAMES 135

physiques il semble que ses idées de psychologue aient évolué (1).

Peut-être à la fin de sa vie James aurait-il conçu une Psychologiedifférente de celle qu'il a écrite, une psychologie pluraliste qui

montrerait partout des blocs discontinus de continuités commeil concevait déjà dans sa Psychologie des blocs de durée, desboules de conscience, des ballots d'idées, des bouts d'expérien-ces (2). On trouve une confirmation de cette idée dans le Plura-lisme Universe : « toutes nos expériences sensibles telles qu'ellesnous viennent immédiatement changent ainsi par pulsationsdiscontinues de perception»; et la loi du seuil de Fechner estune façon de formuler cette discontinuité essentielle: toutes nos

expériences sensibles nous arrivent par gouttes discontinues ;

le temps lui-même vient par gouttes (3). Et cette idée trouverason expression la plus nette dans les Problems.

Le réalisme apparaît comme lié à l'empirisme radical. Sinous allons des parties au tout, « nous croyons donc que les

choses peuvent commencer par exister et peuvent subsisterpar leurs propres forces, —et ensuite seulement, d'une façonaccessoire, devenir des choses connues les unes pour les

autres ». Nous croyons que l'existence est antérieure à la con-naissance, que le fait qu'une chose est connue ne la change pasen elle-même, puisque les relations entre les êtres peuventchanger sans que les êtres changent (4). La théorie de Jamesest identique sur ce point avec celle de Russell.

L'empirisme radical a de même certaines conséquences pourla théorie de la vérité. La vérité reprend sa place parmi les

choses particulières, est tout entière composée de choses parti-

culières elles-mêmes ; elle est faite de tous les intermédiairesentre l'idée et la réalité (5).

Il est vrai que James est assez radicalement empiriste pouradmettre à plusieurs reprises que cette chaîne par laquellel'idée est unie à la réalité a des interruptions, qu'il y a un sautà faire entre l'idée et la réalité, que ce sont deux entités dis-

jointes l'une de l'autre, que là encore apparaît le pluralisme (6)*

Mais que la vérité soit conçue comme continuité d'expériences

(1) Par exemple, Psychological Review, 1895 p. 124.

•(2) Psychology, Briofer Course, p. 197, 204, 280.

;(3) Pluralistic Universe, p. 231, 232.

'(4) Pluralistic Universe, p. 61.

>(5) Journal, 1905 p. 117, 1908 p. 691. Cf. Essays in Radical Empiricism,p. 197.

(6) Journal, 1904 p. 562. Essays in Radical Empiricism, p. 70. D'autresfois il admettra une sorte de relation vague, indéfinie, extérieure auxdeux termes en présence. Mind, 1902 p. 190. Psvchological Review, 1895

.p. 108.

Page 138: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 138/329

136 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

particulières ou comme une dualité, elle est toujours conçue de*

façon précise et finalement pluraliste.

Mais ne parlons pas de vérité au singulier; il faut parler devérités; et l'empirisme radical mène ici d'un coté à l'affirmationd'une multiplicité de sujets et de systèmes créés par ces sujetset, d'autre part, à l'affirmation d'une multiplicité de domainesde réalités.

Il y a une multiplicité de « sujets connaissants ». Il n/y a pasd'esprit omniscient, le monde ne sera connu que partiellement,par des sujets particuliers ; nous sommes amenés à ce que James

appelle un pluralisme noétique (1), qui se complétera d'ailleurspar ce que nous pourrions appeler «un collectivisme noétique *•

par l'idée d'une union, d'une harmonie entre les différentssujets qui connaissent (2).

Ces différents sujets pourront prendre d'une même chose desmultitudes de vues différentes. « L'univers a plus de faces quenous ne le croyons » (3). II y a une façon logique, une façonreligieuse, une façon géométrique, bien plus, il y a des façons

logiques, des façons géométriques, des façons religieuses deconcevoir les choses. Un esprit, fût-il baptisé l'Absolu, ne peutavoir une vue complète de la réalité; « les faits et les valeursde la vie ont besoin de beaucoup de connaisseurs pour les

recevoir, il n'y a pas de point de vue absolument universel» (4).

Aucun individu ne peut construire la réalité de toutes lesfaçons dont elle peut être construite. De là l'idée qu'il fautétudier toutes les expériences dans toutes leurs variétés. Et il

y a autant de variétés que d'individus ; chacun a sa façon devoirle monde. Pour donner un nom à cet ensemble d'affirmations,,

nous pourrions l'appeler le polysystématisme de James.A ces idées pourrait se rattacher la conception de la morale

chez James. Tout en exigeant de l'individu la foi dans un idéal^

le sérieux moral, il ne veut pas que tel ou tel idéal soit imposé,il n'y a pas un idéal unique. De là son pluralisme moral.

On peut donc manipuler le monde suivant différents systè-

mes et chaque fois le monde réagit d'une façon profitable (5).C'est que le polysystématisme dont nous venons de parler secomplète et s'explique par ce qu'on pourrait appeler un polyréa-

(1) Pragmatism, p. 166. Problems, p. 130.

(2) Mind, 1882 p. 190, 191.

(3) Religious Expérience, p. 122, 325.

(4) Talks to leachers, p. V. Religious Expérience, p. 122. Boris Sidisdédie son livre sur les cas de multiple personnalité : A James qui m'afait aimer l'étude des variétés de l'expérience humaine.

(5) Religious Expérience, p. 122, 487.

Page 139: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 139/329

WILLIAM JAMES 137

lisme; la multiplicité des systèmes s'explique par la multipli-cité des réalités, par l'indépendance réciproque des départe-ments delà nature. Ces réalités, plus ou moins indépendantes,

on peut les attaquer en usant de différentes conceptions tour àtour, en prenant diverses attitudes. A chaque attitude corres-pond une réalité où naturellement elle vient s'insérer ; à chaquevérité correspond une réalité qui la vérifie. Il y a différents uni-

vers du discours ; il y en a même une infinité et ces différentsunivers ne doivent pas être mêlés (1). Parmi les sphères d'expé-riences, James note particulièrement les «corps de vérités » quisont les sciences et ces univers du discours qui sont les mondesde la poésie, ceux de la mythologie. Chacun de ces universcomporte des idées qu'il vérifie (2), dans chacun les conditionsde la vérité, les effets pratiques de l'idée différent profondément.

Ainsi, une pluralité de systèmes et une pluralité de réels, telle

est la conception à laquelle aboutit ici l'empirisme radical. Maisen même temps, il peut nous montrer que d'une certaine façonces différents systèmes de réalités s'entre pénètrent les uns les

autres, et que tous sont contenus dans la réalité mouvante delàvie psychologique. Suivant le point de vue où nous nous pla-cerons, nous verrons les différentes réalités se distinguer les

unes des autres et se superposer les unes aux autres ou bien se

fondre les unes dans les autres (3).

L' ANTI-INTELLECTUALISME DE JAMES

James peu à peu renonce à l'idée que le réel se conforme auxprincipes. On ne peutimposer àla réalité les concepts de la raison.

L'empirisme, s'il est radical, cesse de pouvoir être un intellec-

tualisme. La réalité est essentiellement étrangère à la raison,

à ce que nous concevons comme la raison (4). Le flux des per-

cepts ne peut être traduit dans le langage des concepts, c'est là

(1) Meaning, p. 284.(2) Religious Expérience, p. 122. Will to believe, p. 220. Journal, 1908

p. 689, 691-2, 695. Essays in Radical Empiricism, p. 16, 26, 27. Meaning,p. 280. Problems, p. 52, 56, 68, 101, 102. Pragmatisw, p. 216, 247. Cf. Bald-win Psychological Review, 1904 p. 37. Lalande Rev. Ph., 1909, p. 263.

Et en effet les concepts sont en un sens aussi réels que les percepts,puisqu'ils sont aussi indispensables. Mais leur existence est cepen-dant intérieure, parce qu'elle est toute statique et schématique.

Perry cite comme passages intéressants sur cette conception de l'em-

pirisme radical : Meaning of Truth, p. 42, p. 195 note. Pluralistic Universe,

p. 339, 340. Problems, 50-57,67-70.

RadicalEmpiricism, 16 note.

(3) Problems, p. 102.

(4) Pluralistic Universe, p. 212, 213.

Page 140: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 140/329

138 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

ce que James appelle dans « Some problems of philosophy » l'affir-

mation de l'insurmontabilité des sensations (1). L'anti-intellec-

tualisme de James s'est affirmé de plus en plus nettement à

mesure que., en partie sous l'influence des idées de M. Bergson,il voit toutes les conséquences et toutes les difficultés logiquesque l'intellectualisme entraîne. Du néo-criticisme il va vers le

bergsonisme.L'intellectualisme, contre lequel James combat, surtout dans

ses derniers ouvrages, c'est la théorie « platonicienne » que l'on

trouve dans la définition d'une chose ce que cette chose estréellement, que les essences des choses sont connues quand nousconnaissons leurs définitions et que la réalitéest composée d'es-

sences. Par là, l'intellectualisme est amené non seulement àconclure de la définition à ce qui est dans la réalité, mais aussià exclure de la réalité ce qui n'est pas dans la définition. C'est

pourquoi il arrivera à dire que les choses indépendantes ousimplement distinctes, ne peuvent avoir aucune relation avecd'autres choses, qu'il n'y a pas d'unité entre des choses multi-

ples, qu'une chose donnée reste ce qu'elle est et ne peut changer.L'intellectualisme est une théorie de la séparation et la sépara-tion telle qu'il la conçoit fait des choses des essences immo-biles. Par là même qu'il isole les choses, il les immobilise,d'autant plus qu'il considère la fixité comme plus noble que le

changement (2). Et quand ensuite il se retourne vers le monderéel, l'intellectualiste nele comprend plus ; l'intellectualismerend

finalement le monde inintelligible (3). L'anti-intellectualisme,

pourrait-on dire, le rend intelligible.

L'anti-intellectualisme de James est un aspect de son empi-risme. Au commencement est le fait et notre pensée concep-tuelle n'est jamais l'équivalent du fait. Cet anti-intellectualisme

se fonde sur la distinction entre les percepts et les concepts.Les percepts sont dés individus (singulars) toujours différents

entre eux et différents en quelque sorte d'eux-mêmes- Lesconnaître, c'est s'attacher à des caractères particuliers, indivi-

duels, variables de moment en moment, c'est rester à l'in-

térieur du courant de la vie dans une constante attitude

d'expectative. L'empirisme se présente donc ici comme toutproche des théories de M. Bergson (4). Quant aux concepts ils

ne devraient nous servir qu'à revenir avec plus d'assurancevers le courant de cette expérience temporelle qui est la seule

(1) Problems, p. l (.l

(2) Pluraliste Universc, p. 218-221, 235, 236, 250-235, 246.

(3) Ibid, p. 221.

(4) Problems, p. 100.

Page 141: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 141/329

WILLIAM JAMES 139

réalité valable. Ils peuvent nous servir parfois à enrichir l'expé-rience, mais, ce qu'ils ne peuvent faire à eux seuls et isolésdes percepts, c'est l'exprimer, c'est la faire comprendre (1).

James avait toujours cherché la plénitude de réalité. De plusen plus, il insiste sur cette plénitude donnée dans le flux despercepts (2). Chaque moment, dit-il, nous apparaît comme unparadis dont les rationalistes essaieront en vain de nous chasser,maintenant que nous avons fait la critique de leur état d'esprit.

Ever not quite. « jamais tout a fait », écrit-il dans son articlesur Blood « ces mots peuvent être la devise héraldique du plu-ralisme ; il n'y a pas de généralisation complète, il n'y a pas de

point de vue total, il n'y a pas d'unité qui pénètre partout, il ya toujours quelque résidu qui résiste, qui ne peut être traduiten mots, en formules, en discours, un génie de la réalité queles mains de la logique ne peuvent retenir » (3). Il y a entretoutes les choses une multitude de relations qui semblent con-tradictoires du point de vue de la raison (4). La vie est unecontinuelle négation de nos axiomes logiques ; deux notessemblables à un troisième peuvent n'être pas semblables entre

elles ; le même est mêlé de différent. L'anti-intellectualisme estune théorie de la composition ; les expériences empiètent les

unes sur les autres (5). Mais en même temps, il est une théoriede la séparation, il n'y a de totalité que si l'on pense au moyende concepts, il n'y a de particularité que si l'on voit au moyende percepts (6).

Une telle conception s'oppose aussi bien à l'empirisme clas-sique qu'au rationalisme absolutiste. C'est au nom de la mêmelogique intellectualiste et du même principe de contradictionque les uns nient la réalité du monde sensible et que les autresnient l'existence de l'absolu. Et aucun des deux partis n'arriveà être d'accord avec lui-même, car les absolutistes, quand ils

parlent de l'absolu, et les empiristes quand ils parlent de l'ex-

périence, n'acceptent pas les règles de la logique ordinaire quileur sert pour détruire la doctrine de leurs adversaires, maisqui se révèle incapable de les aider à construire la leur propre.

Cette critique de l'intellectualisme nous montre quel devraêtre notre mode de connaissance. Il nous faudra, dit Jamesdans A Pluralistic Universe, entrer en contact avec les chosespar une sympathie vivante, par l'imagination sympathique.

(1) Problems, ch. V et p. 110,. Pluralistic Universe, p. 265.

(2) Problems, p. 113.

(3) Memories, p. 409, 410.

(4) Pluralistic Universe, p. 269, 270.

(5) Ibid., p. 255, 256-260.

(6) Problems, p. 98.

Page 142: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 142/329

140 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

« Nous devons nous enfoncer dans l'épaisseur des momentsfugitifs », nous devons user pour connaître ces réalites despuissances profondes de notre âme. Nous devons nous placerà l'intérieur de l'épaisseur vivante et mouvante du réel (1), danscette réalité qui est nouveauté intégrale. Ce que nous en saisis-

sons, si peu que ce soit c'est une réalité absolue.Par l'affirmation du caractère superficiel de la connaissance

intellectuelle, par l'insistance sur la continuité des choses,par le rôle donné à l'intuition, ces théories de James serattachent étroitement à celles de M. Bergson.

Unproblème alors se pose : comment accorder cette théorie

anti-intellectualiste et l'idée qu'il existe un domaine de réalité

conceptuelle ? James a noté lui-même en rééditant dans TheMeaning of Truth un de ses anciens articles, qu'il ne regardaitplus les percepts comme les seules choses réelles- « Je traite

maintenant, dit-il, les concepts comme un domaine coordonné » (2)..

Il y a un univers de vérités qui est l'univers du possible et dupassé ; là se rencontrent les vérités mortes et les vérités« avant la lettre », là on trouve les mélodies que découvrirontles musiciens de l'avenir et les relations géométriques qui nesont pas*encore connues (3). Dans ses derniers ouvrages (A Plu.ralistic Vniverse, The Meaning of truth) James insiste sur cetteconception.

Il faut ici tenir compte des solutions différentes que Jamesdonne au problème de l'idée générale suivant la façon dont il

l'envisage. James est tour à tour nominaliste, conceptualiste et

réaliste. Il est nominaliste en ce sens que, pour lui, le

particulier concret a seul une vérité profonde et une valeurréelle. Il est conceptualiste en ce sens que, pour lui, il existeautour de nos idées particulières une frange de signification géné-rale et que d'autre part, dans les choses il y a un certainélément de généralité; l'identité de la couleur blanche est unpostulat qui agit et qui nous sert ; « ainsi la doctrine nomina-liste est fausse des choses qui sont de l'espèce conceptuelle et

ne vaut que pourcelles qui sont dans le flux perceptuel » (4),

Et cette affirmation nous montre même que James superposeà son conceptualisme un réalisme : « ce que j'affirme ici, c'est

la doctrine platonicienne selon laquelle les concepts sont des

(1) Pluralistic Universe, p. 251, 252, 260-264. Memories, p. 409, 410.

(2) Meaning of Truth, p. 42. Pluralistic Universe, p. 340.

(3) Meaning of Truth, p. 203. V. aussi Meaning of Truth, p. 42 note,

Problème, p. 101-102, Pluralistic Universe, p. 339-340. Cf. Perry Tendencies,.p. 240.

(4) Prohlems, p. 106.

Page 143: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 143/329

WILLIAM JAMES 141

individus, selon laquelle la matière conceptuelle est inaltérableet selon laquelle les réalités physiques sont constituées pardes matières conceptuelles variées dont elles participent » (1).

James veut ainsi combiner le réalisme logique avec une façonde penser qui est empirique et il reconnaît le caractèreparadoxal de son entreprise (2).

Son empirisme d'ailleurs le mène à faire coïncider finalementces divers domaines qu'il a d'abord distingués. En effet, pourlui, la matière conceptuelle est identique à la matière percep-tuelle- Les concepts sont comme des vapeurs émanées de la

perception même dans laquelle ils se condensent à nouveauchaque fois qu'il en est besoin pour la pratique. « Concepts et

percepts sont enveloppés, roulés les uns dans les autres commeun coup de fusil dans la montagne est enveloppé et enroulédans les, multiples replis de l'écho » (3). Ainsi il y a d'un côtédistinction entre ces différents domaines de réalité et, d'autrepart, il y a implication réciproque. La matière conceptuelle est

finalement identique à la matière perceptuelle.On comprend donc dans une certaine mesure que dans les

Problems of Philosophy James se trouve à la fois très près desidées de M. Russell et très prés des idées de M. Bergson. Lesconcepts sont dans un royaume platonicien distinct absolumentde la réalité perceptuelle et, en même temps, ils sont insé-

parables de cette réalité. Suivant le point de vue d'où on les

regarde, ils peuvent sortir d'elle, se séparer d'elle, ou bien ils

ne le peuvent pas. C'est de la même façon que James sera avecM. Bergson pour l'idée de l'intériorité des relations (parexemple dans le Pluralistic Universe) et avec M. Russell pourl'idée de l'extériorité des relations. Suivant que l'on regardeles choses en logicien ou en psychologue, elles sont vuescomme déliées ou comme liées.

(1) Problems, p. 106.

(2) Ibid. Il faut noter que son réalisme est diflérent de celui de M. Rus-sell : l'existence des concepts est une existence inférieure ; ils viennentde l'expérience, ils retournent à l'expérience. Leur éternité même est sans

doute un défaut, si on la compare à la plénitude de l'existence tempo-relle.

(3) Problems, p. 108.

Page 144: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 144/329

142 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

LE (( TEMPORALISME» ET SA RELATION AVEC L EMPIRISME RADICAL

CONTINUITÉ ET DISCONTINUITÉ

S'il y a différents points de vue sur l'univers, s'il y a ce quenous avons appelé poly-systématisme, c'est qu'il y a différents

desseins, c'est là ce que James nomme le pluralisme téléolo-

gique ou pluralisme de la finalité. Le monde ne se dirige pasvers un but unique, «il est plein de desseins partiels, d'histoiresparticulières... qui semblent se développer les unes à côté desautres » (1). Ces fins, ces desseins particuliers ne peuvent se réa-

liser que dans le temps. Nous allons voir comment, de plusieurs

façons, l'affirmation de la réalité profonde du temps est liée à

l'empirisme radical.

Pour l'empiriste radical, la réalité estplasticité, indifférence (2).

Cette plasticité, cette indifférence, c'est une possibilité de chan-gement. En fait, « du changement qui a lieu », c'est une despremières expériences réellement senties ; nous avons le senti-

ment d'expériences pures qui se succèdent (3). Le temps met enbranle le monde de l'empirisme radical qui jusqu'ici nous était

apparu comme statique, en fait véritablement un monde mul-tiple.

Empirisme radical, pluralisme et « temporalisme » sont étroi-

tement liés. C'est parce qu'il faut prendre les faits tels qu'ils se

présentent qu'il faut accepter le temps et c'est parce que les

relations sont extérieures aux termes que le temps peut exis-

ter (4). Si tout était déterminé par avance et compris dans les

essences, le temps ne serait qu'illusion. Pour que le devenirexiste, il faut admettre que les relations entre les choses puis-

sent être changées, que les choses puissent entrer à un momentdonné dans des relations nouvelles, abandonner leurs relations

anciennes. Enfin, ce que le temps modifie, ce sont des séries

d'expériences au pluriel (5). Le flux roule à la fois des chosesjointes et des choses séparées, des choses en groupe, des chosescontinues et des choses discontinues (6).

(1) Problems, p. 131.

(2) Critique philosophique, 1881 tome II p. 391. Is lift- woeth living, p. 12.

(3) Communication au Congrès de psychologie (Archives de psychologie,

p. 9). Psychological Iieview, 1905 p. 4. Essays in Radical Empiricism^p. 163.

(4) Voir H. M. Kallen Journal, 1911 p. 625.(5) Journal, 1904 p. 541. Essays in Radical Empiricism, p. 62.

(6) Journal, 1905 p. 29-31. Essays in Radical Empiricism, p. 92-95.

Page 145: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 145/329

Page 146: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 146/329

144 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

que le monde n'est pas tout fait, qu'il se fait sans cesse(l). Si le

monde était complet, pourquoi le temps existerait-il? « La chose

dit James, qui a l'importance relativement la plus grande dansla vie, semble être son caractère de progrès, cette union de la

réalité avec une idéale nouveauté » (2). Toujours l'édition ouplutôt les éditions se complètent, se corrigent, jamais elles nesont « ne varietur » (3). Que James croie que la nouveauté sur-gisse surtout quand l'homme agit et donne une forme à lamatière, ou qu'il nous la fasse sentir à tous les moments ducourant de conscience, la nouveauté est un caractère essentiel

du monde du pluraliste. La théorie logique des relations exté-rieures la rendait possible, les observations de la psychologie,science du concret par excellence, nous la font voir. Il suffit,

comme le dit James dans les Problems, de considérer ce qu'il

appelle notre vie perceptuelle, pour sentir le bouillonnementcontinu, la germination, la floraison, la prolifération incessantede toute vie, l'« effervescence absolue» de nouveauté. Et cette nou-veauté (4), qui nous apparaît ainsi est une réalité, car, dans la

conscience, la vérité est apparence et l'apparence vérité. Puisquenous expérimentons en nous la nouveauté, la nouveautéexiste (5). Et une deuxième raison pour laquelle cette nouveauténe peut être que réelle, c'est que si, regardant au dessus de ceflot, nous cherchons à voir ce qui se mire ainsi en lui, nousvoyons en effet, de perpétuelles nouveautés : « Des hommesnouveaux et des femmes nouvelles, des accidents, des événe-ments, des inventions, des entreprises éclatent sans cesse et

fondent sur notre monde»

(6). Sous l'influence de la philoso-phie bergsonienne, James fait ressortir de plus en plus ce carac-tère de nouveauté radicale qu'il avait déjà montré fortementautrefois dans sa Psychologie. « Il y aura|du nouveau », repé-tait-il volontiers, citant une phrase d'un poème d'un de sesamis, « Il y aura du nouveau dans le ciel » (7).

Ce caractère de nouveauté est essentiel à l'idée que James se

(1) Journal, 1904 p. 569, 570. Essays in Radical Empiricism, p. 90.Pragmalism, p. 166.

(2) Talks to teachers, p. 294.

(3) Journal, 1907 p. 547. Pragmatism, p. 166, 259. Problems, p. 100.*

(4) Problems, p. 148, 151.

(5) Ibid., p. 151.

(6) Ibid., p. 151. Sur le lien entre cette théorie de la nouveauté et l'anti-

intellectualisme, voir Problems, p. 98. Sur la relation entre le pluralismeet l'idée d'évolution ainsi comprise, voir Ward, Realin of Ends, p. 104, 270.(7) Santayana Winds of Doctrine, p. 209.

Page 147: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 147/329

WILLIAM JAMES 145

lait de la liberté. D'abord parce que la liberté n'est autre choseque nouveauté, originalité (1).

Mais d'une autre façon encore, le pluralisme et le tempora-lisine sont liés. Ici est sans doute le centre, le nœud delà méta-physique de. James. Au lieu de l'univers du moniste où tout estdans tout, les parties de l'univers pluraliste se tiennent par leursbouts ; l'expérience croit par ses bords ; le monde est commeune multitude d'éditions qui se continuent; mais elles ne secontinuent pas d'une façon régulière; c'est distributivement, parplaces, une lettre apparaissant par ici, et par là une autre, queles éditions se complètent. Le monde existe sous forme du« chacun » distribués dans l'espace et dans le temps. La formepluraliste de l'univers est, dit-il, « the each-form », la forme du« chacun » ; elle est la forme « enfilée bout à bout » (strungalong) (2,). Ainsi l'expérience s'accroît de façon parsemée ; l'idée

de temps et l'idée de multiplicité se joignent ici l'une à l'autre.

Et elles vont se joindre de façon plus étroite encore ; le

monde pluraliste, lisons-nous dans les Problems, est un mondeoù le présent s'ajoute au passé et il faut prendre le mot « s'ajoute »

dans son sens propre ; il y a addition du présent au passé ; c'est

un monde additif ('3) où le total n'est jamais fait.

Toute philosophie est obligée de postuler qu'il existe quelquechose, de postuler de l'être ; mais elle peut en postuler beau-coup ou peu à la fois. Parménide, Spinoza demandent tout l'être

d'un coup ; James demande l'être peu à peu et même il ne croit

pas que tout l'être doive être jamais donné. L'être se donne peuà peu et il ne se donne jamais tout entier (4). Considéré de cepoint de vue le pluralisme n'est qu'un nom nouveau donné àl'empirisme, puisque l'empirisme est avant tout une philosophiedes parties par opposition à une philosophie du tout. Et cette

théorie de la réalité du temps est liée à l'anti-intellectua-

lisme de même qu'elle est liée à l'empirisme puisque « les par-

ties soni des percepts dont nos additions conceptuelles font destotalités » (5). Le paradoxe de Zenon est, pour James, un argu-ment en faveur de l'anti-intellectualisme précisément parce qued'après lui il est un argument en faveur de la discontinuité.

Dans les Problems of Philosopha, apparaît plus que danstous ses autres ouvrages sa définition de l'empirisme, et nous

(1) Psychological Review, 190.3 p. 15 note, (Essays in Radical Empiricism,p. 184 notei. Mind, 1882 tome II p. 190.

(2) Journal, 19o4 p. 568 (Essaya in Radical Empiricism, p. 86 sqq.) Prag-matism, p. 167, 259, 264, 288, 294, 296, Pluralisme Uni verse, ch. I.

(3) Problems, p. 139, 205.(4) Problems, p. 14G, 189, 205.

(5) Problems, p. 98.

10

Page 148: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 148/329

146 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

voyons comment il résoud le problème de l'infini. « Le lecteur,dit-il, notera combien j'insiste, dans toute cette discussion, surle point de vue distributif, le point de vue de « l'un à un ». « Laconception pluraliste est distributive comme la conception mo-niste est collective ». « Nous percevrons, je pense, de plus en plusclairement que l'existence des choses, une à une, est indépen-dante de la possibilité de les rassembler toutes à la fois et qu'uncertain nombre de faits au moins, existent uniquement sousforme distributive ou sous forme d'un ensemble de chacuns, dechacuns au pluriel qui, même s'ils sont en nombre infini, n'ontbesoin en aucun sens intelligible, soit de s'expérimenter eux-

mêmes, soit d'être expérimentés par un autre être en tant quemembres d'une totalité » (1 )- Empirisme et théorie du temps sontliés d'une façon nouvelle : l'empirisme nous demande de pren-dre les choses une à une, chacune à son tour; il implique le

temps.Mais le temps qu'il implique ne peut être un temps continu.

Pour ne pas être enfermé dans le labyrinthe du continu, il fautque nous traitions les processus réels de changement « commeayant lieu par étapes non pas infinitésimales mais finies, commeles gouttes successives qui remplissent un baril d'eau alors queles gouttes tombent tout entières dans le baril ou n'y tombentpas du tout. Telle est la position radicalement pluraliste, empi-riste ou perceptualiste que j'ai caractérisée en parlant de Renou-vier ». Il faudra, continue James, l'adapter peut-être plus étroi-

tement à l'expérience, mais il faudra finalement l'adopter (2). Lechangement se fait par unités finies et perceptibles, par gouttes,

par bourgeonnements, par pas successifs ; et toutes ces unitésou bien se produisent complètement, ou bien ne se produisentpas du tout (3). Il n'y a pas de milieu entre la production com-plète et la non production. Ce qui nous est donné, par consé-quent, ce sont des gouttes, des vagues, des pulsations de mou-vement. La succession des stades de changement n'est pas divi-

sible à l'infini. Si une bouteille ne pouvait se vider que par unnombre infini de diminutions successives, elle ne se viderait

jamais. Si nous prenons les choses telles qu'elles nous appa-raissent, nous dit ici James, nous devons rejeter l'idée de con-tinuité ; la continuité n'est ici qu'une fiction de notre intelli-

gence (4). Aussi, bien que James se serve de comparaisons toutes

(1) Problems, p. 170 sqq.(2) Ibid., p. 17if.

(3) Ibid., p. 184, 185. Pluralislic Uni verse, p. 230, 231, 2:38. Mnid, 1882,II, p. 190.

(4) Pluralislic Uaiverse, p. 255-256. Même quand James expose les idéesde M. Bergson, on pourrait noter certaines nuances qui lui sont propres.

Page 149: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 149/329

Page 150: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 150/329

148 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

c'est affirmer l'existence d'un univers fait tout dune pièce,

croire au temps, c'est affirmer l'existence d'une pluralité réelle.

Admettez une pluralité, dit-il, et le temps en sera la forme. Etl'on pourrait dire également pour lui : Admettez un temps et la

pluralité en sera nécessairement le contenu. Ceà deux motsdésignent deux vues prises sur une même chose : le mondeépars, distribué, multiple dans l'espace et dans la durée, toujoursincomplet et toujours se complétant. Au point précis où cesdeux idées s'unissent dans l'idée d'un monde se complétant çaet là, est le nœud même du pluralisme (1).

LA LIBERTK

Ce sont ces deux caractères de mouvement et de multiplicité

qui expliquent l'existence de la liberté. D'abord, pour un empi-riste radical, il n'y a partout que des variables indéterminées (2).

Les choses sont cohérentes sans doute en partie, mais endehors des points par lesquels elles tiennent les unes auxautres, elles ont d'autres éléments, des éléments libres (3). Etle hasard ne signifie pas autre chose. Dans une chose dehasard, il y a un élément propre à cette chose et qui n'est pasla propriété inconditionnelle du tout. Le hasard, dit encoreJames, signifie pluralisme et rien de plus (4). Nouveauté et

hasard sont deux noms pour un même élément de la réalité (5).

Le pluralisme est nécessairement indéterministe.La liberté par là même qu'elle est nouveauté, hasard, est

choix entre de pures possibilités. Il y a des alternatives réelles,

des relations qui à un moment donné peuvent avoir lieu ou nepas avoir lieu ; il y a des « oubien-ou bien » dans la réalité, desfuturs contingents (6). La théorie de la possibilité prend place

(1) M. Perry fait une observation semblable quand il écrit : « Lïndéler-

minisme peut d'abord être regardé comme un simple aspect du plura-lisme. Cette dernière doctrine insiste à la fois sur le fait du multiple etsur le fait de la disconnexion. L'indéterminisme isole ce dernier carac-tère et insiste sur lui ». Tendencies, p. 249. M. Perry s'efforce de séparerdans le temporalisme de James deux éléments, qu'il considère commetrès distincts : l'affirmation de l'existence du temps et la conception dyna-mique et indéterministe du temps.

(2) Mind, 1882 tome II p. 190.

(3) Mind. 1882 tome II p. 191.

(4) Critique philosophique, 1884 p. 279, 306, 356, 358. (Will lu believfi,

p. 153 sqq., 177 sqq.)(5) Problems, p. 145.(6) Pluralisme Universc, p. 324. Meaning of Truth, p. 350 sqq.

Page 151: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 151/329

AVILLIAM JAMES 149

parmi les théories qui jalonnent la route entre l'empirismeradical et le pluralisme de James : temporalisme, théorie dumonde incomplet, théorie de la nouveauté, indéterminisme,

théorie de la possibilité. Nous arrivons ici à un des dilemmesles plus importants de la philosophie selon James. Il y a deshommes qui tiennent pour la possibilité et des hommes qui sontcontre la possibilité, des « hommes de possibilité » et des« hommes d'anti-possibilité » (1). Ceux-ci, qui sont des rationalistes, vivent en repos dans un monde dominé par la néces-sité ; ils croient à une issue dernière des choses ; ceux-là sontdes empiristes et croient à une « réserve de possibilités étran-

gères à notre expérience actuelle » (2). Ils affirment l'existencede possibilités pures (3). Pour l'indéterministe pluraliste « lesréalités semblent flotter dans une mer plus vaste de possibilitésd'où elles sont tirées et choisies » (4). Ces possibilités sontd'abord des possibilités tout intellectuelles. « La philosophiequi commence dans l'étonnement comme disaient Platon etAristote peut se représenter chaque chose comme différente dece qu'elle est, son esprit est plein d'air et cet esprit joue autourde chaque objet ». Mais ce sont aussi des possibilités pratiquesqui peuvent se dresser menaçantes devant notre action ;

l'homme à l'âme dure peut concevoir devant lui, à côté de lui,

partout, des possibilités menaçantes. Croire à de réelles possi-bilités, consentir à vivre sur un schème de possibilités (5) c'estêtre un vrai pragmatiste, un vrai pluraliste et une affinité

profonde se révèle entre les deux doctrines puisque les tempé-raments qui les vivent doivent être les mêmes- L'empiriste peutformuler l'univers en propositions hypothétiques (6), le plura-liste peut vivre dans un univers dangereux ; au contraire le

rationaliste ne croit qu'à des nécessités d'une part, et à desimpossibilités de l'autre ; il formule l'univers en propositionscatégoriques et il est amené à un optimisme qui ne laisse pasde place à l'action.

Mais cette existence des possibilités n'est-elle pas elle-mêmepurement et simplement une possibilité, dira-t-on ? Cette objec-tion se présente, sous une forme assez vague, il est vrai, à l'es-

prit de James. Acceptons, répond-il, cette possibilité ; c'est

une hypothèse en laquelle on peut croire ; bien plus, puisque

(1) Critique philosophique, 1884 p. 278. [Will to helicve, p. 152.)

(2) Critique philosophique, 1882 tome II p. 134.

(3) Critique philosophique, 1884 p. 360, note 1.

(4) Critique philosophique, 1884 p. 277, (Will /u beliove, p. 151.)

(5) Mind, 1882 tome II p. 192. Will to helicve, p. 175, 292, 294. Pragma-tism, p. 277, 297.

(6) Problems, p. 229.

Page 152: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 152/329

150 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

nous sommes pluralistes et pragmatistes, philosophes de l'ac-

tion, nous devons croire en elle (1).

La possibilité en tant que distincte delà nécessité d'un côté etde l'impossibilité de l'autre est, nous dit James, une catégorieessentielle de la pensée humaine (2).

Cette idée du possible est étroitement liée à l'idée du temps,puisque la réalité profonde du temps vient de ce que chaquemoment est choix entre les possibles et puisque c'est par la

continuité même du temps que les possibles vont devenir réels.

James se pose en effet dans les Problems la question de savoir

comment se réalise le possible. Si ce problème nous paraît obs-cur, c'est que nous découpons par le langage le flux perceptueldont chaque moment en réalité implique les autres moments. Il

essaie de résoudre par l'expérience la contradiction qui sembleexister entre ce fait que l'action née de la liberté semble trancheravec la vie antérieure et, d'autre part, la continue. Et dans notreexpérience personnelle, peut-être saisissons-nous le processusessentiel de la création (3).

Ainsi le pluralisme n'est plus seulement ici l'affirmation del'extériorité des relations, il est l'affirmation qu'il y a des rela-

tions créatrices et que, précisément, parce qu'il y a des rela-

tions extérieures, il y a des relations internes ; l'existence desrelations extérieures rend la création possible, mais la création,

passage continu du possible au réel est une relation interne. Laliberté est à la fois commencement absolu et continuité d'évo-lution.

MORALISME ET MLLIORISME

Cette philosophie de l'incomplet, du possible et du nouveau,nous mène à la conception moraliste, au moralisme pluraliste,

comme dit James (4).

Le monde, grande chose toujours inachevée et qui se continuesans cesse, va dans un certain sens, mais son cours, s'il est

déterminé jusqu'à un certain point, ne l'est pas complètement. Delà les succès et les défaites possibles, les valeurs qui tombent et

les valeurs qui montent. C'est grâce à l'union de ces deux idées,d'un certain sens du monde mais d'un sens hésitant, pour ainsidire, et incertain, que naît « la vue moralistique » de l'univers.

(Il Mind, 1882 tome II, p. 206, {Will to bclieve, p. 292.)

(2) Problems, p. 139 et Appendice, p. 225, 226, 229.

(3) Problems, p. 198, 211, 213, 214. Voir, sur cette conception dynamiquede la causalité, Perry Tendencies, p. 262, 264.

(4) Praymatism, p. 293. a

Page 153: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 153/329

WILLIAM JAMES 151

Le monde a un caractère dramatique que la philosophie ne doitpas détruire (1). Pour le partisan de cette conception, il y a dumal, du mal à vaincre, à supprimer. « Le mal est essentiellement

irrationnel et n'a pas à être épingle ou consacré, ou préservédans un système final de vérité... Il est une réalité étrangère,un élément de rebut » (2). Le problème du mal ne peut pas êtrerésolu d'un point de vue métaphysique, il constitue seulementun problème pratique, nous devons non pas le comprendre,mais le supprimer (3). Le mal n'est pas essentiel au bien commele pense le monisme ; il ne constitue pas une partie nécessaire,un élément éternel de la réalité (4).

C'est seulement si l'on accepte toutes ces idées, depuis l'em-pirisme radical jusqu'à la vision d'un monde incomplet et enquelque sorte plein de possibles, jusqu'à l'existence du mal,quatrième postulat de la raison pratique, pour reprendre l'ex-

pression de Renouvier, que l'on peut avoir une vue morale dumonde (5); ce qui fait du point de vue pragmatiste la valeuressentielle du pluralisme, c'est qu'il est le postulat nécessairepour que cette vue morale du monde puisse être adoptée. « Notrenature morale prise au sérieux avec toutes ses exigences, nous ditM. Flournoy, voilà le premier et le dernier mot de la philoso-phie de James » (6).

Dans ce monde de l'incomplet, du fortuit, du possible, où lesnouveautés se produisent par taches, par places, par plaques,par pièces et par morceaux, les individus peuvent réellementagir. Il y a, dit-il, bien des imaginations humaines qui vivent dansun tel monde moralistique, dans ce monde qui peut être sauyési nous le voulons, qui croît ça et là, grâce aux contributionsparsemées de ses diverses parties, des gens qui savent se con-tenter de ce qu'ils peuvent faire, des pauvres et si riches résul-tats disséminés dans l'espace et mis bout à bout dans le temps (7).

L'homme, chaque homme, peut opérer une œuvre de rédemp-tion, de salut. Chaque homme peut contribuera sauver l'universen sauvant son âme (8). L'univers pourra être sauvé pluralisti-

-quement, par morceaux (9).

Sans doute, tous doivent coopérer. Certains ont une influence

(1) Mcaning of Truth, p. 77.

(2) Religions Expérience, p. 133. Cf. Will to believe, p. 61, 161.

(3) Pluralislic Univcrse, p. 117 et 124.

(4) V. Perrv Tendencies, p. 246 sqq.

(5) Minci, 1882 tome II p. 191, 204. Rcligious Expérience, p. 133.

(6) Flournoy, p. 114.

<7) Pragmatism, p. 282, 236, 288, 294,296.

<8) Pliilosophical Review, 1893, p. 629. Will to believe, p. 61.

{9) Pragmatism, p. 294.

Page 154: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 154/329

152 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

prépondérante : les héros créateurs de catégories, ceux quifondent les idéals nouveaux ; niais chacun dépend de tous les

autres, le monde du pluraliste est un monde où toutes les par-

ties s'affectent mutuellement (1). « Bien que nous fassions denotre mieux, le résultat dépend aussi des autres éléments: s'ils

se refusent à aller avec nous, il se peut que notre bonne volontéet nos peines soient dépensées en pure perte. Aucune compagnied'asssurance ne peut ici nous protéger du risque que nous cou-rons par là même que nous sommes dans un tel monde » (2).

Certaines parties peuvent réellement s'égarer, faire du mal,réellement endommager les autres parties du monde.

La vie réclame donc de nous un caractère tendu, intense(strenuous), car le salut du monde dépend de l'énergie fourniepar ses différentes parties.

De là, ce sentiment d'insécurité que nous donne le monde dupluraliste. Il manque de stabilité et de sérénité. Pour l'intellec-

tualiste, notre esprit se trouve devant un monde tout fait et nepeut pas déterminer à nouveau son caractère. Il refuse d'accor-

der une valeur aux arguments qui vontdu devoir être à l'être (3).

Pour le pluraliste, le monde se fait par nos croyances. Son ca-

ractère dépend de notre foi et l'être du devoir être (4). Car il

n'est pas dit, même si les détails du monde sont indépendantsde notre pensée, que le caractère total du monde ne puisse pasêtre déterminé par elle (5): « Il se peut fort bien qu'une philoso-phie soit une très importante réaction de l'univers sur lui-

même (6). » C'est seulement dans un univers incomplet et multipleque la foi individuelle peut avoir une place; dans cet univers-là

seulement, le caractère total peut être exprimé en propositionshypothétiques comme nous l'avons vu.

Nous éprouvons alors que notre vie est un réel combat, quenos victoires sont vraiment des victoires pour le monde et nosinsuccès des défaites cosmiques. Pourquoi nos actions, les

tournants de notre vie ne seraient-ils pas les réels tournants dumonde, les points où le monde croit? Le monde croît, le mondechange en nous, par nous.

Il faut au pluraliste cet élément d'insécurité clans le monde,cet élément gothique, comme dit James (7). «-Quel intérêt, quelle

saveur, quelle excitation peut-on trouver à poursuivre le bon

(li Critique philosophique, 1S84 p. 30*3. Will to believo, p. 177.

(2) Problems, p. 229.

,3) lbicL, p. 222, 223.

(4) Ibid., p. 223.

(5) Ibid., p. 229.'

(6) Pluralistic Universe, p. ol7.

(7) Mcmories, p. 166.

Page 155: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 155/329

WILLIAM JAMES 153

chemin si l'on ne sent que le mal est aussi possible et naturel,plus que cela, menaçant et imminent ? » Les hommes à l'esprit

dur sauront dans ce monde incertain ressentir « les exultations

et les angoisses et l'amour invincible de l'homme ». Ils donne-ront « comme fêtes solennelles à leur foi intérieure la résistance,la pauvreté, le martyre s'il le faut ». « Quant à moi, dit James,je ne sais ce que la sueur et ce que le sang, et ce que la tragé-die de cette vie peuvent signifier si ce n'est exactement ceci :

Si cette vie n'est pas une lutte dans laquelle par le succès, il ya quelque chose d'éternellement gagné au profit de l'univers, cen'est plus qu'un pur amusement... La vie nous donne bel et

bien la sensation d'un réel combat, comme s'il y avait quelquechose de réellement désordonné dans l'univers que nous, avectoutes nos idéalités et nos fidélités, nous sommes nécessairespour racheter. C'est à cet univers moitié désordonné, moitiésauvé que notre nature est adaptée». L'homme à l'âme dure estfait pour les contrastes à la Rembrandt et médiocre admirateurdu clair sur clair. Celui qui a une conception moraliste dumonde veut n'être pas sûr du succès et pouvoir risquer son en-

jeu, courir sa chance (to tahe its chance). Une chance de salutlui suffit, une seule ; qu'importe le reste et que lui-même il soit

perdu si sa cause doit triompher un jour.

Le pragmatisme, le pluralisme, les deux théories se confon-dent en ce point dans l'unité du tempérament qui les vit doiventtoujours venir s'appuyer sur une certaine endurance ultime(hardihood), sur une certaine disposition à vivre sans assuranceet sans garantie. Pour des esprits qui consentent ainsi à vivre

sur des possibilités qui ne sont pas des certitudes, il y a autourde toute religion quiétiste sûre du salut une « légère odeur dedégénérescence graisseuse » (1)

.

James ne saurait accepter un pessimisme complet (2) que seuleune âme dure à l'extrême, le surhomme Nietzschéen, à certains

moments, saurait supporter pleinement, ni le complet optimisme,« le ciel peuplé d'anges blancs qui jouent de la harpe, le ciel

des écoles du dimanche, l'Elysée bien convenable et bour-

geois » (3). Le monde ne peut se définir par un superlatif, on doitle prendre dans sa marche et définir les étapes les unes par rap-

port aux autres à l'aide d'un comparatif. Le moralisme se com-

(1) Sur le moralisme, consulter Critique philosophique, 1882 tome II

p. 166, 1884 tome II p. 311, 356, 357. (Will to believe, p. 176 sqq.), Is liïe

worth living, p. 28. ( Will to believe, p. 60-62). Heliyious Expérience, p. 526.

Journal 1907, p. 547 sqq. Pragmatisrn, 264, 287, 291, 295. Meaning, p. 77,

92. Cf. Paulsen Einleitung, p. 322. Jack Hibbert Journal, 1908 p. 407.

(2) Talks to teaehers, p. 284.

(3) Will to believe, p. 168.

Page 156: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 156/329

154 LE PLURALISME AXGLO SAXON

plètera donc par le méliorisme. L'homme qui a du monde unevue moralistique, s'il n'a pas de « vacances morales » commel'absolutiste, de longues époques de repos (1), peut du moinsjouir de cette pensée réconfortante du méliorisme. Le mélioris-

me est « le sel qui empêche le monde de se corrompre, l'air quiemplit les poumons ». Le monde a en lui une chance, une chanceréelle de devenir réellement bon c2). Et même si l'on croit quecette chance est illusoire, du moins peut-il sans cesse s'amélio-rer. Peut-être même faut-il abandonner tout espoir de réconci-liation finale, peut-être faut-il adopter la vue « la plus moralisti-que ». L'idéal pour l'homme à l'âme dure n'est pas l'absence devices, mais le vice, — et la vertu l'étreignant à la gorge (3).

L'amélioration ne serait pas, à proprement parler, la suppres-sion du mal, mais la victoire sur le mal.

On peut voir ce que sera l'idéalisme pluraliste. Le pragma-tisme n'est nullement négation de toute distinction entre l'idéal

et le réel. Cette conception du méliorisme suppose, en effet,

un idéalisme, une foi en une réalité abstraite de tous ses environ-nements, lavée de toutes les scories du monde matériel (4), unidéalisme pluraliste et exclusif selon les expressions de Perry-

On comprend aussi ce qu'est cette croyance de James quel'on peut rapprocher des idées du Yogi et du Mental Healing :

l'homme peut se dépasser lui-même. Il y a à l'intérieur de nousdes réserves infinies de puissance, et James insiste sur cespossibilités innombrables, ces mines de pouvoirs, toutes cesrichesses inconnues.

Qu'allons-nous faire de ces forces ? Allons-nous les appliquerau monde entier ? Non, car notre liberté est limitée et nous nedevons penser qu'à des réformes partielles. « Qu'est-elle enessence, dit James, cette philosophie de la conduite objectivequi semble si surannée et si abandonnée, mais si pure et saineet forte lorsqu'on la compare à sa romantique rivale ? C'estune reconnaissance des limites ; c'est la volonté après avoirmené à bonne fin quelque travail de nous sentir en paix ». Sil'univers appartient à des forces semi-indépendantes, commenten effet ne se contrarieraient-elles pas mutuellement, parfois ? (5).

Et cette idée que nos responsabilités sont limitées comme nospouvoirs, n'affaiblit pas, mais intensifie notre consciencemorale (1). Enfin le processus essentiellement pluraliste, par

(1) Journal, 4907 p. 547.

(2) Will to helicve, p. 167, 169.

(3) Ibid ; Pragmatism, p. 295. Voir les réserves que fait à ce mot de

méliorisme la Critique philosophique, Critique, 1877 tome II p. 409.(4) Religious Expérience, p. 133. Philosophical Bcvicw, 1907 p. 1-20.

(5) Critique Philos., 1884 (3) p. 356.

Page 157: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 157/329

WILLIAM JAMES 155

lequel nous formons un idéal, ne nous apprend-il pas que la

réalité peut être en partie bonne, en partie mauvaise ? Il fautnous allier avec certaines parties de la nature qui peuvent être

par nous utilisées, et nous tourner contre d'autres. Voilà cequi peut nous donner du courage : les causes du mal appa-raissent comme finies, quand on ne croit plus à l'Esprit uniqueet à la Substance unique; et nous pouvons dire à chacune descauses du mal tour à tour : à nous deux maintenant. Ces luttesse succédant sans cesse, loin d'abattre notre courage, le forti-

fieront ; elles formeront des étapes, et par des victoires succes-sives, nous jalonnerons notre route vers la victoire ; il faut

ainsi prendre toutes choses en détail ; tous nos idéals doiventêtre réalisés, toutes nos difficultés vaincues par pièces et parmorceaux (2), non seulement parce que, comme nous l'avonsdéjà vu, le monde se sauve par les individus, dans les individus,mais parce que ces individus mêmes ne peuvent agir que surcertaines réalités déterminées (3). Le pluraliste, bien qu'il senteen lui des réserves de possibilités infinies, sait que seuls lui

sont permis des succès déterminés, épars ; il sait se contenter

d'eux (4).

James parle de notre salut, du salut du monde. Il reste pro-fondément religieux. Mais cette idée de salut, il ne faut pas laconsidérer comme signifiant un idéal universel. La naturehumaine ne peut pas être ramenée à une sorte d'exemplaireunique. Ce qu'on peut affirmer cependant, c'est que cet idéaldoit être tolérance, doit être société d'individus.

Par toutes ces luttes, l'individu se grandit et son caractère

sacré apparaît de plus en plus (5). « Le but final de notrecréation, dit James, parait bien consister dans le plus grandenrichissement de notre conscience éthique à travers le jeude contrastes le plus intense et la plus grande diversité descaractères (6) ». Le pluraliste sera donc naturellement tolérant« tolérant pour tout ce qui n'est pas soi-même intolérant », lesautres individualités feront ressortir son individualitépropre (7). Il est naturellement démocrate ; l'idée démocratiquetelle que l'a conçue à certains moment un Whitman n'est-ellepas une idée essentiellement individualiste ?

Mais la démocratie n'est pas un nivellement général. Les

(1) Critique Philos., 1884 (2) p. 279. (Will.to believe, p. 154).

(2) /s life worth living, p. 11, 12, 15, 17. fWill to believe, p. 47-51). Reli-gions Exp., p. 522.

(3) Pragm., p. 294.

(4) Pragm., p. 296.

(5) Talks to teachers, p. V.(6) Critique philosophique, 1884 p. 312. (Will to believe, p. 169).(7) Talks to teachers, p. V.

Page 158: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 158/329

Page 159: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 159/329

WILLIAM JAMES 157

A partir des faits il), le pluraliste saura imaginer des analogiessuivant le grand exemple des Fechner et des Mill, et saura serisquer à croire en elles (2). Pourquoi ne serions-nous pas envi-

ronnés de consciences supérieures ? De consciences inférieu-res ? Pourquoi les plantes n'auraient-elles point d'âme, commeTa cru Fechner (3) ?

Le théisme est renouvelé par James grâce à des hypothèsespluralistiques et à des hypothèses qu'il emprunte au spiritisme,car pour lui, les faits spiritessontceux qui sont les plus fécondsen analogies utiles à l'homme religieux (4).

James est à la fois pluraliste et dualiste ; sur le chaos desêtres se détache une personnalité divine. L'idée de Dieu don-nera plus de largeur à la vision du monde, plus de résonnancesa la métaphysique et en même temps elle nous rendra le mondemoins étranger, plus intime. Dieu est non pas un nom, non pasun être abstrait, mais une personnalité mentale finie, existantdans le temps, un moi divin, ou plutôt encore un toi. L'objetDieu et le sujet moi restent toujours deux personnalités dis-

tinctes (5). Etant une personnalité finie, Dieu ne peut pas con-naître tout ; il se peut que certaines consciences connaissentdes faits qu'il ne connaît pas. « Le sujet le plus vaste qui existe

peut cependant ignorer beaucoup de choses que connaissentd'autres sujets » (6).

Dieu semble parfois être pour James synonyme de : ce qu'il ya d'idéal dans les choses (7), et si Dieu n'est que la partie idéaledes choses, comment pourrait-il être l'ensemble des choses ? Il

est seulement la partie des choses dont la vie est la plus intense

,

la conscience la plus concentrée, embrassant le plus de faits enun même indivisible instante).

Dieu ne crée pas les choses de l'extérieur. On peut dire en unsens que les choses font partie de lui par ce qu'elles ont d'idéal,

mais elle ne sont pas créées par lui comme des choses qui lui

seraient extérieures (9). Il ne crée pas tout; et sa création n'est

pas une sorte d'arrangement mécanique.

(1) Pluralisme Universe, p. 314.

(2) 1s life worth liviug, p. 24. Will to believe, p. 59. PsyehologiealReview, 1898 p. 423, 424.

(3) Immortalily, p. 85.

(4) Psyehologieal Review, 1898 p. 423, 424.

(5) Sur le dualisme de James, voir Tausch Monist, 1909, p. 18, 21.

(6) Critique philosophique, 1881 tome II p. 402, 1882 tome I p. 6, 1884

p. 360, note 1. (Will to believe, p. 122, 135, 181 note). Rcligious Expérience,

p. 525. Pragmatism, p. 301. Problems. p. 130.

(7) Pluralistic Universe, p. 124.(8) Religious Expérience, p. 132 note, Journal, 2 mars 1904.

(9) Pluralistic Universe, p. 318.

Page 160: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 160/329

158 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

On comprend dès lors que l'existence du mal ne puisse êtreen aucune façon la preuve de l'inexistence de Dieu. Le malexiste et Dieu le combat, avec nous. Dieu coopère avec nous (1).

Il est bien véritablement une Providence, mais non pas uneProvidence qui trace toute droite la ligne des faits. A chaqueinstant, l'univers bifurque ; à chaque instant la divinité prenddes décisions nouvelles (2).

Ces déterminations prises aux points de bifurcation de l'uni-

vers peuvent apparaître sous formes de miracles. James arriveainsi à ce qu'il appelle un franc surnaturalisme, un surnatura-lisme grossier (crass supernaturalism) un surnaturalisme mor-celé (piecemeal) selon lequel Dieu intervient par à-coups dansl'histoire du monde. Le monde idéal s'insère de façons brusquesdans le monde réel. Si la nature d'une idée réside dans ses con-séquences pratiques particulières, l'existence de Dieu ne réside-t-elle pas véritablement dans les miracles, que de temps entemps, à des époques définies, il opère ? Puis n'est-ce pas là unefaçon d'expliquer les apparitions de la liberté dans le monde,ces commencements absolus dont James parle après Renou-vier ? De ce point de vue, c'est quand le monde idéal et le monderéel s'entrepénètrentou se heurtent, que jaillissent les nouveau-tés réelles (3).

Mais en même temps que Dieu nous aide, coopère avec nous,nous contribuons à faire Dieu ; il apparaît lui-même alorscomme le fruit de nos efforts. « Je ne vois par pourquoi, dit

James, l'existence d'un monde invisible ne pourrait dépendreen partie des réactions personnelles de n'importe lequel d'entrenous aux sollicitations de l'idée religieuse. Bref, Dieu lui-mêmepourrait emprunter de notre fidélité, la force et la grandeur deson être ». Nous sentons obscurément que par notre croyance,nous rendons à Dieu, le plus grand, le plus éternel service quel'on puisse lui rendre (4). La loyalisme de chacun à l'égard deson Dieu, prend une valeur infinie.

Quel sens faut-il donner à cette conception de la Divinité ?

Est-elle pour l'homme un aide et un serviteur, que l'hommesemble créer pour son service ? Faut-il voir un retour à des tra-

ditions religieuses primitives, renouvelées par l'esprit démo-cratique qui ne souffre pas de supérieurs oisifs et attend des ser-vices effectifs de celui à qui il rend des services (5), et par l'es-

(i) Pragmatism, p. 298.

(2) Critique philos., 1884 (II) p. 360. (Will to believe, p. 180 sqq).

(3) Sur le crass supernaturalism, Heligious Exp., p. 520, 521, 522.

(4) Is life worlh hviog, p. 28. (Will to believe, p. 60). Critique philos.,1882 (1) p. 6.

15) Tausch Monist, 1909 p. 21.

Page 161: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 161/329

WILLIAM JAMES 159

prit pratique ? « Le Dieu des pragmatistes, a-t-on dit, est unvieux serviteur fidèle, destiné à nous aider, à porter notre croixet à trainer notre malle au milieu de la sueur et de la poussièredes épreuves quotidiennes » (1). — Ou bien faut-il y voir uneconception idéale de la divinité ? Semblable au Dieu de Renan,le Dieu de William James serait alors la « catégorie de l'idéal »

et dans cette hypothèse aussi, l'on comprendrait la création deDieu, de l'idéal par l'homme, et l'aide puissante apportée parDieu aux hommes. Ces deux façons dé comprendre la divinité,l'une qui la rend si familière, l'autre qui la subtilise, sont venuesse fondre dans l'esprit de James.

Mais ceci encore ne suffirait pas pour expliquer complètementle Dieu de James, c'est un aide, un ami, un serviteur, avonsnous dit. Mais il faut ajouter un aide, un ami, un serviteur sin-gulièrement exigeant, nous imposant sans cesse des devoirsnouveaux, des tâches nouvelles, créant autour de nous pour quenos plus hautes possibilités soient révélées, une atmosphère detempête et de danger.

Nous avons parlé jusqu'ici de la partie idéale des choses, deDieu, au singulier. Mais Dieu pourrait bien être plusieurs. Pour-quoi Dieu serait-il solitaire? (2) Puisque la divinité est d'essencefinie, pourquoi ne serait-elle pas multiple ? Un personnalismeprofond mène assez naturellement, —on l'avu chez Renouvier,—à un polythéisme. Bien avant Les Variétés de l'Expérience Re-ligieuse. James parle au pluriel des puissances qui régissentl'univers, des Dieux (3). Mais c'est surtout dans cette œuvre quel'on assiste comme à une multiple apothéose. Ou plutôt Jamespendant longtemps (avant le Pluralistic Universe) n'a pas plusque Renouvier aimé à affirmer la multiplicité des Dieux ; onvoit, on sent qu'il y croit, mais il présente cette croyance pres-que comme une hypothèse, il veut seulement montrer qu'elle aautant de droits sur notre pensée que l'hypothèse monothéiste.« Il n'y a pas plus de raison aujourd'hui, dit-il, qu'il n'y en eutet qu'il n'y en aura jamais, pour que la pensée primitive, avecsa croyance en des forces personnelles individualisées soit ex-pulsée par la science » (4). Ces différents Dieux ne seraient passur le même plan de divinité. « L'univers pourrait fort bienêtre une collection de moi de cette sorte, ayant des degrés diffé-

rents de compréhension, sans unité absolue réalisée en lui. Ce

(lj Bourdeau, Pragmatisme et modernisme, p. 82.

(2) Religious Esp.,p.

525.

(3) Critique philos., 1884 tome II p. 279, 280.(4) Religious Exp., p. 123, 525. Pluralistic Un.', p. 310.

Page 162: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 162/329

160 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

serait une»sorte -de retour au polythéisme... à un polythéismeque pour le moment je ne veux pas défendre » (1).

Dans le Pragmatism, la même idée revient, le plus souventpeut-être sous une autre forme. James y insiste comme d'abordil l'avait fait sur l'aspect politique ou social de son polythéisme.Pourquoi Dieu serait-il un monarque surélevé et tout puis-

sant ? (2) Dieu n'est en vérité qu'un de nos auxiliaires, primusinter pares, au milieu de « tous ces modeleurs de la destinée dugrand univers » (the shapers of rhe great world's fate) (S).

L'homme à l'âme dure ne va-t-il pas par là perdre sa duretéd'âme, se sentir fondre plus ou moins en ces sphères d'activité

qui le dépassent? Non pas, nous a déjà répondu James dans unpassage des Variétés de l'Expérience Religieuse, qui prévoit l'ob-

jection. Car il y a des parties du monde qui ne sont pas proté-

gées par les Dieux ; il y a des héros que ne couvre pas le bou-clier d'Athéna ; il y a aussi des choses mauvaises, irrémédiable-ment perdues que Dieu laisse à l'éc8rt (4). Et le théisme, le

polythéisme nous apportent de nouveau plus fort que jamais, le

sens pluraliste de l'insécurité.

Nous ne nous sentons plus des sujets d'un univers monarchi-que, mais des citoyens libres d'une république universelle. Lemonde devient « comme une sorte de banquet républicain, oùtoutes les qualités de l'être, respectueuses du caractère sacréles unes des autres sont assises à la table commune de l'espace

et du temps » (5). « L'univers du mélioriste, dit James, est conçud'après une analogie sociale, comme un pluralisme de pouvoirsindépendants ». On retrouve ici, mêlée à d'autres, l'influence deTh. Davidson qui avait été très foTte sur James, et qui croyait enune « république d'esprits ».

James, à vrai dire dans le Pluralistic Universe nous présenteun aspect différent de son polythéisme, un polythéisme moins« dur ». Son polythéisme. —sa théorie de la multiplicité desconsciences ne se rattache pas dans ce livre à celle de Renou-vier, mais à celle de Fechner. Il veut sentir dans le monde, au-tour de lui, au-dessus de lui, d'autres consciences que la sienne.

Le monde ne devient « sympathique » et il ne devient richeet plein que par cette hypothèse : « Est-ce que ce brave universn'est pas fait sur un modèle plus riche, avec de la place en lui

pour recevoir une nombreuse hiérarchie d'êtres ? » (6).

(1) Religious Exp., p. 525, 131.

(2) Pragm., p. 70.

(3) Pray m., p. 298.

(4) Religious Exp., p. 526. Cf. Will to believe, p. 213.(5) Mind, 1882 p. 191, cf. p. 204. (Will to beliere, p. 270, 290).

(6) Pluralistic Un., p. 175, p. 310.

Page 163: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 163/329

WILLIAM JAMES 161

James conçoit donc une « organisation sociale, de travail

coopératif », une affaire en participation (sharing and parta-king business),, il se représente le monde comme « une société

par actions, dans laquelle les actionnaires ont à la fois desresponsabilités limitées et des pouvoirs limités » — La phi-

losophie pluraliste, dit James, est avant tout une philosophiesociale. Et le monde est pour elle un ensemble de vies quipeuvent être de tous les degrés de complexités possibles,infrahumaines. suprahumaines, aussi bien qu'humaines, «évo-luant et changeant profondément dans leurs efforts et leursessais, et qui par leurs interactions et leurs succès accumulés

composent l'univers » (1).

LES REAPPARITIONS DE L IDEE DE L UXITK

Ces interactions pourront-elles un jour faire que l'univers

soit parfait :' Non, dirait sans doute l'homme à l'âme dure, et

James souvent nous refuse cette espérance. Que le mondepuisse arriver à la perfection, il ne veut pas, il ne peut pasle promettre. Et si les hommes peuvent être rangés en deuxcatégories : ceux qui croient que le monde sera sauvé, et ceuxqui sont assez forts pour supporter de penser qu'il puisse nepas l'être, James peut être classé le plus souvent dans la

seconde catégorie (2).

Le plus souvent, disons-nous. Et en effet James ne conservepas toujours l'attitude de l'homme à l'âme dure. Nous avons vuque le mal la plupart du temps était conçu par lui commeessentiel, comme ne devant pas disparaître. En d'autres endroits,pourtant, James se représente l'évolution comme une dimi-nution nécessaire du mal, et peut-être finalement commemenant à une disparition du mal. Le problème du mal ne sepose pas dans le pluralisme, avons-nous dit; car le mal est unfait. Mais dans certains passages, il nous dit que si le mal était

éternel, ily aurait alors unproblème du mal, car dans ce cas Dieuen serait responsable (3».

Bien plus, nous pouvons nous demander si le mal n'est pasconçu finalement par lui comme une simple privation d'être (4).

(1) Mind, 1882 p. 194, 1903 p. 97. Critique piiilos., 1884 p. 279. Wiil to

belicve, p. 154. Pragm., p. 290. Immortality, p. 83. Mind, 1903, p. 97.

(2) Praçjm., p. 282.

(3) Roligious Exp., p. 131.(4) Voir une observation semblable, Woodbridge Riley Journal of phi-

los., 13 mars 1909, p. 2G6.

11

Page 164: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 164/329

162 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

Le mal ne semble plus alors qu'une ombre, et cette ombres'évanouit à la fin de l'évolution. On sera délivré purement et

simplement dumal « à la fin », il sera effacé. L'univers, dit

James, a en lui, une chance, peut-être une seule, mais elle

suffit, d'être entièrement bon (1). Elle suffit, mais par son exis-

tence même, elle empêche le pluralisme d'être définitif.

Grâce à elle, en effet, le monde peut être un, le monde fina-

lement sera sauvé ; entièrement sauvé. S'il est vrai comme dit

James, que malgré toutes ses bifurcations et ses hésitations, le

monde va vers un but déterminé (2), alors la sueur et le sang

du monden'ont plus de sens.

Et l'élément dangereux auquel James se plait si fort, parfoisdisparait. Dieu ne jouait avec nous qu'une vaine partie d'échi-

quier. Il parait nos coups, semblait s'intéresser au jeu, maisson triomphe final était sûr.

Et le pire pour le pluraliste, c'est que ce triomphe sera le

règne de l'unité. Il est rare que James nous fasse voir la créationallant dans le sens de contrastes de plus en plus intenses, decaractères de plus en plus divers (3). Le monde tend versl'unité (4). Dieu conçoit des « fins unifiantes » comme les grands,hommes dont parle James, mais en de plus vastes pro-portions (5). Dans ces réceptacles communs que sont l'espace

et le temps, pourquoi certaines de nos expériences ne devien-draient-elles pas un jour communes elles aussi ? Ne voyons-nous pas le monde sans cesse s'unifier par les relations entreses éléments, de plus en plus nombreuses (5) i Pourquoi ne pasconcevoir une union totale dans l'avenir (6) ? L'empirismeradical accepte donc finalement fort bien le monisme, à titre

d'hypothèse (7).

On dirait qu'à plusieurs reprises des croyances contraires aupluralisme ont exercé sur James leur influence. « Le systèmetranscendental a son charme », disait James dans son Will to

beheve (S). Il se plaisait en vrai transcendentaliste, à découvrirderrière le voile des apparences, l'unité de l'esprit (9). DansHuman Immortalily. il propose une théorie transcendentaliste

(1) Religions Exp., |j. 132, 133. Critique philos., 1884 p. 360, 361, 358.

(2) Critique philos., 1834 p. 360, 361. (Will to helieve, p. 180 sqq).

(3) 11 le fait très nettement Crit. philos. 1884, p. 312.

(4) Essays in radical ewp., p. 47. Plur. un., p. 330.

(5) Psvchol. llev., 1890 p. 293. Pragm., p. 156.(fi) Praum., p. 159, 161, 280.

(7) Will tu helieve, p. VIII. Cf. Muirbead Aristoleli:<u Society, 1908-9

p. 165.(8) Critique philos., 1882 (2) p. 151. lbid. p. 139.

(9j 1s lil'e worth living, p. 12, 23, 24, Will to belim e, p. 58.

Page 165: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 165/329

WILLIAM JAMES 163

de rame, inspirée à la fois de Fechner et de Myers d'aprèslaquelle les âmes particulières découlent d'un immense réservoirunique, d'une pensée infinie, d'une conscience mère (1). On a

eu raison de voir ici une théorie d'un caractère très peu plura-liste (2). Elle ne le serait pas du tout, si James ne nous disait

que derrière le voile des apparences, il peut y avoir plusieursesprits (3). De toute façon on ne voit guère comment avec sathéorie de l'immortalité commune, James peut faire droit audésir qu'it reconnaît en nous de survivre dans toute notre indi-

vidualité (4). C'est pourtant cette théorie qu'il reprend dans unarticle de la Psychological Review. où il construit une théorietranscendantaliste de la psychologie (5). N'est-ce pas encore sousl'influence de ce monisme transcendantal, qu'il arrive à montrerla continuité des choses (6) et l'unité de l'expérience ? carl'expérience malgré sa variété est une dans son fonds ; et fina-

lement les différentes réalités que distingue le « polyréalisme »

viennent se fondre en une réalité unique; la réalité perceptuellecontient tous les systèmes idéaux : les percepts et les conceptssont faits de la même sorte de matière ; les percepts s'évapo-rent en concepts ; les concepts se condensent en percepts, cesont des échanges et des changements incessants dans la valléede la vie (7).

La religion de la démocratie, la religion de Whitman, est, elle

aussi d'essence transcendantaliste. L'évangile de Whitman et

celui d'Emerson se ressemblent. Et c'est en démocrate trans-cendantaliste que parle James quand, dans ses Talks to teachers,

il veut voir derrière les individus, le fond commun de l'huma-nité (8).

Des philosophies plus récentes attirent bien souvent Jamesvers une sorte de monisme. L'idée de plus vastes consciencesenveloppant la nôtre, l'idée de Myers qui peut être prise, il est

vrai, en un sens pluraliste, est souvent sur le point de devenirune idée moniste, dans les Varieties of Religions Expérience.Dans le Pragmatism, dans le Plicralistic Universe, il va essayerde trouver une solution qui pourra satisfaire à la fois à certai-

nes exigences du pluraliste et à certaines exigences du moniste.

(1) Human Immortality, p. 106 et note 5.

(2) Howi son Limits of Ev., p. 285, 288. Alb. Léfèvre Philos. Review,1900 p. 109.

(3) Huit;. Immort., p. 107.

(4) Ibid., p. 29, 30, 36, 39, M.(5) Psychological Bcview, 189Ô p. 122.

(6) Psychological Bulletin, I 5.

(7) Problcms, p. 107. Communication an Congres de psychologie, p. 2. 8, 9.

<8) Talks to teachers, p. 278, 300.

Page 166: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 166/329

164 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

Royce a mis en lumière, la nécessité d'un être qui connaissepour fonder en raison l'existence des êtres connus. Jamesdéclare que les pragmatistes ne se peuvent

passer decet

êtres'ils veulent prouver la réalité tles êtres particuliers (1). Déjàdans the Will to Believe, James ne se montrait-il pas favorableà l'hypothèse d'un penseur divin qui penserait tout (2) ? Et l'idée

bradleyenne de la transmutation n'est pas absente du livre (3).

Puis James fut arrêté longtemps par une difficulté essentielleà sa propre psychologie autant qu'à la métaphysique de l'absolu,telle que le conçoit Royce ; il se demande comment à l'intérieurd'une conscience peuvent exister d'autres consciences

(4).Il nous faut suivre sur ce point le travail de sa pensée, nous

verrons du pluralisme se dégager un monisme nouveau.En 1905, il s'attache à ce qu'il appelle le problème de la domi-

nation des consciences de plus vaste envergure sur les cons-ciences moins vastes ; il déclare ne pas très bien comprendreencore ces spéculations. Mais déjà il parle de l'expérience purecomme d'un absolu (5).

Dans le Pluralistic Universe,il

discute l'hypothèse de l'absolu,telle que l'a formulée Royce, et nous montre les variationsqu'ont subies ses idées sur ce problème. En somme, on peutdire que le Pluralistic Universe est le livre le moins pluralistede James, celui où il s'efforce de s'approcher de plus en plusdu monisme. Royce, pour concevoir son absolu, partait d'unecomparaison avec les phénomènes psychiques; les moi se com-posent dans l'absolu comme les idées, les sentiments, les sen-

sations, qui sont de plus petits « moi» se composent dans notremoi normal; c'est là que James voit se nouer le problème méta-physique (6). Pendant longtemps une. telle composition despensées lui paraissait impossible (7). Et si cette composition lui

semblait insoutenable en psychologie, elle lui semblait toutaussi insoutenable en métaphysique.

Il se rend compte alors que c'est moins l'idée d'absolu en'elle-

même qu'il critique, que toute la classe de suppositions dont

elle offre seulement l'exemple le plus remarquacle, l'exemplesuprême, « l'idée des expériences collectives se proclamant

(1) Psyclwl. Roview, 1908 p. 16.

(2) Will to believe, p. 512--2JH.

(3) Will to believe, p. 58. »

(4) Pluralistic, Un., surtout Lect. V.

(5) Psychological Heview, 1905 p. 17, 18. Essaya in Radical Empiricism,p. 180, 188.

(6) Pluralistic Un., p. 184.

(7) Pluralistic Un., p. 188-189.

Page 167: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 167/329

WILLIAM JAMES 165

identiques à leurs éléments et pourtant ayant des expériencestout à fait différentes de celles des éléments ».

Mais, se dit il, s'il pouvait y avoir des expériences collectives

semblables, alors l'absolu pourrait exister: la question est avanttout de savoir si ces expériences existent (1). La question seprécise et redevient ce qu'elle avait été d'abord : une questionpsychologique. Faut-il dire, comme James l'avait dit dans sa Psy-chologie que tout fait psychique complexe est une entité psychi-que séparée, arrivant au-dessus de la foule des autres entités psy-chiques qu'on appelle à tort ses parties, et prenant leur placeet leur fonction, mais sans les avoir à proprement parler commeéléments ? Il faut alors nier l'absolu et aussi bien que l'absolu,l'âme de la Terre d'un Fechner qui comprend en elle d'autresâmes et affirmer seulement le Dieu du théisme, car la logiquede l'identité nous dit qu'une chose ne peut pas être différented'elle-même.

Mais une telle position est-elle acceptable ? Au nom de la

logique de l'identité, nous brisons l'univers, nous le faisonsessentiellement discontinu. Et il semble incompréhensible queles champs de conscience qui se remplacent avec une telle régu-larité, chacun connaissant la même matière, mais l'intégrant

dans un concept toujours plus vaste, n'aient rien de commun entant qu'existences alors qu'ils sont identiques en tant que fonc-tions. Dira-t-on que c'est leur objet, leur matière qui les rendidentiques ? Mais cet objet, cette matière, est tout au moinsconnu d'une façon différente, et nous sommes toujours enprésence d'une diversité.

Heureux, semble dire James, heureux les panthéistes, si le

privilège de croire à la composition des conciences leur estréservé Mais cela ne peut pas leur être réservé. Notre intelli-

gence ne peut pas s'enmurer elle-même toute vivante. C'estFechner, c'est Royce, c'est Hegel qui semblent suivre le meil-leur chemin. Le veto de la logique est pour Fechner quelquechose dont il n'a jamais entendu parler. Royce entend cette voixmais il prend bien soin de ne tenir aucun compte de ses défen-

ses ; Hegel connaît ces interdictions, mais ce n'est que pour les

prendre en mépris, et tous vont leur chemin, joyeux. Serons-nous les seuls à admettre ce droit de veto ?

Les empiristes semblaient donc être les intellectualistes ; les

rationalistes comme Royce et Hegel méprisaient la raison.« Avec toute la sincérité et toute la patience que je pouvais

apporter, je me mis en face du problème, et luttai pendant desannées, couvrant de notes, de mémoranda, de discussions avec

(1) Pluruljstic Un., p. 20è.

Page 168: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 168/329

16G LE PLURALISME ANGLO-SAXON

moi-même au sujet de cette difficulté? des centaines de feuilles

de papier : « Gomment plusieurs consciences peuvent-elles être

une seule conscience ? » Il fallait abandonner la psychologiesans âme ou bien se rallier soit à l'idée que la logique de l'iden-

tité n'est pas la seule logique et adopter une forme supérieure(ou inférieure) de rationalité soit admettre que la vie est com-plètement, fondamentalement irrationnelle.

Pourquoi donc ne pas abandonner cette psychologie sansâme, dira-t-on ? Pourquoi ne pas accepter des agents spirituels,

des âmes, et une divinité ? Mais James ne peut pas accepter

l'idée d'une âm§. Ce serait abandonner son nominalisme. L'âmen'est qu'un nom. Il ne reste donc plus qu'à considérer les deuxpartis qui restent : soit inventer une logique, comme Hegel l'a

tenté, soit abandonner la logique d'une façon complète et défi-

nitive.

C'est le dernier parti que prend James. Le problème cessed'être pour lui un problème, parce que les termes conceptuelsdans lesquels il est posé rendent toute solution impossible. Etc'est Bergson, nous dit-il, qui lui a donné le courage d'aban-

donner ainsi la logique et l'intellectualisme (1), cette logiquemême au nom de laquelle il avait d'abord attaqué la philosophiede Hegel, et que maintenant, d'accord avec Hegel sur ce point,

il condamne comme inadéquate à la réalité (2).

Si l'on abandonne la logique intellectualiste, on doit admettreque les phénomènes psychiques se composent les uns avec les

autres, et d'une façon plus générale on peut admettre que dansl'absolu tous les phénomènes se mêlent les uns aux autres (3).

Gomme dans l'expérience même, ils sont leurs « propres autres ».

L'absolu cesse d'être une impossibilité.

James trouve dans les faits anormaux ou supranormaux et

dans les expériences religieuses les suggestions les plus fortes

en faveur d'une sorte de confluence de nos consciences dans desconsciences plus vastes. Il parle d'expériences d'une vie inat-

tendue qui succède à la mort, d'expériences de joie qui viennentaprès le désespoir. C'est la pensée luthérienne elle-même, dit-il :

il faut s'abaisser pour s'élever ; c'est la théorie de la Minci-Cure,

nous nous abandonnons, nous cédons aux forces inconnues, et

de nouvelles réserves de vie se révèlent ; ces expériences nesont en rien rattachées à nos expériences ordinaires, elles ren-

(1) Pluraliste Un., p. 203-212. Cf. Flournoy, p. 183 note.

(2) Une lettre citée Flournoy, p. 176 note, montre combien profonde est

la différence sur ce point entre la pensée de James en 1892 et sesder-

nières conceptions.(3) Pluraiistic Un., p. 292.

Page 169: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 169/329

WILLIAM JAME8 167

versent leurs valeurs. Et en même temps, elles semblent élargirle monde à l'infini (1). Ceci, l'entendement, au sens où l'on prendd'ordinaire le mot, ne peut pas l'expliquer. Il faut pour com-

prendre ces expériences admettre des idées analogues à cellesde Fechner : il y a dans l'univers une âme qui sympathise aveccelle du croyant, il y a une continuité entre notre âme et cetteâme plus vaste ; cette âme plus vaste peut, grâce à cette conti-nuité même, nous sauver (2). Il y aurait donc une vie surhu-maine a laquelle nous pourrions participer (3), et James reprendpour nous faire comprendre le monisme expérimental, la méta-phore du grand réservoir psychique dont il se servait dans

Human Immortality (4).

Au dernier moment pourtant il se rallie de nouveau au plu-ralisme : la seule façon d'échapper au mystère de la chute, c'est

d'être pluraliste et d'admettre que la conscience surhumaine si

vaste qu'elle soit, « a elle-même un environnement fini et parconséquent est finie ». La conscience suprême n'embrassepas tous les faits et tous les actes de l'univers (5). Il n'y a pasune interpénétration de toutes choses dans toutes choses (6),

bien que toute chose donnée comprenne une multiplicité, bienqu'entre une chose donnée et ses voisines il y ait ce que Jamesappelle une inextricable interfusion.

Une nouvelle doctrine semble alors s'esquisser que l'abso-

lutisme réaliste, cette philosophie empirique de l'identité

pouvait faire pressentir ; si les choses particulières sontleurs « propres autres », s'il y a partout cette multiplicité

dans l'unité dont parlent les monistes, si dans toutes nosidées il y a comme la présence d'une absence, si l'instantprésent comprend en lui-même cette complexité infinie que les

idéalistes supposent dans l'absolu, si notre moi ne peut être

absolument distingué de ses causes, de son environnement, deses objets, de son passé, de son avenir, de notre corps, si le

présent déborde sur le passé et le moi sur le non-moi, si notremoi est toujours une partie d'un moi, si enfin la totalité denotre moi n'est pas quelque chose qui puisse être conçu, maisseulement quelque chose qui puisse être senti (7), un nouvelabsolutisme devient possible. Pourquoi ne pas dire que nousformons nous-mêmes la marge d'un moi plus véritablement

(1) Pluraliste Un., p. 303-306.

(2) Ibid., p. 307.

13) Ibid., p. 309.

,(4) Ibid., p. 299, 300.

(5) Ibid., p. 310-311.

(6) Ibid., p. 322.

(7) Ibid., p. 284-289.

Page 170: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 170/329

168 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

central '. Pourquoi n'y aurait-il pas une confluence de nos cons-

ciences dans une conscience plus haute, bien que nousl'ignorions ? (1)

Mais ce monisme peut à peine se traduire en mots : il est unacte ; il faut pour réfléchir en quelque sorte cet acte, penser entermes non conceptualisés. Pourquoi la vie ne répond-elle pasaux questions que lui pose l'intellectualisme ? Parce que l'intel-

lectualisme lui pose des questions qui ne la regardent pas et

qu'elle n'a pas à comprendre (2).

L'absolu cesse par là même d'être une chose impossible.

Mais pour l'atteindre il vaut mieux suivre la méthode concrèteet hypothétique de Fechner que la méthode, toujours plus oumoins abstraite et déductive, de Hegel, de Royce et de Bradiey.

Et l'on arrivera à une conception à la fois pluraliste et panpsy-chiste de l'univers (3), assez proche au fond de la leur.

James essaie donc de trouver une réponse au problème posépar Royce dans une métaphysique que l'on a rapprochée decelle de Strong, de Bergson, et des spéculations de MortonPrince (4). Il met au premier plan ce qui était le .fond monistede sa philosophie : l'idée de l'expérience pure. N'est-elle pasessentiellement non-dualiste, comme il le dit (5) ? Il prétendarriver à une « nouvelle philosophie de l'identité ». La philoso-

phie pluraliste comme la philosophie de l'absolu voit dans la

substance humaine la substance divine elle-même ; l'empirismeradical est, dit-il, une philosophie panthéiste (6) et un panpsy-chisme, mais à l'intérieur de l'identité même, il distingue

comme Fechner et Lotze l'avaient suggéré, comme M. Bergsonl'a fait, des rythmes de qualités (7), et il n'admet pas qu'il y ait

une totalité complète, achevée, qui enferme tous les détails del'expérience à laquelle ils soient « donnés ».

James n'est donc pas un de ces hommes à l'àme dure dont il

parle dans le Pragmatism. Un pluralisme pur serait pour lui

pure anarchie (8), le capharnaûm des faits ne lui suffit pas (9).

Il veutsentir dans l'Univers une certaine intimité, une certaine

(1) Pluraliste; Un., p. 289-290.

(2) Ibid., p. 290, 291.

(3) Ibid., p. 313.

(4) Voir Psychological Review, 1905, p. 17. Journal uf philos., III p. 657.

(5) Mind, 1905 p. 195, Essays in Radical Emp:, p. 257.

(6) Plur. Un., p. 34, 35.

(7) Journal of philos., 1905 p. 180. Essays in Radical Empiricisw, p. 134.

Plur. Un., p. 34. 35.(8) Plur. Un., p. 44.

(9) Pluralisme Un.,']}. 318-320.

Page 171: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 171/329

WILLIAM JAMES 169

sympathie. Il va jusqu'à dire que s'il adopte le pluralisme, c'estparce qu'il lui donne un univers intime. James voit en Dieuun semblable : le pluralisme, dit-il dans A Pluralisme Vni-

verse, et particulièrement le pluralisme panpsychiste, le satisfaitparce qu'il fait sentir dans l'univers des âmes amies. Il lui faut.

une religion. La religion est, nous a dit James, ce qui rend le

monde dramatique et dangereux, c'est elle qui amplifie lesrésonnances du monde ; elle ouvre à l'esprit des profondeursinconnues et lui fait pressentir de terribles dangers. Mais il

nous dit aussi: la religion rend le monde calme et paisible ;

elle est la certitude que le monde sera sauvé. Et quand dans

ses Problems, il compare le pluralisme et le monisme, il nousdit : l'un est plus moral, l'autre est plus religieux (1). Lareligion qui apporte la guerre apporte en même temps la

paix. James n'a pas vu les deux aspects de la religion en mêmetemps, il les a vus successivement, et il nous dit : le pluralismeest religieux parce qu'il y a pour lui un mal réel ; le pluralismen'est pas religieux parce qu'il y a pour lui un mal réel ; et fina-

lement, il semble regretter que pour le pluralisme le mal ait

une réalité si profonde.Il s'attache à l'idée de Dieu pour que lui soit garanti « un

ordre moral présent de façon permanente ». « Un monde avecun Dieu en lui peut sans doute brûler ou geler mais la tragédieen lui n'est que provisoire et partielle » (2).

Sans doute James n'acceptera jamais un monisme complet.Use rallie à l'idée d'un « pluralisme monistique. » Dans A Plura-listic Universe, il veut se tenir, semble-t-il, à égale distance du

pluralisme et du monisme. Il demande que le pluraliste luiaccorde une certaine unité et le moniste une certaine pluralité.

Il reproche aux monistes leur intransigeance. L'idée de quelquechose qui est .en partie ceci et en partie cela, est pour euxinacceptable. L'esprit moniste est « violent ». « Il ne peut sup-

porter les idées de plus et de moins ». « Il se porte toujours

aux extrêmes » (3). Il nie la légitimité de la notion de « quelques-uns », il n'accepte que la notion du tout et la notion du rien (4).

Au contraire, le compromis et la médiation sont inséparablesde la philosophie pluraliste (5). James reste pluraliste en ce sens.

Même au moment où elle essaie d'être moniste, sa métaphy-sique n'y arrive pas tout à fait. Le monisme reste pour elle unelimite.

(1) Probl., p. 141, 142.

(2) Journal, 1904,*p. 679, 680.

(3) Plural. Un., p. 74.

(4) Ibid., p. 79.

(5) Ibid., p. 313.

Page 172: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 172/329

170 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

« Ever not quite », « jamais tout à fait » pourrait-on dire, enreprenant un mot de James dans son Will to Believe (1), telle estla devise de ce « monisme pluraliste » (2).

Ajoutons que la façon empiriste, pragmatiste et pluralistedont James traite le problème de l'unité tend finalement àdiminuer son 'importance. Il ne s'agit plus que de voir quelest le degré d'unité et le degré de diversité de l'Univers. « Lemonde est un en un certain sens et multiple en d'autres sens...

Une fois que nous avons dû en venir à cette vue plus raison-nable, la question de l'Un et du Multiple peut fort bien cesserde paraitre. importante » (3).

Ainsi une sorte de dialectique immanente pousse James,semble-t il, du pluralisme vers un monisme à l'intérieur duquelil tente d'intégrer le pluralisme. E pluribus unum, c'est fina-

lement sa devise, comme ce fut celle de son père ; de quelle façonconcevoir l'unité pour que cela soit possible ? Faut-il même« concevoir » l'unité ? Gomment le monisme doit-il se relâcherou plutôt encore s'approfondir pour laisser place au pluralisme?C'est peut-être ainsi qu'en dernier lieu il faudrait poser les pro-

blèmes pour bien serendre compte de ce qu'ils étaientpour James.Mais en même temps qu'il s'attache de plus en plus à résoudre

le problème de l'Un et du Multiple, son lecteur et James lui-

même se demande si le problème de l'Un et du Multiple ne perdpas sa valeur et même son sens, puisque l'on peut admettre un« pluralisme moniste », et surtout puisqu'il s'agit d'actes de la

pensée qui dépassent l'intelligence et qui pourront être traduits,

comme on voudra, en termes de pluralisme, ou en termes de

monisme.

Ce que nous avons dit peut faire comprendre qu'il n'y ait pasà proprement parler de disciples de W.James. Ceux qui d'abordpouvaient être rangés parmi ses élèves, se sont peu à peu écar-tés de son enseignement, ou l'ont uni à des doctrines bien dif-

férentes, comme R. B. Perry (4).

(1) Will to believe, p. VIII. Citalion de Blood.(2) Avant d'employer cette expression dans A Pluralisme Uni verse,

James l'a employée dans Pragm., p. 13.

(3) Probl., p. 133.

(4) Dans ses articles du Monist en 1902 et dans le volume An approachto philosophy, il montre la réalité échappant de tous côtés à la logiquedes intellectualistes. Seul le pluralisme peut en donner une idée fidèle.11 affirme, à l'aide surtout de l'idée de divers domaines de réalité, l'indé-termination des choses, leur variété radicale.- Mais toujours, mêmelorsqu'il se rapprochait le plus du personnalisme, il a insisté sur l'élé-

ment « réaliste » du pluralisme. Il s'agit d'étudier d'une façon de plus en

Page 173: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 173/329

WILLIAM FAMES 171

Mais il faut tenir compte de la grande influence qu'il eut surdes philosophes comme Schiller et d'une façon générale sur les

personnalistes d'Oxford, et sui les personnalistes comme Bake-vvell et ses compagnons de l'école de Californie. D'autre part,nous verrons que l'on ne peut expliquer la formation du néo-réalisme sans faire une large place aux idées de James.

Les quelques penseurs que nous allons brièvement étudier.sontnon pas des disciples de James mais des philosophes chez quion retrouve assez souvent l'accent de James, cet amour du con-cret, du divers, de la vie avec ses dangers et ses luttes.

Dickinson Miller voit dans la nature des discontinuités, des

isolements absolus, des expériences disjointes ; et il complètecomme James son empirisme radical par un pluralisme dynami-que, par une théorie du« hasard éthique» (1).

Lowes Dickinson, écrivain brillant, intéressant, semble avoirvu dans ces idées surtout ce qui pouvait être source d'inspi-

ration morale. « L'homme comme je le vois, dit-il, est une créa-

ture non finie, même d'une façon approchée. Il est une créatureen train de se créer elle-même, pleine de possibilités, de poten-tialités ». Et ces possibilités humaines sont bien comme Jamesl'a dit, les possibilités de l'univers; il faut, dit Lowes Dickinson,faire concevoir à l'homme que l'univers entier veut marchervers les buts que nous nous proposons; nous devons combattreet de l'issue du combat dépendra dans une certaine mesure,l'issue du monde. En luttant contre le mal, nous portons aide

« à quelque chose de réel qui est divin, nous résistons à quelquechose de réel qui est diabolique». La mythologie future qui

nous présentera le monde comme un grand champ de bataille

sera, nous dit Lowes Dickinson, dualiste, ou plutôt encore plu-

raliste (2).

Dresser, tout en restant un moniste résolu, cherche aussi dansles œuvres de James des leçons d'énergie, exalte l'hommecomme le constructeur et le possesseur de sa destinée; l'hommen'a qu'à écouter les « voix de la liberté », à voir devant lui les

possibilités sans limites que l'évolutionnisme lui ouvre, et à

partir, vénérant le hasard comme un Dieu (3).

plus précise le monde qui nous est donné. Les critiques de Royce neprouvent nullement l'insuffisance d'une philosophie réaliste et pluraliste,

pourvu que le pluralisme ne soit pas un pluralisme absolu.

(1) Psvchol. Bulletin, II p. 49, 50. Philos. Review, 1899 p. 269. Cf. sur les

relations de James et D. Miller, Armstrong, Eras, p. 265.

(2) Hibbert Journal, 1908, p. 518, 521, 523, 524, 527. Voir aussi le livre deWhitby Ethics et Jacks The Alchemy of Thougbt, malgré ses tendancesmonistes.

(3) Dresser Voices of frecdom, p. 23, 40, 42 et 45.

Page 174: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 174/329

172 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

Dans les articles et les ouvrages de H. M. Kallen (1), de God-dard (2), on estde même en présence d'une conception héroïque

de la vie le monde à chaque instant est plein de périls nou-veaux, dit Goddard; le philosophe et le poète doivent nous révé-ler le monde varié et dangereux. H. B Alexander (3; expose un« nouveau manichéisme ». Le mal est réel et Dieu a à luttercontre lui.

Peut-être ces pensées sont-elles les symptômes d'un état pro-fond de l'àme américaine, toujours en quête d'une religion de la

démocratie et de l'action ; cette âme a recherché dans la philo-

sophie de James une croyance qui aurait pu être appelée àprendre la succession de celle d'Enierson et de celle deWhitman.

Ne sont-ce pas encore les mêmes tendances que l'on trouvechez des philosophes tout différents, différents entre eux,différents de James et qui pourtant communient tous,pourrait-on dire, dans cette affirmation à la fois de la lutte et de

l'alliance universelles ?Dans les livres de Santayana, on sent parfois une vision du

inonde confus et chaotique qui ressemble à celle de James (4),

et l'idée d'une irrationalité essentielle de l'existence. Ce que le

rationaliste appelle néant c'est « le substrat et le lieu de toutesles idées, substrat qui possède la réalité opaque de la matièrel'irrationalité écrasante de l'existence même »(5). Le platonismede Santayana est surperposé à un irrationalisme profond.

William James a signalé l'intérêt des livres de Fawcett : TheRiddle of the Universe et The Individual (6). Fawcett veut unirl'empirisme anglais et le romantisme de Schelling et de Scho-penhauer (7).

Il est anti-intellectualiste, irrationaliste. L'intelligence faisantpartie du monde de l'apparence ne peut nous faire comprendrepleinement la réalité. Ce qui est apparent et ce qui se manifestene le fait en dernier ressort qu'en vertu de son propre droit (8).

Le fondement de la nature est alogique et l'alogique s'exprimepar la force (9). L'univers est une lutte de forces multiples. « La

(1) H. M. Kallen Journal of philos., VII 589, VIII 017, IX 549, 557.

(2) Goddard Journal of philos., VII 125.

(3) Journal of philos., VIII 5, 29, 33.

(4) Santayana Life of reason, 1 64-65.

(5) Santayana Life of reason, I 41.

(6) Fawcett Individual, préface p. VIII.

(7) Ibid., p. 1 sqq.(8) Ibid., p. 136, 2C7.(9) Ibid., p. 141.

Page 175: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 175/329

H. G. WELLS 173

pluralité est aussi fondamentale dans l'univers que l'unité » (1).

Le monde est changement incessant.

La guerre ne devait pas rester sans influence sur ces tendan-ces. Si la pensée américaine repousse alors certaines des idéesque nous venons devoir, par exemple une certaine conception dela force, elle est amenée par contre à concevoir de plus en plus unDieu fini qui protège les individus finis, et ce mouvement théo-logique vers un Dieu de plus en plus personnel, de plus en plusproche de nous et qui répond à notre appel, s'exprime dans denombreuses pages des dernières années du Hïbbert, Journal. UnDieu qui est notre camarade, qui lutte avec nous et qui à tra-

vers la guerre conduit vers la paix, et la libre société des indi-vidus et des nations, tel apparaît le Dieu des philosophes del'Amérique.

De là l'accueil fait aux dernières œuvres de Wells, aussi bienen Amérique qu'en Angleterre, The Soûl of a Bishop, et God the

Invisible King : un Dieu fini qu'entourent de toutes parts la

Nature et la Nécessité, un Dieu qui est notre allié dans la lutte,

le Dieu de Wells se rapproche bien du Dieu de Renouvier et

du Dieu de James. En réalité, plus encore que dans ces deuxouvrages où derrière le Dieu fini, on aperçoit le Dieu voilé et

•omniprésent, c'est dans le roman Mr Britling sees il through quel'on se trouve devant le Dieu fini et devant lui seul. «Ces théo-logiens, ils nous ont dit sur Dieu des absurdités. Ils nous ontdit qu'il est omnipotent, omniscient, etc.. Mais le sens communvoit mieux les choses... Après tout, le Dieu réel des chrétiens estle Christ, et non pas Dieu tout-puissant... Un jouril triomphera.Mais c'est injuste de lui attribuer tout dès maintenant... G estlàfolie de théologien. Dieu n'est pas absolu. Dieu est fini. Un Dieufini, qui lutte à sa manière grandiose et large, comme nousluttons à notre manière, faiblement et sans savoir nous y pren-dre, qui est avec nous, qui est notre allié, voilà l'essence de toutereligion réelle. Oui, si je pensais qu'il y a un Dieu omnipotentqui regarde les batailles et les morts et tout le gâchage et l'hor-

reur de cette guerre, alors qu'il est -capable d'empêcher tout

cela, et qui fait tout cela pour s'amuser, je lui cracherais auvisage. Comment Dieu peut-il être une personne, commentpeut-il être de quelque intérêt pour l'homme, s'il n'est pas limité

et fini, et humain comme nous-mêmes ' Avec des choses endehors de lui et au-delà de lui ». Et bientôt Dieu va apparaître à

(1) Fawcett Individuel, p. 135. Of. sa critique du monisme. Monisl,1896-97, p. 68 sqq.

Page 176: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 176/329

174 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

M. Britling, Dieu le maître, le capitaine de l'Humanité, Dieuqui combat contre la Force et contre la Nuit, « Dieu l'Invisible

Roi », un roi jeune et hardi.

Et sous les traits du vieil expérimentateur de Joan and Peter,

qui se plait à introduire des nouveautés dans le monde, qui estcréateur de liberté, qui surveille de loin ses expériences, c'est

encore le roi jeune et hardi que nous reconnaissons.Est-ce là cependant que va s'arrêter Wells ? Il y a le Dieu qui

gouverne le monde mais il y a aussi le Dieu que sent le cœur,qui vit dans notre cœur, et vers lequel en même temps nosefforts sont tendus, un Dieu qui est une libre nécessité. Et ici

comme chez James, bien que d'une façon différente, nous dépas-sons encore le pluralisme. L'Être Voilé est partout présent.

Cette conception que l'on trouve chez Chesterton, d'une viesans cesse nouvelle, pleine de miracles, d'aventure, de romance,et pourtant où l'on se sent à l'aise (1), cette « fidélité militaire », ni

optimiste ni pessimiste, qui nous lie à la vie et au « capitaine

divin»

(2) n'est-ce pas malgré toutes les différences qui séparentde l'hétérodoxie de James et. de Wells, la pensée de Chesterton,cette orthodoxie profonde à laquelle mène le profond paradoxe,une conception qui est bien proche de celle de ces auteurs ? Dieutranscendant et personnel est essentiellement libre et non seu-lement les miracles mais en même temps les lois, non seulementle surnaturel mais encore la nature, sont des manifestations deson libre choix sans raison (3). D'ailleurs la nature n'est-elle passurnaturelle?

Comme Bloodet

comme James, Chesterton insistesur cet élément d'irrationalité, si petit soit-il, qui fait que jamaisla nature n'est entièrement raisonnable, et qui la rend toujoursquelque peu surnaturelle (4).

Sans être un pluraliste à proprement parler, il meten lumièrela division et la séparation des choses, la réalité des per-sonnes (5). « Le christianisme, par instinct, se réjouit de ce queDieu ait brisé l'univers en petits morceaux, parce que ce sontdes morceaux vivants. Le christianisme

estune épéequi

sépareet qui libère. Dieu se réjouit de la séparation de l'universen âmes vivantes ». De là la possibilité de l'amour devant lespersonnes et de l'étonnement devant les choses, et la possi-bilité de l'action (6).

(1) Orthodoxy, p. 14, 226.

(2) Ibid., p. 139.

(3) Ibid., p. 143, 234.

(4) Ibid.. p. 147.( )) Ibid., p. 242.(6) Ibid.. p. 243-245.

Page 177: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 177/329

G. K. CHESTERTON 175

Et Dieu lui-même n'est-il pas une société, —bien différent decette divinité orientale qu'est le Dieu d'Omar et de Mahomet?« Il y a une sorte de variété et de liberté qui existe au cœurmême du monde » (1).

Et 'l'idée d'aventure revient sans cesse, aussi bien dansOrthodoxy que dans les contes et les romans de Chesterton ?

l'idée du danger incessant, du précipice tout proche, de la per-dition possible. L'existence est une histoire et nous ne savonspas comment peut finir cette histoire (2). Une crise immortelle,un carrefour qui sans cesse se présente à nouveau, un carrefourau milieu de la vallée, telle est la vie pour le christianisme.

Dieu lui-même a une histoire ; Dieu lui-même est séparé ; et

Dieu lui-même est un rebelle en même temps qu'il est unRoi (3).

Ainsi dans l'orthodoxie de Chesterton comme dans l'hétéro-

doxie de Wells et de James des idées assez semblables réap-paraissent, malgré les différences essentielles qui séparentChesterton et de James et de Wells et même qui l'opposentà eux.

(1) Orthodoxy, p. 248, 249.(2) Ibid., p. 250.

(3) Ibid., p. 251-253, 254.

Page 178: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 178/329

Page 179: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 179/329

Page 180: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 180/329

178 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

Sturt veut étudier les objets dans leur totalité concrète quiest leur personnalité ; la chose bonne par excellence, dit-il, c'est

la personnalité (1). II voit les choses mouvantes, actives ; V « idole »

de l'absolutisme est l'idole de la passivité (2). Mystique et pessi-

miste, l'absolutiste s'endort au sein de l'absolu. L'idéaliste per-

sonnel au contraire se construit une philosophie de l'effort;

.

l'univers entier s'efforce, l'univers entier est libre (3); et à l'in-

térieur même de l'univers toutes les choses sont libres, ont

leurs qualités propres ; point de dépendance absolue, mais unedépendance et une indépendance relatives (4) et un Dieu libre.

On voit qu'il n'y a pas là pluralisme à proprement parler, etpourtant par l'importance accordée aux volontés personnelles,

aux efforts individuels, Sturt se rapproche de cettephilosophie.

Il en est de même pourBussell qui voudrait délivrer l'indi-

vidu de la tyrannie de l'Un (5), pour Underhill qui insiste sur

les trous, sur les saltus qui sont dans l'univers (6), pour BoyceGibson. Ce dernier s'est rangé un moment parmi ceux qu'il

appelle « les pluralistes ou volontaristes», mais seulement d'une

façon provisoire, spécifie-t-il lui-même. Il superpose en effet unmonisme à son pluralisme. « On ne peut insister sur le postulat

pluraliste comme sur le postulat ultime », dit-il, et il croit que la

fonction réelle du pluralisme d'aujourd'hui est de préparer la

voie à « un monisme raisonnable et fructueux » (7).

C'est à Rashdall qu'avait été réservée dans le volume la con-

clusion, qui semble une sorte d'exposé des idées générales dugroupe.

Rashdall dut subir profondément l'influence de Lotze et desthéologiens dont les théories dérivent de sa doctrine, surtout deRitschl. Il déplore que les philosophes anglais ne connaissentque Hegel et d'une façon bien superficielle, au lieu d'avoir étudié

H. Lotze : « le seul penseur moderne original de l'ordre le plusélevé, dont la pensée soit chrétienne profondément et sansréserve » (8). La théologie de Rashdall continue celle des Marti-neau et des Lotze (9).

Rashdall considère le problème de la personnalité, selon ses

(1) Logic of Pragmatism, apud Aristotclian Society, 1902-3 p. 96-122.

(2) Idola Theatri, p. 33, 34.

(3) Line of advaoce, p. 30, Aristot. Society, III 59.

(4) Idola, p. 32. Aristot. Society, III 60.

(5) Dans son essai sur The Future of Ethics, dans Pers. Idealism.

(6) Pers. Idealism, p. 201.. (7) Relation of Logic and Psychology, p. 182.

(8) Pers. Idealism, p. 386. Ci. Journal of Theological Studies, janv. 1902,

p. 186. Cf. aussi Caldwell Philos. Review, 1908 p. 199.

(9) Upton Martincau, p. 156. Il serait curieux de comparer les idées deRashdall avec celles que devait développer H. G. Wells.

Page 181: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 181/329

H. RASHDALL 179

propres termes, comme la pointe de la pyramide philosophi-que (1). Et bien qu'il ne recule pas devant le mot d'absolu, nidevant l'idée d'unité, ni devant la conception d'une substanceintemporelle (2), il critique le monisme avec âpretë. Une cons-cience ne peut être incluse dans une autre conscience. Le fait

même qu'il y a des consciences dans l'univers est la négationdu panthéisme (3).

Ce qu'il faut dire seulement c'est qu'au-dessus de la person-nalité humaine, imparfaite, se souvenant à peine une année dece que l'autre année elle était, s'élève la personnalité de Dieu,être bon, éternel, bien qu'il soit dans le temps comme touteschoses, ayant avec les hommes des relations semblables à cellesdes hommes entre eux, ayant des sentiments semblables auxnôtres, ressentant du plaisir, ressentant parfois quelque chosequi ressemble à la douleur (4). Dira-t-on que toutes ces déter-minations rendent Dieu fini ? Soit. Tout ce qui est réel est en unsens fini et Dieu est limite par nous qui sommes créés par lui (5).

Bien que Dieu paraisse à Rashdall devoir être omniscient (6),

il ne doit pas d'après lui sentir tout, l'entendement étant beau-coup plus ample et étendu en lui que la sensibilité ; Dieu nepeut éprouver ma faim, dit Rashdall (7). Et cependant Dieu aassez de sentiment, assez d'humanité pour être malheureux desmalheurs d'ici bas.

Dans ce monde, tout n'est pas bon en effet; pour Rashdallcomme pour James, la distinction entre le bien et le mal existedans la nature des choses, malgré les optimismes monistes.Ici,comme chez James et

commechez Renouvier, le mal, quatrième

postulat de la raison pratique, est rendu possible par une théo-logie personnaliste (,8).

Ainsi le monde apparait non comme une grande conscience,tel qiie se le représentent beaucoup parmi les absolutistesmais comme un grand ensemble de consciences dont Tunemérite d'être appelée Dieu, comme une société d'esprits, commeune communauté de personnes où les personnes n'ont rien à

(1) Personal Idealism, p. 370.

(2) Pers. Idealism, p. 391, 392. Mind, 1909 p. 115.

(3) Pers. Idealism, p. 383, 388. Il a repris ces mêmes idées à maintereprise et particulièrement Aristotelian Society, 1919, Supplemenlary Vo-lume II, Problems of Science and Philosophy, p. 109 sqq.

(4j Personal Idealism, p. 386, 387. Aristot. Society, 1904-5 [p. 12, il, 28.

Mind, 1909 p. 115.

(5) Personal Idealism, p. 390. Mind, 1909 p. 11 ».

(6) Personal Idealism, p. 380.

(7) Mind, 1909 p. 106, 113, 115.

(8) Personal Idealism, p. 390.

Page 182: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 182/329

180 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

abandonner de leurs qualités propres (1). De cette façon Rashdallprétend concilier pluralisme et monisme (2), mais en réalité

un pluraliste répondrait que sa doctrine s'accommode bien, selonl'expression de James, d'un collectivisme de vies personnelles.

La théorie de Rashdall ressemble fort par certains côtés à

celle de Mac Taggart, et Rashdall le reconnaît- Chez tous deux,même représentation de Dieu comme une conscience au milieud'autres consciences ; même conception de la puissance de Dieu;même affirmation qu'il n'y a de réel que les personnes (3). Lesdifférences qui existent entre eux semblent tenir d'abord à ce

que Rashdall est moins individualiste, moins « pluraliste » queMac Taggart: il reproche à Mac Taggart de ne pas mettre assezd'unité dans le monde, de le représenter comme indépendant detoute conscience (4). S'il avait été plus profondément idéaliste,

Mac Taggart aurait plus solidement établi l'unité de l'univers,

qui est différente de celle d'un système abstrait-

Sur des points plus particuliers, Rashdall et Mac Taggart sontencore en désaccord. Rashdall ne croit pas à la préexistence

des âmes qui est un des « dogmes » de Mac Taggart (5). MacTaggart nie que Dieu soit parfait, parce que sa perfection dé-truirait l'équilibre de la cité universelle ; mais peut-on, répondRashdall. transférer un argument valable pour la sphère hu-maine à l'ensemble des choses ? N'est-ce pas encore être troppeu idéaliste ? (6) Toutes ces oppositions que Rashdall voit en-tre sa théorie et celle de Mac Taggart, se rattachent à un seulet même problème : Dieu a-t-il une prééminence très marquée

sur les autres consciences, ou est-il seulement pour nous unconcitoyen ? Rashdall appelle son idéalisme « idéalisme thé-iste » pour l'opposer à 1' « idéalisme social » de Mac Tag-gart (7), et à son individualisme plus radical.

Rashdall se sépare donc de l'absolutiste Mac Taggart parcequ'il est plus « religieux », qu'il croit à une divinité plus puissante ;

il s'en sépare par un idéalisme qu'il croit plus consistant, etpar la conception qui dérive de cet idéalisme, d'un inonde plus

réellement organisé. Quels seront donc ses rapports avec

(1) Pers, Idéal., p. 391, 392. Mind, ly09 p. 112, 115.(2) Pers. Idéal, p. 391.

(3) Pers. Idéal., p. 393 note. Mind, 1906, p. 533, 537, 543.(4) Pers. Idéal., p. 393. Mind, 1906 p. 544 sqq.(5) Pers. Idéal., p. 393.

(6) Mind, 1906 p. 542.(7) Mind, 1906 p. 545. Rashdall s est efforcé de mettre de mieux on

mieux en lumière ses conceptions en les distinguant de celles de A. Seth.Pringle-Pattison et de James Ward en même temps que de celles deMac Taggart.

Page 183: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 183/329

H. RASHDALL • 181

les pluralistes, et comment pouvons-nous le rapprocher d'eux i

Dans son essai du Personal Idealism, il s'attache à justifier,comme on l'a vu, un certain pluralisme. Les consciences sont,dit-il, séparées et distinctes (1). Tout réel est pour lui-même{for itself), tout esprit, toute conscience sont chacun pour eux-mêmes (2). Le monde n'est pas un seul esprit, il le déclare nette-ment (3). On a donc pu le ranger parmi les pluralistes (4). Etpourtant Rashdall prétend n'être pas un pluraliste, si Ton donnetoutefois à ce mot : pluralisme, le sens restreint qu'il lui donne,affirmation de la coéternité des âmes et de Dieu (5). Sans doute,il n'a pas d'objection à priori contre le pluralisme, mais il n'apas non plus de raison pour y croire (6). Comment en particu-lier, le pluralisme peut-il rendre compte de cette unité générale,et des différentes unités qui se trouvent dans l'expérience (7).

En réalité le Dieu de Rashdall tient « plus de place » dans le

monde que celui de James, ou celui de Schiller : il est la causede tout nos sentiments, de toutes nos volontés ; Rashdall croità une sorte de « volonté en Dieu » (8) ; il est omniprésent, con-tinuellement présent en tout cas dans la conscience de l'hom-me. Est-ce bien là le Dieu personnel et fini que Rashdall nousprésentait tout d'abord ? ou ne faudrait-il pas une théorie de la

pensée divine?Ainsi Rashdall, pourrait paraitre moins pluraliste que l'abso-

lutiste Mac Taggart ; pourtant si on lui applique le critériumadopté consciemment ou non par lespragmatistes pluralistes etqui leur sert à distinguer leurs partisans de leurs adversaires, il

apparait alors plus proche d'eux. Mac Taggart s'écarte du plu-ralisme, parce qu'il nie le temps ; Rashdall s'en rapprocheparce qu'il croit au temps (9). Il ne fait que s'en rapprocher.

L'école de l'Idéalisme Personnel, l'école d'Oxford, si elle n'est

pas complètement pluraliste, présente du moins avec Sturt,

Bussel, Boyce Gibson, Underhill, Rashdall, plusieurs traits dupluralisme; c'est de ce groupe qu'est sorti un des protagonistesdu pluralisme, nous voulons parler de Schiller dont les Ridelles

sont un des exposés les plus brillants et parfois les plus profondsd'une philosophie du devenir, de l'individualité et de l'esprit.

(1) Pers. Idéal., p. 382.

(2) Pers. Idéal., p. 388. Ces mots n'ont pas ici le sens que les hégéliensleur donnent.

(3) Mind, 1909 p. 112.

(4) Philos. Rev., 1907 p. 196 (Caldwell).

(5) Pers. Idéal., p. 392.

(6) Pers. Idéal., p. 381.

(7) Pers. Idéal., p. 381 sqq.(8) Mind, 1909 p. 110, 111, 113, 114.

(9) Arislotelian Society, 1904-5 p. 27, 28. Mind, 1909 p. 115.

Page 184: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 184/329

182 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

Schiller fut conduit au pluralisme avant tout par les besoins desa nature propre, aspirations morales, puisque pour lui comme

pour son maître Lotzela

métaphysiquedoit être « quasi-éthi-

que »(i), désir d'une action libre et sans effort, d'un mouvementaisé, bien différent du vouloir plus tendu d'un James, souciesthétique né d'un certain amour de la diversité, d'un certain

romantisme (2), sens de l'individualité dans son caractèreunique, et comme imperméable (3) et en même temps sens dusocial, du collectif, (4) penchants plus proprement intellectuels,

comme le goût des faits concrets (5), moins prononcé toutefois

chezlui

que chez James.L'influence de Lotze et des derniers

essais de Mil ne devait que fortifier ces tendances profondes.James partait d'un réalisme premier ; Schiller, comme ses

compagnons de l'idéalisme personnel, continue la tradition

idéaliste d'Oxford (6). La philosophie de Schiller, dit Dewey,est « une traduction de l'idéalisme monistique et intellectua-

liste en un idéalisme pluralistique et volontariste » (7). Dansles Riddles ofthe Sphinx, son premier ouvrage, n'oppose-t-ilpasle

moitranscendental au

moi phénoménal? (8)

Neparle-t-il pas

de l'histoire du monde comme de l'histoire des interactionsentre Dieu et le moi ? (9). Plus tard, il fera place dans sa phi-

losophie à des idées réalistes (10). Mais toujours, on retrouveraderrière son réalisme, un certain idéalisme.

Et pourtant Schiller montre beaucoup plus de violence queJames dans ses critiques de l'absolu. Le combat entre le

monisme et le pluralisme est plus âpre en Angleterre qu'enAmérique (11).

Le pluralisme de Schiller sera donc d'abord, comme il le dit

lui-même, une critique : «< C'est simplement une négation dumonisme » (12).

En admettant même l'existence de l'absolu, il serait selonSchiller inutile de la connaître ; bien plus, ce serait une con-

(1) Humanism, p. 259, Intern. Journ. of Ethics, XIII p. 4.

(2) Sur le romantisme de Schiller, voir Caldeeott, p. 386.(3) Voir par exemple Humanism, p. 126. Studies, p. 12, 268.

(4) Humanism, p. XX.(5) Aristotelian Society, 1906-1907, p. 93. Mind, 1908, p. 378. Studies, p. 12.

(6) Dewey Journal, 1908. p. 97.'7) Dewey Journal, 1908 p. 97. Cf. sur la même question Gifford Jour-

nal, 1908, p. 101.

(8) Riddles, p. 279.

(9) Riddles, p. 283. Cf. Riddles, p. 405.

(10) James le montre dans Journal, 1908 p. 694.

(11; Cf. Mac Gilvary Hibbert Journal, 1908 p. 632. 633. Schiller Mind,1907 p. 601.

(12j Aristotelian Society, 1908-9 p. 195.

Page 185: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 185/329

F. C. S. SCHILLER 183

naissance nuisible. D'un point de vue pratique, le panthéismen'est que pur athéisme (1). Pourra-t-on aimer l'absolu ? Levénérer ? Il y a tout dans l'absolu, le mauvais comme le bon.L'idée de l'absolu détruit toute action, comme tout amour ;

pour l'absolutiste, tout est bien. Quelque action que nouscommettions, notre action n'enrichit ni n'appauvrit le Tout,qui reste toujours aussi riche qu'auparavant, si toutefois il y adans l'absolu un après et un avant. Les actualités sont détruitesdans leurs germes, qui sont les possibilités. Les possibilitésde choses bonnes, belles et vraies sont anéanties. Schillermontre dans le dialogue : Protagoras the Humanist, les consé-quences du monisme : « Pourquoi, demande Philonous à Anti-morus, le philosophe Sophomorus nous est-il resté inconnu? —Parce que, répond Antimorus, ce philosophe nous disait que c'était

tout un pour lui, et s'en moquait » (2). Toute action sombre dansl'absolu (3). La science disparait aussi bien que la religion et

que la morale ; non seulement le panthéisme expliquant tout,

n'explique rien, mais il réduit le monde à une illusion dénuéede sens ; il empêche d'appliquer aux choses concrètes et parti-culières —anéanties par lui —des méthodes concrètes et particu-culières ; il nie toute idée d'évolution (4). Et combien de pro-blèmes insolubles, en revanche, ne soulève-t-il pas ? Gommentle monde a-t-il pu se détacher de l'absolu ? Gomment l'absolupeut-il apparaître sous forme de conscience ? Gomment le chan-gement est-il possible ? Gomment l'absolutisme pourra-t-il

jamais rendre compte de la richesse de l'individualité finie ? Il

n'est pas étonnant qu'on n'ait pu jusqu'ici établir un monismeconséquent (5).

Le concept même sur lequel s'appuie l'absolutisme, le conceptde totalité infinie est équivoque (6). Un tout ne peut être infini,

le mot : infinité, signifiant simplement: impossibilité déformerun tout; puis on ne peut aboutir à un tout tel que l'univers, quepar une sommation idéale des parties ; un tel tout ne sera jamaisréel, ou du moins jamais aussi réel que ses parties. Les absolu-tistes diront encore : étant donné une réalité, il faut la mettredans un tout. Est-ce bien nécessaire? Tous les êtres peuventplus ou moins être conçus comme indépendants d'un tout. Enfinon peut construire le tout de différentes façons également légi-

(1) Riddh-s, p. 327.

(2) Studies, p. 312.

(3) Voir par exemple Riddles, p. 326, 327, 335.

(4) Riddles, p. 329, 334-336.

(5) Riddles, p. 326,329-336. Studios,

p.26,

113,180 sqq., 287, 333. Philos.

Review, 1892 II p. 545.

(6) Riddles, p. 339-347. Studies, p. 295.

Page 186: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 186/329

184 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

times ; comment distinguer celle qui est valable ? On peut con-cevoir un monisme spiritualiste, un monisme matérialiste, plus

acceptable, prétend Schiller, à rencontre de James, que le mo-nisme spiritualiste. Et ce ne sont pas là les seules objectionsque Schiller adresse au monisme, il montrera, se souvenantencore du kantisme, que l'idée de cause ne peut s'appliquer aumonde nouménal ; il fera ressortir avant que James dans A Plu-ralistic Universe insiste sur cette idée, que la « sophistique » deBradley est fondée sur le langage, et que le langage est inadé-quat à la réalité. Pourquoi, conclut Schiller, « pourquoi est-il

plus difficile de supposer plusieurs existences ultimes que d'ensupposer une seule ? » « Le monisme n'a rien en réalité qui le

recommande » (1).

Pour poser l'Un, ne voyons-nous pas qu'il faut détruire le

monde? Les absolutistes se représentent au fond l'homme com-me le rêve d'un Dieu qui dort. «Nous avons beau crier, nous nepourrons pas éveiller le Dieu dormant dont nous ne serons quele rêve ». Pour goûter le charme dangereux et le vertige de cette

unité, il faut rêver à notre tour et adopter la méthode des gym-nosophistes indiens et des adeptes modernes de la MindCure (2).

Laissons tous ces mystiques de l'unité, comme dit Schiller, et

suivons-le dans la lutte qu'il engage contre son maître Lotzequand celui-ci prétend être obligé de concevoir l'unité pour ex-pliquer le pluralisme qu'il avait si clairement formulé. Le com-bat est curieux, car la façon même de discuter et d'argumenter,

dont use Schiller, est empruntée à Lotze.Le problème que se pose Lotze se pose-t-il dans la réalité,

demande Schiller ? Faut-il chercher une explication à l'interac-

tion universelle des choses? « L'interaction, dit Schiller, est

essentielle à l'existence du monde, et d'une façon plus fonda-

mentale que ne le suggère Lotze lui-même. C'est la condition del'existence du monde » ; dire qu'il y a dans le monde des chosesen interaction, c'est énoncer une proposition obtenue par voie

analytique, c'est énoncer ce qu'on affirme implicitement en di-

sant : il y a un monde.Faut-il dès lors donner une explication à ce fait qu'il y a un

monde ? Lotze ne nous a-t-il pas appris lui-même qu'il ne faut

(1) Riddles, p. 351, 352 sqq.

(2) Sur cette critique du monisme, voir liiddles, p. 328, 339-347, 351,352. Humanism, p. 34. Sludies, \r 286 sqq., 229, 267. Proccedings of the

Aristot. Society, 1908-9 p. 196 sqq.

Page 187: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 187/329

F. C S. SCHILLER 185

pas poser de telles questions, puisque l'existence du monde estla base et la présupposition de tous nos raisonnements Ainsidonc il n'y a nul besoin de concevoir dans les choses une unité

autre que celle qui consiste dans leurs interactions réelles.L'unité n'est que la possibilité de leurs interactions; cette unitédes choses n'est pas plus respectable que leur pluralité. L'argu-ment de Lotze, « loin d'être une route royale menant vers le

monisme, est simplement le chemin commun par lequel passentégalement monisme et pluralisme».

Lotze après s'être posé un problème qu'il ne devait pas seposer, le résout par une méthode que par avance il s'était inter-

dit d'employer. N'avait-il pas démontré les défauts de la concep-tion de la substance ?

Aussi les conséquences de sa théorie sont-elles assez peu sa-

tisfaisantes. Pourquoi la causalité immanente serait-elle plusintelligible que la causalité transcendante ? Pourquoi serait-elle

la seule intelligible? N'avoue- t-il pas que cette apparence d'in-

telligibilité parfaite tient uniquement à notre familiarité aveccette idée de cause immanente, dont nous croyons avoir l'expé-

rience dans notre propre activité ? Mais est-ce une raison pourélever cette sorte de causalité à l'absolu ? Si nous avons ce sen-timent du changement interne, c'est parce que nous sommes desêtres conscients. Pouvons-nous arguer de notre conscience à

celle de l'M absolu, en admettant qu'il en ait une ? Et si nouschangeons, c'est ou bien parce que des causes transcendantespar rapport à nous poussent à ce changement, ou bien parceque nous sommes dans un état d'équilibre instable. Dans les

deux cas, nous devons donc nous défendre d'attribuer le chan-gement à l'absolu.

La théorie de Lotze n'explique ni la causalité, ni le change-ment ; elle réduit la succession ordonnée des événements à unvain chassé-croisé de lettres à l'intérieur de l'être universel.

Pour remettre en équilibre cette masse énorme de l'univers,

puisque à chaque instant, sans qu'on sache d'où ils peuvent bien

venir, se produisent des changements à l'intérieur de la masse,

n'importe quel changement de n'importe quelle partie peut êtreefficace; quel qu'il soit, il sera donc arbitraire et inexplicable,

l'équation fondamentale M=Mpouvant s'exprimer à chaque ins-

tant d'une infinité de façons. Point de monde plus indéterminéque le monde de l'absolutiste. Les phénomènes s'y suivent auhasard. La masse énorme, informe, roule, aussi dénuée de sensqu'un monde de l'éternel retour.

Lotze lui-même avoue que sa philosophie peut fort naturel-

lement aboutir au pessimisme. Le Dieu de Lotze peut être àl'origine de tous les mondes possibles, du plus mauvais comme

Page 188: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 188/329

186 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

du meilleur ; il ne peut avoir, dit Schiller, d'attributs mo-raux (1).

Aux théories monistes et absolutistes, Schiller oppose un

pluralisme. Déjà dans sa théorie de la connaissance, dans sonpragmatisme, il se montre pluraliste. Alors que pour l'abso-

lutiste toute vérité est unité et cohérence absolue, nous dit-il,

et de plus forme avec les autres vérités un grand tout cohé-rent, pour le pluraliste la vérité est avant tout chose concrète,individuelle, et elle se précise de plus en plus dans l'expérience

aux dépens même de sa double cohérence (2). Ici comme chezJames, le pluralisme aboutit aux deux théories du polysysté-

matisme et du polyréalisme. D'abord la vérité étant multiple,peut s'ajuster à la vue et au point de vue de chaque individu.

Il y a trente-et-neuf façons

De composer les lais de la tribu.

Et chacune de ces trente-et-neuf façons est la bonne,

disent des vers cités par Schiller. Si nous admettons l'efficacité

des activités humaines dans la construction de la vérité, au

lieu d'une vérité absolue nous atteignons une vérité qui n'estpas une ; par nos activités changeantes, la vérité peut être

construite de façons différentes, et le pragmatisme est un plu-

ralisme (3).

Non seulement il y a différents systèmes, par lesquels onpeut construire la réalité, mais, et c'est là l'explication decette première idée, il y a différentes réalités, deux d'abordqui s'opposent profondément : le monde de tous les jours, et

le monde de la science ; puis, à l'intérieur même du monde dela science, il y a différents corps de vérités indépendants, et

parfois contradictoires entre eux (4). Nous passons constammentd'un monde à un autre, comme nous le faisons en allant durêve à la réalité. Du point de vue d'un expérimentalisme idéa-

liste, dit Schiller « nous pouvons nous concevoir commepassant à travers des mondes en aussi grand nombre qu'on le

voudra, séparés les uns des autres par des discontinuités

partielles dans notre expérience » (5).

La critique du monisme de Lotze dans HHmanismei la théoriepragmatiste de Schiller, nous font prévoir déjà quelques carac-tères de son pluralisme. Il dérive directement de la conception

il) Cette critique de Lotze se trouve dans l'article Lotze's Moaism deHumanisai, p. 64 sqq.

(2) Humanism, p. 44. Hibbert Journal, 1908 p. 80, 84.

(3) Humanisai, p. 49, 50. Hibbert Journal, 1908, p. 84.

(4) Humanisai, p. 47-48. Studies, p. 202, 459. Mind, 1905 p. 237.[sj Humanism, p. 281. Cf. Psycbioal Resoarch, vol. XV.

Page 189: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 189/329

F. 0. S. SCHILLER 187

pluraliste telle qu'elle est exposée par Lotze dans le premierstade de sa philosophie : l'unité n'est que l'apparence de ladiversité. Il ne faut pas de substrat aux phénomènes ; de mêmeque le monde physique n'a pas besoin d'Atlas pour le soutenir,de même le monde moral n'a pas besoin d'un Absolu qui lui

confère la réalité. Le monisme est une possibilité, il est « enpuissance », tandis que la pluralité est en acte. L'Un n'a pas la

même sorte d'existence que le Plusieurs ; il a l'existence dupossible, seulement ; et voilà pourquoi on soulève des problèmesinsolubles quand on l'hypostasie (1).

Mais la vision du monde est plus chaotique, plus embrouillée,

plus mouvementée, chez Schiller que chez Lotze. C'est qu'iciSchiller s'inspire de James. Le monde est pour lui un flux etun reflux perpétuels de vagues et de remous, un corps-à-corpsdésordonné (rough-and-tumble tussle).

Il aime à montrer que les liens du monde pluraliste sontlâches et que les choses liées sont pleines de qualités diverses« colorées, fuyantes, pénibles, spacieuses, flottantes » (2).

S'il n'y avait pas une pluralité fondamentale, pourrait-il yavoir une évolution du drame cosmique ?

Le monde pour lui est une matière indéterminée, une possi-bilité sans cesse ambiguë de contraires. Chaque fois que nousagissons, nous choisissons entre deux univers divergents. Dansnotre expérience, dit Schiller, résident des possibilités infinies

d'univers « alternatifs » (3).

C'est à une métaphysique de l'évolution, selon l'expressionmême de Schiller, à une métaphysique du processus temporel

que lemènent donc ces deux idées, d'une pluralité des élémentsdans le monde, et d'une matière indéterminée.

Les quatre dogmes fondamentaux de cette métaphysique,sont : que le devenir du monde est un processus, que c'est unprocessus réel (4),etnon pas seulement pensé, ou dérivant de la

pensée, qu'il a un commencement déterminé et une fin déter-minée dans le temps, qu'il est irréversible (5).

Le monde est sans cesse incomplet; sans cesse du nouveauéclate en lui, d'abord parce qu'il contient des possibilités iné-puisables de développements indéfinis, ensuite parce qu'il peutse trouver en contact avec d'autres mondes inconnus (6). Son

(1) Biddles, p. 349. Humanisai, p. 67 sqq.(2) Studios, p. 267-268. Journal, 1907 p. 19. Humanisai, p. 195. Riddles,

p. 357. Studies, p. 271.

(3) Axioms as postulâtes apud Personal Idealism, p. 56, 60. Studies, p. 219.(4-) Sur l'idée de processus, voir Philosophical Review, 1893 p. 205.

(5) Riddles, p. 173, 200, 210.

(6) Studies, p. 22S, 295, 333.

Page 190: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 190/329

188 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

mouvement esl.peut-ètre Je plus souvent continu, maispourquoiaussi ne pas croire à des discontinuités, effets et signes del'exubérance universelle (1)?

L'individualisme de Schiller est toujours lié à sa théorie duinonde incomplet. La valeur de l'individu réside dans sa flexi-

bilité (2). Les individualités sont infiniment variées depuis cellede la goutte d'eau jusqu'à celle de l'homme. L'individualitépeut de plus en plus s'accroitre. En même temps qu'une réalitéelle est un idéal (3), l'idéal le plus haut, la réalité la plus pro-fonde.

Pour atteindre cet idéal —etici de nouveau l'influence deîamesse fait sentir —nous devons lutter, lutter avec intensité, savoirrisquer quelque chose. Sinon la vie perd tout son attrait et songoût.

Car il s'agit de la lutte engagée entre les parties bonnes et les

parties corrompues de l'univers. Pour Schiller comme pourJames, il y a du mal, un mal profond dans l'univers. Seule d'ail-

leurs la pensée du mal peut nous délivrer du quiétisme pessi-miste et du quiétisme optimiste: croyances monistes que nousrejetterons toutes deux (4).

Schiller aboutit à une monadologie, à la conception d'unmonde composé « d'esprits agissants, libres, qui' ont été et nepeuvent cesserd'être»,à l'idée d'une société cosmique, d'un col-

lectivisme de vies personnelles (5), Il trouve dans cette sociétéidéale la notion complémentaire de l'individualité idéale. L'indi-

vidualité dont la nature entière rêve, c'est la vie d'individus par-faits dans une société parfaite, ne pouvant exister que dans la

société, comme la société ne peut exister que par eux. L'hommeest un être social; n'est-il pas naturel que l'humanisme deSchiller conçoive le monde comme une grande société (6)?

Dieu même fait partie de cette société ; le Dieu de Schillercomme celui de James, comme celui de Rashdall, est un Dieupersonnel et fini. Sinon comment expliquer la liberté, le change-ment, le mal ? (7). C'est lui pourtant qui a créé le monde et con-tinue à le soutenir (8).

Ce Dieu apparaît comme unique puisque pour concitoyens, il

(1) Minci, 1906 p. 267.

(2) Philosophical Review, 1893 p. 205.

(3) Philos. Review, 1892 tome II p. 544. Ridelles, p. 239. Humanism, p. 124.

(4) Pessimism (chap. de Humanism) ; réponse à Gore, Journal, IVp. 18sqq.(5) Philosophical Review, 1892,11 p. 544. Ridelles, p. 274, 277, 403. Huma-

nisai, p. 67.

(6) Riddles, p. 239, 349. Humanism, p. XX.(7) Riddles, p. 198, 311, 360. Humanism, p. 67.

(8) Riddles, p. 310.

Page 191: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 191/329

F. C. 8. SCHILLER 189

semble avoir non pas d'autres Dieux (1), mais des esprits éter-nels, nos âmes immortelles, vivant dans les préexistences et lesmétempsychoses (2). L'immortalité, nous dit Schiller dans les

Riddles o/'the Sphinx, découle de l'hypothèse pluraliste (3). Surl'immortalité pourtant, il est moins affirmatii' dans ses autresouvrages ; mais alors que James a dit parfois que la questionpersonnellement ne l'intéresse pas d'une façon profonde, c'est là

toujours pour Schiller une des principales questions philosophi-ques, une des questions d'ailleurs que seule la religion peutrésoudre (4). Ainsi la philosophie de Schiller comme celle deRashdall et d'un grand nombre d'idéalistes personnels aboutit àla religion. Son Dieu n'est pas le Dieu hétérodoxe de James ; il

semble bien que ce soit le Dieu personnel et unique du croyant,vers lequel puisse mener cette philosophie où les idées deLotze, de Renouvier, de James, apparaissent transmuées parlatradition aristotélicienne d'Oxford.

Nous avons vu que le pluralisme de James n'est pas tout àfait dégagé de certaines tendances monistes. 11

enest

de mêmede celui de Schiller et peut-être ces tendances sont-elles ici

plus visibles que chez James.Le monisme, dit Schiller, est à la fois la condition et le but du

pluralisme (5).

Qu'il en soit en un certain sens la condition, on le comprend.L'unité des choses, dit-il, reprenant les idées de Lotze,vient de leur pluralité, est dans leur pluralité, l'unité étant seu-

lement comme nous l'avons dit, un autre nom donné àla «

possi-bilité d'interaction ». Le pluralisme implique donc une certaineunité. Mais cet Un que nous supposons est comme dit Schillerla chose la plus insignifiante du monde ; c'est une unité « qui vasans dire ». Le monisme ici n'est nullement un principed'explica-tion, il ne demande pas à son tour d'explication, il est simple-ment la constatation du fait de l'interaction des choses. C'est ence sens qu'il faudrait dès lors prendre l'affirmation du plura-

liste dans les Riddlles ofthe Sphinx: l'univers est un (6).Et cependant ne semble-t-il pas de temps en temps aux lec-

teurs de Schiller que l'idée d'unité prenne une consistance plus

(1) Riddles, p. 374. Voir pourtant une suggestion de polythéisme : Stu-dies, p. 447. Cf. Riddles, p. 320.

(2) Riddles, p. 404, 440.

(3) Riddles, p. 403.

(4) Article de Humanisai sur l'immortalité.

(5) Riddles, p. 354 sqq.(6) Sur ce monisme impliqué dans le pluralisme, voir Riddles, p. 287,

354 sqq. Philos. Review, 1897 p. 64,'241. Ihummism. p. 64 sqq.

Page 192: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 192/329

190 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

réelle, qu'elle se transforme en l'idée dune « cohérence intrin-

sèque» de l'expérience et qu'au lieu d'être une pure possibilité

de pluralisme, elle semble devenir une possibilité de monisme?Elle est« l'harmonie potentielle du tout de l'expérience ». N'est-

ce pas là le langage de l'autre école d'Oxford, de l'école

moniste ? Cette harmonie doit être complète, continue Schiller;

et n'emploie-t-il pas encore une argumentation idéaliste, quandil dit que si l'harmonie n'est pas complète dans le tout, il n'y a

pas d'harmonie dans les parties, que nous devons donc choisir

entre l'harmonie complète et le chaos ? (1). Nous ne savons à vrai

dire si Schiller dans ces passages pense au monde présent ouau monde futur. Le plus souvent, sans doute, il applique sonmonisme à l'avenir. —Et ici, se révèle un troisième aspect, unetroisième application de l'idée d'unité ; pour lui, l'unité, commenous l'avons vu. est à l'origine, elle est aussi à la fin du processuscosmique (2). Si pour envisager la réalité nous partons de l'ob-

servation de l'homme désirant, voulant, agissant, c'est-à-dire si

nous suivons une méthode essentiellement humaniste, nous

voyons d'un côté l'agent conserver son unité au milieu de ses ef-forts et de l'autre, nous le voyons traduire son unité par sa volontéde concevoir le monde comme un cosmos (3). Nous devons pressen-tir qu'à ce désir d'unité correspond dans la nature une marchevers l'unité. Eten effet de même que pour Schiller,la théorie abso-solutiste de la vérité est vraie entantqu'idéal,lemondeque Schil-

ler pressent au terme de l'évolution est un monde harmonieux.Schiller approuve l'idée que la philosophie est une unification de

l'univers; le monisme est une théorie valable pour le monde unefois que le processus cosmique est terminé. Il est alors le der-

nier moment de la dialectique qui, après avoir passé de l'unité

abstraite à la diversité concrète arrive à la synthèse finale quiest l'unité concrète ; telle serait la pensée de Schiller traduiteen termes hégéliens. Schiller semble donc ici « envahi » par cemysticisme de l'unité qu'il reproche aux' Hégéliens et se eom-plait « dans la vision flottante, plus ou moins claire, plus ou moins

obscure, la vision béatifique de cette parfaite harmonie del'ex-

périence totale. »I1 conçoit alors une vérité totale, supérieure àtoutes les vérités particulières parce qu'elle satisfait tous les

besoins de l'homme ; c'est à la recherche de cette vérité quel'homme doit toujours aller, avide à la fois du bien, du bonheur

(1) Voir Huwanism, p. 261, 265 pour ce second aspect du « monisme »

de Schiller lié à sa conception d'une métaphysique « éthique ».

(2) Riddles, p. 354 sqq.(3) Axioms as Postulâtes, p. 133. Humanisai, p. 201. Hibbert Journal,

1908 p. 85.

Page 193: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 193/329

F. C. 8. SCHILLER 191

et de la beauté, « présentant à l'univers ses exigences dans leurintégralité, dans leur union inséparable » (1;.

C'est plutôt un « harmonisnie » qu'un monisme, dirait Schil-ler. Ne reconnaît-il pas qu'il pourra y avoir des différencesd'opinion entre les esprits, qu'ils pourront « s'accorder à être endésaccord » (to agrée to cliffer) (2) ? Mais cette harmonie où leshommes renoncent à toutes les vérités qui peuvent se heurteravec les vérités d'autres hommes, où tout frottement aura dis-paru, où aucune irruption ne pourra troubler la sécurité desesprits, ce n'est plus le pluralisme.

Schiller s'est aperçu lui-même de ces tendances monistiquesde sa pensée. Dans un débat devant l'Aristotelian Society en1908, « il regrette que le professeur James se soit exprimé quel-quefois comme si les péchés logiques de l'absolutisme entraî-naient la condamnation complète de toute croyance métaphysi-que en l'absolu ». Il répète que le monisme peut devenir vrai;il va plus loin; il dit qu'il ne peut apporter|aucune preuve du plu-ralisme.» Dans l'état présent de notre connaissance on ne peut,

semble-t-il,se décider scientifiquement sur la question de savoirsi l'univers est au fond multiple ; et d'autre part la spéculationphilosophique peut trouver ailleurs des questions qu'il y auraplus de fruit à étudier. Au sens où le professeur Muirhead prendle mot de pluraliste, on peut même se demander si je peux medonner le nom de pluraliste» (3). Il insiste sur les tendances mo-nistiques qui se trouvent dans les Studies in Humanism. Il désa-voue les affirmations trop audacieuses de la première édition

des Riddles of the Sphinx. Mais déjà dans les Riddles ne l'avons-nous pas vu, lui qui à d'autres moments insiste si fortement surle caractère temporel, le caractère incomplet des choses, dire quele temps, dont l'origine est dans l'éternité, finira dans l'éternité,

établir son monde de monades à l'abri de tout danger au-dessusde la sphère des changements, prévoir un terme du processuscosmique, prévoir la fin du temps ? (4).

C'est que son pluralisme n'est pas intégral, c'est surtout qu'il

n'est pas l'homme à l'àme dure dont parle James, que parfois la

réalité lui parait possédée d'une agitation nerveuse, barbare,hideuse, qu'un combat infini lui paraît un combat futile (5). A

(1) Sur cette troisième conception de l'unité, voir Riddles, p. 351-357,Axioms as Postulâtes, p. 133. Humanism, p. 261, 187, 188. Studies, p. 158,159, 367, /i47. Hihbert Journal. 1908 p. 83-85.

(2) Riddles, p. 432. Humanism, p. 226. Hibberl Journal, 1908 p. 85.

(3) Proceedings of the Aristotelian Society, 1908-9 p. 194, 195, 196.(4) Riddles, p. 436-451. Humanism, p. 226-227.(5) Humanism, p. 227, 259, 263.

Page 194: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 194/329

Page 195: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 195/329

F. C. DOAN. —BRETT 193

devons goûter jusqu'à la lie cette tragédie de la finitude. C'estainsi que nous créerons un pragmatisme militant, actif, affir-

matif, que nous saurons épuiser les joies dramatiques desinstants (1).

Avec la philosophie bergsonienne Doan sait voir le mondedans sa continuité, il le voit aussi dans sa discontinuité commefait James, il a contemplé la réalité problématique, interro-gative comme Dewey, il a dressé en face d'elle la jeune audacede l'homme comme l'école du Leonardo, et il a aussi appris del'auteur de l'Expérience morale, M. Rauh, à appliquer son esprit

àdes problèmes spéciaux, à se contenter des œuvres quoti-

diennes en les transformant par un idéal éprouvé ; il s'est crééavec tous ces éléments une vision de la réalité.

Mais ses réponses aux problèmes métaphysiques semblentincertaines ; parfois il semble aller vers ce « collectivisme »

dont nous avons souvent parlé. « Les relations entre ce moifini et n'importe quel moi plus haut, qu'il soit divin ou humain,ne peuvent être que sociales et non ontologiques » (2).

Parfoisil

conçoit à la base de la réalité une sorte d'absolucontradictoire à lui-même, déchiré par lui-même et dont les

contradictions sont un excitant sans cesse renaissant. « Seuleune réalité de cette espèce peut expliquer ces incertitudes, cestragédies, ces malaises de l'âme » (3).

Mais parfois sa philosophie semble plutôt devoir s'achever enun vague humanisme cosmique d'essence moniste. C'est cette

dernière attitude qu'il a semblé adopter plus récemment (4). On

se demande dès lors ce qu'il peut conserver de son pluralismepremier. Doan paraissait un des seuls pluralistes pour lesquelsle pluralisme était, si nous reprenons l'expression de Schiller,

l'alpha et l'oméga de la philosophie, un de ceux pour lesquelsl'individualité, le contraste, la finitude, n'étaient pas seulementdes faits mais d'inappréciables valeurs et voici que Doan aban-donne ce pluralisme pour le monisme. Du moins reste-t-il fidèle

à son pragmatisme métaphysique, à ce qu'il appelle son mysti-

cisme de la volonté (5).

Brett, sensible également aux influences anglaises et améri-caines, nous présente en un livre brillamment écrit, Gassendi

(1) Mind, 1907 p. 207 sqq. Journal of philos., 1907 p. 176, 181-183.

(2) Journal of philos., 1907 p. 183.

(3) Ibid., 1907 p. 182.

(4) Journal of philos., 1909 p. 57-64.

(5) Doan. Religion and the modem mind and other essays in Moder-nisa), 1909.

Page 196: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 196/329

194 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

comme un des ancêtres du pluralisme, et peut-être bien du plu-

ralisme pragmatiste. Si l'idée d'unité, fait-il dire à Gassendi,

ne donne pas de résultat valable, s'il est vrai que la doctrinemoniste est une doctrine d'inertie,, si de plus ; nous sommesnon pas nécessairement des hommes d'action comme le veutDoan, mais des hommes délicats, des hommes de juste milieu,

amis des nuances, alors déclarons-nous pluralistes.

Le pluralisme naïf selon son expression et pourtant tout nuan-cé auquel Brett arrive, est avant tout respect, amour des qua-lités ; c'est dans le domaine des qualités que se trouvent les fac-

teurs vraiment irréductibles de l'univers. On peut donc conce-voir le monde comme un tout, unique au point de vue de la

quantité, qui n'est pas un, au point de vue de la qualité. C'est

seulement par l'existence de différences entre les choses, denuances, que nous pouvons comprendre leurs interactions (1).

Avec Schiller d'ailleurs, Brett conçoit l'unité comme le fon-

dement et comme la fin de l'évolution cosmique (2).

Il était intéressant d'étudier l'un après l'autre ces deux plura-

listes s'inspirant tous deux des mêmes idées, les transposantchacun selon son tempérament propre.

(1) Brett Gassendi, p. 7, 257-260.

(2) Ibid., p. 259-261.

Page 197: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 197/329

CHAPITRE II

howison et l'école de Californie,quelques idéalistes pluralistes.

Nous avons dit que le pragmatisme et le pluralisme sont liés

d'une certaine façon. Pourtant nous venons de voir qu'il y a unpluralisme idéaliste, celui de l'école d'Oxford. On pourrait direqu'il y a aussi un idéalisme pluraliste, celui de Howison, et deson école, que l'on peut nommer l'école de Californie.

Le livre de Howison est l'œuvre de vingt années de médita-tions, nous dit-il. Quelques-uns des essais réunis dans le

volume : The Limits of Evolution, datent de 1882 et 1883.

Pendant ces vingt années Howison a été de l'hégélianismeau pluralisme ; et l'on peut, en étudiant les notes qu'il a misesaux plus anciens des essais, en comparant les premiers auxderniers suivre sa pensée. II fut d'abord, semble-t-il. pure-ment hégélien. Le Journal of Spéculative Theology imprimait

ses œuvres ; il prenait part aux Symposia des absolutistes ; il

était membre de la Coneord School of Philosopha . Vers 1883, il

veut concilier avec l'hégélianisme l'affirmation de l'existence del'individu ; il croit trouver dans une tradition qui irait de Platonà Hegel en passant par Aristote, Spinoza, Fichte, les principesnécessaires à un théisme rationnel (1). Puis il se détache de la

croyance à des idées impersonnelles ; il croit à des causes ana-logues à notre volonté qui seraient dans les choses (2). De plus

en plus il pense qu'il y a contradiction entre l'hégélianisme etl'affirmation de l'individuel (3). Il lit les œuvres de James et deSchiller, qui ont déjà exposé en partie leur pluralisme (4), et

celles de Royce.Il ne semble pas avoir étudié les philosophies de Lotze ni de

Renouvier et comme prédécesseurs à son pluralisme il ne cite

(1) Limits, p. XXV, XXVII, 63 (note), 67 (noie)

(2) Limits, p. 70 note.(3) Limits, p. XXVII.(4) Limits, p. 279.

Page 198: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 198/329

196 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

guère qu'Aristote, Leibnitz et Kant (1). C'est dans Kant qu'il

trouve d'abord la conception du domaine idéal, du royaume des

ans, essentielle à sa philosophie (2).

Le tempérament intellectuel de Howison diffère profondémentde ceux de James et de Schiller. De James surtout il n'a pas la

sévérité, cette volonté de vivre au milieu des forces en lutte. Sapréoccupation fondamentale, le problème qui domine toute sonœuvre, c'est celui de l'immortalité. De plus, Howison ne con-çoit l'individuel que dans son rapport avec le général; il nevoit le monde que sub specie ïnfinitatis ; la limitation est pour

lui une déchéance ; l'universel est le divin. Et nous voici bienloin de ce culte du fini et du particulier qu'était le pluralismede James (3) à certains moments.

Il est vrai que Howison, et c'est ici qu'il se révèle plus prochede James, ne voudrait à aucun prix d'un monde sans variété,

d'un monde monotone, même si sa monotonie était celle de la

perfection (4).

Mais c'est peut-être un des seuls caractères qui le rapprochent

du pluralisme empirique; par sa vision d'un monde ordonné et

paisible, de l'infini et du général, il représente une variété spé-ciale du pluralisme, l'idéalisme pluraliste, dont nous n'avons putrouver que des suggestions dans Schiller et dans le grouped'Oxford.

La méthode de Howison semblera donc très différente enprincipe de celle des autres pluralistes : il se pose en ennemidu pragmatisme et de tout irrationalisme (5). Il accepte du kan-

tisme toute la théorie de l'a priori (6)

.

Et pourtant ne peut-on trouver au fond chez Howison la mêmefaçon d'argumenter que chez ses collègues pluralistes ?

« Nous avons à nous demander avec insistance, dit-il, ce quece monde nouveau fait en réalité de l'humanité, de sa vocationet de sa destinée. Si la vérité est prophétesse de malheur, la

prophétie du malheur est une partie de la vérité totale ». Sansdoute, Howison s'arrête là, et déclare qu'il faudra accepter la

vérité « quand même » et que ses critiques se sont trompés enle présentant comme un utilitaire en métaphysique. Il n'a pasvoulu du tout, déclare-t-il, dresser la conscience morale simple-ment « comme un impératif catégorique en désaccord avec la

(1> Limits, p. IX, XXIV, XXV.(2) Concept, of God, p. 125-127.

(3) Limits, p. 251, 331, 338, 353, 363, 364, 368.

(4) Limits, p. 339.

(5) Limits'i). XI, 338.1nge, PcrSuaul IJeulism, p. 125, représente pourtantHowison comme irrationaliste.

(6) Limits, p. XIX.

Page 199: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 199/329

G. H. HOWISON 197

conscience théorique » ; il ne veut pas tenir compte des avertis-sements du sens commun moral. Mais sera-t-on forcé malgrétout d'accepter cette vérité de mauvais présage dont il nousparle ? Ne faudra-t-il pas avant de l'admettre faire preuve de plusde circonspection dans l'expertise de cette vérité que dans cellede toute autre ? Il faudra y adhérer seulement quand il n'y auraplus moyen de faire autrement; et lui-même n'a-t-il pas aban-donné son monisme, en véritable pragmatiste malgré lui, parceque le monisme allait contre les postulats de la nature mo-rale ? (1) Howison a mis en tête de son livre principal cette dédi-cace : « A tous ceux qui se sentent un profond intérêt pour la

dignité de l'âme ».

Cette méthode ainsi définie, Howison va l'appliquer à ce qu'il

appelle le grand problème de la philosophie, au problème del'unité (2). Il combattra d'un côté la philosophie de l'évolution,destructrice de la réalité de la personne humaine, du bien mo-ral, de la vérité, de la beauté absolue, de l'immortalité person-nelle, de la personnalité divine (3), et d'autre part le monisme

qui « absorbe»

toute chose, le monisme en lutte avec les inté-rêts qui caractérisent la nature humaine et qui conduite un dé-terminisme sans rémission. S'autorisera-t-on de la science %

La science, nous disent les panthéistes évolutionnistes del'Amérique, nous mène au panthéisme ; Howison le nie. Nenous montre-i-elle pas au contraire le rôle des inventions, la

suprématie de l'esprit personnel ? De plus il y a une logiqueimmanente des choses, qui fait que le monisme se détruit néces-

sairement ; la philosophie de Hartmann, le pseudo-idéalismed'un côté, le matérialisme intellectualiste de Diïhring de l'autre

sont les deux réductions par l'absurde auxquelles le monismeest condamné à aboutir. Le monisme, selon le titre d'un desessais de Howison, « se meut vers le pluralisme à traversl'agnosticisme et sa propre dissolution. » Les arguments deHowison ne sont pas seulement dirigés contre le monisme néo-hégélien, contre le monisme de Hartmann, mais aussi contre le

monisme mitigé de Royce. Il n'y a pas d'alliance possible entrele monisme et le pluralisme. Adoptons un pluralisme sans com-promis (4).

La nature apparaît dès lors comme disséminée en personnes

(1) Pour le « pragmatisme » de Howison, voir Philos. Review, 1898,

p. 519. Limils, p, 5, 7 sqq., 77, 159, 224, 231, 261, 63 note, 77, 316, 335, 337.

(2) Limits, p. XII.

(3) Limits, p. 5-7.

(4) Sur cette critique du monisme, voir Limits, p. X, 76, 91, 142, 339.Concept, of God, p. XI-XII.

Page 200: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 200/329

198 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

qui ont une réalité nouménale, centres de conscience sponta-nément agissants, indéterminés, monades leibniziennes, se

définissant par rapport à leur cause finale, —en termes d'idéal.L'esprit, tout esprit, n'est-il pas individuel, malgré- Hegel ? Lesystème des esprits dans leur liberté n'est-il pas animé par unevariété intense qui est le principe même de son existence ?

C'est donc un monadisme, un pluralisme spiritualiste, un idéa-

lisme spiritualiste, comme il le dit, que Howison soutient,

semblable sur certains points à celui de James Ward (1) ; oud'un autre point de vue, si nous opposons non plus la philo-

sophie de l'Un et celle du Multiple, non plus la philosophie del'esprit et celle de la matière, mais la philosophie de l'humanité

et celle de la non-humanité, de la surhumanité, de l'imperson-

nalité, la métaphysique de Howison est un idéalisme personnel,

selon le nom qu'il lui donne lui-même ou encore un humanisme.Le « nexus actif» de la nature, n'est-ce pas la personnalité

humaine ?

La philosophie de Howison apparait ici comme une apothéose

de l'humanité. Mais il ne faut l'appeler humanisme qu'àcondition de ne pas opposer à l'homme d'autres principes dela nature ; ce qui fait la valeur de l'homme, sa spiritualité, fait

aussi la valeur de la nature. L'homme et la nature sont iden-

tiques en leur fond (2).

Pour Howison, comme parfois pour James, Dieu est la caté-

gorie de l'idéal. Il est l'idéal, l'idéal dépersonnalisé (unperson-

ated) de tout esprit, c'est-à-dire de toute chose réelle ; il est

l'idéal accompli (3). Et malgré tout,il

reste, dans ce systèmepluraliste, une partie seulement, la partie centrale de la société

divine, un être défini, bien qu'infini, au milieu d'autres êtres

également définis et infinis et dont l'âme est semblable à notre

âme- Dieu n'est chez Howison, comme chez les autres prin-

cipaux pluralistes, qu'un primus inter pares (4).

Ainsi dans la cité de Dieu, le fondement de l'individualité dechacun est la reconnaissance même d'autres individualités

;

chacun admet l'existence d'autres individus parce que lui-mêmeest un individu. « Ego per alteros», c'est la devise de tous dansce règne des fins, dans cette république universelle où tous

(1) Sur le monadisme de Howison, voir Limits, p. IX, XI, 43, 73, 74, 326,

342, 352, 353, 367. James Seth appelle la philosophie de Howison un idéa-

lisme éthique. Pliilos. Reriew, 1898 p. 308.

(2) Sur cet humanisme, voir Limits, p. 41, 44, 326.

(3) Sur cette conception de Dieu comme idéal, voir Limits, p. XIII

et XIV.(4) Pour cette conception de Dieu comme partie de la société univer-

elle, voir Limits, p. 70, 256, 339, 359. Mind, 1903, p. 228.

Page 201: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 201/329

G. H. HOWISON 199

sont égaux, dans cette coopérative de raison. Dieu sait que tousles esprits ont une réalité aussi absolue que la sienne, aussisacrée que la sienne (1).

Vu de ces hauteurs, le monde prend un aspect nouveau ; les

choses semblent tout à coup comme se retourner violemmentsur elles-mêmes ; les causes efficientes, compulsives s'éva-

nouissent ; les causes finales agissent seules ; tout est pensé enterme de causes finales (2). Le règne de la nature n'est que le

reflet de celui de la grâce-Gomme il est difficile de croire que les causes finales puissent

produire réellement quelque chose, les éléments de l'universdoivent être éternellement donnés. Le Dieu de Howison n'estpas plus ici créateur que celui de Mac Taggart. Les âmespréexistent au corps et lui survivent. Elles ne sont pas nées etelles sont immortelles. Que vient nous dire James avec sontranscendantalisme pluraliste de Human Immortalité ? U y auraitd'après lui des esprits qui nous feraient mouvoir. Mais cesesprits, dit Howison, ce sont nos moi véritables, ce sont nosesprits. Inutile de chercher des entités mystérieuses; chacunde nos moi est un principe de l'univers. S'ils n'étaient, commele dit James, dans Human Immortalitp, que le résultat passagerde l'insertion d'une partie de l'âme universelle dans uncerveau, nous ne serions qu'un simple lieu de passage, pas-sager lui-même, de l'activité spirituelle unique. Rien de moinspluraliste, Howison l'a fort bien montré, que cette idée deJames. C'est que du point dé vue pluraliste, le problème del'immortalité n'est pas un problème secondaire, mais le pro-blème fondamental (3), telle est la pensée de Howison.

Sera-t-on amené ainsi à un polythéisme ? Ici les positionschangent ; et Howison se montre beaucoup moins radical queJames (4).

Il semble maintenant que nous soyons dans un mondeparfait, et par là même statique, où le mal ni la liberté

ne peuvent entrer. Mais ici se révèle ce trait du caractère deHowison, cette impatience de la monotonie que nous avonsnotée. Et c'est peut-être par là qu'il est le plus profondémentpluraliste. Le mal est réel pour lui (5).

De là certaines conséquences morales et théologiques qui seretrouvent chez les autres pluralistes ; en morale, la conception

(1) Limita, p. XIII-XVI, 37, 250, 311, 312, 341.

(2) Ibid., p. 74, 348.

(3) Pour l'idée de l'immortalité dans Howison, voir Limits, p. 290, 292,

302, 303, 343, 344.(4) Limits, p. 362.

(5) Ibid., p. 368 sqq.

Page 202: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 202/329

200 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

d'un certain risque inhérent à nos actions (1), l'idée des possi-bilités infinies, bien que « les plus sombres possibilités deJames », selon l'expression de Schiller, ne soient pas envisagéespar Howison, mais seulement les possibilités divines des âmes,qui aspirent au beau et au bien (2).

Pour que ces possibilités se réalisent, pour que le mal soitvaincu, il nous faut l'aide de Dieu. Ici l'on objectera peut-être:Dieu n'est-il pas omnicient ; et les possibilités ne tombent-ellespas dès qu'il y a une omniscience dans l'univers? A cette objec-tion, Howison répondra comme James : Dieu pour vivre dansle monde pluraliste doit se satisfaire de cette connaissance despossibilités comme possibilités (3). C'est en prenant garde à cespossibilités qu'il pourra venir en aide à l'homme.

Howison par le pluralisme prétend rejoindre la religion chré-tienne. Le chrétien ne voit-il pas en Dieu son ami, aussi bien queson père ? Le Dieu du christianisme, dit Howison, continuantici la tradition américaine, n'est pas venu en vérité pour êtreservi, mais pour servir, pour être un membre actif dans uneactive société. Rompons donc avec toutes les croyances en unDieu monarchique. Donnons simplement à Dieu droit de cité ence monde (4).

Nous avons donc constaté chez Howison non seulementl'exis-tence d'une métaphysique monadiste, mais ce qui distingue le

pluralisme de la monadologie : l'affirmation du mauvais et dupossible dans l'univers, la conception d'un monde qui n'est nimoralement ni physiquement complet et parfait.

Cependant il va nous apparaître que malgré quelques passa-ges qui pourraient le faire penser (5), Howison ne croit pas autemps ; et nous allons voir que par là même qu'Howison nie letemps, son pluralisme s'évanouit.

Le temps et l'espace ne sont que des créations logiques desesprits ; l'ensemble des esprits forme un monde idéal, hors dutemps. L'acte de création devientlui-mêmeun acte intemporel, unefulguration éternelle par laquelleDieusignifîe« qu'il estun agentmoral complet ». Toute l'évolution se traduit en termes de logi-que intemporelle (6).

Howison peut-il bien, après avoir dit que le monde idéal,moteur de toute chose, est immobile, le considérer comme un

(1) Limita, p. 367.(2) Limits, p. 250, 255, 256.(3) Cf. Sur Dieu et la possibilité, Limits, p. 327.(4) Limits,

p.253-255.

(5) Limite, p. XXIII.(6) Limits, p. XIII, XIV. XVI, 37, 38, 299-302.

Page 203: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 203/329

G. H. HOWISON 201

monde « pluraliste » (1) ? La négation de toute doctrine tempo-raliste est bien ici encore une manifestation d'un monisme pro-fond, plus profond que celui que nous avons noté chez James etSchiller.

Tout d'abord Howison nie le temps parce que toutes chosessont des âmes, on pourrait presque dire : des concepts. Sa méta-physique aboutit à une sorte de monde des concepts, mais enun sens bien différent de celui des logiciens de Cambridge. Il ya, comme il le dit, un lien de parenté très réel entre les chosesde ce monde; c'est que toutes sont des âmes et des notions,Et ce lien est d'autant plus réel dans cette métaphysique si for-

tement teintée de leibnizianisme que les âmes existent en tantqu'elles sont perçues en un même regard par Dieu, par l'Idéequi comprend tout {ail embracing) ; elles se déduisent toutes lesunes des autres en tant que concepts issus de façon sérielled'une même nature intelligente. Dieu est l'unificateur de cettesociété de Concepts, la cohérence universelle en tant que cons-ciente d'elle-même. Il est véritablement l'unité- dans la variétéaussi bien que la variété dans l'unité. Les choses n'existentqu'en Dieu, par Dieu, c'est-à-dire la diversité n'existe que grâceà l'unité plus profonde. Une individualité ne peut être définie

que par sa relation avec Dieu, c'est-à-dire avec l'ensemble deschoses spirituelles, c'est-à-dire enfin avec l'univers entier (2).

Ce ne serait encore là qu'un monisme purement conceptuel,logique (3). Mais Howison va plus loin ; il nous déclare que la

conscience et l'univers matériel sont deux noms pour « un mêmeet indissoluble Fait, vu du dehors ici, et là vu du dedans ». Quelque soit le foyer de la conscience, le même Tout est toujoursprésent (4).

Sans unité donc le monde n'existerait pas ; mais pour repren-dre l'expression de Schiller encore, si l'unité est le premier mot,elle est aussi le dernier mot de la philosophie. L'idéal uniquede beauté, de bien et de vérité, également contemplé par tousles hommes, tend à faire du monde un tout unique. Le royaumedes fins en même temps qu'il est au-dessus de nous, est devantnous au terme de l'évolution universelle; le monde sera un jourunifié. Si, comme le dit Howison, tout ce qui nous distingue dela divinité est un défaut, si en droit chaque individu est tout, si

son individualité est une déchéance, « de la pure passivité », le

panthéisme n'est-il pas au bout de l'évolution ' (5)

(1) Limits, p. XV.(2) Limits, p. XIV, XXI, XXIII, 36, 37, 38, 175, 195, 254, 255, 353.

(3) Ibid., p. 36.(4) Ibid., p. 172.

(5) Ibid., p. 195, 196, 254, 362, 353 et prêt', p. XI et XV.

Page 204: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 204/329

202 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

Nous avons séparé l'idée de l'unité comme condition des phé-nomènes divers et l'idée de l'unité comme but des phénomènesdivers, ainsi que le voulait Schiller. Mais le monisme de Howi-son ne souffre pas cette disjonction que souffre celui de Schiller.

Du moment que le temps n'existe plus, le royaume des fins esten nous, aussi bien qu'au-dessus de nous et devant nous.

On voit que l'idéalisme de Howison si proche par certainscôtés de l'idéalisme personnel d'Oxford rappelle de très près fi-

nalement la métaphysique quasi-hégélienne de Mac Taggart.Howison ne range-t-il pas Mac Taggart avec lui parmi les

pluralistes idéalistes ? (1). N'est-il pas d'accord avec lui surl'importance et la réalité de l'immortalité (2), sur la perfectiondes esprits dans l'ordre idéal ? (3). Schiller a pu à bon droit les

placer à côté l'un de l'autre dans la préface de Humanism.Ce n'est pas sans raison pourtant que nous rangeons Howison

et qu'il se range parmi les pluralistes, tandis que nous avonsclassé et que Mac Taggart s'est classé parmi les absolutistes.Son monde est malgré tout plus mouvant et par là même plusvéritablement divers que celui de Mac Taggart. Par son égaleaversion pour l'absolutisme et le naturalisme évolutionniste,dont ri veut comme Sturt et Underhill limiter le champ, il serapproche de l'école Oxonienne de l'idéalisme personnel (4).

Howison espérait à peine trouver des disciples (5;, il en eutpourtant (6). Et des noms assez nombreux s'inscrivirent en têtede l'essai que lui dédia, à l'occasion d'un anniversaire, l'univer-sité de Yale. n

Observons d'ailleurs que le pluralisme de presque tous cesphilosophes semble finalement s'évanouir, se dissoudre, ou s'a-

chever en une sorte de monisme.Bakewell, de l'université de Yale, écrivit dès 1898 un article

sur le pluralisme, inspiré sans doute avant tout de James dont,à certaines expressions on devine l'influence (Block Theory ofthe universe (7), the block-world idol which is the modem Jagger-

nauth (8\ de Peirce aussi qui lui apprend à voir dans l'univers

(1) Mind, 1903, p. 227.

(2) Ibid., p. 228.

(3) Ibid., p. 229.

(4) Ibid., p. 226. Cf. Rogers Philos. Review, p. 578, 1903. Fullerton Intr.,

p. 205.

(5) Discours devant la Theulogical Society in Oakland, California,avril 1898.

(6) Voir sur son influence Thilly, Rev. de Met., 1908 p. 615.(7) Philos. Review, 1898 p. 357.

(8) Philos. Review, 1898 p. 372. Cf. Thilly Revue de Met., 1908 p. 615.

Page 205: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 205/329

0. M. BAKEWELL 203

les discontinuités (1), de Lutoslawski enfin, dont un article ré-cent dans la Philosophical Revieio fournissait à Bakewell commeun texte de discussion (2).

Il est convaincu de l'importance capitale du problème de l'unet du multiple (3).' il cherche dans le monde un élément dediversité pittoresque (4) ; métaphysicien pénétré du sentimentpluraliste de ce qu'il y a d'absolu, d'infini, de divin dans l'indi-

vidu (5), moraliste conscient des nécessités de l'action, des exi-gences de l'idéal, de toutes nos valeurs émotionnelles et reli-

gieuses (6), il prend la parole au nom de ceux qui ont le plusfortement senti la « chaude pulsation » de la vie pratique, detous ceux qui n'expriment pas et ne veulent pas exprimer d'opi-nions philosophiques, de tous les producteurs d'actes (doers ofdeeds), et peut-être spécialement, semble-t-il dire, des hommesd'affaires (7).

Sa méthode se rapproche de la méthode pragmatiste, à peuprès dans la même mesure que celle de Howison. Si les consé-quences d'une doctrine ne rendent pas la doctrine vraie, du moinspeuvent-elles nous prédisposer à la vouloir vraie, et une fois

vérifiée, à l'accepter tout joyeux et les « bras ouverts » (8).

Quand nous envisageons la question de cette façon nousvoyons tout d'abord que le monisme, l'idée d'un monde toutd'une pièce, est peu fait pour satisfaire les hommes d'action. Il

« ferait du monde un spectacle de marionnettes, où nous serionstous des pantins, des balles lancées et relancées par des forcescachées, dansant à la musique d'un basson tout puissant » (9).

Il complète sa critique morale par une critique fondée sur unethéorie de la connaissance. Ce qu'il faut, c'est non pas conce-voir une unité absolue, mais une unité telle qu'il y ait un cer-tain lien entre nos expériences et à l'intérieur de chacune denos expériences, au moment où elles se produisent. « Mon expé-rience, dit-il, serait tout aussi réelle pour moi, si comme les

figures du kaléidoscope, elle changeait complètement chaquefois, chaque fois présentant une certaine sorte decohérence»(l).Il se trouve d'accord sur ce point avec quelques-unes des théo-ries de M. Russell.

(1) Philos. Review, p.

Page 206: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 206/329

204 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

Ayons donc foi dans le pluralisme, c'est la seule façon deconserver au inonde son caractère pittoresque, à nos jugements

moraux et esthétiques leur valeur, à notre vie émotionnelle etreligieuse sa signification, et son sens même à la recherche de '

la vérité (1).

Un des caractères distinctifs du pluralisme de Bakewell. c'estqu'il se présente comme une théorie de la discontinuité, néesous l'influence des études mathématiques de Peirce et des idéesde James. « Le monde de l'expérience est un monde plein detrous et de ruptures » dit-il. Pluralisme et théorie de la discon-

tinuité sont pour lui indissolublement liés (2).Malgré cette croyance en une discontinuité radicale, il con-

çoit le monde, en disciple de Howison et de Royce, comme unecité harmonieuse constituée par de nombreux individus libreset indépendants (3).

Même pour que ce pluralisme soit possible, 'il faut que cettesociété universelle forme vraiment un tout, qu'il y ait un êtrequi puisse l'embrasser en entier d'un regard, l'interpréter en

entier(an ail

interpréter) selon l'idée de Royce (4), un absolupersonnel (5). Ici encore, nous voyons le pluralisme supposerun monisme ; cette implication réciproque des deux doctrinescontraires, nous dit Bakewell, est une loi de l'histoire de la phi-losophie (6).

Plus nous irons, plus le monde de Bakewell comme celui deHowison, comme «elui de Schiller et de James, s'harmonisera,s'unifiera. Cette unification nedétruira-t-elle pas l'individualité?

Bakewell le nie. Un grand amour, un lien religieux dét^ruisent-t-ils les individus Plus le monde deviendra sain, moins lesindividus s'imagineront qu'ils le possèdent chacun en propre etplus ils deviendront sociables (7).

Overstreet, un autre disciple de Howison, s'est attaché àmontrer comment l'être parfait peut s'exprimer de multiplesfaçons et être tout entier dans chacun de ses aspects, commentil peut avoir plusieurs parties et être tout entier en chacuned'elles,

commentil faut

remplacer toute conceptionquantitative

par une conception qualitative de la personnalité en acte, com-ment alors on peut fonder d'une nouvelle façon la métaphysi-que du « plusieurs dans l'un » dont parlent les absolutistes et

(1) Philos. Rcv., p. 358.

(2) Ibid., p. 357, 359.

(3) Ibid., p. 365.

(4) Ibid., p. 366. Philos. JRev., 1908 p. 591.

(5) Ibid., 1907 p. 143.(6) Ibid., 1898 p. 356-359.

(7) Ibid., p. 368, 369, 371.

Page 207: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 207/329

A. K. ROGERS 205

croire à une durée qualitative plus profonde, plus réelle, quele temps, une durée qui est conscience des valeurs (1).

Mac Gilvary, plus moniste que Howison mais restant cepen-dant son élève, conçoit l'univers à la fois comme « un tout » et« plusieurs touts »(2) et unit les enseignements |de Howison, deJames et de Royce (o). Il devait depuis s'attacher particulière-ment à la théorie de la connaissance et nous retrouverons sonnom parmi ceux des philosophes qui, partis des suggestionsd'ailleurs diverses de Dewey et de James, ont contribué à for-

mer le monisme empirique qui sera un aspect du néo-réalisme.

Lovejoy reprendles

arguments ordinaires contrela

philoso-phie de l'absolu, destructrice de toute vie et de toute réalité (4).

D'une façon pénétrante, il montre les liens qui unissent le plu-ralisme et l'afirmation de l'existence irréductible du temps <5).

La philosophie de A. Kenyon Rogers se rattache à la fois àcelles de Royce, de James et de Howison ; de Royce, il a apprisl'importance qu'il faut donner à la signification des choses(meaning) ; c'est à James qu'il doit son amour du risque, de

l'aventure, cette idée de la responsabilité, cette conscience decoopérer à l'œuvre active du monde (6). Mais c'est surtout deHowison qu'il tient sa théorie pluraliste.

Il croit sans doute à l'absolu, à l'unité nécessaire entre touteschoses, à la continuité hors de laquelle point d'utilité : une chosene parait séparée, dit-il, qu'au moment où nous ne nous en ser-

vons plus (7).

Si le fond do la réalité est une conscience unique, du moins

se développe-t-elle au moyen de différences (8). Le moi tout enne possédant aucune indépendance réelle, tout en étant une appa-rence éphémère, le moi, mon moi. est un élément essentiel dela réalité. S'il n'est que dans la conscience de Dieu, du moinspeut-il se dire que Dieu est par essence social, qu'il ne se suffit

pas à lui-même, « qu'il ne serait pas Dieu si je n'existais pas»,que si je n'existais pas il cesserait d'être l'absolu (9).

Si les différentes individualités en lesquelles s'éparpille la

réalité unique, semblent retourner à nouveau vers cette réalité

(1) Philos. Rev., 1909 p. 11, 12, 20.

<2) Mind, 1898 p. 402.

(3) Thilly Rev. de Met., 1908 p. 615.

(4) The dlalectic of Rvuno and Spinoza, apud Studies in Philosophyprepaved in commémoration of Howison, p. 162, 174.

(5) Cf. Woodbridge Journal of Ph., VU p. 412.

(6) introduction, p. 349.

(7) Ibid., p. 275-277.

(8) tbid., p. 268 sqq.(9) Ibid., p. 294. Philos. Rev., 1903 p. 59-61.

Page 208: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 208/329

206 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

unique, cette procession des esprits se fait par le développe-ment de chaque individualité libre ; aucune ne peut avoir con-

science de la conscience de sa voisine; toutes conservent tou-jours une indestructible personnalité (1).

Si Dieu enfin est le but du développement, il reste toujoursentre son unité et l'ensemble des individus, une certaine distanceà franchir ; Dieu est distinct de nous, bien qu'il nous contienne.Comme le Dieu de Rashdall, celui de Rogers peut avoir connais-sance de nos sensations et de nos sentiments; il ne peut pas les

éprouver. L'idée de Dieu est comme la limite vers laquelle tend

l'évolution, sans peut-être y atteindre jamais (2). La réalité esttoujours formée de personnes en relations (3), toutes créées parDieu, mais au milieu desquelles Dieu réside, comme un moi su-

prême (4) et lui-même « social ».

La métaphysique de Rogers est donc une combinaison de la

métaphysique de Royce, et de celle de Howison, et l'on yaperçoit à tout moment l'union originale de l'idée d'unité avecun sentiment très vif de la pluralité. —Aujourd'hui, semblant

abandonner ces problèmes, M. Rogers est surtout préoccupéde fonder en face du néo-réalisme un autre réalisme, affir-

mation des objets inconnaissables et des sujets actifs, « réalismecritique » auquel se rallie également Lovejoy et dont il nousfaudra parler.

Leighton comme Rogers s'inspire de Royce (5) autant que deHowison. Il voit dans Royce à la fois les éléments d'unité et dediversité. Il se réclame aussi de la métaphysique allemande ;

et de même que Mac Taggart interprétait Hegel en termespresque pluralistes, Leighton traduit dans un langage presquepluraliste à la fois Hegel et Fichte (6).

Comme Royce, Leighton prend pour point de départ de saphilosophie une théorie de la connaissance; il faut comme fon-

dement à la connaissance, une conscience universelle, trans-cendante et immanente à la fois par rapport aux consciencesfinies, et qui ne peut exister sans elles (7;. Il y a un absolu,

mais cet absolu se manifeste dans les individus humains « qui

(1) Introduct., p. 291-292.

(2) Ibid., p. 293.

(3) Philos. Beview, 1903 p. 58.

(4) Introduct. , p. 291-292.

(5) Rogers Philos. Beyiew, 1902 p. 548.

(6) Ibid., 1895 p. 142-153, 1896 p. 601-618. Conception of God, p. 31, cité

par Rogers Philos. Beview, 1902 p. 547-549.(7) Conception of God, p. 177, cité par Rogers Philos. Beview, 1902

p. 547-549. Philos. Beview, 1908 p. 383 sqq.

Page 209: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 209/329

J. A. LEIGHTON 207

sont composés d'une façon si variée et qui ne sont pourtant pasdes composés » et se développent en une vivante dialectique (1).

Cette métaphysique pourtant teintée de pluralisme, resteraitsans doute extrêmement éloignée du pluralisme. Mais M. Leigh-ton grâce à sa théorie de la réalité des relations, tout inspiréecependant d'idées hégéliennes, affirme la réalité profonde dutemps. Les relations entre les consciences, et il n'y en a au fondpas d'autres, ont une valeur métaphysique (2). Et de l'affirmationde leur intériorité, il n'y a rien à tirer concernant leur perma-nence. Le temps est réintroduit dans l'univers. Même il y est

réintroduit sous la forme d'une succession de discontinuités.Le temps, dit-il en humaniste, ne peut pas avoir plus de con-tinuité que les desseins humains. Il est « une série d'événe-ments qualitativement discrets et uniques ». Il y a même unepluralité de temps hétérogènes, autant de temps que de mois'efforçant et se délivrant. Partout nous voyons, nous sentonsdes nouveautés qualitatives, une épigénèse continuelle (3).

Si le monde croit en effet, s'il est dans le temps, ce ne peut

être que grâce à l'existence d'âmes agissant les unes sur lesautres, de centres en relation. Ces âmes ne sont pas perduesdans l'absolu ; l'absolu n'existe que par elles ; il est une société ;

car la relation des êtres en société estle mode les plus com-préhensif de la relation : les activités y sont à la fois transcen-dantes et immanentes les unes par rapport aux autres (4).

C'est finalement d'ailleurs vers un idéalisme presque hé-gélien que devait revenir la philosophie de Leighton. Il

reste peu de chose de son pluralisme primitif dans son plus ré-

cent ouvrage ; les esprits sont des centres où la nature de la

réalité prend conscience d'elle-même ; la réalité est l'expressionde la raison ; la réalité est un système téléologique d'auto-or-

ganisation, une unité sociale et dynamique. Il va vers un idéa-lisme téléologique et logique (5), tout, en maintenant l'idée, àl'intérieur de cette totalité, d'un pluralisme temporaliste (6).

Pouvons-nous rattacher à cette école le psychologue et méta-physicien Trumbull Ladd ' M. Thilly le fait. Ladd conçoit l'uni-

(1) Philos. Review, 1902 p. 575, 1906 p. 510. Psychol. Review, 1899 p. 146.Philos. Review, 1905, p. 669-683.

(2) Journal of Ph., 1904 p. 705. Voir cependant sur les relations Philo-sophical Essays in Honor of J. E. Creighton, 1917, p, 154.

(3) Journal of Ph., 1908 p. 564. Philosophical Essays in Honor of J. E.Creighton, 155, 158.

(4) Journal of Ph., 1904 p. 705. Philos. Review, 1902 p. 565 sqq.(5) The tield of philosophy, p. 354, 358, 379, 383, 424, 437.

(6) Philosophical Essays in Honor of J. E. Creighton, p. 161.

Page 210: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 210/329

208 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

vers comme un ensemble d'êtres finis, un royaume de moi, decentres de forces en relation, 'un ensemble de monades dont

l'essence consisterait dans l'action et qui se limitent par cetteaction les unes les autres (1).

Mais l'absolu joue dès l'abord un rôle si important dans cettephilosophie analogue à celle de Royce qu'on peut à peine croireque la métaphysique de Ladd puisse être rangée avec celle deHowisori (2) dont le pluralisme est déjà bien loin d'être radical.

Il faut joindre à ces philosophes américains des penseursanglais qui ont cherché leur inspiration l'un dans Lotze, l'autre

dans Lotze et Martineau.Galloway qui veut avant tout conserver les valeurs éthiques

et spirituelles, « la qualification réelle du monde », conçoitl'individualité comme une valeur absolue, bien qu'au-dessousd'un Dieu tout puissant. Le monde est pour lui un ensemble demonades hiérarchisées, agissant pour le triomphe du bien. C'estlà, Galloway le dit lui-même, une philosophie pluraliste, aumoins esquissée (3).

Avec Upton, avec Rashdall et d'autres encore, il est un desreprésentants de ce qu'on pourrait appeler la théologie plura-liste. Mais il faut noter que sous la diversité des choses commesous la dualité du sujet et de l'objet, il reconnaît un « fondementsuprême », une volonté universelle.

Chez Upton l'influence de Martineau se combine avec cellede Lotze. Puis il a trouvé dans les œuvres de James, danscelles des idéalistes personnels d'Oxford, .des arguments favo-rables à sa conception du monde. Il veut une philosophie quipuisse faire des relations entre Dieu et l'àme humaine, uneréalité ; dans cette métaphysique, comme dans celle de James,le mai a sa place. Sans le mal, les efforts de l'àme humaineperdent leur sens. La liberté, la liberté profonde que veut sentirUpton, plus profonde que celle des idéalistes personnels dontil fait la critique, ne peut exister que dans un monde où degrandes décisions sont à prendre, où il y a du mal à combattre.

Gomme pour Galloway, le monde consiste pour Upton en descentres d'énergie interagissant-

Mais il est plus véritablement pluraliste que Ladd et que Gal-loway, plus véritablement pluraliste, pourrait-on dire, que Howi-

(1) Theory of Reality. p. 3%, 403, 510, 512.(2) Theory of Heality. p. 397, 506, 512 sqq. Phidos. Review, 1903. p. 136.

(3) Philosophy of Religion, p. 203 sqq., '220. Mind, 1903 p. 70. Sur l'in-

fluence de Lotze, voir Ph. of RcL, p. 225.

Page 211: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 211/329

DPTON 209

son, que Schiller, que James lui-même en ce sens qu'il voit à la

fin de l'évolution non pas un monde unifié, mais un monde deplus en plus contrasté. Retenons son nom avec celui de Royce;tous deux, bien que le dernier fût moniste, ont conçu l'évolution

du monde par une pluralité vers une plus grande pluralité (1).

Dieu pour donner naissance au monde, s'est déchiré. C'est cesacrifice même qui fait la richesse du monde et sa liberté.

Tout en reconnaissant derrière son pluralisme un monismeplus profond, une dépendance de toutes choses, une perpétuelleunité, tout en faisant de toutes choses des âmes parentes (2),

Upton nousdit

queseul le

pluralisme peut donner« à l'histoire

humaine et à l'univers, un intérêt infini » (3).

Ainsi les idéalistes personnels, les disciples deMartineau, les

philosophes groupés autour de Schiller, autour de Howison,s'efforçaient de constituer à l'aide du pluralisme, —sans pour-tant pouvoir y parvenir tout à fait —une théorie de la person-nalité, de la personnalité humaine et de la personnalité divine.

(1) Buses, p. 9 sqq., 282 sqq.(2) Ibid., p. 12, p. 284. Hibbert Journal, 1903 p. 407.

(3) Bases, p. 13.,

Page 212: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 212/329

CHAPITRE III

QUELQUES TENDANCES DE PSYCHOLOGUES ET LOGICIENSCONTEMPORAINS

James a su, dans les phénomènes psychiques, montrer unecontinuité pure, un même courant de pensée coulant sans cesse.Mais nous avons vu qu'il se rend compte des discontinuitéspsychiques aussi bien que des continuités physiques.

Quelques psychologues américains modernes vont plus loin

qu'il n'était d'abord allé dans cette voie nouvelle ; ils insistentsur les ruptures de pensée, les sautes d'idées, les irruptions desentiments. Nous l'avons déjà vu pour D. Miller.

Colvin oppose le monde psychique au monde physique commeJe monde du discontinu au monde du continu, le monde de l'in-

déterminé pur au monde du déterminé complet ; dans le mondepsychique, aucun procédé déductif n'est valable. Quand un état

de conscience est brisé par l'irruption d'une sensation nouvelle,

on ne peut deviner le nouvel état de conscience qui se pro-duira (1).

Félix Arnold, de même, constate des trous dans notre con-science, et reproche à ceux qui ont mis en lumière avant tout

la continuité psychique de n'avoir pensé qu'aux sensations vi-

suelles et laissé de côté toutes les autres (2).

Peut-être ces articles, et ceux où James expose ses idées surl'expérience pure, peuvent-ils faire croire que les psychologues

américains, après avoir si fortement insisté sur la continuité,sentent le besoin de montrer une certaine discontinuité des phé-nomènes psychiques.

Nous avons déjà, en étudiant la philosophie de' James et deSchiller, noté comment le pluralisme métaphysique pouvaitaboutir à une doctrine de la particularité des vérités, de la va-

il) Journal of Pli., 1904 p. 589 sqq.(2) Journal of Ph., 1905 p. 487 sqq.

Page 213: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 213/329

H. M. KALLEN 211

riété des systèmes, de la multiplicité des réalités, comment onpouvait concevoir de façon pluraliste le lien entre la vérité et laréalité.

Nous voudrions étudier maintenant quelques théories logi-ques qui présupposent plus ou moins une métaphysique plura-liste.

H. M. Kallen, un des philosophes qui se rattachent le plus di-

rectement à James, a insistésur le caractère synthétique, le carac-tère véritablement créateur des propositions dans un monde plu-raliste. Pour le pluraliste, les relations ne sont pas données unefois pour toutes comme pour le moniste ; elles sont momenta-nées, et non pas essentielles. Une chose est, à un certain mo-ment, en relation avec une autre, elle ne Test pas pour toujours.De là vient, dit Kallen, que si pour le moniste 1' « attribution »,

le jugement est renonciation d'une tautologie sous-entendue,pour le pluraliste, il est une vérité nouvelle. « La prédication dupragmatiste et du pluraliste, dit-il, c'est une prédication qui aun sens »• « Ce serait se tromper gravement que de croire pou-voir lire les écrits d'un pragmatiste pluraliste, comme on lit

ceux d'un moniste ; il faut, à toutes les propositions du plura-liste, donner une valeur synthétique » (1). Un empirisme radicaltel qu'on le sent dans les écrits de Kallen s'unit à une théoriedes relations créatrices.

L'école de Dewey est-elle une école pluraliste ? Dewey lui-

même est-il pluraliste ? Si Peirce eut une grande influence surlui et put lui donner jusqu'à un certain point une vision plura-liste du monde, (2,) il n'en n'est pas moins vrai que Dewey estsorti de l'école hégélienne, qu'il s'est toujours montré hostile à îa

plupart des idées de Schiller.Mais son goût de l'expérience pure et changeante l'empêche

de concevoir au-dessous des phénomènes une réalité qui les

sous-tende (3) ; il faut avoir foi, pense-t-il, dans le pouvoir qu'ontles éléments et les processus de l'expérience et de la vérité, de« garantir leur propre succès » (4).

C'est donc une sorte de phénoménisme que sa métaphysiquemais un phénoménisme dynamique et mouvant ; il aime avanttout « la lutte, l'élément indéterminé, l'élément croissant, ms-

(1) Journal of Ph., 1908 p. 295-297. CL Morris R. Cohen, Papys in

honor of Josiah Royce, p. 154.

(2) Monist, 1892-3 p. 362-379.(3) Journal of Ph., 1908 p. 87. Cf. James Psychol. Bulletin, I 2.

(4) Ibid., 1905 p. 327, 1908 p. 197, 381. Essaya in honor of James, p. 79sqq.

Page 214: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 214/329

212 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

table, potentiel de l'univers». L'idée sera conçue comme unplan d'action utile dans cette lutte.

Et ce n'est pas seulement une croissance lente et continuequ'il admet ; il peut y avoir dans l'univers de brusques chan-gements, des révolutions opérées par la conscience dans la

nature des choses, des points de départ nouveaux.Cette croissance ne finira jamais, et Dewey est un des

penseurs modernes qui ont su le mieux insister sur le caractèreincomplet, toujours non-fini, de la réalité. Il voit tout, commeil dit, non « sub specie aeternitatis » mais « sub specie genera-tionis ». Il croit en un temps réel, en des potentialités réelles (1).

Dewey n'a jamais eu l'occasion d'aborder directement le pro-blème du pluralisme et -du monisme ; son besoin d'une certainecontinuité dans l'expérience l'éloignerait sans doute du plura-lisme. Mais par sa vision d'une réalité disséminée et finie, parl'enseignement qu'il nous donne, en nous invitant, comme onl'a dit, à satisfaire « notre appétit du divin, de l'éternel, et ducomplet » par des vérités fragmentaires et des biens fragmen-taires (2), il peut être considéré presque comme un pluraliste.

James le rangerait volontiers parmi les pluralistes (3) et

M. W. Calkins le classe hardiment parmi eux (4).

A. W. Moore, un des philosophes les plus intéressants decette école de Dewey, nous dit que le pluralisme est néces-saire, jusqu'à un certain point, à la théorie logique de l'école deChicago. De James, Moore accepte tout ce que peut accepterun disciple de Dewey : l'idée d'une génération, d'une croissancecontinues, de relations actives. Le pluralisme l'intéresse sur-tout, il est vrai, en ce qu'il est un temporalisme, une théorie dumouvant.

Moore n'est pas le seul pluraliste de l'école de Chicago.Tawney voit dans le besoin de discontinuité un besoin aussifondamental que celui de l'unité et de la totalité (5). Pour Montaguele monde physique est un amas de pluralités qui ne sont qu'ex-térieurement et superficiellement unies (6). Et le monde de la

réflexion n'est pas plus homogène que le monde physique. Il ya, dit-il. des domaines de valeurs irréductibles. A chaque valeur

(1) Philosophical Reriew, 191* p. 8u.

(2) Cf. Ibid., 1906 p. 633, 1912 p. 80.

(3) Psychol. Bulletin, I, 2.

(4) Persistent Problème, p. 412.(5) Essays in henor of W. James, p. 423. Journal ot Philos., 1908 p. 400.

Mais il critique le pluralisme. Journalof Plu, 1904, p.

339sqq.(6) Essays in honov of W. James, p. 110. Journal of Philos.. 1909

p. 233 sqq. Il se rattache nettement aux idées des néo-réalistes.

Page 215: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 215/329

J. DEWEY. —L'ÉCOLE DE CHICAGO 213

comme à chaque vérité correspond une expérience spéciale.Dès que Ton conçoit, comme ces écrivains de l'école deDewey, l'univers comme un ensemble mouvant de choses enlutte, l'idée ne peut être considérée que comme une arme utile

dans cette lutte, un moyen d'attaque ou d'adaptation selon lescas, mais toujours un élément essentiellement « prospectif»selon une des expressions favorites de l'école, un plan d'actionpour l'avenir, une ipromesse de nouveautés dans un monde quise renouvelle sans cesse.

Ainsi nous nous trouvons en présence d'une théorie desrelations créatrices et d'une théorie des relations mouvantesqui ne sont pas sans rapport avec le pluralisme (1).

Mais nous ne venons d'étudier qu'une des tendances de la

logique pluraliste. Il y en a une autre tout opposée, en appa-rence du moins, n'insistant plus sur le caractère mouvant dela pensée mais mettant en lumière l'univers statique des naturessimples. C'est de cette tendance et de la théorie des relationsextérieures unie aux idées de James que naîtra le néo-réalisme.Il faut cependant tenir compte,

mêmeici, dans certains cas et

pour certains de ces philosophes, des idées de l'école de Chicago.

M) Il serait très long et difficile d'énumérer et d'étudier tous les philo-sophes qui pourraient être rattachés au pluralisme : les uns par l'impor-tance accordée au temps et à la diversité des moments (Cari V. Tower,Woodbridge), d'autres parle sens et l'amour de l'individualité (D. Stoops,

K. J. Spalding, Ph. Mason et H. G. Wells dont nous avons déjà parlé),d'autres par l'idée de domaines différents de réalités (H. R. Marshall),d'autres par l'idée d'investigations empiriques, morcelées (S. E. Lang).

Page 216: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 216/329

Page 217: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 217/329

Page 218: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 218/329

216 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

De l'autre, nous trouvons la théorie des relations extérieuresqui nous amène à croire que la connaissance d'une partien'enferme pas la connaissance du tout, ni inversement, qu'il y ades vérités absolument vraies, qu'il y a beaucoup de chosesdans l'univers, qu'il y a des propositions qui ne peuvent se ré-

duire à la forme attributive.

Or la théorie des relations intérieures n'a jamais été prouvée ;

ni le principe de raison suffisante, ni l'idée qu'un changementdans les relations amènerait un changement dans les termesne suffisent à la démontrer. Et elle nous conduit à des paradoxesdu labyrinthe desquels nous ne pouvons sortir. Tout terme serait

infiniment complexe. Puis la nature des termes, c'est-à-dire

l'ensemble de leurs relations, est-elle identique aux termes ? Sielle ne l'est pas, il faut chercher quelle est la relation entre la

nature des termes et les termes, et nous sommes entraînés dansune régression à l'infini. Si elle l'est, nous ne pouvons, dit

M. Russell, trouver le lien qui fait des différents prédicats les

prédicats d'un seul sujet. L'axiome des relations internes estincompatible d'autre part avec toute complexité réelle, avecl'idée même de l'identité dans la différence, essentielle pourtantau monisme anglais. Il est incompatible avec l'existence de rela-

tions asymétriques comme celles de tout et de partie. L'ana-lyse et la connaissance en général deviennent impossibles si le

fait même de la connaissance doit modifier l'être connu.M. Russell montre à quelles difficultés on est amené si onaccepte la conception monistique de la vérité, c'est-à-dire si oncroit que seule la vérité totale est vraie et que toutes les

vérités partielles sont plus ou moins des erreurs. Finalementcette théorie se contredit elle-même ; une philosophie qui im-plique cette théorie monistique de la vérité est elle-mêmepartiellement fausse (1).

Il faut donc rejeter l'axiome de l'intériorité des relations, il

ne faut plus parler d'une nature des termes qui serait faite derelations ; il ne faut plus croire que les jugements vrais sur unechose font partie de cette chose. Aussi pourrons-nous dire quenous connaissons une chose sans que nous connaissions sesrelations et que la connaissance de certaines de ses relations

n'implique pas la connaissance de toutes (2).

Russell et Moore aboutissent ainsi à un sorte d'atomisme, deherbartianisme logiques, ils croient à un monde de réels indé-

pendants en lesquels toutes choses peuvent se décomposer.

(1) Aristotclian Society, 1906-1907, reproduit dans Philosophicul Essays,

p. 160-169.

(2) Probîems, p. 219, 220.

Page 219: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 219/329

G. E. MOORE. —B. RUSSELL 217

« Un sentiment, dit Russell en véritable herbartien, est unensemble d'idées reliées » (1). On arrive ainsi à la théorie destermes telle que la conçoit Russell. « Le terme est un sujet logi-

que ; il est immuable, indestructible ». Chaque terme diffère detous, par lui-même, avant d'avoir reçu aucun prédicat, et bienque tous identiques en un sens, ils sont, comme Moore l'a

montré, divers numériquement. De même les points dansl'espace sont identiques et en même temps absolument diffé-

rents les uns des autres (2).

« Il y a de l'identité et de la différence, il y a un monde pleinde choses avec des relations qui ne peuvent pas être déduitesd'une nature supposée ou de l'essence scolastique des chosesliées. Dans ce monde qui est notre monde, tout ce qui est com-plexe est composé de choses simples liées entre elles, et l'ana-lyse n'est plus en danger à chaque pas d'être entraînée en unerégression à l'infini » (3).

De là une grande diversité. « Il me semble, écrit Moore, quel'univers contient une immense variété d'entités de différentessortes, par exemple : mon esprit, mes sensations particulières,les qualités de ces sensations, les événements, les nombres,etc. » (4) Même, nous ne voyons partout que pure asymétrie (5);

si nous prenons, par exemple, la relation des parties au tout,

nous voyons que, d'après Russell et Moore, l'on ne peut fairesortir d'aucune partie le tout par voie analytique (6), et que, '

d'autre part, le tout n'est pas antérieur aux parties (7).

De ces théories dépendent presque toutes les théories deRussell. Cette philosophie est un réalisme : « elle soutient queles relations cognitives sont des relations externes qui éta-

blissent un lien direct entre le sujet et un objet qui peut êtrenon-mental... Elle considère l'existence comme ne dépendantpas de la connaissance... Connaître n'implique aucune commu-nauté de nature entre l'esprit et ce qu'il connaît » (8). Ainsiparce que les relations sont extérieures aux choses et à l'esprit,

on peut croire à des choses séparées de l'esprit et qui sontpourtant connues immédiatement ; —car par une sorte de

(1) Russell Aristutclian Society, 1906-1907 p. 28 stjq.

(2) Russell Principles of Mathematics, p. 44, 452.

(3) Aristo-telian Society 1906-1907 reproduit dans Philosophical Essays,p. 160-169.

(4) Moore Aristotelian Society, 1909-1910, p. 36. Cf. Waterlow Philoso-phical Heview, 1909-1910 p. 134.*

(5) Moore Principia, p. 222.

(6) Moore Principia, p. 33. Russell Principles of Math., p. 141.(7) Russell ibid., p; 440. Moore Principia, p. 33.

(8) Russell Société de Philosophie, mars 1911 p. 55.

Page 220: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 220/329

218 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

paradoxe l'intellectualisme de M. Russell substitue à la vérité

conçue par les pragmatistes comme médiation satisfaisante,

comme système, un monde de vérités immédiates et perçues (1).

Le réalisme et le pluralisme sont ici étroitement unis. D'abordpar l'empirisme, la théorie de l'extériorité des relations mèneau pluralisme. « Si on ne croit pas à l'intériorité des relations,

le problème du nombre des choses devient un problèmepurement empirique (2) ». La logique ne tranche pas l'alterna-

tive entre le monisme et le pluralisme ; l'expérience seule peutla trancher (3). Dira-t-on que de la considération de ce qui doit

être on peut aller à l'affirmation de ce qui est ? Mais « on peutprouver très peu de choses a priori, en partant de la considé-ration de ce qui doit être » (4), et de plus la logique ne nousdit pas ce qui doit être, mais bien plutôt ce qui peut être ; la

logique ne fait ici que fournir des posssibilités à notre imagi-nation intellectuelle ; et ces possibilités s'étant multipliées,

notre connaissance de ce qui peut être s'étant accrue, nous nepouvons décider entre ces possibilités de plus en plus nom-breuses qu'en consultant l'expérience. «Au lieu d'être enfermésentre des murs étroits dont chaque coin peut être exploré, nousnous trouvons dans un monde de libres possibilités où beaucoupde choses restent inconnues parce qu'il y a tant de choses àconnaître ». « La logique, au lieu d'être comme autrefois unobstacle qui arrête les possibilités, est devenue la grande libé-

ratrice » : elle offre des mondes au choix de l'expérience (5).

Ici, comme chez James, nous nous trouvons devant des possi-bilités infinies.

Or, l'expérience est nécessairement fragmentaire. « Noussommes réduits à étudier le monde d'une façon morcelée » (6).

Et cette expérience nous donne un monde fragmentaire et

morcelé comme elle-même : « Il n'y a pas de fait empirique pluscertain dans l'absence du moins de démonstration a priori ducontraire que celui-ci : beaucoup de choses existent » (7).

Mais le réalisme est lié au pluralisme d'une autre façonencore plus profonde. Par l'empirisme, avons-nous dit, il

conduit au pluralisme. Mais d'une façon plus essentielle, il le

suppose et ne peut exister sans le supposer. Et M. Russell s'est

rendu pleinement compte du caractère pluraliste de sa philo-

(1) Russell Monist, 1914 p. 180.

(2) Journal of Philosophy, 1911 p. 160.

(3) Journal of philosophy, 1911 p. 161.

(4) Problems, p. 227.

(5) Ibid., p. 229 sqq.(6) Ibid., p. 226.

(7) Russell Journal of philosophy, 1911 p. 160.

Page 221: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 221/329

G. E. MOORE. —B. RUSSELL 219

sophie : « Je préférerais appeler la philosophie que je défendspluralisme plutôt qu'empirisme » (1). « La philosophie qui meparait la plus vraie pourrait s'appeler réalisme analytique. Elleest analytique puisqu'elle soutient que l'existence du complexedépend de l'existence du simple... Cette philosophie est unephilosophie atomique » (2). Le réalisme n'est qu'un nom dupluralisme-

Ainsi Russell conçoit un monde de pluralités ; l'idée de plu-ralité numérique, telle que l'a conçue Moore, mène naturel-lement au pluralisme : « La diversité numérique est la sourcede la pluralité» ou comme il dit encore : « l'admission d'unepluralité de termes détruit le monisme » (3). Au lieu de con-cevoir « de l'identité dans les différences », Russell voit « desidentités et des différences », « un monde de choses nom-breuses » (a loorld of many things), un monde où le mal existe,un monde plus proche encore de celui de James (4), que decelui d'un des maîtres de Russell, Mac Taggart, un mondepluraliste (5) où il y a du bien absolu et du mal radical.

La philosophie de M. Russell est un pluralisme parce qu'ellepose l'existence des termes, elle l'est aussi par la façon dont elle

pose l'existence des relations. Si les relations sont ultimes etirréductibles, ni le monisme, ni le monadismè ne peuvent êtrejustifiés.

Le herbartianisme de Moore et de Russell admet l'existencede relations entre les termes, relations extérieures et superfi-cielles en ce sens qu'elles n'atteignent pas profondément la na-ture des termes mais néanmoins réelles. C'est à ce prix seule-ment que l'on peut échapper au monisme logique ; dès lors quel'on essaye de réduire les relations à de purs adjectifs, on lesnie (6). « Le monde, celui des existants comme celui des entités,est composé d'un nombre infini d'entités mutuellement indépen-dantes avec des relations qui sont ultimes et qui ne sont pasréductibles aux adjectifs de leurs termes » (7).

La critique de la théorie prédicative des propositions, c'est-à-dire de l'affirmation que dans toute proposition il

ya un sujet

(1) Journal of philosophy, 1911 p. 160.(2) Russell Société de Philosophie, mars 1911 p. 51.(3) Russell Principles of Math., p. 42-47.(4) Russell Aristotelian Society, 1906-1907 p. 39, 43, 44. Principles of

Math., p. VIII, 226. Moore Principia, p. 220.(5) Russell Principles of Math., p, VIII. Philosophy of Leibnitz, p. 3.

Mysticism and Logic, p. 101.

(6) Russell Aristotelian Society, 1906-1907, pages 39, 43, 44. Moore Prin-cipia, p. 33. Russell Principles, par. 221, p. 226, 447, 452.

(7) Principles of Math., p. VIII.

Page 222: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 222/329

220 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

et lin prédicat, permet à M. Russell de détruire un des fonde-ments des doctrines de Bradley (1). Du moment que les rela-tions existent, il

ya d'autres

propositions possibles que cellesqui attribuent le prédicat au sujet. Le monisme, d ailleurs, ne sedétruit-il pas lui-même? Le fait que l'absolu a des prédicatsn'implique-t-il pas la proposition : « il y a des prédicats », pro-position qui n'est pas concevable dans une logique moniste ?

Puis l'idée même de prédicat n'implique-t-elle pas de la diver-sité dans la nature ? Le prédicat est une entité ; il y a une cer-taine relation entre lui et l'absolu, et le problème des relationsréapparaît (2)

.

Cette affirmation des relations, c'est encore un réalisme, maisun réalisme en un sens différent du mot. Réaliste parce qu'elleaffirme l'existence de choses particulières, la doctrine deM. Russell est encore réaliste parce qu'elle affirme l'existenced'idées générales. Nous connaissons des relations entre leschoses et ces relations n'existent pas de la môme façon que leschoses; nous connaissons des universaux. « Nous devonsplacer les relations dans un

mondequi n'est ni mental, ni

phy-sique » (3). Et c'est la théorie même de Platon, nous ditM. Russell, qu'il soutient ici, modifiée seulement légèrement enquelques endroits. En partant de l'étude des relations il arriveà ce réalisme platonicien, de même qu'il arrive par cette étudeà son réalisme empirique. Les termes sont autre chose que les

relations : c'est la proposition qui fonde son réalisme empirique.Les relations ne s'identifient pas aux termes, c'est la propositionqui fonde

son réalismeplatonicien.

Or, « seuls ces universaux, qui sont nommés à l'aide d'ab-

jectifs ou de substantifs, ont été pris ordinairement en consi-dération ; ceux qui sont nommés à l'aide de verbes et de prépo-sitions n'ont pas été, en général, aperçus ». Et M. Russellexplique par ce fait le grand nombre des doctrines à ten-

dances monistiques, car « les adjectifs ou les noms communsexpriment des qualités ou des propriétés de choses prises iso-

lément, tandisque

les prépositionsou

les verbes tendent àexprimer des relations entre deux choses ou plus ». C'estpourquoi l'on a cru que toute proposition a pour fonction d'at-

tribuer des propriétés à une seule chose ; on n'a pas vu qu'il ya des propositions qui expriment des relations entre les choses,que les relations entre les choses sont elles-mêmes en uncertain sens des entités. D'où l'idée erronée qu'il y a une seule

(1) Russell Philosophy of Leibnitz, p. 15, 60.(2) Prhiciples of Mathematics, p. 447, 448.

(3) Problems, p. 139, 140.

Page 223: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 223/329

B. RUSSELL 221

chose dans l'univers ou que, s'il y en a plusieurs, il ne peut yavoir entre elles d'interaction.

Mais, en fait, il y a des universaux ; supposons que la

blancheur ne soit, comme le veulent les empiristes, qu'uneabstraction ; il faut, du moins, qu'une blancheur donnée res-

semble à notre idée de blancheur, et ainsi l'on ne peut nierl'existence de l'idée de blancheur qu'à condition d'admettrel'existence de l'idée de ressemblance.

Et ces relations sont indépendantes de notre esprit. Toutenotre connaissance des relations comme toute notre connais-sance a priori s'applique à des entités qui, à proprement par-ler, n'existent ni dans le monde physique, ni dans le mondepsyrhique. Si je dis : « Je suis dans ma chambre», « Edimbourgest au nord de Londres », j'existe, ma chambre, Londres et

Edimbourg existent, mais où existent les relations « dans »,

« au nord de » ? Elles ne sont pas formées par mon esprit, carelles peuvent être vraies sans que je les pense, elles n'existent

pas d'une façon temporelle et spatiale ; de même l'acte de penserla blancheur est psychique mais l'idée de blancheur, sous peine

de perdre son universalité, est extérieure à mon esprit. Lesuniversaux ne sont pas nos pensées, mais les objets de nospensées et Russell ici reconnaît comme toutes proches dessiennes les idées de Meinong. Le monde des universaux peutêtre appelé le monde de l'être. Le monde de l'être estimmuable et rigide par opposition au monde de l'existence

flottant, vague, sans frontières précises, sans plans ou arran-gements définis- Bien que pour l'homme d'action, le monde del'existence, seul, ait du prix, et que pour le mathématicien le

monde de l'être, seul, ait une valeur, pour le métaphysicientous deux sont réels et tous deux sont importants. En fait

nous connaissons les universaux d'une façon beaucoup pluscomplète que ces choses en soi qui sont les causes de nos sen-sations. D'autre part, les universaux ont par rapport à notreconnaissance une indépendance beaucoup plus grande que les

êtres particuliers. Le monde sensible est subjectif tandis que le

monde abstrait est objectif (1). Ainsi les entités, les atomes sontde deux espèces, les universaux et les particuliers, les conceptset les données des sens.

Mais pour ces deux mondes, le pluralisme est le vrai, il y a

une multiplicité irréductible à la fois dans le monde des relations

et dans le monde des termes ; c'est comme il le dit, un atomismelogique et c'est aussi un atomisme physique.

(1) Voir Problems, chap. VIII et IX, Société de philosophie, mars 1941

p. 52, 76.

Page 224: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 224/329

Page 225: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 225/329

W. H. SHELDON 223

qu'on la trouve chez James, et d'autre part la théorie qui est,selon l'expression de Schiller, « la tentative la plus logiquepour élaborer et poursuivre, dans le plan intellectuel, la notionde l'indépendance des réels » (1).

Ces doctrines tiendront compte parfois de la théorie de la

conscience qui est essentielle au fonctionnalisme de l'école deChicago. Dans les articles de Woodbridge, de Montague, onvoyait se développer un monisme de l'expérience, de l'expériencemouvante, les faits de conscience étant des centres d'action aumilieu de cette expérience même, la conscience étant une rela-tion qui ne peut être séparée de ce contexte mouvant que sontles choses. Mac Gilvary. cherchait à unir l'idée de l'expériencepure de James, la théorie de la conscience fonctionnelle deDewey, et la théorie des images de M. Bergson. Mais le néo-réalisme tel qu'il va se présenter apparaît surtout comme uneunion de certaines idées de l'empirisme radical de James et desthéories de M. Russell.

On trouverait dans des articles de Sheldon parus en 1904 et

1905 une tentative, contemporaine des premières tentatives desnéo-réalistes, pour opérer cette jonction entre les deuxphiloso-phies. On voit là une étude des universaux conçue d'un pointde vue pluraliste. Pourquoi, demande-t-il, une partie isolée del'univers manquerait-elle de réalité parce qu'elle est isolée f

Pourquoi, la conscience supprimée, le monde extérieur ne sub-sisterait-il pas i Pourquoi, si l'on effaçait le monde extérieur, la

conscience perdrait-elle ses caractères actuels f Pourquoi, sousprétexte

quetout

dansl'expérience se présente sous forme d'un

faisceau, croire que ce faisceau ne puisse être rompu ' Sheldon,pour affirmer l'existence de l'abstrait dans la nature des choses,invoque deux idées de nature essentiellement pluraliste : unethéorie des possibilités d'abord. « N'y a-t-il pas, demande-t-il, desforces à l'œuvre qui peuvent détruire cette unité ? » et une théo-rie des relations extérieures : Pourquoi ne croirait-on pas à

l'existence de parties multiples dont le caractère ne serait pas

changé par le fait qu'elles quittentle

tout?

Les chosespeuvent

exister à part de leur environnement, entrer sans cesse dans desrelations nouvelles et quitter sans cesse des relations anciennes.Ainsi l'abstraction est fondée en nature ; elle est fondée sur le

pluralisme : « Comprenons que les petites choses, les parties

finies, pourraient fort bien être en elles-mêmes et pour elles-

mêmes aussi réelles, outre qu'elles ne sont certes pas moinsutiles que le grand tout dont elles apparaissent au premier

(1) Journal of philosophy, 1906 p. 556.

Page 226: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 226/329

224 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

abord comme des parties » (1). Dans ces articles, on trouve l'es-

quisse de ce qui sera le néo-réalisme en même temps que le

point de départ de la théorie de la réalité que Sheldon devaitdévelopper plus tard.

Le nouveau réalisme, c'est une expression courante dans les

revues américaines vers 1900-1904. Ce n'est que peu à peu quele mot arriva à désigner une de ces doctrines, formée sousl'influence de Meinong et d'Avenarius, de Russell et de James.

Les philosophes américains aujourd'hui ne se divisent plusen pragmatistes et en anti-pragmatistes, mais en réalistes et en

ânti-réalistes. Les théories réalistes ont surtout une doubleorigine, l'une psychologique, l'autre logique ; l'une qui est unedoctrine de l'immanence, l'autre qui est une doctrine de la trans-

cendance ; l'une qui est la théorie de la conscience de James,l'autre qui est la théorie des relations de Russell- Perry a été à

la fois le principal disciple de James et le défenseur le plusimportant de Russell aux Etats-Unis. Nous pouvons dire quel'Université américaine de Harvard et l'Université anglaise de

Cambridge s'allient contre le monisme (2).

Cette union de deux doctrines d'apparences si diverses nenous semble pas inexplicable; la théorie de l'extériorité desrelations se trouve sous une forme très nette chez James.L'empirisme radical est en partie l'affirmation de relations sansfondements internes dans les termes. Il était naturel que le

pluralisme de James à mesure qu'il dégageait ses présuppo-sitions se trouvât assez proche du réalisme de Russell. James

a montré, nous dit Perry, qu'il n'y a pas que des relations inter-nes telles que celles d'implication logique ou d'unité organique,relations que le rationalisme se plaisait à mettre seules enlumière (3). Sans doute la théorie chez James n'est pas unethéorie logique mais une observation (4) : il y a des relations

extérieures à leurs termes. C'est donc admettre aussi la possibi-

lité et même l'existence de relations internes commeles relations

entre les moments de notre esprit ; la théorie n'avait pas la

rigidité qu'a eue celle de Russell. Il n'en est pas moins vrai quepar son insistance sur les relations extérieures, James ouvrait

la voie au néo-réalisme (5).

(1) Journal of philosuphv, 1904 p. 452, 1905 p. 711. Cf. également Shel-don Philosophical Rcvicw, 1912 p. B8 sqq.

(2) Notons cependant que Russell fait des réserves sur le « neutralraonism » des néo-réalistes. Moniat, 1914 p. 161.

(3) Perry Tendo.ncies, p. 244.

(4) Voir Schiller Minci, p. 280 sqq.(5) Perry Tendencks, p. 244.

Page 227: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 227/329

LES NÉO- RÉALISTES 225

En deuxième lieu, James admettait différents domaines deréalités ; les vérités géométriques, par exemple, existent d'unecertaine façon qui n'est pas celle des choses sensibles ; et sonréalisme s'accusera de plus en plus. Au-dessus de l'existencepleine du concret, il trouve l'existence colorée, mais vague, dela généralité dans la pensée (et c'est en quoi consiste son con-ceptualisme) et l'existence précise, mais décolorée, de la géné-ralité dans le royaume des idées (et c'est en quoi consiste sonréalisme;. Perry parle du réalisme logique de James (1).

D'autre part, comme nous l'avons vu, Russell et Moore sont

nécessairement amenésau' pluralisme. Russell fait paraître

dans le Journal of Philosopha un article sur « la base du réa-lisme » ; il dit qu'il se trouve presque complètement d'accordavec les réalistes d'Amérique (2). Pitkin déclare que « l'objecti-

visme pluralistique » de Moore ne diflère pas dans l'ensemble• du néo-réalisme d'Amérique (3).

Perry note les points communs entre le pragmatisme et le

réalisme opposés tous deux à l'étroitesse du naturalisme et à

l'extravagance de l'idéalisme (4). Les deux doctrines de Jameset de Russell s'unissaient avant tout par leur pluralisme.Il faut cependant tenir compte des différences qui existent

entre elles, différences par suite desquelles certains des disciples

de James ont été amenés peu à peu à abandonner une partie deses théories (5). Le pragmatisme est une philosophie de la vie

et de la pensée humaine, il reste « anthropomorphique ». De cepoint de vue, il n'est pas très éloigné de l'idéalisme. Le réalisme

est avant tout une philosophie de la logique et du fait (6). A laméthode psychologique et humaniste du pragmatisme, il opposeune méthode logique. Le pragmatisme est d'abord un anti-intel-

lectualisme ; le réalisme est d'abord un intellectualisme (7). L'unest un pluralisme dynamique, l'autre un pluralisme statique.Enfin Russell a noté que dans les théories de James, les idéesde contexte, de système, de médiation jouent un rôle qui lui

apparaît comme illégitime (8).

Les réalistes américains s'efforceront de concilier, autantque

(1) Philosophical Rcview, 1912 p. 113.

(2) Russell Journal of phiL, 1911 p. 358.

(3) Compte-rendu de Ethics de Moore, Journal of phiL, 1913 p. 223.

(4) Perry Tendencies, p. 39.

(5) Voir les observations de Pitkin Journal of philosophy, 1907 p. 44,

Boodin, 1907 p. 533 ; ils refusent aux théories de James le nom de réa-lisme. Ils y voient une sorte d'idéalisme.

(6) Perry Tendencies, p. 39.

(7) Perry Journal of phiL, 1910 p. 369. Tendencies, p. 216.

(8) Russell Monisl, 1914 p. 172, 180.

Page 228: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 228/329

226 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

possible, ces théories diverses, d'unir en particulier la théoriede l'immanence, telle qu'elle se trouve chez James, et la théoriede la transcendance requise par la conception des relations

commune à James et à Russell. Us affirmeront à la fois l'imma-nence et la transcendance de l'objet.

S'ils croient à l'indépendance des choses par rapport à notrepensée, les réalistes croient aussi à l'immanence des chosesdans notre pensée. Sur ce point encore ils sont les successeursdu pragmatisme qui posait également, en général, plus ou moinsconsciemment, ces deux affirmations. Et ils pensent qu'ils nefont ainsi qu'expliciter les croyances du sens commun : « Le senscommun croit que le monde indépendant peut être rendu direc-

tement présent à la conscience » (1). De là un caractère nouveaude ce réalisme. « Le réalisme contemporain, dit M. Perry, est

plus proche du réalisme monistique des idées dont on trouvedes suggestions chez Hume que du réalisme dualiste de l'esprit

et de la matière tel qu'il est proposé par l'Ecole Ecossaise » (2).

Il parle d'un monisme épistémologique. '« Le principe cardinal

dunéo-réalisme est l'indépendance de l'immanent » ou l'imma-

nence de l'indépendant, principe qui se fonde en dernier Heusur l'idée que les « images », pour reprendre le mot à l'aide du-quel M. Bergson exprime une théorie qui n'est pas sans pouvoirêtre rapprochée de la leur, sont, mais ne sont pas à proprementparler dans l'espace. Le réalisme américain est un « nouveauréalisme » parce qu'il n'est pas dualiste (3). L'influence de Machet d'Avenarius n'a pas été étrangère à sa formation. Il est mo-niste, si l'on veut. Et l'on a parlé de ce « neutral monism » quile caractérise. Mais en même temps il insiste sur l'idée de diffé-

rents domaines de réalités ; et ici, il faudrait noter en mêmetemps que l'influence de James, celle des spéculations mathé-matiques et celle de Meinong.

De même que le pragmatisme, le réalisme a commencé par être

une critique, et même est essentiellement une critique. M. Perrya examiné dans divers articles et dans ses livres les thèsesles

plusimportantes des philosophies contemporaines et s'est

attaché à mettre en lumière les suppositions qu'elles impliquent.Les doctrines les plus diverses apparaissent, d'après lui, commereposant sur un certain nombre de sophismes parmi lesquels,

avant tout, celui de la fausse simplicité qui amène à dénier toutevaleur à l'analyse (4). Le dogme spéculatif, l'idée de la possibi-

(1) New Realism, p. 10.

(2) Tendencies, p. 307.

(3) Tendencies, p. VIL Lovejoy Journal of pliil., tome X p. 561, Philo-sophical Review, 1913 p. Ml.

(4) Tendencies, p. 271, 236.

Page 229: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 229/329

LES NÉO-RÉALISTES 227

lité d'un concept, qui exprimerait les propriétés de chaque choseet serait en même temps universel, ridée d'une extension infi-

nie qui serait en même temps une compréhension infinie, c'est

là encore un sophisme qui se trouve à la base des doctrines les

plus diverses, du naturalisme grossier aussi bien que de l'abso-

lutisme et qui se rattache lui-même au sophisme de pseudo-simplicité. C'est encore un sophisme de pseudo-simplicité queTon commet quand on confond la simplicité non analysée, celle

de la totalité sentie de Bradley ou de la durée pure de M. Berg-son, avec la véritable simplicité qui reste une fois l'analyse faite,

qui est révélée par cette analyse même. Le réalisme s'opposeau Bergsonisme pour les raisons mêmes pour lesquelles il s'op-

pose à la philosophie de Bradley. Il s'oppose à tout monisme et

à tout monadisme. Le monisme n'explique rien; quant au mo-nadisme, il doit pour expliquer l'existence des relations ou biense transformer en monisme, ou bien se transformer en occasion-nalisme ; dans les deux cas il se nie lui-même (1). Pour le réa-

liste, la simplicité ne sera pas une donnée immédiate, mais le

résidude

l'analyse.Son

indéterminisme ne se fondera pas surune critique de l'intelligence, ni sur une conception dynamiste,mais sur une théorie analytique du réel. L'indétermination nesera pas l'apanage de l'homme, les actions humaines ne sont ni

plus ni moins déterminées que les autres événements (2).

Le réalisme s'opposera donc à ce que ces philosophes ap-pellent le romantisme, aux philosophies de la continuité et del'indivisibilité, de la vie, de la volonté, du subjectif et du mys-

tère. « En tant que polémique,il

se donne comme tâche de dis-créditer le romantisme » (3). Il est une sorte de nouvelle Phi-losophie des Lumières.

Le réalisme est une doctrine analytique (4), une théoriescientifique ; il veut rapprocher l'œuvre de la philosophie del'œuvre de la science (5). Il ne s'agit pas pour lui de simplifier

l'expérience en faisant disparaître l'objet de l'expérience, en le

réduisant à un mot unique comme ceux de vie ou de conscience.

II s'agit de la simplifier en en faisant une analyse complète, nonpas en rebroussant chemin et en retournant vers l'unité pri-

mitive, mais en allant dans le sens même où va l'expérience, et

en découvrant ainsi à la fois la connexion des parties et la

structure de l'ensemble (6).

(1) Marvin Text-Book, p. 174 sqq.(2) Perry Tendencies, p. 253-260.

(3) Perry Tendencies, p. 329, 330.

(4) Marvin Philosophical Beview, 1912 p. 199.

(5) Marvin Journal ofphil., 1912 p. 315, 316. Text-Book, p. 8 sqq.

(6) Perry Tendencies, p. 237.

Page 230: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 230/329

228 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

On ne pourra pas dire par conséquent que ce réalisme soit

un rationalisme, car le rationalisme n'est pas nécessairement

une théorie de l'analyse, c'est au contraire en empiriste avanttout que le réaliste va aborder les problèmes de la philosophie.« Une vérité perçue est garantie par elle-même », la vérité estdans les sensations fragmentaires et non dans la cohérenced'un système (1).

Il y a une question qui, pour les réalistes, domine toutes les

autres et qu'il faut résoudre avant toutes les autres : « Lesdifférences ontologiques qui séparent des auteurs comme Fiente

et Berkeley, Bradley et Karl Pearson sont pour un réalisted'une importance tout à fait secondaire à côté de l'erreur épis-

témologique qui les réunit ». Monisme ou pluralisme, éterna-îisme ou temporalisme, matérialisme ou spiritualisme et mêmepragmatisme ou intellectualisme, ce sont pour eux des problèmesqui ne peuvent être résolus qu'après le problème fondamental,celui du subjectivisme et du réalisme (2) ; il s'agit avant toutd'échapper au subjectivisme.

Selon M. Perry et les réalistes, l'argumentation idéaliste re-pose la plupart du temps sur un sophisme; on s'appuie sur cette

situation unique de la connaissance qui fait qu'on ne peut faire

abstraction dans la connaissance du moi qui connaît, qu'on nepeut savoir cequeseraientles choses si nous ne les connaissionspas. Il fait remarquer que de cette observation ne peut résulteraucune indication sur la nature des choses. Sans doute, onpourrait en tirer une indication si elles ne pouvaient être qu'en

un contexte à la fois, si parce qu'elles sont liées à l'esprit ellesdevaient se trouver uniquement dans le contexte des faits psy-chiques, et si en second lieu cette relation avait nécessairementson fondement dans la nature des choses. On voit donc quecet argument repose sur deux présuppositions que les réalistes

nient toutes deux et qui sont, pour employer leur langage,l'erreur de la particularité exclusive et la théorie fausse del'intériorité des relations (3). La méthode de concordance s'ap-

plique : tout objet dont je puis parler est connu par un sujet;—mais la méthode de différence ne peut pas l'être.

La théorie de l'extériorité des relations n'est pas seulementnécessaire logiquement, elle est vérifiée en fait, elle est impli-

quée dans tous les faits de changement et d'évolution. Si cer-taines idées changent sans que l'ensemble de notre savoir soit

(1) Marvin Text-Book, p. 96, 149.

(2) New Realism Introduction, p. 40.

(3) Perry Journal of phîl., tome VU, p. 337-353 et 365-379. Teadencies,p. 271.

Page 231: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 231/329

Page 232: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 232/329

230 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

Ils veulent fonder un pluralisme logique et en même tempsempirique ; car pour eux la logique mène à l'observation de la

réalité donnée comme l'observation de la réalité donnée mèneà la logique. Il y a des existences et il y a des « subsistances »,

tout un royaume, à la fois non sensible et non mental, d'entités

simples.Empiristes, M. Perry et ses amis pensent que l'expérience

seule, la constatation -de la réalité, peut nous apprendre jusqu'à

quel point le monde est un ou multiple. Pour eux, comme pourles pragmatistes, on ne peut résoudre par une argumentation a

priori le problème de l'unité. Et même il y a une présomptionaujourd'hui en faveur de l'hypothèse que le monde comme tota-

lité est moins unifié que certaines de ses parties (1). « Unmonde qui serait un agrégat de choses relativement indépen-dantes et qui serait plein d'une variété sans borne est une hypo-thèse philosophique valable (2). » Ou pour transporter cette

affirmation du domaine de l'expérience au domaine de la logi-

que : « On ne peut, dit M. Perry, déterminer logiquement le

minimum de propositions fondamentales. Un univers où il yaurait autant de postulats que de termes, autant de lois qued'événements ne serait pas irrationnel ou inintelligible.il n'y a

aucune bonne raison pour supposer que chaque entité est reliée

à chaque autre entité (3) ». En un certain sens on peut dire queces intellectualistes sont des irrationalistes : « Pour le réaliste,

il y a plus de choses au ciel et sur la terre que la philosophien'en a rêvé (4). » Les théories de Russell comme celles de James

ne nous font-elles pas voir un monde de libres possibilités ? Ledouble réalisme que nous trouvons chez Russell, le réalismedes universaux et le réalisme du monde sensible libèrent tous

deux notre imagination intellectuelle. Mais cet accroissementde la connaissance de ce qui peut être, est accompagné d'une

conscience de plus en plus nette de la diminution de notre

connaissance de ce qui est. Il faut donc observer les choses

et non pas essayer de les déduire. —C'est ainsi que s'est pré-

sentée d'abord la théorie néo-réaliste; comme l'a montré Russelldu fait qu'une chose est ce qu'elle est nous ne pouvons déduiretoutes les relations qu'elle a et si nous connaissions toutes ses

relations nous ne pourrions pas dire ce qu'elle est. D'où la

nécessité d'investigations empiriques et morcelées.

Et l'on ne peut pas dire qu'il y ait une chose qui soit plus

(1)Holt, Perry dans Journal of phil., VII p. 394-398.

(2) Perry Journal of phil., tome VII, p. 349.

(3) Perry Journal of phil-, tome VII p. 368.

(4) Perry Journal of phil., 1913 p. 449.

Page 233: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 233/329

Page 234: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 234/329

232 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

primitif». M. Marvin en conclut que les lois générales ne peu-vent pas être l'explication complète d'une chose ou d'un événe-

ment particulier. Ainsi « le monde a une infinité de causesultimes et indépendantes » ou encore « le monde pourrait êtreindéfiniment différent de ce qu'il est en ce qui concerne les

propositions particulières, sans qu'aucun changement dans les

propositions générales fût rendu par là nécessaire, et les pro-positions moins générales pourraient être différentes sans queles plus générales soient fausses »(1). Il y a donc contenues danschaque fait certaines propositions qui ne peuvent être déduites,

qui sont, comme le dit M. Marvin, logiquement neuves (2). Lavie, la conscience sont des faits nouveaux qui apparraissenttout à coup, mais ce ne sont là que des exemples particulière-ment remarquables de cette discontinuité que l'on peut partoutdécouvrir (3). Partout, nous nous trouvons en présence d'indi-

vidualités uniques, logiquement ultimes (4) ; il y a des particu-liers ultimes comme il y a des universaux ultimes. Pour ce lo-

gicien, l'individu échappe à la logique. D'ailleurs, même quand

la science explique les choses il reste entre les choses et elleune certaine marge, une discontinuité. Les qualités sont hété-rogènes entre elles, et hétérogènes par rapport aux théories quiles expliquent (5). Et enfin, il est probable que le nombre desfaits discontinus que nous pourrons connaître augmentera enmême temps que celui des faits continus. Il y a donc d'une partles lois causales universelles dont M. Marvin ne nie pas l'exis-

tence, et d'autre part, le monde des individus (6).

M. Marvin conçoit en effet le monde comme composé de ni-veaux, de couches différentes (levels, strata) qui peut-être se cor-

respondent mais peut-être aussi ne se correspondent pas com-plètement (7). C'est ainsi qu'il affirmera la valeur des lois uni-verselles, mais qu'en même temps il nous dira que les entités

particulières ne leur obéissent pas complètement (8). Il essayeainsi d'unir les deux caractères du néo-réalisme qui veut être à

la fois logique et expérimental ; mais l'ordre de la logique et

l'ordre de l'expérience confondus, donnés pour ainsi dire l'undans l'autre d'après d'autres réalistes, sont distingués par lui

nettement comme ils le sont d'ailleurs par Russell.

(1) Marvin Texl-Book, p. 121 sqq., 138, 144.

(2) Ibid., p. 139.

(3) Ibid., p. 138.

(4) Ibid., p. 126.

(5) Ibid., p. 138.

(6) Ibid., p. 125.

(7) Ibid., p. 141, 144.

(8) Ibid., p. 25, 148. Cf. Spauldine. Discussion avec Dewey, Journal ofPh., tome VIII.

Page 235: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 235/329

LES NÉO RÉALISTES 233

Cette différence essentielle, cette individualité est pour lui la

définition même du hasard. Le hasard c'est précisément le fait

que tout événement ou toute chose particulière contient, des pro-positions particulières qui ne peuvent être déduites (1). Cetteidée d'un élément de disjonction, de nouveauté dans les chosesapparaît d'ailleurs aussi bien dans les œuvres d'autres réalisteset par exemple de Perry. Mais il ne faut pas croire que cetteindétermination soit plus essentielle à la vie ou à la pensée qu'àtout autre phénomène de l'univers.

Bien plus, chaque instant, spécifie M. Marvin, est logiquementprimitif, apporte des propositions qui ne peuvent pas être dé-duites des précédentes (2). Il faut insister ici sur un des aspectsles plus curieux de la doctrine de M. Marvin; il tente d'unirl'idée d'évolution créatrice aux idées du néo-réalisme. « Cette doc-trine selon laquelle chaque stade de l'histoire apporte avec lui

des individualités logiques irréductibles peut être appelée la doc-trine de l'évolution ou, d'une façon plus explicite, la doctrine del'évolution créatrice » (3). Il y a une croissance du monde qui setraduit par une certaine discontinuité logique ; il naît sans cessedu nouveau, c'est-à-dire du logiquement discontinu Ci). M. Spaul-ding semble adopter une idée analogue quand il dit que toutchangement suppose l'indépendance des moments du temps (5).

Ainsi, avec M. Marvin, l'intellectualisme réaliste qui voulaitavant tout se fonder sur la science et l'analyse, et fonder la

science et l'analyse, —et lui-même à plusieurs reprises a for-

tement insisté sur cette idée, —accepte la possibilité d'hypo-thèses « romantiques » et anti-intellectualistes ; il y a là une nou-velle tentative pour unir, tout en les laissant à des niveauxdifférents de la réalité, la logique de M. Russell et la théoriequ'il appelle théorie de l'Evolution créatrice. Et enfin, par undernier paradoxe, cette doctrine fondée sur l'inaltérabilité dessimples semble arrivera l'affirmation d'une complexité indéfiniede l'univers (6).

Par conséquent, tandis que certains des néo-réalistes essayaientde dissocier les éléments réalistes et positifs du pragmatismeet les éléments romantiques et irrationalistes de la même doc-trine pour conserver seulement les premiers, M. Marvinessayait de traduire en une sorte de langage réaliste et logiqueces éléments romantiques eux-mêmes. Et d'ailleurs, Russell

(1) Text-Book, p. 124.

(2) Ibid., p. 130.

(3) Ibid., p. 130.

(4) Ibid., p. 134, 138, 148.(5) Spaulding, Journal oï Phil., tome VIII, p. 63.

(6) Marvin Text-Book, p. 148.

Page 236: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 236/329

234 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

n'avait-il pas parlé de ce que la nature a d'étrange et Perry desa riche variété et du nombre des entités qu'elle requiert?

Mais, d'autre part, et encore par une sorte de contradictiond'elle-même, de ses tendances inductives et pluralistes, la théorienéo-réaliste aboutissait avec Holt et son livre sur le Concept deConscience a affirmer la possibilité d'une conception déductiveet monistique de l'univers. Holt voit la nature comme un chaosbouillonnant de contradictions mais en même temps il pensequ'un jour nous apprendrons que l'être dans son ensemble estun système unique, infini, déductif, où la variété entière sedéveloppe déductivement à partir d'un nombre relativementrestreint de propositions fondamentales (1).

Ainsi le néo-réalisme se dissociait et donnait naissance ici à

une sorte de monadisme dynamique et qualitatif et là à unethéorie monistique et purement déductive où viennent curieu-sement se mêler des affirmations idéalistes et des affirmationsmatérialistes. Les différentes tendances qui s'étaient unies pourformer ce réalisme se séparaient les unes des autres. Les ten-

dances logiques de Russell, après s'être unies à l'empirismede William James s'unissaient maintenant à certaines idées de '

la philosophie bergsonienne d'un côté et d'un autre côté à cer-

taines conceptions renouvelées du spinozisme. De nouveaux« mélanges » d'idées se formaient. Et après de longs détours,

cependant que M. Russell semble s'orienter vers une sorte dephénoménisme, en même temps que sur certains points il se

rapproche de la psychologie pragmatiste, le néo-réalisme amé-ricain semble reprendre le chemin du monisme auquel les

pragmatistes voulaient échapper ou de ce romantisme évolu-

tionniste que les réalistes avaient d'abord combattu.

(1) Holl Concept of consciousness.

Page 237: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 237/329

CHAPITRE V

LE RÉALISME « PRAGMATIQUE»

LES DÉBUTS DU (( RÉALISME CRITIQUE ))

Plusieurs des écrivains du Journal of Philosophy , Psychology,and Scientific Methods ont exposé des formes particulières depluralisme qui, la plupart du temps, se fondent sur l'observationdes sciences. Pour se tenir sans cesse proches des réalitésscientifiques, ils n'en sont pas moins très souvent des espritsdifficiles à suivre, des métaphysiciens compliqués.

Chez Boodin, comme chez presque tous les pluralistes quenous avons étudiés, nous trouvons le goût de l'expérience finie

et la vision du fragmentaire (1).

Sa méthode est empirique : «reconnaissons, dit-il, en unissanten une même formule empirisme et pluralisme, reconnaissonsautant de différences dans la nature des choses que les faits endemandent » (2). Et cette fidélité aux faits, cette tempérancecomme il dit lui-même, cette réserve, que nous avons observéeschez James, se retrouvent en lui. « Nous n'avons pas le droit desupposer plus de constance que nous n'en trouvons dans les

choses » (3). Il faut attaquer l'univers par morceaux (4).

Il sait que la vérité n'est pas unique, qu'on peut construire le

monde de façons différentes. Pourquoi la vérité ne serait-elle

pas une mosaïque bigarrée ? (5) Pourquoi, dit-il en une jolie

lettre à Garus publiée parle Monist, pourquoi ne demanderait-onpas : Quel est votre philosophe favori, du même ton que l'on

demande, quel est votre poète préféré ? Quand ils seront bienpersuadés de ces vérités, dit Boodin, les philosophes pourrontêtre des humoristes (6).

(1) Journal of Philos, 1908, p. 273, 274.

(2) Ibid., 1908, p. 393, 402, 403.

(3) Ibid., 1908, p. 402, 403.

(4) Ibid., 1908, p. 169.

(5) Monist, 1908, p. 299-301.

(6) Ibid.

Page 238: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 238/329

236 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

Le processus causal n'a rien de commun avec une classifica-

tion logique. Parce que nous croyons que le semblable peut seul

agir sur le semblable, nous restons insensibles à la complexité,à la variété de nuances de la réalité. Il peut y avoir, prétendBoodin avec Peirce, différents univers d'expériences qui peu-vent agir les uns sur les autres (1) ; il peut y avoir aussi deschoses non pensantes qui agissent sur les desseins d'êtres pen-sants (2). Et nous pourrons ainsi, ou lieu d'insister sur l'identité dela matière, briser l'univers, avoir affaire à lui en chacune de sesparties et non à lui tout entier, reconnaître du chaos là où il y

a du chaos, de l'unité là où il y a de l'unité, voir partout des qua-lités diverses (3); sans doute les choses empiètent les unes surles autres, elles n'en sont pas moins profondément individuelles.

Les formes de l'espace, du temps, nécessaires comme résidencede l'Un hypothétique, cessent d'être ou du moins sont de purs« zéro » pour le pluraliste conséquent. L'unité d'énergie se briseen nos mains aussi bien que l'unité de substance (4).

Nous ne trouvons plus qu'un éparpillement d'activités discon-

tinues (5).

Le pluralisme de Boodin trouve son achèvement dans uncertain idéalisme moral, dans l'idée que nous pouvons créer denouveaux univers de valeur et en introduire de gré ou de iorcedes parcelles dans le monde réel (6). Et en effet le monde est

riche de possibilités, sans cesse mouvant et nouveau, et peutêtre traduit en textes différents

.

Depuis, Boodin s'est efforcé de rapprocher ses théories de

l'observation des résultats des sciences et de fonder une théorieréaliste de la connaissance.

Sellars est comme Boodin un réaliste, comme lui un plura-liste. L'idéaliste, dit-il, insiste avant tout sur le caractère tempo-rel des choses, le réaliste sur leur caractère spatial. Par là le

réaliste est amené à concevoir un pluralisme ; avec l'espace, desdifférences et des complexités apparaissent dans l'univers (7).

Mais le temps ne disparait pas, dit Sellars, pour le pluraliste; il

veut rendre les relations de permanence et de changement plus

fluides que jamais; il arrive à ce qu'il appelle un naturalismeplastique (8). « Je ne peux pas être vous » doit être une des pro-

(1) Journal ot Philos., 1907, p. 282 sqq.

(2) Ibid., 1907, p. 282, 533.

(3) Ibid., 1907, p. 537.

(4) Ibid., 1906, p. 594, 599.

(5) Ibid., 1908, p. 396, 400-404.

(6) Ibid., 1908, p. 228. Mooisl, 1908, p. 299, 300.

(7) Ibid., 1008, p. 238.

(8) Ibid., 1908, p. 545, 602.

Page 239: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 239/329

LE « RÉALISME CRITIQUE » 237

positions fondamentales de la philosophie (1). Et le monisme nenous donne qu'un aspect des choses.

Strong insiste avec force sur l'individualité des esprits. Cha-que personne a « sa vue limitée au panorama circulaire de sapropre conscience » et chaque conscience pour concevoir autrechose qu'elle, doit faire un saut, un saut irrationnel (2). Sonmonde composé d'idées platoniciennes sans lien entre elles, estun monde discontinu ; nier la discontinuité, c'est pour lui nierl'élément platonicien, l'élément idéal des choses (3). Il sembledonc bien que ce soit de façon pluraliste qu'il réponde à la ques-tion posée par lui à la fin de Why the mind has a body : Faut-il

adopter l'hypothèse de l'unité, malgré toutes ses difficultés, oufaut-il admettre une pluralité irréductible ? (4).

C'est peu à peu seulement et par opposition, sur certainspoints du moins, au néo-réalisme que partis d'idées parfoistrès différentes, Strong et Sellars et certains des philosophesque nous venons d'étudier, se sont trouvés comme naturellementgroupés autour d'une doctrine qu'ils appellent le réalisme cri-

tique. Tandis que le néo-réalisme insistait volontiers, aprèsJames, sur l'immanence de l'objet dans la connaissance, les

réalistes critiques insistent sur ce saltus entre l'idée et l'objet

que plusieurs parmi eux, Strong, Santayana, Pratt, avaient misen lumière dès 1909, et que James avait noté dans certains pas-sages. Pour les néo-réalistes, les choses peuvent exister sansque nous les connaissions ; pour les réalistes critiques, elles

existent —sans que nous les connaissions en tant qu'elles exis-

tent. Ces philosophes tracent une ligne de démarcation très

nette, comme l'avait fait avec eux D. Drake, entre l'essence con-naissant et la réalité affirmée, mais inconnaissable. Ils

insistent sur l'existence de l'esprit, des esprits et ils définissentcet esprit en termes d'action. Un nouveau mélange d'idées seproduit.

Plusieurs d'entre eux veulent être à la fois des platoniciens et

des naturalistes, des évolutionnistes. Santayana comme Sellarsjoint à son rationalisme l'idée du développement de la raison,de la croissance lente de l'arbre de la connaissance sur le sol

de la vie ; volontiers aussi, malgré les critiques pénétrantesque plusieurs d'entre eux ont adressées au pragmatisme, ils

font une place à l'action et même on retrouve chez Strong et

chez Sellars, la trace précise des idées de l'école de Chicago sur

(1) Psychol. Review, 1907, p. 324. Journal of Philos., 1908, p. 238.

(2) Why the Mind has a body, p. 216, 273.(3) Journal, 1908, p. 259.

(4) Why the Mind has a body, p. 353. V. Philos. Review, 1904, p. 551.

Page 240: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 240/329

238 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

le rôle « biologique » de la pensée, et de celles de M. Bergsonsur le rôle du corps et du cerveau. —Ils croient en des essencesimmédiatement perçues et nous reconnaissons là en mêmetemps qu'une théorie du néo-réalisme, le platonisme dont seréclamaient Santayana et Strong. —Ils croient en la réalité

d'esprits, et nous comprenons que plusieurs d'entre eux soientdes personnalistes comme Lovejoy ou Rogers.

Une multiplicité d'esprits qui connaissent, une multiplicitéd'essences connues, peut-être une multiplicité d'existencesinconnues, telles semblent être quelques-unes des idées de ceréalisme critique, autant que pour l'instant on peut l'envisager.

Tandis que les néo-réalistes insistaient sur l'immanence del'objet dans la connaissance, tandis qu'ils tendaient à nierl'élément subjectif de la connaissance, les réalistes critiques

maintiennent l'existence du sujet et de l'objet ou plutôt dessujets et des objets, des sujets affirmant eux-mêmes, par delàles essences, les objets qu'ils ne connaissent pas. C'est unethéorie de la transcendance de l'objet, une théorie de la disconti-

nuité. C'est la revendication de l'indépendance des objets et dela réalité des sujets. Ces philosophes partent d'une triple cri-

tique du néo-réalisme, du point de vue de l'histoire de la cor-naissance, de la réalité du sujet, et de la transcendance del'objet, pour affirmer, semble-t-il, l'existence de choses en soi

et de noumènes actifs (1).

Peut-être trouveront-ils dans certaines idées de M. Russell,dans l'agnosticisme réaliste qu'il semble avoir exposé lorsqu'il

s'agit du monde des sens connu seulement « par description »,

dans sa théorie qui fait de nos affirmations des sortes d'instincts,

peut-être trouveront-ils aussi dans les idées de M. Whitehead,qui par delà le monde des événements conçu par Minkowski,place un monde d'objets, des suggestions qui pourront préciserleurs théories.

Nous n'avons pas à étudier ce « réalisme critique ». Il fallait

cependant noter son existence puisqu'il développe d'une façonnouvelle certaines idées que nous avions aperçues dans les

œuvres de James et de Russell, et qui n'étaient pas apparuesdans le néo-réalisme. Nous saisissons ici encore une métamor-phose des doctrines ou plus exactement la formation d'une théoriequi, comme l'idéalisme personnel, comme le néo-réalisme,semble devoir s'achever en une métaphysique pluraliste.

(1) A consulter surtout pour les idées récentes de ces philosophes le

livre de Strong : The origin of consciousness, London, 1919, les articlesde Sellars [Mind, 1919, p. 407), A. K. Rogers {Philosophical Review, 1919,p. 228), Durant Drake {Philosophical Review, 1920, p. 172).

Page 241: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 241/329

CONCLUSION

Il convenait peut-être d'étudier les pluralistes de cette façonparsemée, par pièces et par morceaux, selon une expressionchère à James.

Le pluralisme n'est pas un système créé par un philosophe et

développé par d'autres. C'est une philosophie « démocratique »,

sociale, tentée par un grand nombre de penseurs qui coopèrent.En réalité, il n'y a pas un pluralisme; il y adespluralismes(l).

Ces pluralismes varient d'après les tempéraments, les besoinsdes âmes individuelles, d'après les changements mêmes dechacune de ces âmes. C'est parfois la morale, le désir del'action libre, souvent la religion, parfois un sentiment esthé-tique

ou encorel'observation des résultats des sciences

(2),parfois la logique qui mènent aux idées pluralistes.

Le pluralisme est le plus souvent une métaphysique du prag-matisme ; mais les pragmatistes ne peuvent se réserver le

monopole de cette métaphysique. Il est associé le plus souventà un mouvement réaliste très fort aux Etats-Unis ; mais les

réalistes ne peuvent eux non plus revendiquer pour eux seulsle pluralisme.

Sinous voulons dès lors

définir lepluralisme,

il

faudra peut-être en donner une définition non pas théorique et abstraite,mais toute proche de l'âme individuelle, selon le vœu même deJames.

(1) A. D. Lovejoy qui écrivit un article intitulé : « The thirteen prag-matisms », pourrait sans doute découvrir au moins autant de pluralismes,« A revival of pluralism in more than one sensé of the term » écrit-il,

Journal of Philos., 1909, p. 75. Voir aussi Tawney Journal of Philos., 1904,

23 juin.(2) On pourrait signaler ici le pluralisme français d'un écrivain comme

J.-H. Rosny Aîné (Bœx-Borel).

Page 242: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 242/329

240 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

I. —Le pluraliste s'oppose aux monistes, et tout spécialementaux monistes anglais qui, après 1870, s'inspirèrent de la philo-sophie de Hegel. Il est une protestation contre l'hégélianismeen même temps que contre le spencérisme : il veut maintenirles droits des esprits personnels et la personnalité de Dieu.Bien souvent, il est lié à des aspirations et à des croyancesreligieuses. Si l'on ne voit pas comment le néo-hégélianisme asemblé, après avoir pris la forme du théisme, prendre celle dupanthéisme, puis de l'athéisme, si Ton n'étudie ce monismeparticulier qui fut d'ailleurs exagéré peut-être et mal comprispar ses adversaires, on ne peut s'expliquer tout à fait la puis-sance et l'étendue du mouvement pluraliste.

Quand d'autre part, nous observons les influences qui se sontexercées sur le pluralisme, nous voyons que la plupart desphilosophes dont il s'inspire font partie d'un grand mouvementde réaction contre la doctrine de Hegel.

C'est en s'aidant de ces philosophies étrangères que l'esprit

anglais et l'esprit américain, avec leur sens du concret et dupratique, prirent, leur revanche sur ce qui pouvait semblerl'esprit de la philosophie allemande.

Le moniste, disent ses adversaires, veut trouver le repos deson âme dans une unité abstraite et générale, le pluralisteparaît insister avec amour sur les distinctions et les différences.

II. —Le pluraliste s'oppose également à celui qu'il appelle^lemonadiste ; le monde n'est pas pour lui un ensemble statiqued'individualités. Le temporalisme affirme la réalité profonde dela durée, et l'idée que le monde s'achève sans cesse et restetoujours inachevé. Le monde pour le pluraliste est une grandechose incomplète, qui va sans cesse se complétant, sans êtrejamais complétée.

Contre le monadiste encore, comme contre le moniste, le

pluraliste affirme qu'il y a dans ce monde du « mal radical »,

et que c'est une chose atroce et inexplicable, et qu'il ne faut,

pas essayer de le comprendre mais essayer de le détruire.

Les individus seuls peuvent le faire ; seuls ils peuvent petit

à petit, par pièces et par morceaux, sauver le monde.

III. C'est au moment où l'idée de pluralité s'insère ainsi dansl'idée de temps, au moment où le temporalisme s'unit au mona-disrne et le transforme, qu'apparaît toute possibilité réelle,

toute liberté, tout pluralisme.

Le pluralisme, d'une façon générale, naît d'une disposition àvoir le monde dans son flux et sa diversité, les choses dansleur lutte désordonnée et dans leur libre harmonie. A ce tem-

Page 243: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 243/329

CONCLUSION 241

pérament pluraliste répond une philosophie. Nous dirons,toujours d'une façon générale, que le pluralisme est une philo-sophie qui insiste de préférence sur la diversité des principes,

par opposition au monisme, et sur la mobilité des choses, paropposition au «monadisme. » Il affirme le caractère divers et le

caractère temporel des choses, et affirme aussi que ces deuxcaractères s'impliquent mutuellement, sans d'ailleurs préjugerqu'ils resteront toujours réels, sans porter forcément atteinte àl'unité vers laquelle le monde peut paraître tendre, et qui, ence moment même, est déjà peut-être immanente en sa diversité.

Le pluralisme ainsi défini mène naturellement à deux croyan-ces morales complémentaires : le moralisme et le méliorisme.D'un côté l'homme use de sa liberté, avec sérieux et tremble-ment, pour satisfaire aux exigences de l'idéal, pour lutter avecles forces qui de toutes parts l'entourent.

De l'autre, il sait que le monde sans être bon n'est pas irré-

médiablement mauvais, qu'il peut aller vers le mieux, et cettecroyance le réconforte, autant que l'autre, même en exaltant,faisait trembler.

En logique, le pragmatisme de James s'efforçant à voir la vé-rité de façon concrète et particulière, le « polysystématisme »

qui permet de construire la réalité de multiples façons, le

« polyréalisme », croyance étroitement liée à cette dernière etqui affirme plusieurs « corps de réalité » indépendants, ce sontlà des conséquences du pluralisme.

D'un côté la logique instrumentale de Dewey et de son école,d'un autre côté les œuvres de G.E.Moore et de Russell, l'étude

des relations et des termes logiques, peuvent être rattachées aupluralisme, et en même temps réagissent sur lui.

Les deux mouvements les plus importants de la logique con-temporaine sont donc une réaction contre la théorie absolutisted'une « vérité immobile et abstraite. » Nous retrouvons seule-ment, séparés, désunis, développés pardeux écoles distinctes, quin'ont peut-être pas assez tenu compte de leurs enseignementsrespectifs, les deux idées fondamentales du pluralisme : celle dediversité et celle de temps.

Dans le domaine religieux, le pluralisme a favorisé une renais-sance du théisme, et d'un théisme spécial, peut-être proprementanglo-saxon. Rashdall, Galloway. Upton sont les véritables suc-cesseurs de Martineau. Sturt, de la critique de l'absolutisme, vaà une philosophie de la religion. Schiller s'arrête avec respectdevant le problème religieux, après avoir toutefois réclamé unDieu personnel. Depuis 1881 et peut-être avant, James combatpour le théisme aussi bien que pour le polythéisme.

C'est un complément naturel de la métaphysique pluraliste

16

Page 244: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 244/329

242 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

que le polythéisme ; en l'affirmant, le pluraliste affirme que les

êtres désunis d'abord, semblait-il, par sa doctrine, se réunissentà nouveau dans une grande société, dans une république uni-

verselle- C'est ce que nous avons nomme l'idée du collectivismemétaphysique, l'idée d'un rassemblement des viesdans l'univers

et nous y avons vu le complément naturel de l'individualisme

pluraliste.

Une nouvelle philosophie de l'individualité et de l'effort, unemétaphysique de la «camaraderie», un appel à Faction, une« révélation de la nature dans son caractère natif et propre derichesse et de malléabilité » tel apparaît d'abord le pluralisme.

Sans doute certains de ces caractères sont au premierabord à peine visibles dans quelques-unes des œuvres des néo-réalistes. Même là pourtant ils ne sont pas absents, et la plura-

lité des principes et des essences est conçue comme permettantd'affirmer la réalité de la valeur et de l'idéal, et de la lutte né-

cessaire pour réaliser cet idéal.

Il

Etudier le mouvement pluraliste dans la philosophie anglaiseet américaine à la fin du XIX e et au commencement duXXe siècles, c'est donc voir comment contre ce qui apparaissaitcomme une doctrine purement intellectuelle, comme un mo-nisme abstrait et vide se sont révoltées les forces du sentimentet de la volonté. Ce qui attire dans le pluralisme, c'est cette

vision d'un monde multiple et mouvant fait de volontés enlutte, irréductibles les unes aux autres, la négation de l'unité,

la négation de l'abstrait, la négation d'une éternité sans vie.

Il semble d'abord qu'il y ait dans les œuvres des philosophespragmatistes une conception nouvelle de la philosophie. Lephilosophe ne pense pas seulement avec sa pensée, mais avecson sentiment et avec sa volonté. Et il découvre des horizonsnouveaux. Dans les livres de Schiller il y avait une jeunesse,unehardiesse de pensée qui séduisait. James unissait d'une façonoriginale une théorie de la volonté, un empirisme irréductibleet un mysticisme ; la vision de Hume et la vision de Garlyle,l'influence de philosophes aussi différents que Emerson et

Renouvier, l'empirisme, le puritanisme et le romantisme semêlaient dans sa pensée.

Le pluralisme ne nous apparaît pas comme une solution auxproblèmes de la métaphysique ; il pose des problèmes ; et il

veut que certains problèmes restent posés, qu'ils ne soient pas

Page 245: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 245/329

CONCLUSION 243

résolus, c'est-à-dire finalement annihilés dans l'abso.lu. Leprincipal reproche qu'il adresse au monisme, c'est que le

monisme en les transformant détruit certaines idées. Si le malest un moindre bien, si Terreur est au fond une vérité, si la

liberté est une sorte de détermination, il n'y a plus de mal, il

n'y a plus d'erreur, il n'y a plus de liberté. Le pluralisme estl'affirmation de la négation, de la contradiction, de l'effort.

Le pluraliste croit qu'il y a un oui éternel, mais il croit aussiqu'il y a un non éternel.

Le pluralisme estdonc l'affirmation de l'irréductibilité de cer-taines idées et de certaines choses. L'interprétation des choseset des idées par le moniste leur enlève toujours de leur pureté ;

il n'obtient l'unité qu'aux dépens de l'unicité. Le pluralistevoudrait saisir les choses en elles-mêmes, il voudrait trouver enelles des caractères particuliers qui les sépareraient les unesdes autres, qui les isoleraient. Il y a pour lui du mal radical,

des erreurs absolues, de la liberté pure. Le donné est pour lui

ce qui nous résiste, ce qui est en dehors de nous. Le possibleest ce qui n'est que possible, ce qui n'est à aucun degré donné.Le temps n'a rien de l'éternel. La croyance n'a rien du savoir.La diversité n'a rien de l'unité. La théorie de l'extériorité desrelations par rapport aux termes est une traduction de cette

idée qu'une définition réelle n'est pas une simple mise enrelation. La qualité propre d'une idée, d'un sentiment, d'unfait, ne peut ainsi être conçue que comme la négation de toutce qui n'est pas cette idée, ce sentiment, ce fait. Mais il n'est

pas légitime de réduire l'élément de position à cet élémentd'opposition ; cette opposition que nous pensons n'est penséeque comme traduisant une position. De ce point de vue on peutdire que le pluralisme est un réalisme ; il est ce réalismeprofond qui affirme l'irréductibilité des phénomènes. Une énu-mération complète des relations qu'a une chose avec ses voi-

sines n'épuise nullement l'essence de cette chose, n'atteint

même pas cette essence. Et c'est ainsi que l'on peut expliquerqu'il se trouve à la fois très proche du réalisme platonicien et

du réalisme des Ecossais, en tant que chacun d'eux affirme l'ir-

réductibilité d'un domaine du monde à l'autre.

Un tel réalisme mène nécessairement à l'empirisme, à cet

empirisme profond qui croit que l'être ne doit pas être conçucomme une généralité ou comme une totalité, qu'il n'y a quedes morceaux d'être. Si la multiplicité est ici et l'unité là, s'il ysrd'un côté de la continuité et de l'autre de la discontinuité, il

faut que le

mondesoit réellement fait de pièces et de morceaux.

L'idée de pureté mène à l'idée de multiplicité. Le pluralisme

est une théorie des essences séparées. « Suivant la conception

Page 246: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 246/329

244 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

desmonistes, dit M. Perry, la relation des parties au tout et dutout aux parties est essentielle ; suivant le pluralisme elle est

accidentelle ».

Mais en même temps que l'empirisme du pluraliste se trouvait

ainsi défini comme une philosophie du fragmentaire, du mor-celé, de la mosaïque, il s'opposait cependant aux anciennesformes de l'empirisme en insistant également sur les aspectsde continuité et de totalité de l'expérience (1). L'empirisme d'un

Hume était une doctrine de la décomposition ; l'empirisme deJames insiste sur la continuité concrète. L'ancien empirismeréduisait volontiers les qualités à la quantité ; le nouvel empi-risme met en relief ce que la qualité a d'original et d'irréduc-

tible. L'empirisme s'est donc approfondi; il veut devenir plusempiriste ; il veut se délivrer d'une foule de thèses dont il sentplus ou moins confusément l'origine cartésienne et rationaliste.

Surtout il sera pluraliste. C'est par ce caractère conscient ouinconscient qu'il restera toujours hostile au rationalisme ;

même si le monde est un, rien ne s'opposerait à ce qu'il fût

plusieurs ; l'empiriste ne sent pas en lui un besoin d'unité ;

l'intelligence des choses n'est pas liée pour lui à l'unité deschoses ; l'intelligence est avant tout besoin du concret et duparticulier.

Cet empirisme s'allie aisément à un romantisme volontariste-Et Ton peut dire à juste titre du pragmatisme, du pluralisme,comme de plusieurs autres philosophies contemporaines, qu'ils

sont des sortes de romantismes empiristes. Pour le pluraliste

l'expérience est romantique ; les faits sont durs, étranges,menaçants ; —nous trouvons en nous les témoignages d'unevolonté créatrice, et la volonté que nous sentons réelle est. uneforce réelle —et nous trouvons aussi en nous des états mys-tiques. Ainsi ce romantisme contient ce qu'on pourrait appelerun élément « gothique », un élément volontariste, et un élémentmystique. Et ces trois éléments apparaissent tous trois dansl'expérience ; c'est l'observation, c'est la fidélité à ce que le

pluraliste voit, à ce qu'il sent que nous trouvons à l'origine deces théories romantiques, du volontarisme, du temporalisme,de la conception des consciences plus vastes englobant les

consciences moins vastes.

ili iviri Tendencies, \>. 3è3.

Page 247: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 247/329

CONCLUSION 245

III

Si nous voulons examiner la valeur du pluralisme, nous noustrouvons en présence d'abord de certaines contradictions dontnous pouvons entrevoir peut-être la solution. Mais ensuite nousnous trouverons en face de contradictions nouvelles, et celles-là, croyons-nous, révèlent une incohérence interne de la doc-

trine, forcent l'esprit à la dépasser. Examinons d'abord lespremières.

Le pluralisme semble d'un côté nier, de l'autre affirmer l'exis-

tence de la substance. Il nie l'existence de la substance parcequ'elle est pour lui un mot, une abstraction, et qu'affirmer la

substance c'est déjà commencer ce processus qui fera s'évanouirle monde dans l'idée du tout, parce qu'affirmer la substance,c'est nier la réalité profonde du temps ; parce que l'observation

ne nous présente jamais que des suites de phénomènes; etJames en étudiant dans sa Psychologie l'idée du moi montredans le moi une suite de pulsations de pensées qui périssent et

renaissent, éternellement renouvelées (1).

Et en même temps, il affirme, semble-t-il, l'existence de la

substance, car ce moi sans cesse évanouissant est pourtant unmoi créateur ; de ces phénomènes évanouissants, le moi. le

Fiat, l'univers dépend.

Le pluralisme affirme l'existence des substances, avec Jamesparce qu'il affirme l'activité de la personne et le caractèreconcret des choses, avec Russell parce qu'il affirme l'extério-

rité des relations; à l'extériorité des relations par rapport auxtermes doit répondre l'intériorité des termes par rapport à

eux-mêmes.Reconnaître l'irréductibilité des termes par rapport aux rela-

tions, l'irréductibilité des objets par rapport aux définitions que

nous en donnons, aux représentations que nous en avons, n'est-

ce pas affirmer la substance Et l'affirmation de cette substance,dit le pluraliste, ne sera pas un pas fait dans la voie du monisme ;

bien au contraire, c'est parce qu'il y a des substances ainsi sépa-

rées que le monisme sera impossible.Mais il n'y a pas là, peut-être, au fond, de contradiction. Un

pluraliste comme James et même peut-être un pluraliste comme

(1) Voir sur ce point une lettre de James à M. Merington cité dans IheProblem of Personality by E. N. Merington, London, 1916.

Page 248: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 248/329

246 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

Russell nie la substance intemporelle et unique,' mais il

affirme la substance qui se crée à chaque instant et dans des

points disséminés de l'univers ; et James l'affirme non pas parcequ'il peut la nommer, mais au contraire parce qu'il ne peut pasla nommer ; et le plus souvent moins parce qu'elle est néces-

saire à la pensée que parce qu'elle est présente dans l'action.

Nous trouverions également des contradictions apparentesdans la conception de la continuité et de la discontinuité. Jamesne semble voir dans le moi qu'une succession de phénomènes« s'accueillant » les uns les autres ; la liberté ne lui apparaît pas

dans le développement même de l'acte volontaire, mais dansl'acte instantané, dans le Fiat, par lequel la pensée déclencheune représentation. Conception purement phénoméniste qui

reste autant que possible dans les limites de l'instant. Maiscette conception semble tenue en échec par l'idée de la conti-

nuité et de l'indivisibilité des phénomènes psychologiques.Ainsi, dès le moment où il écrit sa Psychologie, deux tendancesse heurtent dans l'esprit de James, deux façons de comprendre

la vie psychologique, deux façons de comprendre le temps.Bien plus, alors que William James psychologue affirme l'in-

divisibilité du phénomène psychologique, —métaphysicien, il

définit son empirisme en disant qu'il est une explication du tout

par les parties, une philosophie de la mosaïque. Tout à l'heure

des phénomènes instantanés, évanouissants nous apparaissaientcomme s'étendant ensuite sur toute la vie psychologique et surle monde entier; maintenant par un mouvement inverse la tota-

lité affirmée d'abord se morcelle en éléments, la continuité serompt en discontinuités-

Ici encore on pourrait s'efforcer de trouver une réponse danscertaines théories de James, dans l'idée de blocs indivisibles dedurée, dans l'idée de gouttes de temps, idées par lesquelles il

tente de concilier continuité et discontinuité. Ou bien encore il

recourt à l'anti-intellectualisme et le Pluralistic TJniverse est uneffort pour résoudre les problèmes qui se posent à lui mainte-

nant par l'idée de la composition des états de conscience, idéeque jusque là if avait combattue, et que son anti-intellectua-

lisme lui permet d'adopter dorénavant.Mais bientôt nous nous trouvons en face de contradictions

dont nous n'entrevoyons plus la solution. Par exemple commentconcilier l'idée qu'il y a une participation universelle des chosesles unes aux autres, qu'en partant de n'importe quel point del'univers on peut aller jusqu'à n'importe quel autre point (1), et

Pluralistic Univorso, p. 325.

Page 249: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 249/329

CONCLUSION 247

Hidée, d'autre part, qui est formulée par le « Principe de l'ab-sence » : il y a des choses qui n'ont rien à l'aire avec certainesautres choses i L'empirisme radical veut être à la lois une phi-losophie de la distinction et de la « confusion » des choses.

Il semble qu'il y ait de même une opposition entre son affir-

mation des relations extérieures et une certaine conception del'intériorité des relations. L'idée de possible justifiée d'abord parla théorie des relations extérieures finit par être justifiée parl'affirmation de relations intérieures comme celle qui existe en-tre nos pensées et nos actes. James hésite entre une théoriepurement logique et une théorie purement psychologique dupossible.' De toutes façons d'ailleurs, l'idée de possible ne peutau fond être- intégrée qu'assez difficilement à une philosophiede l'empirisme radical. Et de même sa théorie de la connais-sance, en tant qu'elle aboutit d'une part au pragmatisme, et

d'autre part au réalisme, semble enfermer une contradiction;

son pragmatisme va jusqu'à affirmer que les détails du mondene sont pas indépendants de notre pensée, que notre penséeet le monde forment un tout; son réalisme va jusqu'à nier qu'il

faille regarder la pensée comme agissant sur les choses (1).

Parfois il tentera de se représenter les êtres comme étant jux-taposés les uns à côté des autres, parfois il se représentera les

êtres se transformant les uns dans les autres et les contrairesse métamorphosant en leurs contraires. Tantôt la vérité seraorientation utile et précise ; tantôt elle sera une façon de pren-dre les choses telles qu'elles sont senties.

Ou pour présenter encore d'une autre façon les mêmes oppo-sitions, James nous dit d'une part qu'entre les choses extérieu-res et nos pensées de ces choses, il y a seulement une diffé-

rence de contexte, et d'autre part il croit à l'activité spécifiquede l'esprit. D'un côté on trouve chez lui le désir de placer surle même plan tous les phénomènes ; d'un autre côté le désir deconserver le caractère propre des faits psychologiques en mêmetemps que la réalité de l'objet. Tantôt le psychique est simplechangement d'environnement, tantôt il est quelque chose d'irré-

ductible.N'est-ce pas une conséquence de ces hésitations s'il nous dit

dans certains passages, comme nous l'avons noté, que le plura-

lisme et le pragmatisme s'impliquent l'un l'autre, et dans despassages différents qu'ils sont indépendants l'un de l'autre

De même, nous avons vu tous les problèmes qui se poseraient

à propos de l'affirmation de différents « domaines de réalité » —

(1) M. Bradley note les contradictions de la pensée de James sur la

conception des relations dans les Essays on Truth and Reality, p. 151, 241.

Page 250: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 250/329

248 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

ces domaines qui- sont tantôt extérieurs les uns aux autrestantôt intérieurs les uns aux autres.

Sinous considérons d'autres éléments de ses doctrines, parexemple sa conception de la divinité, nous verrions eneore

que tantôt Dieu sera transcendant, tantôt il sera une conscienceplus vaste immanente en un sens à la nôtre ; tantôt James serapprochera du transcendantalisme d'Emerson, tantôt de cequ'il appelle un surnaturalisme grossier. L'idée de la création,,l'idée de l'existence du mal, posent autant de problèmes.

Diverses conceptions du réalisme, celles même qui ont contri-

bué àla formation

Tune dunéo-réalisme,

une autre du réalismecritique et une autre de ce réalisme si particulier et profond deHocking, - une critique parfois toute intellectualiste, et parfoisdes conceptions mystiques, —l'affirmation au début de la va-leur absolue du principe de contradiction, affirmation qui d'ail-

leurs est toujours plus ou moins présente dans le cours mêmede sa pensée et finalement la négation de cette valeur, aumoins sur certains points, ce sont autant de théories qu'il estbien difficile d'unir complètement, si l'on se

place au point devue où James se plaçait.

Nous avons vu également que des tendances non plus purementintellectuelles, mais sentimentales se heurtent dans l'esprit deJames. Le besoin de savoir qu'il y a quelque chose de gagnépour l'éternité, l'idée que le monde va vers l'unité, l'affirmationque l'on sera délivré du mal « à la fin », ne semblent guèrepouvoir être mises d'accord avec ce qu'il nous dit du tempé-rament pluraliste.

Acôté du goût du heurté et

dudifficile

surlequel nous avons surtout insisté, il y a le désir que les chosesaillent facilement (easp-going), il y a le désir visible dans sespremiers et dans ses derniers écrits que nos aspirations, aspi-rations vers l'unité de l'univers, aspirations vers un universoù nous ne nous sentions pas dépaysés, soient satisfaites.

Tantôt nous l'avons vu dire que nous devons nous sentircomme à l'étroit et enserrés dans l'univers ; tantôt que l'universdoit au contraire être « plein d'air », d'espace, de liberté et d'ai-

sance. Le philosophe, nous dit James dans certains passages,doit avant tout savoir arrêter l'expansion naturelle des idées ;

mais dans d'autres il nous dit qu'il faut au contraire les laisserlibrement nous guider vers la réalité. Tantôt le terme de mys-tique est un reproche adressé aux doctrines monistes et tantôtl'expérience mystique apparaît comme la plus profonde. Tantôtla religion ajoute un élément dangereux à l'univers et tantôtelle assure notre sécurité.

Ainsi on serait tente d'appliquer à cette pensée qui ne peutpas se contenter de ses propres affirmations, qui ne peut pas se

Page 251: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 251/329

CONCLUSION 249

teniràelles, le motqueJames après Blood appliquait à l'univers:Ever not quite. Ainsi on arrive à avoir l'impression d'une sortede dialectique dans la pensée de James, d'une sorte de jeu —hégélien —des contradictoires-

James semble aller de Hegel à Hegel, dirait un hégélien ; il

avait été d'abord attiré par ce qu'il devait considérer plus tardcomme le mirage de l'unité ; il revient finalement à cette idéed'unité en la traduisant, comme il dit, en termes empiriques ; il

ne croit plus qu'il faille que l'univers se soumette comme Re-nouvier le lui avait appris aux principes de contradiction et dutiers exclu. Son ultra-empirisme rejoint par moments l'ultra-

rationalisme hégélien. Aidé par les idées de M. Bergson, il

voit à l'œuvre dans l'expérience même, comme Bradley, le pro-cessus de la dialectique.

En même temps il s'efforce d'intégrer à ce nouvel empirismecertaines idées de M. Russell, qui lui semblent aller dans le

même sens que les siennes. Il veut à la fois maintenir l'idée duflux perceptuel et celle du royaume conceptuel.

Plus sa pensée s'efforce de s'approfondir elle-même, plus il

sent sa vision du monde semblable à celle de Hegel, et à celle

de M. Bergson, et sur certains points, si contradictoire que cela

puisse paraître, à celle de Russell, et encore et toujours à celle

de Renouvier. Les philosophies de Renouvier, de Hegel, deM. Bergson, de M. Russell, lui semblent de plus en plus vraies.

D'où cette apparence de syncrétisme, —si par là on veut enten-dre cet effort pour assembler sans les détruire, sans les dénatu-rer, les vérités des diverses doctrines, dans l'empirisme radical.

Ou plutôt encore, sous le pluralisme nous retrouvons le mo-nisme et sous le monisme de nouveau le pluralisme ; le néo-criticisme le mène au bergsonisme qui le ramène de nouveauà certaines théories du néo-criticisme. Ainsi, ce n'est certaine-

ment pas la philosophie simpliste que l'on se figure quelquefois.

L'empirisme de St. Mill recouvre ici une vision hégélienne des

choses ; mais cette vision hégélienne n'est peut-être elle-mêmequ'une apparence d'un empirisme néo-criticiste, si l'on peut em-ployer ces termes. Et ainsi sous chaque affirmation de James,nous trouverions une autre affirmation. Ne serait-ce pas unesorte de dialectique empirique par laquelle chaque affirmation

à la fois s'approfondit et s'évapore ?

Dira-t-on que James a cherché une « voie moyenne ». qu'il a

présenté souvent sa philosophie dès lors comme un effort de con-

ciliation entre les différentes tendances de l'âme humaine, qu'il

a écrit : « L'empirisme radical et le pluralisme sont les cham-pions de la légitimité de la notion du «quelque» .'Chaque. partie

du monde est par certains côtés liée, par d'autres non liée avec

Page 252: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 252/329

250 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

les autres parties. Il en appelle à la modération du senscommun ; les choses sont partiellement jointes et partiellement

disjointes (D.Et en un certain sens on peut dire également qu'il y a chez

lui une sorte d'équilibre, de « balance » des diverses tendances,une coexistence de ces éléments qui allaient se séparer.

Mais ces divers éléments ne peuvent être ainsi unis d'unefaçon durable, ni même peut-être « équilibrés ». D'autant moinsque la plupart du temps James ne semble pas suivre cette voiemoyenne qu'il indique parfois

;qu'il va dans un sens ou dans

l'autre, jusqu'à l'extrême ;

que dans ses derniers ouvrages,comme nous l'avons vu, il semble très près tantôt de la philo-

sophie néo-criticiste, ou encore de la philosophie néo-réaliste,

tantôt de la philosophie bergsonienne.Et pendant que l'on peut noter ces hésitations, ces oscilla-

tions, dans la pensée de James, Schiller désavoue ce qu'il yavait de radical dans son pluralisme. Les pluralistes avaientpromis aux philosophes une terre nouvelle et des horizons nou-

veaux. Mais quand il s'est agi d'indiquer le chemin, les maîtresont hésité.

Et les disciples se sont divisés. Les antinomies que nousavons notées dans la doctrine de James n'expliquent-elles pascette division des disciples ? Les élèves de Dewey continuent sansdoute leur œuvre, retiennent avant tout l'idée de l'origine, de la

place et de l'action de la pensée à l'intérieur de la réalité. Maisquelques philosophes se rallient à la philosophie bergsonienne

et aboutissent à une sorte de monisme empiriste. Tandis qued'autres plus nombreux unissent certaines conceptions de Jamesaux conceptions de Russell, et tentent de constituer un empi-risme intellectualiste, un platonisme empiriste.

Ce mouvement dialectique dont nous parlions est si fort quedu pluralisme, se présentant parfois comme idéalisme person-nel, parfois comme réalisme objectiviste —il serait bien difficile

de parler, si on voulait tenir compte également de ces deux

tendances. Le pluralisme apparaît d'abord comme une affir-mation du moi, une négation des idées générales et de l'intem-porel ; —il apparaît, surtout, avec le néo-réalisme, comme uneaffirmation des idées générales et intemporelles, comme unenégation du moi.

Le pluralisme était d'abord un idéalisme personnel. Dans uneseconde phase, il se présente sous la forme d'un réalismeimpersonnel. Les tendances qui avaient coexisté se séparent.

(1) Pluvaïistic Univcrse, p. 79, 81. Cf. Kallen, Philos. Rev., 1913, p. 155.

Page 253: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 253/329

CONCLUSION 251

Mais les néo-réalistes, comme nous l'avons dit, ne peuventpas non plus assurer la cohérence complète de leur philosophie

;

ils sont à la fois des monistes et des pluralistes ; et le néo-réalisme se dissocie à son tour en éléments incompatibles.

Le réalisme critique s'oppose au néo-réalisme et développeégalement certaines suggestions qui se trouvaient chez James,en mente temps qu'il se rattache sur certains points à l'idéa-lisme personnel.

Pour qui ferait l'histoire des diverses formes du réalismenées de la rencontre de spéculations mathématiques, du fonc-tionnalisme de Dewey et de la théorie de la conscience deJames, elles sembleraient tantôt aller dans le sens d'un idéalismeabsolu, tantôt d'un réalisme platonicien, tantôt d'un réalismeagnostique.

Et nous voyons en même temps se former une sorte deréalisme mystique, et les philosophes monistes exposer ànouveau, avec plus de force que jamais, leurs conceptionsphilosophiques.

IV

On peut dire que le développement de la philosophie anglaiseet américaine contemporaine est lié au développement du pro-blème de l'extériorité des relations. C'est en suivant l'évolutionde ce problème que nous comprendrons le mieux la marche decette philosophie. —Il n'y a pas de relations extérieures ; il n'ya pas de simples juxtapositions de termes ; il y a toujours desrelations entre les ternies et le fondement de ces connexionsréside à l'intérieur des termes. C'est la pensée de Leibniz et deHegel qui se trouve reprise et qui est au centre de la dialectiquede Appearatice and Reality.

Les termes dans la philosophie de Bradley s'évanouissent àl'intérieur de l'unité absolue ; les relations s'annihilent; la néga-tivité est niée. Cette triple négation des termes, des relations

contingentes, des négations, constitue au fond une seulenégation, ces trois idées n'étant que trois aspects d'une mêmeidée : le terme est négation de ce qui n'est pas lui ; Ubs relations

ne peuvent être contingentes que par rapport aux termes; et la

contingence suppose l'idée de la possibilité de la négation ; et

les négations sont des relations.

On comprend comment les idées du pragmatisme dériventd'une pareille doctrine et en même temps s'opposent à elles.

Elles en dérivent car s'il n'y a jamais que des relations internes,

la pensée est liée au réel, le réel la fait naître d'une part et

Page 254: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 254/329

252 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

d'autre part elle le transforme. En fait, on trouve facilementdans les écrits des absolutistes, particulièrement dans ceux deBradley, des affirmations de tendances nettement pragmatistes.Et Dewey est parti du hégélianisme.

Mais en même temps le pragmatisme met en relief contre la

théorie de l'intériorité des relations, contre l'idée qu'il n'y a aufond ni relations ni termes, l'existence des termes, l'existencedes relations contingentes, l'existence de la négation. C'est quele monde des relations et des termes n'est pas seulement unecréation de l'intelligence, comme le dit Bradley, il semble aussiêtre une affirmation de la sensibilité et de la volonté. A forcede nier la possibilité d'une théorie des termes et des relations,l'absolutisme l'a suscitée.

Si l'on veut se représenter dialectiquement le mouvementde la pensée philosophique anglaise et américaine, le pragma-tisme peut être considéré comme le moment des termes (et spé-cialement du sujet), de 1' a aussi », et du « non », et des relationsen tant que séparées des termes.

Mais si, dans notre connaissance il y aune relation extérieureentre le sujet et l'objet, certains pragmatistes étaient asseznaturellement amenés par là même à constituer une théorie destermes et une théorie des relations en tant qu'extérieurs àl'esprit; c'est encore une philosophie des termes, mais au lieu

d'insister comme d'abord il l'avait fait sur le terme qui est le

sujet (1), le philosophe insistera sur le terme qui est l'objet; à

la forme subjectiviste succède une forme objectiviste de la doc-trine. Il y a des objets ; il y a des domaines d'objets.

On pourrait dire qu'il y a dans le pragmatisme au moins trois

conceptions différentes de ce que l'on appelle l'empirismeradical. Empiriste radical, le pragmatiste nous dit que l'expé-

rience est fusion absolue, mélange indissoluble ; il affirme l'in-

tériorité des relations ; sa théorie est toute proche de la théoriede l'expérience de Bradley ou de la théorie de la durée pure deM. Bergson. Empiriste radical, il affirme que nous devonsprendre nos états de conscience tels que nous les percevons,restituer donc leur réalité à nos sentiments de liberté, denégation et il arrive à la conception d'un monde de doutes, determes qui se posent et s'opposent, de négations, de décisionset de rapports contingents, et c'est ce qu'on pourrait appelerle pluralisme subjectif. Empiriste radical encore, il s'efforce de

(1) Sans doute ridée de l'objet est essentielle au pragmatisme, et c'est

ce qui fait comprendre que l'on puisse passer du pragmatisme au réa-lisme. Il reste cependant qu'il considère surtout les choses du côté dusujet, qu'il « met l'accent » sur le sujet.

Page 255: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 255/329

CONCLUSION 253

constituer une philosophie des entités en relations dont latendance sera objectiviste et non plus subjectiviste, qui se rap-prochera de rempirocriticisme de Mach et de Avenarius ou duréalisme de Russell et qui constituera un pluralisme objectif.Ainsi l'empirisme radical est tantôt l'affirmation de l'expériencemouvante, continue et indivisible,'' tantôt l'affirmation de lavolonté, tantôt une conception des domaines de la réalité.

Le pragmatisme ne fut qu'un groupement momentané d'idées.La pensée de James comprenait, assemblait les diverses formesdu pluralisme. Le pluralisme subjectif semble avoir constitué unsimple moment, la protestation des termes contre la tentativequi voulait les annihiler dans l'absolu. Tandis que le monisme,par la négation des relations, posait l'absolu, le pragmatismepluraliste,.au contraire, par l'affirmation des relations et destermes, relations et termes en mouvement, relations et termesconsidérés surtout du point de vue du sujet et d'un point devue dynamique, niait l'absolu. A cette antithèse même succèdentde nouvelles conceptions dont l'une, sous l'influence deM. Bergson, arrivera à nier l'extériorité des relations et dontl'autre voit les relations et les termes du point de vue de l'objet,

les voit comme statiques et aboutit à une conception toutopposée à celle du pragmatisme.

Mais, nous l'avons vu aussi, cette théorie ne semble pasarriver, malgré les apparences, à se constituer d'une façonstable et définitive.

En face d'elle se forme le réalisme critique, «réhabilitation»au moins en partie de l'inconnaissable, alors que le néo-réa-lisme était une « réhabilitation » de la connaissance.

Et d'autre part un brillant métaphysicien, M. Hocking, (1) op-pose à toutes ces conceptions soit subjectivistes et volontaristes,soit intellectualistes et analytiques, une nouvelle conception à la

fois —pourrait-on dire —mystique et intellectualiste, à la fois

objectiviste et volontariste. L'intelligence, la sensibilité sontaffamées d'objectivité, sont essentiellement amour de l'objec-

tivité. Mais non pas de cette objectivité plane telle que la con-çoit un Russell ; ce qu'elles veulent c'est une objectivité con-crète, objectivité d'un objet qui est sujet, objectivité qui est di-

vine. N'est-ce pas dans un domaine un peu différent l'idée quel'on trouve dans les études si riches et si précieuses de M. VonHugel sur la religion : Dieu est l'absolue Over-Againstness ?

En face du réalisme extensif de M. Russell se constitue ainsi

un réalisme intensif et mystique. Après le moment du sujet,

(1) Dans un stade antérieur de sa pensée, il semble pouvoir être classéparmi les pluralistes, Journal of Philos., II, p. 477 sqq.

Page 256: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 256/329

254 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

après le moment de l'objet objectif, nous voici venus à l'idée

d'un objet qui est objet parce qu'il est sujet, à une philosophiequi tente d'enfermer en elle ce qui faisait la valeur du pragma-tisme, mais en éliminant l'élément de création arbitraire, depur subjectivisme, et qui semble rejoindre en certains pointsl'idéalisme d'un Royce comme d'autre part May Sinclair prendla défense de Bradley. Nous assistons alors à un retour vers le

monisme, vers un monisme mystique.

I. —Une histoire de la philosophie anglaise et américainecontemporaine nous montrerait une perpétuelle réunion et

une perpétuelle dissociation d'idées- C'est ainsi que l'on pour-rait voir l'influence de philosophes comme Fechner et Renou-vier dune part, Avênarius et Mach d'autre part se rencontrerun instant, puis de nouveau se séparer violemment. Mélangesou combinaisons de théories : puis brusques séparations etoppositions.

II. —Cette philosophie de l'Amérique et de l'Angleterre d'au-jourd'hui, c'est une sorte d'expérience et d'aventure de la pen-sée, comme d'ailleurs l'est tout mouvement important de la

réflexion. S'efforcer de réfléchir en dehors des solutions com-

munémentreçues, en

mêmetemps

que seprêter

aux influencesles plus diverses, satisfaire aux exigences des sentiments etaux aspirations qui sont en nous, si contradictoires qu'ellespuissent paraître : sentiment d'un pouvoir créateur dansl'homme, sentiment d'une puissance extérieure qui limite sonactivité et s'impose à lui et d'une puissance supérieure en la-

quelle peut-être les diverses âmes viennent se fondre, affirma-tion du fini et affirmation d'une évolution indéfinie, intellectua-lisme et anti-intellectualisme, transcendance et immanence,continuité et discontinuité, phénoménisme et substantialisme,toutes ces tendances viennent lutter et viennent se mêler, pourse disjoindre et se dissocier ensuite sans doute à nouveau. C'estune philosophie- en dehors des traditions et où en même tempstoutes les traditions, toutes les pensées viennent se rencontrer,depuis celles de Protagoras et de Zenon jusqu'à celles de Re-nouvier et de Bergson. On y trouve les combinaisons les plusétranges de doctrines ordinairement opposées.

Et d'autre part, jamais les différentes tendances philosophi-ques ne se présentèrent sous une forme aussi absolue, jamais

Page 257: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 257/329

CONCLUSION 255

par exemple on ne vit insistance plus forte sur la transforma-tion perpétuelle et profonde des choses, ni jamais peut-êtrede philosophie qui conçoive le monde plus nettement commeun monde statique ; il a fallu que M. Lovejoy pour caractériserune des tendances fondamentales de ces doctrines inventâtle mot de temporalisme, tandis que quelques années plus tardM. Kallen devait parler du staticisme (1) de certains néo-réa-listes. D'un côté affirmation absolue, de l'autre négation absoluedu temps.

III. —A l'intérieur même de chacune de ces philosophies nousdécouvririons cet effort constant de la pensée par lequel elle

se complète, par lequel elle se nie. Chacun de ces philoso-phes, contradicteur d'un autre philosophe est aussi le contra-dicteur de lui-même. Partout nous nous retrouvons devant le

même tourbillonnement de la pensée, que nous étudions Brad-ley ou que nous étudions James ou encore les néo-réalistes. Lemonisme apparaît derrière le pluralisme ; ou le pluralisme der-

rière le monisme.Il semble ainsi que l'on puisse construire de façon rationnelle

le développement de la philosophie anglaise et américainecontemporaine précisément parce que cette pensée voulant sesaisir du réel n'arrive chaque fois qu'à mettre en lumière unaspect partiel de ce réel et que, par conséquent, dès qu'elle l'a

mis en lumière elle soit comme contrainte de mettre en lu-

mière un aspect différent.

On peut dire en ce sens que la succession des doctrines estpeut-être plus rationnelle qu'il ne semble au premier abord,qu'un ordre se réalise dans ce désordre, si cependant l'on tient

compte, ici encore, d'une part de ce qu'a de profondément réel

l'élément de personnalité irréductible, la « vision» comme dit

James de chaque philosophe, efle rapport de sa doctrine aveccette « vision » —et si l'on tient compte d'autre part du fait

que l'ordre historique des doctrines importe moins que le

rapport en quelque sorte intemporel qu'elles ont entre elles.

il) Kallen Pbilosophical Review, 1913, p. 164.

Page 258: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 258/329

256 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

VI

Nous replaçant dès lors à l'intérieur du pluralisme, ne pou-vons-nous pas nous demander si les œuvres des pluralistes,

leurs contradictions, leurs antinomies, ne peuvent être

l'origine d'une dialectique qui nous ferait sortir du pluralisme ?

Le pluralisme, parce qu'il est une philosophie de la pureté et

de la séparation des choses, semblait devenir une philosophieéclectique, un éclectisme de la juxtaposition II y a dans notreconscience des sauts et il y avait un instant auparavant un flux

continu qui ensuite reprend. Mais James lui-même ne semble-t-il pas vouloir traduire certains phénomènes discontinus dansle langage du continu ? par exemple si l'on entend le tonnerre,dit-il, ce n'est pas seulement le tonnerre que l'on entend, c'est le

tonnerre-se-détachant-sur le-silence ; et de cette façon il tente

de réintégrer le discontinu dans la continuité de la vie psychique.D'autre part n'a-t-il pas, dans ses derniers ouvrages, fait de la vie

consciente une série de moments, de gouttes discontinues, dequantités qui tombent une à une ? JX'apparaît-il pas alors quetoute continuité recouvre une discontinuité, toute discontinuitéune continuité, comme sous la continuité de l'espace on sup-pose des atomes et qu'on a supposé sous les atomes de l'éther,

et sous l'éther parfois des discontinuités encore?Discontinuité et continuité, c'est, pourrait-on dire avec le prag-

matiste, le fait que nous pouvons passer tantôt sans heurt,

tantôt en éprouvant une certaine secousse, de certaines partiesde l'objet à certaines autres. Ces qualités existent par rapportà nous, par rapport à notre action ; l'objet en lui-même n'est ni

continuité ni discontinuité et c'est pour cela qu'il est pour nousà la fois continuité et discontinuité. Les fluctuations de la phi-

losophie de James pourraient s'expliquer par ce fait : il a puêtre partisan du néo-criticisme et partisan du bergsonismeparce que l'objet échappait sans cesse peut-être à la fois auxthéories des néo-criticistes et aux théories des bergsoniens-Mais nous voyons alors disparaître un des caractères que nousavions notés dans cette philosophie, ce que nous avons appelél'éclectisme de la juxtaposition. Dans l'empirisme radical nousreconnaissions cette philosophie de 1' « auch » dont a parléHegel : il y a de la continuité mais il y a aussi de la disconti-nuité. D'après ce que nous venons de noter cet empirisme doitse transformer et dire plutôt : l'objet est continu, et il est dis-

continu. Il n'y aura plus juxtaposition dans l'espace ; la

juxtaposition dans l'espace devient dialectique dans la pensée.

Page 259: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 259/329

CONCLUSION 257

Le donné, avons-nous dit, est pour James ce qui nous résisto.Mais il ne nous serait pas donné s'il n'était que cela ; il estd'autre part notre représentation, et James peut même direparfois qu'il n'est que notre

représentation. Le donné est d'unepart un obstacle à notre pensée et d'autre part il est notrepensée même (1). Ainsi Ton trouve dans la théorie de Jamesà la fois un réalisme extrême et un extrême idéalisme. L'objetest à la fois immanence et transcendance. Il y a unité abso-lue et différence complète entre notre représentation et lui.

Cela ne veut-il pas dire encore que nous nous efforçons depenser ce qui finalement ne peut être pensé ? La relation du

sujet et de l'objet n'est plus finalement pensable puisqu'elledemanderait sans cesse de nouveaux sujets ; il n'y a pas ici derelation à proprement parler, il y a une présence.

De même, ce ne sont pas certains objets qui sont un et

certains autres objets qui sont multiples, Comme le dit James.Il ne faut pas dire seulement contre cette affirmation qu'il peuty avoir des unités multiples, selon l'expression des monistesanglais, mais qu'il n'y a d'unité que du divers, qu'il n'y a de

diversité que de l'unité. Parce qu'ils n'ont pas vraimentuni l'unitéet la diversité, les pluralistes ont été amenés à superposer àleur pluralisme de fait un monisme de droit- Schiller surtout,mais James aussi, dans certains passages, croient que le mondese dirige vers l'unité, aspire à elle.

Peut-être les pluralistes se sont-ils fait une idée assez faussede l'opposition entre l'absolu et le relatif. En examinant les

critiques qu'ils adressentàBradley, on peut voir que la croyance

à l'absolu et la croyance au relatif s'impliquent pour ainsi direl'une l'autre. Ce qu'ils critiquent avant tout dans la doctrine deBradley ce n'est pas l'absolutisme à proprement parler, c'est,

au contraire le relativisme. —Et c'est le relativisme des plura-listes qui leur permet de croire en des valeurs absolues, en desréalités ultimes- C'est que l'absolu et le relatif ne font pas ques'opposer; ils se posent l'un l'autre. Admettre la relativité

essentielle des êtres, admettre que l'univers n'est pas un tout,

c'est admettre la possibilité de touts,d'« absolus particuliers» (2).

(1) Et il faudrait ajouter, pour tenir compte de la théorie proprementpragmatiste, que notre représentation est en même temps un achemine-ment vers le donné. Le donné est à la fois le but et l'obstacle pour notrereprésentation, et notre représentation elle-même.

(2)'Bosanquet écrit : « Les pluralistes ne se contentent pas d'un Absoluqu'ils auraient à la lin : ils veulent avoir l'Absolu dans le moment présent,

et pour l'adapter aux besoins de tous les jours, ils le brisent en petitsmorceaux ».

Page 260: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 260/329

258 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

Mais si nous disons que ces façons de vivre et ces croyancessont des Absolus, nous n'employons pas le mot dans le sens oùle prennent la plupart du temps et les monistes quand ils

admettent l'Absolu et les pluralistes quand ils le combattent.Ce n'est pas un Absolu qui contient tous les faits ou toutes les

qualités ; ce n'est pas un Absolu qui absorbe quelque chose qui

est donné en dehors de lui. Le « relatif» quand il est senti, tel

est l'Absolu.Il n'y a pas entre l'absolu et le relatif, entre l'infini et le fini,

entre l'éternel et le temporel, cette opposition que conçoiventles pluralistes. Nous avons vu que les affirmations des plura-

listes sont, en général, accompagnées ou suivies dans leuresprit par les affirmations contraires. Mais les contraires nepeuvent ici être les uns à côté des autres, ils se pénètrent forcé-

ment les uns les autres. L'idée d'irréductibilité sur laquelle insis-

tent les pluralistes implique l'idée d'opposition et entre de tels,

termes l'opposition ne peut être qu'une union. Il y a des affir-

mations qui ne peuvent être juxtaposées sans s'unir nécessai-rement. Dès lors, nous sortons de cette sphère quantitative où.

se débattent les problèmes du pluralismeet

du monisme.L'opposition entre le monisme et le pluralisme cesse* d'ap-

paraître aussi importante qu'elle le semblait au premier abord-Philosophie synthétique et philosophie analytique ne sont pasdes conceptions profondément opposées ; une philosophie ana-lytique, c'est une philosophie qui au nom de touts plus petits

proteste contre la totalité absolue.Le pluralisme se dit une philosophie des parties; le monisme

estune philosophie

du tout. Maisnous

nesavons pas

s'il

y aun tout et nous ne savons donc pas s'il y a des parties. Une« philosophie de la mosaïque » estime philosophie de l'unité. Etparfois cette philosophie de Bradley où tous les faits doiventtrouver leur place est une philosophie des parties et une philo-sophie de la mosaïque; la conception de Bradley assez sou-vent n'est qu'une philosophie de F « Auch ». Les deux termesde tout et de parties n'ont de sens que l'un par l'autre. En iden-tifiant philosophie du particulier et philosophie des parties,

James s'est placé sur le plan de la quantité. 11 n'y a que deséléments

;plusieurs choses existent dans le monde. Affirma-

tions qui ont leur valeur, mais les affirmations contraires ontleur valeur aussi : s'il y a des éléments c'est qu'il y a un tout ; il

y a un monde dans lequel les choses existent.Il faudrait donc s'efforcer de penser l'idée du particulier sons

penser à l'idée de parties et en la rapprochant de l'idée de con-cret. James veut, par une méthode intellectuelle, critiquer l'idée

d'unité. « Pourquoi, dit James, y aurait-il plus d'excellence dans

Page 261: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 261/329

CONCLUSION 259

« un » pris abstraitement que dans kî ? » Mais c'est quel'unité n'est pas un nombre, n'est pas une abstraction pour le

néo-hégélien que James combat; elle est la façon même dont se

rassemble en lui le divers ; elle est la sensation ; elle est le sen-timent lui-même. Elle n'est pas l'unité abstraite ; elle est la tota-lité concrète.

Le pluraliste dira : les parties sont plus importantes que Je

tout. Mais c'est donner au problème une solution trop simple,car il y a deux sortes de parties, et si un être est une partie del'univers, il est lui-même un tout par rapport à ses éléments.Pour le pluraliste l'être apparaîtra comme plus important quel'univers mais il n'admettra pas que les parties d'un être soientplus importantes que cet être. C'est que l'univers d'un côté et

les atomes de l'autre sont des abstractions ; l'idée des élémentsn'est pas moins abstraite que l'idée du tout; le réel est la tota-lité concrète.

Le concret est le particulier vu comme totalité. Le particuliertel que se le représentent les pluralistes, et le général sont tousdeux des abstractions, représentent tous deux les phénomènesétalés les uns à côté des autres ou subsumés les uns sous lesautres dans une sorte d'espace intellectuel. Le concret est le

particulier qui se referme sur lui-même, qui devient une vieséparée.

Les antinomies, les oppositions que nous avons observées,continuité et discontinuité, réalisme et nominalisme, extérioritéet intériorité nous amènent donc à apercevoir dans le pluralismeune dialectique qui tend à faire dépasser le pluralisme, tout en

sachant bien que ces antinomies même sont le signe d'une pen-sée qui veut saisir les choses dans leur réalité, et qu'elles nedoivent pas être seulement absorbées, résolues, transmuées,mais en même temps conservées intactes, et qu'elles ne sont passeulement le signe de l'inadéquation de la pensée par rapport àla réalité.

VII

Pendant que les pluralistes développaient leurs concep-tions, les penseurs contre lesquels ils avaient entrepris delutter, poursuivaient leur œuvre. Bradiey, Bosanquet, Roycecontinuaient à célébrer ce que les pluralistes appellent le cultepervers de l'unité (1). Rouvrons leurs écrits- Voyons ce qu'ils

(1) Nous ne parlons pas de Ward, assez proche souvent du pluralismo,ni de Andrew Seth Pringle-Pattison qui, dans son dernier volume : The

Page 262: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 262/329

260 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

nous apportent et voyons ce que nous ne pouvons accepterd'eux. Nous découvrons d'abord que l'unité telle qu'ils la con-çoivent n'est pas au fond cette unité vide et morte à laquelle les

pluralistes leur reprochaient de croire. Gomme le monde despluralistes, elle est riche et mouvante ; elle n'est pas donnée àl'esprit qui la recevrait passivement ; l'esprit doit la vivre et la

créer en lui. En face du pragmatisme qui se dissocie, les abso-lutistes ont de nouveau dressé leurs constructions philosophi-ques. Bosanquet dans ses Gifford lectures, Bradley dans sesEssays on Truth and Beality reprennent, en leur donnant peut-être un caractère plus concret, plus vivant, plus vibrant, leurs

théories exposées autrefois. Ils tentent de montrer que l'effort

individuel ne perd pas sa valeur dans leurs doctrines, que leurmonisme sait laisser sa place à tout ce qu'il y a dans les cho-ses, de concret, de fini, de tragique. En reprenant, après avoirlu les œuvres des pluralistes, les écrits des monistes, de Brad-ley, de Bosanquet, de Royce, nous sommes frappés de la diffé-

rence qui existe entre les portraits simplifiés que l'on trouve deces philosophes chez leurs adversaires et la réalité complexe,difficile à saisir et pourtant si précise chez le premier, si riche

. chez le second, si souple chez le troisième, de leur esprit phi-losophique. Bradley, par une dialectique hardie, va d'une théo-rie de l'expérience immédiate, très proche de celle de James oude M. Bergson, à une théorie de l'expérience absolue ; il a unsens très vif du particulier et en même temps de l'insuffisance

du particulier. Bosanquet a le sens du concret; pour lui le

monde est une œuvre d'art unique pleine de significations infi-

nies. Royce voit le monde comme un ensemble de vies contras-tées, connues par un esprit unique ; il a le sens plus qu'aucunautre de ce qui est individuel et libre-

Royce va de la psychologie et de l'épistémologie à une sortede sociologie universelle. Sa philosophie, jaillie de la rencon-tre, en une personnalité unique, d'influences aussi diverses quecelles des poèmes de Browning et des spéculations mathéma-thiques, des romantiques allemands et de LeConte, est unexemple de cette interprétation incessante du passé qui setransforme en avenir dont lui-même a parlé. Il devait cherchertoujours à approfondir sa pensée, au contact d'esprit différents,

comme Peirce, comme James, qui de son côté savait accueilliret transformer les idées. Leur individualité n'en restait pasmoins toujours sinon opposée, du moins tout à fait distincte.

Le inonde suivant la conception de Royce n'est-il pas fait d'in-

idea of God in the Light of Récent Philosophy, se range aux côtés de Bo-sanquet et cherche à travers le pluralisme, à rejoindre le monisme.

Page 263: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 263/329

CONCLUSION 261

dividus qui à la fois par leurs ressemblances et par leurs con-trastes mutuels s'individualisent de plus en plus .'

Et l'unité reste ici visible toujours.C'est celle d'un esprit»d'un esprit qui veut se révéler à lui-même, pour se révéler

aux autres, qui veut saisir son meaning, sa signification laplus vaste et la plus précise, qui joint la plus belle franchise auplus bel effort vers la profondeur, qui est à la fois tradition etrénovation. Ici encore, Royce apparaît bien comme une de cesmonades, aux fenêtres ouvertes, du monde « roycien ».

Et sa philosophie s'achève en ces deux grandes idées defidélité

loyale et de communauté, fidélité de l'individu enversune cause, mais aussi envers cette «cause», ce meaning quiest lui-même, son moi le plus personnel à la fois et le plus uni-versel. —Ainsi puisque la « cause » est la signification de l'in-

dividu, ces deux formes de « fidélité » se réunissent en mêmetemps que s'identifient, ici comme plus tard dans l'œuvre deHocking, communauté et personnalité.

L'orientation de toutes nos idées vers des objets conçus

comme extérieurs nous fait sentir que nous nous mouvonsnous-mêmes à l'intérieur d'un sujet; pensées libres et unies,paroles prononcées, paroles entendues, sans cesse infinimentapprofondies, nos diversités viennent s'assembler en une plusvaste Pensée, en une plus vivante Parole.

La conception de la continuité indivise de l'expérience dontparle Bradley, la conception de ce centre fini qu'il tente de faire

sentir ne sont-elles pas des idées toutes proches de celles aux-

quelles arrivent par d'autres voies James et M.Bergson ? James ledit bien : Bradley part de cette continuité même de l'expériencedont part M. Bergson. Et cette négation de la relation qu'onlui reproche n'est autre chose que l'affirmation de l'irréducti-

bilité de l'être à la pensée-discursive- Bradley part de l'expé-

rience de l'empirisme radical pour aller vers l'expérience del'absolu, vers une expérience qu'on pourrait appeler religieuse ;

chez lui comme chez James le mysticisme et l'empirisme s'u-

nissent.L'idée même de transmutation est plus proche que ne le pen-

sent les pragmatistes et les pluralistes de l'expérience ordi-

naire. Nos sentiments, nos sensations, nos idées ne sont-ils

pas susceptibles d'approfondissement et de transformation

suivant le degré de tension de notre conscience '. Ne pouvons-nous pas, comme le remarque Bosanquet, donner un sens nou-

veau et plus riche à nos idées et à nos sentiments antérieurs à

mesure que notre expérience s'enrichit elle-même ? Cette idéede la transmutation, c'est l'affirmation du renouvellement et del'approfondissement incessant de la pensée.

Page 264: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 264/329

262 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

L'absolutisme; dit M. Bradley, est une doctrine difficile

(a hard doctrine). Il va par le moyen d'une dialectique en con-

tact constant avec l'expérience, vers une unité qu'il ne connaitpas. Dans son désir de comprendre les choses, il va vers ce quicomprend tout, mais ce qui comprend tout est ce qu'il ne peutpas comprendre. Pour sauver toutes les apparences, il doit les

abandonner toutes. Et dans le domaine pratique, dans le

domaine religieux, Bradley semble dédaigner, plus que Jamesne Ta jamais fait, cette cohérence qu'il cherche dans l'ordre dela théorie ; notre sens de la valeur décide en dernier ressort de

nos idées et les idées qu'il adopte, même si elles se contre-disent entre elles, môme si elles sont contradictoires en elles-

mêmes, ont une vérité. Pour les besoins pratiques, dit-il, il y aquelque chose de plus haut que la cohérence théorique. Unhomme peut croire à la fois qu'il y a une bonté parfaite et querien n'est plus intensément réel que faction en vue du bien.Ma volonté doit compter et d'autre part le bien est déjà réalisé.

Il faut croire à la lutte dans le monde et à la paix de Dieu.

Incertitude et certitude, idéalité et réalité, immanence et trans-cendance doivent être unies. Souvent, contrairement à ce qu'ils

disent, on a l'impression que c'est au nom de la cohérence etdu savoir que les pragmatistes cri tiquentles théories absolutistes.

Faudra-t-il, par suite de ce qu'il y a d'instable et d'incertaindans le pluralisme que nous soyons rejetés vers les doctrinesdu monisme idéaliste ? Il nous faut voir si ces doctrines, par-ticulièrement celle à laquelle Bradley et Bosanquet ont ..donné

la forme la plus précise, peuvent nous satisfaire.

Nous avons dit que le monisme de Bradley est plus concretque le monisme des philosophes allemands ; mais si Bradleyprête attention aux faits, c'est surtout pour les transformer. Il

n'y a rien de donné qui soit sacré, nous dit-il ; la métaphysique

ne peut accepter aucun élément de l'expérience sauf si elle yest absolument forcée. ^

C'est qu'il faut faire en sorte que la réalité réponde aux pos-tulats de l'esprit. Il y a chez Bradley une sorte d'hédonismespéculatif; rien ne doit résister à sa passion intellectuelle. Maisce n'est pas seulement à des postulats de l'esprit que la réalitédoit répondre, c'est aussi à des postulats du cœur. Je ne pour-rais, écrit-il, me reposer en une vérité si j'étais forcé de la

regarder comme haïssable. Il veut que nos besoins profondssoient tous satisfaits et le moteur de sa dialectique, c'est l'axiomeque ce qui doit être et peut être est nécessairement.

Page 265: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 265/329

Page 266: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 266/329

264 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

l'extérieur de cette individualité et sans la nier par là-même.Ce qu'il y a d'intériorité dans chacun de nous disparait fina-

lement dans cette doctrine en même temps que disparait l'idéed'extériorité. « Rien n'est au fond purement et simplementprivé... L'idée d'une profondeur intérieure d'où la réalité est

exclue, n'est-ce pas là la création de fausses conceptions denotre intelligence » ? Il n'y a pas, dit de même Bosanquet, de

sujet irréductible ; la substantialité et l'individualité ne sont

plus que des qualités susceptibles de degrés. Toute affirmation,

toute négation, toute intériorité, toute extériorité sont détruites.

La transmutation dont nous parle M. Bradley nous apparaîtfinalement comme la négation de ce qu'elle transforme.

Malgré ses efforts, le monde dans sa doctrine perd tout ca-

ractère tragique. Bradley est bien loin d'avoir, comme James,le sens des réalités en contact et des résistances, des défaites

possibles, des victoires à remporter. L'absolu donne le repos aumonde.

Gomment l'action serait-elle possible, diront les pluralistes, si

l'on admet une telle philosophie ? Avec le temps, la possibilité,la liberté disparaissent.

La moralité et la religion ne semblent plus que des formes depensée inadéquates, des illusions ; l'absolu est en dehors de la

moralité. Il n'y a plus, diront ses adversaires, de mal ni de bien,

de beau ni de laid ; tout est justifié ; tout est vrai et beau et bondans une certaine mesure ; tout est imparfait sauf le tout et le

tout justifie tout ce qui est imparfait.

Nous réfugierons-nous dans la contemplation de l'Absolu.'

Mais de l'Absolu nous ne pouvons rien dire sinon qu'il est cha-

que chose que nous connaissons, transformée d'un façon mys-térieuse en une chose tout-à-fait différente et unie à toutes les

autres réalités si contradictoires avec elle qu'elles puissent pa-

raître-

Et d'autre part l'élément subjectif, le centre fini, l'extériorité.,

le processus temporel restent incompréhensibles. Bradley a

intitulé son grand ouvrage : Appearance and Beality et son der-nier volume s'appelle : Essays on Truth Reality, mais on ne peut

dire, d'après lui, en quoi consistent les rapports exacts entre

chacune de ces idées si du moins on peut parler de rapports.

Nous ne pouvons rien dire sur les rapports de la vérité et de la

réalité ; nous ne pouvons pas savoir comment il se fait qu'elles

soient à la fois partie l'une de l'autre et opposées l'une à l'autre.

Il nous dit même qu'il n'existe aucune réalité sauf dans l'appa-

rence ; et pourtant l'apparence n'est qu'illusion.« Plus élevé » « plus vrai », ces termes-là, atout prendre « on

the whole » comptent dans l'univers comme ils comptent pour

Page 267: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 267/329

CONCLUSION 265

nous. » A l'affirmation dogmatique, au « f-o be sure » succède le« somehow », le « in one way », le « on the whole ». C'est un dog-

matisme agnostique; les problèmes doivent être, sont résolus;il n'y a pas de problèmes, mais la solution des problèmes resteelle-même un problème. Qu'importe à la raison, semble direBradley, de quelle laçon elle sera satisfaite puisqu'elle sait

qu'elle le sera ?

Nous sommes ainsi amenés à nous demander si l'argumenta-tion dont se sert Bradley, pour faire passer de l'idée de l'expé-rience sentie à l'idée de l'absolu, peut être acceptée.

Sur quoi se fonde par exemple sa critique des qualités, essen-tielle à sa critique du pluralisme Sur deux postulats qui sontque toute séparation implique une action qui consiste à séparer,et que nous ne pouvons penser la qualité sans penser des ca-ractères distincts. Le premier postulat est l'affirmation même dece qu'il s'agit de prouver; le deuxième nous montre sans doutéque la conception intellectuelle des qualités implique la rela-

tion de la qualité avec d'autres qualités, mais ne prouve pas

l'inexistence des qualités. Dira-t-on que même pour les sentir il

faut les mettre en rapport ? Mais un tel rapport, «rapport senti »,

selon l'expression de M. Bergson, ne semble nullement contra-dictoire en soi.

C'est de même parfois sur une argumentation tout abstraiteet intellectuelle qu'il appuie son monisme : les relations néga-tives impliquent une unité inclusive. Sans doute si le bleu n'est

pas le rouge, c'est que nous les comparons, c'est qu'ils sont tous

deux des couleurs, c'est qu'ils sont tous deux perçus. Maiscomme le demanderait avec raison un pragmatiste, que peutnous apprendre réellement ce raisonnement sur la nature dumonde '

Ou encore : toute vérité extérieure à ses termes n'est pasvraie, dit-il, de ses termes ; mais c'est là supposer une certaineconception de la vérité, de la vérité intérieure à la réalité, con-ception à laquelle, d'ailleurs, il ne peut se tenir puisque pourlui, d'autre part, en un certain sens, si la vérité était intérieureaux termes, elle cesserait d'être la vérité pour devenir la

réalité.

Cet intellectualisme aussi, sur lequel il fonde en partie saréfutation du pluralisme, pourrait être critiqué. Les mots « ici »

« maintenant » « moi » ne peuvent, dit-il en reprenant la théoriede Hegel, apporter dans le domaine de la pensée la certitude dusentiment, car par là même qu'on les nomme, ils prennent place

dans une série intellectuelle et il n'y a plus certitude. Mais uneidée est-elle nécessairement un terme dans une série ? Et d'au-

tre part, n'y a-t-il pas des séries senties dans l'expérience immé-

Page 268: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 268/329

266 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

diate ? De plus, M. Bradley ne nous dit-il pas que toute idées'applique à une réalité, que toute idée est désignation ? N'est-il

pas légitime, dès lors, de se servir des idées non pas pours'éloigner de plus en plus de l'expérience immédiate, mais pourse rapprocher d'elle de plus en plus :

; La réponse à cette ques-tion serait en même temps la réponse à la question que posait

James quand il disait : « Bradley ou Bergson ? » (1).

Les conceptions de Bosanquet se présentent sous une forme

plus concrète ; il s'efforce par exemple de montrer que l'attenteet le désespoir ne disparaissent pas dans l'Absolu, que ces sen-

timents donnent une certaine teinte à l'espoir et à la satisfaction,

que dans la peinture achevée doit se reconnaître la qualité del'esquisse. « La dissociation, la réalisation même du particulier,

donnent de la valeur à l'ensemble. Toute chose doit être com-prise dans l'expérience complète, comme les échecs de l'artiste,

comme le fait de l'échec lui-même, sont présents dans le succès »

.

Il y a là une tentative pour faire comprendre certaines idées deBradley en les rattachant à nos expériences les plus hautes.Mais il n'en reste pas moins que les attentes et les désespoirs,transmués, ne sont plus des attentes et des désespoirs.

Si nous observons la façon dont Bosanquet critique le plura-

lisme, nous trouvons les mêmes tendances et les mêmes idées

que chez Bradley. Il en est ainsi dans sa critique de l'idée definalité.

De la même façon que Bradley par sa négation des « idées flot-tantes », Bosanquet est amené à nier une des conceptions fon-

damentales du pluralisme, la conception de la réalité commeeffort incessant. Le néo-hégélien cherchant toujours la con-nexion interne des termes ne peut concevoir le changementque s'il a une raison, et cette raison ne peut se trouver qu'à

l'intérieur d'un tout qui ne change pas. N'est-ce pas critiquer le

pluralisme en se servant d'un de ces arguments tout intel-

lectuels que précisément il condamne ? N'est-ce pas aussi, pré-cisément par là, opposer une conception statique à sa conceptiondynamique, et parce que tout changement dépend de certaines

conditions déterminées, faire dépendre de certaines conditions

le changement en général et le mouvement même du monde et

de la pensée, ne faire du changement qu'une circonstance à

l'intérieur d'un ensemble immobile ? Un dessein, après tout,

nous dit Bosanquet, n'est rien qu'un besoin, un manque ou

tout au plus un objet qui nous manque- Ou encore:

un effort

(1) Journal of Philos., lomc VII, p. 3.

Page 269: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 269/329

CONCLUSION 267

est toujours relatif à quelque type spécial de jouissance. Ainsi,subordonnant la volonté à l'objet de cette volonté, subsumantla volonté à son objet, Bosanquet ne semble voir ici dans l'ac-tivité créatrice elle-même que l'objet présent et absent verslequel elle est tournée. Et par là il est sans cesse ramené àcette idée qu'un dessein ne peut jamais être dans son essencequ'un élément partiel d'un tout logique qui « s'étend dans le

temps ». En fait le tout parait s'étendre dans le temps ; en droitil n'y a que le tout intemporel et rationnel.

C'est le même intellectualisme que l'on retrouverait à l'ori-

gine de cette affirmation que « le grand ennemi de tout idéa-lisme sain, c'est la notion que l'idéal appartient à l'avenir ».

« L'idéal est, nous dit-il, ce que nous pouvons voir à la lumièredu tout et la façon dont il forme pour nous l'avenir n'est qu'unincident, et un incident qui n'est jamais le plus important, denotre interprétation du passé, du présent et de l'avenir dansleur unité ».

Tout doit rentrer à l'intérieur de l'Absolu. Par l'idée de

dessein et de volonté, on tentait d'isoler, de mettre en reliefcertains aspects du tout. Mais « le principe central de l'idéa-

lisme semble être abandonné si les objets de l'appréciationmorale et historique sont mis en relief comme s'ils étaientquelque chose de plus qu'un aspect du tout dans son indivi-

dualité logique ». De là cette vue compacte du monde. De là

cette opposition à toute philosophie qui conçoit des disconti-nuités, des naissances soudaines de desseins nouveaux. Nous

sommes en présence uniquement de la forme active de la tota-lité à l'intérieur d'une certaine masse de contenu. L'individun'est plus « qu'un monde vivant de contenu » et ce contenun'étant pas strictement individuel, l'idée d'individu commedistinct des autres individus disparait finalement ; nous sommesen présence d'une implication universelle des choses dansl'Absolu.

Bien que Bosanquet veuille préserver dans son univers le

sens du tragique qui est d'après lui un des plus hauts sentimentsde l'être fini, la valeur tragiqxie de la vie semble finalement,disparaître de même que chez Bradley : « Si nous sommes sûrsque les choses qui ont pour nous du prix ont une valeur dansl'univers vu dans son ensemble comme elles ont une valeurpour nous et sont par la nature même de l'univers garantiescomme les caractères de la Réalité à travers ses apparences,il me semble qu'alors c'est faire preuve de manque de réflexion,

de refuser de voir que le principal problèmede notre survivanceest en principe résolu ». « Dans cette assurance, dit-il encore,est compris en principe tout ce que nous désirons quand nous

Page 270: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 270/329

268 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

désirons notre survivance ». Ainsi pense-t-il résoudre ens'aidant d'ailleurs de ternies semblables à ceux dont se sert

Bradley (« dans l'ensemble », en principe ») le problème del'immortalité.

Et il ne semble pas étonnant que le sentiment du tragique

s'évanouisse, s'il est lié à l'idée du moi, à l'effort du moi.Sans doute on pourra dire que Bosanquet, par l'idée de néga-

tivité, laisse une place à tous les éléments contradictoires,

négatifs, du monde, au mal, à l'erreur; mais cette négativité

dont il parle, bien plutôt que la négation de l'harmonie est unepossibilité d'union, un appel à l'harmonie : « La discordanceest-elle la seule altérité... ? N'est-il pas plus vrai de dire au fond

que la discordance elle-même repose sur le besoin et la possibi-

lité de l'harmonie i ». La négativité n'est qu'une contradiction

menée à bien et sans heurt.

Le monde, tel qu'il est, est déclaré parfait ; bien qu'il ne soit

pas moralement bon au sens ordinaire de l'expression, cependantil est la perfection même, le critérium de toute bonté et de

toute valeur.Les pragmatistes pourront de même reprocher à Bosanquet

que par une doctrine d'ailleurs profonde il arrive à détruire la

distinction entre le bien et le mal : « La structure logique

ultime, si je puis ainsi parler, de la souffrance et du mal, est la

même que celle de la satisfaction et du bien. Ceci se remarquetrès nettement à coup sûr dans la théorie delà moralité chez.

Green. Il n'est évidemment pas facile, d'après cette théorie, de

faire une distinction autre qu'une distinction de degré entre le

bien moral et le mal moral ».

Le mal finalement est réductible au bien (1) : « Il n'y a pas de

tendance ou de désir même dans la plus vile des vies ou

des actions humaines qui soit incapable d'être incorporé, à la

suite de certaines additions et.de certaines réadaptations, dans

un moi qui soit bon ». « L'attitude mauvaise est un incident du

bien, affirmant les mêmes fins que le bien et les affirmant

comme bonnes ». « Il n'y a rien dans le mal qui ne puisse être

absorbé dans le bien et qui ne puisse contribuer au bien ; et sa

source est la même que celle du bien et de la valeur ».

Et, par conséquent, le bien doit enfermer le mal: « Il y a

place dans le bien pour le caractère de tout le mal redistribué

et resystématisé, de même qu'il y a place dans la vérité pour

les éléments de toute erreur ».

L'Absolu de toute éternité est victorieux comme la beauté

devant ceux qui l'adorent n'a pour vaincre la laideur qu'à rendre

(1) De môme Nettleship, Philosophicul Lectures, I, 95.

Page 271: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 271/329

CONCLUSION 269

évident le triomphe dont elle est assurée par son essence même.L'esprit de perfection et même la perfection réelle est présentedès le début et seul rend possible le progrès.

Et en quoi pourra consister le progrès Sinonuniquementdans le fait que nous saisirons de plus en plus complètement le

tout. C'est là ce que nous réserve « l'avenir, l'avenir de la

race ».

Nous arrivons à une attitude purement esthétique. La con-templation d'une œuvre d'art est peut-être pour M. Bosanquetl'anticipation la plus proche de l'absolu. Car il y a dans la reli-

gion quelque chose qui doit être élargi et adouci. De plus, dansla religion comme dans la moralité, nous

sommes en présenced'un antagonisme du bien et du mal, antagonisme nécessaire àla pratique, mais qui doit être transcendé pour que nous parve-nions à l'Absolu. Même quand la religion s'efforce de la trans-cender, elle reste affectée par cette opposition ; or il faut quedans l'Absolu non seulement les oppositions soient surmontées.mais qu'elles aient disparu.

. Et ne peut-on enfin critiquer la façon même dont Bosanquet

semble dans certains passages concevoir l'Absolu?

Le progrèsparait se présenter alors sous une forme quantitative; le moitire à soi, s'approprie le plus de matières qu'il peut. Et c'est la

surabondance de ces matériaux qui brise l'enveloppe du moi,l'individualité en tant que négative (1).

Nous ne voulons pas nier la beauté et ce qu'il y a de véritéprofonde dans ces conceptions, dans ces idées même que nousvenons de voir, dans cette affirmation d'une totalité absolue,

d'une compréhension infinie, déjà présente, toujours présente, etque sans cesse nous pouvons nous révéler à nous-mêmes. Maisil nous fallait distinguer ce qui en elles ne peut être assimilé,absorbé, par une théorie pluraliste, une théorie de la diversitéet du temps, ou du moins ce qui demanderait à être interprétéet suivant l'expression de ces philosophes, transmué.

VIII

Ne semble-t-il pas, cependant, malgré ces oppositions, qu'il yait certaines idées communes entre la philosophie de Bradleyet de Bosanquet et celle de James ? D'abord leur méfiance à

l'égard de ce qui est abstrait; leur condamnation de l'intellec-

(1) La même conception se trouve dans Nettleship, PhilosopliicalLectures, I, p. 17, 29.

Page 272: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 272/329

Page 273: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 273/329

Page 274: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 274/329

Page 275: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 275/329

APPENDICE I

QUELQUES DÉFINITIONS DU PLURALISME

1838. Nous trouvons à l'article Pluralismus, dans le diction-

naire philosophique de Krug, les indications suivantes:« Le mot pluralisme peut être pris soit dans un sens psy-chologique, soit dans un sens cosmologique, soit dansun sens théologique. Le pluralisme psychologique pré-tend que, en dehors de l'esprit particulier, du moi, il

existe encore des êtres indépendants, êtres spirituels,

ou âmes, et que les âmes diverses ne peuvent être con-sidérées comme de simples parties d'une âme cosmiqueuniverselle. Quant au pluralisme cosmologique, c'estla croyance à la pluralité des mondes habités par desêtres raisonnables telle que l'a exposée Fontenelle, ouencore la croyance à des systèmes variés de corps(système solaire, voie lactée, nébuleuse)». «Quant au plu-

ralisme théologique, ce n'est pas autre chose, dit Krug,que le polythéisme » (1).

1879. Eisler définit le pluralisme : « La conception de l'être entant que composé d'essences variées » (2). Le plura-lisme, dit-il, peut être un atomisme ou une monado-logie. Il a pour synonyme « individualisme ».

1902. Dewey définit le pluralisme dans le dictionnaire deBaldwin «

vIa théorie qui fait de la réalité une pluralité

ou multiplicité d'êtres distincts» (Baldwin II 307).

1903. Marvin dit du pluralisme : « La différence entre la con-ception-pluraliste et la conception moniste, c'est celle

de l'interprétation intellectuelle et de l'interprétation

ethico-religieuse de l'univers » (3).

1905. Hoffding voit dans le pluralisme : « La tendance à in-

sister sur la multiplicité et la différence des phéno-mènes » (4).

(1) Krug, III, p. 278.

(2) Kisler, p. 381.

(3) Introd., p. 226.(4) Journal of Philos.. 1905, 16 Févr. Cf. C. C. J. Webb. Aristot. Society,

1904-5, p. 110.

Page 276: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 276/329

274 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

1906. Fullerton écrit : « Le pluralisme désigne les doctrinesvariées qui maintiennent qu'il y a plus d'un principeultime, plus d'un être ultime dans l'univers »• Il l'opposeau « singularisme » (1).

1907

.

Une des meilleures définitions, sans doute, du pluralisme despragmatistes, a été proposée par Goldstein : « Si en mêmetemps que sur l'unité, j'insiste sur la pluralité et la dis-

tinction des choses donnée dans l'expérience, si je

tiens pour impossible de faire courir une seule loi àtravers tous les domaines divers de l'être, — si je necrois pas à l'unité absolument finie, et au caractèrefermé de la réalité, — si je crois à un monde en partie

encore incomplet, et saisi dans son devenir, un mondeque l'homme, dans certaines limites que seule l'expé-

.rience fixera, peut modeler d'après ses idées et sesidéaux, si je me tiens toujours 'dans une sphère de réa-lité où il y a des « à côté » et des « avec », de façon àvoir le monde, selon le mot de James, un peu comme

unesociété par actions, —alors, —je suis pluraliste» (2).

Cette définition est plus étroite que les autres, en cequ'elle lie la notion de temps à la notion de diversité,

plus large en ce qu'elle ne parle, ni d'êtres, ni de prin-

cipes. La définition que l'on donnera du pluralisme,particulièrement du pluralisme des pragmatistes, serapprochera nécessairement de celle-là (3).

1909. Murray nous dit que le pluralisme est la doctrine qui

reconnaît plus d'un principe ultime en ontologie.Dans le Vocabulaire Philosophique, le pluralisme est défini

par M. Lalande : « Doctrine selon laquelle les êtres qui

composent le monde sont multiples, individuels, indé-

pendants, et ne doivent pas être considérés comme desimples modes ou phénomènes d'une réalité absolue ».

(1)Introd., p. 265. Cf.

W.Brown, Journal of Philos., 1907, p. 459.

(2) Frankfurter Zeitung, 8 Sept. 1907, Literaturblatt.

(3) Il faut noter que quelques écrivains américains ont usé et abusé dumot pluralisme; pour Marvin, dans son Introduction, le pluralisme va del'atomisme à l'hylozoisme. (Introd. p. 223); pour Miss Calkins, le mondese peuple de pluralistes ; Spinoza est étudié dans un chapitre qui s'inti-

tule : Le pluralisme moniste. (Persistent problems. V. aussi p. 411, 412).

On peut faire des remarques analogues sur la classification de Leighton,Field of Philosophy p. 75, 263, 268 : Platon, Leibnitz, Hume seraient despluralistes. Nous avons déjà vu les sens multiples donnés au mot aujour-d'hui. (P. 100, note). —Pour l'usage du mot pluraliste dans les contro-verses récentes au sujet de la nature de l'Etat. M. P.Follett, Philos. Reriew,1919, p. 588 et N. Wilde, d'après le Journal of Philos., 1920, p. 316. —Voiraussi l'article de Mrs Parhhurst, Philos. Review, 1919, p. 466, pluralismeesthétique.

Page 277: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 277/329

Page 278: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 278/329

276 LE PLURALISME ANGLO-SAXON

LE MOT: « MELIORISM »

Le mot « meliorism » a été employé par George Eliot (Life t. IVp. 183-187). Murray définit le méliorisme : la doctrine intermé-diaire entre le pessimisme et l'optimisme, qui affirme que le

monde peut être rendu meilleur par l'effort humain bien di-

rigé (1).

LE MOT : « MORALISAI »

Murray ne donne pas du mot : «rnoralism» une définition quis'applique à la vue moralistique du monde chez James. Il cite

pourtant un pasage de J. Grote, où le mot semble déjà être

employé dans un sens que lui donnent les pluralistes contemporains, « By the moralistic view of liie, dit Grote, in a senséslightly depreciating, I mean such view of it as is taken by Ju-venal in the tenth satire ».

Notons que le père de William James avait fait paraître unebrochure intitulée : Moralism and christianity

.

(1) Le mot meliorisl existait dès 1858. (J. Brown). Cf. aussi Me GavinSloan. Meliorism, Free Reviow, 1895, p. 171-183. Cf. encore Fred. Harrison.Mempries and Thoughts Macmillan, 1906, Meliorist atlast.

Page 279: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 279/329

BIBLIOGRAPHIE

LIVRE I

LE MONISMEEN ANGLETERREET EN AMÉRIQUE

L'INFLUENCE DES ÉCRIVAINS :

COLERIDGE. —Works. Prose and Verse. —Pliiladelphia, 1846.

De QUINCEY. —Philosophical Works. —2 volumes. Boston. 1875.

CARLYLE. —Sartor Resartus. —London, 1888.

Latter-day pamphlets. —London, 1858.

BROWNING. —Poetical Works. —2 volumes. London, 1896.

A consulter :

WATSON. —Philosophical Review, 1909, p. 244. JAMES SETH. —English Pkilosophers and Schools of Philosophy. —

London, 1911.

L'HÉGÈLIANISME ANGLAIS : STIRLING.

STIRLING. —The Secret of Hegel. —London, 1865.

What is thought ? —Edinburgh, 1900.

A consulter :

AMELIA H. STIRLING. — J. H. Stirling. His'life and work. —Lon-

don. 1912.

TH. HILL GREEN :

GREEN. —Prolegomena of Ethics. —Oxford. 1883.

Introduction to Hume' s Treatise. —Oxford, 1874.

Page 280: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 280/329

278 BIBLIOGRAPHIE

A consulter :

PARODI. —Revue de Métaphysique, 1896, p. 798.

FAIRBROTHER. —Philosophy of Green. —New- York, 1896, 2 e édit.,

1900.

COUTAN. —L'attitude religieuse de Hill Green. — Paris,*

1912.

NETTLESHIP :

NETTLESHIP. —Pbilosophical Lectures and Remains. —2 volumes.

London, 1897.

A consulter sur le monisme absolutiste : «

E. BOUTROUX. —Science et Religion. —Paris, 1908.

MACKENZIE. —Revue de Métaphysique, 1908 (p. 583-606).

JAMES. —Will to believe (reproduction de l'article de Mind1882 : On Some Hegelisms). —London, édition

1909.

BALDWIN. —Psychological Review, 1895 (p. 490-494).

EUCKEN. —Monist, 1896 (p. 321-339).

JAMES SETH. —English Philosophera. —London, 1911.

BRADLEY—BOSANQUET:

BRADLEY. —The principles of Logic. —London, 1883.

—Appearance and Reality. — London, 1893 (dern.

édition 1906).

—Mind. — 1894 (p. 232, 239).

—Essays on Truth and Reality. —Oxford, 1914.

BOSANQUET. —Logic or the Morphology of Knowledge. —2 e édition.

Oxford, 1913.

—Essays and addresses. — London, 1889.

—The principle of individuality and value. — Lon-

don, 1911.—The value and destiny of the Individual. — Lon-don, 1912.

A consulter sur Bradley particulièrement :

HÔFFDING. —Philosophes contemporains. —Paris.

A. W. MOORE. —Journal of Philos. — 1905, p. 340.

JAMES. — Ibid. — 1905, p. 38.

DEWEY. — Ibid. —1908, p. 97.

RASHDALL. —The Metaphysîcs of Bradley. —Oxford. 1912.

Page 281: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 281/329

BIBLIOGRAPHIE 279

VERS UNE RÉACTION INDIVIDUALISTE ET PERSONNALISTE :

R1TCHIE. —Philosophical Revieio. —1893, p. 193.—Philosophical Studies. —London, 1905.

MACKENZIE. —Outlines of Metaphysics. —London, 1902.—Lectures on Humanism. —London, 1907.

[A consulter :

DAVID IRONS. —Philosophical Review . —1898. p. 439.

|

ANDREWSETH (PRINGLE-PATTISON). —Hegelianism and Persona-lity. —London, 1893.

—Contemporary Review, n 0s 347, 348. p. 694-7 ir>,

862-882.

—Philosophical Review, 1894 p. 190. 568.—Two lectures on theism. —New-York, 1897.—Man's place in the Cosmos. —New-York, 1897.—The Philosophical Radicals and other essays. —

London.—The idea of God in the light of récent philosophy. —Gifford Lectures, delivered in the years 1912-13.

Oxford, 1917.

Voir BOSANQUET: Mind 1917 p. 474 et la réponse de A. SETH-PRIN-GLE PATTISON : Mind, 1919 p. 1-19.

JAMES SETH. —A study of Ethical Principles. —Edinburgh, 1894.—Freedom as Ethical Postulate. —Edinburgh. 1891.

—Compte-rendu de A Pluralisme Universe. —Philoso-phical Review, 1909.

A. E. TAYLOR. —Eléments of Metaphysics. —London, 1903.—International Journal of Ethics. — Vol. 13,

p. 55-86.

MACTAGGART. —Studies in Hegelian Dialectics. —Cambridge, 1896—Studiesin Hegelian Cosmology. —Cambridge, 1901—Some Dogmas of Religion. —London, 1905.

—International Journal of Ethics. — 1908

(p. 433).

—Mind. —1909 (p. 343).

—Haman Immortality and Préexistence New-York, 1905.

LAUR1E. —Synthetica. —London, 1903.

.4 consulter :

BAILLIE. —Mind. - 1909 (p. 184).

Page 282: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 282/329

280 BIBLIOGRAPHIE

LODGE. —Hibbert Journal. —1903 (p. 231). 1908 (n u d'avril .p. 067.

UPTON. —Dr Martmeâu's Philosophy. A Survey. —London. 1905.

LE MONISMEEN AMÉRIQUE :

UNITARIANISME ET TRANSCENDANTALISME:

—Clianning. Sa vie et ses œuvres, avec une préface

de Rémusat. —Paris, 1857.

CHANNING. —Œuvres sociales (édition La Boulaye). —Paris, 1854.

EMERSON. —Complète Prose Works. —London, sans date. Routledge.

A consulter :

BARGY. —La religion dans la société aux Etats-Unis. —Paris, 1902.

BOUTMY. —Eléments d'une psychologie politique du peuple amé-ricain. —Paris, 1902.

FROTT1NGHAM. —Transcendantalism in New-England. —Boston,

1903.WILLIAM GIRARD. —Du transcendantalisme considéré essentielle-

ment dans sa définition et ses origines françaises.—Berkeley, 1916.

WOODBRIDGERILEY. —American Thought. —London, 1915.

GUERNSEY. —Emerson. —New- York, 1881.

SANBORN. —A. Brownson Alcott. —Boston, 1893.

HENRY JAMES. —A small boy and others. —London, 1913.

—Notes of a Son. —London, 1914.

E. POE. —Works. —Vol. IL Edinburgh, 1874.

JAMES. —Will to believe. —London, édition 1909.

—Religious Expérience. —New-York. 1902.

WHITMAN. —Poems. —London; 1886.

L'HÉGÈLIANISME EN AMÉRIQUE :

BOWNE. —Philosophy of theism. —New-York, 1887.—Metaphysics. —New-York, 1882.

Journal of Spéculative Philosophy . St Louis, 1867 sqq.

A consullrv :

STANLEY HALL.— Mind. —1879 (p. 89).

WENLEY. —Psychological Review. —1901 (p. 295).MACGILVARY. —Hibbert Journal. —1908 (p. 632).

Page 283: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 283/329

BIBLIOGRAPHIE 28 1

ROYCE :

ROYCE. —The Conception of God. —Berkeley, 1895.

—The Spirit of Modem Philosophy. — New- York, 1896.

(l re édit. 1892),

—The Conception ol' Immortality. —Boston, 1900.- The World and the Individual. — New-York, 1900-1902

(2 vol.).

—The Philosophy of Loyalty. —New-York, 1908.

—The Problem of Christianity. —New-York, 1913.

—Reality of the temporal. International Journal

ofEthics.

1910, p. 257.

—Sources of Religious Insight. —New- York, 1912.

A consulter :

PERRY. —Monist, 1902 (p. 446).

JAMES. —Psychological Review, 1905 (p. 16).

ROBET. —Revue philosophique, 1907, p. 113.

MACGILVARY. —Hibbert Journal, 1908 (p. 633).

Philosophical Review, numéro édité on l'honneur de Royce (contient

une bibliographie des œuvres de Royce par B. Rand). Mai 1916.

G. MARCEL.—Revue de Métaphysique, VMS, n 05 3et4, 1919. n os1 et2.

LIVRE II

LA FORMATION DU PLURALISME

CHAPITRE I

LES INFLUENCES ALLEMANDES

A consulter :

SCHILLER. —Mind, 1906 (p. 161-176).

SIEBER.T. —Geschichte der neueren Deutschen Philosophie seit Hegel.—Gottingen, 1898.

FECHNER :

FECHNER. —Zend-Avesta. —Hamburg. 1901.

—Die Tagesansicht gegen die Nachtansicht. —Leipzig, 1879.

Page 284: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 284/329

282 BIBLIOGRAPHIE

SUR FECIINER :

WUNDT. —G.-T. Fechner. —Leipzig, 1901.

RIEMANN—Monist, 1899-1900, p. 205.

JAMES. —Hïbbert Journal (reproduit dans Pluralisme Universe), 1909

(p. 278-294).

LASSWITZ. —Monist, 1895 96 (p. 396-431).

TRENDELENBURG.—Logische Untersuchungen. —Leipzig, 1862.

LOTZE :

SUR L'INFLUENCE DE LOTZE EN ANGLETERREET EN AMÉRIQUE :

GALLOWAY. —Philosophy of Religion. —London, 1904.

MACKENZIE. —Revue de Métaphysique, 1908 (p. 583-606).

JAMES. —Mind, 1903 (p. 94).

—Psychological Review, 1905, p. 6.

—Pragmatism. —London, 1907.

SCHILLER. —Philosophical Review,1895

(p. 435),1897

(p. 62).—Humanism. —London, 1903.

INGE. —Personal Idealism and mysticism. —London, 1907.

LOTZE. —Metaphysik. —Leipzig, 1841.

—Medizinische Psychologie. —Leipzig. 1852.

—Microoosmus. —Leipzig, 1856-64 (3 Bande).—Streitschriften. —Leipzig, 1857.

—Logik. —Leipzig,1874.

. —Metaphysik, (la lre édition est de 1879). — Leipzig, 1884.

—Métaphysique. Traduction Duval. Paris, 1883.

—Revue Philosophique, 1880 (p. 481-492).

—Grundzùge der Religiousphilosophie. —Leipzig, 1894.

—Kleine Schriften. —Leipzig. 1884-91.

A consulter sur Lotze :

WENTSCHER. —Zeitschrift fur Philosophie. Band 117, p. 224-231.

SCHWIEDLER. — Ibid. Band 120. p. 00-92.

NEUENDORFF. —Ibid. Band 121, p. 36-70.

SCHOËN. —La métaphysique de Lotze. —Paris. 1901.

CHIDE. —Le mobilisme. —Paris, 1908.

SIGWART, TÈICHMÛLLER, PAULSEN. WUNDT:

SIGWART. —Logik. Tubingen. 1873-78.—Kleine Schriften. —Freiburg, 1881.

Page 285: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 285/329

BIBLIOGRAPHIE 283

[A consulter

JAMES. —Hibbert Journal, 1908, p. 280.

—Mind, 1903, p. 94. Critique Philos., 1884, p. 275.]TEICHMÙLLER. —Die wirkliche und die scheinbare Welt. —Breslau,

1882 (Neue Grundlegung der Metaphysik).PAULSEN. —Einleitungin die Philosophie. —Berlin, 1893.

WUNDT. —Grundzùge der Psychologie. —Leipzig, 1890.

—System der Philosophie. —Leipzig, 1907.

A consulter :

EISLER. —Wundt's Philosophie und Psychologie. —Leipzig, 1902.

CHAPITRE II

i/lNFLUENCE DES PHILOSOPHES POLONAIS

WARTENBERG.—Das Problem der Wirkens und die monistischeWeltanschauung. —Leipzig, 1900.

LUTOSLAWSKI. —Uber die GrundvoraussetzuDgen und consequenzender individualistischen Weltanschauung (cité

en abrégé Grund.) —Helsingfors, 1898.

—Seelenmacht. —Leipzig, 1899.

—Monist, 1895-96 (p. 351).

—Philosophical Review, 1899 (p. 6G1).

CHAPITRE III

LES INFLUENCES FRANÇAISES

[SUR L'INFLUENCE DE RENOUVIER:

JAMES. —Will to believe (ou Critique Philos. 1884, tome II).

—Philosophical Review. 1893, p. 212. 1892, p. 649.

GARDINER. —Psychological Review, 1903 p. 301.]

FOURIER. —Théorie de FUnité Universelle. —Paris, 1843.

PROUDHON.—Système des contradictions économiques ou Philosophie

de la Misère. - Paris. 1850.

—La Justice dans la Révolution et dans l'Eglise. —Paris,1858.

Page 286: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 286/329

284 BIBLIOGRAPHIE

MÉNARD.—Poèmes. —Paris, 1855.

—La Morale avant les Philosophes. —Paris, 1863.

—Le Polythéisme Hellénique. —Paris, 1863.

. L'édition de « Rêveries d'un Païen Mystique » par H. Massis '1900 Paris)

contient une bibliographie complète.

[SUR MÉNARDET SON INFLUENCE :

Philippe BERTHELOT. —Louis Mènard et son Œuvre. —Paris, 1902.

E. CHAMPION. —Le tombeau de L. Ménard. —Paris, 1902.

TCHERNOFF. —Opinion, 18 juillet 1908.]

LEQUYER. —Recherche d'une première vérité. —St-Cloud, 1865.

RENOUVIER. —Essai de Logique. —Paris, 1875.

—Essai de Psychologie rationnelle. —Paris, 1875.

—Les Principes de la Nature (Le texte du formulaire dutraité de Psychologie est cité d'après les Principes

de la Nature). —Paris, 1884.

—Uchronie. —Paris, 1876.

—Le double sens du mot phénoménal. Critique philo-sophique, 1884, p. 129.

—Esquisse d'une classification systématique des doctrines

philosophiques. —Paris, 1885-86 (2 vol.).

—Introduction à la Philosophie Analytique de l'Histoire.

Paris, 1896.

—Philosophie analytique de l'Histoire (dernier vol.). —Paris, 1897.

—La Nouvelle Monadologie. —Paris, 1899.—Les dilemmes de la Métaphysique pure. —Paris, 1900.

—Histoire et solution des Problèmes Métaphysiques. —Paris, 1901.

—Lettres à Secrétan. Revue de Métaphysique, 1909

(p. 1-47).

A consulter :

JAMES. —Will tobelieve(ou Critique Philos.; 1879 (tome H) et 1-

—Philosophical Review, 1893 (p. 213, 629).

—Mind, 1903 (p. 97).

—Psychological Review, 1905 (p. 15).

SCHILLER. —Mind, 1905 (p. 125).

RITCHIE. —Philosophical Review. 1906 (p. 75).

LOVEJOY. — Ibid. 1912 (p. 17, 43).

Henky JAMES. —Notes of a son and brother. —London, 191 1.

CHIDE- —L'idée de rythme. —Digne, 1905;

Page 287: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 287/329

BIBLIOGRAPHIE '2X7,

CHAPITRE IV

LES INFLUENCES ANGLAISES

LE RETOUR A LA PHILOSOPHIE ANGLAISE :

RITCHIE. —Philosophical Review, 1893 (p. 202).

WINSLOW. —

.

Ibid. 1899 (p. 247-200).

JAMES. —Journal of Philosophy . 1904 (p. 673-687).

LUDWIG STEIN. — Philosophische Stromungen der Gegenwart.Stuttgart, 1908.

LOVEJOY. —Journal of Philosophy, 1907, p. 555.

BERKELEY, HUME:

BERKELEY. —Works. Edition Fraser. —Oxford 1871.

HUME. —Treatise. —Edinburgh, 1826.

A consulter :

RITCHIE. —Philosophical Review, 1906, p. 74.

SCHILLER. —Humism and Humanisai. Aristotelian Society, 1907,

reproduit dans Humanism, édition de 1912.

STUART MILL. —System of Logic —London, 1865.

*- An examination of the philosophy of sir W. Ha-milton. - London, 1865.

—Essais sur la Religion. (Edition Cazelles). —Paris,

18X4.

A consulter :

COURTNEY. —The Metaphysics of St. Mill. - London, 1879.

SANGER. —Mill's Theodizee. Archiv fur Geschihcte der Philos.,

1900, (p. 402-429).

BAIN, SHADWORTHHODGSON:

BAIN. —Fortnightly Revieio, IV, no 5, p. 394.

SH. HODGSON. —The philosophy of reflection. —London, 1878.

—The metaphysic of expérience. —London, 1898.

—Aristotelian Society, 1907-8, (p. 95-114).

Page 288: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 288/329

286 BIBLIOGRAPHIE

LE THEISME ANGLAIS :

CALDECOTT. —The philosophy of Religion in England and in Ame-

rica. —London, 1901.UPTON. —Dr. Martineau's philosophy. -London, 1905.

FRASER. (C) —Philosophy of theism. —London, 1899.

MALLOCK. —The veil of the temple. —London, 1904.

INDIVIDUALISTES RELIGIEUX :

MACGALL. —The éléments of individualism. —London,

1847.DENNISON MAURICE. —Social Morality. —London, 1869.

MYERS

MYERS. —Science and a future life Nineteenth Century, 1891,

p. 628-647.—Essays Modem. —London, 1897.

—Human Personality and its survivaï of bodily deatli .

—London, 1903.

CHRISTIAN SCIENCE :

Cf. James, Philosophical Revieiv, 1907, 1 sqq.

TH. DAVIDSON :

TH. DAVIDSON. —American Democracy as a Religion InternationalJournal of Ethics, 1899, p. 29-41.

PEIRCE :

PEIRCE. —La logique de la science (Revue philo.), déc. et Janv. 1879.

—Monist, 1891, p. 161-176, 1892, p. 1-22, 1892, p. 321-337,

1892, p. 533-559.—Hibbert Journal. 1908, p. 91.

A consulter :

JAMES. —Article sur Spencer : Scribnér's Magazine, 1903, p. 99-106.

—Mind, 1903, p. 97.

—Pluralistes Universe. Appendice. -—London, 1909.

—Journal of Philosophy, n° spécial consacré à Peirce, 1916,p. 701 sqq.

Page 289: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 289/329

BIBLIOGRAPHIE 287

STRONG :

STRONG. —Whytfie mind has a body. —New-York, 1903.

A consulter :

JAMES. —Psychological Revietc, 1905, p. 17.

Le « Ethical Movement ». Voir la revue Ethics publiée par le Ethical Wuvldpuhlishing C, London, et les Ethical Addrcss'.-s, Philadelphia.

CHAPITRE V

l'esprit anglais. —l'esprit américain

ROYCE. —Philosophy of Loyalty. - New-York, 1908.WARNERF1TE. —Individualisai. —New-York, 1911.

STEIN. —Philosophische Stromungen der Gegenwart. —Stuttgart, 1908.

CASTELAIN. —Ben Jonson. —Paris, 1907.

W. RILEY. —Journal of Philos., 1U06, p. '273.

D. STAR JORDAN. —Hibbert Journal. 1908, p. 854.

H. A. OVERSTREET. — Ibid., 1913, p. 394.

TAUSCH. —Monist, 1909, p. 20.

VAN DIKE. —Entretien avec R. Recouly, Temps, 18 nov. 1908.

BOURDEAU. —Pragmatisme et modernisme. —Paris, 1009.

SANTAYANA. —Journal of Philosophy. 1911. 113.

—University of California Chronicle, 1911, p. 357-380.

ALAN SEEGER. —Letters. —London, 1918.

ROBERT BARR. —The victors. —London, 1902.

WINSTON CHURCHILL. —The inside of the Cup. — Macmillan.sans date.

—A far country. —Nelson, sans date.

WOODBRIDGERILEY. —American Philosophy. The early schools.

—New-York, 1907.

—American Thought. —New-York, 1915.

Page 290: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 290/329

288 BIBLIOGRAPHIE

CHAPITRE VI

PRAGMATISME ET ÏM.CRAI.ISMF:

JAMES.

SCHILLER,

COLVIN.BAKEWELL.LOVEJOY.H. M. KALLEN.BOODIN.JACKS.TAWNEY.A. H. LLOYD.DEWEY.A. MOORE.

BRADLEY.MACTAGGART.ROYCE.

BALDWIN.CARUS.HORNE.ARMSTRONG.WALKER.PRATT.STEIN.

W. RILEY.STERN.

Pragmatism. —London, 1908.

Psychological Bulletin, 1904, 15 Jamier.Journal of Philosophy, 1904, p. 426, 533, 570,

1905, p. 113 sqq.Mind, 1905, p. 195, 1908, p. 456.

Philosophical Review, 1907, p. 548, 1908, p. 2-17.

Studies in Humanisai. —London, 1907.

Mind, 1909, p. 169-184.

Monist, 1906, p. 549-554.

Philosophical Reviens, 1907, p. 624.

Journal of Philos., 1908, p. 31-38.

Ibid. . 1908, p. 294-298.Ibid. 1908, p. 397.

Hibbert Journal, 1908, p. 407.

Journal of Philos., 1914, p. 113-123, 1904, p. 331 sqq.

Ibid. 1917, p. 477.

Ibid. 1908. p. 381.

Ibid. 1907, p. 568, 576.

Psychological Bulletin, I, 416.

Philosophical Review, 1907, p. 175.Journal of Philos., 1911, p. 291-295.

Ibid. 1910, p. 622.

Mind, 1908. p. 225-227.

Ibid. 1908, p. 109.

The problcm of truth in the light of récent research.—Heidelberg, 1908.

Philosophical Review, 1904, p. 125.

• Psychological Review, 1904, p. 37.Monist, 1909, p. 84.

Conférence à la Philosophical Association. 1907.

Journal of Philos., 1908, p. 616-619.

Mind, 1908, p. 306, 381.

Journal of Philos., 1908. p. 125.

Philosophische Strômungen der Gegenwart. —Stuttgart. 1908.

American Philosophy.I rchiv /'< ')• Geschichte der Philosophie, XIV.

Page 291: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 291/329

BIBLIOGRAPHIE 289

LE MOUVEMENTREALISTE :

WINSLOW. —Philosophical Iieview. 1899, p. 247-260.

JAMES. —Journal of Philos., 1904, p. 533.

FULLERTON. —System of Metaphysics. —New-York, 1904.

TAYLOR. —Eléments of metaphysics. —London, 1903.

DEWEY. —Journal of Philos., 1905, p. 393 et in Essays in

honor of W. James. —London, 1908, tome II.

D. MILLER, MONTAGUE, STRONG. —In Essays in honor of W. Ja-

mes. —London, 1908. tome TI.

—Harvard Magazine. Sept. 1907. p. 24.

PITKTN. —Journal of Philos., 1905. p. 600.

PERRY. —Approach to philosophy. —London, 1905.

—Monist, 1902, p. 452.

M. W.CALKINS.— Journal of Philos., 1907, p. 677-680.

MACGILVARY. — Ibid. 1907, p. 552, 691.

STRATTON . —Psychological Bulletin, III, 124.

A. W. MOORE. —Journal of Philos., 1907, p. 571, 572.

EWER. — Ibid. 11)07, p. 632.

COHEN. — Ibid. 1908, p. 78.

SELLARS. — Ibid. 1908, p. 238.

WOLF. —Hibbert Journal, Y.)Ç)9,-o.Aôô.Aristotelian Society,

1908-9.

SCHILLER. —Mind, 1909, p. 173.

MONTAGUE. —Journal of Philos., 1909, p. 460-463.

H. M. KALLEN. — Ibid. 1909, p. 655-661.

L'IDÉE DE TEMPS :

WOODBRIDGE. —Journal of Philos.. 1910, p. 410.

LOYEJOY. — Ibid. 1910, p. 683-693, 1908, p. 31.

A. W. MOORE. — Ibid. 1910. p. 622, PsychologicalBulletin. I, 416.

H. M. KALLEN. —Journal of Philos., 1911, p. 623.

BERGSON. —Préface à la traduction du Pragmatisme de James.WOODBRIDGE. —Philosophical Revïew, 1912, pT 137-151.

SUR LE PRAGMATISMEEN GÉNÉRAL :

LALANDE. — Revue Philosophique, 1906, p. 121-146. 1908, p. 1-20.

PRATT. —What is pragmatism. —London, 1909.

O' SULLIVAN. —Old criticisms audnew pragmatism. —London, 1909.

HÉBERT. —Le pragmatisme. —Paris, 1909.

HEATH BAWDEN. —Principles of Pragmatism. —Boston, 1910.

LESL1E WALKER. —Théories of knowledge. —London, 1910.DE LAGUNA. —Dogmatism and Evolution. —New-York, 1910.

DEWEY. —Darwinism and Philosophy.— New-York, 1910.

Page 292: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 292/329

290 BIBLIOGRAPHIE

A. W. MOORE. —Pragmatism and his critics. —Chicago, 1910.

MURRAY. —Pragmatism with a préface by Schiller. —London, 1912.

CALDWELL. —Pragmatism and idealism. —London, 1913.

W. RILEY. —American Thought. —New-York, 1915.

IMPORTANCE DU PROBLEMEDE L'UNITÉ :

SCHILLER. —Riddles of the Sphinx. —London.. 1891.

A. H. LLOYD. —Journal of Philos.. 1904. p. 661.

RITCHIE. —Philosophical Studies. —London. 1905.

—Minci, VII, 449 sqq.

JAMES. —Pragmatism. —London, 1907.

WARD. —The realm of ends or Pluralism and Tlieism. —Cambridge, 1911.

ANDREWSETH (PRINGLE-PATTISON). —The idea of God in the

light of récent philosophy. —Oxford, 1917.

MAYSINCLAIR. —A defence of idealism. —London, 1917.

UNE « REVOLUTION PHILOSOPHIQUE »

SCHILLER.LUTOSLAWSKI.

JAMES.

HOFFDING.

PERRY.HALDAXE.BRADLEY.BAKEWELL.Cf. FREDEY.

—Riddles of the Sphinx. —London. 1891.

—Uber die Grundvoraussetzungen und consequen-zen der Individualistischen Weltanschauung. —Helsingfors, 1898.

—Religious Expérience. —London, 1902.

—Journal of Philos., 1904. p. 083.

—Minci, 1907, p. 364.

—Pragmatism. —London, 1907.

—Philosophes contemporains. —Paris.

—Philosophical Confession. Journal of Philosophy,

1905, p. 85-92.

—Journal of Philosophy, 1907, lep Aoùt.

—Pathway to Reality. —London, 1903.

—Mind, 1904, p. 309.

—Philosophical Review, 1907. p. 625.

—Revue des Idées. 1907, p. 258 sqq.

« SUCCÈS » DU PRAGMATISMEET DU PLURALISME :

BOYCE GIBSON. —Proceedings of the Aristot. Society, 1902-3, p. 182.

TAYLOR. —Eléments of Metapkysics —London, 1903.

GARDINER. —Philosophical Review, 1903. p. 321.

ROGERS. — Ibid. 1003, p. 577.

BRADLEY. —Mind, 1004. p. 316.

Page 293: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 293/329

BIBLIOGRAPHIE 291

COLVIN.BALDWIX.RITCHIE.HÔFFDING.MACKEXZIE.MÏÏNSTERBERG.BAKEWELL.

—Monist, 1904. p. 547.—Philosophical Review, 1904, p. 38.—Philosophical Studies, 1905, p. 207-218.—Journal

of Philosopha, 1905, p. 85-92.—Mind, 1906, p. 104.

—Science and Idealism, —Boston, 1900.—Philosophical Revieic, 1907, p. 624-634, Journal

o/' Philos., 1905, p. 687.

M. W. CALKINS. —The persistent problems of philosophy. —New-York, 1907, 3 e édition, 1912.

—Journal of Philosophy, 20 Juin 1907 {Notes and,

news).STTJDENTS at OXFORD. —The old man of Konigsberg. —Oxford.1907.

CHIDE. —Le mobilisme. —Paris, 1908.BAWDEN. —Psychological Bulletin, I. p. 108.

—Journal of Philosophy , 1908, p. 419.JAMES. —Hibbert Journal, -1908, p. 720.

LOVEJOY. —Philosophical Review, 1909, p. 75.

TAUSCH. —Monist. 1909, p. 42.

LIVRE III

WILLIAM JAMES

Considérations sur la Méthode subjective. (Critique philosophique),1877 (2), p. 407-413.

Le sentiment de rationalité. (Critique philosophique), 1879(2), p. 72-90.

114-118, 129-136.

Action réflexe et théisme. (Critique philosophique), 1881 (2), p. 385-392,

401-410, 1882(1), p. 5-13.

Rationalité, Activité, Foi. (Critique philosophique), 1882(2), p. 127-140,

145-154, 161-166.Le dilemme du déterminisme. (Critique philosophique), 1884 (2),

p 273-280, 305-312, 353-362.

On some hegelisms. (Mind), 1882, p. 186-208.

Ces articles sauf « Considérations sur la Méthode Subjective • et natio-

nalité, Activité, Foi » sont reproduits dans The Will lo B' j i;

Absolute and Empiricism. (Mind). 1884, p. 281-286.

On some omissions of introspective psychology. (Mind), 1884. p. 1-26.Literary Remains of H. James. —New-York,

Page 294: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 294/329

292 BIBLIOGRAPHIE

Principles of Psychology. —New-York, 1890.Psychology, Briefer Course (Text Book). —London, 1892.

The knowing of things together. (Psychological Review), 1895, p. 105-124.Is Life Worth Living ? (International Journal of Ethics), 1895.

(Réimprimé dans Ethical Addresscs. —Philadolphia, 1904 ; nos citationsse réfèrent à cette réimpression). —(Reproduit dans The Will to Believe).

Psychical Research . (Psychological Review). 1896, p. 649-652).Subliminal Consciousness (Psychological Review), 1896. p. 682, 684

(compte-rendu).

The will to believe and otlier Essaye in popular philosophy. —Lon-, don, 1897.

Psychical Research. (Psychological Review).. 1898, p. 420-424 (compte-rendu).

Human Immortality (two supposed objections to the doctrine). —Westminster 1898 (cité d'après l'édition de 1903).

Philosophical conceptions and practical results. —Berkeley, 1898 (cité

d'après le Journal of Philos.. 1904, p. 673-687). Traduit Revuede philosophie. 1906.

Talks to teachers on psychology and to students on some life's ideals.

—New-York. 1899 (cité d'après la réimpression de 1902).

The varieties of religious expérience. —London, 1902.

Syllabus of philosophy. —Harvard, 1902-3.

Herbert Spencer. (Scribner's Magazine), 1903, p. 99-106.

Personal Idealism (compte-rendu) . (Mind), 1903, p. 93-97.

Laura Bridgmann. (Atlantic Monthly), 1904, p. 95-98.

Humanism and Truth. (Mind), 1904, p. 457-475.

Does Consciousness Exist? (Journal of Philos.), 1904, p. 477-491.

A world of pure expérience. (Journal of Philos.), 1904, p. 533-543,

p. 561-570.

La notion de conscience. (Archives de psychologie), 1905, V, 17.

The expérience of activity. (Psychological Review), 1905, p. 1-17.

The thing and its relations. (Journal of Philos.), 1905, p. 29-41.

How two minds can know one thing ? (Journal of Philos.), 1905, p. 176-182.

Is radical empiricism solipsistic? (Journal of Philos.), 1905. p. 235-238.

The place of affectional faots in a world of pure expérience. (Journalof Philos.), 1905, p. 281-287.

Humanism and Truth once more. (Mind), 1905, p. 190-198.

The essence of humanism. (Journal of Philos.), 1905, p. 113-119.

G. Papini and the pragmatist movement in Italy. (Journal of Philos.),

1906, p. 337-341.

The mad absolute. (Journal of Philos.). 1906, p. 656-658.Mr Pitkin's réfutation of radical empiricism. (Journal of Philos.), 1906,

p. 712. 1907. p. 105-106.

Page 295: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 295/329

BIBLIOGRAPHIE 293

The pragmatist's conception of truth. (Journal of Philos.), 1907,p. 141-115.

Truth versus truthfulness. (Journal of Philos.), 1907, p. 179-181.The absolute and the strenuous life. (Journal of Philos.). 1907,

p. 546-548.

The énergies of men. (Philosophical Review), 1907, p. 1-20.

Pragmatism. —London, 1907.

The pragmatist's account of truth and its misunderstandings. (Philoso-phical Review), 1908, p. 1-17.

Hébert's Le pragmatisme et ses diverses formes anglo-américaines.

(Journal of Philos.), 1908, p. 689-695.

Pluralism and Religion (Hibbert Journal), 1908, p. 721-728 (vol. VII).

Hegel and his method. (Hibbert Journal), 1908, p. 63-76 (vol. VHI).The doctrine of the Earth-Soul and of beings intermediates between man

and God. (Hibbert Journal), 1909, p. 278-294.

Ces 3 articles font partie du Pluralistic Universe.

Aletter from Prof. James. (Monist), 1909, p. 156. „

A pluralistic Universe. —London, 1909.

A pluralistic Mystic. (Hibbert Journal), 1910, p. 739-759.

Bradley or Bergson ? (Journal of Philosophy), 1910, p. 29.

A suggestion about mysticism. (Journal of Philosophy), 1910, Tp. 85.

A great philosopher at Harvard. (Nation) (de New-York), 1910, p. 312.The moral équivalent of war. —New-York, 1910.

The meaning of truth. —New-York, 1910.

Essays in Radical Empiricism. —New-York, 1912.

Some Problems of Philosophy. - New-York, 1911.

Lettre à M. Leuba. (Hibbert Journal), vol. X, p. 225-2: :

'»i.

A consulter sur James :

DICKINSON MILLER. —Philos. Review, 1898, p. 166; 1899, p. 169.

A. LEFÈVRE. — Ibid. 1900, p. 109.

MORTONPRINCE. —Psi/chological Review, 1903, p. 650.

BALDWIN. — Ibid. 1904, p. 30-60.

HOWISON. —Limitsof Evolution. —New- York, 1901.

COLVIN. —Monist, 1906, p. 554.

WATERHOUSE. —London Qitarterly, Juillet 1906.

ANON. —Harvard Magazine, 1907, p. 21.

M. W.CALKINS. — Journal of Philos., 1907. p. 677.

PITKIN. — Ibid. 1907, p. 44.

A. W. MOORE. — Ibid. 1907. p. 421-436.

DEWEY. — Ibid. 1908, p. 88-91.

PRATT. — Ibid. 1908, p. 125-127.

BOODIN. — Ibid 1908 p 368.

Page 296: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 296/329

294 BIBLIOGRAPHIE

CÀRUS. —Monist, 1908, p. 349, 359 ; 1909, p. 45.

TH1LLY. —Revue de Métaphysique, 1908, p. 626.

TAUSCH. —Monist, 1909, p. 1-27.'

BOURDEAU. —Pragmatisme et Modernisme. —Paris, 1909.

W. RILEY. —Journal of Philos., 1909, p. 266.

TAYLOR. —Mind, 1909, p. 576-588.

ANON. —Harvard Magazine, 1909, p. 749.

LALANDE. —Revue Philosophique 1910, Janvier.

PUTNAM. —Atlantic Monthly 1910, Décembre,.

ROYCE. —Harvara Magazine, 1910, p. 630-633.

PERRY. — Ibid. 1910,Décembre.

DEWEY. —Journal of Philos., 1910, p. 505-508.

DICKINSON MILLER. —Journal of Philos., 1910, p. 645-655.

JOHN J. CHAPMAN. —W. James in Harvara Magazine, 1910,

p. 203-238.

—William James. —Paris, 1911.

—Philosophical Review, 1911, p. 21.

—La philosophie de W. James. —Saint-Biaise, 1911.

—W. James and other essays. —London, 1912.

—Mina, 1913, p. 563, 566.—Contemporary Review, 1911, p. 20-23.

—Revue Philosophique, 1911 Janvier.—Journal of Philos, 1911, p. 583-585.—Philosophical Review, 1913, p. 151-164.

— Ibid. 1911, p. 230.

—Hibbert Journal, 1912, p. 225-234.

—Présent philosophical tendencies, 1912.

—Journal of Philosophy, 1912, p. 627.

—Philosophical Review, 1912, p.l2sqq.Ibid. 1913, p. 155 sqq.

—Mina, 1915, p. 140.

BOUTROUX.PERRY.FLOURNOY.ROYCE.HOERNLÉ.JACKS.LALANDE.H. M. KALLEN.

RILEYPRATT.PERRY.LOVEJOY.

H. M. KALLEN.PERRY.

Henry JAMES. —A small boy and others. —London, 1913.

—Notes of a son and brother. —London, 1914.

AUTOURDE JAMES. —L'INFLUENCE DE JAMES :

PERRY. —Approach to Philosophy. —London 1905.

—Monist, 1901-2 (p. 446 458).

—Hibbert Journal, VIII, p. 621.

DICKINSON MILLER. —Philosophical liewieir. 1899, p. 629.

—Psychological Bulletin, II, p. 49 et 50.

—Journal of philos, 1905, 19 Janvier.

—Conférence faite devant YAmerican Philoso-phical Association. 1904.

—Journal of Philos , 1910, p. 652.

Page 297: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 297/329

BIBLIOGRAPHIE 295

LOWESDICKINSON. —Hibbert Journal, 1908, p. 515-529.

WHITBY. —Ethics, 1906, p. 41-42.

DRESSER. —Voices of freedom and studies in the matter

of individualité. —New- York, 1900.GODDARD. —Journal of Philos., 1910, p. 124.

—Hibbert Journal, vol. IX, p. 247-262.

H. M. KALLEN. —Journal of Philos., 1908, p. 294-297, 1910 p. 589-

594, 1911,'p. 617-636, 1912, p. 548-558, 1913,

p. 151-164.

—William James and Bergson. — A study in con-

trasting théories of life. —Chicago, 1914.

SANTAYANA. —The life of reason, 5 vol. —New- York, 1905.—The genteel tradition in American Philosophy. —Vniversity of California Chro ni de, octobre 1911,

p. 357-380.

—Winds of doctrine. —London, 1913.

[A consulter :

D. H. MURRAY. —Proceedingsof the Aristoteli an Society, 1911-12,

p. 294-325.]FAWCETT. —Riddle of the Universe. —London, 1893.

—The new monadism, Free Revieiv, 1896, p. 400-418.

—Monist, 1894-95, p. 363-370.

.— Ibid. 1896-97, p. 58 sqq.

—The individual and reality. —London, 1909.

—The World as Imagination. —London, 1911.

H. G. WELLS:

H. G. WELLS. —Mind, 1904, Juillet.

—Sociological Papers. —London, 1907, p. 357-369.

—First and Last Things. —London, 1908.

—Mr. Britling sees it through. —Paris, 1917.

—The soûl of abishop. —London, 1917.

—God the invisible King.[REEMAN. —Do we need a new idea of god. Philadelphia, 1917.

CH. D'ARCY. —Proceedings of the Aristotelian Society, 1917-18.(Bishop of Down) p. 159.

SCHILLER. — Ibid. p. 247.

SELBIE. —Hibbert Journal. 1017, p. 55-02.

J. B. CROZIER. — Ibid. 1917, p. 572.

DOTTERER. — Ibid. 1918, p. 414.

W. ARCHER. —God and Mr. Wells. —London, 1017 .

G. K.CHESTERTON.

CHESTERTON. —Orthodoxy. —London.

Page 298: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 298/329

296 BIBLIOGRAPHIE

LIVRE IVDE L'IDÉALISME PERSONNEL AU NÉO-RÉALISME

CHAPITRE I

l'école d'oxford et schillêr

STURT, STOUT, B. GIBSON, UNDERHILL, MARETT, RASHDALL,BUSSELL, SCHILLER. —Personal Idealism. —London, 1902.

Sur l'idéalisme personnel, voir Howison. —Mind, 1901, p. 228.

STURT. —Proceedings of the Aristotelian Society, 1898, p. 57-61.

— Ibid. 1902-3, p. 96-122.

— Ibid. 1904-5. p. 29-37—IdoJa Theatri. —London, 1906.

—The idea of a free Church. —London, 1909.

RASHDALL. —Journal of theological Studies, 1902, p. 186.—Mind, 1903, p. 531.

—Proceedings of the Aristotelian Society, 1904-1905.p. 1-28.

—Mind, 1906, p. 535-546.

—Mind, 1909, p. 105-117.

—Philosophy and Religion. —New-York. 1910.—Mind, 1912, p. 261-283.

—Problems of science and philosophy. —Proceedingsof the Aristotelian Society. — Supplementaryvolume II, 1919, p. 109-124.

[A consulter :

CALDWELL.—Philosophical Review. 1907, p. 196, 1908, p. 99.

UPTON. —Martineau. —London, 1905. p. 156.

WATSON. —Mind, 1909, p. 244-251.]

BOYCEGIBSON. —Proceedings of the Aristotelian Society, 1902-3,p. 166-182.

—The problem of Logic. —London 1908.—God with us. A study in religions idealism.

—London, 1909.

Page 299: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 299/329

BIBLIOGRAPHIE 297

SCHILLER. —Riddles of the Sphinx (a study in the philosophy ofReligion, by a troglodyte). —London, 1891.

—[New and Revised édition,

—London. 1910.)—Philosophical Revieu\ 1892. p. 535 sqq., 1893. p. 202.1897, p. 64, 241.

—Minci, 1897, p. 547-554.

—Proceedings of the Society for Psychical Research.vol. XV, 1900, p. 109-113.

—Axioms as Postulâtes in Personal Ideàlism, 1902.—Humanism. —London, 1903 (2

e édition, 1912).—Mind, 1905,

p.235-240, 348-350.

—Proceedings of the Aristotelian Society, 1905-1906,

p. 224-237, 265-270.

—Mind, 1906, p. 161-176, 267, 375-390.—Journal of Philosophy , 1906, p. 86.

—Proceedings of the Aristotelian Society, 1906-7,

p. 93-111.

— Studies in Humanism. —London, 1907 (2 e édition 1912).

—Journal

ofphilosophy ,

1907, p.18-21.

—Mind, 1907, p. 603.

—International Journal of Ethics, vol. XIII, p. 4 sqq.—Mind, 1908, p. 370-383, 518-527.

—Hibbert Journal, 1908, vol. VI, p. '903-905, vol. VII,

p. 76-89.

—Mind, 1909, p. 169-184.

—Mind, 1910, p. 30-46.

—Cf. Proceedings

ofthe Aristotelian Society, 1908-9,

p. 183-225.

—Formai Logic. —London, 1912.

—Problems of science and philosophy. —Proceedings

of the Aristotelian Society, 1919, p. 135-148. Sup-plementary vol. IL

[A consulta* :

CALDECOTT. —Philosophy of Religion. —London, 1901, p. 386.

RITCH1E. —Philos. Revietv, 1892, p. 265 sqq., 1893, p. 193 sqq.

A.W. MOORE.—Monist, 1904, p. 751.

GORE. —Journal of Philos., 1906, p. 575-578.

DEWEY. - Ibid. 1908, p. 97.

GIFFORD. — Ibid. 1908, p. 99-104.

ARMSTRONG.— Ibid. 1908, p. 649.

JAMES. — Ibid. 1908, p. 693, 694.

—Philosophical Review, 1908, p. 16.

Page 300: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 300/329

298 BIBLIOGRAPHIE

MACGILVARY. —Hibbert Journal, 1908, vol. VI, p. 632-653, 1909,vol. VII, p. 443-447.

SCHINZ. —Revue Philosophique, 1908, p. 232.

M. W. CALKINS. —Persistent problems of philosophy. —New-York,1907.]

DOAN :

DOAN. —Mind, 1905, p. 221-234, 1907, p. 197-208.

—Journal of Philos., 1907, p. 176, 183, 1909, p. 57-64,309-316.—Religion and the modem mind and other essays in Moder-

nism. —Boston, 1909. ^

BRETT :

BRETT. —The philosophy of Gassendi. —London, 1908.

CHAPITRE II

howison et l'école de Californie

quelques idéalistes pluralistes

HOWISON. —Conférence reproduite dans « The Conception of God.» deRoyce. —Boston, 1897.

—Philosophical Review, 1898, p. 518.

—The limits of évolution and other essays. —New-York,

1901 (2 e édit. 1905).—Mind, 1903, p. 224.

[A consullor :

1NGE. —Personal Idéal ism. —London, 1907.

JAMES SETH. —Philosophical Review, 1898, p. 308.

ROGERS. — Ibid., 1903, p. 578.

THILLY. —Revue de Métaphysique, 1908, p. 615.]

BAKEWELL. —Philosophical Review, 1898, p. 365-374.

—Psychological Revieic, 1899, p. 312-316.

—Latter-day flowing philosophies in University of

California Publications, 1904.

—Philosophical Review, 1907, p. 136-143, (121-631, 1908,

p. 579-591.

[A consulter:

THILLY. —Revue de Métaphysique, 1908, p. 615.]

Page 301: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 301/329

BIBLIOGRAPHIE 200

OVERSTREET. —Philosophical Review, 1909, p. 1-22.

MACG1LVARY.— Mind, 1898, p. 388-403, 1901,' p. 179-197.

,—Journal of Philos.. 1907, p 687.

[Cf. SCHILLER.— Hibbert Journal, 1908,. p. 905.]

LOVEJOY. —The dialectic of Bruno aad Spinoza in Universityof California Publications, 1904.

—Philosophical Review, 1909, p. 489.

[Cf. THILLY. —Reçue de Métaphysique, 1908, p. 615.]

A. K. ROGERS. —A brief introduction to modem pbilosophy. —London, 1899.

—Mind, 1900, p. 332-348 ; 1903, p. 35-46.

—Philosophical Review, 1903, p. 47-61.

—The religious conception of the world. —London,1907.

LEIGHTON. —Philosophical Review, 1895, p. 142-153.

— Ibid. 1896, p. 601-618.

—Metaphysical method (Conférence résumée dans la

PsychologicalReview, 1899, p. 146.)

—Philosophical Revieiv, 1902, p. 565-575.

—Journal of Philos., 1904, p. 42-45, 148-156, 701-707.

—Philosophical Review, 1905, p. 669-683, 1906, p. 494-510.

—Journal of Philos., 1906, p. 12-16, 174-180, 510.

—Philosophical Review, 1908, p. 383-399.

—Journal of Philos., 1908, p. 561-570, 1910, 231-235.

—Philosophical Review, 1914, p. 17-26.

—Time andthe Logic of Monistic Idealism in Philosophi-

cal Essays in honor of J. E. Creighton, p. 151.

—The fleld of philosophy. —Colombus, 1919.

[A consulter :

ROGERS. — Philosophical Review, 1902, p. 547 sqq.]

A. H. LLOYD. —Monist, 1900, p. 400.

—Philosophical Review, 1901, p- 260-265.

[A consulter :

BAKEWELL. —Psychological Review, 1899, p. 312, 316].

TRUMBULLLADD. —A theory of reality. —London, 1899.

—Philosophical Review, 1903, p. 136.

* _ Philosophy of Religion (2 vol.). —London. 1906.

—Cf. Psychological Review, 1895. p. 394-397.

[A consulter :

POWELL. —Monist, 1899-1900, p. 383-390.]

Page 302: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 302/329

300 BIBLIOGRAPHIE

GALLOWAY.—Studies in the philosophy of Religion. —London, 1904.

—Mina, 1903, p. 59-77.

—Principles of religious developrnent. —London, 1909.

UPTON.— Dr Martineau's Philosophy. A survey. —London, 1905.

—Lectures on the bases of religious belief. —London, 1897.—Hibbert Journal 1903, p. 403-407.

PIGOU. —The problem of Theism and other Essays. —London, 1908.

LA MONADOLOGIEDE WARD. —PLURALISME, THEISME ETMONISME:

JAMES WARD. —Naturalism and Agnosticism (2 vol.). —London,1899.

—The Realm of Ends or Pluralism and Theism. —London, 1911-1912.

C. A. RICHARDSON. —Spiritual Pluralism and Récent Philosophy. —Cambridge, 1919.

Cf. C. C. J. WEBB. —Problems in the relation of God and man. ~London. 1919.

CHAPITRE III

QUELQUES TENDANCES DE PSYCHOLOGUES ET LOGICIENS CONTEMPORALNS

CONTINUITÉ ET DISCONTINUITÉ EN PSYCHOLOGIE :

COLYIN. —Journal of Philos., 1904, 27 oct.

— Ibid., 1905, p. 87-89.

ARNOLD.— Ibid., 1905, p. 487-494, 673-681.

NICHOLS— Ibid., 1906, p. 64-70 ; 1907, p. 122-181

.

LA THÉORIE LOGIQUE DE L'EMPIRISME RADICAL :

KALLEN. —Journal of Philos., 1908, p. 293-297.

DEWEYET L'ÉCOLE DE CHICAGO :

DEWEY. —Monist, 1892-1893, p. 362-379.

—Studies in Logical Theory. —Chicago, 1903.

—Psijchological Bulletin. I, 1904, p. 335-340.

Page 303: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 303/329

BIBLIOGRAPHIE 301

DEWEY. —Journal of Philos., 1905, p. 309-317, p. 324-328.— lbid.. 1906. p. 253-277.

— Ibid., 1907, p. 197-203, 253-259, 309-320.

— lbid., 1908, p. 85 sqq., 375-382.—Essays in lionor of W. James. —London, 1908,

—Journal of Philos., 1909, p. 13-21.

—Influence of Darwin on philosophy and other Essays. —New-York, 1910.

—Philosophical Review. 1912, p. 80.

[-.4 consulter :

ROGERS. —Philosophical Review, 1901, p. 141, 158.TURNER. —History of philosophy. —Boston, 1903.

JAMES. —Psychological Bulletin, 1904, I.

M. W. CALKINS. —Persistent Problems of philosophy. —New-York,1907.

J. E. RUSSELL. —Philosophical Review, 1906, p. 633.]

A. W. MOORE. —Psychological Bulletin, 1904, p. 415-423.

—Philosophical Review, 1909, p. 309-318.—Pragmatism and its critics. —New- York, 1910.

TAWNEY. - Journal of Philos., 1904, p. 337-344; 1906, p. 459-462;—Philosophical Review, 1907. p. 21-39.

—Journal of Philos., 1908. p. 460, 508.—Essays in honor of W. James. 1908, p. 423.

MONTAGUEin Essays in honor of W. James, 1908, p. 110.—Journal of Philos.. 1909, p. 233.

WOODWORTHin Essays in honor of W. James. —London, 1908.

QUELQUESPHILOSOPHES DE TENDANCESPLURALISTES :

H. R. MARSHALL. —Journal of Philos., 1904, Juillet.

D. STOOPS. — lbid., 1906, p. 141-149.—Philosophical Review, 1903, p. 16.

PH. MASON. —Journal of Philos., 1906, p. 449-457.

HENNON. — lbid., 1906, juin.

S. E. LANG. — lbid.. 1907, p. 710. 711.

•P. HUGHES. — lbid.. 1907, p. 628.

A. E. TAyLOR. —Conférence à la Philosophical Association, 1907.

K. J. SPALDING. —Mind, 1908, p. 220.

J. E. RUSSELL. —Journal of Philos., 1909, p. 372-378.E. B. TALBOTT. —Philosophical Review, 1909, p. 613.

Page 304: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 304/329

302 BIBLIOGRAPHIE

CHAPITRE IV

LE NÉO-RÉALISME

L'ÉCOLE DE CAMBRIDGE:

G. E. MOORE. —Proceedings of the Aristotelian Society, 1900-1901,

p. 103 sqq.

— Ibid. 1901-1902, p. 177-214.

—Minci, 1903, Octobre.

—Principia Ethica. —Cambridge, 1903.—Ethics. - London, 1912.

—Proceedings of the Aristotelian Society, 1909-10,

p. 39-62. .

— Ibid. 1917-18, p. 101-121.

B. RUSSELL.— An essay on the foundations of geometry. — Cam-bridge, 1897.

—The philosophy of Leibniz. —.

Cambridge, 1900.—The principles of Mathematics (vol. I).— Cambridge,1903.

—Proceedings of the Aristotelian Society, 1906-7,

p. 28-49.

—Philosophical Essays. —London, 1910 (1912).

—The problems of philosophy. —London, 1912.

—Bulletin de la Société de Philosophie. 23 Mars 1911.

—Journal of Philos., 1911, p.158.'

—Proceedings of the Aristotelian Society, 1911-12,p. 1-24.

— Ibid. 1912-13,p.l-26.

— Hibbert Journal, 1911-12 (vol. XI), p. 46-62.

—Monist, 1914, p. 161-187.

—Our knowledge of the external world as a fleld for

scientiflc method in philosophy. —Chicago, 1914.

—Mysticism and logic and other Essays. — London,

1918.—Roads to freedom. —London, sans date.

—Journal of Philos.. 1919, p. 5-26.

[A consulter

SCHILLER.— Journal of Philos., 1906, p. 549-5:,;

.

WATERLOW. —Proceedings of the Aristotelian Society, 1909-10,

p. 132.

SANTAYANA. —Journal

of Philos., 1911, p.57-63, 113-125, 421-432.

H. C. BROWN.— Ibid. 1911, p. 85-91.]

Page 305: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 305/329

BIBLIOGRAPHIE 303-

SHELDON :

SHELDON. —Journal of Philos., 1904, p. 449-454.— Ibid. 1905, p. 233-238, 260-266, 1906,

p. 711-713.

—Philosophical Review, 1905, p. 196-203.

— Ibid. 1912, p. 51-68.

LES NÉO-RÉALISTES AMÉRICAINS :

The program and platform of six realists, Journal of Philo*., 1910,

p. 393-401.

The New Realism, Coopérative studies in philosophy by Holt, Marvin.

Montague, Perry, Pitkin, Spaulding. —New- York, 1912.

Eleventh annual meeting of the American philosophical association,.

Journal of Philos., 1912, p. 101-110.

PERRY. —Professor Royce's Réfutation of Realism and Pluralism,

Monist, 1901-1902, p. 446 sqq.

—Conceptions and misconceptions of consciousness, Psycholo-

gical Review, 1904, p. 282.

—The ego-centric predicament, Journal of Philos., 1910.,

p. 5-14.

—Realism as a polemic and program of reform, Journal of

Philos., 1910, p. 337-353, 365-380.

—Notes on the philosophy of Bergson. Journal of Philos.,

1911. p. 673-682.

—Présent Philosophical Tendencies, a critical survey of natu-ralism, idealism, pragmatism and realism. —London,1912

—Some disputed points in neo-realism, Journal of Philos.,

1913, p. 449-464.

—Realism and Pragmatism, Minci, 1913, p. 544.

—The présent conlîict of ideals. —New- York, 1918.

MARVIN. —An introduction to systematic philosophy. —New-York,1903.

—A first book in Metaphysics (cité Text-Book). — New-York, 1912.

—Dogmatism versus criticism, Journal of Philos., 1912,

p. 309-317.

PITKIN.— Journal of Philos., 1905, p. 607, 608.

— Analyse de G. E. Moore. — Journal of Philos.. 1913,

p. 223.

—The empirical status of geometrical entities, Journal ofPhilos., 1913, p. 393-403.

Page 306: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 306/329

304 BIBLIOGRAPHIE

SPAULDING. —Cl'. A reply to Prof. Dewey and an exposition. Journal

of Philos., 1911, p. 63-77

—A reply to Prof. Dewey's rejoinder. Journal of Philos.,

191 1. p. 561-566.—Joint discussion. Journal of Philos., 1911, p. 574-580.

—Tenth annual meeting of the American Philosophical

Association, 1911, p. 91-103.

—Realistic Aspects of Royce's Logic, Philosophical

Review, 1916, p. 140.

—The New Rationalisai. —New- York, 1918.

HOLT. —Concept of consciousness. —New-York, 1914.

MONTAGUE. —Philosophical Review, 1919, p. 295, 623.

CRITIQUES ET ETUDES DU NÉO-RÉALISME :

COSTELLO. - Journal of Philos., 1911, p. 505 et 1913, p. 494.

DEWEY. — Ibid. 1911, p. 546-554.

LOVEJOY. — Ibid. 1911, p. 589.

— Ibid. 1913, p. 29-43.

—Philosophical Review, 1913, p. 411.

—Journal of Philos., 1913, p. 561-572.

PRATT. — Ibid. 1912, p. 573.

G. H, HARDY. —Cambridge Magazine, 11 Mai 1912.

HOERNLÉ —Neo-realistic théories of mind or consciousness. —Newcastle, 1914.

SANTAYANA. —Journal of Philos

.

, 1914, p. 449.

MACINTOSH. —The problem of knowledge, p. 21 1-309. —New-York,1915.

KALLEN. —Journal of Philos., 1916. p. 597.

M. R. COHEN. —Philosophical Review, 1916. p. 150.

J. W. SCOTT. —Contemporary Review, 1918, p. 121.

CHAPITRE V

LE RÉALISME « PRAGMATIQUE» DE BOODIXLES DÉBUTS DU « RÉALISME CRITIQUE «

BOODIN. —Journal of Philos., 1905, p. 365-372; 1906, p. 533-539,

594-599 ; 1907, p. 281-289, 533-542 ; 1908, 169-179, 225-

235, 365-375, 393-400.

—Philosophical Review, 1908, p. 402.

—Monist, 1908, p. 299-306.—Journal of Philos., 1910. p. 508 sqq. 521 sqq.

Page 307: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 307/329

BIBLIOGRAPHIE 305

BOODIN. —Truth and Realily. —New- York, 1911.—A Fîealistic Universe. —New-York, 1916.

[Cf. TSÀNOFF. —Philosophical Revieto, 1910. p. 635].

SELLARS. —Journal of Philos.. 1907, p. 14-18 ; 1908, p. 235-239, 542-

518, 597-603.

—Psychological Review, 1907, p. 324.,—Mind, 1919, p. 107.

STRONG. —Why tlic Mind Bas a body. —New-York, 1903.

—Philosophical Review, 1904, p. 253, 259, 551.- Journal of Philos., 1908, p. 256-264.

— Ibid. 1912, p. 533, 598.

—Tlie Origin of consciousness. —London, 1918.

A. K. ROGERS. —Philosophical Revieto, 1919, p. 229, 639.

DURANT DRAKE. - Journal of Philos., 1911, p. 365; 1912. p. 149;—Mind, 1915, p. 29.

—Philosophical Review, 1920, p. 17:'..

Voir également les critiques du néo-réalisme par Sanlayana et parLovejoy mentionnées p. 304.

L'INFLUENCE DES IDEES DE H. BERGSON

MONTAGUE. —Journal of Philos., 1910, p. 141.

P1TKIN. Ibid. 1910, p. 225.

LEIGHTON. — Ibid. 1910, p. 231-238.

KALLEN. — Ibid. 1910, p. 353.

PERRY. Ibid. 1911, p. 673-682,713-721.DOLSON. —Philosophical Review, 1911, p. 47.

LINDSAY. —Philosophy of Bergson. —London, 1911.A. W. MOORE. - Philosophical Review, 1912, p. 397.RUSSELL. —Monist, 1912, p. 321.K. COSTELLOE. —Proceedings of the Aristotelian Society, 1912-13(Mrs. A. STEPHEN] p. 131.

LOVEJOY. —Bergson and Romande Evolutionism. —Berkeley, 1914.RUSSELL. —

- The philosophy of Bergson (accompagné d'une discussionpar W. Oarr). London, 1914.

—(Discussion de l'article par K. Costelloe, Monist, 1914,

n° de Janvier).L. S. STEBBING. —Pragmatismand i'rench voluntarism. —Cambridge,

1914.

WATTS CUNNINGHAM. - A study in tlie Philosophy of Bergson. —London. 19.16.

20

Page 308: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 308/329

306 BIBLIOGRAPHIE

A consulter :

A contribution to a bibliography of Henri Bergson; avec introduction

de J. Dewey, New-York, 1913 ; contient la liste des articles publiésà cette date sur la philosophie de H. Bergson.

HOCKING :

HOCKING. —Journal of Philos., 1905, p. 477-487; 1906, p. 421-431.—The meaning of God in Human Expérience. — New

Haven, 1912.

A consulter :

MACINTOSH. —Hocking's philosophy of religion ; an emphïcal deve-lopment of absolutism. Philosophical Review.1914, p. 26-47, et : The problem of knowledge,p. 161-180. —New-York, 1915.

F. VON HÙGEL.

F. VON HUGEL. —The Mystical Elément of Religion as studied in

Saint Catherine of Genoa and lier friends, 2 vol

.

—New-York, 1909.

MAYSINCLAIR :

MAYSINCLAIR : A defence of idealism. - London, 1917.

APPENDICE

DEFINITIONS DU PLURALISME :

Vocabulaire de la Société de Philosophie (Lalaude).

KRUG. —Eneyclopadysch PhilosophichesLexicou. —Leipzig, 1833.EISLER. —Worterbuck der Philosophischen Begrilïe. —Berlin, 1899.

W. T. MARVIN. — An introduction to systematic philosophy.New-York, 1903.

HOFFD1NG. —Journal of Philos., 1905, p. 86 sqq.KULLERTON. —An introduction Lo philosophy. —New-York. 1906.

W. BROWNE.—Journal of Philos., 1907, p. 459.

BALDWIN. —Oictionary II, p. 300, 307.

MURRAY. —Oxford Oictionary.

JULIUS GOLDSTEIN. —Pluralisnnis und MonLsnius, 8 Septembre 1907.Lileralurblalt de la Frankfurter Zeitung.

Page 309: Wahl - Les Philosophies Pluralistes

8/17/2019 Wahl - Les Philosophies Pluralistes

http://slidepdf.com/reader/full/wahl-les-philosophies-pluralistes 309/329

BIBLIOGRAPHIE \V)1

LE MOT« PLURALISM » :

EI